Le « raïs » hors mandat a-t-il la scoumoune?

Le mois de février est un mois horrible. Pas pour tout le monde. Au cours de la première moitié de ce mois de février 2018, le cortège de l’improbable successeur de Mzee Kabila, alias l’homme aux multiples lieux de naissance (Hewa Bora II, Lulenge, Fizi, Mpiki etc.) et plusieurs patronymes (Kanambe, Mtwale, Kabange, Christopher, Hyppolyte etc.) a été impliqué dans plusieurs accidents de circulation.

Selon mon ami qui sait tout sur tout et presque tout sur rien sur les cancans de Kinshasa-Lez-Immondices, le « duel spirituel » que les prêtres catholiques ont promis d’opposer aux balles et gaz lacrymogènes des tueurs à gage du « raïs » hors mandat commence à produire « ses effets ». C’est en tout cas ce qui se raconte dans les milieux des « balobiens » et « balobiennes » de Lipopo ya ba nganga.

D’après mon ami qui sait décidément tout, le « raïs » hors mandat, alias commandant suprême des FARDC, de la police nationale, de la « garde prétorienne » et des mercenaires a regagné Kin-la poubelle ce dimanche 18 février. Il revenait de Zambie que dirige un autre dictateur et soiffard nommé Edgar Lungu.

A Lusaka, le « raïs » hors mandat qui avait dans sa suite notamment plusieurs opposants débauchés (José Makila Sumanda, Jean-Lucien Bussa Togba et Jean-Marie Ingele Ifoto) a eu la frayeur de sa vie lorsqu’une camionnette est venue emboutir la limousine dans laquelle il se trouvait avec le chef de la diplomatie zambienne Joe Malinji. L’accident a eu lieu dimanche 17.

« BALANDI BISO TI AWA »

Friand de l’humour noir, mon ami m’a fait une confidence. « Après le choc entre les deux véhicules, me souffla-t-il dans le creux de l’oreille, un membre de la garde rapprochée du raïs hors mandat s’écria: balandi biso ti awa! ». Traduction: « Ils nous ont suivis jusqu’ici! ». « Ils », c’est qui?, lui ai-je demandé. Réponse: « Ce sont les miliciens Kamuina Nsapu ».

Mon ami qui sait tout sur tout et presque tout sur rien de poursuivre sa confidence: « Le conducteur du camion zambien est un veinard. Si cet incident avait eu lieu à Kin, il aurait été embarqué dans un des véhicules des ‘GR’ pour une destination inconnue ».

A en croire mon ami, le « raïs » vient de totaliser trois accidents en moins de 17 jours. Pour lui, l’homme à la barbe poivre sel à la Jomo Kenyatta, a la « scoumoune ». Voyant mon air interrogatif, il explique: « la scoumoune, la poisse et la malchance sont des synonymes ».

Après cette brève explication, l’ami d’étayer sa thèse en rappelant qu’au cours de ce mois de février 2018, le cortège du « raïs » a été mêlé à trois accrochages. « Le premier, relate-t-il, remonte à la journée de lundi 5 février ». C’était au croisement de l’avenue du 24 novembre – rebaptisée pompeusement avenue de « Libération » – et du boulevard du 30 juin. « Une Jeep du convoi a percuté deux voitures qui se trouvaient en arrêt pour laisser passer les piétons dont des élèves ». Bilan: plusieurs blessés. « Les ‘GR’ ont emporté les blessés », assure l’ami.

Le second accident a eu lieu le mardi 13 février sur la Nationale n°1 aux environs de Songololo dans la province du Kongo Central. Le « raïs » hors mandat revenait de Matadi où il venait d’assister à l’inauguration d’un nouveau système de forage de la société « Perenco » qui siphonne le pétrole des Kongomani. Bilan: cinq « GR » tués.

D’après mon ami qui sait décidément tout, le « raïs » hors mandat considère le Congo-Kin comme un bien appartenant à son clan politique et familial. « Le cortège du raïs roule toujours à tombeau ouvert avec un mépris évident pour les piétons et les automobilistes Kongomani », glisse-t-il. « La répression sanglante des marches pacifiques organisées le 31 décembre 2017 et le 21 janvier 2018 par les ‘laïcs cathos’ a engendré une logique de guerre asymétrique entre les Catholiques et le raïs ».

« DUEL SPIRITUEL »

A en croire l’ami, les « Cathos » auraient décidé d’opposer le « jeûne et prière » aux balles de Kalachnikov et gaz lacrymogènes du « raïs » et non pas les « ndika » chers au leader de l’ex-BDK Ne Muanda Nsemi.

Voyant que je pouffais de rire, l’ami adopta un air sérieux. Il me rappela un passage de l’homélie prononcée par l’abbé Luyeye lors de la messe organisée le vendredi 9 février à la mémoire des victimes des massacres. « Que celui qui a déjà donné l’ordre de tirer sur les manifestants, que celui qui a tiré sur les manifestants sans arme, sache que la balle est dans son propre corps et non dans le corps de celui qui est tombé, la balle est dans sa propre conscience et disons Père pardonne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font ».

Pour mon ami, entre le raïs hors mandat et les Cathos, le « duel spirituel » est engagé. Selon lui, le révérend François-David Ekofo l’avait prévenu dans son sermon qui lui a valu de prendre le chemin de l’exil. Ekofo avait cité Esaie 5:20 dont les paroles sonnent comme une malédiction: « Malheur à ceux qui appellent le mal bien et bien mal, Qui change les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, Qui changent l’amertume en douceur et la douceur en amertume ».

Doté d’un esprit retors, l’ami de conclure le plus sérieusement que « le raïs a la scoumoune ». « Il est hanté par les fantômes de ses nombreuses victimes dont les corps sont enfouis dans des fosses communes au Kasaï et à Maluku ou jetés dans le fleuve. Chaque pas que le raïs fera désormais, c’est un pas vers la mort… » Irrationnel? L’avenir le dira.

 

Par Robert Yuka ea Djema
© Congoindépendant 2003-2018

6 réflexions au sujet de « Le « raïs » hors mandat a-t-il la scoumoune? »

  1. Celui qui se fait appeler Kabila a vraiment la poisse. On me souffle à l’oreille qu’il s’agit du sang des autres qui commence à produire son effet. ( Makila ya batu), il a aussi ajouté: tout se paie ici bas. Plutôt que d’une balle dans la tête, il se peut qu’il termine écartelé comme un singe boucané. Vous allez dire que j’ai un esprit tordu. Gnagnagnagna…..

  2. Malgré son chapelet de la main de Fatma concocté par des marabouts surpayés pour exorciser les esprits djinns de la scoumoune afin d’éviter les esprits de mauvais œil, mais sa fin est imminente du Boulevard de la soi-disant Libération en passant par la route de Songololo/Bas-Kongo jusqu’à la dernière frayeur de Lusaka/Zambie, l’esprit de mort poursuit l’imposteur usurpateur d’identité Kongolaise Cheval de Troie du Rwanda au Kongo Tutsi Rwandais soi-disant fils de Mzee, jamais deux sans trois, la prochaine fois sera la bonne il y aura une collision finale tangu ifueni, tango ekoki, ngonga ekoki, tongo etani, pas de marche pacifique mais soulèvement populaire imprévisible éboulement final…

    Ce 25-02-18 pour le Tutsi Rwandais Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila game is over si le Véritable Dieu le veut, le Royaume de Satan n’est pas divisé, le combat spirituel est à son épilogue, les occultistes Franc-maçons contre les Rosicruciens satanistes se battent entre eux, soyons lucides le Peuple Kongo Souverain Primaire dont fait partie les sango ainsi que tout Kongolais de toute obédience religieuse en récoltera les dividendes certaines…

    La Cenco Vatican a voulu manipuler les Kongolais mais le Véritable Dieu Nzambe Tata a mis Son veto (2 Chroniques 20 : 22-23 *Au moment où l’on commençait les chants et les louanges, le Véritable Dieu plaça une embuscade contre les fils d’Ammon et de Moab et ceux de la montagne de Séir, qui étaient venus contre Juda (Kongo). Et ils furent battus. Les fils d’Ammon et de Moab se jetèrent sur les habitants de la montagne de Séir pour les dévouer par interdit et les exterminer; et quand ils en eurent fini avec les habitants de Séir, ils s’aidèrent les uns les autres à se détruire*)…

    LA LUTA CONTINUA. LA VICTORIA E CERTA. INGETA

  3. Kinshasa 20/02/2018 Politique – Aveuglés par les dollars de Moïse Katumbi, les journalistes de lalibre.afrique.be ne se donnent plus de limites lorsqu’il s’agit d’écorcher Joseph Kabila. Comme avec cette fausse affaire d’un accident de circulation du Président congolais à Lusaka.
    Les images de la scène supposée indiquent pourtant une vielle camionnette et un pick-up banal entrés en collision. Dans lequel donc Kabila, Chef de l’Etat, se trouvait-il pour sortir indemne après avoir été « percuté » ? Grossière intox…

    Les écarts du journal La Libre Belgique et son site internet lalibre.afrique.be contre les règles d’éthique et de déontologie journalistiques ne sont plus à compter. Depuis que ce média s’est inscrit au service du lobby pro-Katumbi avec ses journalistes comme Hubert Leclercq, il ne se passe pratiquement plus presqu’un article sans que la corporation se chagrine des pratiques journalistiques auxquelles il se livre. Le dernier cas en date n’est autre que cette fausse information faisant état de l’implication du Président congolais, Joseph Kabila, dans un accident de circulation à Lusaka à la fin du séjour qu’il vient d’y effectuer.

    Sans vergogne aucune, et croyant se couvrir en citant des sources de certains sites internet zambien, l’auteur de l’article reprend des phrases entières de ces sources, mais omet de prendre du recul pour apprécier et contre-vérifier ce qui lui est tombé à son écran comme une manne du Net.

    En effet, les sites cités comme sources d’information illustrent leurs publications par des scènes où se serait produit cet accident à Lusaka. L’on voit bien qu’il s’agit d’une camionnette bleue et d’un pick-up blanc qui seraient entrés en collision dans des conditions non indiquées. La simple jugeote aurait suscité un doute : Un chef d’Etat en mission officielle, et ayant à bord de la voiture qui le transporte un représentant de son hôte, serait-il transporté dans l’un de ces véhicules infortunés ou dans une limousine ?

    A partir de là, toute personne lucide et animée de bonne foi ne réfléchirait pas deux fois pour tirer ses conclusions et faire triompher le doute avant de relayer ce qui s’avère comme un grand n’importe quoi. Un autre bidonnage dont se rend coupable cet organe qui a fini par faire consumer toute sa crédibilité à cause d’un combat aveugle et d’arrière-garde par un homme, Moïse Katumbi, lourdement soutenu par des lobbies belges et autres occidentaux dans le dessein de prendre le pouvoir en RDC par des voies non constitutionnelles.

    La convoitise rend fou celui qui s’y adonne. Et lalibre.afrique.be le vit à ses dépens…

    Une rumeur d’autant plus étonnante que la visite du Président congolais s’est déroulée suivant un programme bien connu et qui était suivie aussi bien par le public que par différentes ambassades basées à Lusaka.

    La vérité est qu’il n’est rien de cette rumeur qui est une nouvelle intox bombardée dans les réseaux sociaux par ceux qui ne voient pas d’un bon œil la démonstration des bonnes relations que la RDC entretient avec ses neufs voisins comme l’avait dit Joseph Kabila lors de sa dernière conférence de presse.

    En effet, pour la dernière journée de son programme dans la capitale zambienne, le Président Kabila a débuté sa journée à 10 heures, heure locale, par la visite des trois mausolées des anciens Présidents Chilufya Sata, Levy Mwanawasa et Dr. Frederick Chiluba pour leur rendre hommage. Il s’est ensuite rendu auprès de l’ancien Président Keneth Kaunda à sa résidence située à 20 Km de la capitale zambienne avant de se rendre à l’aéroport international de Lusaka pour regagner Kinshasa.

    J’ai personnellement été dans le cortège du Président de la République durant tous ces déplacements et je me trouvais aussi à bord de l’avion présidentiel jusqu’à l’aéroport international de N’djili où il a atterri sans aucun incident à 14 heures, heure de Kinshasa. A aucun moment le cortège présidentiel n’a donc connu un accident de circulation durant le séjour du Président Kabila à Luasaka.

    Que les spécialistes de l’intox trouvent donc autre chose pour leur sale besogne.

    Yvon RAMAZANI/Congovirtuel.net

    1. @ Okitundu Pierre,

      En vrai parasite de la bande PPRD, tu reflechis avec ton ventre. Toi et ton cousin She Okitundu avez trop bu le sang des Congolais que vous verse le Tanzanien de Kingakati, illegitimement et illegalement au sommet de notre pays.

      En bref, si tu en as le niveau (nous le doutons) et es capable de lire l’Anglais, nous te suggerons de consulter « The Zambian Observer, 22.02.18 » de Lusaka de concernant cet accident avec temoignages et photos a l’appui. Si non, nous te suggerons de la boucler et rentrer ramasser tes miettes et deguster le sang avec ton petit idole a Kingakati.

Les commentaires sont fermés