Incompétence

Le ministre d’Etang, pardon, le ministre d’Etat chargé du chômage, décidément, chargé de l’Emploi au sein du gouvernement Badibanga s’engage à faire de l’emploi le secteur-clé de son action. Celui qui rira aura une petite baffe.

Le Tout-Kinshasa-politique évoque avec sourire en coin la cérémonie organisée, vendredi 27 janvier, à l’occasion de la présentation, au « monde du travail », de « leurs excellences » Lambert Matuku Memas et Arthur Sedea respectivement ministre et vice-ministre de l’Emploi, travail et prévoyance sociale. « Incompétence! », c’est le mot qui fuse dans la bouche des Kinois qui étaient présents à cette manifestation.

Lisant le trouble sur mon visage, l’ami me dit avec sa rigidité habituelle: « Je vois que tu ne sais même pas ce que signifie le mot incompétence ». « Retiens tout simplement qu’un incompétent est un individu qui n’a pas les connaissances requises pour juger et décider d’une chose », ajoute-t-il.

Après cet échange, mon ami qui sait tout sur tout et presque tout sur rien sur les potins de Kinshasa-Les-Immondices, de revenir sur le sujet principal. Il me raconte que « Son excellence » Lambert Matuku Memas a réaffirmé haut et fort l’engagement de « Samy wetu » et son équipe de faire du secteur de l’emploi, du travail et de la formation professionnelle « la clé de son action ». Bualu bua dikema! (Etonnant!).

A en croire mon ami, certaines personnes présentes ont eu du mal à réprimer un fou rire lorsque Son Excellence Matuku a indiqué qu’il était possible de créer des emplois « pourvu que chacun apporte sa contribution » en soulignant que « le gouvernement met un accent particulier sur l’emploi des jeunes ».

Mon ami qui sait décidément tout sur tout et presque tout sur rien me lança: « Quelle incompétence! Ce ministre d’Etat croit-il sérieusement que son fameux gouvernement va créer des emplois rien qu’en débitant des incantations du genre abracadabra? ». Il poursuit: « Ce ministre est un parfait incompétent. Il ignore manifestement les causes profondes du chômage en République très très démocratique du Congo ».

L’ami de me souffler dans l’oreille ces mots: « Il est urgent que les dirigeants congolais prennent pour modèle les nations qui ont réussi. Aux Etats-Unis, les personnes pressenties à un poste ministériel ou la haute administration doivent subir un oral. Le but est de tester la capacité de l’impétrant à diriger le secteur qui lui est confié ». Il cite à l’appui le cas du secrétaire à l’Education Betsy DeVos qui a échoué lamentablement devant une commission ad hoc du Sénat. « Je suis sûr que Lambert Matuku aurait être recalé pour inaptitude », me dit-il.

Mon ami qui sait tout de poursuivre: « Le munyamulenge Azias Ruberwa est chargé de la Décentralisation. C’est l’occasion de responsabiliser les communes comme interlocutrices des demandeurs d’emplois en fournissant des informations sur des offres d’emploi et des formations professionnelles. Le ministre Matuku doit demander au gouvernement d’étudier avec les banques la possibilité de financer des projets élaborés par des sans emplois. Il faut encourager les jeunes à créer leurs entreprises ».

Erudit, mon ami se souvient de Voltaire qui disait: « Le travail éloigne de nous trois grands maux: l’ennui, le vice et le besoin ».

 

Robert Yuka ea Djema
© Congoindépendant 2003-2017