Kamerhe à Makala: La justice instrumentalisée?

Le monde politique est un univers impitoyable. « Le pouvoir change les hommes », disait Jacques Chirac parlant de son « ami » Edouard Balladur accusé de félonie. « Un grand chef politique doit avoir l’instinct du tueur », écrivait, pour sa part, la journaliste Françoise Giroud dans son ouvrage « La comédie du pouvoir ». Plus de vingt-quatre heures après l’internement de Vital Kamerhe à la prison centrale de Makala, la Présidence de la République observe un mutisme détonant. Pas une déclaration. Pas un communiqué. Sous d’autres cieux, le chef de l’Etat ou son porte-parole aurait exercé le ministère de la parole. Non pas pour interférer dans la procédure judiciaire en cours mais juste pour replacer le dossier dans son contexte. Bref, rassurer l’opinion et tordre le cou aux rumeurs.

« J’ai le soutien total du chef de l’Etat.(…). Nos rapports sont ceux qu’entretiennent un chef de l’Etat et son directeur de cabinet, mais cela va au-delà: nous sommes des partenaires politiques depuis l’accord conclu à Nairobi. Et surtout, nous sommes une famille: nos épouses sont devenues amies. Ses enfants, je les considère comme mes enfants, et l’inverse est également vrai. Tout cela est le ciment de notre alliance ». Ainsi déclarait – naïvement? – Vital Kamerhe, dans une interview accordée à l’hebdomadaire parisien « Jeune Afrique » n°3061 daté du 8 au 14 septembre 2019.

Quel est l’événement survenu entre septembre 2019 et avril 2020 et qui a gâché ce tableau pour le moins idyllique?

Le Président de la République à Londres

Il importe d’ouvrir la parenthèse à ce stade. Tout a commencé avec le meeting animé par Felix Tshisekedi devant des membres de la diaspora congolaise à Londres. L’orateur avait fustigé certains membres du gouvernement qu’il jugeait « indisciplinés ». En cause, ils gênaient, selon lui, son action dont le « Programme de 100 jours ». Pour lui, ces ministres risquaient ni plus ni moins que la « révocation ». C’était le 19 janvier dernier.

Au mois de février, le « dircab » Vital Kamerhe s’est cru en droit de chapitrer le ministre des Finances José Sele Yalaguli. Il reproche à celui-ci de freiner les décaissements destinés à l’achèvement des travaux du programme de 100 jours. Pour « Vital », le niveau de réalisation de ces ouvrages se situerait entre 65 et 70%. « Faux », rétorquait le ministre Sele. Pour lui, c’est en deçà de 50%. Où est passé l’argent? Fermons la parenthèse.

Dans ce même entretien avec Jeune Afrique, « VK », comme l’appellent ses proches, avoua que « seuls dix marchés » ont été conclus « de gré à gré ». En clair, dix marchés passés sans appel d’offres entre mars et septembre 2019 en violation de la loi qui régit les marchés publics. Motif invoqué: « l’urgence ». Dieu seul combien la « tentation corruptrice » prévaut dans ce genre de contrat où la transparence fait défaut.

QUE LUI REPROCHE-T-ON?

Après plusieurs mois d’enquête, le parquet général près la Cour d’appel de Matete a « invité » « Vital » le 8 avril. Il s’agit de savoir le rôle que l’homme a pu jouer en sa qualité d’ordonnateur des dépenses du « Programme de 100 jours » entre mars et septembre 2019.

Saut de mouton à Pompage

Lors de l’audition qui a duré plus de six heures, l’officier du ministère public ne serait pas allé par quatre chemins en démontrant au « renseignant » – en passe d’être inculpé – qu’une importante partie de l’argent destinée aux travaux précités a été « détournée ». Il serait question de plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Selon des sources, plusieurs « sociétés » ayant bénéficié de ces marchés de gré à gré ont empoché l’argent sans honorer leurs obligations. Les mêmes sources laissent entendre que plusieurs membres du cabinet présidentiel pourraient être « éclaboussés » dans cette affaire. Il en serait de même des membres de la famille Tshisekedi. A tort ou à raison, le prénom le plus cité est celui de « Christian ».

L’opinion congolaise attend impatiemment la confrontation prévue dans les prochaines heures entre Kamerhe et ses « accusateurs ». A savoir notamment: Eric Blattner (DG Safricas), Thierry Taeymans (ancien DG de Rawbank) et Jammal Samih.

LES RÉACTIONS

Nombreux sont des observateurs qui se disent « scandalisés » par l’emprisonnement de « Vital ». Outre le fait que celui-ci a une adresse connue et qu’il n’y avait aucun risque de fuite, ces observateurs suspectent une politique de deux poids, deux mesures. Une allusion au cas Albert Yuma Mulumbi dans l’affaire de $200 millions de la Gécamines. Il aurait suffit que Ramazani Shadary menace de « paralyser » le pays pour que l’affaire Yuma soit « classée ».

L’interpellation de Kamerhe est, par contre, accueillie avec une réelle satisfaction dans les milieux de la société civile. Pour Georges Kapiamba, président de l’ACAJ (Association congolaise pour l’accès à la justice), « le parquet général de Kinshasa Matete doit avoir considéré après l’audition de Kamerhe qu’il existe des indices sérieux de culpabilité à sa charge(…)« . Président de l’Odep (Observatoire de la dépense publique), Muteba Tshitenge d’enchaîner que la journée du 8 avril est un « jour historique ». Au motif que c’est la première fois qu’une personnalité de ce rang est soumise à l’obligation de rendre compte.

Eric Blattner de Safricas

Membre de l’équipe de défense de « Vital », l’avocat John Kaboto assure que, lors de l’audition de mercredi, aucune charge n’a été retenue contre son client. « La justice dans notre pays est comme une arme à feu dont la gâchette est tenue par les détenteurs du pouvoir public », résume Daniel Shekomba l’ancien candidat à l’élection présidentielle.

ET MAINTENANT!

Trois questions appellent une tentative de réponse. Kamerhe pourrait-il retrouver son poste de directeur de cabinet à la Présidence de la République? Rien n’est moins sûr! Après son passage à la « case prison », l’homme a perdu un brin de sa crédibilité. Pire, depuis qu’il se débat dans ses « ennuis judiciaires », on cherche en vain l’ombre d’un « regret » ou d’une « empathie » dans les milieux udépésiens en général et tshisekedistes en particulier. L’homme est mal aimé. Ce qui fait dire à certains qu’on se trouve face à une « justice instrumentalisée ». Bref l’affaire Kamerhe est plus politique que judiciaire.

Quid de la coalition « Cach » qui a vu le jour, en novembre 2018, à Nairobi? Pour les observateurs, ce cartel a été mis sur pied sans l’assentiment préalable des « bases » respectives. Felix Tshisekedi a fait part aux membres de la « direction politique » de l’Unc de sa volonté de poursuivre le « partenariat ». C’était lors de l’audience qui a eu lieu mercredi 8 avril.

La « jurisprudence politique » de notre pays, depuis Patrice Lumumba à ce jour, témoigne qu’à l’heure du choix, les politiciens zaïro-congolais – réputés pour leur carriérisme – ont tendance à écouter « plus leur ventre » que le mot d’ordre des formations politiques. Le cas du ministre d’Etat Pierre Kangundia est encore frais en mémoire.

Question finale: A qui profite ce charivari? Nullement à la mouvance kabiliste qui est vomie par les citoyens. En revanche, il n’est pas sûr que Fatshi sorte de cette affaire, annonciatrice d’un bras de fer politico-judiciaire, sans laisser quelques « plumes ». Les masses congolaises attendent depuis quinze mois les premières réformes.

Les manifestations des militants de l’UNC à Kinshasa et à Bukavu donnent du pays une image d’instabilité politique. Fatshi a du pain sur la planche. Il devra démontrer, par des actes et non par des discours, que la justice congolaise n’est plus instrumentalisée. Et que l’affaire Kamerhe marque le point de départ effectif de l’avènement de l’Etat de droit et de la fin de l’impunité. Il n’est pas exclu, dans le cas contraire, que les investisseurs les plus sérieux soient amenés à conclure qu’il est urgent d’attendre…

 

Baudouin Amba Wetshi

24 thoughts on “Kamerhe à Makala: La justice instrumentalisée?

  1. Pour rester strictement dans la logique de l’Etat de droit, Monsieur Vital Kamerhe beneficie jusqu’a preuve de contraire de la presomption d’innocence. Selon le langage des juristes, les indices de culpabilite qui pesent sur lui sont accablants. Ce sont ces indices qui font qu’il soit passe en une journee du statut d’invite ou de renseignant du ministere public a celui d’inculpe. Et il ne fait l’ombre d’aucun doute qu’il va tout aussi rapidement passer de ce statut a celui de prevenu.
    Bien que tout le monde ne soit pas au courant de details de l’audition d’hier, la plupart des indices qui pesent sur VK etaient deja du domaine du public des l’instant ou la loi s’est interesse a la gestion des fonds alloues au Programme de Cent Jours du President Fatshi. Le nom de VK revenait sur toutes les levres, et il etait implique dans tous les dossiers. Il etait tellement mouille que Fatshi ne pouvait venir a sa rescousse sans faire du leitmotiv  »Etat de Droit ‘ une moquerie!
    Fatshi a attendu patiemment que VK suive la Voie de l’Honneur. C’est-a-dire qu’il demissionne de son poste et se presente a la justice avant que la justice ne vienne le chercher. VK a prefere croire jusqu’au bout que Fatshi ne le lacherait pas! Il a prefere croire que qu’il etait indispensable aupres de Fatshi. En outre, l’homme politique congolais n’a pas la culture de suivre la Voie de l’Honneur. Chez nous les hommes politiques ne demissionnent pas. Ils preferent etre renvoyes du gouvernement! Nul ne quitte la mangeoire de son plein gre!
    Peut-etre que Fatshi aurait pu lui epargnerau moins l’humiliation de nuits de detention provisioire a Makala. Il a prefere garde une stricte neutralite pour ne pas etre accuse d’ingerence dans l’execution de la justice. En plus, dans le bras de fer qui n’en finit pas entre Fatshi et Kabila, VK semblait avoir conclu prematurement – et probablement a tort – que c’est Kabila qui en sortira vainqueur. Et comme lui VK a horreur de se retrouver dans le camp des perdants, il a commence a faire des yeux doux a l’homme de Kingakati! Fatshi n’a donc absolument pas aucune raison de s’interposer entre VK et la justice!
    Binsonji E Madilu

  2. SHOW! SHOW! SHOW!
    ON APPELLE CA EN LANGAGE POLITIQUE:  » COMEDIE POLITIQUE DE MAUVAIS GOUT ».
    DETENTION PROVISOIRE! NE VOUS EN FAITES PAS ET JE VOUS ASSURE, APRES LA RESURRECTION DU CHRIST  » FETES DE PAQUES « , L’ENFANT CHERI HUTU, SORTIRA TAMBOUR BATTANT DE SON MAKALA PRISON.
    A LA PRISON DE SANTE MAKALA OU LE PRECIEUX BAGNARD DIRWC DE FELIX, PARDON DIRCAB DE FELIX A ELU DOMICILE EST ENTRAIN DE GLOUTONNER PAISIBLEMENT SES PLATS PREFERES A SAVOIR SES DELICATESSES PREFEREES: SAUT-DE-MOUTON, SAUT-DE-DINDON, SAUT-DE-CHEVRE ET DE NGULU ( PORC ) ET SANS OUBLIER LE SAUT-DE-TSHIBELEBELE ORNE D’AILS, GINGEMBRES, POIVRONS, OIGNONS.. POUR SON DRINK: LE CHAMPAGNE ANGLAIS  » GOUT DE DIAMANTS ET DU BON VIN ALLEMAND PETRUS-ROTWEIN « . NA ZDOROVYE PAN KAMERHEONOV = A VOTRE SANTE Mr. KAMEHREON! THAT’S LIFE! CA C’EST LA VIE EN ROSE, QUOI!
    OH LA LA! IN SEINEM GOLDENEN GEFAENGNIS = OH LA LA! DANS SA PRISON DOREE, VK ( VITAL KAMEHREON ) A VOLE LE VEDETARIAT A HIPPOLYTE KANAMBE ALIAS JOSEPH KABILA, A RUBERWA, A PAUL KAGAME, A KURUNZINZI, A KAWATA MUSEVENI, AU ROI MUTARA.
    IL A RASSEMBLE TOUTE UNE MASSE HUMAINE A SON PROCES QU’AUCUN KONGORAIS N’A JAMAIS REALISE JUSQU’ICI.
    IL A INSTAURE EN TANT QUE TOUT- PUISSANT DIRWC DE FELIX, PARDON DIRCAB DE FELIX, SES PROPRES REGLES  » RETROCOMMISSIONS ET DE MADESU YA BANA, JAMAIS, IL A ETE UN ZAPZARAP AUFWIEDERSEHEN NICHT GESEHEN, DIT-ON.
    IL N’A JAMAIS VOLE DANS SA VIE, IL A ETE TOUJOURS MABOKO PEMBE ET N’A JAMAIS DRAGUE OU VOLE LES FEMMES D’AUTRUI, DIT-ON! JAN ( JEAN ) PIOTR = PIERRE PIANOV, DOIT SE CASSER SES COTES EN RIANT, KIE KIE KIE!
    CETTE COMEDIE POLITIQUE AMOUREUSE CACH RESSEMBLE A 150% A LA COMEDIE MUSICALE DU Dr. SAKIS, Dr. NE-KONGO, DE RENOMME MONDIALE, PALM D’OR POUR SES CHANSONS CI-APRES, VOIR YOUTUBE POUR VOTRE CURIOSITE, CA VOUS FERA DU BIEN EN OUBLIANT VOS SPLEENS ET SURTOUT N’OUBLIEZ PAS DE VOUS ABONNER:
    1) Dr. SAKIS DUR DUR LA VIE OFFICIAL VIDEO THE CLASSIC.
    2) Dr. SAKIS, MADEMOISELLE TU SENS BON OFFICIAL MUSIC VIDEO THE CLASSIC.
    3) Dr. SAKIS I LOVE YOU.
    4) Dr. SAKIS C’EST TOI QUE JE PREFERE OFFICIAL MUSIC VIDEO THE CLASSIC.
    CE SONT LA, 4 MORCEAUX INOUBLIABLES POUR LES MILITANTS TALIBANS ET MILITANTS UNC DU SIEUR KAMEHREON.
    POUR LES MELOMANES DE LA BONNE COMEDIE MUSICALE DE HAUTE QUALITE PAS COMME LA MUSIQUE DE PAMBA PAMBA, MUSIQUE DE BUANGA NTU DE TRAITRE FARRY KIMPUPA, SVP. APRES AVOIR VISIONNE, N’OUBLIEZ SURTOUT PAS A VOUS ABONNEZ A LA MUSIQUE DE MUANA MBOKA NE KONGO MFUMU Dr. SAKIS.
    ENJOY! ENJOY! ENJOY! Dr. KAMEHREON A ETE OVATIONNE PAR SES MELOMANES AU PARQUET DE MATETE WIE FUSSBALL GOT = OVATIONNE PAR SES MELOMANES UNC COMME DIEU DE FOOTBALL ET SA COMPAGNE WIE MUTTER THERESA = COMME MERE THERESA ( PAIX A SON AME ).
    MES CHERES ET CHERS COMPATRIOTES, QUELLE FOULE IMMENSE DES BADEAUX TALIBANS ET CHAPERONS ROUGES DE L’UNC INDISCIPLINES, SANS MASQUE DE PROTECTION AU PARQUET DE MATETE! DE CETTE FACON, IMPOSSIBLE DE VAINCRE NOTRE ENNEMI INVISIBLE Nr. 1 CORONAVIRUS ET KULUNAVIRUS.
    MBADI MAMA, EN TOUT CAS, LE TAUX DES CONTAMINES COBAYES GRATUITS DE NOTRE Dr. JEAN-JACQUES MUYEMBE SERA A LA HAUSSE DANS LA VILLE DE KINSASA.
    D’AILLEURS, Dr. JEAN-JACQUES MUYEMBE SE FROTTE LES MAINS FOR HIS NEWS GRATUITOUS GUINEA-PIGS, ISN’T?
    OU EST VOTRE CONFINEMENT DANS TOUT CELA!
    A CAUSE DE CES INDISCIPLINES DE BUANGA NTU, KIMPUMBULU AU CUBE, AINSI LE COMMISSAIRE DE LA POLICE PARALLELE DE LA VILLE DE KINSASA, LE SIEUR SYLVANO KASONGO POURRAIT CETTE FOIS-CI CONFINE LA VILLE DE KINSASA JUSQUE 2023.
    UN BON CONSEIL AU COMMISSAIRE SYVANO KASONGO, PAPA SALA KEBA, CAR IL Y A DES BRUITS QUI COURENT A KIN QUE VOTRE PRISONNIER DOREE VA PRENDRE LA POUDRE D’ESCAMPETTE NON A L’AIDE DE MOTO GROS CYLINDRE KAWASAKI MAIS BIEN A BICYCLETTE POUR REGAGNER SON BUJUMBURA NATAL. VOUS ETES AVERTI, PAPA COMMISSAIRE. SURTOUT NE VENEZ PAS NOUS DIRE APRES QUE L’ON NE VOUS A PAS AVERTI. NOUS SOMMES LA POUR DENONCER LES FUGITIFS DE LA NATION, LA-DESSUS, NE VOUS EN FAITES PAS PAPA SYLVAIN,
    KIMIA PAPA, PAS DE SOUCIS.
    GROSSO-MODO, ESSAYONS ENSEMBLE DE RESUMER, CE SHOW DE LA COMEDIE POLITIQUE MADE KINGAKATI EN 5 ACTES:
    ACTE I:
    MOI, LDK LAURENT DESIRE KABILA, PRESIDENT, JE FERAI DU GRAND KONGO UNE GRANDE PUISSANCE AFRICAINE ET EL DORADO DU MONDE.
    ACTE II.
    MOI, HIPPOLYTE KANAMBE ALIAS JOSEPH KABILA, PRESIDENT, JE FELAI ( FERAI ) DU GRAND KONGO AVEC LES SIENQ SENTIERS, LE PARADIS TERRESTRE.
    ACTE III.
    MOI, FELIX TSHILOMBO, PRESIDENT , JE FERAI DU GRAND KONGO, L’ALLEMAGNE DE L’AFRIQUE.
    ACTE IV.
    MOI, VITALOV KAMEHREONOV, LE FRERE CADET DE LULA LE BRESILIEN, PRESIDENT, JE FERAI DU GRAND KONGO, LE BRESIL D’AFRIQUE.
    ACTE V:
    MOI, Dr. JEAN-JACQUES MUYEMBE, PRESIDENT, JE FERAI DU GRAND KONGO, LA TERRE PROMISE DES COBAYES GRATUITS DU MONDE ENTIER.
    DANS CES 5 ACTES, AUCUN ACTE N’A REFLETE LA REALITE, C’EST DE LA FOUTEUSE, FIASCO TOTAL.
    IL Y A LIEU DE NOTER QUE DANS TOUS CES ACTES CITES, LE SEUL GAGNANT A ETE TOUJOURS HIPPOLYTE KANAMBE ALIAS JOSEPH KABILA, ENFANT CHERI DE KIGALI ET DE SON TANZANIA NATALE.
    ERREUR CAPITALE I A SIGNALER: LDK LAURENT DESIRE KABILA AUTOPROCLAMME PRESIDENT DU KONGO AVEC COUP DE POUCE DES CONGLOMERATS D’AVENTURIERS SOI-DISANT LIBERATEURS, LDK VOYANT LES MANIGANCES DE CES SOI-DISANT LIBERATEURS, CHASSA DU TERRITOIRE KONGOLAIS TOUS CEUX MECHANTS OCCUPANTS, GO HOME AND DO NOT COME BACK TO BIG KONGO. SON ERREUR CAPITALE EST D’AVOIR LAISSE AU GRAND KONGO CE SOI-DISANT FILS HIPPOLYTE KANAMBE ALIAS JOSEPH KABILA, LA SUITE NOUS EN CONNAISSONS TOUS.
    ERREUR II:
    HIPPOLYTE KANAMBE NOMME PRESIDENT DU GRAND KONGO PAR LES FROUSSARDS ET TRAITRES KATANGAIS DE LA MANGEOIRE LORS D’UNE CONCLAVE A HUIS CLOS, DEVENU MAITRE ABSOLU, NE TARDERA PAS A ELIMINER TOUS LES ANTAGONISTES A SON POUVOIR D’OCCUPATION AINSI LE GRAND KONGO FUT OCCUPE MILITAIREMENT ET CIVILEMENT PAR LES RESSORTISSANTS DES MILLES COLLINES ET DES UGANDAIS. LE GRAND KONGO BASCULA DANS LE CHAOS, PILLAGE DE NOS RICHESSES, LES EMPRISONNEMENTS, IMPUNITES, INJUSTICES, ASSASSINATS…
    ERREUR III:
    FELIX NOMME PRESIDENT DU KONGO PAR DEAL REALISE EN CATIMINI ENTRE LES TRIO KABILA-FELIX- KAMEHREON.
    GRACE AU PETIT MALIN VK, RAFFINE COMME CANNE A SUCRE OU BETTERAVE QUE FELIX FUT NOMME A LA TETE DE LA MAGISTRATURE SUPREME. CE DERNIER, POUR RECOMPENSER SON AMOUR AVEC VK KAMEHREON, NOMMA CE DERNIER SON DIRCAB = DIRECTEUR DE CABINET. UN DEAL FLOU, LEQUEL A LA PROCHAINE ELECTION PRESIDENTIELLE, KAMEHREON A DES AMBITIONS DE POSER SA CANDIDATURE A LA TETE DU PAYS KONGO.
    FELIX COMPRENNANT EN RETARD LE DANGER QUI LE GUETTE, VIENT D’ENVOYER SON DIRCAB DEVANT LE TRIBUNAL, LE VOILA JETE EN DETENTION PREVENTIVE.
    VOICI L’ERREUR CARDINALE DE FELIX: LA MAL KONGOLAIS EST AVANT TOUT L’IMPOSTEUR HIPPOLYTE KANAMBA, LEQUEL INCARNE LA FORCE DE L’OCCUPATION DE LA TERRE DE NOS ANCETRES. FELIX LE PRESIDENT A MOITIE N’A AUCUN POUVOIR.
    MAIS EST-IL QU’AUX YEUX DU MONDE, FELIX EST CONNU COMME ACTUEL PR DU GRAND KONGO. DONC POUR EN FINIR AVEC L’OCCUPATION, IL SUFFIT DE FAIRE ARRETER L’IMPOSTEUR HIPPOLYTE KANAMBE ET LE JEU SERA TERMINE EN TOUTE BEAUTE, ILS SERONT TOUS EN DEBANDADES. ON FAIT ARRETER OU ON FAIT ECARTER KAMEHREON, MAIS LE FULL PLEIN PRESIDENT HIPPOLYTE KANAMBE EST TOUJOURS LA. LE SCENARIO LDK LAURENT DESIRE KABILA AVEC SON SOI-DISANT FILS VA SE REPETER.
    IL EST TEMPS QUE FELIX AGISSE, SINON CA SERA TROP TARD ET L’OCCUPATION DU GRAND KONGO VA DAVANTAGE SE RAMIFIER.
    FELIX, ZIBULA MESO, ZIBULA MAKUTU, KU ZAKAMAKO.
    VOUS AVEZ CE DEVOIR ABSOLU DE CHANGER LA SITUATION AFIN DE GAGNER LA POPULARITE DE VOS COMPATRIOTES EN DISANT ET EN DECLARANT PUBLIQUEMENT LE NOM DU VRAI VAINQUEUR DE L’ELECTION PRESIDENTIEL AINSI LE PEUPLE MEUTRI VOUS PARDONNERA.
    JE M’ARRETE ICI.
    PLEASE, NO STUPID COMMENTS ON MY WAY OF THINKING. PLEASE BE GENTLEMAN. TO READ OR TO LEAVE!
    BITTE SEHR, KEINE BLOEDE KOMMENTAREN! ES LEBE KONGO!

    1. Des journalistes pro Lamuka ont été payés pour decredibiliser la lutte contre la corruption en la presentant comme un show. En 2023, il vaudrait mieux retrouver un Kabila honi qu’un Tshilombo fort et debarassé du FCC.

  3. Depuis une trentaine d’années, Vital Kamhere est au centre de la vie politique Congolaise, il a travaillé dans plusieurs cabinets ministériels comme conseiller. A l’arrivée de l’AFDL, Kamhere était devenu l’un des personnages les plus écouté par Laurent D. Kabila qui devait trouver un modus vivendi avec ceux qui l’on placé au pouvoir et qui pour diverses raisons voulaient se débarrasser de lui. Afrique du Sud, Kenya ont été le théâtre des rencontres entre les Rwandais, Ougandais et autres protagonistes du drame Congolais. Kamhere a joué un rôle central jusqu’à la signature des accord qui ont mis un terme à ce conflit sanglant qui a mis le Congo par terre. Vint l’avènement de l’homme venu d’ailleurs  » un certain Joseph Kabila  » adoubé par les anciens proches de Laurent D. Kabila, cet Ovni qui ne connaissait rien du Congo avait besoin de têtes pensantes, opportuniste en diable, Kamhere était comme toujours aux premières loges pour proposer ses services, c’est ainsi qu’il était devenu l’œil, l’oreille et la bouche de l’homme venu d’ailleurs, il a même illustré tout dans son livre intitulé  » pourquoi j’ai choisi Kabila » . Après les postes ministériels, sa carrière politique a atteint son apogée lorsqu’il a occupé un poste exposé du speaker du parlement, je ne reviens pas sur les conditions de son éviction, humilié, il a quitté le PPRD, parti dont il était l’un des créateurs. Il a rejoint la nébuleuse opposition, un vrai dépotoir où n’importe quel charlatan pouvait venir fourbir ses armes, pourvu qu’il ait une voix qui porte. Kabila qui a appris à connaître la versatilité et la légèreté de la classe politique congolaise a trouvé un mot magique pour la manipuler, ce mot,  » c’est le DIALOGUE  » dans ces forums où les billets de banques coulaient à flots, on ne parlait pas de l’avenir du Congo mais plutôt de positionnement des uns et autres, que faut il faire être casé et pour se faire une place au soleil, ce qui a accentué la transhumance, le copinage, le passé droit etc… Avec les conséquences dramatiques qui ont fait que ce pays est devenu presque ingouvernable depuis le  » départ  » l’homme venu d’ailleurs de présidence de la République. Comme toujours, Vital et toujours lui a repris son bâton de commandement ingrat de faiseur des rois. Après avoir participé au fiasco de Vienne, comme toujours, opportuniste, il a fait comprendre au naïf Tshusekedi qui était dans les mauvais draps l’intérêt de s’allier à lui pour accéder au pouvoir suprême, l’épilogue a débouché par  » l’élection  » controversée du fils du sphinx de Limete qui entre-temps avait tiré sa révérence sans structurer le parti qu’il a géré comme une boutique familiale avec les dégâts dont les conséquences sont incalculables. Kamhere a cristallisé le débat politique en RDC depuis plusieurs décennies, il a provoqué les inimitiés parfois les haines, aujourd’hui il en paie le prix fort, la sagesse veut qu’on se pose la question de savoir s’ il y a effectivement une main noire ou une instrumentalisation de la justice, lorsqu’on analyse le parcours de l’homme, il est hasardeux d’être complètement affirmatif. Soyons donc prudent. La politique est un monde remplit des félons, traîtres et opportunistes. La seule question qui vaille la peine d’être posée est celle de savoir : qu’est ce que le Congo a à gagner dans cette histoire qui ressemble à un règlement des comptes entre anciens et nouveaux alliés ? Pour le reste, un politicien ne meurt pas totalement, il finit par revenir, cela est vrai aussi pour Kamhere qui je l’espère fera preuve de prudence et de modestie après cette épreuve. Pour ce qui est de savoir s’il est victime de l’instrumentalisation de la justice, soyons rationnels et cohérents on ne peut pas vouloir une chose et son contraire, la justice est une affaire d’homme et d’intérêt, elle est aussi perfectible, donnons sa chance à ceux qui sont appelés à assurer son exécution. Ceux qui parlent de réformes doivent savoir que le pays était un non État il y a à peine quelques mois. Rien ne se fera sans anicroche tellement les intérêts sont divergeants. Je tiens tout de même à rappeler nommément a l’UDPS qui est en lambeaux que enfoncer Kamhere aujourd’hui peut faire d’eux les alliés objectifs de la Kabilie qui a détruit le pays. A bon entendeur salut.

  4. « OPPROBRE »
    Relisez attentivement le message final de l´ultime rencontre de LAMUKA en Suisse.. vous allez retrouver le terme « OPPROBRE »..
    Tous les leaders de LAMUKA (dont Kamerhe et Felix) avaient signés une clause étrange où on parle de l´OPPROBRE qui doit frapper celui qui va trahir l´accord (qui faisait de Fayulu le candidat unique de Lamuka).
    Hasard de l´histoire ou simple accomplissement de la signature de ceux qui avaient signés le texte final ?
    OPPROBRE sur Kamerhe en attendant Felix lui même..
    Puisque Felix disait « naivement » que l´ultime rencontre en Suisse était inspirée de la Franc Maconerie… kie kie moins un.. en attendant le second..

    1. Kiekiekieee
      L’opprobre mystique de ceux qui auraient trahi le serment sacré, encore qu’ils aient tous compris la dimension sacrée du serment.
      Quant à nous profanes(!?!) tenons-nous-en à la trahison et à l’opprobre bien ordinaires bien présents devant nous. Kamerhe s’y est jeté lui-même comme un aveugle, emporté par son ambition et sa vénalité viscérale et le voilà à en payer les consequences. Ça sera peut-être demain le tour de Tshisekedi si lui aussi ne comprend pas que Kamerhe qui s’est de lui-même fourvoyé dans la trahison à la Nation n’est pas le seul. Lui qui a aujourd’hui le guidon du pays a davantage à faire, se départir de faits et gestes contraires au service du Congo. L’a-t-il toujours fait, le fait-il, le fera-t-il ? Si non l’opprobre risque aussi de s’abattre sur lui.
      Et puis il y’a son entourage et tous les autres criminels comme Yuma (cité ci-dessus) qui semblent bénéficier d’un traitement de faveur, la Justice leur collera-t-il aussi une correction comme à Kamerhe. C’est à cette aune que le jugement final pourra raisonnablement être fait, que l’opprobre mystique vaille ou pas…

  5.  » Mwana ya mokonzi akotaka boloko te  »…Kamerhe avait empêché que la star du porno Héritier Watanabe goûte au vungule de Makala.
    Tata ya mwana ya mokonzi akotaka boloko ? Il semble que oui. Par le courage surprenant d’un magistrat réputé sérieux, méticuleux, fier de sa personne.
     » L’heure est grave  », semble-t-il… tellement grave qu’on a même oublié les mesures de prevention contre le Covid-19. Ils sont fous.
    Ceci dit, attendons un procès publique. Et si l’autre-là est vraiment garçon, qu’il parle, qu’il nous dise avec qui il a mangé. Et que tous ces gourmands soient entendus par la justice qui bizarrement ressuscite au Congo. C’est Pâques !
    Autrement, on comprendra vite que c’était du bidon, du théâtre pour redonner une virginité politique à un vulgaire voleur burundais. Ubwenge !

  6. # Vital Kamerhe était (j’ai tendance à parler de lui au passé, je ne crois pas qu’il restera le même après son passage en prison) dans l’organigramme politique de notre pays à la meilleure place, pépère d’être le Président bis sans être soumis aux inquisition internes et externes de la fonction. Et son infortune suprême est que personne vraiment, aucun rival envieux rival ne l’a poussé dehors mais il s’est saborde de lui-même d’avoir eu les yeux plus grands que son estomac. C’est dire donc le personnage !!!
    # Sinon il se pose la question essentielle pour le pays : faut-il voir dans son arrestation un pur acte de droit ou d’abord un calcul politique mais venant d’où ???
    Il serait plus prudent d’y entrevoir la conjonction de deux et peut-être encore plus : l’ouragan était si avancé qu’il a suffi d’un rien pour que le fruit à demi-mûr tombe. Selon moi, point de doute les détournements dont on accuse l’ordonnateur des dépenses dans le Programme de 100 jours qu’est Kamerhe seront confirmés, la confrontation avec les entrepreneurs du terrain ne pourra à la limite que nuancer les sommes finales imputées à Kamerhe et la décote que ceux-là ont pu se procurer sur le tas…
    # Quelles autres conclusions ou déductions sommaires à ce stade ?
    1. Attendre bien sur les réactions et explications de partout et de haut en bas, celles des suspects y compris Kamerhe lui-même. Que repondent-ils aux soupçons et aux faits, que pensent-ils de ce qu’il se passe en ce moment et comment le vivent-ils pour ajouter à notre compréhension du sujet ;
    2. Convenir qu à l’allure où se précipitent les choses, un procès dans une forme où une autre est plus prévisible qu’un non-lieu….
    # Et contrairement à ce que semble suggérer BAW, en dehors d’une Justice qui jouerait enfin son rôle d’arbitre, je n écarte personne de ceux que je considère comme les trois principaux protagonistes à un niveau ou à un autre, à un stade ou à un autre de l’échafaudage d’une pièce bien complexe. que sont Tshisekedi et son proche entourage biologique, administratif et politique, Kamerhe et le sien et aussi pour moi ‘JK’. Ils ont chacun de son coté joué un rôle dans la gestion des finances, dans les schémas se sortie aujourd’hui de l’imbroglio et plus particulièrement chacun à pris part dans le tour final dans l’ebruitement du sujet et sa tentative de résolution avec cette arrestation de Kamerhe.
    Comment tout cela ? Je ne doute pas que les évènements à venir nous le révéleront très vite.
    La suite………….

  7. PS
    # Le placement de Kamerhe sous mandat d’arrêt provisoire et son incarcération à Makala vus sous l’angle d’une instrumentalisation de la Justice ? Pourquoi pas mais il faudra  alors dans l’absolu l’opposer à l’extrême à son pendant, l’absence d’arguments juridiques à sa poursuite et surtout la présence d’un pôle commanditaire ou facilitateur d’une instruction arbitraire ou autrement opportuniste.
    # L’affaire est celle d’un Kamerhe principal ordonnateur des dépenses dans les fonds alloués au Programme d’Urgence du Président dont à terme la gestion s’est avérée problématique. Pour l’Autorité publique et la Justice, lui demander des comptes est la moindre de leurs imputations. C’est ainsi qu’ils ont découvert dans le dossier des traces de détournements à travers des écarts entre des montants annoncés et payés dans le cadre de passation de marchés publics et des fautes de gestion, passibles d’un  procès.
    L’affaire est néanmoins piégée dans la mesure où non seulement Kamerhe n’est pas n’importe qui sur l’échiquier national, il est le Directeur du Cabinet à l’exercice quasi Vice-Président, un jeton pas facile à manier, mais aussi sa position suggère qu’il n’a pu opérer sans le regard de son patron de Président et de toute la Présidence. Voila d’où viennent des soupçons legitimes que notre Justice d’habitude frileuse n’a pu librement s’en mêler sans de possibles permissions d’en haut ou d’autres interferencrs connexes.
    # Tout cela a conduit de façon très realiste la Rédaction de congoindependant.com comme à d’autres observateurs à pointer une éventuelle manipulation de la Justice.
    Mais qu’elle en est la verite vraie et comment donc arriver à démêler l’écheveau de tous ces soupçons plutôt fondés ? Encore une fois c’est vraisemblablement la suite de l’instruction qui nous éclairera si seule l’audace de l’avènement d’un État de droit juridique tant attendu est à la base ou si une instrumentalisation de la Justice pour un calcul politique ne s’en est pas aussi mêlée.
    # Une chose paraît certaine à ce stade : notre Tshilombo National se trouve au tournant d’un changement de cap vital pour son mandat. Le gèrera-t-il bien qu’on pourra espérer bien des bonnes choses pour la suite. Et alors les reproches d’un règlement de comptes et autres attaques dans la gestion de l’affaire Kamerhe ne deviendront que de mauvais souvenirs, s’il endosse malgré les coups annexes et les indispensables repentirs qui vont avec, de laisser la Justice indépendante et juste jusqu’au bout. Aura-t-il cette audace ? Attendons voir…………

  8. L’actualité qui fait date
    Placement en détention provisoire
    Le directeur de cabinet du président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a été transféré à la prison centrale de Makala, apprenait-on par voie de presse, après avoir été placé en détention provisoire, par le Procureur Kisula Betika Yeye Adler.
    La longue audition, de plus de 7 heures, de ce mercredi 8 avril 2020, de Mr Vital Kamerhe Ruakanyigini-Nkingi, au Parquet Général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete, concernait principalement les allégations des détournements des fonds alloués au programme de 100 jours du chef de l’état. En effet, il s’agit ici d’un dossier qui focalise, depuis quelques mois, l’attention de nombreux congolais, notamment les habitants de la capitale congolaise qui sans cesse ergotent à longueur du temps sur le sujet.
    Alors qu’à l’origine, il devrait servir de rampe de lancement du mandat présidentiel, l’exécution de ce programme de 100 jours se trouve dans une impasse. La population est dans l’expectative et ne sait pas si, un jour on verra le bout du tunnel vu qu’un grand nombre des chantiers est à l’arrêt total. Paradoxalement, l’enthousiasme qui avait accompagné le début de ce grand chantier fait place aujourd’hui à un indescriptible sentiment de tromperie. La solution dénommée « saut-de–moutons », envisageait pour éradiquer les fléaux des embouteillages s’est avérée encore plus nuisible et déstabilisante, du fait qu’elle ajoute encore plus des difficultés de circulation qu’auparavant dans certains axes de Kinshasa. Si bien que chaque jour passant amenait son lot des déboires et des révélations sur l’état des travaux. Les promesses de fin des travaux faites devant caméra par le directeur du cabinet de Chef de l’État, Mr Vital Kamerhe, autant que les visites des autorités, voire celles du chef de l’état lui-même, ne servaient à grand-chose, sinon à révéler l’ampleur du fiasco.
    Comme à son habitude, le Président de la république, malicieux, ne laissait rien transpirer de sa déception devant un tel gâchis. Il est même arrivé que l’outrecuidance des auteurs de ce fiasco prenait parfois des allures tragi-comiques. Puisqu’on se souvient d’une invitation lancée au chef de l’État pour présider à l’inauguration d’un tronçon de ces fameux sauts-de-mouton, cérémonie qui n’aura pas lieu et pour une raison inconnue, elle sera annulée quasiment le jour même où elle devrait se dérouler. Quoi de plus grotesque !
    Peut-être qu’on comprendrait mieux, si un tant soit, on évoquait la personnalité controversée, tout de même, du directeur de cabinet du Chef de l’État.
    D’abord, Il convient d’attirer l’attention sur le fait de son implication directe dans ce dossier. Mr Vital Kamerhe, toujours égal à lui-même, était au feu et au moulin. Insaisissable et changeant tour à tour des casquettes, tantôt communiquant comme commanditaire des travaux, tantôt comme donneur d’ordre, guide accompagnateur pour les visiteurs du chantier, porte-parole du projet présidentiel. Bref, il était partout.
    D’abord, dans son comportement irresponsable et plein de fatuité, il avait ignorer l’impact des retombées de ces chantiers sur la population en terme de nuisances ; l’impact en terme d’économie, à cause de perte de temps occasionnée par les embouteillages. Ensuite, mais, plus grave encore c’est le ressenti des congolais dans leur attente de l’amélioration de leur quotidien et aussi dans la perception du nouveau Président élu qui devrait incarner le changement. Enfin, l’autre aspect que Mr Vital Kamerhe ne pouvait pas perdre de vue, c’est l’impact négatif de cette l’ardoise en terme d’image du Chef de l’Institution Présidentielle.
    La corrélation pouvait être facilement fait entre les conséquences de la mauvaise gestion des chantiers « des sauts-de-mouton » par le directeur de cabinet du Chef de l’État, et la courbe en baisse de la côte de popularité et de l’image du Président. Image qui se fissurait davantage mois après mois dans la même proportion d’ailleurs que les ennuis causés par les chantiers perduraient. C’est à croire qu’il y avait une machination qui tenait à soumettre le mandat présidentiel d’Antoine Félix Tshisekedi Tshilombo à un agenda qui s’exécutait en « mode échec successif » dans le but de casser la baraque à l’action présidentielle et la rendre insignifiante.
    Compte tenu de tous les paramètres, et après toute analyse logique, le seul constat possible qui s’imposait pour arrêter ce pari hasardeux de Mr Vital Kamerhe, était, comme partout dans le monde, que la justice s’en indigne et s’y intéresse afin de tirer la situation au clair. Et on ne peut que s’en féliciter !
    Un fait sans précédent
    Sans préjugé de la tournure judiciaire de l’affaire, il faut noter cependant que le placement en détention, même « dite provisoire » est sans précédent dans les annales de la chronique judiciaire en République Démocratique du Congo dans ces 20 dernières années voire plus. C’est ce qui fait date dans cette actualité à la fois insolite et inédite. Sans enter en détail, car l’affaire, en elle-même, en dehors de Vital Kamerhe, implique des personnalités connues, mais venant d’horizons divers, et d’après certains échos, la liste des inculpés ou des plaignants, peut encore se rallonger. Les montants évoqués sont aussi très importants. Bref, tous les ingrédients d’un vrai scandale d’état sont présents.
    De plus, cette affaire prend une autre dimension du fait qu’elle vient à la suite d’autres affaires qui concernaient, elles aussi, des détournements des deniers publics attribués à Mr Oly Ilunga, ministre en charge de la santé et également pour les mêmes forfaitures à Mr Dolly Makambo, ministre provincial en charge de l’intérieur et affaires coutumières. Ces dossiers pris à bras le corps par la justice et traités sans complaisance confirment, si besoin est, la vision moult fois exprimée par le Chef de l’État Antoine Félix Tshisekedi Tshilombo pour lutter contre la corruption et la mise au pas des inciviques à col blanc de la république. À plusieurs occasions et à répétition, le chef de l’État n’avait cessé de prêcher sur la nécessite de révolutionner nos mœurs politiques par la mise en place d’un état de droit comme moyen de lutte contre la corruption qui gangrène la société et la sphère politique. Mais cela semblait faire rire certains, désespérer d’autres sur ce qu’allait advenir de cet ambitieux programme tandis que d’autres encore ironisaient en le qualifiant des bonnes intentions électoralistes du candidat de l’UDPS.
    Cependant en véritable maître des horloges, le Président Antoine Félix Tshisékedi Tshilombo ne voulait rien précipiter. Il attendait et sondait l’horizon. Il se préparait avec minutie en distinguant l’important de l’urgent. Continuellement il disposait et ordonnait les pions, rappelant les valeurs et montrant le cap tout en gardant calme et maîtrise.
    Comme on va vite s’en rendre compte, dès à présent, sous l’impulsion donnait par le Président Antoine Félix Tshisékedi Tshilombo, l’heure n’est plus aux incantations. Puisque comparativement aux ministres déchus, Oly Ilunga ou le ministre provincial Dolly Makambo, le directeur du cabinet présidentiel, Vital Kamerhe pour ne pas le citer, a lui plus d’épaisseur. Mais malheureusement sa stature politique et son poste de directeur de cabinet à la Présidence semblait, à tort, lui exonérer de l’obligation de rigueur managériale, ce que n’intégrait pas non plus ses partisans. D’autant plus, sur le fonds du dossier, de fait, plusieurs le considèrent déjà coupable ou autrement dit comme le prochain « gros gibier » en voie d’être harponné par des fins limiers de la justice congolaise. La machine semble donc s’enclencher.
    A suivre
    Richard Alongo

  9. WOW! WOW! WOW!
    I AM A DREAMER, I AM REALLY A DREAM, I AM A DANCER, I AM REALLY JOHN TRAVOLTA.
    ONE DAY, IN 2023 I WILL BE THE BIG BOSS AND THE KONGO POWER PRESIDENT NUMBER ONE.
    HA, HA HA! YOU FUTURE POWER PRESIDENT NUMBER ONE OF KONGO DEMOCRATIC POUR SE DEBARASSER DE KANAMBE HIPPOLYTE ALIAS JEEF KABILA ET SON FCC?
    PAS DE REVES INSENSES ET CAUCHEMARS INUTILES, C’EST DES MANIMBA, NIMBA NAYO EH ET C’EST VOTRE DROIT ABSOLU DE REVER, D’AILLEURS, REVER EST LE MONOPOLE DE PERSONNE.
    C’EST DU FOUGA FOUGA! C’EST JOUER LE PETIT MALIN, FAIRE LE PETIT MALIN, C’EST TOI QUE JE PREFERE, C’EST TOI QUE J’ADORE KAMEHREON, I LOVE YOU KAMEHREON AU DESSUS DE TOUT. TU AS BEACOUP D’ARGENT, TU ES DEVENU PATRON, I LOVE YOU, C’EST TOI QUE JE PREFERE, MADEMOISELLE TU SENS BON, NOUS SOMMES REUNIS DEVANT DIEU, NOUS SOMMES INSEPARABLES!
    DER TALIBAN CHEF MOLLAH OMAR IST TOT, ADIEU MOLLAH OMAR!
    PLEASE DO NOT COME AGAIN!
    WAIT AND SEE! OYO AZALI NA MATOYI AYOKA SOKI TE EKOZALA PUTULU EH!
    DETROMPEZ-VOUS MISTER I AM A DREAMER!

  10. Kamerhe risque hélas d’être libéré sous conditions et caution avant ou à l’issue des 5 jours réglementaires cad ce samedi ou demain dimanche. Pressé de toutes parts par de multiples solidarités, politiques, familiales et même diplomatiques (certains chefs d’États de la région auraient demandé à Tshisekedi de deserrer l’étau fût-ce symboliquement en ces temps de pandémie) celui-ci interviendra pour que Kamerhe quitte la prison de Makala.
    Que sera alors sa suite s’il sort de la prison, ses délits et crimes seront-ils poursuivis de la même façon ? Gardera-t-il son poste de Directeur de Cabinet du PR malgré son passage par la case-prison et les indices sérieux de sa culpabilité ?
    Tshisekedi devra jouer juste et ferme s’il veut garder sa crédibilité.
    Attendons la suite…………..

  11. NONO
    eeeeeeh, yo mutu moko ba posts ebele boye et surtout sans avancée du point de vue contenu. Votre sacré « ATTENDONS LA SUITE », vous n´y croyez pas vous-même visiblement.
    « Kamerhe risque hélas d’être libéré sous conditions et caution avant ou à l’issue des 5 jours réglementaires cad ce samedi ou demain dimanche. » Kieeeeeeeeeeeee, Nono !
    Tolingaki Justice, totika biloba loba. Musala esalema. Que les coupables (sans exception) répondent de leurs actes.

  12. – « Pire, depuis qu’il se débat dans ses « ennuis judiciaires », on cherche en vain l’ombre d’un « regret » ou d’une « empathie » dans les milieux udépésiens en général et tshisekedistes en particulier. L’homme est mal aimé. »
    Les PRÉMISSES sont faibles pour TIRER logiquement la conclusion : « Justice instrumentalisée, affaire Kamerhe plus politique que judiciaire. » Restons dans les faits. Le détournement implique le ‘regard’ de la Justice. Inutile d´aller chercher de l´amour, l´empathie chez des gens qui n´ont d´ailleurs aucune influence sur la Justice. Nous avons réclamé la justice; réjouissons-nous que l´État aille dans ce sens.
    – « Fatshi a du pain sur la planche. Il devra démontrer, par des actes et non par des DISCOURS… » :
    Pas important de se plaindre encore « que la Présidence de la République observe un mutisme détonant. Pas une déclaration ». Une fois encore, concentrons-nous sur ce que nous avons tant réclamé au lieu de vouloir toujours se montrer insatisfait. Par ailleurs, il n´est même pas du tout vrai que la parole du Président tord (tordrait) le cou aux rumeurs auxquelles les Congolais s´adonnent à coeur joie. Il avait, par exemple, dit que c´est lui qui dirige, le kingo des rumeurs était tordu ? Passons ! Que la Justice sanctionne tous les ‘détourneurs’ sans exception.

    1. Mon cher Procongo,
      Dommage, à rire ou à pleurer ?
      On attendrait de quelqu’un qui prétend avoir la décence et la sagesse de n’intervenir ici que le moins souvent à bon escient un message nouveau et clair mais vous voilà dans votre habituel procès désuet de ceux que vous avez décrété comme ennemis selon votre logique gratuite des clans.
      Qu’êtes-vous venu nous dire qui contredit mes propos ? J’ai du mal à en voir un début de commencement intelligible. Vous me reprocheriez de rester insatisfait de ce qui se fait, et cela vaudrait votre sententieux anathème, libre à vous de croire que tout est bien fait, que le ciel vous entende ! Aviez-vous vraiment quelque chose à dire aux leurs de CI ? Je cherche encore tant qu’aurais-je plutôt voulu lire du Professeur Procongo une analyse savante et non opportuniste et creuse qui ne m’apprenne rien. Dommage !!!

      1. NONO,
        soki oZO critiquer, oza content; soki oZA critique ekomi ooooh ba « décréter yo ennemi… ». Vous critiquer, c´est vous prendre pour ennemi ? Mort de rire. Dans ce cas, arrêtez de faire aussi des critiques. Ne me distrayez pas; j´ai été précis. Vous écrivez 4 ou 5 fois sur les mêmes rumeurs (comme si nous ne les entendons/lisons pas ailleurs). Exemple : « Kamerhe risque hélas d’être libéré sous conditions et caution avant ou à l’issue des 5 jours réglementaires cad ce samedi ou demain dimanche. » Vous n´êtes pas obligé de tout balancer ici. Ata yo moko !

  13. Apres avoir entendu les avocats qui ont accompagne kamerhe au tribunal, je commence a croire comme eux qu’il s’agit d’un reglement de compte politique. L’udps veut aussi se retrouver seule mpo balia bien. Je suis entrain de me demander avec QUI le juge qui a interroge kamerhe est alle s’entretenir pendant trente minutes en dehors du tribunal! Ca sent du potopoto. En plus dans tout ceci, ou etait Felix? Voici un president qui ne peut pas fouiner tout simplement puisqu’il est complice number one si vraiment l’argent avait disparu. Felix et son udps montrent qu’ils sont iresponsables, on ne peut leur faire confiance, ils sont tous des amateurs. Il y a de cela quatorze ans, kikaya disait aux naifs qui l’ecoutait a Londres que le jeune Kanambe apprenait bien son metier. Oh my God! Peut on franchement attendre d’etre president pour commencer a apprendre son boulot? Kiadi kibene!

  14. # Pour le moment le Parquet a jugé bon de ne pas accorder une liberté provisoire au détenu Kamerhe demandée par son Conseil ; apparemment le Président Tshisekedi a laissé la Justice faire son travail sans la forcer à libérer symboliquement ou politiquement Kamerhe comme il aurait pu le faire.
    Sur quels arguments ? Plutôt que de craindre sa fuite physique quasi impossible, il veut éviter qu’en dehors de la prison un prévenu du niveau de Kamerhe en profite notamment pour détruire des preuves ou faire des activités susceptibles de nuire à la procédure. Le Parquet n’a ainsi cure de la défense de Kamerhe qui l’accuse de détention arbitraire jusqu’à ce député de l’UNC sans doute à court d’arguments qui lui, accuse justement la justice de maintenir son leader en prison, le temps de fabriquer des preuves.
    Le Parquet se donne encore 15 jours de détention provisoire indispensables pour finir de confronter les différents protagonistes du dossier à Kamerhe et entre eux, fouiller dans d’autres dossiers pas encore connus et ainsi en savoir plus.
    # Se pose alors une question essentielle sur le destin immédiat : face à une détention qui risque de se prolonger et face à des charges aussi lourdes qui l’ont motivée, le Président qui attendait sans doute que son Directeur de Cabinet demissionne de lui-même et qui ne l’a pas fait sans doute selon une stratégie illusoire qui voudrait ainsi démontrer son innocence, le president, disais-je; n’est-il pas appelé à le démissionner pour plus de clarté à son niveau d’un Président qui ne veut pas s’immiscer dans les affaires de Justice ? De plus il faut bien que son Cabinet fonctionne, pourquoi ne pas nommer fût-ce temporairement son adjoint pour le remplacer ?

  15. Aucune institution respectable ne fonctione sans controle hebdomadaire quand il s’agit des millions de dolars. En plus, cet argent appartient aux congolais et non a Felix. Si il se sentait le gardien du temple, il avait alors le devoir de denoncer le voleur. Si il a laisse faire ce qu’il ne pas a sa place, il est incompetent et ils devraient tous rendre le tablier. C’est vrai que la justice doit faire son travail mais il nous appartient de denoncer des maux avant que des milions s’envolent. Felix et les talibans de l’udps bayebisa peuple meme si on le sait bien, ils n’ont jamais gere un ligablo. Je ne pense pas que Felix laisse la justice faire son travail car il sait aussi mentir. Quand l’apareco avait denonce des complots qui se passaient entre l’udps et le pprd a Ibiza et a Venise, Felix nia de dire la verite aux congolais. Peut on vraiment faire confiance a un tel individu? Ma reponse est NON. Ma question demeure vive. Avec qui le juge est alle parle pendant trente minutes alors qu’il interrogait Kamerhe? Ceux qui sont en Europe savent que c’est quand Felix a commemce ses amities avec Kanambe que lui et ses freres ont commence a se payer des maisons en Belgique. Qui a bu boira! Soyons prudents. En plus, nous savons que sans cette alliance ou trahison entre Kamerhe et Felix au Kenya, Felix ne serait jamais president car l’udps est moribonde. Laisser un voleur faire son boulot et dire que l’on attendait a ce que la justice fasse son travail est une sorte de non assistance du Congo en danger. Kokamwa!!.

    1. Vous vivez dans quel monde ? Redescendez sur terre. La Justice examine le dossier ‘détournement des deniers du programme 100 jours’. Si vous avez des éléments contre Félix et son entourage, ils sont les bienvenus. Bilobela des gamins ne vous honorent pas.

      1. # AFFAIRE KAMERHE : ĹA PRÉSIDENCE COUPABLE D’UNE DÉFENSE PEU CRÉDIBLE ET UNE RÉTROSPECTIVE QUI DÉVOILE DES RESPONSABILITÉS CRIANTES DANS LA MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME DE 100 JOURS ET UNE GRAVE LÉGÈRETÉ DANS LE CONTRÔLE QUI ONT COUTÉ TRÈS CHER AU TRÉSOR PUBLIC !!!
        # En effet un point pas inintéressant dans l’Affaire Kamerhe sur lequel RFI revient non sans intérêt dans la mesure où il fragilise quelque peu la position de la Présidence et qui sait pourrait donner du grain à moudre à Kamerhe !!!
        Invité sur RFI Nicolas Kazadi l’ancien(?) coordonnateur du Programme d’urgence sans doute instruit par sa hiérarchie d’autant qu’il était là pour sa défense a nié des critiques de la Société civile dans les mois qui ont suivi l’annonce du Programme de 100 jours. Dans un article de ce jour14 avril titré « Malversations sur le «programme des 100 jours» en RDC: des organisations avaient alerté ( = http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200414-malversations-le-programme-100-jours-en-rdc-organisations-avaient-alert%C3%A9 ) » pour informer que les services de la présidence avaient tout le loisir de soupçonner plus tôt les malversations sur ce programme contrairement à la défense de Kazadi hier13 avril. RFI précise ainsi que plusieurs organisations assurent avoir bel et bien prévenu de gros risques de malversations et même signalé les contrats concernés. Ils redoutaient deja à ce moment des pratiques de corruption et des rétrocommissions qui se cachaient derrière ces marchés.
        # – Juillet 2019 soit 4 mois après le lancement du programme, la Lucha alerte sur les réseaux sociaux sur deux contrats attribués au même homme d’affaires Jammal Samih sur un contrat de 114 millions de dollars au total, dont 57 millions attribués à une société créée deux mois plus tôt.
        – A la meme époque, l’ODEP avait souligné la surfacturation de ces maisons préfabriquées et avancé le montant de 1 900 dollars par maison, un prix jugé exorbitant. Cette ONG congolaise dit avoir multiplié les courriers sur différents marchés, tous attribués de gré à gré mais personne n’a réagi a la Présidence.
        A bon entendeur…]

  16. PS
    # Je venais d’evoquer le destin personnel de Kamerhe, pour être plus complet, il faudrait que je parle aussi de SON AVENIR POLITIQUE. Quelle que soit la sanction finale, Kamerhe est PRESIDENT D’UN PARTI POLITIQUE, L’UNC, EN ALLIANCE AVEC L’UDPS DANS CACH.
    QUE VONT DEVENIR L’UNC ET CACH ET/OU PLUS EXACTEMENT L’ALLIANCE DE L’UNC AVEC L’UDPS DANS CACH ? Il est à parier que les unes comme les utres vont subir le contrecoup de la condamnation de Kamerhe. Dans quelle mesure l’UNC saura maintenir son message politique et son unité et dans quelle mesure son alliance persistera avec lUDPS dans CACH surtout s’il subsiste des récriminations mutuelles entre-elles ? Rappelons que cette alliance à été créée à la suite de la zizanie dans LAMUKA et qu’à Nairobi Tshisekedi et Kamerhe ont pris des engagements notamment qu’à un premier mandat présidé par Tshisekedi succède un autre avec Kamerhe à la tête. Que restera-t-il de cette clause en n’oubliant pas que sans l’alliance avec Kamerhe, Tshisekedi ne serait peut-être pas devenu PR ?
    # IL YA À CÔTÉ LA COALITION CACH-FCC pour la conduite du pays mais nouée à partir d’un deal qui n’a pas respecté la vérité des urnes. Les rumeurs bien cohérentes et crédibles révèlent que Kamerhe n’a pas été absent dans cette ingénieuse trouvaille ainsi que dans sa faisabilité. On sait, il a abouti à ce que leur CACH n’ait que la présidence et le FCC l’essentiel des pouvoir à l’assemblée nationale et dans les provinciales ainsi que la réalité des autres leviers du pouvoir, militaires, sécuritaires, économiques…
    # Une question se pose à ce stade : QUE SONT LES DESSOUS RÉELS DES RELATIONS ENTRE ‘JK’ ET TSHISEKEDI MAIS AUSSI ENTRE ‘JK’ ET KAMERHE ET QUEL RÔLE ONT-ILS JOUÉ DANS LE SCÉNARIO D’AUJOURD’HUI ?
    Il est important de les décrypter pour juger de la nature et de toutes les origines du discrédit public subit de Kamerhe. En effet il ne faudra pas qu’on se trompe sur un schéma temporaire au désavantage des uns et à l’avantage des autres alors qu’un agenda a été concocté pour faire gagner durablement des gens qui ne sont pas aujourd’hui sur le devant direct de la scène. Peut-on par exemple affirmer sans se tromper que ‘JK’ (ou d’ailleurs Tshisekedi) n’y sont pour rien, seule la Justice indépendante joue sa partition ? Je ne sais pas si je me suis fait comprendre. Soit !

  17. Chers compatriotes,
    Quand je lis le titre de cet article, je veux demander à l’auteur s’il peut nous produire un livre intitulé « Etre Président en RDC, Mode d’emploi ». En parcourant, « Opinions et débats », j’ai l’impression de me trouver plus devant le déchaînement des passions et d’exutoires psychologiques que devant d’expressions d’opinions dans le but d’ouvrir des débats susceptibles de nous enrichir mutuellement. Monsieur Baudouin, vous êtes entouré de sommités intellectuelles, aidez-nous à avoir un document qui pourrait nous permettre d’évaluer les actions et attitudes des chefs d’État congolais. Que Dieu nous vienne en aide.

Comments are closed.