Le TP Mazembe empêché de rentrer en RDC

La victoire du TP Mazembe n’est décidément pas du goût du pouvoir en place à Kinshasa. Après un nouveau titre glané face aux Sud-Africains de SuperSport United en Coupe de la Confédération, samedi 25 novembre, les Corbeaux de Lubumbashi avaient prévu de rentrer par avion ce lundi 27 novembre à Lubumbashi. Un accueil qui s’annonçait triomphal, à la hauteur de l’exploit.

Mais comme un fait exprès, l’avion de ligne régulière de la South African Airways qu’était censé prendre le club de football congolais a connu une bien étrange série de reports successifs. Initialement prévu à 09h00, le vol a été retardé à 11h00, puis à 15h00, puis à 19h30 et enfin à 23h00. Las, les dirigeants du club congolais ont fini par réserver, à leurs frais, des chambres d’hôtel près de l’aéroport avant d’envisager – espèrent-ils – un retour demain mardi mais via un vol privé cette fois-ci. « Certes, il y a eu des retards aujourd’hui dans les horaires prévus pour les vols, mais aucun n’a excédé deux heures », indique un agent de la SA Airways. Aucun sauf un: celui pour Lubumbashi relégué en fin de soirée (voir photo). Incompréhensible.

L’OMBRE DE MOÏSE KATUMBI

Ce report pourrait-il être le fruit du hasard? Possible en théorie. Mais en réalité, il est plus probablement le résultat de la volonté des autorités congolaises d’éviter un accueil triomphal, avec bain de foule à la clé, pour l’équipe de football phare en RDC, dont le président n’est autre que Moïse Katumbi, l’opposant numéro un à Joseph Kabila. La victoire du TP Mazembe a en effet été saluée par des clameurs et des manifestations de joie dans toutes les villes du pays, et pas seulement à Lubumbashi. « Les blancs et noirs, c’est un peu notre équipe nationale bis ici au Congo », nous confie ce Kinois, fan de ballon rond. « Chaque année, le TP Mazembe, nous redonne la fierté d’être Congolais », affirme un autre supporteur, vivant lui à Goma.

Du coup, les autorités RD congolaises n’auront pas ménagé leurs efforts pour éviter les manifestations de ferveur à l’endroit du club du dernier gouverneur de l’ex-Katanga. Car « la victoire de Mazembe, c’est la revanche de Moïse Katumbi », glisse un supporter des Badiangwenas, l’autre nom des Corbeaux de Lubumbashi. « Il est clair que, dans le contexte politique actuel, ce nouveau titre pour le club de Moïse Katumbi tombe mal pour le pouvoir », fait observer une source sécuritaire, avant de poursuivre: « rappelez-vous lors du retour à Kinshasa de Félix Tshisekedi en septembre dernier, les autorités avaient tout fait pour empêcher les manifestations populaires de soutien à l’opposant. Et bien, ce qui se passe avec le TP Mazembe aujourd’hui relève de la même stratégie », nous confie notre source.

Samedi soir, des proches de Joseph Kabila ont rapporté que le président, déjà irrité par la diffusion le jour même d’un enregistrement audio – particulièrement compromettant – d’une réunion interne à la MP qui s’est tenue la veille au sujet du projet de révision de la loi électorale, a inhabituellement manifesté sa mauvaise humeur au moment de la victoire finale du TP Mazembe.

 

Adrien Seyes, in afrique.lalibre.be, 28.11.2017 © Congoindépendant 2003-2017