La RDC et les Emirats Arabes Unis aux côtés des puissances de ce monde

Tongele N. Tongele
Tongele N. Tongele

La RDC, les USA et la Chine dans la première catégorie mondiale de créativité (Congoindependant.com, 31 Mai 2020).  Cette fois-ci, la RDC est remplacée par un tout petit royaume du Moyen Orient qui s’appelle les Emirats Arabes Unis (en abréviation les Emirats). C’est donc les Emirats, les USA et la Chine qui sont aujourd’hui dans la première catégorie mondiale d’envoi d’engins spatiaux autour et sur la planète Mars pendant ce mois de juillet 2020.

Pourquoi le mois de juillet ? C’est parce que tous les deux ans, la planète Terre et Mars, chacune dans son orbite autour du soleil, se retrouvent en position de ligne droite, créant ainsi la plus courte distance à parcourir de la Terre pour arriver à Mars. Et cette « courte » distance entre Terre et Mars au mois de juillet 2020 mesure environ 105 millions de kilomètres.

Jusqu’à ce jour, les USA sont le seul pays au monde qui ont lancé un engin spatial circuler dans l’orbite de Mars, et un autre engin spatial qui a atterri sur la planète Mars.  A partir de l’orbite de Mars et de la surface de Mars, les engins spatiaux américains ont envoyé des images et des données sur la terre. Ces images et ces données sont l’unique source expérimentale de connaissance que les habitants de la Terre ont sur Mars, jusqu’aujourd’hui.  Bientôt, les Emirats et la Chine vont emboîter les pas des USA en envoyant des engins spatiaux dans l’orbite de la planète Mars.  Mais la Chine va aller un peu plus loin dans cet emboîtement des pas des USA, et sera le deuxième pays au monde à envoyer un engin qui va aussi atterrir sur la planète Mars. C’est un succès pour l’humanité et pour la planète terre d’avoir trois de ses nations envoyer des explorateurs autour et sur la planète Mars.

Comme les Emirats ont remplacé la RDC, en faisant cette irruption presque surprenante dans la sphère scientifique de pointe, il convient d’y jeter un coup d’œil un peu plus loin. Car, la RDC fut placée aux côtés des USA et de la Chine pour créativité mondiale, et c’est maintenant les Emirats qui sont aux côtés des USA et de la Chine pour l’exploration spatiale.

Comment les Emirats en sont arrivés là ?  Face à la croissance du chômage des jeunes Emirats à cause d’une économie monolithique basée sur une matière première (pétrole et gaz naturel) dont le marché mondial est en fluctuation sérieuse depuis environ deux décennies, les dirigeants des Emirats se sont dit : « nous devons faire quelque chose pour notre jeunesse, trouver une économie alternative, trouver une alternative d’emplois, pour le salut de notre pays ».  Ainsi, les Emirats se sont dotés dès 2014 de leur propre agence spatiale. 


L’objectif principal de l’incursion des Émirats dans le domaine de l’astronautique est destiné à exciter et à encourager les jeunes Émiratis à s’engager dans des carrières scientifiques et d’ingénieur. Les Emirats sont donc déterminés à promouvoir une économie alternative à celle du pétrole et gaz, principale source de revenue du pays, qui n’est plus stable. Ainsi, en Septembre 2019, les Emirats collaborèrent avec la Russie et envoyèrent un jeune Emirat comme astronaute abord du cosmodrome russe de Baïkonour dans la Station spatiale internationale (ISS) où il resta huit jours dans la station orbitale, période pendant laquelle il réalisa une série d’expériences scientifiques. Cela a renforcé la joie et l’enthousiasme des jeunes Emiratis à embrasser les carrières scientifiques et d’ingénierie, à créer des compagnies de recherche et des petites usines de fabrication de toute sorte de produits manufacturiers.

C’est important de noter que déjà en 1976, une collaboration spatiale fut établie entre le Zaïre (la RDC) et l’Allemagne. Cette collaboration a donné lieu aux lancements expérimentaux d’engins dans l’espace à partir du sol Zaïrois (Congolais) entre 1977 et 1978.  La question à se poser est la suivante : quel fut l’objectif national poursuivi par le Zaïre à travers cette recherche spatiale sur son sol ?

Autres questions : la RDC, alors Zaïre, a connu des baisses de revenus à cause des baisses de prix et ensuite chute de prix du cuivre sur le marché mondial. Quelle économie alternative le pays a promu pour remédier à la situation ?  Après cuivre, ce fut la chute de prix sur le marché mondial de café qui avait sérieusement et négativement affecté l’économie nationale. Quelle économie alternative le pays a promu pour remédier à la situation ?

En mai 1997, un changement de régime politique eût lieu au Zaïre. Le Zaïre redevint la RDC. Ce changement politique suscita un espoir pour le mieux en RDC. Quelle économie alternative fut promue pour galvaniser cet espoir ?  Six ans après, un programme ostentatoire dénommé « cinq chantiers », suivi d’une autre appellation romanesque de « révolution de la modernité » firent leur irruption en RDC, et perdurèrent pendant 18 ans. Quelle économie alternative fut promue et développée dans une RDC aujourd’hui plus que jamais plongée dans l’abîme de misère ?

Les Emirats ont décidé de lancer leur engin spatial en Juillet 2020, un travail d’arrache-pied fait en six ans, pour marquer de façon spectaculaire leur 50 ans d’existence. Quelle façon spectaculaire le Zaïre ou la RDC a une fois utilisée pour marquer ses 50 ans ou 60 ans d’existence, et quelle en sont les résultats en termes de développement et d’emplois ?

La RDC peut marquer ses 61 ou 62 ans d’existence en reliant, par exemple, toutes les capitales de ses 26 Provinces par des chemins de fer. Ce n’est pas un objectif compliqué et intenable. C’est faisable.  La RDC a plus qu’une source de revenue, et ses revenues nationales annuelles sont évaluées en milliards de dollars. Ou vont ces sommes colossales annuelles de la RDC ? Ce n’est donc pas le problème de manque de ressource. Ce n’est pas non plus le problème de matières premières. C’est plutôt le problème de matière grise qui décide et promeut une économie alternative pour sauver la jeunesse et sauver le pays.  Ce n’est pas tard, la RDC peut demain surprendre le monde, si elle s’y met et y met son cœur et sa conscience nationale.  


Tongele N. Tongele, Ph.D.
Docteur en génie mécanique et professeur d’université aux USA
tongele@cua.edu

One thought on “La RDC et les Emirats Arabes Unis aux côtés des puissances de ce monde

  1. Comme décrit ci-haut par le compatriote Tongele,ce ne sont pas les initiatives qui ont manqués mais la perspective et le suivi à moyen et à long terme sur tous les projets.C’est bien dans ces années là(1970-1980) que les dits projets ont été initié;malheureusement,ce n’était pas pour l’avenir ou la grandeur du pays mais pour servir l’égo demésuré d’un Mobutu qui voulait et se voyait le nombril de la planète…Concernant nos révenues annuelles,avec un personnel politique intègre et mobilisé,une justice sociale digne de ce nom,nous pouvons relever tous les défis et construire un vrai pays émergeant.Ce n’est pas compliqué et intenable.C’est faisable.

Comments are closed.