L’inanité des finances publiques.

Nos intellectuels ne sont pas les seuls à souffrir d’inanité. Il en est de même des finances du pays. Malgré les fanfaronnades d’un récent communiqué de la BCC (Banque centrale du Congo), les « caisses de l’état » ont été vidées.

Depuis plusieurs mois, des budgets de l’Etat ont été utilisés pour d’autres dépenses que celles prévues dans la loi des finances. Le gouvernement a laissé s’accumuler les impayés, ce qui n’a pas empêché ce même gouvernement de s’octroyer des indemnités de sortie scandaleuses. En outre, il a été fait main basse sur les trésoreries des entreprises publiques.

Résultats: des milliers d’employés ne sont plus payés depuis des mois, de nombreux fournisseurs arrêtent les prestations de travaux et de livraisons et il y a un risque de pénuries de médicaments.

Quelle est la destination de ces malversations? La CENI dont la gestion opaque a permis à Nangaa et ses complices de s’enrichir? Les achats d’armes dont une partie arriveront dans les mains de « groupes armés »? Ou simplement pour enrichir d’avantage quelques criminels en col blanc Probablement un mélange des trois.

Si le Président nommé aura bien quelques soucis, la population – y compris les sympathisants de l’UDPS – risque de payer un plus lourd tribut. Il n’est pas exclu que les cupides/incompétents de l’actuel ou du futur gouvernement soient tentés de faire tourner la planche à billet pour pouvoir en détourner rapidement une grande partie (avant la dévaluation qui en résultera). Ce qui provoquera une dépréciation du franc congolais dont la population sera à nouveau la principale victime.

En attendant, les protestations et les mouvements de grève se multiplient.

Le proche avenir se montre sombre. Suite à la chute des cours du cuivre et du cobalt et des mauvaises relations avec les sociétés minières, les recettes d’exportation chutent et les maigres réserves, résultant principalement du non-paiement des dettes en devises vont fondre rapidement et mettront en péril les importations.

Serait-on dans une nouvelle phase de la stratégie du chaos, économique et social cette fois?

Ces manœuvres de nos criminels en col blanc violent toutes les lois régissant les finances publiques et rendent le pays quasiment ingouvernable par manque de moyens financiers. Il sera impossible de répondre positivement aux mouvements de protestation qui s’amplifient. Il sera impossible de payer à brève échéance les employés privés de salaire depuis un grand nombre de mois dans divers organes relevant du gouvernement. Même les sympathisants de l’UDPS s’en rendront compte très rapidement.

Dans ces conditions, que faire en vue de protéger un tant soit peu la population?

Pression devra être faite sur FT pour que même en l’absence de moyens financiers il tente d’arrêter l’hémorragie.

Pour cela il pourrait actionner la seule arme dont il dispose: l’inspection des finances qui a été rattachée à la Présidence par Kabila il y a quelques années.

L’inspection des finances pourrait rapidement dresser un état des lieux et devrait en priorité comporter un audit de la chaîne des dépenses et des régies financières. Un tel audit devrait être réalisé avec l’appui de cabinets à réputation internationale.

Il pourrait également faire auditer les sorties de fonds des 12 derniers mois.

Tout paiement fait par le gouvernement pourrait être soumis, comme à l’époque de Muzito – alors Premier ministre – à l’autorisation de la Présidence. Idem pour toute transaction/contrat au-delà d’un certain seuil. Les dossiers élaborés par Luzolo Bambi devraient être relancés et publiés.

Avec très peu de moyens, de tels audits pourraient être réalisés à très brève échéance. En publiant les résultats de ces audits, il pourrait aussi concrétiser son soucis déclaré de transparence.

On aurait ainsi un test de la volonté et de l’habileté politique de FT et de sa marge de manœuvre réelle qui semble être encadrée de manière serrée comme il l’a été par sa veste pare-balles.

A défaut de faire un malaise, Il risque cependant d’être à son tour frappé par une inanité paralysante.

 

Par Jean-Marie Lelo Diakese

4 thoughts on “L’inanité des finances publiques.

  1. Cher Compatriote Lelo Diakese,
    La Véritable Parole Divine déclare Livre de Jérémie 12 : 5 « Si tu cours avec des piétons et qu’ils te fatiguent, comment pourras-tu lutter avec des chevaux ? Et si tu ne te crois en sûreté que dans une contrée paisible, que feras-tu sur les rives orgueilleuses du Jourdain ? »…
    Ça saute aux yeux, le petit coureur de marathon Limete-Kingakati via Kigali, le traître, collabo, corrompu Félix Antoine Tshilombo aka Philippe Pétain du Kongo ne saura en aucun cas « réformer » le Kongo, s’il s’entête en suivant une autre feuille de route qui contredit ses partenaires politiques Tutsi Nilotiques Rwando-Burundo-Ougandais, il suivra six pieds sous terre son feu géniteur car les Occupants Tutsi Power ont d’autres visées hégémoniques au Kongo que Tshilombo-Pétain président nommé connaît exactement car il a pactisé avec eux en conscience…
    Ne nous leurrons pas le nettoyage des écuries d’Augias par les « audits » des entreprises publiques de l’État Kongolais, par le recensement général ou identification nationale pour séparer le Blé « Vrais Kongolais » de l’Ivraie « Kongorais », par la libération logique des prisonniers politiques personnels de alias Joseph Kabila ne se feront jamais sous le quinquennat d’un Président nommé par un imposteur usurpateur d’identité Kongolaise qui s’arc-boute derrière son pantin, sa marionnette de l’Udps familiale…
    Nous vous citons « Avec très peu de moyens, de tels audits pourraient être réalisés à très brève échéance ». L’ex pizzaiolo de Bruxelles qui succède à un taximan venu de Dar-es-Salam ne réalise pas que le Kongo est un pays sans « réserves monétaires légales » pour faire face aux imprévus budgétaires car pillé par les multinationales. Sa mine patibulaire à chacune de ses sorties publiques prouve qu’il (Tshilombo-Pétain) ne saura regimber les aiguillons de la mort lente de l’État Kongolais…
    Avant les élections pièges à con, la Diaspora Combattante Résistante avait prévenu les 20 candidats nommés par la CENI pro Rwanda qui participaient à ces parodies électorales qu’vec ou sans la machine à voter, les organisateurs Occupants Tutsi Power décideront de l’issue de ce scrutin vicié en amont et en aval, aucun d’eux n’a boycotté ces simulacres d’élections…
    Alors que le budget prévisionnel de la CENI pro Rwanda aurait été moindre, l’intrépide Corneille Nangaa a exagéré l’autofinancement de cette aventure électorale qui accouche d’une souris. En prime les Kongolais se retrouvent devant un fait accompli, les Tutsi Nilotiques Rwando-Burundo-Ougandais ont misé sur un « inapte intellectuel » pour contrer la colère du Peuple Souverain Primaire… Jusqu’à quand ?
    Chaque famille Kongolaise a le devoir sacré de s’opposer à la dérive fanatique aveugle des suppôts de l’Udps familiale qui applaudissent vaille que vaille ce 2e président militairement nommé de l’occupation étrangère Tutsi Power sinon c’est l’inanition de la Nation Kongo sûre et certaine…
    Vive la Résistance Kongolaise ! Vive le soulèvement populaire éboulement final pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par les Tutsi Power. La luta continua la Victoria e certa. Ingeta

  2. @M. Diakiese,
    Quand on dit qu’on ne peut résoudre un problème avec celui qui l’a créé, cela sous-entend que celui qui a créé le problème avait des bonnes raisons de le faire. Ce n’est pas un acte accidentel mais délibéré. Ainsi, il est logiquement disqualifié pour prétendre le résoudre.
    La seule façon de mettre fin à ce désordre organisé est de lancer des poursuites. Mais on nous explique qu’il n’y aura aucune poursuite car les criminels et les pillards sont devenus des partenaires avec lesquels il faudra redresser le pays.
    ** Les voleurs vont aider l’état à renflouer les caisses
    ** Les assassins vont aider les victimes à se reconstruire
    ** Les occupants vont participer à libérer le pays
    ** Les violeurs vont aider Mukwege à l’hôpital de panzi
    Bref, les médiocres vont aider la RDC à viser l’excellence

  3. Le nouveau président de la république nommé ou élu a déclaré à plusieurs reprises qu’il n’y aura point de chasse aux sorcières.Les audits ne sont donc pas utiles pour lui car les pilleurs d’hier sont devenus ses partenaires dans l’alternance bidon.On devra s’attendre à revoir les Mende et autres au gouvernement des partenaires.Les dernières nominations à la DGM devraient nous édifier.Bientot les réjouissances des combattants ne seront plus qu’un vieux souvenir.

  4. Suggestion à Felix TSHISEKEDI: création d’une autorité nationale d’audit, de contrôle et de suivi, placée sous l’autorité du président de la République.
    Première investigation à mener: pas de porte perçus dans le secteur minier et leur destination.

Comments are closed.