Grand Inga: un revers majeur pour Kabila

L’Assemblée nationale congolaise vient de rejeter le projet de loi sur Inga, prévu dans le Traité international avec l’Afrique du Sud. Un camouflet pour Joseph Kabila, un coup d’arrêt au projet et un sérieux revers pour les perspectives économiques de la République démocratique du Congo (RDC).

La perspective de la réalisation du plus grand projet hydroélectrique de tous les temps, le méga-barrage de Grand Inga (40 gigawatts) sur le fleuve Congo, s’éloigne au fil du temps. Le 6 avril dernier, l’Assemblée nationale congolaise a rejeté un projet de loi relatif à la promotion et au développement du projet Grand Inga, en approuvant à main levée une motion du député de Mbandaka (Equateur, Nord-ouest), Henri-Thomas Lokondo, pourtant membre de la Majorité présidentielle (MP), connu pour son indépendance d’esprit.

UN CAMOUFLET POUR LE PRÉSIDENT KABILA

Ce vote est un camouflet pour le président Joseph Kabila, qui voulait l’approbation par le parlement de ce projet de loi, qui est en accord avec une ordonnance plaçant Grand Inga sous la tutelle de la Présidence.

C’est d’autant plus un camouflet que le député de la MP a demandé à ses collègues de rejeter le texte sans même l’examiner, avant même que le ministre de l’Energie, Ingele Ifoto, ait pu placer un mot. Pour Henri-Thomas Lokondo, vieux routier de la politique qui fut membre du Mouvement populaire de la révolution (MPR) mobutiste, une loi spécifique pour le barrage d’Inga n’est pas nécessaire. À ce compte-là, il faudrait, dit-il, une loi particulière pour chaque barrage existant au Congo.

IL Y A DÉJÀ UNE LOI

Le point de vue du député Lokondo a reçu le soutien d’un des ténors de l’opposition, Juvénal Munubo, élu de Walikale (Nord-Kivu, Est). « Nous avons rejeté le projet de loi sur le Grand Inga présenté par le gouvernement car il ne figure pas parmi les matières prévues par la Constitution sur lesquelles l’Assemblée nationale peut légiférer. Il s’agit d’un projet du gouvernement parmi tant d’autres. La loi sur l’électricité de 2014, qui prévoit entre autres choses les concessions avec les privés, suffit pour développer ce projet sans doute important », explique-t-il à La Libre Afrique.be.

Au ministre de l’Énergie, qui invoque comme justification de la soumission du projet au vote de l’Assemblée, le fait que le Traité international sur Inga, signé en 2013 entre le Congo et l’Afrique du Sud, prévoit l’adoption de lois spécifiques par les parlements des deux pays, Juvénal Munubo objecte que ce traité ne devrait pas exiger une loi spéciale pour Inga. C’est pour lui « une question de principe qu’on ne peut pas légiférer sans que la Constitution en prévoie la possibilité ».

L’AFRIQUE DU SUD MOINS INTÉRESSÉE

A ce stade, l’Afrique du Sud n’a pas encore réagi officiellement. La seule certitude, selon un ancien diplomate, est qu’indépendamment des dernières péripéties survenues au Palais du Peuple, l’intérêt pour Inga manifesté par l’ancien président Jacob Zuma, s’est beaucoup émoussé. La Development Bank of Southern Africa (DBSA) demeure sans doute intéressée mais Inga ne compte plus parmi ses priorités, confie cette source à la Libre Afrique.be.

Et cela pour deux raisons. D’une part, les atermoiements dans l’avancement du projet ont contraint la société Sud-africaine Eskom – qui devait acquérir, selon le Traité, plus de la moitié de la puissance générée par Inga 3, première phase de Grand Inga – à prévoir d’autres alternatives pour combler le déficit énergétique de l’Afrique du Sud.

D’autre part, au sein d’Eskom comme de l’appareil du pouvoir Sud-africain, Inga a des ennemis. À commencer par le lobby nucléaire, qui souhaite accorder la priorité au programme de centrales agréé en 2014 entre Pretoria et Rosatom, qui est en train de démarcher toute une série de pays dont l’Algérie, l’Ethiopie et l’Ouganda, avec le concours très actif du ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov, qui s’est déplacé plusieurs fois à cet effet sur le continent africain.

En définitive, comme le mentionnait déjà en novembre 2017 la Libre Afrique https://afrique.lalibre.be/11015/inga-3-les-casseroles-des-candidats-batisseurs-espagnols/, le projet Inga 3 semble être bel et bien enlisé. Après ce vote de l’Assemblée nationale congolaise, la perspective du début de la construction d’Inga 3 en 2025, devient indéniablement plus incertaine.

 

Par François Misser, La Libre Afrique, 12.04.18
© Congoindépendant 2003-2018

14 réflexions au sujet de « Grand Inga: un revers majeur pour Kabila »

  1. COMME DANS LES CONTRATS LEONINS REGISSANT LE SECTEUR MINIER ET LE DOSSIER PASSEPORTS BIOMETRIQUES AU PROFIT DE LA MAFIA QUE PILOTE HYPO KANAMBE (ALIAS « JO KABILA »), IL FAUT AJOUTER AU DOSSIER INGA LES MAGOUILLES, POTS DE VINS ET BRADAGES AU PROFIT DE KANAMBE ET SES FRANGINS ZOE ET JAYNET, AINSI QUE LEURS MAJORDOMES-FINANCIER ANRUOPAKO, LEUR PLANTON NEHEMIE MWILANYA ANSI QUE LE TRES CORROMPU ET DECHU-PRESIDENT SUD-AFRICAIN JACOB ZUMA ET SES BANDES.

    1. Il faut surtout ajouter le Congo Desk Office qui gère toute cette mafia depuis Kigali. C’est comme ça difficile à dire?

      1. CELA M’EST (TRES) DIFFICILE A DIRE PUISQUE JE NE SOUFFRE PAS DU TOUT DU MEME « COMPLEXE D’INFERIORITE » VIS-A-VIS DES RWANDAIS QUE TOI, ET TES SEMBLABLES VICTIMES PATHOLOGIQUES.

        1. Compatriote Mototo wa-Karavia,

          Faites quand même bien attention à ce que vous dites tant il est évident que parler d’un « complexe d’infériorité » dans le chef des Congolais qui reconnaissent l’« occupation rwandaise et ses méfaits » signe au contraire et votre ignorance crasse et votre manque de courage !
          Déjà dans l’absolu savez-vous que le ‘bon art de la guerre’ recommande qu’on reconnaisse les forces et les faiblesses de l’ennemi pour se donner à son tour les moyens de le vaincre au bon endroit, et dans le cas présent les forces des Rwandais sont autant ponctuelles qu’elles dépendent des plus puissants de nous tous dont l’hyperpuissance américaine : tout observateur attentif aura vu sauf vous que sans Clinton, Blair et Cie, les Kagame et Kaguta que vous voyez parader n’existeraient pas…
          Et cela ne nie nulle part que tous ces ‘occupants’ ont besoin de complices locaux qui les servent pour leurs postes et leurs poches bien plus que convaincus de cette idéologie, et vous ne l’avez toujours pas compris, cher ami, en jouant ainsi lâchement et ainsi bêtement à l’autruche, vous constituez vous aussi un autre genre de ‘complice’ car votre voie ne peut mener qu’à l’impuissance, ne peut servir que de la seule incantation. puérile.. C’est très grave et vous êtes incapable de le comprendre ; passons…

          Sinon ne pas reconnaître l’« occupation rwandaise »,Mtoto wa-Karavia, n’est rien d’autre de votre part, disais-je, qu’une ‘ignorance impardonnable de notre histoire récente et de notre présent’ ! N’auriez-vous à peine qu’une vingtaine d’années pour n’avoir pas vécu l’invasion/occupation de l’Afdl avec ses ougando-rwando-Congolais dont un célèbre rwandais Kaberebe et un illustre et opaque ‘apatride’ Hyppolite Kanambe alias Commandant Hyppo, alias ‘JK’ , leur équipée à travers forêts et savanes du Congo dont Tingi-Tingi et leur domination et pillage qui suivirent et provoquèrent le courroux et le retour à la raison du chef Congolais d’alors LDK qui reconnut à haute voix l’occupation rwandaise ? Et vous connaissez la suite ; alors dites-moi ce qui a significativement changé depuis en dehors du fait que la présence rwandaise alors ouverte s’est poursuivie plus ‘clandestine’ : LDK a été assassiné et remplacé par qui vous savez, rwandophones et rwandais sont tapis à tous les niveaux de commandements tandis que la balkanisation et le pillage se commettent toujours à l’Est à l’aide des consignes et ordres que se donnent Kagame et Kanambe…
          Que vous faut-il encore pour comprendre que dénicher cette ‘occupation’ est tout sauf un introuvable ‘complexe d’infériorité’, le début de la meilleure intelligence de la situation car il ne peut mener qu’à l’attaque utile de l’ennemi ! Dommage qu’à votre niveau vous soyez encore assez indigent de la cervelle et du vrai patriotisme pour ne pas saisir cette élémentaire équation : nommer les maux nous met sur le chemin de leur éradication !

        2. A ce que je sache, nous n’avons pas gardé les vaches ensemble. Comment pouvez-vous me tutoyer aussi facilement? Vous n’apprenez donc pas le savoir-vivre dans vos écoles, au Rwanda ?

  2. « Grand Inga: un revers majeur pour Kabila » ! Tant qu’il s’agit d’un coup porté à ce grand prédateur du pays, on s’empressera de l’applaudir ; mais encore ?
    En effet la question que je me pose et à laquelle je n’ai jusque-là trouvé de réponse, au-delà de toutes ces péripéties politiciennes sans doute provoquées par la relative opacité et la privatisation mercantile (voire l’avantage juteux personnel que ‘JK’ a accordé à Zuma et ses clients) que le pouvoir en place a opérées sur ce projet, c’est de savoir si un Grand Inga n’est pas après tout utile à notre pays ?
    Un frère ingénieur qui en sait un peu plus en ‘énergie’ m’avait un jour démontré sans suffisamment me convaincre que scientifiquement et au vu du développement en ressources électriques mais aussi économiquement et commercialement, le grand Inga tant vanté n’était pas la solution et surtout pas la priorité à ce stade pour le pays…
    Quelqu’un sur CIC peut-il nous apporter quelques précisions là-dessus ?

  3. Ce colonialiste n’est pas disposé à débrayer à fourrer son nez dans les affaires congolaises.

    Le seul but de son article est de donner une apparente normalité à la situation congolaise et in fine, détourner l’attention des congolais de l’occupation tutsie du Congo.

    En effet, il attribue une crédibilité à un Parlement d’ignares « atalaku » autant qu’il veut nous faire avaler que le rwandais aux bottes dejardinier a de grands projets pour le Congo

  4. mes chers Baluba, evitez ce complexe éternel envers les Rwandais. Laissez nous les gens du Kivu gererer ce dossier vous n’y comprenez rien du tout

    1. Tres bien dit …!

      Pour la plupart de ces nullards Balubas et leurs cousins Bakongo et Bangala, c’est toujours la faute des « rwandais »….

      Meme la nommination du traitre Tshibala et ses 300 « conseillers », c’est toujours « sur injonction » de Paul Kagame….

      1. Ruberwa est-il rwandais ou congolais ?

        Pourriez-vous expliquer comment un ancien chef des armées congolaises est aujourd’hui ministre de la défense du Rwanda ?

        Voulez-vous que je vous dise ce que  » ces nullards Balubas et leurs cousins Bakongo et Bangala » pensent de votre ethnie ?

    2. @CABWINE

      Mais cela fait déjà au moins 17 ans qu’on attend que vous  »les gens du Kivu » fassiez quelque chose contre ces barbares qui vous trucident et vous font fuir vos propres terres. Même vos députés à Kinshasa se sont couchés, ne disent rien. A se demander s’il y a encore des vrais  » gens du Kivu ».
      Je doute que vous en soyez un. En écrivant, je vous cite:  » mes chers Baluba  », vous vous êtes trahi. Aucun vrai kivutien n’utiliserai cette formule.
      Triste !

Les commentaires sont fermés