Gécamines: On a volé de l’uranium ou des « sources radioactives »?

Un mois après les révélations par « Katanga Post » du vol de dix fûts contenant de l’uranium dans un coffre ultra sécurisé de la Gécamines, on assiste à une sorte d’omerta. La loi du silence. Dans un « démenti » qui ne dément rien contenu dans un communiqué publié le 20 juin, soit plus de deux semaines après l’alerte lancée par le média précité, le ministre a.i. en charge de la Recherche scientifique et technologie, Paluku Kisaka Yereyere, tente, maladroitement, de minimiser les faits en parlant de « vol des sources radioactives ».

Informé du « vol » de ces produits stratégiques dès le 4 juin par le Comité national de protection contre les rayonnements ionisants (CNPRI), le gouvernement central, n’a réagi que huit jours plus tard par l’envoi d’une « délégation de haut niveau » à Lubumbashi. Celle-ci y a séjourné du 12 au 15 juin. Et ce sur ordre de mission signé par le Premier ministre. On imagine qu’il s’agit de Bruno Tshibala.

Surprenant. Alors que chacune des 26 provinces du pays compte en son sein des autorités judiciaires et des responsables locaux des services de renseignements civils et militaires, les « délégués » venus de Kinshasa étaient conduits par le vice-Premier ministre a.i. chargé de l’Intérieur et sécurité, l’ancien opposant Basile Olongo. Mission: mener des investigations sur ce cambriolage, déterminer les responsabilités, saisir les services de sécurité et les autorités judiciaires. 

Le ministre Paluku Kisaka

Les responsables locaux de sécurité et leurs collègues du parquet et de l’auditorat militaire devaient « retracer, récupérer, acheminer » les « sources radioactives » auprès de « l’autorité compétente et prendre des mesures coercitives qui s’imposent ». Quelle littérature!

Au chef-lieu du Haut-Katanga, le ministre Olongo aurait présidé une « réunion de sécurité élargie ». Aucune information majeure n’a filtré à l’issue de cette rencontre. « La sécurité provinciale du Haut Katanga ainsi que le parquet général près la Cour d’appel à Lubumbashi sont à pied d’œuvre pour mettre hors d’état de nuire les inciviques ayant perpétré le vol », peut-on lire dans le communiqué précité du ministre Paluku Kisaka.

« URANIUM » OU « SOURCES RADIOACTIVES »

C’est ici que ce membre du gouvernement central retrouve son « courage » pour minimiser l’ampleur de la nouvelle annoncée par Katanga Post. A en croire ce ministre, « il ne s’agit nullement de dix fûts d’uranium » mais plutôt des « sources radioactives ». Comprenne qui pourra.

Paluku Kisaka conclut son communiqué en relevant que l’information diffusée par notre confrère « est de nature à discréditer » le Congo-Kinshasa ainsi  que « ses dirigeants » auprès de l’AIEA (Agence internationale à l’Energie Atomique). Joignant le geste à la parole, le ministre de demander « aux autorités de sécurité provinciale d’inviter » au lanceur d’alerte de se dédire par un « démenti » endéans 24 heures. « Dépassé ce délai, menaça-t-il, le gouvernement de la RDC par le biais du ministère de la Recherche scientifique et technique saisira la justice »

Deux semaines après la diffusion de ce communiqué au contenu faussement comminatoire, l’organe de presse ciblé ne s’est pas rétracté. Pire, le fameux ministre a.i. en charge de la Recherche scientifique n’a entrepris, à ce jour, aucune action judiciaire. Ce n’était que des rodomontades. A preuve, c’est le silence plat. Un silence digne de la mafia.

Selon des experts, les faits révélés sont graves. « N’importe qui ne peut pas commettre un tel forfait. Qu’il s’agisse de ‘fûts d’uranium’ ou des ‘sources radioactives’, l’auteur et le commanditaire ont dû bénéficier du concours des personnes exerçant de hautes responsabilités au niveau politique, de l’armée et des services de renseignements », confie un ancien ingénieur de la Gécamines. Un ancien cadre de cette ancienne entreprise publique d’enchaîner: « Lors de son récent voyage dans la province de l’Ituri, le président Felix Tshisekedi a fait état de menaces terroristes qui planeraient sur le Nord-Est du pays ».

JAMIL MUKULU

Selon des voyageurs, on assiste actuellement à l’érection de plusieurs stations d’essence tenues par des sujets somaliens. Il semble que des business de ce genre se développent à la vitesse grand « V » à travers le « Grand Katanga ».

Pour la petite histoire, les Shebab (Harakat al-Chabab al-Moudjahidin) sont originaires de la Somalie. Ces desperados opèrent souvent au Kenya. Ils ont déjà commis des attentats sanglants à Kampala, en Ouganda. Le pays d’origine des insaisissables « ADF » (Allied Democratic Forces) qui commettent des massacres cycliques notamment dans le Territoire de Beni, au Nord-Kivu.

En mars 2015, l’Ougandais Jamil Mukulu, chef présumé des ADF, a été arrêté en Tanzanie. L’homme était en possession de six passeports dont celui du Congo-Kinshasa. « Joseph Kabila » n’a jamais dépêché de mission afin d’identifier l’autorité émettrice de ce document de voyage. Il semble que l’ancien Président congolais et le sieur Mukulu seraient des vieilles connaissances. Ils auraient logé sous le même toit au numéro 55, avenue Bocage, au Quartier kinois de Ma Campagne. « Les complices des terroristes sont parmi nous », résume un juriste lushois.

Sénateur Florentin Mokonda Bonza

BLANCHIMENT

Dès février 2010, le sénateur Florentin Mokonda Bonza a commencé à dénoncer le « boom immobilier » visible à travers les communes de la capitale congolaise. Et ce en dépit de l’absence d’une banque de l’habitat. « Je ne cite pas des noms. Je vous dis tout simplement, si vous voyez qu’il y a plusieurs buildings qui se construisent, d’où vient l’argent? », s’était-il interrogé au cours d’une intervention à la chambre haute du Parlement congolais. Des immeubles à plusieurs étages poussent comme des champignons. Les hôtels, les appartements et les villas ne se comptent plus aux quatre coins de Kinshasa.

A l’époque, Mokonda avait déjà tiré la sonnette d’alarme: « Le Congo est aujourd’hui une terre qui accueille tous les mafieux, qui viennent pour blanchir des fortunes qui ont été acquises illégalement ailleurs. Cela ne se fait pas dans d’autres pays. La mafia peut venir de l’extérieur tout comme elle peut être organisée localement ».

Plusieurs organisations non gouvernementales nationales et étrangères ne cessent de s’inquiéter de l’existence de tout un réseau de « blanchiment » orchestré par certains membres de la communauté libanaise du Congo. Des individus proches du Hezbollah libanais. La banque BGFI a été accusée d’héberger dans ses livres d’importantes ressources financières au nom de la très nébuleuse société « Congo Futur ». Le lanceur d’alerte Jean-Jacques Lumumba, ancien cadre à la BGFI, a fait des graves révélations sur les activités de cette banque en 2016.

Au moment où ces lignes sont écrites, le ministre ad interim de la Recherche scientifique n’a pas encore clarifié l’opinion sur la différence qu’il fait entre « uranium » et « sources radioactives ». De même, nul ne sait la destination donnée aux produits subtilisés.

On ne peut s’empêcher de s’étonner qu’un tel forfait ait coïncidé avec le « changement » intervenu à la direction de la Gécamines. Une certitude cependant: cette opération n’aurait pas été possible sans le concours de certaines autorités au niveau tant national que provincial. Lesquelles?

 

Baudouin Amba Wetshi

9 thoughts on “Gécamines: On a volé de l’uranium ou des « sources radioactives »?

  1. Les griffes de cette vaste Mafia s’allongent jusqu’a Kingakati.
    Dans son edition du 17 Juin, 2019 le prestigieux magazine Americain Bloomberg conseillait ses lecteurs inclu « vrais » investisseurs de ne pas se ruer vers ce Pays malgre (« pseudo ») changement au sommet.
    Bref, la RDC est devenue un Paradis d’aventuriers et criminels a col blanc en partenariat avec « l’Autorite immorale » de la cohorte FCC et ses frangins Tanzaniens . Yuma et Kabwelulu n’en sont que de boys.

  2. Je ne souhaite pas le malheur pour notre pays. Mais tout semble indiquer que le pire reste à venir. Et cela, par notre propre faute.

  3. Un pays qui embastille ses médecins qui réclament leurs droits, un pays qui voit sa cour constitutionnelle – qui dans son intime corruption, invalide des députés de l’opposition pour ensuite – dans son intime conviction, les valider de nouveau… en sachant que c’est cette même cour qui a validé l’élection du président de la république… dans un tel pays, on ne peut s’étonner que des fûts d’uranium disparaissent.

  4. Chers Compatriotes , C’est le résultat du système fédéral jadis prêché par les ténors de cette province , une politique des entités décentralisées assimilée au tribalisme et à la xénophobie , selon certaines études pour retrouver le niveau économique qu’avait la Rdcongo vers les années 80 et 90 , il nous faut 25 à 30 ans , L’aîné Mayoyo Bitumba loin de s’autoproclamer prophète de Bizambi Nzambi , a raison de prédire que le pire est encore à venir , aujourd’hui la méritocratie a cèdé la place au tribalisme , clanisme et autres antivaleurs qui sont tous les indicateurs du macro- sous-dévéloppement. Est-ce-que nos ligablo-églises aux serviteurs à temps pleins peuvent-ils dévéloppés notre pays ? comble de malheurs les rdcongolais se croient surdoués en théologies chrétiennes plus que les juifs, ils poussent leur délire mental loin jusqu’à situer l’origine de Jesus Christ en RDC . Dans l’histoire mondiale ,depuis quand la religion telle que pratiquée en Rdcongo peut faire évoluer le pays ? c’est grave.

  5. Je ne vais pas tout balancer ici mais si nous à 8 mille km, arrivons à choper les infos sur qui a fait quoi sur ordre de qui, on imagine que Tshilombo est aussi au courant.
    La « came » se trouve encore en RDC. Elle a été déplacée (et non volée) sur ordre du roi de kingakati.
    Vous voulez plus de détails ?

  6. Kiekiekieeee, le Congo notre pays est décidément un État voyou dans lequel les autorités chargées d’y maintenir l’ordre sont les premiers agents du désordre. Jusqu’à vouloir minimiser le vol des matières hautement dangereuses en les qualifiant non d’uranium mais des sources radioactives.
    Que sont donc ces fameuses « sources radioactives » ? L’uranium n’est-il pas la source radioactive par excellence ? Que des minerais chargés partiellement d’uranium soient appelés sources radioactives tempère à peine la dangerosité et la gravité de ce vol qui n’a pu être commis sans le concours des agents hauts placés à la Gecamines et des autorités politico-administratives bien introduites.
    Voilà l’État voyou dont ce minable ministre fait partie et qu’il illustre avec ses propos inqualifiables.
    Pauvre Congo…

  7. L’enfer c’est toujours l’autre, vous êtes le seul à vouloir du bien à notre pays. Un peu de modestie pangi Mayoyo Bitumba.

  8. Chers Compatriotes,
    L’histoire de notre pays nous échappe et il est hasardeux de faire de prédictions de quelque sorte que ce soit. Regardons-nous bien, depuis le période précédant les élections, toutes les analyses des penseurs très intelligents, analystes politiques du pays n’ont rien vu venir. Toutes les prédictions ont été démenties par les faits. Maintenant, nous ne pouvons que constater ou nous limiter à ce que l’on nous dit, surtout qu’en cette matière, il n’y a pas d’un côté les bons et de l’autre les méchants. Ici nous avons les prédateurs d’un côté et le Congo (citoyens ordinaires) victime des choix de la majorité de ses enfants pour une petite partie de sa population qui dirige la majorité au détriment de celle-ci. Le pire, est à venir ? Non, nous sommes déjà dans le pire. Qu’est-ce qui pourra venir qui sera plus grave ? Ne nous limitons pas à constater, engageons-nous ensemble, unis pour ne pas continuer à subir. Que Dieu nous vienne en aide.

  9. Compatriote Elili,
    J’avais raté votre affirmation-ci « Regardons-nous bien, depuis le période précédant les élections, toutes les analyses des penseurs très intelligents, analystes politiques du pays n’ont rien vu venir. Toutes les prédictions ont été démenties par les faits ».
    Nous ne devons pas lire, entendre et voir la même chose. Combien n’ont pas prévu même ici avant les élections qu’avec ‘JK’, Nanga et Lwamba aux manettes les choses ne changeraient guère ? Et plus près des élections j’ai été personnellement de ceux qui ont levé le lièvre d’un deal possible entre ‘JK’ et Tshilombo en défaveur de Fayulu dont le combat patriotique et l’attelage étaient un casus belli inacceptable pour ‘JK’ et son FCC. C’est ce que nous avons vu à l’œuvre à l’annonce des résultats et ce que nous voyons depuis avec d’abord la proclamation officielle à l’AN d’une alliance contre nature FCC-CACH puis avec les difficultés à nommer un PM et enfin avec cette longue attente de la formation du Gouvernement.
    La seule vraie surprise c’est ‘JK’ qui s’est résolu à lâcher son dauphin tant ses voix étaient trop lilliputiennes et ainsi éviter un conflit trop ouvert mais sa pirouette de troquer Shadary à un Tshilombo plus docile avait été « pronostiqué » par beaucoup d’autant que dans ce pays tout finit par se savoir;
    L’amateurisme et les faux pas dont fait preuve Tshilombo mais aussi ses difficultés à s’émanciper en son début de règne avaient été aussi flairés par beaucoup qui n’ont pas manqué de l’écrire ici.
    Bref je récuse votre affirmation d’un scénario qui n’aurait été vu à l’avance par personne. Sinon ne vous trompez pas, mettre en garde en l’écrivant ici c’est déjà commencer à agir, refuser de continuer à subir, ce n’est pas simplement constater sans s’engager : c’est aussi cela l’action pour les simples citoyens que nous sommes, ne nous trompons pas trop de rôle.

Comments are closed.