Kinshasa: Un journaliste poursuivi pour diffamation et détenu depuis 72 heures dans un cachot du parquet

Journaliste en danger (JED) réclame la libération immédiate d’un journaliste placé en détention, depuis 72 heures, successivement dans les installations de la police judiciaire et au parquet général de Kinshasa/Gombe à la suite d’une plainte déposée par le responsable de l’Ecobank pour « diffamation ».

Selon nos sources, Achiko Ngaya, directeur de « Les Nouvelles du soir », un journal paraissant à Kinshasa, a été interpellé, le lundi 21 octobre 2019 vers 7 heures du matin, à son domicile par un groupe d’agents de la police judiciaire, porteurs d’une réquisition émise par un Procureur.

Le journaliste a été conduit tour à tour au sous-commissariat de la police du quartier Bongolo et au commissariat de la police de Kalamu avant d’être transféré dans les installations de la police judiciaire, communément appelées « Casier judiciaire » où il a passé la nuit.

Interrogé par JED, Me Bazin Mpembe Ndjale, avocat du journaliste a déclaré que son client a été conduit, le mardi 22 octobre 2019, dans le cachot du parquet général de Kinshasa / Gombe où il est placé en garde à vue. Peu avant, Achiko Ngaya a été auditionné autour d’un article intitulé: « Ecobank sur les traces de la Biac ». Dans cet article signé par un de ses journalistes, le journal « Les Nouvelles du soir » a dénoncé les plaintes et les lamentations des clients de cette banque en rapport avec ses services.

« Hier, mardi 22 octobre, mon client Achiko Ngaya a été également confronté au Conseiller juridique de l’Ecobank. Nous nous sommes séparés presque en queue de poisson. C’est aujourd’hui que je veux introduire au parquet une demande de la mise en liberté provisoire du journaliste », a ajouté Me Bazin Mpembe.

Journaliste en danger (JED) s’insurge contre cette arrestation cavalière du journaliste qui doit bénéficier de sa présomption d’innocence et soutient la demande de sa mise en liberté provisoire.

23 octobre 2019

 

Journaliste en Danger
11, Avenue de la presse. Immeuble Moanda. Local 21. Référence Immeuble Botour
Kinshasa/Gombe. B.P. 633 Kinshasa 1
Téléphone: +243 81 99 96 353 ou +243 99 99 96 353
E-mail : jedkin@jed-afrique.org, jedkinshasa@gmail.com

2 thoughts on “Kinshasa: Un journaliste poursuivi pour diffamation et détenu depuis 72 heures dans un cachot du parquet

  1. Le Kongo RDC va très mal, c’est un « capharnaüm » rempli des dirigeants politiques bras cassés, pieds nickelés, cerveaux lents qui s’y cramponnent, abrutissent abêtissent, manipulent, ensorcellent, envoûtent, asservissent le Peuple Kongolais, qui marchent à reculons la tête en bas les jambes en l’air ! Ils (dirigeants politiques farceurs, farfelus, fanfarons…) crient démocratie sur tous les toits mais oublient les pilliers de justice, d’équité. de liberté d’expression qui la caractérisent… Que des fripons ces agents policiers qui exécutent des ordres mal donnés par des Nomades Occupants menteurs, trompeurs, usuriers, spécialistes en « Ubuenge » (ruse machiavélique, malignité, duplicité, mensonge) qui détiennent tous les pouvoirs en RDC (République Démocrature du Congo-Kinshasa) une démocrature-dictocratie… A ce moment précis, les vrais coupables des méfaits graves se la coulent douce, les 2 « Dupont-Dupond » Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et son allié le roi de Kingakati l »imposteur alias Kabila qui ont fait pire que l’infortuné journaliste [qui devrait sous une vraie démocratie bénéficier de la présomption d’innocence] sont des intouchables… Du jamais vu depuis la nuit des temps, une impunité totale sans nom érigée en mode de pensée et de fonctionnement dans une pseudo Démocratie… Il en est de même des rapports Maping pondus par le machin ONU Monusco qui ont condamné toute la junte NRwando-Burundo-Ougandaise Banyamulenge Banyarwanda qui miraculeusement demeure toujours libre, clean comme par magie, les Impérialistes soi-disant démocrates donnent des satisfecits à des grands criminels de guerre, des genocidaires, des voleurs escrocs corrompus qui sévissent au KONGO RDC depuis 1997 alors que les crimes commis sont imprescriptibles… Libérez notre Frère Journaliste, si Démocratie il y avait en RDC, le 1er coupable est à Kingakati, le second à la N’sele, les autres sont dans le Gouverne et ment, le Parle et ment et le Sénat d’Occupation… Vive l’ANPK (Armée Nationale du Peuple Kongo)… Ainsi soit-il… Ingeta

  2. Question à Mr le PR, juste héraut de l’État de droit et donc pourfendeur obligé de tous les abus et encore plus de justice sans compter qu’en votre qualité de Magistrat Suprême vous êtes le garant attitré du bon fonctionnement de nos institutions !
    Qu’avez-vous fait jusque-là pour garantir au quotidien cet État de droit ?
    Qu’auriez-vous au besoin à transmettre comme message à la juridiction et l’administration qui ignorent ici violemment le respect sacré de la présomption d’innocence ? A supposer que la puissance d’Ecobank qui se dit ici lésée, diffamée ait contribué à la séquestration du journaliste, quel conseil lui transmettriez-vous ?
    Sous votre mandat qui veut le changement de multiples abus continuent à se commettre, merci d’en prendre acte et de tenter d’agir à votre niveau !
    Merci par avance de votre attention !

Comments are closed.