Kinshasa: Les installations d’un média saccagées par la police, des matériels de diffusion emportés et des journalistes arrêtés

Journaliste en danger (JED) condamne énergiquement l’incursion d’un groupe d’éléments de la police nationale congolaise dans les installations de Kin Lartus, un magazine d’informations générales diffusé dans plusieurs chaînes des télévisions émettant à Kinshasa, suivie du saccage des matériels de travail et l’arrestation d’au moins dix journalistes trouvés dans les installations de ce magazine.

Selon les différents témoignages recueillis par JED, les installations du magazine télévisé « Kin Lartus » ont été prises d’assaut, le mercredi 25 juillet 2018 vers 13 heures, par un groupe d’agents de la police à la suite d’une plainte de la promotrice d’un autre magazine télévisé dénommé « Kilartus » qui proteste contre l’utilisation « frauduleuse » de son logo et sa dénomination.

Deux éléments de la police en tenue civile dont une femme s’étaient présentés au siège de ce magazine télévisé sous prétexte de se renseigner sur le prix de diffusion de leurs activités. Pendant qu’on leur donnait des explications, plusieurs autres agents armés ont envahi les installations du média. Du coup, ils ont commencé à saccager les matériels de diffusion qu’ils ont par la suite emportés. Les dix journalistes qui se trouvaient dans les locaux ont été embarqués de force dans leur véhicule à destination de l’Inspection Générale de la Police.

Six d’entre eux ont été remis en liberté, tard dans la soirée, grâce à l’intervention de l’avocat conseil de ce magazine. Les quatre autres journalistes: Jean Jacques Kabeya, Ritha Musau, Doya Mayi et Fretace Mbamanku ont passé la nuit dans le cachot de la police.

Contacté par JED, Maitre Maki Makiese, Avocat conseil du magazine Kin Lartus, a déclaré que les quatre journalistes encore en détention sont accusés par Mme Kilala, leur ancien employeur, d’utiliser « ses emblèmes et la dénomination de son magazine ».

Joint également par JED, Mme Kilala a expliqué avoir saisi la justice pour réclamer ses droits: « Ce sont des journalistes que j’ai recruté et qui travaillaient dans mon magazine Kilartus. Nous ne nous sommes pas entendus et nous avons résilié le contrat. Au lieu d’aller créer leur magazine avec leur propre dénomination et leur propre logo, ces journalistes utilisent ma marque et mon logo. Je n’ai pas des problèmes particuliers avec ces journalistes. Je protège tout simplement ma marque, c’est-à-dire le nom de mon magazine et mon logo ».

Sans entrer dans le fond de cette affaire, Journaliste en danger (JED) condamne énergiquement l’incursion des éléments de la police dans les installations de ce média, le saccage et la confiscation des matériels de diffusion de ce média réduit au silence.

Pour JED, cette attaque contre un média constitue une grave atteinte à la liberté de la presse qui doit être immédiatement stoppée.

 

Pour tout contact
Journaliste en Danger
21,av. Nyembo. Quartier Socimat. Haute Cour Militaire
Kinshasa/Gombe. B.P. 633 Kinshasa 1
Téléphone: +243 81 99 96 353 ou +243 99 99 96 353
E-mail: jedkin@jed-afrique.org, jedkinshasa@gmail.com
Internet: www.jed-afrique.org

3 réflexions au sujet de « Kinshasa: Les installations d’un média saccagées par la police, des matériels de diffusion emportés et des journalistes arrêtés »

  1. Mme. Kilala, nous connaissons comment cela se pratique a Kinshasa. Tu as corrompu les pauvres bandits policiers avec quelques dolars pour aller saccager les instalations de tes adversaires. Cesse de mentir et de prendre les gens pour de cons. Tu n’iras pas loin avec ton busines. Pourquoi vous n’etes pas capables de vous mesurer aux autres dans les affaires vous les Congolais?? Tika kokosa,tika jalousie.

  2. Chaque parent fut un enfant, sait qu’éduquer un enfant mâle ou femelle est une tâche difficile. L’âme (esprit et corps) des politiciens Kongolais corrompus jusqu’à la moelle épinière toutes tendances confondues est polluée. Leurs âmes déchues comme un disque dur d’un Mac Book sont infectées, les éduquer à leurs âges est pratiquement impossible. Le Peuple doit passer à l’étape de punition sévère…

    L’attitude de cœur hypocrite, dilettante, nonchalante, ambiguë, ambivalente des faux politiciens Kongolais corrompus toutes tendances confondues irritent nos aïeux outre tombe, piétinent nos morts injustement fauchés. Qu’ils (faux politiciens) expliquent comment font-ils pour vivre heureux dans un pays des malheureux alors que leur population broie du noir comptant sur les miracles Western Union, priant bêtement JC Blanc Aryen Indo-européen matin midi soir 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, sans résultats probants… Certains osent même prier pour que les microbes et immondices disparaissent des artères de Kinshasa lz poubelle en lieu et place de les nettoyer ou de manifester devant le Gouvernorat…

    Le Peuple Kongo Souverain Primaire devrait dépasser sans état d’âme l’étape des dénonciations, des pleurs, d’analyses politiques, toutes les données des statistiques et des probabilités sont entre ses mains. L’heure est venue pour exécuter froidement le plan Z, éliminer par tous les moyens possibles toute la racaille des collabos et traîtres sinon point de salut…

    À force d’être complaisant, ils (faux politiciens Kongolais corrompus toutes tendances confondues) fint et refont les mêmes gestes, les mêmes manœuvres politiques dilatoires pour manipuler, flouer, entuber le Peuple Kongo Souverain Primaire en complicité avec les occupants Tutsi Power Nilotiques Rwando-Burundo-Ougandais…

    Voir passivement le Peuple manipulé de la sorte n’étonne plus. Sans une technique rudimentaire d’éradication de la pègre qui sévit au Kongo RDC (Rép Démocrature du Congo-Kinshasa), sans l’emploi d’un verbe cru sans hypocrisie pour confondre les faux politiciens point de salut pour la population (*A la loi et au témoignage! Si l’on ne parle pas ainsi, Il n’y aura point d’aurore pour le peuple* Es 8:20). Une 3e fois d’affilée, être trompés et manipulés ainsi dévient une tare, une vraie malédiction…

    La luta continua la Victoria e certa pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par le Tutsi Power. Ingeta

  3. Et qu’en disent alors le pretendu-PGR Flory Numbi, son patron et petendu-ministre de la justice Thambwe Mwamba, le pretendu ministre de linterieur Mova Sakanyi, et leur commun-tireur de ficelles Nehemie Mwilanya, tous au service de l’Imposteur-sanguinaire de Kingakati illegitimement et illegallement au sommet de notre Pays?

    Ces valets et traitres n’hesitent jamais de montrer de dents sanguinaires lorsqu’il s’agit d’harceler et persecuter nos compatriotes qui osent reclammer respect de notre Constitution et Lois par le voyou de Kingakati et son depart.

Les commentaires sont fermés