Joseph Kabila: Assassin de Mzee Laurent Désiré Kabila?

Bamba di Lelo
Bamba di Lelo

Yerodia Abdoulaye a dit: « Le colonel Eddy Kapend est innocent, mais on ne peut pas le libérer de la prison tant qu’on n’aura pas trouvé de vrais coupables ».

Cette réflexion impertinente, voire inopportune, et à contre sens, en appelle à une question fondamentale, celle de savoir si sur le plan de la forme et du fond, ce raisonnement de l’ancien collaborateur de Mzee Laurent Désiré Kabila, tient à quel principe juridique moral? Diarrhée du verbe, ou signe d’incompétence de nos libérateurs d’hier?

Il est dommage et bien triste qu’une telle déclaration émane d’un membre du gouvernement et de surcroît, proche collaborateur et confident attitré du Président défunt, et que cette attitude, pour le moins étrange laisse plus d’un d’entre nous perplexe et dubitatif, ce dont personnellement, devant une telle prise de position, je me questionne de cette attitude qui se joue et ébranle des vies humaines dont celles des détenus sans délit, de nos compatriotes congolais séquestrés et isolés dans une prison aux odeurs nauséabondes, cités de manière arbitraire par les ennemis bien connus de notre peuple au sujet de l’assassinat de Mzee Laurent Désiré Kabila.

Depuis bientôt 20 ans, où en sommes-nous dans la recherche de ces vrais coupables? Pourtant l’énigmatique Yerodia Abdoulaye Ndombasi qui s’en est allé, lui aussi, ad patres, en nous laissant dans la soif de la recherche de la vérité, et par ailleurs, devant les paradoxes qui nous poussent à présumer lesquels donc, ne font pas avancer notre peuple vers des lendemains meilleurs, tant qu’on n’ose pas crever l’abcès, des multiples zones d’ombre, et de turbulences sans fin au quotidien, dont souffre notre jeune nation.

Après plusieurs années d’attente, à l’issu d’un procès orienté, bâclé et indigeste, par une juridiction d’exception, de la Cour d’Ordre Militaire, le mystère demeure entier: l’assassin de Mzee Laurent Désiré Kabila n’est toujours pas désigné formellement, hormis Rachidi qui, de fait, ne serait qu’un cache-sexe, un parfait bouc émissaire dont personne à ce jour, n’est parvenu à exhiber avec exactitude l’arme du crime en sa possession au moment des faits.

Cependant, on tâtonne ici et là… Mais avec le recul et autres moyens d’investigation à notre portée, l’auteur de ces lignes, en sa qualité d’ancien Juge de Police à compétence générale, disposant d’une expertise enrichissante dans ce domaine, estime pour sa part, et au vu du contexte, ce dernier n’hésiterait pas sans un seul instant, de citer Joseph Kabila, vrai ou finalement faux fils de Mzee Laurent Désiré Kabila, comme auteur intellectuel, le vrai assassin, et le coupable de l’assassinat de Laurent Désiré Kabila ancien président de la République Démocratique du Congo, dont la disparition fait rêver bon nombre de Congolais qui attendent indéniablement un jugement clair, et non biaisé, sans omettre d’adresser un mandat de comparution à Joseph Kabila lui-même.

Logiquement, Joseph Kabila est comptable du crime d’assassinat de son prétendu père, Mzee Laurent Désiré Kabila, car il a fait partie, et il demeure un agent des plus pernicieux, de ceux qui sont venus détruire le Congo, pour s’emparer de sa terre et de ses richesses. Joseph Kabila étant sadique, pensez-vous, chers compatriotes, que le corps de Laurent Désiré Kabila soit encore dans ce fameux mausolée à la Gombe? Je pense que Joseph Kabila a bien fait les choses pour lui en y enlevant toute trace qui le condamnerait.

Voilà pourquoi, aujourd’hui, comme nous pouvons tous le constater, Joseph Kabila, cet imposteur rwandais, se démène, à l’instar d’un diable dans un bénitier, pour assurer sa survie existentielle, à travers une survie politique qui le mettrait hors d’atteinte de la justice du peuple congolais. Mais, quoi qu’il fasse, en signant un deal intempestif, ici et là, l’étau se resserre autour de ce rebelle du Front Patriotique Rwandais FPR en sigle, Hippolyte Kanambe de son vrai nom. Au fur et à mesure que le tapis du temps impitoyable de l’humanité se déroule devant nous, les choses se révèlent plus claires et plus manifestes : le tueur de Mzee Laurent Désiré Kabila est à chercher dans les cordes mêmes de Joseph Kabila, prétendument fils du président défunt. Et si tel était le cas, ne serions-nous pas ici devant un cas de parricide?

Il est à noter, toutefois, que la date du 16 janvier 2001 restera à jamais gravée dans nos mémoires. Car, le Congo-Zaïre a perdu un digne combattant qui portait dans son cœur l’amour de son peuple pour propulser ce dernier au sommet de la gloire dans le concert des nations. L’assassinat et pas seulement un meurtre, de Laurent Désiré Kabila, fut un acte prémédité, bien préparé avec précision. Dommage que ce soit lui Mzee Laurent Désiré Kabila qui nous a emmené dans ses valises un encombrant héritage : la progéniture d’Adrien Kanambe, cela dit en passant!

La vérité est têtue, dit-on, et par la suite, il y a des signes qui ne trompent pas certaines intelligences. Si aujourd’hui, comme en tout temps d’ailleurs, on se permet de soutenir la thèse du contraire, c’est-à-dire la thèse selon laquelle le crime d’assassinat de son prétendu père, Mzee Laurent Désiré Kabila incombe à Joseph Kabila, c’est pour la simple et bonne raison que ce dernier a volontairement détourné, sans l’avis préalable des services compétents de l’Agence Nationale de Renseignements (ANR en sigle) à charge de la sécurité du Président de la République, qui aurait dû voyager pour le Cameroun en vue de prendre part à la réunion de la Francophonie, a été, malheureusement, contraint par Joseph Kabila, de ne point s’y rendre, car un complot était ourdi contre lui. Par la suite, Joseph Kabila va même inviter Mzee Laurent Désiré Kabila à se replier sur Lubumbashi. Ce que le président fit, docile et confiant en son fils Hippolyte Kanambe. Habité par l’esprit démoniaque, et ayant déjà un plan préconçu en tête, ce dernier va changer de position, il va donc demander, une fois encore, à son père, de rentrer à Kinshasa où, selon Joseph Kabila, il y avait plus de sécurité pour un Président de la République!

Souvent distrait pour la folie du pouvoir, et comme l’a si bien reconnu Che Guevara, en abandonnant sans préavis, Mzee Laurent Désiré Kabila dans le maquis de Fizi, pour ses excès et manque d’anticipation, s’exécuta sans se poser la moindre question aux balivernes de son enfant, alors chef d’état-major des forces terrestres, rentra donc, sans cordon de sécurité à Kinshasa à l’endroit désigné, et à l’heure précise: le forfait évitable, malgré tout, arriva!

A l’analyse de ce qui précède, rappelons, toutefois, que Joseph Kabila, n’avait donné aucun gage de sécurité au Président de la République, qui allait être assassiné assurément, selon un plan préétabli par ses commanditaires. Ainsi, on constate par réminiscence que Joseph Kabila a manipulé et a conduit Mzee Laurent Désiré Kabila à l’endroit précis, c’est-à-dire au Palais de marbre et à l’heure choisie, sa victime offerte!

En conséquence, il est totalement inutile de chercher le bouc émissaire ailleurs, car, en effet, Joseph Kabila ne demeure pas moins, cet assassin visible tant sur le plan de fait que de droit de Mzee Laurent Désiré Kabila. Il est donc, totalement inutile de chercher le faux fuyant et/ou midi à quatorze heures.

Chers compatriotes,

Pour clore cette page sombre de notre histoire immédiate, nous tenons à vous signaler que le temps du silence est révolu; la peur de Joseph Kabila est à renvoyer dans les oubliettes. C’est lui donc, et non le peuple congolais qui doit trembler de tous ses membres, car il ne sait pas, en cherchant à revenir au pouvoir en 2023, ce qu’il fera de ses milliards et de la multitude des maîtresses qui l’entourent sans discontinuité, avec elles, des vagabonds politiques de tout bord. In fine, Joseph Kabila ignore, en effet, ce qui l’attend dans l’au-delà, dans la fosse des morts!

En sus, comme Joseph Kabila a choisi le chemin des ténèbres sur la vérité du Congo et le destin des Congolais, il appartient à notre peuple de le conduire à la lumière de la vérité, en commençant par ce qu’il entend manifestement demeurer: un criminel, un assassin, un mercenaire, et un tortionnaire schizophrène, souffrant des troubles qui l’empêchent de réfléchir, de ressentir et de se comporter de manière claire dans la société.

En réalité, Joseph Kabila est un fou qui s’ignore. Sa place se trouve en prison, et, ou, encore mieux, dans un asile psychiatrique.

C’est ainsi que lors de mes interventions précédentes sur ce sujet précis, je me suis toujours employé à montrer qu’il n’y a aucune raison, aujourd’hui, de continuer à enfermer en prison, 18 ans durant, le colonel Eddy Kapend et ses compagnons, car, ils sont totalement innocents!

A leur place, il y a quelqu’un d’autre qui doit aller occuper cette geôle de Makala aux odeurs nauséabondes.

Il s’agit bien de Joseph Kabila, sans plus!

 

Par Bamba di Lelo
Docteur en Sciences Politiques de l’UCL
Analyste des Questions politiques du Congo
E.mail : jabadil@hotmail.be

29 thoughts on “Joseph Kabila: Assassin de Mzee Laurent Désiré Kabila?

  1. Chers Compatriotes,
    Si on peut encore douter de la réponse à la question qui constitue le sujet de cette réflexion du Dr Bamba, un constat est cependant là. L’assassinat du Mzee Laurent Désiré Kabila a profité à Joseph Kabila qui est devenu président de la République. Devenu président, JK a éloigné systématiquement tous les collaborateurs de son père. Hasard ? ou une démarche tactique ? A chacun sa réponse. Mais une question que je ne peux m’empêcher de poser : « Durant tous ses mandats présidentiels, qu’est-ce que JK a fait pour que les investigations sur l’assassinat de « son père », aboutissent à une hypothèse publiée concernant l’assassin et les commanditaires ? » JK, président « silencieux » ressemble curieusement à une arme silencieuse qui tue discrètement. Le cas d’Eddy Kapend reste cependant énigmatique. Ceux qui se sont frottés directement au pouvoir de JK ont été éliminés physiquement sans hésitation et parfois de façon très cruelle: « Chebeya, Bazana, Tungulu… ». Mais comment se fait-il qu’Eddy n’a pas subi le même sort que les autres qui ont été effacés de la surface de la terre sans hésitation ? Eddy est-il gardé en prison tout simplement parce qu’il est soupçonné de quelque responsabilité au sujet de l’assassinat de Mzee, ou il est là pour quelqu’autre raison ? Le docteur Bamba peut clamer tout haut l’innocence d’Eddy Kapend. Cette innocence concernerait quel chef d’accusation ? Devant quelle instance judiciaire Eddy a été traduit pour que son emprisonnement ait été décidé (décision judiciaire)? Cette situation invite plus à la prudence, je crois que l’avenir pourra nous révéler d’autres éléments pour bien comprendre ce qui se passe maintenant. Que Dieu nous vienne en aide.

  2. Au Prof. Bamba di Lelo,
    Je viens de lire avec un grand intérêt votre article ( Joseph Kabila : Assassin de Mzee Laurent Désiré Kabila ) publié par le site de congoindependant.com, et relayé par notre compatriote Musafiri Katabana. C’est un bon article et une analyse convaincante que j’ai beaucoup apprécié, pour autant que la vérité doit être dite et alors toute la vérité. Je vous remercie très sincèrement pour la clarté de votre article. Merci beaucoup pour votre rigueur dans la recherche de la vérité. Enfin, Joseph Kabila mérite un châtiment exemplaire allant de la prison à vie, à la pendaison publique !
    J’ai dit !
    Kolomboka

  3. C’est une analyse fort éclairante. Evidemment tout le monde sait et même les juges de la Cour d »Ordre Militaire le savent, que c’est Joseph Kabila qui était à la manœuvre dans ce jeu de ping pong ayant conduit au meurtre et à l’assassinat de Mzee Laurent Désiré Kabila . Mais à ce jour, personne n’ose dire un mot sur le sujet. On a tous la peur bleu, et finalement, on s’accommode de cette situation de fait, pourtant, d’extrême gravité. Par la suite, tous le congolais ayant vécu cette péripétie événementielle et qui se taisent par complaisance sont qualifiés ni plus, ni moins de vulgaires complices au service des « occupants rwandais  » dans notre pays !

  4. Bien que écarté de la vie publique, Joseph Kabila continue à diriger le Congo – Démocratique de main de fer et ce par personne interposée : Félix Antoine Tshilombo en est l’arbre qui cache la foret certes. Je précise par ailleurs que le nouveau président de la république lors de sa prise de fonction en janvier dernier, n’avait-il pas dédouaner Joseph Kabila de tous ses crimes ? A l’appui, Félix Tshilombo a même juré de ne pas fouiner sur le passé lugubre de son prédécesseur, en se montrant davantage complaisant n’est ce pas ? Mais qui va de nouveau ouvrir le débat sur ce dossier sensible relatif au meurtre de Laurent Désiré Kabila, pendant que le système mortifère mis en place par Kabila junior, continue à imposer sa loi et à exercer son influence sur tout ce qui bouge ? Bamba di Lelo a osé marquer un pas, en espérant que d’autres intellectuels congolais vont également se mouiller dans cette ténébreuse affaire pour rétablir la vérité juridique éloignée ! Cependant, on doit prendre soins d’écarter du processus d’une enquête ultérieure, tous les juges corrompus de la Cour d’Ordre Militaire d’exception de la Ville de Kinshasa, pour autant que tous ces juges vivent actuellement dans une opulence insolite et scandaleuse !

  5. Muana Kinshasa,
    Vous avez raison de nous prendre tous pour de vulgaires complices dans cette affaire de l’assassinat de Laurent Désiré Kabila ? Car comment comprendre qu’à ce jour et en dépit de tout, les Députés congolais se permettent-ils sans scrupule, de désigner Janeyt Kabila, jumelle de Joseph Kabila, tous deux nés le même jour, mais dans des localités différentes étonnement, de devenir contre toute attente, présidente de la grande commission sécurité et défense de notre pays ? Vraiment on est descendu trop bas pour des libéralités inutiles. Mais je parie que le jugement de l’histoire ne nous sera pas du tout tendre demain. Nous sommes tous sans exception aucune un peuple inexcusable ! A cette allure, Joseph Kabila peut reprendre son fauteuil présidentiel sans heurt, et à tout instant, car la voie lui est largement ouverte ! On n’est finalement quel genre de peuple …?
    Asumba na Nganda
    Major

  6. Cher ami Emilie,
    Je viens de prendre connaissance de votre brillant commentaire. Coup de chapeau. Mais et cependant, je vous fais remarquer que le Colonel Eddy Kapend est innocent dans cette affaire, car si dernier était lié de près ou de loin dans l’assassinat de Laurent Désire Kabila on le saurait depuis. Sa détention de presque 20 années consécutives n’est qu’une injustice fkagrante qu’on ne saurait supporter, ni également obtenir une réparation ontologique. De fait, je m’imagine que si Eddy Kapend voulait prendre le pouvoir pour devenir président de la république il le serait. Car c’est un soldat tout fait et il a toutes les aptitudes requises pour accomplir ce rôle ingrat pour son peuple. Bref, Eddy Kapend est innocent dans cette aventure fabriquée de toutes pièces par Joseph Kabila lui même ainsi que des prédateurs occidentaux voués à sa cause et qui tirent des dividendes importantes de ce crime crapuleux !
    J’ai dit !
    Kolomboka

  7. Est ce que le Professeur Bamba di Lelo peut-il valablement nous expliquer, du point de vue sociologique, quelles sont les causes profondes, qui entraînent le peuple congolais ainsi que l’ensemble de ses élites, à amadouer, à applaudir et à adorer disons le ainsi son bourreau comme c’est le cas aujourd’hui avec l’imposteur du siècle Joseph Kabila ? N’est ce pas ce cruel individu qui a tué Floribert Chebeya, Fidèle Bazana, Armand Tungulu, Rossy Mukendi , Mbunza Mabe, Célestin Bahuma et tant d’autres compatriotes congolais dont l’énumération ici serait fastidieuse ? Ce phénomène qu’on vit actuellement, est-il dû à cause de notre faiblesse d’esprit, de notre aliénation mentale, où serions nous tout simplement des sous hommes, en manque d’équilibre au niveau du cerveau ? Il est temps que les psychanalystes congolais, alors les véritables, s’y penchent avant qu la transmission des gènes n’affectent considérablement les générations à venir . Cela va de la survie de la Nation toute entière !

  8. [Et, d’après le Général Kayumba Nyamwasa, l’ancien Commandant de la Police Militaire rwandaise, Chef du miliaire, Directeur des Services des Renseignements rwandais, et ambassadeur du Rwanda aux Indes, dans son « Kagame est responsable de la mort de trois chefs d’états Africains (Juvénal Habyarimana du Rwanda, Cyprien Ntarimana du Burundi et Laurent-Désiré Kabila de la RDC) », interview apparue dans City Press de l’Afrique du Sud (le 29 Juillet 2012) : « En 1998, je lui dit (Kagame) que sa politique au Congo était de la folie. C’est à ce moment-là que j’aurai dû lui quitter, mais il était impossible de le faire… (Il est) vicieux, rancunier, erratique, insensible, avare, et meurtrier… En 2001, Kagame donna l’ordre pour exécuter le président de la RDC, Laurent Kabila, parce qu’il avait désavoué les accords qu’il avait signé avec lui. Lors d’une réunion des hauts officiers militaires, Kagame dit qu’il fallait se débarrasser de Laurent Kabila. Je répondis que cela coûterai trop cher en vues humaines. Nous ne devons pas le faire… Il est un secret public que Kagame avait agi sur sa menace et il exécuta Laurent Kabila. (Cet ordre de Kagame fit mis en exécution par son agent à Kinshasa, Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila) »…] Extrait tiré du Livre {« JOSEPH KABILA », USURPATEUR D’IDENTITÉ, IMPOSTEUR ET CHEVAL DE TROIE RWANDAIS AU CONGO. Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila : Rwandais Tutsi et Agent d’Hitler Paul Kagame en RDC [LES PREUVES]} page 12 du Professeur Yaa-Lengi M. Ngemi… Ainsi soit-il… Ingeta

  9. Chers Compatriotes,
    Voilà des trahisons du pays dont personne ne parle. La « soeur Jumelle » du Raïs qui occupe une commission parlementaire aussi stratégique. Qui lui a ouvert cette porte ? Cher Asumba, ne parlez pas du peuple qui serait inexcusable en premier lieu. Parlez d’abord des députés qui sont actuellement au parlement. Le peuple ensuite. Mais un peuple affamé, paupérisé ne doit s’occuper que de la première réalité évidente et nécessaire à sa survie: la nourriture. Un peuple affamé, malade peut-il avoir l’énergie nécessaire pour réagir et faire une révolution ? La porte ouverte du Raïs à un autre mandat présidentielle peut lui être encore fermée par l’application de la Constitution avec l’aide de la solidarité internationale. Mais il est temps que le peuple congolais, en commençant par les députés cesse de continuer à trahir le pays et l’avenir de nos enfants. Que Dieu nous vienne en aide..

  10. A lire correctement le point de vue émis par Monsieur Elili, je m’imagine qu’il doit y avoir certainement dans ce dossier judiciaire certaines vérités cachées, que seuls les plus proches collaborateurs du président assassiné, peuvent nous correctement, fournir la lumière éclairante. Il s’agit d’Eddy Kapend lui-même, de Mota de Mwenze Kongolo et pourquoi pas de Joseph Kabla lui aussi ? Il y a des élément essentiels qui concourent dans le sens d’un complot ourdi par ses proches collaborateurs « Katangais » , contre cet éminent personnage liquidé, pour son parler vrai, et sa prise de conscience tardive, à vouloir se détacher de ses alliés rwandais et ougandais, faiseurs de « Roi » par essence, au service de certains prédateurs occidentaux. Pour ma part, je constate malheureusement, que nous sommes en face d’un procès inachevé, et manipulé à outrance. La plupart des détenus vivants où décédés ne sont pratiquement que des simples innocents. Mais leurs détentions prolongés en prison , n’est qu’un prétexte et un maquillage de mauvais goût pour justifier l’injustifiable. On doit les libérer sans plus attendre en les indemnisant au plus fort de prix !

  11. On a entendu dire que le Colonel John Thibangu serait libéré de la prison de Ndolo où ce dernier est emprisonné dans des conditions dégradantes, humiliantes et insupportables. Après vérification, rien n’y fit. Au contraire, on nous balance l’information selon laquelle le militaire est soumis à certaines contraintes d’ordre administratif. Ce qui est de nouveau faux. La réalité est que ce dernier est un prisonnier personnel de « Raïs » qui n’a toujours pas donné un mot d’ordre concernant sa libération proprement dite. Pour rappel, Joseph Kabila continue à diriger le Congo par personne interposée. Félix Antoine Tshilombo ne comprend rien, ne dirige rien et ne contrôle rien du tout. Les cris de joie et d’espérance des Talibans n’est que de la manipulation pour nous maintenir dans l’ignorance absolue. Il nous faut donc, une révolution contre le système de prédation actuelle afin de nous sortir dans ce bourbier qui risquerait de nous faire perdre la « terre » nous léguer par nos ancêtres. A la longue on n’aura plus des cimetières pour enterrer nos morts. Il y a urgence dans la demeure !

    1. Tu fais semblant de n´avoir pas entendu l´appel de Yakutumba ? Allez le rejoindre au lieu d´entonner sans cesse le refrain « Kabila dirige » et rabâcher ces « il nous faut une révolution, un soulèvement… »

      1. Citoyen Professeur Procongo,
        Je ne crois pas me tromper en vous disant que les Congolais et intervenants de CIC seraient beaucoup ravis de profiter de votre immense savoir si de temps à autre vous leur proposiez quelques savantes idées de votre cru plutôt que de toujours être là à la chasse de quelque interlocuteur que vous aurez décrété ennemi et nul.
        Kiekiekieeee, je me désolais simplement de vous lire seulement rabrouer celui-ci, celui-là, vous êtes capable de mieux : plutôt que de venir toujours montrer votre tête expéditivement et légèrement contre le dernier intervenant, un avis original et bien réfléchi satisferait tout le monde et honorerait votre rang de grand professeur, du moins je le crois.
        Kaka na esprit ya bien, kiekiekieeeeeee

      2. Grand prof Nono,
        (« toujours être là à la chasse de quelque interlocuteur que vous aurez décrété ennemi et nul » : Quand Nono fait la même chose – et il le fait souvent -, il se dit qu´il réagit à un post. Les mots changent, la subjectivité du récit ayant fait son travail. Naseki; omipesi même la peine ya koluka ba mots ya minene: décréter, ennemi… Kiekiekiekie)
        YAKUTUMBA a fait un appel. Si vous, vous venez ici pour étaler votre immense savoir, sachez que ce n´est le pas cas pour tous. Les Congolais ont l´art de se distraire, de pérorer pour se faire plaisir, ba rabachages mpo na komisepelisa nzoto. 18 ans à dire les mêmes choses sans agir, sans résultat. Yakutumba, fils du pays, a lancé un APPEL.

      3. Citoyen Procongo,
        Je ne ferais que la même chose que vous ? Kiekiekieeee, honte à moi si c’est le cas. Entre-temps relisez-vous consciencieusement, relisez l’essentiel de vos interventions ici et relisez-moi, qui sait si vous ne comprendrez pas mieux mon pauvre reproche, passons…
        Yakutumba fils du pays a lancé un appel ! Il l’a adressé à tous les fils du pays, à vous comme à tous les Congolais, pas plus à quelqu’un d’autre sauf vous comme vous nous le proclamez sans honte. Autrement dit, où seriez-vous différent, Professeur Procongo, de « tous ces Congolais dont vous dites qu’ils ont l´art de se distraire, de pérorer pour se faire plaisir, ba rabâchages mpo na komisepelisa nzoto. 18 ans à dire les mêmes choses sans agir, sans résultat » ?

      4. NONO,
        comme moi vous « réagissez » à ce que vous lisez. Est-ce le verbe « réagir » qui vous dépasse? Honte à moi, si je suis un fanatique INCONSCIENT comme vous. Vous pouvez encore retrouver sur congoindependant ma lecture critique du discours de Monsengwo en Belgique. En bon fanatique, vous avez considéré mes (longs) posts comme de longues proses, alors que vous n´aviez pas lu le discours de Monsengwo, vous contentant, en bon fanatique endurci, de me dire que « nous connaissons tous Monsengwo… ». Et pourtant un intellectuel sérieux se serait donné la peine de lire le texte et de fonder son obejction sur lui. Écoutez, NONO, vous allez vous contenter de ce que j´écris: une « longue prose » ou une phrase. C´est curieux que l´appel de Yakutumba vous irrite tant. C´est presque stupide de s´emporter contre un simple post qui rappelle à celui qui parle de révolution (soulèvement) qu´il y a déjà l´appel de Yakutumba. NONO, vous vous ennuyez? Ozangi ya kosala? Naposa ya koseka.

  12. Chers tous,
    Ici, je me permets de dire que tout le monde sait , que c’est Joseph Kabila, le proconsul de Kagame et de Museveni qui avait reçu ordre de ses mentors de tuer Mzee Laurent Désiré Kabila, mais personne n’ose dire quelque chose la dessus. On s’accommode, et on devient tous complaisants et complices de ce cirque de violence qui n’a aboutit qu’à maltraiter des pères de familles innocents. Bientôt 20 ans d’emprisonnement pour des paisibles citoyens innocents, et en échange, le pouvoir qui a quelque chose à cacher dans cet imbroglio judiciaire, tente désespéramment de maintenir contre toute procédure légale, bons nombres de collaborateurs de l’ancien Chef de l’Etat, dont la vérité commence à éclater au grand jour !
    Bravo à congoindependant.com mon journal en ligne préféré et à la perspicacité exceptionnelle du Prof. Bamba di Lelo

  13. Procongo,
    On dirait que vous n’aviez rien à dire ? Votre observation me semble lacunaire et impertinente. Expliquez vous correctement afin de pousser la curiosité des lecteurs de vous répondre. Relisez votre phrase, et vous remarquerez que celle-ci est décousue, incomplète et on a difficile de découvrir votre démarche de la pensée. Je sais que vous êtes un « Taliban » mais je vous fais remarquer que Félix Tshilombo ne connaît rien, ne maîtrise rien et ne dirige rien. En dehors de multiples voyages touristiques à l’étranger, seriez -vous en mesure de me présenter une seule initiative que votre dauphin Félix a déjà pris sans l’aval de Joseph Kabila ? Un peu de réserve et d’humilité !
    J’ai dit !
    Kolomboka

    1. Kolomboka,
      prochainement oyeba ko se concentrer sur ce qui est dit. Ba frustrations na yo ya Tshilombo, ba discussions ya Zando (que vous adorez) entre bino na bino « ba talibans, mpangistanais, boko haram, etc. » etali bino moko et le Congo n´y gagne rien. Toute honte bue, vous concluez par « un peu de réserve et d´humilité » comme si vous en avez fait preuve dans votre torchon (tissu ya ba hors-sujets). Fanatique inconscient. Attendez ceux avec qui vous faites l´’INCESTE’; ils vont vous rejoindre dans votre lit de buzoba.

      1. @Procongo
        Notre Compatriote Kolomboka « vous fait remarquer que Félix Tshilombo ne connaît rien, ne maîtrise rien et ne dirige rien. En dehors de multiples voyages touristiques à l’étranger, seriez -vous en mesure de me présenter une seule initiative que votre dauphin Félix a déjà pris sans l’aval de Joseph Kabila ?  » C’est sa parole qui pour vous n »est qu’un tissu ya ba hors-sujet, les frustrations d’un fanatique inconscient sur Tshilombo… ». Pourquoi pas mais en quoi votre réponse représente-t-elle un avis réfléchi et documenté hors « rabâchages de talibans, mpangistants »… à sa interrogation ? Si vous ne pouvez y répondre, j’espère que les lecteurs de CIC auront compris, eux, que ne vous ne faites pas mieux comme sont vos soi-disant savantes prétentions…
        Qu’aurais-je voulu ne plus m’attarder sur ce genre de futiles chamailleries mais… !?

      2. NONO,
        « Notre Compatriote Kolomboka « vous fait remarquer que Félix Tshilombo… » : PREMIÈRE leçon pour bien discuter, il faut se poser la question « DE QUOI S´AGIT-IL ? ». Vosu faites ça na NKO ? Je parle de Yakutumba, un fanatique inconscient surgit, se met à parler de Félix et veut que je le suive. Et ses partenaires dans l´INCESTE (comme Nono) veulent que je le rejoigne. Nono ngai, ba changesaka ngai sujet boye te neti na ba discussions ya Zando. Nono, encore une fois: Première leçon pour bien discuter, il faut se poser la question « de quoi s´agit-il ? »

  14. Procongo,
    Hélas vous ne répondez pas à ma préoccupation correctement. Votre réaction me paraît indigeste et provocatrice à bien des égards. .Nono par son intervention me semble convaincant. Donc je ne peux malheureusement pas poursuivre la discussion avec un incompréhensible personnage comme vous. Car, vous êtes une élite prostituée et un intellectuel sans envergure !
    J’ai dit
    Kolomboka

    1. Kolomboka,
      mieux vaut encore être un intellectuel sans envergure (mais intellectuel quand même) qu´un « NON-INTELLECTUEL ». Relisez-vous et vous verrez (j´espère !) combien vous avez été vous-même provocatuer. Première attitude d´un intellectuel dans une discussion, c´est de se demander « DE QUOI S´AGIT-IL ? ». Je suis libre et en droit de ne pas m´intéresser ici à vos élucubrations là où j´ai parlé de YAKUTUMBA. Olingi ba discussions ya ZANDO mingi. Vos partenaires dans l´INCESTE – vous qui n´aimez que ceux qui vous ressemblent, ne pensent que comme vous, etc. – vous y rejoindront et se délecteront de vos élubrations, de vos « hors-sujets ». Liteya ya pete : Prochainement, omituna : « De quoi s´agit-il ? ». Ce n´est pas l´autre qui est incompréhensible, YO NDE O COMPRENDRE le « de quoi s´agit-il ? » TE, car habitué à des discussions ya Zando (taliban, mpangistanais, boko-haran…). Eh nzambe, étonnant que, renversant que l´appel de YAKUTUMBA (élité prostituée aussi ?) vous irrite tant.

  15. Procongo et Kolomboka se chamaillent de quoi et pour quelle raison majeure ? Peut être que tous les deux belligérants n’ont pas un centre d’intérêt commun. Différence d’ethnie, de race et de religion probablement. Le Congo est vraiment malade de son élite qui se laisse corrompre pour le plaisir éphémère du ventre. 32 ans d’opposition dans l’UDPS n’a servi pratiquement à rien. Seul mérite : traîtrise envers la « nation » congolais !
    C’est bien dommage pour un peuple qui évite de se révolter contre les occupants Rwandais mais s’accommode de sa situation de détresse pour applaudir en fin de compte l’envahisseur rwandais. son bourreau perpétuel. Tozali peuple ya ndenge nini eh !

    1. MASTAKI,
      j´ai parlé de YAKUTUMBA et cela a suffi à sortir KOLOMBOKA de ses gonds. Il se chamaille avec LUI-MÊME, avec ses sujets à lui.

  16. UNE PARENTHÈSE SVP !
    # Fayulu a osé dire entre les lignes lors d’une adresse à ses invités à Paris il y’a trois jours que ‘JK’ nous est bien venu d’ailleurs, du Rwanda.
    Feu Étienne Tshisekedi n’a pas dit autre chose lors de cette journée mémorable du 26 novembre 2011 où le pouvoir lui refusait de faire son discours au stade pour sa campagne électorale. Il s’en suivit des massacres sur ces sympathisants en fait alors une large majorité des Congolais. Le slogan « Zongisa ye na Rwanda » en avait alors pris son sens et sa justification populaire.
    # Questions : comment se fait-il que cette vérité aussi partagée dans notre pays et par nos leaders politiques, d’un ‘JK’ rwandais ou venu du Rwanda avec un passé ancré dans ce pays plutôt qu’au Congo dont il a foulé le sol pour la première fois en 1996 à 25 ans, vérité que toute la suite de sa carrière politique (y compris le mystère sur l’assassinat de LDK dont il est question sur le sujet en cours) justifie, n’ait pu jamais faire l’objet d’une plainte en bonne et due forme par nos leaders politiques ?
    # On se souvient d’une fatwa de « congolité » xénophobe nous lancée par Louis Michel et la CI qui avaient pris sous leurs ailes ‘JK’ décrété alors espoir du Congo et élève docile à leur grande écoute !
    Ces menaces justifient-elles notre passivité ?
    L’accusation d’un ‘JK’ venu d’ailleurs et par conséquent passible d’un crime de haute trahison est-elle encore d’actualité maintenant qu’un camp non négligeable le maintient comme son ‘autorité morale’ ?
    Un tel crime est imprescriptible, pouvons-nous encore obtenir un Tribunal Pénal Spécial pour le Congo où il y serait instruit ?
    Etc, etc…
    A plus…

  17. PS
    J’aurais dû souligner qu’un frein notable à toute accusation est ce partenariat du fils du même Étienne Tshisekedi avec ‘JK’ qu’il s’est alors mis à adorer en modèle, contrairement à son père.
    A chacun de ‘méditer’ dessus et d’en tirer ses conclusions : ata ndele mokili ekobakuka, avait prophétisé Adu Elenga, ce retournement inédit en fait-il aussi partie ?

  18. +++
    « […]ce partenariat du fils du même Étienne Tshisekedi DEVENU ENTRE-TEMPS PR CHEF D’ÉTAT avec ‘JK’ […] »

Comments are closed.