Infrastructures: « Kabila » bouillonne de projets pharaoniques

Président hors mandat depuis le 19 décembre 2016, « Joseph Kabila » est attendu ce mercredi 2 mai à l’aéroport international de Ndjili où il va poser la première pierre de travaux de construction d’un « nouvel aéroport ultramoderne ». Combien ça coûte? Mystère! Aucun appel d’offres n’a été lancé en violation de la loi en matière de passation des marchés publics. Comme à l’accoutumée, c’est une entreprise chinoise qui a obtenu ce marché. Ce nouveau projet intervient après la signature en mars dernier d’un contrat dit de « collaboration » avec DPW (Dubaï Port World) pour l’érection d’un port en eau profonde à Banana, au Kongo Central. D’autres infrastructures sortent des terres à Kalemie, province du Tanganyika. Mi-septembre 2016, la CENI claironnait son « impécuniosité » pour justifier la non-convocation du scrutin de l’élection présidentielle…

Partira? Partira pas? Seize mois après l’expiration de son dernier mandat, « Joseph Kabila » continue à prendre des décisions qui vont engager l’Etat congolais au cours des années à venir. Et pourtant, il ne dispose plus de pouvoirs constitutionnels. Son rôle devrait se limiter à « expédier les affaires courantes ». C’est à dire prendre des décisions d’administration quotidienne et gérer les questions qui nécessitent des décisions immédiates. Et ce jusqu’à « l’installation effective » du nouveau Président qui devrait être élu le 23 décembre prochain. A vrai dire personne ne croit à la tenue d’élections libres et apaisées.

Nombreux sont, en effet, les observateurs tant congolais qu’étrangers qui se disent stupéfaits par la « mine imperturbable » qu’arbore l’improbable successeur de Mzee LD Kabila. « Le président Kabila ne montre aucun signe de stress en perspective de son prochain départ du sommet de l’Etat, estiment les habitués du Palais de la nation et ceux de la ferme de Kingakati. Tous les meubles meublants sont toujours aux endroits habituels ». « On a déjà vu un locataire obligé d’emballer ses cliques et ses claques et quitter en catastrophe le lieu… », ironisait, mardi soir, un ancien haut fonctionnaire joint à Kinshasa.

En attendant, « Kabila » est encore là. Et il le fait savoir notamment en allant ce mercredi à l’aéroport de Ndjili où il doit lancer les travaux de construction d’un « nouvel aéroport ultramoderne ». Une grande partie des installations actuelles est vouée à la démolition.

Dans une dépêche datée du 30 avril, l’Agence congolaise de presse (ACP) précise que « le nouvel aéroport devra répondre aux standards internationaux ». Durée des travaux: 36 mois. Qui pourrait être mécontent du progrès et de la modernité?

Des questions restent néanmoins sans réponses. La pose de cette première pierre a-t-elle été précédée par un appel d’offres? Combien coûte cet ouvrage? Quelle est la provenance du financement?

« BLANCHIMENT »

« Joseph Kabila » qui a été « élu » en 2006 et « réélu » en 2011 sans un véritable programme – hormis respectivement « Les Cinq chantiers du chef de l’Etat » et « La Révolution de la modernité » qui n’étaient que des slogans creux – donne l’impression de bouillonner d’idées et des projets depuis l’expiration de son dernier mandat. Depuis le 19 décembre 2016, l’homme digère mal son inéligibilité.

Lucain Kasongo Mwadianvita

Depuis 2013, le « raïs » et ses hommes ne cessent de multiplier des subterfuges pour « conserver » le pouvoir dans le giron du PPRD, le parti présidentiel. « Kabila » n’envisageait pas moins que l’organisation du référendum. Objectif: « déverrouiller » les articles 70 et 220. On rappelle que les députés PPRD Lucain Kasongo Mwadianvita et Simplice Ilunga Monga avaient déjà élaboré et transmis une proposition de loi dans ce sens au ministre de l’Intérieur. C’était  en septembre 2015. Cette initiative est loin d’être enterrée.

Début janvier dernier, le « raïs » qui s’ennuie ferme au Palais de la nation, est allé vadrouiller durant deux semaines dans la province du Haut Katanga. Il a effectué, par la suite, une « visite de travail » à Kalemie, le chef-lieu de la province du Tanganyika. Il en a profité pour constater l’avancement des travaux de construction d’un bateau moderne de plus de 3.500 tonnes. « Un don que le raïs a offert à la population de Kalemie », dit la propagande officielle. Il a visité également les travaux de construction d’un « hôpital général de référence » confiés à l’entreprise chinoise « CREC ».

En juin 2016, « Kabila » lançait les travaux d’élargissement de l’aéroport de Kalemie dont la longueur devrait passer de 1.750 mètres à 2.500. Coût: 18 millions $. Le Groupe Malta Forrest (EGMF) a obtenu le marché. La modernisation de l’aérogare a été confiée à l’entreprise chinoise « SZTC ». Il importe d’ajouter à cette liste l’érection d’un stade omnisport au quartier Kichanga (10 millions $), et la construction d’une université confiée à la société SODEDIE. Combien ça coûte? Pourquoi Kalemie?

On allait perdre de vue le « contrat de collaboration » signé, en toute opacité, en mars dernier, entre le « Congo libéré » et Dubaï Port World (DPW) pour la construction d’un port en eau profonde à Banana, au Kongo Central. Montant: plus d’un milliard de dollar.

Quelle est la motivation qui se dissimule derrière toutes ces réalisations tardives? Un expert financier donne son analyse: « Aucun investisseur sérieux ne peut placer ses capitaux dans ce pays qui est fiché, au moment où nous parlons, comme un Etat à haut risque pour les investissements. Je parie que les infrastructures auxquels vous faites allusion servent d’alibi pour camoufler une vaste opération de blanchiment des liquidités provenant des crimes économiques… »

 

B.A.W.

7 réflexions au sujet de « Infrastructures: « Kabila » bouillonne de projets pharaoniques »

  1. CHER BAW, VOTRE DERNIER PARAGRAPHE RESUME TOUT. LA RDC SOUS CELUI QUI SE FAIT APPELER « KABILA » ET SES FRANGINS OUGANDO-TANZANIENS JAYNET ET ZOE EST DEVENU PARADIS DE LA MAFIA JUIVE (DAN GERTLER & CIE) ET INDO-PAKISTANAISE AVEC RACINES ENTRE AUTRES EN TANZANIE, ET DES PARRAINS DU TERRORISME ISSUS DES BANDES LIBANO-SYRIENNES AVEC BASE SURTOUT A DUBAI.

    LE CONTRAT-LEONIN AVEC DUBAI PORT WORLD (QUE LE GOURVERNEMENT DE DJIBOUTI VIENT DE CHASSER POUR CORRUTIONS EN SERIES) EST UN EXAMPLE RECENT DES MAGOUILLES AU SOMMET.

  2. Le mandat de Joseph Hyppolite Kabila est fini depuis le lundi 19 décembre 2016, il n’est plus président de de la RDC, il dirige ce pays par défi et, n’a aucun pouvoir d’engager le Congo avec des projets pharaoniques. Les Congolais épris de paix et de liberté n’attendent que le départ de cet ancien président qui a ruiné le Congo pour se choisir des nouveaux dirigeants à travers des élections libres, démocratiques et transparentes. Ce sont ce dirigeant élus, qui engageront le Congo avec des projets pharaoniques

  3. Tous ces projets onéreux et coûteux n’auront aucun impact sur le vécu quotidien des çongolais, la plupart sont des éléphants blancs. Les spécialistes en économie de développement se posent des questions sur le bien fondé de tous ces projets aujourd’hui dans un pays où les besoins de base de la population ne sont pas satisfaits. A peine 6 % de la population ont accès à l’eau potable, 15% à l’électricité, le système de santé est plus que défaillant, l’enseignement est à l’agonie. Rîen pour la jeunesse l’avenir du pays. Pour ce qui est des infrastructures, le Congo est un véritable trou noir comme l’a si bien dit monseigneur Ekofo. Au Congo, les produits agricoles pourrissent dans tous les coins du pays parce que les routes de déserte agricole n’existent pas, ce qui occasionne cette flambée de prix récurente dans les centres de consommation. Aujourd’hui, presque tous les pays qui sont gérés avec sérieux investissent dans la nouvelle économie, dans le numérique, mais au Congo, on continue à dépenser de centaines de millions dans des secteurs qui ne crée aucune valeur ajoutée. Le tourisme, un atout majeur pour notre pays ne fait l’objet d’aucune attention particulière. Celui que se appeler Kabila s’est entouré de béni oui oui et des escros de tout acabit qui en profitent pour s’en mettre plein les poches. Lui même et son entourage ont réalisé un hold-up du siècle au Congo. Aidés à cela par des individus sans scrupule. Dan Getler a été au cœur d’un système mafieux à grande échelle dans le secteur minier. Certains aventuriers en ont profité pour s’enrichir en un laps de temps très court, c’est le cas de Moïse Katumbi qui se pavane en Occident avec la fortune amassée au Congo, lui qui n’était qu’un petit vendeurs de poisson, se déplace en jet privé, logé dans des hôtels de grand luxe, derrière lui, il y a une ribambelle de courtisans prêt à tout pour le placer à la tête de notre pays, histoire d’opérer en toute quiétude. Le Congo ne pourra jamais amorcer sont développement avec ce régime de prédation, une mafia tentaculaire qui s’est emparé de tous les secteurs de la vie.

  4. Je pense que c’est en août 2010 au moment du cinquantenaire que j’ai payé pour la 1ère fois la taxe aéroportuaire dénommée Go pass à l’aéroport dit international de Ndjili, la justification était la modernisation des infrastructures. Ce qui me paraissait une raison discutable du fait que lorsque l’on paie son billet, il existe déjà une taxe aéroportuaire. Chaque année, lorsque je vais en Rdc, à la sortie, je paie une taxe de 50$us et depuis environ l’année 2014, elle est accompagnée d’une taxe de la ville de Kinshasa d’un montant de 5 à 6$us. Durant tout ce temps, cet aéroport a été laissé à son triste sort sans aucune modernisation,j’en sais quelque chose parce que chaque année, j’y suis au moins trois fois. En 2015 si je me souviens encore, l’on est pris en charge à notre arrivée à Ndjili par une émission de télé 50 faisant la propagande d’un aéroport qu’il appelait modulaire, je me souviens que j’ai refusé de donner mon avis au journaliste de télé 50 que j’avais trouvé sur place. Si mes souvenirs sont encore bons, j’avais aperçu dans le vol en question l’honorable Samy Badibanga. Cet aéroport modulaire m’a fait penser à l’aéroport régional de Charleroi. Donc après environ 10 ans de go pass, ces dirigeants hors mandat pensent maintenant construire un aéroport qu’ils disent ultramoderne. Et les congolais vont se faire de nouveau avoir comme d’habitude à ce mirage. En 10 ans, l’argent du go pass a été utilisé à autre chose et aujourd’hui on lance des travaux que moi, j’appelle des éléphants blancs. Parlons concrètement, j’ai passé 26 jours en avril 2018 à Kinshasa : résultat : des infrastructures routières largement déficitaires, l’eau et l’électricité problématiques, une puanteur innommable due aux déchets ménagers, une forte chaleur on me dira que c’est un pays chaud, une misère indescriptible qui a rendu les gens méchants, une insécurité incroyable même en pleine république de la Gombe, des forces de sécurité dérangeantes, des églises toutes tendances à profusion, etc….
    Peut-on nous congolais, ex zaïrois nous regarder dans le blanc des yeux et nous poser les bonnes questions. Pourquoi laissons-nous notre pays dériver ainsi ? Sommes nous conscients que nous assistons à la déliquescence lente mais sûre de notre pays ? Nous risquons de voir ce pays se décomposer définitivement. Nous avons une terre fertile avec plein de cours d’eau, un sol et un sous-sol riche mais vraisemblablement des dirigeants incapables d’organiser convenablement notre société. A qui cela profite-t-il ? Moi qui ne suis pas partisan du processus électoral tel qu’il se déroule actuellement, je crains que l’après élection risque d’être l’avant élection. En 26 jours, je n’ai senti à aucun moment qu’un gouvernement existe, c’est l’anarchie totale et malheureusement depuis bien longtemps. Voilà une autre pompe à fric créée par Kabila et son clan accompagné des faux opposants. Triste pour mon pays.

  5. Ils sont que dans les imaginaires depuis 2001 jusqu’ à présent et ne lisent pas les signes de temps. Ils ne sentent même pas la mauvaise odeur au tour d’ eux.

  6. Il parait que le chef du gouvernement actuel est un opposant endurci durant 26 ans auprès de feu Etienne Tshisekedi! Pourquoi n’arrive-t-il pas à faire la différence?

    Question à 1.000 F.C.!

    1. @BOKULU NKOY
      Il ne peut pas faire la différence car c’est un MÉDIOCRE qui se satisfait de servir l’imposture. Son objectif, c’est de remplir ses poches et sortir de sa condition d’ancien pauvre. Voilà.
      J’ai répondu à la question. Vous me devez 1000 F.C.

Les commentaires sont fermés