Guerre de l’Est: La conspiration du silence

La conspiration du silence contre l’unité, l’indépendance et la prospérité de la RDC mise à nu!

C’est dès le lendemain du déclenchement de la guerre de l’Est du Zaïre, peu après le génocide rwando-rwandais de 1994, que je ne cesse de dénoncer, dans mes écrits et publications, l’implication et la responsabilité des grandes puissances dans les crimes contre l’humanité et les pillages des minerais de sang en cours de perpétration depuis 23 (vingt-trois) ans à l’Est de mon pays , en particulier dans les territoires du Bulega (Mwenga, Pangi, Shabunda et Walikale).

Il est inadmissible que la communauté internationale demeure silencieuse, sans réagir vigoureusement pour mettre fin à ces fléaux, simplement parce que les puissances qui ont la charge de veiller au respect de l’ordre international au respect de l’ordre international actuel dans le monde sont drôlement les mêmes, entre autres les USA et les Britanniques, qui ont armé le Rwanda et l’Ouganda pour envahir et déstabiliser la RDC! Ensuite, parce que ce sont encore les mêmes qui sont les principaux bénéficiaires de tous les crimes de guerre et les pillages crapuleux des ressources naturelles de la RDC. Mon pays!

Et c’est bien ainsi, en mettant leurs intérêts égoïstes avant leurs obligations internationales, que ces puissances ont installé le monde sous une gouvernance mondiale immorale et inhumaine, la leur, qui laisse beaucoup à désirer!

Les cris d’alarme, que vous entendrez ci-dessous , provenant des autochtones Lega, mes frères, originaires et habitant dans les forêts de Shabunda (dans la province du Sud-Kivu), à l’Est de la RDC, sont clairs et catégoriques: l’infiltration et l’occupation rwandaises se poursuivent encore, bel et bien, et en toute impunité, dans le silence coupable des institutions internationales chargées de veiller sur la paix et la sécurité internationales.

En RDC, elles sont aussi, aujourd’hui, l’oeuvre des dirigeants congolais, complices des Rwandais et des Ougandais, et sont la résultante d’un complot macabre née de longue date de la collaboration entre les Occidentaux, les envahisseurs rwandais et Ougandais qui ont mené la guerre et continuent à la mener à l’Est de la RDC, assurément avec la complicité active des acteurs politiques étrangers autoproclamés congolais, leurs proconsuls!

Les Lega habitant leurs terres dans les forêts disent ne rien savoir ni comprendre de l’alliance existant entre Kagame et Joseph Kabila, entre Kabila et le nouveau président Tshisekedi en qui ils espéraient beaucoup, mais qui vient de les décevoir, de même, jusqu’il y a peu de temps, entre Tshisekedi et l’Amérique de Donald Trump!

Les Lega de Shabunda affirment avoir reçu de leurs enfants de la diaspora, notamment de ceux vivant aux Etats-Unis d’Amérique des assurances selon lesquelles le deal conclu par Tshisekedi Tshilombo avec les Américains lors de son récent séjour à Washington portait sur l’occupation et l’exploitant des ressources naturelles du sol et du sous-sol du Kivu, notamment du territoire de Shabunda considéré comme l’un des plus grands et le plus riche du pays en minerais et en terres rares les plus stratégiques au monde.

Quand on sait que les USA ont toujours couvert toutes les forfaitures rwandaises et ougandaises ainsi que celles de leurs milices en RDC, on ne peut que considérer gravement et accorder toute l’attention requise aux dénonciations des populations congolaises martyrisées de l’Est !

Et à cet égard, les Lega sont formels: l’afflux massif des Tutsi et Hutu rwandais constaté ces derniers jours en territoire de Shabunda, juste après la malheureuse décision de démobilisation et d’intégration des combattants de la rébellion rwandaise des Nyatura dans les FARDC prise par le président Felix Tshisekedi, est une éloquente illustration du début de réalisation des accords congolo-rwando-américains inacceptables conclus nuitamment sur le dos des populations congolais.

N’est-ce pas que ce sont, avec d’autres, des rebelles rwandais de Nyatura, démobilisés par Tshisekedi, qui sont en train de s’engouffrer en territoire congolais et de grossir les rangs des Rwandais infiltrés dans Shabunda?

Comment comprendre que dans un pays dont la population croupit sous le poids de la misère et de la pauvreté, des étrangers non enregistrés et non autrement identifiés puissent pénétrer sans être ni inquiétés, ni contrôlés et s’installer irrégulièrement dans un territoire considéré comme très riche aux fins prévisibles de s’y adonner aux pillages des ressources du sol et du sous-sol congolais? Et comment s’expliquer que, personne, ni des pouvoirs publics, ni parmi les hommes et les femmes politiques de toutes tendances confondues personne? Dis-je, n’a osé élever la voix pour dénoncer ou condamner un tel mouvement? Ba politiciens ya minyato!

Il y a quelques mots, j’ai moi-même dénoncé, ici-même la mise à sac et l’incendie par des hordes des Tutsi venues du Rwanda, des maisons et villages des autochtones bembe (qui sont aussi des descendants des Lega) de Fizi et Baraka, d’Uvira et de presqu’île d’Ubwari dont plusieurs milliers ont été soit noyés dans les eaux furieuses du Lac Tanganyika, soit réfugiés au Burundi! Et comme toujours, mes dénonciations sont demeurées sans écho!

Il y a quelques semaines, j’ai dénoncé, ici même, la concentration des troupes armées rwandaises venant en renfort aux Tutsi Banyamulenge infiltrés dans les FARDC ou des civils installés à Minembwe, et les combats qui ont dégénéré entre eux et les éléments des forces d’auto-défense populaire maï maï Lega (de Mwenga), Bembe (de Fizi) Fuliiro et Vira (d’Uvira) ont fait plusieurs morts! Mais, comme toujours, silence-radio du côté gouvernemental!

En même temps, je dénonçais qu’un ministre tutsi munyamulenge kabiliste, Azarias Ruberwa, du gouvernement sortant du Premier ministre Bruno Tshibala, assumant l’intérim du ministre des Transports et communications, a curieusement conclu et signé un protocole d’accord autorisant la compagnie aérienne Rwandair du Rwanda de survoler l’espace aérien congolais pour desservir la ligne Kigali-Kinshasa-Kigali.

J’estimais qu’en ce moment où tous nos efforts doivent tendre à rechercher, sans malice, les voies et moyens appropriés de parvenir à stabiliser le pays et à nous installer dans une paix durable, il était imprudent d’autoriser la compagnie aérienne rwandaise Rwandair à faire la navette entre Kigali et Kinshasa, au risque de nous inonder des nouveaux rwandais à Kinshasa.

Tant il est vrai que l’histoire de l’avion qui avait transporté les troupes rwandaises du RCD de l’Est à l’Ouest, c’est-à-dire de Goma pour aller investir Kitona et Inga (Bas-Congo), et y semer la mort et la désolation en août 1998, est encore fraîche dans nos mémoires!

A-t-on oublié que c’est la suite à cette attaque inattendue que des Rwandais et leurs complices DU RCD/GOMA avaient coupé le courant à la centrale hydroélectrique d’Inga et que tout Kinshasa avait été plongé dans l’obscurité totale pendant plusieurs jours?

Et, bien plus, il y a moins d’une semaine, je me suis fait l’écho, ici-même, des cris des autochtones de Beni et de Butembo qui dénonçaient la présence des sujets américains et français qui se déguisaient en islamistes dans leurs forêts en s’habillant comme des musulmans!

Les autochtones de Beni et de Butembo nous ont ainsi fait part de leur crainte d’une nouvelle guerre de grande envergure en préparation à l’Est du Congo!

Une question, au regard de tout ce qui précède:

Où sont donc passés:

  • Les autorités congolaises,
  • Les politiciens congolais, spécialement ceux qui se disent opposants et spécialement les élus ressortissants de l’Est siégeant au sein des institutions locales ou nationales, originaires de ces différentes contrées,
  • Les dirigeants des grandes puissances occidentales, des organisations et des institutions internationales, ainsi que
  • Les médias nationaux et internationaux?

Subsidiairement à cette interrogation, une question de vision et de responsabilité s’impose:

  • Qu’adviendra-t-il lorsque, las de dénoncer sans être entendu ni protégés, et réalisant qu’ils sont ainsi abandonnés par l’instinct de survie, tous ces autochtones se décidaient de passer à la résistance active, soit en remettant leurs anciens groupes en action, soit changeant le fusil d’épaule en opérant désormais dans la clandestinité pour asséner des coups contre les intérêts des puissances occidentales ou des Rwandais et des Ougandais, surtout dans les villes d’origine des occupants?
  • Est-ce en ce moment-là que couvriront ce qui se passera à l’Est les médias nationaux et internationaux? Ou encore, est-ce en ce moment-là que s’éveilleront et ouvriront enfin leurs bouches les dirigeants congolais et de la communauté internationale pour crier contre le terrorisme ou condamner les forces d’auto-défense populaires négatives?

Ci-dessous, le message audio d’alerte de l’un des représentants locaux du peuple lega, suivi du message portant commentaires des journalistes européens autour de l’article du quotidien britannique « The Guardian » de Londres qui confirme mes propos d’antan (Voir dans mon livre « La guerre de l’Est », 1999 -2000) sur l’implication américaine, dont je viens encore de parler ci-dessus, dans tout ce qui nous est arrivé au Zaïre (RDC), les Américains agissant derrière les Rwandais et les Ougandais depuis 1996 jusqu’à ce jour! Écoutez-les si vous le pouvez et partagez ce message à tous les Congolais vivant au pays comme à l’étranger!

 

Le Vieux, Dr Mukulumanya wa N’gate Zenda, Président du MPR.

5 thoughts on “Guerre de l’Est: La conspiration du silence

  1. Congolais, il est inutile de se retourner chaque fois vers cette communauté des intérêts dite « internationale » qui est à la base de nos malheurs. C’est comme si nous ne savions pas que les rapports entre les nations ont toujours été des rapports d’hégémonisme et de lutte. Un peuple se libère de lui-même, avec les moyens contraignants dont il dispose.
    Nous le voyons tous, la vie des Congolais ne compte pas tant pour les illuminati néo-colonialistes hégémonistes que pour leurs serfs et vassaux congolais. Nous sommes donc condamnés de nous battre pour notre surviee ou alors nous disparaitrons comme une espèce dont l’existance n’a pas d’importance et donc ne se justifie pas.
    Par consequente, une révolution s’impose afin de tout repenser, tout redefinir, tout recadrer, etc.

  2. Et dire qu’il y a encore quelques crétins, congolais, qui nient l’occupation du Congo par le rwanda…

  3. Chers Compatriotes,
    relèvons ici deux questions qui en disent long sur l’auteur de l’article : Mais où sont donc passés : « Les dirigeants des grandes puissances occidentales, des organisations et des institutions internationales, ainsi que », Les médias nationaux et internationaux?
    Ces deux questions à elles seules suffisent pour montrer le degré de naïveté et d’infantilisation du Congolais. Les grandes puissances…. sont là pour le bien des ressortissants des pays en développement et pour les Congolais ? Qu’est-ce qu’ils viendraient faire au Congo. Les médias nationaux et internationaux sont là pour le développement ou pour s’occuper de leurs propres situations ? Je comprends pourquoi tous les acteurs politiques du Congo, qui ont plongé leurs mains dans les finances du pays au grand malheur de leurs concitoyens ont toujours placé cet argent dans les banques étrangères. Ridicules ces deux questions. Il faut bien nous libérer de ces illusions que nous héritons de nos grands frères… et parents qui ont vécu avant nous et qui ont plongé le pays dans une situation dont nous récoltons les conséquences actuellement. Le Congo est aux Congolais et la libération du Congo doit se faire avec des Congolais. Nous devons, c’est le devoir sacré que nous avons, y arriver. Les aînés ont obtenu l’indépendance sans avoir aucun diplôme universitaire sauf probablement pour l’un ou l’autre. Maintenant nous avons beaucoup d’atouts pour y arriver, faisons taire nos divergences, le tribalisme et l’orgueil pour construire le Congo. Car, actuellement beaucoup de choses dépendent de nous. Que Dieu nous vienne en aide..

    1. @Elili,
      Relisez bien le texte avant de dégainer et convoquer Dieu pour qu’il nous vienne en aide.
      Aujourd’hui pendant que les congolais se font massacrer, violer et piller où est donc la communauté internationale, où sont les grands médias…
      Demain quand les congolais vont réagir armes à la main, la fameuse CI et les « grands médias  » viendront au secours de ces extrémistes Tutsi pour nous qualifier des génocidaires… c’est ce que dénonce l’auteur. Relisez entre les lignes avant de le traiter de naïf.

  4. @ Dr Mukulumanya wa N’gate Zenda,
    Merci infiniment pour ce message qui démontre une fois de plus que la situation dans l’Est du pays reste catastrophique.
    Le plus étonnant est que le nouveau président se tait et ne donne aucun plan d’action pour venir à bout du problème.
    Les déplacés, les mbororos, les massacres, les viols, … bref l’insécurité ne semble être la priorité de Tshilombo:
    ** Pas un mot dans le programme des 100 jours
    ** Aucune nomination dans l’armée et la police
    ** même Gédéon le criminel se balade en liberté
    En revanche, pour aller faire courbette au mémorial de Kagame et qualifier nos morts de simple dégât collatéral… il est rapide.
    Tshilombo a-t-il conscience des enjeux sécuritaires du pays ? A-t-il le début du commencement d’une petite idée sur ce qu’il faut faire ? Le doute est permis !

Comments are closed.