« Katumbiphobie »

Ce n’est pas le nom d’une nouvelle épidémie. C’est tout simplement cette peur morbide et injustifiée que l’ancien gouverneur du Shaba-Katanga suscite au sein de la Kabilie. Dans le rôle de porte-flingues du raïs, alias président illégitime de la République très très démocratique du Congo, il y a « Lambert » et « She ». Les deux Kuluna en cravate ont menacé « Moïse » d’aller en « rééducation » à la prison centrale de Makala s’il remettait les pieds dans son pays. Buruma kabisa! Tuku naenda wapi?

Provocateur, « Moïse » a confié à une journaliste de RFI son souhait d’accompagner la dépouille de « Tatu Etienne » à Kinshasa. C’était le jeudi 9 février à l’issue de la messe célébrée, à la Basilique de Koekelberg, à la mémoire de l’illustre disparu.

Selon mon ami qui sait tout sur tout et presque tout sur rien sur les potins de Kinshasa-Lez-immondices, ces propos de l’ancien « Gouv' » ont été accueillis comme une déclaration de guerre. « Tel un taureau qui voit un chiffon rouge, Lambert a foncé dedans en promettant des bosses et des plaies au très médiatique président du TP Mazembe », raconte l’ami.

Mon ami qui sait décidément tout sur tout de me souffler dans le creux de l’oreille: « Lambert a déclaré vendredi 9 février que si Moïse rentrait au pays, il sait ce qui l’attend ». Gêné par cette déclaration peu digne d’un pays qui se dit Etat de droit, Omalanga s’est empressé de corriger: « Moise Katumbi n’a pas de problème avec le gouvernement, mais avec la justice ». Y a-t-il une justice au pays du raïs?

A en croire l’ami, She, le ministre en charge des Affaires étranges, pardon, des Affaires étrangères, séjourne depuis vendredi 9 dans la capitale de l’Europe. Une occasion pour échanger avec la famille de « Tshitshi ».

Moins goujat que le pseudo-nationaliste-lumumbiste Lambert, She a estimé que Chapwe ne serait pas bienvenu à Kin. Au motif que son « cas » n’est pas encore résolu. Une allusion à l’affaire dite de spoliation de propriété du très farfelu Emmanouïl Stoupis. Cette affaire qui a valu à Moïse une peine inique de trois ans de prison, assortie d’inéligibilité. Bref, un crime parfait.

Mon ami bondit de sa chaise en brandissant la missive que la juge Chantal Ramazani du Tribunal de paix de Lubumbashi Kamalondo avait adressée au ministre de l’Injustice, pardon, de la Justice, prénommé Alexis. L’ami lit à haute voix un passage significatif: « J’ai été obligée par Monsieur Kalev Mutond, administrateur général de l’ANR, la Présidence de la République, le Premier Président de la Cour d’appel de Lubumbashi, un inspecteur de l’ANR accompagné de douze éléments de la garde républicaine et le procureur général près la Cour d’appel de Lubumbashi de condamner Monsieur Moïse Katumbi Chapwe (…) ».

Mon ami de conclure: « La signature de la juge a été extorquée. Cet acte judiciaire est par conséquent nul et non avenu ». Lisant le trouble sur mon visage, il m’explique: « Non avenu s’applique à un acte entaché d’une telle irrégularité qu’il est considéré comme sans valeur voire inexistant ». Il poursuit en me recommandant de lire les Ecritures particulièrement le livre des Proverbes 14: 34. J’ouvre ma bible et lis: « La justice élève une nation (…) ». Citant Chateaubriand, l’ami de murmurer: « Malheur au juge qui a deux poids et deux mesures ».

La Katumbiphobie continue à faire rage dans la Kabilie…

 

Robert Yuka ea Djema
© Congoindépendant 2003-2017