Haut Lomami: Le gouvernement provincial condamne « l’incursion » de trois ministres du Tanganyika

Le gouvernement provincial du Haut Lomami condamne la présence, le 22 octobre dernier, des ministres provinciaux de l’Intérieur, des Mines et des Finances de la province du Tanganyika à l’entreprise minière Minerals ressources mining (MMR) au village Kanunka, dans le territoire de Malemba Nkulu. But: percevoir les recettes dues à leur province.

La nouvelle a été donnée à la presse, jeudi 25 octobre, par le ministre provincial de l’Intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières du Haut Lomami, Banza Kissala, à l’issue d’une réunion du conseil provincial de sécurité présidée par le gouverneur Kalenga Mwenzemi Jackson.

Il a indique que ces trois ministres sont venus demander à cette entreprise de leur verser 50% de leurs recettes. Une démarche que Banza Kissala a qualifié de « pas acceptable ». Au motif, selon lui, que le Haut Lomami est une province autonome qui ne doit pas partager les recettes issues de la redevance avec le Tanganyika.

Le ministre Banza a également annoncé que les trois ministres ont confisqué les passeports de huit agents expatriés de la « MMR ».

Selon lui, le gouvernement provincial du Haut Lomami condamne avec la dernière énergie cet état cette démarche et exige que ces documents soient remis à leurs détenteurs endéans 24h pour ne pas créer des incidents diplomatiques.

Le gouvernement provincial du Haut Lomami dit s’en remettre à la hiérarchie pour trouver une solution sur le conflit des limites territoriales entre le Haut Lomami et le Tanganyika.

ACP/Congo Indépendant

2 réflexions au sujet de « Haut Lomami: Le gouvernement provincial condamne « l’incursion » de trois ministres du Tanganyika »

  1. Chers compatriotes,
    Ce sont les ministres qui doivent percevoir les taxes ? Voilà pourquoi la transition est impérative. Le pays est détruit et les mentalités des acteurs aussi bien politiques qu’administratifs sont déplorables. Ceux qui veulent accepter les élections dans ce contexte n’ont qu’un but : faire la même chose. Car, n’ayant pas appris à gérer un pays, et n’ayant en face d’eux que des médiocres, ils ne chercheront pas loin leurs références en la matière. D’où la nécessité d’une transition pilotée par un homme qui est prêt à se sacrifier pour que les institutions du pays soient mises à jour et les acteurs formés à servir le pays. Quand un ministre va percevoir les taxes, à qui va-t-il rendre des comptes ? Congolais réveillez-vous. Que Dieu nous vienne en aide.

  2. Des médiocres au service du Rwanda. Des minables qui s’écharpent pour des miettes laissées par les colons rwandais.
    Pathétique !

Les commentaires sont fermés