La maladie « Konzo » sévit à Feshi dans le Kwango

Le Konzo, une maladie d’origine alimentaire qui paralyse les jambes et le dos, sévit depuis plusieurs mois dans le territoire de Feshi situé dans la province du Kwango, a annoncé, mardi 23 avril, le directeur général de l’Institut Supérieur Pédagogique (ISP) de Feshi, le Pr Simon Masaki, en séjour à Kinshasa.

Cette maladie, a-t-il dit, touche particulièrement les enfants et les adolescents de 4 à 18 ans. De nombreux enfants sont paralysés et abandonnés à leur triste sort. Plusieurs familles sont plongées dans la détresse à cause de cette situation.

Le centre hospitalier de Feshi qui n’est pas bien équipé n’est pas en mesure de prendre en charge ces nombreux cas de Konzo. Le Pr Masaki lance un vibrant appel aux autorités provinciales et nationales et aux partenaires de la RDC pour qu’ils viennent au secours de la population de Feshi, une région enclavée et très difficile d’accès.

Feshi est situé à 385 km de Kenge, chef-lieu de la province du Kwango et à plus de 700 km de Kinshasa. Le konzo est une maladie qui attaque les membres inférieurs et la colonne vertébrale.

Cette maladie est provoquée par la consommation d’une variété de manioc très amer qui devait normalement rester trempé dans l’eau au moins pendant quatre jours pour éliminer le cyanure avant d’être consommé. Mais de nombreuses personnes ne respectent pas ce délai. Le territoire de Kahemba, dans la même province du Kwango, a été touchée en 2018 par le Konzo.

Le Dr Sadiki Ngeleza de l’Ecole de Santé Publique de l’Université de Kinshasa mène des études sur terrain portant sur la maladie Konzo, sous le financement de NIH à travers l’Oregon Health and Sciences University (OHSU), en vue de déterminer les facteurs biologiques de risque associés au Konzo et le rôle des facteurs nutritionnels dans la susceptibilité au konzo.

ACP/

9 thoughts on “La maladie « Konzo » sévit à Feshi dans le Kwango

  1. Le Pr Masaki lance un vibrant appel aux partenaires de la RDC pour qu’ils viennent au secours de la population de Feshi, une région enclavée et très difficile d’accès.
    Non, non à la mendicité Mr Pr Masaki auprès des partenaires internationaux de la RDC.
    (Toye ba yo eh eh mosala na bino se ko senga bongo na ba etranger papa).

  2. Comme toujours, même son de cloche pour les mineurs de 60 ans (60 ans qu’il est indépendant ce pays) : » Le Pr Masaki lance un vibrant appel aux autorités provinciales et nationales et aux partenaires de la RDC pour qu’ils viennent au secours de la population de Feshi, une région enclavée et très difficile d’accès.
    BOTIKA BISENGASENGA

  3. Une population abandonnée à elle même. Les gens ont faim… Attendre quatre jours pour réduire le taux de cyanure pathogène paraît trop long, surtout pour les enfants… Et voilà. Pendant ce temps, l’argent qui aurait pu servir à développer d’autres cultures est planqué à Dubaï. Personne ne se révolte. On prie chez des pasteurs, des escrocs qui ressuscitent des morts qui en vrai ne sont pas morts.
    Congo mawa !

  4. HE, HE, EUH! C’EST QUOI CA? UNE COMEDIE OU QUOI! C’EST DU KIADI KIBENI DANS CE KONGO-BELGE OU DANS TOUTES NOS FRONTIERES DE LA PASSOIRE L’ACCES LIBRE DES NGOMBE NON MUNIS DES CARTES SANITAIRES EST PERMIS A TOUS LES ANIMAUX SAUVAGES ET DE LA BASSE-COUR.
    D’AILLEURS, DANS CE KONGO OU L’ELEVAGE DES NGOMBE, CHARCUTERIES ET BOUCHERIES AU BANDUNDU SONT AUX MAINS DES RWANDAIS.
    VOILA, LES CONSEQUENCES DE NOS DIRIGEANTS DEMAGOGUES DE LA MAUVAISE INTELLIGENCE AVEC L’ENNEMI VOULANT DECIMER LES KONGOLAISES ET KONGOLAIS ET A TOUT PRIX EN DIMINUANT LA DEMOGRAPHIE KONGOLAISE POUR Y INSTALLER LES NON KONGOLAIS SUR NOTRE BEAU ET RICHE PAYS.
    VOILA, CES DEUX PETITS MALINS BOURLINGUEURS ET ROTARDS EN L’OCCURENCE PR A MOITIE FELIX ET PR EN PLEIN KANAMBE MTOTO WA RWANDA-TANZANIA ALIAS JOSEPH KABILA, AU LIEU DE SERVIR DES RATS ET DES SOURIS POUR LES EXPERIENCES DE LABORATOIRE, LES DEUX BOURLINGUEURS DEMAGOGUES CITES PREFERENT SE SERVIR DES ETRES HUMAINS: NOS MAMANS, NOS PAPAS, NOS SOEURS, FRERES ET AMIS FESHOIS COMME DES COBAYES, AUX BA MPANGI NA BETO, VRAIMENT C’EST DE LA COCHON D’INDERIE QUOI, DONT LE SYMPTOME CONSISTE A DEMANDER SECOURS EN NATURE ET EN ESPECES NON AUX BOURLINGUEURS ET ROTADS PR A MOITIE FELIX ET PR EN PLEIN HIPPOLYTE KANAMBE MTOTO WA RWANDA – TANZANIA ET PEUT-ETRE EN CONNIVENCE ET SOUS LA NAIVETE DE PROF. MASAKI LE VIBREUR, CHAMPION DES TOUS LES CHAMPIONS VIBREURS D’APPES AUX SPONSORS ET DONNATEURS ETRANGERS DES NZIMBU.
    QUANT A MOI, CA ME FAIT MAL AU COEUR, DU FAIT QUE NOS PARENTS, FRERES, SOEURS ET AMIS FESHOIS QU’ON EST ENTRAIN DE SACRIFIER POUR CERTAINS INTERETS DE L’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUES.
    HIER C’ETAIT LE SIDA, EBOLA ET J’EN PASSE.
    AUJOURD’HUI:
    – MALADIE  » KONZO  » ,
    – MALADIE DE KWASHIORKOR
    – MALADIE DE KAWASAKI INFANTILE DONT LE SYMPTOME EST LA LANGUE ( LOLEMU ) FRAMBOISE, LAQUELLE CONSISTE A FRAPPER PRINCIPALEMENT LES ENFANTS EN BAS AGE PROVOQUANT FIEVRE, DIARRHEE, MAUX DE TETE, MALADIE FREQUENTE AU JAPON .
    – MALADIE GROUPES ARMEES ET MALADIE DE NZALA ( FAIM ), MALADIES VISANT A DECIMER NOS POPULATIONS INNOCENTES DANS TOUTES LES REGIONS KONGOLAISES, SURTOUT A L’EST DU
    PAYS.
    – MALADIE DE  » RWANDA AIR  » ET COOP VISANT A TRAFIQUER LES MINERAIS KONGOLAIS EN LES CACHANT DANS LES PNEUS D’AVION ET EN FAISANT ENTRER ILLICITEMENT LES SANS PAPIERS AU GRAND KONGO ET BIEN SUR EN DETOURNANT L’ARGENT DE L’ETAT DE DROIT.
    – MALADIE DE BUBONIQUE, LAQUELLE SEVIT EN AFRIQUE, ASIE ET ENN AMERIQUE, VEHICULEE PAR LE RAT ET SE TRANSMET A L’HOMME PAR PIQURES DE RATS INFECTES Y COMPRIS D’AUTRES MALADIES EXISTANTES ET SURTOUT INCURABLES PAR MANQUE DES MEDICAMENTS DEPUIS L’ARRIVEE D’AFDL DES FAUX LIBERATEURS.
    CES MALADIES SONT:
    – MALADIE DE  » MAKAMBOU EZALI MUNENE « ,
    – MALADIE DE  » BISENGASENGA « ,
    – MALADIE DE  » KIKOU « .
    CHERS COMPATRIOTES, DU FAIT QUE BAMONELA BISO BA KONGOLAIS COMME NKUTU ZOBA, JE VOUS JURE SUR LA TETE DE MA DEFUNTE MERE BIOLOGIQUE, D’AILLEURS, SOYONS SURS ET CERTAINS QUE DEMAIN OU NOUS PARLERA D’AUTRES MALADIES ENCORE CACHEES DANS LES TIRROIRS QUELQUES PART JE NE SAIS OU.
    JE NE SUIS PAS PASTA PROPHETE, APOTRE NI PASTA PREVOYANT, MAIS CES CHERCHEURS NOUS PARLERONS DEMAIN D’AUTRES MALADIES TOUJOURS AU GRAND KONGO COMME S’IL N’ Y AVAIT QUE LE KONGO SUR CETTE PLANETE TERRE. TENEZ BIEN CES MALADIES NO ENCORE PUBLIEES SERONT:
    – MALADIE DE  » SELFIE MOKOMBOSO « .
    – MALADIE DE  » SELFIE NKIMA « .
    – MALADIE DE  » SELFIE SIMBILIKI  »
    – MALADIE DE  » SELFIE MONTE A CHEVAL A KISANTU AU PARADIS KONGO-CENTRAL « .
    – MALADIE DE  » SELFIE NTABA, NGULU, SOSO  » ET J’EN PASSE.
    BREF, TOUTES CES MALADIES CITEES SUR TERRE AFRICAINE SUBSAHARIENNE VISENT A MINIMISER ET CHOSIFIER L’HOMME NOIR SUR CETTE PLANETE TERRE.
    C’EST PAS DU TOUT SERIEUX DE CETTE MAFFIA DE L’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE VISANT SEULEMENT L’AFRIQUE NOIRE SURTOUT LE GRAND KONGO ET NON D’AUTRES PAYS SUR CETTE PLANETE TERRE.
    AU FINISH, JE ME DEMANDE MOI-MEME AU FOND DE MON COEUR, CES DEUX PRESIDENTS: PR A MOITIE FELIX ET PR EN PLEIN MTOTO WA RWANDA-TANZANIA AVEC LEURS SLOGANS GRANDS CHANTIERS. EST-CE CETTE POPULATION PAUVRE QU’ON A RENDU COMME DES MENDIANTS, CETTE POPULATION VA-T-ELLE BOUFFER GOUDRON, BETON, PONTS? OU EST LA DISTRIBUTION DES REVENUS? OU CE SLOGAN NOBLE DE PAPA  » ZONGISA YA NA RWANDA, PAPA ALOBAKA PEUPLE D’ABORD ? « . BA SLOGANS WANA EKEYI WAPI? EKEYI NA YANGO SE MOTAKO? WA VIDIKA KUANI KU MABUNGI? HE NGE TATA WA ZAYISA KUE KENA, KUE KA WENDA?
    CHERS COMPATRIOTES, ENCORE UNE FOIS, JE VOUDRAIS ETRE SINCERE AVEC VOUS, D’AILLEURS JE NE SUIS PAS TRIBALISTE MAIS EST-IL QUE DANS NOTRE BEAU ET RICHE PAYS, ACTUELLEMENT LES HOMMES POLITIQUES CI-APRES QUI AIMENT LEUR PAYS ET FRAPPE D’UNE VOLONTE INCROYABLE ET TRES MOTIVES DE REDRESSER CE PAYS CONTINENT KONGO.
    QU’ON LES AIME OU NON, SELON MOI, CES TRES RESPECTUEUX LEADERS POLITIQUES SONT:
    – LE CHEF CHARISMATIQUE DES NE KONGO, HONORABLE LONGI MUANDA NSEMI LE CHEF SPIRITUEL DE BDM/ BDK.
    – LE PATRIOTE ET RESISTANT HONORE NGBANDA ZAMBO.
    – HONORABLE MUBAKE.
    CEUX TROIS PERSONNAGE SONT CAPABLES D’EN FINIR AVEC TOUTE LES COCHONNERIES EN PLEIN JOUR DE FCC-CACH-UDPS Y COMPRIS D’AUTRES GROUPISCULES DES COLLABOS ET TRAITRES DE LA MANGEOIRE QUOI! KIADI KIBENI KUNA KONGO DIETO BASISA BA NKAKA.
    VRAIMENT C’EST DU KIMPUMBULU KUANI! LUZIBULA MESO!
    PLEASE, NO COMMENTS ARE NEEDED HERE. PLEASE, BE GENTLEMAN, NO COMMENTS!
    INGETA!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    IBOBO !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  5. Triste ! Alors que le pays est dépourvu d’infrastructures routières, hospitalières, scolaires modernes, Udps familiale croit par ses petites péréquations de merde changer un iota de la vie des Kongolais en réanimant alias Joseph Kabila l’imposteur usurpateur d’identité Kongolaise qui était comateux, mourrant, partant, le Peuple Souverain Primaire l’a sanctionné, l’a déjà chassé mais contre toute attente Félix Antoine Trichekedi aka Tshilombo-Pétain le rend encore plus fort qu’avant les élections pièges à con truquées d’avance… Sic
    Ça devient compliqué de mettre dehors les Nomades Occupants Tutsi Nilotiques Rwando-Burundo-Ougandais venus d’ailleurs à cause de l’envie insatiable d’être président protocolaire du fils maudit du feu Sphinx pour le fun…
    Des maladies telle que Konzo, Ebola, Mbasu resurgissent comme une malédiction car au sommet de la RDC (Rép Démocrature du Congo-Kinshasa) il y a une paire (Alias Kabila corrupteur-Tshilombo-Pétain corrompu) inapte intellectuelle qui insuffle la corruption aux narines des Kongolais naïfs, laxistes, amnésiques, oublieux, envoûtés ensorcelés, cette paire ou ce trio si l’on rajoute Vital Kamerhon Lwa Kanyiginyi Nkingi implémente la mauvaise gouvernance, produit la médiocrité, distille le venin de la mauvaise foi, surtout communique à leurs subalternes le vol, la fraude, la rapine, la tricherie, l’incompétence, la médiocrité…
    Vivement un second 04 Janvier 1959 sinon bientôt la lèpre, le Kwashiorkor, la maladie du sommeil atteindront une majeure partie du Peuple Kongolais Souverain Primaire…
    [ Ecclésiaste 10 : 8 « Quand les mains sont paresseuses, la charpente s’affaisse; et quand les mains sont lâches, la maison a des gouttières » et Ecclésiaste 10 : 17 « Heureux toi, pays dont le roi est de race illustre, et dont les princes mangent au temps convenable, pour soutenir leurs forces, et non pour se livrer à la boisson ! »]… Ainsi soit-il… INGETA

  6. Chers compatriotes
    C’est dans le malheur que l’on reconnaît les vrais amis et frères. Plutôt que de nous insulter, le minimum de courtoisie exige que vous puissiez vous taire à défaut de compassion. Ce ne serait peutt etre pas l’une de vos valeurs. Ce Congo pour lequel vous pérorez comprend cette contrée de Feshi. Dieu seul sait que parmi les ivoires que produit ce pas figuraient aussi celles qui provinrent du Kwango. Pour votre connaissance, après l’accalmie en Angola, les éléphants et les hippopotames sont revenus. Le Pasteur Efoko n’a-t-il rappelé qu’il y a des pays qui vivent que du tourisme ? Mieux gérée, cette contrée pourrait nourrir son peuple et se développer. Aussi, comme au Mayombe, jadis JVL y avait du bétail. Les peuples pasteurs le convoitent encore.
    Quant au problème de Konzo, il est connu, la cause aussi et les solutions ont déjà été proposées et implémentées par le passé récent. La maladie de Konzo est récurrente dans la région (RDC, Tanzanie, Zambie) ou l’on a le manioc comme denrée alimentaire principal. Le cyanure est dans les tubercules et dans les feuilles que l’on consomme régulièrement -chikwangues, cossettes, farines, et feuilles (pondu).
    Le manioc a été introduit en remplacement de nos cultures traditionnelles. Avant son introduction, on consommait des ignames (yirung/yisadi sauvages et domestiques) bikwa, les Ruund cultivaient le sorgho et le millet comme on le fait encore chez les Pende et en Afrique de l’Ouest. Mais il y eut des périodes récurrentes de femmes. Les périodes de famine justifieraient des razzias de capture d’esclaves que connut cette contrée.
    Le manioc fut introduit pour quelques-uns des avantages que voici : il pousse même sur des sols relativement pauvres comme celui du Kwango – semi-sablonneux sous l’influence du Kalahari, son rendement est relativement élevé et se conserve pendant longtemps dans la terre. Les paysans le laissent dans le sol pendant de longues périodes. Une fois récolté, il ne traîne pas à se décomposer (pourrir). En RDC, le rendement moyen est de dix tonnes de tubercules (2,5t de farine) par hectare contre 830 kg (FAO, 2017/18) de maïs. Sur une petite surface emblavée, compte tenu de la force motrice utilisée (les mains des humains) la production est donc suffisante pour une famille. Il faut dire que c’est la culture principale pour nombreuses familles congolaises qui l’accompagnent parfois d’autres cultures secondaires : patates douces, haricots, etc. En temps normal, la période moyenne de rouissage de 3-4 jours au Bandundu et 2-3 jours au Bas-Congo est respectée. Devant la pression économique, ce temps n’est pas respecté, ce faisant causant un risque enlevé d’intoxication. La combinaison de la consommation des feuilles et de tubercules accroît le taux quotidien de consommation. C’est la période de crues dans les tropiques de l’hémisphère sud. Il faut donc ajouter à cela l’exacerbation de pluies diluviennes et intermittentes qui tombent en ce moment. Les paysans ont des difficultés sérieuses à rouir et sécher le manioc pour la consommation locale et la vente vers des centres urbains. Or cette saison est la plus dure en ce qui concerne la pêche, la cueillette et la chasse dont vivent encore nos populations. L’herbe est à sa taille maximale servant ainsi de cache idéale aux gibiers. Les rivières sont inondées, les poissons ont quitté les lits des rivières, en l’occurrence Kwenge et ses affluents (Inzia). C’est au mois de mai, au retour des eaux dans leurs lits, que les pécheurs font leurs grosses captures. Outre le défi de culture (maladie), on peut produire un rendement semblable de la patate douce sur un hectare (avec un potentiel de 30 à 70 hectares -champ commercial). Se pose alors le problème de manque de bons moyens de conservation après la récolte. La banane, le riz, le maïs, et le taro sont d’autres denrées qui peuvent remplacer le manioc, mais posent des défis majeurs.
    Il y a aussi un problème de mentalité qui se pose. Pour des populations Ruund, de Lualaba au Kwango en passant dans les trois provinces de l’Angola-Moxico, Lunda Norte et Sul et les 2 provinces de la Zambie- Luapula et Nord-ouest ; manger signifie consommer le fufu (ruk) luku. Le riz, la patate, le maïs et bien d’autres denrées qui peuvent des substituts sont considérés comme dessert (yisakuol – entrée ou avant manger, littéralement). Il y a là, encore, du travail à changer des mentalités.
    Il faut aussi changer la méthode de production. Traditionnellement, on pratique la culture sur brûlis appelée citemene qui requiert un effort considérable de manutention. Cette lourde tâche est assignée à nos mères (maigrichonnes)qui s’y adonnent diligemment après que les hommes terminent le défrichement. Leur corvée va de labour à la production de la farine ou chikwangue en passant par plusieurs étapes. Il faut que cela change.
    Partout en RDC, le travail champêtre est réservé aux paysans sans instruction et qui emploient de vieilles méthodes et semences. Ailleurs, des universitaires sont à tous les niveaux, dans les champs, dans les laboratoires, dans les usines de transformation, etc. Le nouveau gouvernement a dans son programme l’agroalimentaire. Nous attendons de mettre en valeur nos 300 hectares que nous ont légués nos grands-parents.

Comments are closed.