La « coalition » Cach-Fcc: L’équilibre de la terreur!

Va-t-on assister à la fin d’une illusion appelée « coalition Fcc-Cach »? Les « bases » respectives des deux camps sont « en guerre »… des mots. Osons espérer que la guerre des mots ne va pas se muer en guerre tout court. La mouvance kabiliste réclame, depuis mardi 12 novembre, la destitution de l’UDPS Jean-Marc Kabund de son poste de 1er vice-président du bureau de l’Assemblée nationale. Il semble que ce dernier aurait « manqué du respect » à « Joseph Kabila ». Signe qui ne trompe pas. L’éviction de Kabund est exigée par un « quidam » et non pas par une voix autorisée de « porter la parole » du Fcc-Pprd. Mercredi 13 novembre, le président Felix Tshisekedi s’est montré serein et optimiste à Paris. Pour lui, « il y aura des hauts et des bas » au sein de cette coalition. La tension ambiante est, à son point de vue, compréhensible pour des organisations qui ont vécu, durant plusieurs années en antagonisme avant de se coaliser. « Nous sommes obligés de composer pour l’intérêt du peuple congolais ». L’ex-président « Kabila » est-il de cet avis? L’homme semble déprimer. Il serait « en manque » des fastes et les honneurs de l’imperium. Il serait prêt à démontrer qu’une « erreur matérielle » serait intervenue lors de l’élection présidentielle du 30 décembre 2019.  

La polémique qui fait rage entre les « sous-chefs » du cartel Cach-Fcc prend chaque jour l’allure d’une « guerre froide ». Cette « guerre » qui opposait jadis les Etats-Unis et l’Union soviétique. Chaque camp détenait la bombe nucléaire avec en toile de fond le risque d’une destruction mutuelle. Les coalitions Cash et Fcc semblent conscients de ce qui pourrait arriver aux uns et aux autres en cas de confrontation. Pour le moment, ce sont les « bases » qui multiplient les invectives. Il n’est pas exclu qu’un fanatique appuie un de ces quatre matins sur le « bouton »…

DROIT DANS SES BOTTES

Jean-Marc Kabund

Comme pour dire qu’il était droit dans ses bottes après avoir exprimé son ras-le bol vis-à-vis du Fcc, le Président a.i de l’UDPS et premier adjoint à la Présidente de l’Assemblée nationale congolaise a posté, aux premières heures de la journée de jeudi 14 novembre, depuis la capitale rwandaise, le message suivant sur son compte Twitter @kabund_jmkkrock: « A Kigali depuis hier [mercredi 13, Ndlr] pour participer à la 55ème assemblée paritaire de l’ACP et de la 38ème assemblée parlementaire paritaire de l’ACP-UE. En tant que président de la commission politique nous avons présidé les travaux en plénière en prévision de la commission de la commission mixte ACP-UE ».

A Kinshasa, le climat politique est tendu. Sur les réseaux sociaux, plusieurs « seconds couteaux » du Fcc-Pprd sont montés au créneau pour menacer Kabund de « destitution ». Dans un élément vidéo, Claude Mashala réclame ni plus ni moins que le remplacement de l’actuel 1er-vice-président du bureau de la représentation nationale par un gros gabarit de la trempe de Remy Masamba (sic!). « L’Udps n’a que 32 députés sur 500 », prévient Mashala. Le Pprd Constant Mutamba de renchérir en invitant Kabund, via un twitt, « à tirer toutes les conséquences politiques de ses injures envers le Fcc et son autorité morale, grâce à qui il a été porté au perchoir de l’Assemblée nationale. Sa démission est attendue de toute urgence ».

Le problème? Mutamba n’est pas le porte-parole du Pprd. Encore moins celui du Front commun pour le Congo (Fcc). On imagine que quelqu’un pousse cet agitateur bien connu pour clamer tout haut ce que les caciques de la mouvance kabiliste pensent tout bas sans oser le dire. Mutamba qui se dit juriste sert manifestement de « ballon d’essai » destiner à tester la capacité d’indignation de l’autre camp.

Dans une « déclaration politique » publiée le mardi 12 novembre, la « Conférence des présidents des regroupements politiques » que compte le Fcc dit avoir « appris avec indignation les propos tenus » par Kabund. Après avoir promis « de réserver des suites appropriées sur le plan institutionnel », les signataires de ce communiqué d’ajouter: « (…) Joseph Kabila est le principal artisan de la première alternance démocratique et pacifique du pouvoir au sommet de l’Etat (…) depuis l’indépendance. A ce titre, il mérite respect et considération ».

MOTION DE DÉCHÉANCE

Palais du Peuple

Au moment où ces lignes sont écrites, il semble que des députés étiquetés Pprd seraient occupés à collecter des signatures dans l’hémicycle du Palais du peuple en vue de déposer une motion de déchéance contre Kabund. Le Fcc osera-t-il mettre sa menace à exécution? Quelle serait la réaction de la haute direction et de la « base » de l’Udps? Une base qui n’a cessé d’assimiler l’alliance avec « Kabila » au mariage entre l’ange et le démon. « Même Dieu ne veut pas de cette coalition », tonne Fils Mukoko, le leader des « combattants ».

Qu’a dit Jean-Marc Kabund lors de son harangue de mardi 12 novembre? Pour l’essentiel, le Président ad intérim de l’Udps a répliqué aux caciques du Pprd qui soutiennent à cor et à cri que « Kabila a donné le pouvoir » à « Felix ». « Ceux qui prétendent avoir donné le pouvoir sont les mêmes qui ont eu recours à toutes les manœuvres pour conserver le pouvoir, a-t-il déclaré. Ils ont tué la population. Ils ont utilisé tous les moyens possibles jusqu’à tuer nos combattants à la permanence ». Pour Kabund, le pouvoir de Felix Tshisekedi émane du peuple.

Aux « bérets rouges » du Pprd qui menacent d’aller « fouiner » à la Ceni ainsi qu’à la Cour constitutionnelle, Kabund lance: « L’Udps n’est en rien responsable des résultats publiés le 30 décembre 2018 par la Commission électorale nationale indépendante et confirmés par la Cour constitutionnelle. La Ceni et cette Cour n’étaient pas dirigées par l’Udps ». « Coalition oui, mais nous n’acceptons pas qu’un individu ou un groupe d’individus défient le chef de l’Etat, poursuit-il. Nous n’acceptons pas qu’on utilise le Parlement pour bloquer les actions du chef de l’Etat ».

En termes à peine voilés, Kabund met en garde le Fcc et son « autorité morale ». Celui-ci est menacé de subir le même sort que son ancien homologue angolais qui est aujourd’hui en Espagne. « Prochainement je ne tiendrai plus ce genre de discours. Que ce soit la dernière fois pour nos partenaires de nous sous-estimés ».

A Paris, Felix Tshisekedi affichait une sérénité digne de la posture de Ponce Pilate. Était-il au courant de la sortie médiatique de son bras droit? A-t-il laissé faire celui-ci en attendant de jouer le rôle de pompier en cas « d’embrasement »?

Pour les mauvaises langues, « Kabila » et son « clan » seraient décidés à « aider » le président Fatshi à ne pas réussir là où le Pprd a échoué. Procès d’intention? Est-ce pour cette raison que Kabund a invité les « combattants » à attendre le « mot d’ordre » du parti ?

L’ÉQUILIBRE DE LA TERREUR

Membres des « bérets rouges »

La crise qui prévaut entre le Cach et le Fcc préoccupe non
seulement la « communauté internationale » mais aussi l’opinion publique congolaise. Chacun y va avec ce qu’il considère comme une solution.

Représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations Unies chargé des Opérations, François Grignon a déclaré, jeudi 14 novembre, que la Mission onusienne au Congo était disposée à offrir ses bons offices si les deux parties faisaient la demande.

Président de l’Asbl « ACAJ », l’avocat Georges Kapiamba se veut radical. Il exhorte le chef de l’Etat de prononcer la dissolution de l’Assemblée nationale et de convoquer des élections législatives anticipées au mois de mars prochain. Cette option est plus facile à dire qu’à faire. Et ce compte tenu du fait que le Président de la République ne dispose guère d’un pouvoir solitaire. Le premier alinéa de l’article 148 de la Constitution l’oblige, dans ce cas de figure, à consulter préalablement le Premier ministre et les présidents de deux chambres avant de « révoquer » la chambre basse. Inutile de souligner que les kabilistes y sont majoritaires.

En vue d’éteindre le feu allumé par les bases respectives, il n’est pas exclu que « Fatshi » et « Kabila » se retrouvent les jours prochains avec une coupe de champagne à la main. Les militants respectifs, eux, restent sur pied de guerre. Une guerre aux conséquences incalculables pour les deux « partenaires ».

Membre des « bérets rouges », une milice pro-« Kabila »,  un certain Henri Magie avait déclaré, en réponse aux attaques de l’Udps Fils Mukoko, que le Fcc était prêt à saisir la Cour constitutionnelle afin d’obtenir la correction d’une « erreur matérielle » intervenue, selon lui, lors de l’élection présidentielle du 30 décembre 2018.

Questions finales: « Joseph Kabila » est-il pris dans son propre piège? Serait-il déprimé, après la perte du pouvoir d’Etat, au point de pousser ses janissaires à « invoquer » ses « turpitudes » à la Ceni et à la Cour constitutionnelle? Un tel aveu ne risque-t-il pas d’entraîner une destruction mutuelle au sein de la coalition Cach-Fcc? « Nul n’est entendu invoquant ses propres turpitudes », disaient les Romains…

 

Baudouin Amba Wetshi

29 thoughts on “La « coalition » Cach-Fcc: L’équilibre de la terreur!

  1. « il y aura des hauts et des bas », c’est dire que la bisbille entre Rwandais et Collabos Talibans n’est que pure diversion.
    Notre au general Yakumba est plus que indispensable.

  2. Terreur, guerre froide, cartel…. L’utilisation de ces expressions n’est vraiment pas opportune de la part d’un Congolais désireux de voir son pays sortir de l’abîme dans lequel l’homme venu d’ailleurs et ses thuriféraires l’ont plongé depuis 18 ans. Il est certes commode de jouer aux pyromane lorsqu’on est à des milliers de kilomètres du brasier. Ici, ce n’est pas la personne de Felix qui compte, mais plutôt la survie de toute la nation. En lisant cet article de B.A.W, il ne serait pas irrespectueux de s’interroger sur la gravité de certains propos qui sont souvent tenus par nos compatriotes éminents journalistes soient-ils. Mr Wetshi connaît plus que quiconque par où notre pays est passé depuis son indépendance pour arriver l’a où on est aujourd’hui: sécessions, rébellions, affrontements ethniques et tribaux et j’en passe. Il est donc regrettable que des personnes qui connaissent très bien les affres qui ont jalonné l’histoire de notre pays se livrent à ce genre de rhétoriques. Que cela soit l’exercice préféré de certains irresponsables désœuvrés qui passent le plus Claire de leur temps à insulter et à dénigrer, n’a aucune importance, mais de la part d’un eminent journaliste de la trempe de B.A.W, !!!. Comme tous les congolais, je sais que la plupart de politiciens sont férus des discours belliqueux pour exister ou pour faire le buzz comme on dit aujourd’hui, mais, mon Dieu, il s’agit du Congo, un pays dont l’histoire s’est écrite dans le sang et les destructions. Je ne donne aucune leçon de morale, ce n’est qu’un petit rappel au bon sens. Tous les observateurs sérieux font le constat d’un certain changement positif depuis l’arrivée de Félix Tshisekedi à la tête de notre pays. Bien sûr, cette rubrique est devenue une espèce de poubelle dans laquelle certains compatriotes viennent se défouler et surtout ruminer leurs frustrations, mais il faut garder à l’esprit que notre pays est fragile et que tout peut arriver. Le changement de mentalité doit commencer par la tolérance, ce que beaucoup n’ont pas intégré dans cet espace de dialogue, et c’est dommage.

    1. @ Oeuil du Cyclone (ou plutot « Elombe »),
      Tes propos inbus de sermon insultant contre non seulement les commentateurs sur ce site, mais aussi notre cher compatriote BAW (dont le patriotisme n’est pas a confondre avec tom opportunisme) sentent l’intolerance qui n’a rien a envier aux methodes des valets kanambistes de la trempe d’un Kalev Mutondo et Lambert Mende.
      Bref, BAW fait tres bien son travail de grand Journaliste incorruptible.
      Les commentateurs sur ce site voient correctement en FATshi et son majordome Kamerhe la continuation de la kleptocratie kanambiste, et en duo Kabund-Kabuya une copie des voyous-berets rouges PPRD.
      (En fait, ou en est ton FATshi avec l’enquete du vol des $15 Million..?)

    2. @L’œil du cyclone
      On peut entendre le Congolais avisé et responsable par celui qui n’en rajoute pas sur la description tout azimut de tous nos maux mais aussi le contraire, celui qui prend la peine de les identifier et de les décrire.Tout fait nombre en définitive pour le diagnostic et le traitement de nos errements…
      Personnellement je ne crois pas que dans son article, BAW ait dépassé les limites de la ‘décence’ ni qu’il pousse à venir se défouler et ruminer ses frustrations et encore moins à l’intolérance. A chacun de réagir selon sa sensibilité, sa compréhension de notre situation et pourquoi pas ses obsessions. Le changement de mentalité c’est aussi « d’entendre » les opinions adverses.
      Ailleurs le constat fait ici n’écarte point quelque changement positif survenu depuis Tshisekedi. Etait-ce vraiment le sujet ou celui d’une coalition problématique ? A se demander si de votre côté vous ne transposez pas trop vite sur les autres sans vous en rendre compte vos propres ruminations et partis-pris. Un tel ping-pong risque de brouiller le dialogue patriotique que nous souhaitons tous entre Concitoyens…

  3. En 1993, il y a eu Udps contre Mpr et coup d’état de Mobutu contre le Premier Ministre.
    En 1960, il y avait déjà Kasavubu contre Lumumba et en 1965, Kasavubu contre Tshombe.
    Acteurs differents et qqs soient les contextes, les provocations et autres malices sont motivées par la peur de perdre le pouvoir.

  4. RETOUR DE LA CRISE LUMUMBA-KASAVUBU ?
    Relisons les pages sombres de notre histoire où on trouve la cause principale des dictatures: Kasavubu « président tout puissant » élu pourtant au Parlement, et Lumumba aussi « puissant » qui possedait une majorité au Parlement. Quand Kasavubu revoque Lumumba sans consulter le Parlement, Lumumba reprend la même bourde.. il revoque á son tour Kasavubu sans consulter le Parlement..
    Certains d´entre nous vont dire que ces deux « pères de l´indépendance » ne possedaient pas un comprehension rationelle de la constitution et leur niveau de l´éducation n´était pas si avancée.
    Cette fois ici nous avons une armada des juristes, savants juristes qui citent les articles de la constitution comme les « évangelistes » dans la rue á Kin.. lol
    Ces juristes vont sans doute se mettre á nous expliquer en se contradisant comment Kabila via son gang « majoritaire » au Parlement peut revoquer Felix.. et comment Felix peut dissoudre le Parlement l´an prochain. Ce que Felix possede la rue et ses ex amis de l´opposition y compris les dissidents de Bahati forment aussi une « armée » silencieuse capable de faire pencher la balance au cas où Kabila va oser declarer la guerre.
    ALLIANCE ?
    Mauvaise alliance issue de la fraude électorale.. Erreur de perception des têtes pensantes du « FCC-PPRD-AFDL » qui comment á comprendre qu´offrir la présidence á Felix ne signifie pas que Kabila est tout puissant.
    Felix qui est devenue « Diego Cao » multiplie les voyages pour obtenir des « alliances internationales ».. Merkel, Macron, Trump, Putine, et tous ces presidents africains ne vont pas soutenir Kabila en cas d´affrontement…Ainsi, Felix devient une menace.
    Kabund a été imprudent en devoilant l´attaque frontale qui peut envoyer non seulement Kabila en exil, mais tous les autres sbires de son gang qui peuvent se retrouver devant la CPI ou dans une prison des USA á cause de l´assassinat d´un citoyen US agent de l´ONU au Kasai.
    Lumumba-Kasavubu, la malediction de la « démocratie » ou cette fois ici la sagesse de la Cenco va nous mettre á l´abris d´une repetition de l´histoire ?

    1. @Ghost
      J’espère que vous avez trouvé une réponse à votre obsessionnel mais anachronique et non fondé reproche de nos ‘pères de l’indépendance’ qui auraient été des incultes dont « l’instruction n’aurait pas été avancée et ne disposaient donc pas en conséquence d’une compréhension rationnelle de la constitution ». En effet avec l’armada des ‘constitutionnalistes’ actuels qui interprètent à la carte selon leurs obédiences politiques les textes constitutionnels en rapport avec un troisième mandat non successif, vous devriez enfin comprendre que dans le feu de l’action et de l’urgence politiques les acteurs agissent d’abord selon leur plan quitte à chercher à le justifier par des interprétations à leur guise. Méfiez-vous donc, Kasa-Vubu, Lumumba… ont pris leurs décisions non pas tant parce qu’ils avaient des connaissances limitées de droit mais parce que politiciens dans le feu de l’action. Ça se passe toujours et partout comme cela en politique…

  5. Oeil du cyclone,
    Pouvez-vous nous donner dix exemples de ce qui marche très bien depuis environ une année que Tshilombo est au pouvoir? A part les slogans du genre « le peuple d’abord »,nous ne voyons rien qui a changé.Certes,la gratuité de l’enseignement est positive,mais cela a été tellement mal préparé que ça va en eau de boudin,grèves sur grèves,avec quel résultat au finish?Les conditionnalités pour les prêts et autres aides ne sont pas remplies.Ni la lutte contre la corruption,ni l’amélioration du climat des affaires,rien de concret.Et les investisseurs vont venir dilapider leur argent pour les beaux yeux de Tshilombo?L’affaire 15 millions,les marchés de gré à gré,la corruption des sénateurs et des magistrats de la Cour Constitutionnelle,l’accident de l’Antonov,etc…Aucune suite sur les enquêtes menées.C’est BAW qui a tout inventé pour nuire à Tshilombo?Et tous ces voyages qui engloutissent des millions pour rien?Soyons sérieux Monsieur à moins que vous soyiez un taliban fanatisé.

    1. Je prends au vol, Compatriote Assambala, votre allusion à « L’ACCIDENT D’ANTONOV » pour poser à qui de droit quelques questions capitales en prenant ainsi à témoins tous nos Compatriotes !
      Où en est l’enquête ?
      A-t-on retrouvé la boite noire ou on ne l’a pas recherchée ou encore on cache volontiers de nous le dire ?
      Combien exactement il y’avait des passagers dedans et qui sont-ils ? Leurs deuils, leurs familles, aucune nouvelle…
      A propos on nous a fait part de la présence d’un survivant blanc sur les lieux de l’accident, qu’est-il devenu ou n’était-ce qu’une fable ou encore on veut nous cacher ce qu’il en est au juste ?
      Bref, de l’Antonov présidentiel crashé personne n’en parle plus, qui va nous faire croire que ce n’est pas parce qu’au sommet du pouvoir on ne veut en dire davantage ? Secret d’État à bien garder ou manœuvres d’un pouvoir démagogue, conflictuel et conflictogène ?

    2. @assambala.
      Un taliban radicalisé ne verra jamais ce que vous dites. Vous avez oublié d’ajouter que, seulement en septembre 2019,l’ONU a dénombré 77 exécutions extrajudiciaires.Dans l’indifférence générale, les Congolais étant préoccupés par la prière,la bière,la musique et le culte de Fatshi.

  6. Camarades,
    On vous distrait. Pendant ce temps, les partenaires de Tshilombo orchestrent un vrai massacre des populations congolaises dans la partie Est du pays.
    Hier, c’était l’histoire de l’invalidation et re-validation des députés nommés de la CENI, du vrai faux vrai diamant de Mende, des fesses de Ma Mimi, de l’affaire Mukebayi, etc…
    Aujourd’hui on vous sert les assassinats dans les rues de Kinshasa, Dolly Makambo et les algarades entre l’armée du médiocre duo Kabund-Kabuya et celle du top-médiocre Shadary.
    A Minembwe, des héros se battent contre des terroristes avec des moyens de bord. Fièrement et dignement !

  7. Citons
    « ….Aux « bérets rouges » du Pprd qui menacent d’aller « fouiner » à la Ceni ainsi qu’à la Cour constitutionnelle, Kabund lance: « L’Udps n’est en rien responsable des résultats publiés le 30 décembre 2018 par la Commission électorale nationale indépendante et confirmés par la Cour constitutionnelle. La Ceni et cette Cour n’étaient pas dirigées par l’Udps »… »
    Le moins que les Congolais puissent tirer de ces « aveux » est que l’Escroquerie Electorale de 2018 n’a rien resolu: le PR serait illegitime!

  8. # « La ‘coalition Cach-Fcc’, parlons-en : « l’équilibre de la terreur » ou le paradoxe d’un équilibre en instabilité permanente de ce qui est censée être une coalition non seulement parce qu’il s’agit d’un ‘mariage de raison’ ballotté sans cesse par les aléas des intérêts mutuels volontiers divergents mais aussi parce que pris au piège des hostilités conséquentes de leurs « bases respectives », le « haut » entend garder le cap de l’alliance conclue tant leur pouvoir en dépend. Qu’importe alors à la limite que la dite coalition ne soit qu’une illusion mais quid de ses conséquences sur le pays ?
    Et ici le comble du paradoxe de la situation est que l’optimisme présidentiel plutôt tactique n’empêche pas encore ces tensions violentes des bases, les effigies brûlées en sont le reflet et l’occasion? Jusqu’où, jusque quand ?..
    # Kabund de l’Udps (CACH) est devenu une cible du FCC parce qu’il a « manqué de respect » envers ‘JK’, son autorité (im)morale comme si son aversion n’était pas celle de toute l’Udps (y compris Tshisekedi ?) et d’une large majorité de la population contre cette alliance et contre l’ancien président. Du coup ce n’est pas tant la responsabilité de tous ses ‘sous-chefs’ à blâmer, pas tant arrêter les belligérants du terrain enflammés pour la guerre qui importe plutôt qu’assécher leurs raisons et comment d’autre sinon en interposant leurs dirigeants ayants droits du ‘deal’ et de ses suites.
    # Si d’un côté ‘JK’ entend perpétuer sa tutelle en ‘opposant effectif’ contre Tsisekedi le président de fait et pousse en conséquence les siens dans cette bataille et de l’autre Tshisekedi accepte son partenariat avec lui tout en laissant tactiquement les siens agir sur le terrain, il faudra bien non pas qu’on « laisse le temps à Tshisekedi dans l’espoir que les attitudes changent » comme il nous dit pendant qu’entre-temps le pays risque de s’embraser et que ‘JK’ ne clarifie pas ses réelles intentions mais c’est crever d’une façon ou d’une autre l’abcès non avec la langue de bois mais en reconnaissant clairement la crise au sein de cette fameuse coalition FCC-CACH et d’en esquisser publiquement les pistes de solution, qui importe pour le pays.
    A noter en passant que si selon ses sympathisants ‘JK’ vaut pour être l’artisan de la première alternance pacifique, ce dernier devrait alors veiller davantage à ce que celle-ci reste effective et efficace pour tout le pays; en est-il le cas ? Il nous reste donc à demander des comptes pour le pays aux ‘chefs’, Tshisekedi et ‘JK’.
    # Le deal existe et ses clauses appelées à être appliquées, comment alors peut-on en sortir ?
    Les élections anticipées convoquées à haute voix par certains est une voie possible d’autant qu’elle est déjà présente dans les plans de certains états-majors mais comment y arriver ? La réintroduction dans la vie nationale de l’opposition représentée par l’instable Lamuka comme membre d’une certaine « union sacrée » serait une autre parade possible contre cette coalition brinquebalante.
    Sinon il y’a bel et bien une crise présente ou en vue, donc urgence à la solutionner. Lorsque Tshisekedi se convainc « qu’ils sont obligés de composer pour l’intérêt du peuple », est-il convaincu qu’en face ‘JK’ n’y confond pas trop l’intérêt national au sien propre en plaçant en premier sa propre survie politique, institutionnelle, sociale et physique ?
    # La suite n’est donc pas si inscrite, elle risque de surprendre et de déstabiliser le pays, puisse alors le peuple en être l’initiateur réel et le bénéficiaire… .
    Tant est tel que si l’on peut justifier les retournements tactiques entre anciens ennemis et si Tshisekedi continue de célebrer l’amour parfait avec son partenaire, on se retrouve pas moins en face d’hostilités mutuelles sur fond d’agendas divergents et qui ne risquent pas moins d’entraîner une destruction mutuelle au sein de leur coalition, « Bandoki » externes ou pas.
    Le lieu de se référer aux Yankees bien résolus à soutenir Tshisekedi dans sa politique de changement refusent de l’élargir au secteur militaire en raison de la présence persistante au front et dans l’organigramme d’officiers sanctionnés pour corruptions, violations des droits humains et actions contre le processus démocratique.
    C’est dire ainsi leur souhait de voir Tshisekedi « déboulonner le système dictatorial de ‘JK' » d’où de leur part le souhait logique comme celui de la majorité des Congolais de défaire réellement cette coalition FCC-CACH dans l’état. Apparemment Tshisekedi le sait et le veut mais ne le peut aujourd’hui, comment l’y aider ?

  9. @Ghost
    Très bien encore une fois.
    La nouvelle génération a besoin des repères d’abord pour comprendre ce qu’ a été notre passé et à partir celui-ci, ce qui pourra probablement arriver (notre présent) car comme nous ne cessons de répéter:  » rien n’est nouveau sous le soleil congolais ». Le destin du Congo jusqu’à ce jour n’est qu’un film qui est en boucle. Au lieu de crier et perdre notre temps dans les divisions qui ne sont pas aussi nouvelles( depuis l’indépendance), la nouvelle génération des Congolais auraient fait mieux de profiter de chaque brèche, en s’appuyant sur les événements vécus, pour réfléchir comment réorienter et sortir le parcours de notre destin.
    CI dont on croyait être un site fédérateur des intelligences des membres de la diaspora pour partager des réflexions salutaires pour notre pays mais malheureusement il apparait tout simplement comme un club des trouvailles qui s’intéresse aux ramassages des rumeurs et autres polémiques entretenues dans le but de servir ceux qui pensent que les injures et autres polémiques sans base rationnelle changeront les choses au pays.
    Congolais Mawa!

  10. Kabila n’a plus de ressources psychologiques et militaires pour faire quoi que ce soit contre notre démocratie.Entre deux maux, il faut choisir le moindre : Kabila symbolise le mal, l’humiliation des congolais et Félix représente le début de la démocratie, de la justice, de la liberté et la reconstruction nationale, quand bien même s’il y a quelques ratés possibles.La démocratie est dynamique et elle évolue. Celle de la France, grande référence de l’histoire des démocraties a beaucoup subi d’avatars positifs. Pas de critiques frisant la haine envers Tshisekedi, parce qu’il est muluba ou c’est son père qui vous a arraché votre fromage dans votre bouche mprienne , laquelle vous n’aviez voulu partager avec les « zaïrois » pendant 32 ans. A peine 9 mois, ce que Félix a fait, ça incite à lui jeter des fleurs.C’est pragmatique, en dépit de ce que les oiseaux de mauvais augure profère contre sa personne ( idiot, analphabète, tutti quanti). Je trouve qu’il est pratique et passe ses épreuves de feu dans tous les discours qu’il fait, les interviews qu’il accorde, des entretiens qu’il réalise à l’interne et à l’externe. Les « intellos », leur rôle est de conseiller « le prince ». Lorsqu’on n’a le charisme, l’on peut aussi diriger étant intellectuel. Mais soutenir les carnassiers de genre Bemba, Muzitu et les autres Katumbi, c’est amener le Congo à l’enfer.Le retour du MPR ? c’est fils kongo qui le soutient à travers vos diatribes que je lis ici , je dis : mazowa kwandi luna beno ba bo!3

  11. @Zenga Mambu,
    On the cite: « Je…..trouve qu’il (Tshilombo) est pratique et passe ses épreuves de feu dans tous les discours qu’il fait, les interviews… »
    Es-tu serieux pour ainsi nous etaler de discours, interviews et promesses en cascades de Tshilombo comme realisations?
    Heureusement pour Tshilombo, la RDC compte de milliers de naifs comme toi …audela de Limete.

  12. Zenga mambu@
    Bemba, Muzitu et Katumbi sont des « alliés invisibles » de Felix.. Observez tout simplement comment Felix autorise discretement la liberté d´expression de Lamuka.. Savez-vous que c´est Felix qui avait apporté le nom de « LAMUKA » ?
    Croyez-vous que Felix ne possede plus des relations avec Bemba et Katumbi?
    Et pourtant Lamuka constitue la force de reserve de Felix au cas où Kabila et son gang vont oser quelque chose.. lol
    Relisez (aussi) l´histoire de temps en temps: Tshitshi est l´un des fondateur du MPR .. et il a participé aux deux coups d´État de Mobutu avant la fondation du MPR.. Lol

  13. Cher BAW.
    Les intentions de JKK sont on ne plus claires, et les combattants de l’UDPS les connaissent parfaitement. Les combattants de l’UDPS attendent comme le reste du peuple congolais la reaction de Fatshi pour proteger son pouvoir et le pays de ce chaos annonce. Les combattants de l’UDPS, malgre certains exces de langage, ne se trompent pas de cible. Ils savent que l’ennemi se trouve a Kingakati, pas a Faden House!
    L’ implosion de la coalition FCC-CACH est imminente. A l’heure qu’il est il n’y a que Fatshi et JKK qui font semblant d’y croire! Je dis qu’ils font semblant d’y croire parce qu’il n’y a personne d’autre en ce moment qui croit que cette coalition peut construire quelque chose de bon pour le pays. On ne peut meme pas parler de l’equilibre de la terreur! Les terroristes, on les connait! C’est a Fatshi de nous prouver qu’il sait faire usage de son imperium! C’est a Fatshi de nous prouver a nous tous qu’il a une strategie pour contrer ce chaos minitieusement prepare et annonce!
    Les sbires de JKK ont trouve les propos de Jean Marc Kabund offensants pour leur ‘rais’, mais ils n’ont rien dit quand Shadary declarait au Katanga que ‘Joseph Kabila est le proprietaire du Congo’! S’attendaient-ls a ce que le peuple congolais dise Amen?
    Binsonji E Madilu

    1. Cher Binsonji,
      Toujours autant d’assurance sur les capacités et réalisations de Tshisekedi comme le bagage des combattants UDPS ? Autant d’optimisme sur une implosion imminente de la coalition FCC-CACH au profit de Tshisekedi et de son UDPS ? Je veux bien croire que cette alliance contre-nature a peu de chances de « construire quelque chose de bon pour notre pays » mais vous êtes-vous exhaustivement interrogé sur ses origines pour mieux sonder leurs suites ?
      Je me trompe peut-être mais pour moi et ce sont encore celles-ci que risquent de tracer le destin de cette coalition. Et la réalité devant nous me rend dubitatif sur une suite si heureuse comme si les bons sentiments gagnaient toujours sur cette Terre des Hommes !
      Dans tous les cas si implosion imminente il y’a, le risque des dégâts si pas d’un chaos pour le pays que certains veulent éviter en maintenant la coalition en place est réel ; et c’est cela le mal nécessaire que nous aurions dû accepter d’ores et déjà !
      Bon, vivement que vous ayez raison, c’est l’ardent vœu de tout le pays !!!

      1. Cher Nono,
        Je n’ai pas’…autant d’assurance sur les capacites et realisations de Tshisekedi…’Si j’en avais, je n’ecrirais rien sur lui!. J’attendrais comme tout le monde le resultat. J’ecris sur lui dans l’espoir -si minime soit-il, que quelque part quelqu’un me lira et transmettra mon message a qui de droit. Voyez-vous, moi j’ai pris l’option de soutenir Fatshi parce que je pense qu’il agit quand meme, meme si ses actions ne sont pas encore a la hauteur de nos attentes. N’etant pas militant de l’UDPS, j’ai encore la liberte de pensee qui me permet de voir la foret la ou d’autres ne voient que des arbres, et de voir les arbres la d’autres ne voient encore que la foret.
        Je persiste et je signe, l’implosion de la coalition FCC-CACH est imminente. Mais je ne pense pas avoir dit que cette implosion sera au ‘au profit de Tshisekedi et de son UDPS’. Je me suis interroge sur les origines de la coalition FCC-CACH, mais je ne me suis pas demande si mes questions etaient exhaustives ou pas. La realite nous la connaisons tous. Elle n’est pas brilliante! Je suis en train resister, comme vous d’ailleurs, a la tentation du pessimisme! Quand on est optimiste, on peut entrevoir ne fut-ce qu’une peite lueur d’espoir. Quand on est pessismiste, on est dans l’obscurite integrale! On ne peut donc rien esperer! Je ne voudrais pas qu’on n’ en arrive la. Moi ma recommendation a tous nos compatriotes se resume en celle ligne: Bana Congo tosimbana maboko Congo elonga!
        Binsonji E Madilu

      2. Cher Binsonji,
        # Personnellement je ne doute pas qu’il y’ait bien plus de Congolais au-delà d’une appartenance ou d’un soutien de l’Udps que d’autres qui comme vous et moi soutiennent Tshisekedi, veulent lui accorder une chance de reconstruire le pays et même voient dans ses débuts des raisons d’espérer. Je refuse donc de spéculer là-dessus en m’encombrant d’ennemis plus imaginaires que réels. Une attitude qui peut certes relever et traduire une part d’optimisme personnel mais qui s’explique d’abord par leurs vœux pour le pays et une dose de réalisme. Maintenant comment encourager cet élan patriotique ? Pas selon moi seulement en chantant les louanges au nouveau PR mais en lui rappelant la difficulté de sa tâche et au besoin en lui montrant ce qui cloche dans ses faits et gestes d’aujourd’hui. Voilà sans doute, Estimé Binsonji, où nos approches divergent…
        # L’implosion de la coalition FCC-CACH imminente ?
        – D’abord selon moi, elle ne serait pas au profit de Tshisekedi et du camp qui le soutient qu’elle ne serait pas une bonne issue pour le pays ; la présence à ce stade de ‘JK’ au haut de notre scène politique est un immense frein à la reconstruction et donc pour être libre et efficace dans sa fonction, Tshisekedi a besoin de se défaire de son nuisible partenaire…
        – Ailleurs contrairement à ce que je semble lire chez vous, je suis quasiment convaincu que cette implosion sera moins le fait des militants de base de l’Udps que de l’appui actif dont pourrait bénéficier le Président de la part du peuple en général au moment décisif et surtout de la CI. Il faut augurer du temps que prendra cette implosion à la mesure où la pression de ces deux acteurs sera vraiment décisive. Le peuple parce qu’une mobilisation populaire plus large est nécessaire pour bousculer les verrous politiques actuels, la CI parce que cette implosion risque de concerner des hautes autorités civiles et militaires du pays ; des garanties géopolitiques et militaires ?…
        – Enfin il faudra bien que Tshisekedi se décide et ait l’audace de passer effectivement à l’acte. C’est là une opération qui exige une stratégie complexe et intelligente où les menaces verbales d’un Kabund et de ses adversaires devront rejoindre des tactiques plus élaborées. Qu’en pense Tshisekedi ? Pour l’heure ce n’est pas clair, il faudra encore attendre la suite des évènements. Voilà mon pauvre constat…

  14. Chers comptatriotes,
    Avez-vous retenu la leçon d’histoire donnée par notre président de la république devant Angela Merkel ? Joseph Kabila est le premier président congolais à ne pas prendre le chemin de l’exil après avoir quitté le pouvoir. Le président Joseph Kasavubu a dû se retourner dans sa tombe. Peut-on attendre grand-chose d’un adepte de l’école buissonnière ? Joseph Kabila au moins connaissant ses limites intellectuelles. Aussi était-il un taiseux. Notre pays n’a assurément pas de chance. Au rythme des gaffes de Felix Tshisekedi, on risque de regretter l’ère du sanguinaire Kabila. Comme on regrettait la dictature de Mobutu depuis l’ascension de deux Kabila. Comme on regrette l’époque coloniale depuis notre indépendance.

    1. Autre leçon qu’historique à retenir particulièrement de l’escale allemande de notre président ?
      L’Allemagne bien plus industrieuse et plus sérieuse que la France et peut-être aussi moins habituée à l’Afrique volontiers folklorique ne s’est pas précipitée à promettre monts et merveilles et à débourser illico quelques millions à Tshisekedi qui lui a rendu visite. C’est seulement « dans six mois que Merkel enverra une mission au Congo pour un état de lieux sur le terrain afin de savoir ce qui devra alors être fait, après les efforts éventuellement consentis par le président Tshisekedi », ajoute-t-elle, « parce que seul le Congo peut résoudre ses problèmes ». La Chancelière allemande insiste ainsi que « l’Allemagne et l’UE veulent être « des partenaires du Congo qui le soutiennent là où il y’a demande », pas des coffre-forts qui déversent des millions pour ménager et préserver des dirigeants africains mendiants mais dispendieux qui ne planifient pas leur avenir.
      Notre Président a-t-il bien retenu cette leçon de responsabilité et de discipline gestionnaire ? Osons l’espérer !

      1. Nono@
        La RFA est une bonne source d´inspiration pour la RDC en matière de démocratie.
        Quand Felix fait sa visite, il commence par le Parlement où se trouve le « pouvoir », le vrai pouvoir en RFA. Cela devrait apprendre aux congolais á toujours placer le Parlement en première place quand il s´agit de gerer l´Etat et même de contrôler la diplomatie du Congo.
        La rencontre avec Merkel et la réaction de la Chancelière indiquent aussi une approche pragmatique de l´Allemagne qu´on trouve rarement dans les réaltions avec l´Europe.
        Quand Merkel parle de « six mois », il s´agit d´aider Felix et son admnistration á optimiser les capacités d´analyse de la situation avant de determiner la forme de l’aide que la RDC a besoin.
        Dans la logique de Merkel où ne trouve pas les tares des puissances coloniales de l Europe qui ne se soucient presque jamais des conséquences des actions qu´ils posent en Afrique, la RDC doit mettre au point elle même la liste des priorités et ensuite la RFA peut intervenir efficacement.
        GHOST a été formé par les policiers de la RFA dans les années ´85 au sein de la Garde Civile.. nous avons experimentés les differences entre les Belges (Kota Koli), les francais (CETA) et les Israeliens (Kibomango). L´Allemagne possede une tradition de travail methodique et vise le resultat..
        La question de la « discipline et de la responsabilité » est aussi une partie de la culture allemande que Felix doit intégrer et appliquer.
        On ne peut pas voyager avec 100 personnes quand on est un président d´un pays dont le budget ne depasse pas 10 milliards de dollars. On ne s´entoure pas de 100 conseillers dans l´admnistration présidentielle dans un pays si pauvre.
        En bref, les congolais doivent une idée precise de la forme de l’aide qu´ils sont entrain de rechercher.
        Notre démocratie peut apprendre beaucoup de la forme de l´Etat en RFA où le Parlement joue un rôle politique plus important qu´en France ou en Belgique.

    2. Cher MBTT,
      Je vous salue! Je suis tout-a-fait d’accord avec vous: ‘Notre pays n’a assurement pas de chance.’ Ceux qui sont bardes des diplomes obternus dans des universites prestigieuses du monde nous decoivent! Apres cet eminent professeur de droit qui nous avait promis l’inanition de la nation si on ne revisait pas la constitution pour que Kabila reste president a vie, il ya maintenant un autre eminent professeur de droit, emerite de surcroit, qui faitt une lecture tout-a-fait interessee de la constitution et nous dit que Kabila a parfaitement le droit de revenir au pouvoir en 2023. J’ai failli lui demande le montant de l’acompte lui verse pour qu’il puisse commettre cette forfaiture contre la constituition! Les adeptes de l’ecole buissonniere nous decoivent! Apres avoir combattu pendant plus de trente ans pour l’avenement de l’Etat de droit, ils acceptent de convoler en injustes noces avc les ennemis jures de l’Etat de droit! La RDC est passee d’un president taiseux (Lambert Mende dixit) a un president DAP (Dispenseur automatique des Promesses; Fabien Kusuanika dixit). D’ou viendra le salut?
      A Chacun sa reponse. Si vous me demandez de choisir entre un president docteur, professeur d’universite, plus rasoir que gillette et un president adepte de l’ecole buissoniere qui applique la disposition constitutionelle de la gratuite de l’enseigenement de base, repare les chaussees et construit des ponts, le choix est clair! Quand aux gaffes et aux lecons d’histoire, je m’abstiens de commenter! Sans malice aucune!
      Binsonji E Madilu

  15. # La relecture de nos commentaires me commande une réflexion personnelle qui vaut ce qu’elle vaut mais que je me permets de soumettre aux lecteurs de CIC !
    # Je persiste et signe que contrairement à une certaine opinion qui voit une cabale populaire contre Tshisekedi, les « bandoki »(?), les Congolais qui ne sont pas plus suicidaires que d’autres peuples, attendent de lui, comme ils le feraient avec n’importe quel autre Président à la tête du pays, qu’il leur rapporte un peu plus de bonheur qu’ils n’en ont eu jusque-là. Bien sûr les Congolais ont leurs sympathies et autres préjugés même régionalistes ou tribalistes dans la vie nationale, sur la scène politique mais une diversité existe partout même dans des démocraties avancées sans qu’à elle fasse obstruction à une gestion efficace. De même les Congolais qui ne sont pas plus suicidaires qu’ailleurs, disais-je, ne vont pas s’enterrer au point de refuser de profiter des résultats d’un Président parce qu’il serait d’une autre tribu que la leur, parce qu’il aurait des options idéologiques autres que les leurs. Ils veulent simplement bien vivre dans leurs pays, profiter des immenses potentialités de leur pays.
    En faisant ce constat je ne veux pas les introniser plus objectifs ou plus démocratiques, simplement au-delà de leurs diversités des humains qui cherchent le bonheur et veulent en vivre comme ailleurs, ne leur prêtons donc pas rapidement des tares ataviques de division, de cynisme ou de stoïcisme, imperméables au souhait de bonheur…
    # Certes comme partout dans des pays modernes acquis à la démocratie, chez-nous il y’a différentes formations politiques qui ont leurs convictions, leurs visions et visées politiques. Il n’y a donc pas à revendiquer un unanimisme populaire pour mieux gérer les pays – même si à certains moments de crise, une Nation puisse bénéficier de plus d’union politique – mais les Congolais sont prêts à apprécier les bons résultats de leurs dirigeants qui qu’ils soient sans pour autant cesser d’avoir leurs convictions politiques ou leurs sympathies autres. Nous serons donc bien inspirés de cesser cet épouvantail d’ennemis internes qui seraient prêts à tout pour le « pouvoir ou le pouvoir » sauf bien sûr ceux qui auraient décidé de trahir la Nation pour leurs profits. On les trouve hélas majoritairement chez ‘JK’ qui a appris à acheter nos concitoyens à coups des billets verts , postes et maints autres avantages sociaux et matériels, – quel pourcentage représentent-ils et surtout représenteront-ils dans un pays mieux géré ? -, mais à force des calamités endurées depuis longtemps, une large majorité des Congolais a appris et apprend comment mieux vivre ensemble pour profiter d’une meilleure administration leur offerte. Il est donc temps de cesser d’agiter et de privilégier un discours sur des ennemis internes irréductibles qui ne ferait que favoriser la division entre nous, il n’est pas si fidèle à la réalité pratique de nos Compatriotes…
    # A la nouvelle administration pilotée ou devant d’abord être pilotée par le nouveau venu Tshisekedi et non par cette coalition informe en place, d’agir dans ce sens et ne doute pas que la Nation lui sera reconnaissante s’il a des bons résultats ; c’est l’objectif indispensable à ce poste, c’est le défi capital qu’il doit savoir gérer !
    A bon entendeur…

    1. ADDENDA
      – « […]une certaine opinion qui voit une cabale populaire D’INCONDITIONNELS contre Tshisekedi, les « bandoki »(?) – ILS EXISTENT BIEN SUR MAIS A UN VOLUME NETTEMENT MOIS FOURNI QUE CERTAINS VEULENT LE PRÉTENDRE ET SURTOUT PAS AUSSI INCONDITIONNELS – , les Congolais[…] »
      – ‘[…]c’est l’objectif indispensable à ce poste, c’est le défi capital qu’il doit savoir gérer ! LE LIEU DE RAPPELER QUE C’EST SON ACTION QUI DEVRA RASSEMBLER ET PAS LE CONTRAIRE COMME CE SONT SES RÉSULTATS SINON POUR L’HEURE SA FAÇON D’AGIR QUI LE RENDRONT CRÉDIBLE OU NON. A bon entendeur… »

Comments are closed.