H-Katanga: Qui a « privatisé » le poste-frontière de Kasumbalesa?

Une situation malsaine règne au poste-frontière de Kasumbalesa situé à une centaine de kilomètres de Lubumbashi, le chef-lieu de la province du Haut Katanga. La Direction générale des douanes et accises (DGDA), sous Déo Rugwiza Magera, a confié, dans une totale opacité, la gestion du deuxième poste-frontière du pays – après le port de Matadi –  à la société privée « Trafigo ». Un cas sans précédent.

Eliezer Ntambwe, présentateur de l’émission « Masolo na Député »

Au cours de son émission « Masolo na Député » de mercredi 29 juillet, le journaliste Eliezer Ntambwe a fait état de la présence au poste-frontière de Kasumbalesa de deux entreprises privées qui brassent, au quotidien, plusieurs dizaines de milliers de dollar. Il s’agit de « Pacific Trading SPRL » et de « Trafigo SPRL » qui sous-traitent les activités de la DGDA. La première s’occupe de la sécurité, de la manutention dans les entrepôts et le parking. La seconde sous-traite carrément les activités douanières tant à l’import qu’à l’export.

« Eliezer » s’est attardé en particulier sur Trafigo. « A qui appartient-elle? » s’est-il interrogé. Un journaliste étant par définition un investigateur, Ntambwe n’a pas manqué de glaner quelques confidences sur ce qui se passe à Kasumbalesa. Habile, il a préféré se limiter au questionnement. Qui ne pourrait comprendre ce confrère qui a connu sa part de « tracasserie judiciaire » à l’époque du kabilisme triomphant?

En fouillant sur la « toile », il apparaît que la société Pacific Trading SPRL est présentée comme une filiale de la très controversée Congo Futur. L’ombre de la BGFI Bank apparaît en filigrane. Durant plusieurs années, cette banque était représentée à Kinshasa par le sujet tanzanien Francis Selemani Mtwale, un « cousin » à l’ex-président « Joseph Kabila ». La fratrie « Kabila » détiendrait 40% du capital de cette institution financière.

Quid de Trafigo? En scrutant la toile, on y apprend très de peu de chose. Sauf que Trafigo Groups SPRL a été immatriculée le 20 octobre 2018 au GUCE (Guichet Unique). La date de sa création remonte, par contre, au 5 février 2019. Elle est dirigée par Magali Raway Kayitesi. Le siège est situé au n°15 de l’avenue de la Paix, Quartier Beau Vent, dans la commune kinoise de Lingwala.

Bureau de la DGDA à Kasumbalesa

ÉTRANGE CONTRAT DE CONCESSION

C’est au mois de mai 2018 que l’Agence congolaise de presse (ACP), citant une source qui avait requis l’anonymat, rapportait que le gouvernement provincial du Haut-Katanga a transmis la gestion du poste frontalier de Kasumbalesa à la Direction générale des douanes et accises (DGDA).

Contre toute attente, la DGDA, dirigée alors par Déo Rugwiza Magera, décide de concéder l’administration de ce poste douanier de à une société privée dénommée « Trafigo SPRL ». On entend déjà les adeptes du juridisme épiloguer qu’un « contrat de concession » passé entre une personne publique (le concédant) et une personne de droit privé (le concessionnaire) est parfaitement légal. Sans aucun doute.

Là où le bât blesse est qu’en mai 2018, « Trafigo SPRL » n’existait que sur papier. Elle n’avait pas d’existence légale. Cette société ne sera  immatriculée que le 20 octobre 2018. Sa création n’interviendra que trois mois plus tard soit en février 2019. Voilà un étrange contrat de concession.

La DGDA avait confié la sous-traitance de ses activités à une entreprise privée qui n’avait pas encore la personnalité juridique. Cette lacune n’a pas empêché la tenue de plusieurs rencontres tripartites DGDA-Gouvernorat du Haut Katanga-Trafigo. Pourquoi cet empressement?

BAISSE DES RECETTES FISCALES ET DOUANIÈRES

Des observateurs tant à Kasumbalesa qu’à Lubumbashi ne cachaient pas un certain étonnement au vu du zèle du sous-traitant Trafigo qui a lancé, à grands frais, des travaux d’élargissement du « Parking 2 ». Celui-ci est destiné au trafic des camion-remorques, les fameux « trucks » transportant des minerais qui sortent du pays. Tout un programme.

Chargement de containers à Kasumbalesa

En « grattant » un peu, on apprendra qu’il y a une « dame » derrière Trafigo. De qui s’agit-il? Il s’agit de Jaynet « Kabila ». Procès d’intention? Assurément pas! Il est d’ailleurs loisible aux autorités compétentes de faire auditer la DGDA et d’ouvrir une enquête sur le « deal » passé avec cette énigmatique société. La DGDA était-elle indisponible pour accomplir les tâches confiées à Trafigo? Serait-on en présence d’un cas flagrant de passe-droit?

Il serait loisible également aux mêmes autorités de se pencher sur la gestion de la « Station de péage de Lubumbashi ». Il y a manifestement une « division de travail ». Le péage serait « concédé » à Zoé « Kabila ». C’est un sujet chinois, nommé Simon Kong, qui  serait chargé de la gestion. Pour la petite histoire, cette « Station » a été construite en 2011 dans le cadre des fameux « Cinq chantiers du chef de l’Etat ». Ceci explique-t-il cela?

Un mois après l’investiture de Felix Tshisekedi à la tête de l’Etat, un « lanceur d’alerte » n’avait pas manqué d’appeler l’attention du nouveau Président de la République sur la « baisse continue » des recettes fiscales et douanières dans le Haut Katanga. A en croire cette personne, la société Trafigo élude chaque mois un montant de 24 millions de dollars…

 

Baudouin Amba Wetshi

13 thoughts on “H-Katanga: Qui a « privatisé » le poste-frontière de Kasumbalesa?

  1. AVEZ-VOUS DECRIT « TRAFIGO », OU MIEUX « TRAFIC-CONS »….?
    CELLE-CI FONCTIONNE EN BOITE-MAFIEUSE AU BENEFICE DE LA FRATERIE DES RWANDO-TANZANIENS KANAMBE-MTWALE AYANT MIS LE PAYS SOUS COUPE REGLEE, INCLU CE POSTE FRONTALIER .
    VOILA POURQUOI CETTE FRATERIE CRIMINELLE SE BAT A TRAVERS SES ABOYEURS ET SA BANDE PPRD-FCC POUR SE CRAMPONNER AU POUVOIR, CROYANT FATSHI N’ETAIT QU’UN MOU ET TRES NAIF « CHEVAL-DE-TROIE » A MANIPULER POUR FLOUER LES CONGOLAIS ET LE MONDE EN ATTENDANT CE RETOUR BIEN AVANT 2023…!
    QUANT A FATSHI, « GARANT » DES INSTITUTIONS ET DU PATRIMOINE NATIONAL, INCLU SA PRETENDUE-CHASSE AUX VOLEURS ET AUX DETOURNEURS AU NOM DU « PEUPLE D’ABORD », QU’EN DIT IL…?
    ET QU’ATTEND NOTRE JUSTICE POUR ENTRER EN ACTION CONTRE CETTE FRATERIE CRIMINELLE DES HYPO, JAYNET, ZOE, SELEMANI?

  2. Mais qui d’autre peut privatiser tout autour de son bras si ce n’est la fraterie criminelle des enfants du rwandais Christopher Kanambe, pendant que l’autre fils à Etienne Tshisekedi et sa bande de talibans fumistes continuent de chansonner « l’Etat de droit » à quiconque veut les entendre?
    Notre population à l’Est est décimée journalièrement comme des mouches à la grande indifférence que ceux qui font office des animateurs des institutions du Congo soi-disant démocratique.
    La RDC est un Etat complètement râté!

  3. L’inspection générale de finances dont la direction vient d’être changée doit commencer à fouiner pour que l’Etat congolais puisse rentrer dans ses droits. Ruguiza, l’ancien DG de la DGDA a mis une espèce de chape de plomb sur cette entreprise pourvoyeuse de recettes pour l’Etat congolais, des centaines de millions de dollars disparaissent et atterrissent dans les poches de la fratries de Kabila et ses affidés congolais. Au moment où le pays a besoin des ressources pour attenuer la crise due à la pandémie de Covid 19, certains se la coulent douce au détriment du trésor public, c’est inacceptable et impardonnable. Il faut que ça change. Nous espérons que toutes ces institutions de lutte contre la corruption doivent s’activer pour traquer tous les fossoyeurs qui s’enrichissent au détriment du peule congolais. L’espoir fait vivre dit-on.

    1. MEMOIRE?
      Il ya un an, l´actuel ministre des finances devait faire une inspection á Kasumbalesa.. subitement une manifestation politique violente fit obstacle á cette visite.
      Faire que croire que l´inspection des finances ferait mieux là où un membre du gouvernement ne peut même pas s´approcher de ce site est une illusion.
      Felix sait avec precision qui est le proprietaire des entreprises qui gèrent ce poste frontalier.. C´est dans le « deal », Felix ne doit pas toucher aux activités de Kabila et sa famille biologique..
      Mais quand la crise du Covid s´impose, voyons comment Felix va continuer á proteger la maffia de Kabila.. kie kie
      Quand Eliezer parle de Kasumbalesa, pourquoi ne commence-t-il pas par le GoPass..? C´est pas si loin, c´est á Ndjili.. dans la capitale, il va decouvrir….la maffia de Kabila..

      1. L’initiative de l’enquête vient de l’IGF, restructurée par Fatshi. Affirmer qu’il ne peut toucher aux intérêts de Kabila puisque faisant partie du deal est trop simpliste. Les lignes sont en train de bouger, et la tempête arrive. La visite de Jaynet et sa suite en dit long sur cette saga

    2. Si j’etais FATshi, je n’aurais pas peur du petit-voyou de Kingakati, et je convoquerais son mec Rwandais de Rugiza pour s’expliquer sur les magouilles mafieuses au poste frontalier de Kasumbalesa, et en meme temps mettrais la Justice a ses trousses immediatement.
      A quoi sert cette pretendue Commission Presidentielle (budgetivore) de Lutte contre la Corruption que FATshi vient de mettre en place, alors que des millions de dollars s’evaporent a Kasumbalesa pour atterir dans les poches des voleurs de la fraterie Kabila et complices Katangais, Tanzaniens et Chinois au detriment du Tresor de la RDC?

      1. Rugwiza est décédé depuis quelques mois. Plusieurs enquêtes croisées sont initiées par l’IGF, la police judiciaire et bientôt avec le concours de la CPLC

  4. # “Qui a « privatisé » le poste-frontière de Kasumbalesa?” est une question à ne pas poser tant la réponse coule de source dans ce pays où le crime profite toujours à ‘l’homme venu d’ailleurs’.
    ‘Le poste-frontière de Kasumbalesa’ est le plus grand supermarché à ciel ouvert du Congo : un puits inépuisable du cash qui aurait dû abonder utilement nos douanes donc notre Trésor public mais qui tombe dans les poches des voleurs qui sont ici la fratrie Kabila avec sa clientèle en amont et en aval interne et externe. Ainsi à été organisé le dispositif idéal de pillage : la DGDA, l’institution souveraine de la douane a laissé volontiers une large passerelle aux privés devenus pilleurs autorisés des recettes du pays.
    # Ainsi l’abondante recette issue du trafic entre le Congo et la Zambie est confisquée quasi légalement par deux compagnies qui appartiennent sans scrupules aux ‘Kabila’, les complices se sucrant largement au passage quand ils ne sont pas en même temps de la famille comme l’ex et inamovible patron de la DGDA. Une corruption organisée et institutionnalisée qui va générer quelques millionnaires mais laisse le gros de la population dans la misère faute de bonne gouvernance. Et cela dans un Congo potentiellement et
    richement doté.
    # Voilà donc les drames de notre pays : une gouvernance endemiquement défaillante, les Congolais pris en otage par une famille et une force politique mercenaires qui ont fait de notre pays commun leur butin de guerre, une impuissance de notre élite politique et intellectuelle à oser le nouveau…
    Alors comment allons-nous faire pour nous en sortir ? En créant des conditions nouvelles qui favorisent davantage la réflexion, la détermination et le courage de changer. Comment encore ? En neutralisant par un soulèvement populaire, par un acte juridico-politique osé ou d’une façon ou d’une autre les fossoyeurs du pays, arriver à ce que personne ne soit plus capable de privatiser aussi grassement et aussi facilement un poste-frontière national aussi important que Kasumbalesa, etc, etc…………..

    1. Vous avez tout à fait raison. Le comble, c’est l’accompagnement des Congolais dans cette mafia. L’actuel président me semble avoir la volonté, les dispositions et la détermination nécessaires pour y mettre fin. C’est de bonne augure

  5. Imaginez ce qu’on aurait pu faire avec ces millions volés au peuple congolais. N’analysez pas ces faits comme des événements isolés. Ils font partie d’un plan d’occupation, de destruction de l’intelligentsia, du tissu économique du pays. C’est un GENOCIDE que mènent les envahisseurs. Avec la complicité des guignols, des médiocres, des bouffons congolais qu’on a placés, par procuration, au pouvoir. Souvenez-vous que le fait premier pour la philosophie est l’Esprit même des événements, l’Esprit qui les a produits, car c’est lui qui est l’Hermès, le conducteur des peuples.
    Les 15 millions.
    Les 200 millions.
    Les 50 millions.
    Et les autres millions cachés dans des paradis fiscaux de Panama papers…par les mêmes voleurs et leurs suppôts congolais.
    L’impunité, la corruption généralisée…
    Ici, il s’agit d’un Esprit de génocide du peuple congolais par les envahisseurs. Par tous les moyens. Certains refusent de voir.
    Fatshi beu…béton !

  6. Au péage de Kasangulu (Kongo Central) les caméras de vidéosurveillance ont été désactivés depuis très, très, très longtemps peut-être pour que personne ne puisse visualiser et contrôler un jour l’important trafic routier de ce péage et le coulage des recettes qui s’y opère. Inspecteur Général des Finances, installez au péage des inspecteurs pendant 1 mois 24h sur 24 et vous verrez la somme que vous aurez ce mois-là. Et n’hésitez pas aussi d’autoriser une banque autre que Rawbank pour l’encaissement des taxes de péage car le monopole bancaire peut être très suspect… Évitez de mettre vos œufs dans un même panier.

    1. @Roger,
      Voir le posting de Jo Bongos ci-dessus.
      Lorsqu’on est au sommet et on refuse de voir par peur de vexer son partenaire de Coalition (et la Mafia de Kingakati), reactiver ces cameras aux peages frontaliers serait trop oser et risquer sa jouissance de P-R.
      Ce « Peuple-a-bord de la misere » peut toujours gober des promesses !

  7. Alors qu’on vient d’evoquer le cas du poste-frontalier de Kasumbalesa privatisé, on apprend comme par hasard qu’au cours du dernier Conseil des ministres, « le président Tshisekedi a demandé un rapport circonstancié sur la multiplication des services aux postes frontaliers. Il est informé (depuis quand ?) de la résurgence du phénomène de multiplication des services étatiques et provinciaux aux différents postes frontaliers du pays, une situation qui n’est pas de nature à contribuer à l’assainissement du climat des affaires et à l’accroissement des recettes dont le pays a grandement besoin pour faire face à la crise socio-économique, entraîne de nombreuses conséquences négatives notamment des tracasseries, prélèvements illicites des taxes et frais administratifs, la criminalisation du commerce frontalier, la recrudescence de la contrebande, etc…
    Il a ainsi instruit le gouvernement, notamment les ministres ayant dans leurs attributions ce secteur, sous la conduite du Premier ministre, de lui faire en urgence un rapport circonstancié sur cette question. Il faut mettre fin immédiatement à toutes les opérations illicites et faire rapport à chaque réunion du Conseil des ministres sur l’évolution de la situation aux différents postes frontaliers du pays ».
    Pas un mot sur la ‘DGDA,’ chargée des douanes, pas un mot précis sur ‘Trafigo’ et autres  qui sévissent à Kasumbalesa et ailleurs. Osons espérer que notre Président sait en quoi les uns et les autres servent ou desservent le pays et que là
    Il a ouvert un vrai chantier qui commence et doit aller à son bon terme !
    [ https://www.politico.cd/la-rdc-a-la-une/2020/08/01/felix-tshisekedi-demande-un-rapport-circonstancie-sur-la-multiplication-des-services-aux-postes-frontaliers.html/65872/ ]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *