Les élections de la honte

Mwamba Tshibangu
Mwamba Tshibangu

L’alternance hypothétique du pouvoir en RDC renvoyée aux calendes grecques!

Les élections qui étaient renvoyées à plusieurs reprises par la CENI sous les ordres du pouvoir finissant de Kabila ont eu finalement lieu le dimanche 30 décembre 2018. Tout le monde savait que toutes les conditions matérielles et logistiques n’étaient pas réunies pour organiser de bonnes élections. Nangaa, le président de la CENI, et à travers lui, tout le pouvoir en place, a eu peur d’un soulèvement populaire dont le spectre était brandi par de nombreuses ONG. Il n’a donc pas daigné prendre le risque de les renvoyer, une fois de plus.

La conséquence indéniable de cette décision a été le chaos total sur tous les plans. Jamais les élections n’auront été mal organisées comme celles que les Congolais venaient de vivre. C’est une honte terrible que le pays a essuyée. C’est l’image de la défaillance totale au niveau organisationnel qui marquera les esprits pour longtemps. Et dire que la CENI a bénéficié du temps extrêmement long pour mieux préparer ces scrutins.

L’exclusion du droit légitime de voter aux citoyens de trois grandes villes, Beni, Butembo et Yumbi, est une bavure outrancière de la CENI. Cette mesure ne trouve pas de fondement dans les explications données. Pour preuve, les habitants de Beni ont défié les autorités en organisant des élections symboliques le même jour. Celles-ci ont connu une grande participation des masses démentant ainsi les fausses allégations avancées à ce propos. C’est donc un véritable pied de nez aux organisateurs et un camouflet au processus électoral, biaisé et politisé.

La responsabilité de l’échec patent des élections du déshonneur incombe, en réalité, à divers secteurs du pouvoir, sans épargner les partis de l’opposition. Le président sortant est le premier responsable de l’horrible machination orchestrée par la CENI. Il a conditionné principalement tous les mécanismes normatifs pouvant conduire aux bonnes élections. Sa soif injustifiée de demeurer au pouvoir en dépit de son bilan très sombre est à la base de multiples renvois du scrutin afin d’allonger ses deux mandats expirés constitutionnellement. Quant au gouvernement, il est tombé dans le jeu de l’orgueil mal placé. En alléguant avoir les moyens financiers et logistiques pour financer à 100% ces scrutins, sans recourir à l’aide extérieure, il devrait prouver son autonomie et son indépendance en pourvoyant les fonds à l’avance. Cela fut fait, mais à compte-goutte, occasionnant le retard dans la livraison du matériel électoral et dans le paiement des agents de la CENI. L’ingérence dans les affaires internes de la République tant redoutée, motivée plus par le souci d’échapper à tout contrôle de la communauté internationale, a provoqué le chaos généralisé et indescriptible des scrutins.

Nangaa, rongé par la mégalomanie, ne voulait écouter personne. Il se croyait une sommité en matière d’organisation électorale. Entêté, il a imposé illégalement la machine à voter (MAV). Celle-ci s’est révélée non seulement comme un traquenard, mais un véritable drame lors du scrutin, sur toute l’étendue de la République. Tout ce dont on disait d’elle en mal s’est vérifié sur le terrain: dysfonctionnement, nombre insuffisant des MAV à disposition, batteries déchargées, usage difficile, ralentissement des procédures pour les personnes non familières à la technologie moderne, et patati patata. Ce fut un véritable cauchemar. Mais le vrai mal dont tout le monde craignait, avec raison finalement, c’est la fraude programmée. Des MAV ont été trouvées chez des privés avec des bulletins déjà votés. Quant à l’organisation, elle fut néfaste; bureaux de vote inexistants, listes d’électeurs non affichées, matériels non disponibles, bureaux de vote supprimés, etc.

Devant ce chaos qui fait la honte de tout le pays, fallait-il vraiment aller aux élections dans ces conditions? Nous nous sommes demandé, avec raison, vers quelles élections le peuple congolais était convié à participer. Les élections où les droits de certains candidats sont bannis à l’avance. Les élections où un seul parti monopolise tous les moyens de l’État, fonctionnaires y compris, à son service. Des élections où les vainqueurs étaient déjà connus d’avance.

Tout le processus démontrait que ça serait une parodie d’élections. Les pièges étaient tendus pour décourager l’opposition à y participer ou soit pour les pousser à déclarer un boycott. Le choix n’était donc pas facile à faire. Toutefois, en prenant part à ce processus vicié par de nombreuses irrégularités, on l’a directement ou indirectement crédibilisé. Car, l’on savait très bien que le FCC était engagé dans le processus électoral non pas pour le perdre.

Par ailleurs, vu le contexte, les partis de l’opposition auraient mieux fait de se trouver un candidat unique. Ce geste d’une haute responsabilité patriotique aurait enlevé l’alibi de la division des voix aux organisateurs des élections évitant ainsi ouvertement la tricherie à leurs dépens.

Maintenant que les élections ont eu lieu avec toutes ces carences, on ne peut s’attendre à mieux de la part de ceux qui sont habitués à tricher. La Cour constitutionnelle inféodée et soumise au pouvoir n’y fera rien. En définitive, il y a eu perte du temps, gaspillage de l’argent et surtout une grande déception de la population de vivre l’alternance politique.

À vouloir aller aux élections à tout prix, le peuple congolais se retrouve au point de départ, sans alternative viable, avec le même régime qui change seulement de pion. Dès lors, une question fondamentale se pose: quoi faire pour changer la donne sur le terrain?

 

Mwamba Tshibangu

9 réflexions au sujet de « Les élections de la honte »

  1. Etude Politique, Stratégique, Géopolitique, et Géostratégique pour la RDC.

    Thème : La Stratégie de Camp de Concentration et le Mirage des élections de décembre 2018.

    1) La Stratégie de Camp de Concentration :

    Nayebisaki bino eloko nini ezali « Stratégie de Camp de Concentration » ; pe nalakisaki bino tè Stratégie oyo etiamaki na RDC na mbula ya 2016. Sima, Services mibale ya ONU : PAM na PNUD epesaki confirmations tè likambo oyo ebandaki na 2016 ; kasi bango bamonaki kaka nzala ya makasi ekoti na RDC ; bayebaki té tè ezali ebandeli ya Stratégie de Camp de Concentration.

    Na mikolo wana, sima ya kopanza manifestation ya ba kristo na Kinshasa, Son Excellence le Cardinal Monsengwo Pasinya alobaki boye : « Je constate que nous sommes dans une prison à ciel ouvert. » Prison à ciel ouvert oyo Cardinal alobaki ezali « Stratégie de Camp de Concentration ». – Cardinal amonaki yango na miso ya mosali ya Nzambe ; PAM na PNUD bamonaki yango na miso ya ba Techniciens Humanitaires ; kasi ngayi namonaki yango na miso ya Politicien-Stratège.

    Lobi eleki ya le 30.12.2018, nazui document ya motuya euti na Canada. Document oyo ezali secret, etiami ba cachets to tampons ekomi boye : « Confidentiel », « Copie originale », « Urgent », « Confidentiel ». Titre ya document oyo ezali : « Programme de Camps de Concentration ». Programme oyo esalemi na Ministère de la Justice des USA. Kombo ya Programme oyo ezali « Projet REX-84 ». Esalemi na tina mibale : 1) Mandat Principal de Recherche ; 2) Mandat Principal d’Arrestation.
    Recherche na Arrestation ekosalema na cadre ya « Opération Dragnet ». Opération Dragnet ezali « Plan d’Arrestation de tout individu déjà fiché, et considéré comme étant potentiellement dangereux, aux USA ». Na Introduction ya document oyo, balakisi denge nini bakosala soki bakangi bato : bakotia bango na FEMA. Nayebisaki bino tè FEMA ezali Camps de Concentration. Yango oyo ebimi puasa na document officiel secret ya USA.

    Moto abimisaki secret oyo azali Serge Monast ya « Agence Internationale Nord-Américaine – Presse Libre » ya Canada, na 1993. Tango abimisaki likambo oyo, ba Franc-maçons na ba Illuminatis basombaki exemplaires nyonso ya journal, po bato bayeba té likambo oyo ; kasi, exemplaire moko etikalaki na archives ya Agence oyo.

    Serge Monast azalaki journaliste d’enquête, poète, essayiste et auteur canadien ;
    Abotamiki na : 1945, na Canada ;
    Babumaki ye na date ya : le 5 décembre 1996, na Montréal, Canada.
    Ezali archives ya ye ebimisi secret oyo le 20.03.2015 na Canada.

    Conclusion partielle : Stratégie de Camp de Concentration na RDC ezali likambo ya solo.

    2) Le Mirage des élections de décembre 2018 en RDC.

    Nabelelaki makasi pe mbala mingi po ba soi-disant politiciens ya RDC bakota té na élections ya 2018. Moto batiaki liboso po akotisa ba mosusu na ba élections oyo azali Tshilombo Félix. – Nalakisaki bino vidéo ya Monsieur Dominique Ugeux na likambo oyo. Yango wana Tshilombo abimisaki maloba ya « Nous irons aux élections avec ou sans machines à voter ». Sima, alobaki : « Personne n’a le monopole de la RDC » ; elingi koloba : « Nakosala denge nalingi, moto ata moko akoki kopekisa ngayi té ! »

    RDC ekoti na ba élections le 30.12.2018 ; eloko nini tomoni ? – TV internet RT ya Russie elobi boye : élections ya soni ; organisation chaotique ; fraudes massives, listes des candidats à la poubelle, défaillances électroniques, bureaux de votes fictifs, etc. Conclusion de la RT : L’Opposition n’aurait pas dû accepter de participer à de telles élections.

    « Personne n’a le monopole de la RDC » ; « Nous irons aux élections avec ou sans machine à voter ». – Où en sommes-nous aujourd’hui ?

    Conclusion générale : Nazali kosenga na Son Excellence le Cardinal Monsengwo Pasinya azua bokonzi ya mboka avant qu’il ne soit trop tard.

    Bernard B.
    01.01.2019

    1. Etude Politique, Stratégique, Géopolitique, et Géostratégique pour la RDC.

      Thème : La Stratégie de Confusion et de Zig-Zag en RDC.

      Na date ya le 02.11.2016, nabandaki kosalela bino ba Etudes ya ba stratégies oyo. Lelo, nazali kozongela yango po ezongi lisusu, kobanda tango élections ya décembre 2018 ebandaki.

      Stratégie de Confusion et de Zig-Zag, na football babengaka yango « Drible » to « Dribler ».
      Joueur azali ko dribler adversaire azali ko créer confusion po adversaire ayeba té ngambo nini ballon ekoleka. Na RDC, Kakoko azalaki un grand dribleur ; nayebi lisusu té soki azalaki na Daring Club to na V Club.

      Na ba situations politiques difficiles nyonso na RDC, Kanambe asalelaka Stratégie de Confusion et de Zig-Zag po abikisa bokonzi ya ye. – Chaque fois alekaka lokola Kakoko.

      Na élections oyo ya décembre 2018, abandi lisusu kotia Confusion po na ko dribler bino. Ndakisa, lokola azali déjà na Cour Constitutionnelle, akotia ba juges ya ye basusu na Cour Suprême po bazala lokola « Arbitre » na ba « Juges de touche ». Ba joueurs bazali Fayulu, Tshilombo, na Shadari. Kanambe azali « Entraineur ». Ezali ye akoyebisa na Shadari eloko ya kosala, pe akoyebisa na ba juges denge ya kosala po candidat ya ye aleka na ballon po na kotia but. – Likambo oyo ekosalema na tango ya contestation ya ba résultats de vote. Yango wana Naanga asengaki na ba joueurs misato oyo ba signer document ya koboya ko protester résultats ya élections.

      Malgré que Fayulu na Tshilombo baboyi ko signer, Entraineur Kanambe na joueur ya ye Kakoko bako dribler Fayulu. Tshilombo akozala lokola un joueur complice, corrompu, po alekisa Kakoko na ballon ; sima, akozua lifuta ya ye na poste ya Premier Ministre.

      Kasi, soki Entraineur Kanambe amoni tè kolekisa Shadari ekobimisa mobulu, akolekisa Tshilombo entant que dauphin caché. Tango wana, protestations ya Fayulu ekozala na tina té, po Tshilombo azali « un Opposant ».

      Tshilombo azali déjà na Kamerhe lokola représentant ya Kanambe. Soki Tshilombo akomi Président, ekozala Kamerhe akokoma Premier Ministre.

      Accord ya Tshilombo na Kamerhe elobi tè Tshilombo akotikela Kamerhe ba ministères nyonso minene ya bokonzi, lokola Défense, Finances, Economie, etc. Ekokamuisa té po Tshilombo akutanaki déjà na Musaveni, pe Museveni akomelaki Kanambe mokanda.

      Soki Tshilombo apesaki déjà Kanambe « Glissement » na Accord d’Ibiza, eloko nini ekopekisa ye apesa Museveni na Kanambe ba « Garanties » po na sécurité na impunité ya bango soki akomi Président ya RDC ? – Maloba ya « Nous irons aux élections avec ou sans machines à voter », na « Personne n’a le monopole de la RDC » elobamaki pamba té soki ayebaki té tè sima ya ye azali na ba « Accords cachés ».

      Par contre, soki Fayulu akomi Président, ekozala té po na élection, ekozala po na pressions ya ba Evêques na bato ya SADEC, po, en réalité, moto asengeli kokoma Président na élections oyo azali Shadari.

      Tango Tshilombo akokoma Président, Valentin Mubake akoloba : « Monoko ya ngayi nganga ! », po alobaki déjà tè véritable dauphin ya Kanambe azali na Opposition.

      Na Stratégie de Confusion et de Zig-Zag, Kanambe ako marquer but d’une manière ou d’une autre, même avec la main, sauf soki CENCO aboyi « CAFOUILLAGE » devant le but.

      Pas de Cafouillage devant le but :

      CENCO akoki koboya Cafouillage devant le but soki aboyi résultats ya élections en se basant sur ses résultats de dépouillement des urnes. Lokola Kanambe akokotisa dossier ya élections na Cour Suprême to na Cour Constitutionnelle, possibilité ekotikala kaka moko ya ko « Récuser » Cour Suprême na Cour Constitutionnelle po na motif ya « impartialité » en rappelant les précédentes impartialités ; tango wana, CENCO, na Société Civile, na Peuple, bakopona Son Excellence le Cardinal Monsengwo Pasinya na bokonzi.

      Likambo ya boye ekoki kosalema facilement na Soulèvement Populaire. Voyez-vous, tomata, tokita, nzela tokolanda po na kobikisa mboka ezali nzela ya Soulèvement populaire.

      Mbala mosusu, Kagame akoki kobanga conséquences ya bitumba na RDC po na Rwanda, pe akoki kopekisa Kanambe akota lisusu na makambo ya RDC. Tango wana, ekozala kaka Cardinal akozua bokonzi, po élections esalemi malamu té.

      Décision ya kozua bokonzi ezali na maboko ya Cardinal ; akoki kozua yango à tout moment lokola toyebi tè élections esalemi malamu té. Peuple azali na yo, Société Civile ezali na yo, mboka ezali ya biso ; ozali na droit na devoir ya kobikisa mboka na situation ya boye.

      Bernard B.
      02.01.2019

    1. C’est un reveur celui la, tu ne seras jamais pragmatique sur terrain. Koma kaka bikoma koma mais ne refletera jamais la realite’. De gens qui ne savent pas soutenir l’opposition meme a $1 pour faire changer les donnees mais Kaka critique. C’est mechant.

  2. « Quoi faire pour changer la donne sur le terrain ? » Cette question que nous pouvons tourner en plusieurs formules représente en fait notre problématique essentielle sur laquelle les uns et les autres ont déjà eu à répondre ici.
    Qu’il s’agisse de faire face à des élections truquées ou les boycotter à l’avance, qu’il s’agisse d’affonter l’arbitraire qui nous prend en otage, nous musele, nous affame ou nous tue ; c’est bien comment nous en libérer, comment recouvrir une gouvernance qui permet d’autres espoirs.
    Comment ? Soulevement populaire, Transition citoyenne, Reconquête militaire, etc, etc, des bonnes idées que nous n’avons pu mettre en oeuvre . Si seulement jusque-là nous manquions un leadership efficace, des dirigeants qui arrivent à conditionner et entraîner le peuple vers cette lutte finale ?

    Tenez, à regarder le déroulement de ces élections, était-il impossible que les forces politiques et sociales constituent un bloc uni pour contrer l’autocratie en face. Un leadership qui mobilise massivement le peuple pour le libérer de l’arbitraire et de l’occupation, et cela bien au-delà des chapelles pour des meilleures chances pour notre pays ?
    Nous sommes encore victimes de notre petitesse, de nos divisions !!!

  3. Nono@

    Le peuple est « mobilisé »… Ce peuple qui attendait un « candidat commun » de l´opposition est mobilisé.. En regardant les images ce peuple qui a chanté dans toutes les langues nationales qu´il va voter « NA NKO » Fayulu, on ne peut pas douter ni de sa détrmination ni surtout de sa mobilisation.

    NEGOCIATION ET ABSENCE DE CREDIBILITE

    Observez comment Kabila et son gang multiplient les « dialogues » entre 3 candidats via la SADC et l´UA. Ce que Kabila a roulé beaucoups des gens depuis l´accord de la Sainte Sylvestre et se retrouve sans mediateur.
    La SADC qui a tentée d´obtenir un accord de bonne conduite où Felix et Fayulu devaient automatiquement s´incliner face á une decision de la CENI se retrouve ridicule. Ce que la SADC ne possede plus assez de crédibilité pour jouer ce rôle de mediateur.
    L´UA avec un général malien comme mediateur tente aussi d´obtenir la même chose.. mais la suite sera la même que pour la SADC.
    La CENCO toute puissante de son bras armée qu´est le CLC a été roulée depuis longtemps par Kabila et les évêques catholiques se preparent á lancer leur « vérité des urnes » au cas où Nangaa va tenter de rafistoler une victoire en faveur de Shadary
    En bref, il n´ya plus de mediateur.. même quand Kabila libere Gecoco, la CENCO continue á posseder l´arme fatale de la « vérité des urnes » qui va lancer des millions des congolais dans la rue.

    LAMUKA et le CLC ont preparés le peuple mentalement et psychologiquement. Mfumu Mpa Muzito n´a cessé d´affirmer que c´est au peuple congolais d´avoir le dernier mot !
    Le terrain n´est plus même depuis le 23 decembre quand le peuple s´est mis en action pour voter NA NKO !
    Laissons notre peuple prendre l´action finale…et la suite va figurer dans les pages de l´histoire du Congo

    1. @Ghost
      Tant mieux si pour vous le peuple est bel et bien mobilisé et que bientôt il opérera comme vous dîtes, « l’action finale » qui figurera sur les pages de l’histoire de notre pays.
      Mon regard sur le passé récent aussi bien de ce peuple, de ses leaders surtout dans l’opposition et du régime qui nous gouverne aujourd’hui me rend hélas moins optimiste…

  4. Chers compatriotes,
    Le terme Honte n’existe plus pratiquement au Congo. Il n’existe ni pour les dirigeants qui sont les premiers immoraux ni pour le Congolais qui ne sait ni se soulever collectivement, ni s’indigner. Nous avons un problème au niveau de l’être collectif congolais. Les dirigeants congolais actuels sont soutenus par leurs familles, clans, et par leurs amis. Au niveau collectif, lorsque les uns ou les autres veulent réagir, ils sont soit exécutés par les nôtres, soit dénoncés par les nôtres pour un Tshirt, une bouteille de bière, ou une vielle voiture etc…
    Lorsque l’on est nombreux, il est difficile d’organiser un soulèvement coordonner. Car, les traîtres sont partout, tous les supports de ce pouvoir ont leurs frères dans leurs camps et leurs courtisans. Mais lorsque le peuple en an marre, il finit par se soulever. Vous avez entendu les paroles telles que l’on ne peut pas s’attaquer à tous les fronts à la fois. Ici, heureusement, ce ne sont que des écrits, mais sur un théâtre d’opération, on peut se retrouver en train de croiser les feux entre compatriotes, parce qu’il y en a qui tirent aussi l’épingle de la situation actuelle. D’autres prennent une position de retrait avec pour raison: « même si la situation s’arrange ce sont les autres qui occuperont des postes pas moi ». Mais ceux qui pensent ainsi oublient que la paix, la dignité, l’intégrité territoriale, la justice, les routes, la santé… ne sont pas les avantages pour seuls ceux qui occupent des positions, mais pour tout être humain et tout citoyen du pays. Il est inconcevable que l’Internet et les communications internationales soient coupées pour des raisons qui n’arrangent qu’une poignée des personnes. Le plus inconcevable est que le peuple ainsi lésé n’ose pas réagir. Que Dieu nous vienne en aide.

Les commentaires sont fermés