La controverse autour du vote électronique

En septembre 2017, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a annoncé qu’elle prévoyait d’utiliser des machines à voter pour les élections prévues le 23 décembre 2017. Cela a suscité la controverse et l’opposition de nombreux membres de la société civile congolaise et de l’opposition.

Dans la première d’une série de notes d’information sur les élections, le Groupe d’étude sur le Congo publie une brève analyse des machines à voter. Alors que la CENI a déclaré que leur utilisation réduirait considérablement le coût élevé des élections, nous constatons que:

  • L’utilisation de machines à voter pourrait provoquer un chaos le jour des élections en raison de la possibilité de pannes, d’un électorat qui n’a pas été éduqué sur l’utilisation des machines et du temps insuffisant alloué à chaque électeur;
  • Ensemble avec les récents changements apportés à la loi électorale, l’utilisation des machines à voter pourrait compromettre le secret du vote garanti par la constitution congolaise;
  • Le manque de transparence en ce qui concerne l’achat des machines, le manque de tests rigoureux des machines et l’absence d’une tierce partie impartiale pour surveiller l’utilisation des machines ont ébranlé la confiance du public dans la commission électorale.

Un seul autre pays d’Afrique a utilisé des machines similaires – la Namibie, dont l’électorat est à 3% de celui du Congo, et où la commission électorale a investi beaucoup de temps pour tester les machines et éduquer la population. D’autres expériences suggèrent que, pour éviter les controverses et les problèmes logistiques, les machines à voter devraient être introduites progressivement, à travers des élections avec des faibles enjeux, avant d’être utilisées pour les élections nationales.

Même si le budget électoral est extrêmement élevé et que l’utilisation des bulletins de vote en papier pose des problèmes, la manière dont les machines à voter ont été introduites a miné un processus électoral déjà controversé.

 

Vous pouvez accéder au rapport entier ici.

 

Our mailing address is:
info@congoresearchgroup.org
© Congoindépendant 2003-2018

6 réflexions au sujet de « La controverse autour du vote électronique »

  1. Le Tutsi-Power prend les Congolais pour des idiots pour chaque fois les rouler dans la farine. Ils faut les Congolais se sécouent de leur torpeur pour comprendre qu’il en va de leur intérêt de resister même jusqu’au sacrifice supreme!

  2. ALORS QUE LES PRETENDUS-COMBATTANTS DE L’OMBRE ET AUTRES TONNEAUX VIDES MILITANT SUR INTERNET NOUS RABACHENT DES ORIELLES DANS LES COMPLEXE « D’INFERIOTTE ET DE VICTIMES PATHOLOGIQUES » AVEC LEURS HALLUCINATIONS SUR LE TUTSI-POWER ET OCCUPATION RWANDAISE, SUR PLACE AU PAYS, CE SONT DES TRAITRES CONGOLAIS A LA SOLDE DU VOYOU AU SOMMET QUI PREPARENT DE TRICHERIES A GRANDE ECHELLE COMME EN 2006 AVEC FEU-MALU-MALU, ET 2011 AVEC LE FAUX-PASTEUR NGOY.

    CETTE FOIS-CI, LES SHADARY, NEHEMIE MWILANYA, MOVA, MINAKU, LUMANU, KALEV ET AUTRES PARASITES-VOMIS DE LA COALITION PPRD-MP-PALU ET LEURS VALETS INCLU BRUNO TSHABALA ET CORNEILLE NANGAA, NOUS RESERVENT LE MEME RESULTAT EN DECEMBRE AVEC « MIRU SYSTEMS ».

    CETTE FIRME OBSCURE COREENNE « MIRU SYSTEMS » AUX ALLURES MAFIEUSES, A OBTENU L’AVAL DU TRAITRE BRUNO TSHIBALA (DONC SUR INJONCTION DE MWILANYA) D’ENCAISSER $150 MILLION-US POUR CES « MACHINES-A-VOLER » DE NANGAA, PION-PPRD EVOLUANT A LA SOLDE DE HYPO KANAMBE.

    L’AMBASSADE DE COREE DU SUD A KINSHASA DENNONCE VIGOUREUSEMENT LES MAGOUILLES DE MIRU SYSTEMS ET SES CLIENTS A LA CENI. LE GOUVERNEMENT COREEN A AINSI DEJA AVERTI LE GOURVENEMENT CONGOLAIS QUE LES RESULTATS DE CES MACHINES NE SERONT PAS FIABLES.

    MAIS TSHIBALA QUI EST DEJA DANS LE CIRCUIT-PPRD DES POTS DE VIN SUR LES $150 MILLION AVEC SON MAITRE NEHEMIE MWILANYA, NANGAA, ET BASENGEZI-PERE & FILS, Y PRETE SOURDE OREILLE..

    ALORS, VOUS PRETENDUS-COMBATTANTS DE L’OMBRE ALLEZ-VOUS ENCORE PLEURNICHER A KIGALI?

    1. Monsieur,

      Pouvez-vous nous expliquer comment un  »congolais », ancien chef des armées congolaises est aujourd’hui ministre de la défense au Rwanda? A-t-il été nationalisé rwandais ? Quand ? Après cela, puisque vous aimez tant parler des  »Tonneaux vides », je vais vous expliquer la théorie du Tonneau percé. Autrement, le principe de Torricelli. C’est de la physique. J’espère que dans vos collines au Rwanda, vous êtes allé à l’école.

  3. Parler librement de l’Occupation du Kongo par le Tutsi Power au nom de nos aïeux, parents, mères, pères, filles et fils, vieux et vieillards, enfants, bébés et nourrissons Vrais Kongolais est un complexe d’infériorité pour les imbéciles, les barbares nomades sans terre, les cons, les malades mentaux psychiatriques, les tarés, les fous aux cerveaux en coton dont le cortex, la préfrontale et le thalamus sont estropiés…

    « Le contentement chez les imbéciles ne se trouve que dans la médiocrité » Edward Young ; Les nuits (1742)

    « L’imbécile et le vaniteux ont cela de commun qu’ils s’ignorent eux-mêmes » (Henry de Montherlant ; Montherlant par lui-même 1959)…

    Le vote électronique est un bluf machiavelique, stratégique de l’imposteur usurpateur d’identité Kongolaise Cheval de Troie du Rwanda au Kongo alias Joseph Kabila pour gagner du temps, manipuler ceux et celles qui croient bêtement aux élections présidentielles pièges à con truquées d’avance…

    Ceci étant le fichier central de la CENI du Tutsi Burundais Corneille Nanga est entre les mains sales du Haïtien corrompu de l’ONU-PNUD, du Rwanda, du Tutsi Power, les doublons, les parasites, les fichiers remplis des faux électeurs devenus Kongolais de carte d’électeur sont des leurres pour entuber les naïfs distraits manipulés fanatiques aveugles soumis aux parties politiques ventriloques alimentaires représentées par la classe politique Kongolaise corrompue médiocre inconsciente congénitale…

    Est vrai Kongolais tout individu faisant partie de plus de 450 tribus et ethnies qui ont les mêmes us et coutumes issus des Empires et Royaumes existants de génération en génération sur le territoire de l’EIC (État Indépendant du Congo) avant 1885. Au Kongo, les Tutsi Nilotiques Rwando-Burundo-Ougandais n’existent pas, n’existeront jamais. Les enfants serpents issus de l’union illicite ou du mauvais commerce entre un Bantou et une Nilotique Tutsi ou une autre nationalité étrangère vice versa sont des simples naturalisés qui doivent avoir une traçabilité administrative claire, nette et précise…

    Le monde entier affirme qu’on répond aux imbéciles par le silence mais les initiés à la Véritable Parole Divine Authentique savent pertinemment en matière de dépendance, de soumission, d’esclavage au péché quotidien, s’agissant de la nature bestiale d’un être humain coupé du Véritable Saint-Esprit du Véritable Dieu Tout-Puissant Créateur Souverain Redoutable ; il faut à tout prix rendre coup pour coup aux imbéciles, orgueilleux, vaniteux, traîtres, collabos, menteurs, efféminés, homosexuels, manipulateurs, insensés afin qu’ils ne se croient pas très sages à leurs propres yeux…

    En ce moment précis, il y a épuration ethnique des jeunes Kasaiens, des habitants de l’ituri, des populations locales Bantoues de Beni-Lubero par des milices armées étrangères Tutsi Rwando-Burundo-Ougandaises déguisées en Bakata Katanga, en Kamuina Nsapu, en Mai Mai alors que ce pays Kongo est sensé être démocratique, son Armée devrait être Républicaine Nationaliste non brassée avec des éléments militaires étrangers, sa justice est sensée être indépendante dans un réel État de Droit, ses pouvoirs publics, exécutifs, législatifs performants au service du Peuple Kongo Souverain Primaire…

    Sur le net, il y a des nombreuses images et photos des Nilotiques Tutsi dont la morphologie, l’étoffe, l’allure, l’éloquence n’ont rien des peuples Bantous et Pygmées Kongolais authentiques. Si cette constatation en elle seule ne traduit pas le caractère d’occupation Tutsi Power au Kongo… Le complexe d’infériorité devient simplement une tare imbecilisante que les sbires de l’ANR qui sillonnent les sites et réseaux sociaux infiltrés des Kongolais utilisent comme argument fallacieux pour noyer le poisson… Alors que les Combattants Résistants sont bien rodés pour tordre le cou à toutes ses fanfaronnades, élucubrations, jérémiades…

    Que se passera-t-il en Décembre 2018, les élections législatives seront-elles les seules alternatives du nouveau glissement illégitime orchestré par l’imposteur alias Joseph Kabila afin de se faire élire president à vie du Kongo par un nouveau parlement godillot coopté nommé fraîchement installé par applaudissements des nouveaux collabos et infiltrés Tutsi Nilotiques Rwando-Burundo-Ougandais et Zambiens… Nul con, nul imbécile ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes, conneries et imbécillités. Oteyami, boteyami ba Tutsi Banyarwanda Banyamulenge… Kie kie kie

    La guerre sera longue et populaire, elle retournera au Rwanda d’où elle est venue en 1996. La luta continua la Victoria e Certa. Vive le Soulèvement Populaire imprévisible éboulement final pour mettre fin une bonne fois pour toute à la Tutsisation du Kongo. Ingeta

  4. La machine à voter, une technologie encore non fiable et à ce jour peu utilisée dans la plupart des pays développés disposant de toutes les infrastructures technologiques nécessaires. Contrairement à la RDC, un pays sans Etat, sans administration, sans registre d’Etat Civil avec une population inconnue vivant sans papier d’identité, et surtout un pays démunie de toutes les infrastructures nécessaires pour l’utilisation des telles machines. C’est une véritable escroquerie financière et électorale qui est déjà mise en marche par la mafia internationale, dont le seul but de maintenir leur suppôt et ses nègres de service au pouvoir pour continuer à voler et à piller le pays. Cette machine à voter ne réduira pas le cout des dépenses comme prétendue, mais au contraire elle ne fera que les augmenter inutilement avec comme résultat les fraudes électorales à grande échelle. Un processus électoral bâclé effectué avec des moyens technologiques très flous comme le fonctionnement de la base des données utilisée, les kits électoraux et tous les autres matériels qui depuis 2006 disparaissent après chaque élection. A cela s’ajoute également toutes les dépenses inutiles liées aux moyens de transport non rentable utilisés comme les porteurs humains et les pirogues qui nous renvoie à l’époque de Stanley, de Livingstone et des films de Tarzan, également l’achat des pagnes, des t-shirts, des motos, etc. pour la publicité comme si la CENI avait besoin d’une telle publicité comme une société commerciale. Normalement à chaque élection, les dépenses devaient baissées, mais au contraire, elles ne font qu’augmenter du fait qu’on rachète tout en recommençant à zéro et le pays aujourd’hui est dans la même situation comme en 2005, c’est-à-dire sans fichier électoral fiable, sans matériels, malgré les milliards de dollars dépensés. Il faut vraiment être un naïf et un médiocre pour accepter le chiffre bidon de la CENI qui prétend avoir enrôler 46 millions d’électeurs sans les Congolais de l’extérieur dont le nombre est estimé environ à 10 millions de personnes. Comment peut-on atteindre un tel chiffre dans un pays où le nombre total de la population est estimé entre 70 et 80 millions d’habitants ? Ce qui scientifiquement ne cadre pas avec les statistiques de la pyramide des âges en démographie, puisque dans un pays les enfants sont toujours plus nombreux que les adultes, surtout en Afrique où le taux de natalité est très élevé. Chose encore étonnante ce chiffre de 40 millions d’électeurs enrôlés a été prévu à l’avance par Mr Nangaa sans la moindre explication sur la méthode utilisée pour estimer ce chiffre dans un pays où on a plus recensé la population depuis plus de quarante ans, l’administration et les registres d’Etat Civil n’existent plus et les gens sont des inconnus qui vivent sans papiers d’identités. Pourquoi les agents recenseurs ont enrôlés les mineurs de moins de 18 ans alors que la loi l’interdit ? Et comment le système peut détecter dans le fichier un mineur qui avait menti en déclarant lors de son enrôlement avoir 18 ans ? Donc toutes ces questions ont une seule réponse «électeurs fictifs ! ». C’est une stratégie qui consiste à enrôler et à gonfler au maximum les nombres des électeurs dans les régions favorables au pouvoir avec comme objectif visé, la répartition des sièges au parlement, donc, plus des sièges pour le PPRD au détriment des autres.

    La seule et unique solution, c’est le rejet total de ce processus électoral qui n’est qu’une mascarade électorale en préparation et la dissolution de la CENI, une institution mafieuse qui est à la base de tous les problèmes liés au processus électoral aujourd’hui en RDC, notamment la non organisation des élections dans le délai constitutionnel et la non organisation depuis 2006 des élections locales, celles provinciales et sénatoriales depuis 2011 et le vol de l’argent par la famille de Kabila dénoncé par le petit fils de Lumumba et comme conséquence grave, le pays est dans une situation unique au monde où toutes les institutions sont illégitimes et illégales. Donc, la mise en place d’une transition sans Kabila est une nécessité absolue pour tout remettre à plat et mettre fin cette médiocrité érigée en système en RDC par une bande des voyous soutenus par la mafia internationale. Le pays a suffisamment d’hommes et des femmes de qualités, intègres et honnêtes qui peuvent bien conduire une transition sans Kabila, en travaillant avec nos ingénieurs, nos informaticiens, nos démographes et nos géographes, etc. pour faire un recensement biométrique de la population qui permettra de reconstituer les registres d’Etat Civil dans lequel sera extrait le fichier électoral propre, à la place de ces experts internationaux mafieux et corrompus qui passent leur temps à avaliser les fraudes électorales partout où on les a invités. C’est très triste pour cette opposition médiocre qui passe leur temps à pleurnicher dans le juridisme sans proposer la moindre solution à ce problème de la CENI qui est avant tout une commission technique. A noter que notre pays a le malheur d’avoir le trop plein des juristes et des politicologues.

Les commentaires sont fermés