L’heure du développement de la RDC a sonné

Tongele N. Tongele
Tongele N. Tongele

Nouveaux dirigeants et leaders de la RDC: l’heure a sonné pour vous de présenter au peuple Congolais vos programmes d’actions concrètes pour le développement de la RDC. Il s’agit de vos programmes pour accélérer la reconstruction et réparations des chemins de fer et des routes afin de désenclaver les villages, villes et cites en RDC et faciliter le transport des personnes et leurs biens pour aller d’un village à un autre, d’une ville à une autre, d’une province à une autre, etc. Il s’agit pour le président de la République et son équipe de (commencer déjà à) parcourir le pays, de visiter des villages, villes et cités pour expliquer aux habitants les détails des programmes pour stimuler les jeunes à développer leurs talents pour créer des unités de productions dans tous les domaines, et devenir transformateurs des ressources naturelles en produits finis sur place. Cela veut dire présenter aux gens des programmes concrets pour stimuler des créativités aux niveaux des villages, villes, et cites; des programmes qui encouragent les jeunes filles et jeunes garçons à créer des entreprises pour faire localement des choses qui répondent aux besoins locaux. Il s’agit de faire le tour du pays et expliquer comment les jeunes seront appuyés pour s’équiper des connaissances pratiques nécessaires pour créer des entreprises capables de réparer et même tracer des routes et chemins de fer, réparer et même construire des ports et aéroports, etc. Il s’agit de vigoureusement encourager les infirmiers et infirmières qui sont souvent les seuls « docteurs » dans des villages à enseigner aux gens l’hygiène et les méthodes préventives de vie saine; encourager les jeunes médecins praticiens généralistes et spécialistes avec des bonus pour aller appuyer ces infirmiers et infirmières qui œuvrent dans des villages; encourager des jeunes pharmaciens et étudiants pharmaciens à s’imprégner des connaissances pour développer des médicaments à base des plantes médicinales abondantes en RDC, etc.

Peuple Congolais, jeunes filles et jeunes garçons, habitants des villages, ville et cite en RDC: Il y a beaucoup à faire pour vite commencer à relever les défis de l’ignorance, défis des violences et guerres, défis de pauvreté et misère, etc. Il n’y a pas de temps à perdre. Vous devez exiger d’entendre, de voir et de lire les détails des programmes d’actions concrètes pour stimuler les habitants des villages, villes et cites en RDC afin de développer des capacités de se faire des latrines propres pour éviter des maladies qui résultent des latrines sales; de se doter des eaux potables saines et éviter des maladies qu’on attrape en consommant des eaux contaminées; de se construire des maisons décentes et propres adaptées au climat et environnement du milieu.

Où sont les détails des programmes d’actions concrètes pour promouvoir la formation des électriciens et techniciens aux niveaux des villages, milieux ruraux et urbains pour qu’ils puissent résoudre le problème de la crise chronique d’électricité dans le pays? Il ne s’agit pas seulement d’appeler les firmes européennes, chinoises ou japonaises de venir étudier comment redynamiser le barrage d’Inga. Il est surtout question de présenter des programmes pour stimuler et appuyer les compétences locales. Par exemple: à côté du barrage d’Inga, la RDC a beaucoup de sources renouvelables d’énergie, mais il manque des compétences pour localement fabriquer des outils, des techniques et méthodes de production et distribution d’électricité à partir de ces ressources renouvelables. Il s’agit donc de présenter des programmes concrets pour la formation et le recyclage rapide des ingénieurs praticiens afin qu’ils commencent à fabriquer sur place des fils électriques, des ampoules, des interrupteurs, des circuits intégrés et des transformateurs, des ordinateurs, des téléphones, des appareils photographiques, des panneaux solaires, des appareils électroménagers, et pourquoi pas des pièces de rechange des voitures et d’avions, voire même progressivement fabriquer ces voitures et avions sur place?

Peuple Congolais, jeunes filles et jeunes garçons, habitants des villages, villes et cités en RDC: l’heure a sonné pour vous de comprendre que le développement est un esprit, une mentalité, une façon de vivre et de mourir. Le développement c’est apprécier sa propre dignité et ne jamais permettre à d’autres de violer cette dignité personnelle et communautaire. Le développement n’est pas l’acquisition de l’argent par vol et pillage, mais le développement vient avec l’accumulation des richesses à travers des activités économiques honnêtes qui répondent aux besoins des populations et du pays. Le développement ne vient pas avec des dons humanitaires. Le développement ne vient pas avec des organisations non gouvernementales (ASBLs). Non. Le développement c’est penser créativement; c’est imaginer par soi-même des solutions aux problèmes personnels et communautaires; c’est acquérir des connaissances, compétences et habiletés pour produire par soi-même pour soi-même ce dont on a besoin.

L’heure du développement a sonné et il faut savoir que l’un des paramètres du développement doit être le suivant: chaque année, il doit y avoir des jeunes filles et jeunes garçons dans des villages, villes et cités en RDC qui créent des petites entreprises et usines pour nettoyer les avenues, faire des pupitres pour les écoles locales, faire des latrines propres, fabriquer des aiguilles, des boutons, des montres, des lunettes et chaussures, etc. Chacun en RDC doit et devrait se poser la question suivante: « moi-même, ici et maintenant, qu’est-ce que je peux créer comme activité économique, unité de production, qui bénéficierait ma famille, mon quartier, mon village, ou ma Commune? » Et surtout vous, les nouveaux dirigeants, vous devez chaque année vous poser la question suivante: combien des unités de production, et quels types d’unités de production, sont créées chaque année par les jeunes filles et jeunes garçons de la RDC pour transformer les matières premières de la RDC en produits finis sur place afin d’éradiquer la pauvreté et le chômage? Combien des compagnies et entreprises de réparation des routes et chemins de fer sont créées par les jeunes Congolais chaque année? Combien des petites usines de production des biens manufacturés sont créées en RDC chaque année par les jeunes Congolais? Chaque année, il faut déterminer combien des ingénieurs Congolais, combien des techniciens Congolais et combien des mains d’œuvres Congolaises sont employés par des firmes étrangères qui ont gagné les appels d’offre et contrats miniers, contrats de repartions des tronçons routiers, contrats de construction des bâtiments administratifs, etc.?

Il n’y a aucune bonne raison pour la RDC de rester empêtrée dans le sous-développement. Ce n’est pas normal que les habitants de la RDC puissent habiter une terre fertile et être affamés, et que les enfants puissent souffrir de la malnutrition. Il n’y a aucune bonne raison pour les familles dans les villages et les communautés rurales de vivre dans des logis infestés d’insectes qui n’offrent ni confort ni vie privée. Il n’y a aucune bonne raison pour justifier le manque de transport et pour la plupart d’habitants en RDC de ne jamais voyager au-delà de leurs villages d’origine ou villes les plus proches. L’heure de développement a sonné. Nouveaux dirigeants Congolais: êtes-vous et serez-vous capables de relever le plus rapidement possible les défis de l’ignorance, de pauvreté et misère qui rongent les populations de la RDC? Chaque jour qui passe, chaque semaine qui passe, chaque mois qui passe, chaque année qui passe, les habitants des villages, villes et cités en RDC sont rongés par la pauvreté et la misère, mais ils attendent toujours de voir les détails des programmes d’actions de leurs dirigeants pour les mobiliser et les stimuler à sortir de leurs pauvreté et misère par les travaux de leurs mains, mais jamais ces programmes d’actions n’arrivent, et nous voici en l’an 2019… L’heure de développement de la RDC a sonné depuis très longtemps, mais est-ce que les nouveaux dirigeants seront à la hauteur de l’urgence du moment et des attentes des habitants de la RDC?

 

Par Tongele N. Tongele, Ph.D. (Docteur en génie mécanique et professeur d’université aux USA) – tongele@cua.edu

9 thoughts on “L’heure du développement de la RDC a sonné

  1. Jo Bongos@
    Pouvez-vous aider l´auteur de cette réflexion á retrouver les « programmes » proposés par les « nouveaux dirigeants » aux électeurs? Ont-ils été votés sur base de leurs programmes ?
    L´heure du développement du Congo » devrait se baser sur des idées proposées par ceux qui ont gagnés les élections…sinon á quoi bon en parler?
    L´auteur qui enseigne dans une université aux USA peut bien verifier par lui même comme D Trump est entrain de tenter de construire un mur, …comme il l´avait promis pendant sa campagne électorale.
    Les idées, les programmes… doivent preceder l´élection… Sinon ne parlons même pas de l´heure qui aurait sonné..’
    > Pire contradiction ? L´actuel président est accompagné dans ses voyages par le porte parole de Shadary. En effet, Kikaya porte parole de Shadary est l´un de ceux qui avaient fait campagne avec pour thème et programme « la continuité ». La RDC se retrouve avec une majorité massive du FCC dont le programme est la « continuité »..Continuité de l´insécurité, du chomage des jeunes (et vieux ? kie kie), de l´absence des infrastructures de communication, de l´absence des capacités militaires (la Monusco coninue sa mission) de la mauvaise gouvernance et de la corruption. En bref, Felix est le président de la « continuité »

  2. Pour que le développement du Congo-Kinshasa démarre véritablement, le nouveau président doit d’abord abandonner le projet de Kabila de construire la méga-centrale électrique de Inga 3 dans le but de fournir de l’énergie électrique à l’Afrique du Sud. Il faut savoir que Kabila est attaché à ce projet uniquement pour l’intérêt financier de la famille Kabila, alors que l’immense territoire congolais dans l’obscurité.
    Comme les colonisateurs belges, réels connaisseurs du Congo belge, avaient divisé ce pays en six régions-provinces pour des raisons économiques, le nouveau président devra équiper chacune de ces régions avec des centrales électriques pour une puissance de 1000 MW. Les investisseurs auront ainsi à leur disposition de l’énergie électrique pour exploiter le cadastre de Jules Cornet, et relancer l’économie congolaise

  3. Vous allez vite en besogne grand frère. L’heure du développement est loin de sonner. Les nouveaux animateurs n’ ont ni programme ni la légitimité nécessaire. Dans ces conditions, je ne vois pas comment ils vont fédérer les congolais pour la reconstruction du Congo. J’ai même peur que les vieux démons de division et de régionalisme resurgissent si on n’y prend garde. N’escamontons pas la vérité. Cherchons à comprendre pourqoui la démocratie et la vérité des urnes sont impossibles pour le peuple congolais

  4. Chers Compatriotes,
    L’heure de la reconstruction sonnera quand ? Il est arrivé dans certains pays que même pendant la guerre, les citoyens s’organisaient pour plusieurs projets. Certaines inventions ont vu le jour dans les contextes plus troubles. Ici, nous devons exiger de ceux qui sont aux manettes du pays une condition essentielle: la paix sur tout le territoire. Si cette paix est garantie, il faudra exiger d’autres conditions : la politique douanière, le retour sans visa pour ceux qui ont eu d’autres nationalités mais qui ont la nationalité congolaise comme celle d’origine. C’est petit à petit que l’on construit. Je ne crois pas que le mandat du président Félix Antoine, sera suffisant pour réaliser des choses plus importantes; mais cela peut arriver que les fondements sur lesquels certaines choses devront être construites peuvent être installés ou même commencer. Il faudra commencer par quelque chose, quelque part. Mais dire, il n’y a pas eu de changement, c’est la même personne peut être juste. La question est: et alors ? Nous n’allons quand même pas laissé notre pays, et l’avenir de nos enfants aux aventuriers et à ceux qui vendent leurs voix en vendant le pays et en compromettant son avenir. Il faut agir et commencer quelque part. Si le fantôme des élections continue à nous hanter, nous risquons de voir des années passer sans que nous n’ayons rien réalisé de bon dans le sens des recherches des moyens pour le développement du pays. Il est déplorable d’entendre le « candidat malheureux » dire comme programme s’appliquer à vouloir établir la vérité des urnes. Au lieu de se mettre dans l’opposition constructive. Que du temps perdu. Que Dieu nous vienne en aide.

    1. Elili@

      Dans les vielles démocraties, la gestion d´un État ne s´improvise pas. C´est pendant la campagne électorale que les congolais devaient apprendre les projets, les programmes de ceux qui ont gagnés les élections lol.
      Le FCC faisait campagne pour la « continuité », le status quo, l´immobilisme ect.. Pour Shadary, il n´y avait rien á changer… le Congo pouvait être geré comme pendant les 18 ans de Kabila.
      Aussi étrange que cela puisse être, l´actuel président va devoir appliquer la « continuité » du FCC car ne possedant pas le pouvoir.. pas de pouvoir législatif, pas de pouvoir judiciaire..rien nada.
      Le mandat de Felix c´est avec quel programme et pire quelles ressources politiques pour mettre en application ce programme?
      La « vérité des urnes », c´est aussi un programme… car il suffit d´apprendre comment les mandats des gouverneurs se negocient pour se dire que la « vérité des urnes » est necessaire afin de construire un État digne de ce nom.
      On aimerait en savoir plus sur le programme de Felix.. et comment compte-t-il imposer ce programme face á une majorité qui est entrain de faire allegeance á Kabila ?
      Ceux que Elili@ qualifie d´aventuriers ne sont que la consequence de l´absence de la « vérité des urnes »… paradoxe !

  5. Le développement est possible tout dépend de notre vision et conception mentale, la Rdc n’est pas une propriété privée de Felix- Kabila ,Nous avons opèré le choix de notre avenir avec complaisance et légèreté , il faut savoir ce que l’on veut ;il ne suffisait pas de réclamer expréssement le départ de Mobutu ,Il était parti par la force de souhaits collectifs , après c’était les pleurs et grincements de dents, désirer l’alternance ne suffisait pas , nous l’avons eu de la manière que l’on connaît ,tous ces deux changements de règimes voulus par nous démontrent à suffisance que nous sommes capables de désirer un changement majeur et l’obtenir, passons l’étape de nous focaliser sur les individus , j’estime à mon humble avis que nous posons mal nos demandes à DIEU ,je souhaiterai que nous puissions tous désirer ardemment la bonne gouvernance politique et économique dans notre conscience, afin que nous puissions bénéficier des dividendes du développement tel que prôné par l’eminent prof Tongele ,c’est POSSIBLE.

    1. THEORIES ACADEMIQUES FACE A LA REALITE POLITIQUE
      Le pire pour ceux qui sont des « academiciens », c´est des « théories livresques » qui ne peuvent pas s´appliquer dans le concret, Chez les academiciens militaires on parle .. par exemple d´EBO (Effect Based Operation).. Les militaires font l´application des théories academiques dans le concret, en verifiant la validité de la théorie. Tandis que ce prof est très éloigné de la réalité du Congo où une majorité du FCC a pour programme « la continuité de la mauvaise gestion » de l´Etat. Tout n´est pas possible tant que nous refusons de comprendre que les « effets » sur le terrain ne vont pas changer avec des combines, avec la tricherie et la dictature. Dieu a tourné le dos aux congolais parce qu´ils ne souhaitent que rester dans des théories impossible á appliquer.. Les miracles n´existent pas en politique et dans la gestion d´un État.

  6. Chers Compatriotes,
    Je comprends bien ce que Ghost mais j’aimerai bien attirer son attention sur ce qu’il écrit. Il écrit : « Dans les vielles démocraties, la gestion d´un État ne s´improvise pas ». Eh bien rien qu’ici, nous avons à dire. Le Congo est-il une démocratie ? Elle ne peut pas être une vielle démocratie, et même actuellement nous ne savons pas ce que serait la démocratie congolaise. Il continue « C´est pendant la campagne électorale que les congolais devaient apprendre les projets, les programmes de ceux qui ont gagnés les élections lol ».
    Cher Ghost, c’est ici l’idéal de la démocratie qui est encore à construire. Pouvez-vous me donner les programmes des partis politiques congolais ? Si vous en avez, personnellement je n’ai jamais entendu un discours programme des partis politiques congolais. Et comment les partis politiques sont formés au Congo ? Voilà un problème que nous avons au Congo. Le Statu quo du FCC n’est pas un programme. C’est juste une acceptation d’une situation de fait, et suivre ceux qui dirigent une maintenance du peuple dans la misère, et une boutique de vente des matières premières pour leur enrichissement politique. Pour me reprendre de façon plus caricaturale. Le Congo est un coffre à matières premières, ayant pour gardien le Raïs avec ses mercenaires, sur un territoire occupé par les habitants soumis à la loi du terrorisme afin qu’ils ne puissent ni parler, ni réclamer des droits, ni améliorer leurs conditions de vie. Shadary ne pouvait pas avoir un programme. Je me demande quand il savait lui-même qu’il allait devenir dauphin de l’autre. Le FCC avait-il un programme, à l’exception de celui d’avoir le pouvoir pour le pouvoir afin de maintenir ses barons dans les conditions de jouisseurs des richesses que leur apportent les produits miniers ?
    Le président actuel avec son équipe peut faire la différence sur des détails qui peuvent être déterminants. Mais à lui et ses conseillers surtout en matière de sécurité, de politique internationale, d’affaires sociales et des finances. Mais n’oublions pas que ce n’est pas le président qui fait des lois. Lisez bien ma phrase, je dis bien : « peut », est-ce qu’il va le faire ? C’est une question fondamentale quand nous ne savons pas avec certitude dans quelle situation réelle il se trouve. Nous voyons tout de l’extérieur. « Aussi étrange que cela puisse être, l´actuel président va devoir appliquer la « continuité » du FCC car ne possedant pas le pouvoir.. pas de pouvoir législatif, pas de pouvoir judiciaire..rien nada », ce que vous dites ici est la triste réalité. Mais cette triste réalité peut être déjouée si et seulement si autour du président il existe des personnalités qui veulent bien que les choses changent et qui ont des crampes pour trouver que cette situation est inacceptable pour eux.
    « Le mandat de Felix c´est avec quel programme et pire quelles ressources politiques pour mettre en application ce programme? », votre question ici est pertinente, et elle ne concerne pas uniquement le président, elle concerne tous les partis politiques congolais. Ils sont quelles ressources politiques….?
    « La « vérité des urnes », c´est aussi un programme… car il suffit d´apprendre comment les mandats des gouverneurs se negocient pour se dire que la « vérité des urnes » est necessaire afin de construire un État digne de ce nom ». Cher Ghost, avec tout ce que vous venez d’écrire que je partage, je n’arrive pas à comprendre comment la vérité des urnes concernant les élections présidentielles passées peut devenir un programme pour un candidat déclaré perdant de ces élections. Prenez votre questionnement précédent, appliquez-le vous-même à l’attitude sur la vérité des urnes, vous verrez que rien ne tient.
    Le programme de Félix devrait être exposé dans son discours devant le parlement et le sénat sur l’Etat de la Nation congolaise. L’a-t-il déjà fait ? Va-t-il le faire ? Je n’en sais rien. Si Kabila n’a jamais eu de programme pour la gestion du Congo, autre que la vente des mines pour avoir de l’argent, s’enrichir et enrichir ses mercenaires et traîtres du peuple, comment Félix pourrait-il en avoir un maintenant ? Je ne suis pas dans cette illusion il serait mieux que les faits me contredisent. Je ne vois pas comment Félix ferait-il pour sortir de ce carcan où il se trouve. Ne nous berçons pas d’illusions. Mais une chose aussi est certaine, les hommes qui veulent que les choses bougent en arrivent toujours à retrouver des ressources nécessaires pour arriver à leur fin. Est-ce que le cas avec les conseillers de Félix ?Je ne peux ni le confirmer, ni l’infirmer.
    « Ceux que Elili@ qualifie d´aventuriers ne sont que la consequence de l´absence de la « vérité des urnes »… paradoxe ! » Elili n’a jamais qualifié qui que soit d’aventuriers, c’est Kabila Père qui a utilisé ce concept en parlant de ceux qui l’ont porté jusqu’à Kinshasa. Conséquence de l’absence de la « vérité des urnes », cette vérité des urnes pose problème depuis 2006, en passant par 2011. La « vérité des urnes » est une affaire de la CENI, cela ne peut, de mon point de vue, constituer un programme politique. Cette vérité des urnes une fois respectée, nos politiciens respecteraient leurs engagements ? Eh bien nous avons des exemples dans les pays de vielles démocraties. C’est pourquoi quand les vieux Congolais disent: « mwana oyo azali na politique ». Eh bien cela veut dire que vous êtes un menteur éhonté. Les Congolais ont un défi énorme de se libérer pour travailler au profit de leur pays. Que Dieu nous vienne en aide.

Comments are closed.