La Première ministre Sophie Wilmès aux Belges: « Restez chez vous! »

Ce mercredi 18 mars à 12 heures, le royaume de Belgique sera « figé ». Les citoyens belges et les étrangers qui y vivent sont invités à rester à domicile. Et ce jusqu’au 5 avril prochain. Cette « décision difficile » s’impose pour stopper l’expansion du Coronavirus, Covid-19. Cette annonce a été faite, dans la soirée de mardi, par la Première ministre Sophie Wilmès – dont le gouvernement est doté des pouvoirs spéciaux – au cours d’un point de presse au 16, rue de la Loi. Bonnes nouvelles: les crèches restent ouvertes. Il en est de même des magasins d’alimentation, des pharmacies et des librairies. Les animaux de compagnie n’ont pas été oubliés. Les magasins de nuit restent ouverts jusqu’à 22 heures.

La journée de la Première ministre belge a commencé mardi 17 mars par la prestation de serment devant le roi Philippe. Sophie Wilmès est désormais à la tête d’un gouvernement doté de « pouvoirs spéciaux » pour une durée de trois mois renouvelables. Mission: lutter contre le Conoravirus. Pour des observateurs, cette crise a permis à cette dame de révéler une forte personnalité.  

Mardi 17 mars 2020, la devise belge « L’union fait la force » semblait avoir repris des couleurs. Et ce en dépit du fait que le Royaume peine, depuis dix mois, à mettre sa classe politique d’accord autour de la formation d’un gouvernement de plein exercice.

Sophie Wilmès, Première Ministre (Photo: De Tijd)

Sur la tribune, la Première ministre Belge Sophie Wilmès n’était pas seule. Elle était entourée par les ministres-présidents Jan Jambon (NV-A, Région Flamande), Pierre-Yves Jeholet (MR, Fédération Wallonie-Bruxelles), Elio di Rupo (PS, Région Wallonne) et des représentants des Communautés françaises et germanophones. « Il a fallu que le Conoravirus passe par là pour que le monde politique belge retrouve un semblant d’unité! », est-on tenté d’ironiser.

Ce beau monde revenait d’une longue réunion du « Conseil national de sécurité ».

Contrairement au chef de l’Etat français Emmanuel Macron qui a déclaré lundi 16 mars que « la France est en guerre » contre le Coronavirus, le chef du gouvernement belge Sophie Wilmès, qui alternait le français et le néerlandais, a fait preuve d’une « fermeté courtoise » pour sensibiliser ses compatriotes sur la gravité de la situation.

Dès ses premiers mots, l’assistance avait néanmoins compris que, sans être désespéré, la situation sanitaire devenait grave. Le nombre des personnes contaminées ne cessaient d’augmenter au risque de rendre les hôpitaux du pays incapables de prendre en charge tous les malades. « L’évolution de la situation nous pousse à prendre des mesures sévères pour contenir la propagation du Coronavirus », a-t-elle résumé.

L’oratrice de préciser aussitôt que ces « décisions difficiles » n’ont pas été prises « à la légère ». Elles ont été précédées par des avis émis tant par des « scientifiques » que des « experts médicaux » qui suivent la situation en Belgique et à l’étranger.

Sophie Wilmès n’est pas allée par quatre chemins: « Les citoyens sont tenus de rester chez eux afin d’éviter un maximum de contact avec le monde extérieur en dehors de leurs familles proches ». De même, ils doivent observer une « distance physique » ou « distanciation sociale » notamment dans les transports en commun. Bref, éviter tout contact.

Et d’annoncer que dès ce mercredi 18 mars à 12 heures, les « rassemblements sont interdits ». Les « magasins non essentiels » sont fermés. Il en est de même des cafés qui doivent « rentrer leurs mobiliers de terrasse ». Les salons de coiffure ne pourraient plus recevoir qu’un client à la fois.

Mme Wilmès a encouragé les entreprises à opter pour le « télétravail ». En cas d’impossibilité, elles sont invitées à respecter la règle de « distanciation sociale ». Les employeurs qui ne pourraient pas se conformer à ces règles « devraient fermer ».

L’oratrice a, par ailleurs, annoncé que les « déplacements indispensables » restent autorisés. C’est le cas de: travail, visite chez le médecin, poste, banque, pharmacie, prendre de l’essence, aide à d’autres personnes dans le besoin.

La Première ministre s’est dite consciente de l’effort qui est demandé à chaque citoyen. Pour elle, la réussite de la lutte contre Covid-19 est intimement liée aux efforts de chacun. « Cet effort est notre chance pour mettre le plus rapidement possible cette épreuve derrière nous », a-t-elle conclu.

Ce mercredi 18 mars à midi, chaque habitant du royaume de Belgique doit apprendre à rester chez lui. Sauf cas dérogatoire.

Baudouin Amba Wetshi

6 thoughts on “La Première ministre Sophie Wilmès aux Belges: « Restez chez vous! »

  1. Mes félicitations à la Première Ministre et à la classe politique belge pour l’usage d’un mécanisme constitutionnel pour faire face la situation exceptionnelle générée par le Coronavirus Covid-19.

  2. « A la date du 15 mars 2020, notre pays ne dispose que de 9 appareils d’assistance respiratoire ».
    Si je ne connaissais pas BWA, je m’esclafferais ! Comment donc : Clinique Ngaliema, Hopital Biamba Mutombo, Mama Yemo (oui oui) , Bondeko, CMK, Clinique Nganda, etc à Kinshasa et Hôpital Sendwe, Clinique Gécamines etc à Lubumbashi pour ne citer que les institutions de santé de ces deux villes, la RDC ne disposerait que de 09 appareils d’assistance respiratoire !
    Ils sont tous foules dirigeants de ce pays.

Comments are closed.