Lettre ouverte aux gouverneurs en RDC

Tongele N. Tongele
Tongele N. Tongele

Que vous soyez de CACH, de FCC, de LAMUKA, ou indépendant, c’est vous qui êtes gouverneur dans votre province. Vous êtes au volant de votre province. En tant que gouverneur dans votre province, votre pouvoir, vos devoirs et responsabilités vis-à-vis des populations à votre charge sont une bénédiction émanant du Créateur du ciel et de la terre, si et seulement si vous les exercer pour le bien-être et le salut des populations de votre province. Si vous exercez ce pouvoir pour votre profit, pour le profit de votre famille et cercle politique pendant que les populations qui sont à votre charge sont dans la pauvreté et la misère, alors c’est la colère de l’Eternel, le Créateur du ciel et de la terre, et les tourments éternels, que vous allez attirer sur vous-même, sur votre famille et cercle politique. Car ce que vous faites ou manquez de faire pour le bien-être des populations de votre province, c’est envers l’Eternel, le Créateur du ciel et de la terre, que vous faites ou manquez de faire cela.

Concrètement, voici quelques jalons (à titre d’exemples car il y a plus que ça) du chemin de réussite pendant votre mandat de gouverneur:

  1. Le souverain primaire à qui vous devez obéissance totale et dévouement sans réserve, ce sont les populations des villages, villes et cités de votre province. Vous devez rejeter carrément ce que l’autorité et/ou fondateur ou président de votre parti ou plateforme politique dit si cela ne cadre pas avec comment améliorer les conditions de vie des populations des villages, villes et cités de votre province. Si par exemple l’autorité et/ou fondateur ou président de votre parti ou plateforme politique vous demande de soutirer l’argent du budget ou des recettes de votre province pour donner à votre parti ou plateforme politique, vous devez vigoureusement refuser car l’argent de votre province c’est pour construire/réparer les routes, les ponts, les chemins de fer, les bacs, les écoles, les cliniques et hôpitaux, etc., de votre province qui sont en effet dans un état de délabrement terrible.
  2. Veuillez choisir une, deux ou trois priorités à accomplir pendant votre mandat de gouverneur, et faites connaitre ces priorités à l’assemblée de votre province. Parcourez les villages, villes et cités de votre province pour annoncer et expliquer aux populations les priorités que vous avez choisies, et demandez-leur de vous juger à la fin de votre mandat de gouverneur en fonction de ces priorités. Après que vous avez retenu et fait connaitre vos priorités, demandez à l’assemblée, aux instituts supérieurs et universitaires, et aux populations de votre province de vous proposer et vous envoyer des plans d’actions sur comment veulent-ils voir ces priorités s’accomplir dans la province. Et finalement, passez directement aux actions concrètes d’accomplissement de ces priorités. Avec vos conseillers, votre cabinet et votre assemblée, veuillez évaluer mensuellement, trimestriellement, et annuellement les activités qui se font à travers la province pour réaliser ces priorités. Et s’il y a des modifications à faire pour raffiner et rendre plus efficace les actions sur le terrain, alors il faut le faire immédiatement tout en expliquant à l’assemblée et aux populations de votre province les raisons de ces modifications et les résultats attendus.
  3. Veuillez immédiatement éliminer les taxes et surcharges de toute sorte qui sont imposées aux populations de votre province par les gouverneurs corrompus et prédateurs du passé. Enlevez et éliminez tous les soi-disant péages routiers, éliminez toutes les barrières routières, éliminez les frais douaniers de corruption, ainsi que tous les faux moyens d’exploitation dont les populations de votre province ont été victimes pendant des années et des années, et dont l’argent allait droit dans les poches des anciens gouverneurs, leurs associés et leurs maîtres. En faisant cela vous allez voir les créativités et activités économiques des populations de votre province s’exploser et accroître très rapidement, et bien sûr vous verrez comment les populations de votre province vont vous aimer et vous célébrer pour votre sens de justice.
  4. Ordonnez immédiatement que les policiers et les soldats cessent toute arrestation arbitraire des populations ; qu’ils cessent de demander des cartes d’identité ; qu’ils cessent de brutaliser les populations pour les extorquer de leurs biens et marchandises, car c’est de la malédiction qu’ils attirent sur eux et leurs familles. Quant aux soldats, policiers, douaniers ainsi que les enseignants et autres fonctionnaires de l’Etat qui ne sont pas payés ou ne sont pas régulièrement payés, veuillez convoquer immédiatement une session extraordinaire de l’assemblée pour réfléchir et trouver des solutions immédiates à ces problèmes, et en même temps exiger à l’instance nationale de faire sa part pour une solution définitive aux problèmes. Il faut que les soldats, policiers et douaniers qui se livrent aux arrestations arbitraires, extorsion des biens et marchandises des populations soient traduits en justice au su et au vu de tout le monde pour que tout le monde comprenne ce qu’on ne doit jamais faire aux populations qui ne sont absolument pas responsables du non-paiement des salaires des fonctionnaires de l’Etat.
  5. En tant que gouverneur, à la tête de la province, la tentation est forte de vous considérer au-dessus de la loi, et de détourner avec impunité l’argent ou une partie des recettes de votre province pour mettre sur votre compte bancaire, pour acheter une ou des maisons à la Capitale ou acheter une maison en Europe/Amérique/Occident comme l’ont fait les médiocres qui vous ont précédé. Non. Ne vous laissez pas corrompre en prenant de l’argent secrètement pour faire une faveur au détriment du peuple. Sachez que le Créateur du ciel et de la terre qui voit tout ce qui se fait dans le secret vous fera rendre compte et vous n’aurez que de pleure et grincement des dents sans fin. Vous pouvez gonfler votre compte bancaire par malhonnêteté, par corruption, par vol et détournement, et vous allez certainement jouir de cela pendant quelques années: cinq ans, dix ans ou disons même vingt ans; mais après tout le temps viendra pour rendre compte devant l’Eternel, et vous serez tout seul sans gardes de corps, sans avocats, sans amis, sans membres de famille. Et en ce moment-là, la vie des populations que vous avez pillée, ruinée et rendue misérable sera votre juge devant le Créateur du ciel et de la terre ; et une fois dans les tourments éternels, vous allez regretter amèrement d’avoir commis les erreurs pour une jouissance de cinq, dix ou même vingt ans de corruption, vols et détournement, et vous voilà condamné au tourment éternel où il n’y aura que pleure et grincement des dents. Vous êtes donc averti: que vous servira-t-il de gagner tout l’argent de la province si vous allez perdre votre âme pour l’éternité?

Chers gouverneurs des provinces en RDC, c’est difficile de retenir les larmes quand on sait la réalité tragique de la vie des populations dans vos différentes province. Voici les faits: Environs 10 millions de personnes dans vos provinces sont mortes en RDC depuis le début des conflits qui ont débuté avec le débordement du conflit de génocide Rwandais de 1994 en RDC, conflits Rwandais dont les populations de vos provinces n’y sont pour rien. Quelque 10.000 enfants soldats et combattants âgés de moins de 18 ans, dont un nombre important âgé de moins de 12 ans, originaires de vos provinces, ont été forcés de participer à ces conflits armés depuis 1994. Plus de 50.000 enfants âgés de 12 ans seulement ont été forcés à travailler dans les mines ou à devenir porteurs et esclaves sexuels pour des groupes armés dans les forêts et savanes dans vos provinces en RDC depuis 1994. Plus de 100.000 enfants sont devenus orphelins dans vos provinces à la suite des conflits armés depuis 1994. Plus de deux millions de personnes sont déplacées à l’intérieur de vos provinces par ces conflits armés. Et parmi ces personnes déplacées, plus de 50% se trouvent dans les provinces situées à l’Est de la RDC. Dans vos provinces, quatre enfants déplacés sur dix ne sont pas scolarisés; et quelque 400.000 enfants déplacés n’ont pas accès à l’éducation. Des milliers de villages dans vos provinces ont été attaqués et / ou incendiés par des groupes armés depuis 1994. Environ 40% des infrastructures de santé et autres infrastructures de vos provinces ont été détruites par ces guerres depuis 1994. Des milliers des défenseurs des droits humains, journalistes, professeurs et étudiants de vos provinces qui ont dénoncé ou critiqué les exactions commises par les soldats, policiers, rebelles ou milices ont été battus, détenus, contraints de fuir ou tués. Au moins 37% de la population de vos provinces, soit environ 18,5 millions de personnes en RDC, n’ont accès à aucun type de soins modernes de santé. Dans vos provinces, la mortalité maternelle nationale est d’environ 1837 pour 100.000 naissances vivantes, l’un des pires au monde ; et des taux aussi élevés que 3.000 pour 100.000 naissances vivantes ont été enregistrés dans des provinces à l’Est de la RDC. Quatre-vingt-dix pour cent des populations de vos provinces vivent avec moins de 2 dollars par jour, symbole et expression d’une misère que les historiens ont qualifié de jamais vue dans l’histoire moderne de l’humanité. Les taux de malnutrition sévère chez les enfants de moins de cinq ans ont atteint 30% dans les provinces En RDC; et les taux de mortalité infantile dans les provinces de l’Est de la RDC ont atteint 41% par an. Et comme évaluation nationale, la RDC en tant qu’union des provinces est classée dernière ou à peu près dernière sur l’indice de développement humain, malgré les immenses ressources naturelles du pays.

Conclusion: Gouverneurs des provinces en RDC, si vraiment vous avez du cœur et avez en cœur le sort tragique des populations de vos provinces, vous devez travailler avec une urgence extraordinaire en mettant immédiatement en pratique les cinq jalons du cheminement proposés ci-dessus. Il n’y a pas de temps à perdre sur des discussions insouciantes et/ou sur des manigances des partis et plateformes politiques qui ont des conséquences tragiques sur les populations de vos provinces. Vous avez beaucoup à faire. Les défis devant vous sont de grande taille. Passez aux actions dans vos provinces. Votre pouvoir de gouverneur, vos devoirs, vos obligations et responsabilités constitutionnelles et légales ont un impact direct sur la vie des populations de vos provinces. Orientez vos actions en tant que gouverneurs à conscientiser, à appuyer et à mobiliser les populations de vos provinces à améliorer les conditions de leurs vies par les travaux de leurs mains. En même temps, veuillez annuler, éliminer, supprimer et éviter des actions et moyens frauduleux qui ont réduit les populations de vos provinces aux conditions d’exploités et de misérables pendant des décennies. Vos actions seront vos juges dans cette vie et dans l’au-delà après votre vie sur terre. C’est donc entre vos mains de faire la différence.

 

Par Tongele N. Tongele, Ph.D. – Docteur en génie mécanique et professeur d’université aux USA – tongele@cua.edu

4 thoughts on “Lettre ouverte aux gouverneurs en RDC

  1. Les premières impressions que j’ai eues en lisant le Professeur Tongele, c’est d’abord celle d’un père de famille inquiet prodiguant des conseils à ses enfants. Ensuite, celle d’un prélat faisant son homélie en invitant ses fidèles à la crainte de l’Eternel (c’est comme qui dirait: la crainte de l’Etenel est le commencement de la sagesse)! Evidemment, par les temps qui courent, ces options s’avèrent fondamentales. Le pays, la République Démocratique du Congo a besoin de ses fils dignes pour le faire sortir cet arriérisme où il se retrouve.
    Il est un fait que, chaque candidat Gouverneur qui, aujourd’hui Gouverneur avait son programme sur base duquel il avait battu campagne pour être élu et qu’il doit absolument chercher à exécuter. Et, c’est aussi sur base ҫa qu’il va être jugé à la fin de son mendat. N’empêche que ce conseil en appeler à leur conscience.
    Une autre réalité: les moyens. Pour regler le compte à certains anciens gouverneurs et limiter leur célébrité, les opérations d’émiettements des grandes provinces autrefois étaient décidées dans la précipitation sans une moindre bonne planification au point où il manque des potentialités à certaines provinces par rapport aux autres. En outre, il y a le fameux phénomène de rétrocession qui consiste à reverser un certain pourcentage des recettes par le pouvoir central aux provinces et, qui n’est souvent pour ne pas dire toujours respecté. Ce qui crée d’énorme difficulté de fonctionnement faisant que certains gouverneurs s’adonnent aux créations des taxes et impôts.
    Certes, “trop d’impôts tue l’impôt “ ( Arthur Laffer). Cependant, je ne pense qu’il faille éliminer les taxes dans les provinces tout simplement. Même les pays les plus nantis ne le feraient pas. A mon sens, il va falloir plutôt suprimer les perceptions de trop comme les péages, les taxes à l’embarquement dans des aéroports (cas de la province-ville de Kinshasa), etc… Et, que les gouverneurs veillent à ce que non seulement les recettes entrent dans les caisses de leur province respective mais, aussi, qu’elles contribuent effectivement au bon fonctionnement de leurs provinces à la place de gonfler leurs poches. Qu’ils battent pour mettre fin aux tracasseries tant policières que militaires qui font des pauvres et paisibles populations prisonnières dans leurs propres milieux vitaux.
    En définitive, le pays a besoin du civisme.

  2. @Tongele N. Tongele,
    Non Dr., ce genre de remarques et conseils on les donne à des gens normaux. Ces gens ne sont pas normaux: ce sont des illuminati à la congolaise, pires que les organisations sécrètes que l’on trouve dans l’Occident. le bien-être de notre peuple, ça ils n’en ont cure!

  3. A vous qui m’avez écrit par courrielle (email), et m’avez posé la question « Professeur, comment vos conseils vont atteindre ces gouverneurs des provinces en RDC ? Croyez-vous qu’ils lisent vos écrits ? », permettez-moi de vous répondre par ce qui suit :
    1. Je vous remercie d’abord pour la pertinence de votre question qui, en fait, traduit votre préoccupation sérieuse concernant non seulement les gouverneurs, mais ceux et celles qui sont au pouvoir en RDC : est-ce qu’ils lisent ? Est-ce qu’ils se cultivent ? Est-ce qu’ils s’informent sur les divers problèmes et enjeux majeurs du monde, et de comment le jeu politique et diplomatique se joue sur le plan international pour trouver des solutions qui supportent l’intérêt de son pays et de son peuple ?
    2. Je ne sais pas personnellement comment mes conseils, aussi bien que des bonnes idées et discussions qui sont émises sur la plateforme de CongoIndependant.Com (CIC), vont atteindre les gouverneurs et/ou les dirigeants/leaders de la RDC.
    3. C’est ainsi que j’encourage chacun de nous, toute personne qui a un lien direct ou indirect avec un gouverneur ou un leader/dirigeant en RDC de transmettre ces conseils et ces bonnes idées de la plateforme de CIC à ce gouverneur ou leader/dirigeant qu’il/elle connait. Et, mieux encore, encourager le gouverneur ou leader/dirigeant en question d’émettre aussi ses idées sur CIC pour enrichir les discussions et échanges.
    Encore une fois merci pour vos préoccupations et soucis réels de voir la RDC, pays de grande promesse nationale, continentale et mondiale, se hisser par la créativité de ses filles et fils talentueux au rang des grands de ce monde pour prendre sa place parmi les grands producteurs, exportateurs et industrialistes de notre siècle.

  4. Cher compatriote Prof Tongele , grand merci pour vos sages conseils qui risquent d’être une prédication en plein désert tout droit dans les oreilles des sourds, Pourquoi ? Il n’y a pas eu élection comme vous l’attendez dans votre séconde patrie , Tout est redistribution de postes , nouveaux dirigeants compradores à tous les niveaux , même dans l’opposition à double visage , Lamuka Républicaine incarnée par Moses Soriano Katumbi très bien identifié par Honoré Ngbanda autoproclamé père de la résistance congolaise , et Lamuka radicale sous l’égide de Martin Fayulu, docteur en économie, ces deux courants sans vision commune de la politique à mener sur terrain nous oriente dans une confusion chimérique au grand plaisir et moquerie de metteurs en scènes qui sont le tutsipower, autrement dit nous vivons une démocratie sous un verni illusoire d’ élections de façade , un véritable trompe oeil , si nous pouvons dire le contraire , c’est peut être par manque du recul nécessaire propre aux fanatiques aveugles.

Comments are closed.