Manifestation anti-« Kabila »: Kinshasa aux allures de « ville morte »

Suite à l’appel lancé par le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, la manifestation organisée afin d’exiger le départ de « Joseph Kabila » avant le 31 décembre prochain, est diversement suivie aux quatre coins du pays. Les sbires de « Joseph Kabila » encerclaient depuis mardi soir le domicile de Félix Tshisekedi Tshilombo. Objectif: étouffer la manifestation.

« Lelo bato basali mosala te! ». Traduction: « tout est fermé aujourd’hui ». C’est la réponse obtenue par l’auteur de ces lignes auprès des Kinois joints dans plusieurs communes populaires de la capitale congolaise.

Selon Eric Bilale, conseiller juridique du président du Rassemblement, la résidence de Félix Tshisekedi Tshilombo est assiégée, depuis mardi soir, par des policiers et des éléments de la garde prétorienne de « Joseph Kabila », les fameux « GR ». Celui-ci tente de l’empêcher de prendre la tête de la manifestation. Les voisins font état de tirs de grenades lacrymogènes et à balles réelles. « Des blessés sont à déplorer », note-t-il.

A midi, on apprenait que des policiers cagoulés tentaient de forcer l’entrée du domicile de Tshilombo. Des « GR » seraient en route vers l’université de Kinshasa. On signale plusieurs arrestations. C’est le cas notamment du député Olivier Endundo.

Atmosphère de "ville morte"
Atmosphère de « ville morte »

Des sources confirment qu’il règne une atmosphère de « ville morte » aux quatre coins de la mégalopole congolaise. Quelle est la situation dans les provinces?

A Kananga, Kasaï Central, Denis Mukongo, responsable provincial du parti « MR » aurait reçu une balle à la jambe. Des manifestants ont été dispersés.

A Mbandaka, province de l’Equateur, 32 militants du mouvement citoyen « Lucha » (Lutte pour le changement) ont été interpellés « au cours d’une marche pacifique pour réclamer la démission de Kabila », précise-t-on.

A Goma, au Nord Kivu, des jeunes manifestants ont été dispersés à coup de gaz lacrymogène et des tirs à balles réelles. Le nombre de victimes n’est pas encore signalé.

On rappelle que le journaliste Daniel Safu et son chauffeur ont été « enlevés » mercredi soir. Il se confirme que l’opération a été menée par des agents de l’ANR (Agence nationale de renseignements). On peut gager que l’ordre de cette arrestation arbitraire émanait du « James Bond national » Kalev Mutondo.

Des Kinois contactés au téléphone, au début de l’après-midi, sont unanimes à reconnaitre les « faiblesses » des « manifestations pacifiques ». « Il est temps que les opposants cessent de se présenter en ‘agneaux à immoler’ face aux fameux ‘Bana Mura’ déguisés en policiers… », tonnait un de nos interlocuteurs.

 

B.A.W.
© Congoindépendant 2003-2017

8 réflexions au sujet de « Manifestation anti-« Kabila »: Kinshasa aux allures de « ville morte » »

  1. Le rassemblement crée en Genval en Belgique n’a pas réussi à Federer l’ensemble de l’opposible pour plusieurs raisons, mais la principale raison de son échec, c’est de n’avoir pas pu élaborer une stratégie cohérente susceptible inverser les rapports de force après le retour d’Étienne Tshisekedi á Kinshasa alors que celui qui se fait appeler Kabila était aux abois. Aujourd’hui, Kabila et ses courtisans ont repris du poil de la bête par la naïveté de Felix Tshisekedi qui n’a pas compris que son alliance avec Katumbi etait une approche irréaliste voire mortifère. Comme la communauté internationale a pris acte concernant le calendrier électoral, l’opposition doit maintenant se mettre en ordre de bataille plutôt que de continuer à réclamer le départ de Kabila. Il faut faire preuve de pragmatisme et du réalisme, il est temps d’éviter les approches chimériques qui ne conduisent qu’à l’impasse.

    1. BIEN DIT CHER AMI. FELIX TSHISEKEDI ET SES COLLEGUES DU RASSOP DEVRAIENT CESSER DE REVER ET DE MONTER DES ENCHERES N’ABOUTISSANT QU’EN ECHEC. LEUR « LOGIQUE » RESTE L’APPLICATION DES ACCORDS DE SYLVESTRE (BIENTOT CADUCS) AVEC PRIMATURE POUR FELIX

      CES MARCHES (SANS FELIX DANS LA RUE) ET VILLES- MORTES DONT L’ISSUE STERILE EST TOUJOURS PREVISIBLE MONTRENT A QUEL POINT FELIX MANQUE D’IMAGINATION ET STRATEGIES. PIRE, ILS ETALENT A QUEL ENSEIGNE LE RASSOP GASPILLE LES ENERGIES QUI DEVRAIENT SE FOCALISER SUR LA VICTOIRE AUX ELECTIONS D’ICI 12 MOIS ET A DEJOUER LES MAGOUILLES EN COURS DE NANGAA AU NOM DE SON CLIENT KABILA ET SA BANDE PPRD.

      TENEZ: LE MEME FELIX AVAIT NAIVEMENT OUVERT LA PORTE AU REPORT DES ELECTIONS EN DECLARANT OUVERTEMENT RECEMMENT QU’IL ACCEPTERAIT LE REPORT DES ELECTIONS EN JUIN 2018 (ET DONC PAS AU 31 DEC) ET UNE TRANSITION SANS KABILA (ENTENDEZ AVEC FELIX COMME P.-M.). DEVINEZ ALORS LA SUITE DU FELON-FELIN DE KINGAKATI ET « SON NANGAA ».

  2. qu’on se le dise, le fameux Rassemblement créé est à la base de tout échec cuisant observé actuellement dans toutes manifestations programmées ou toutes stratégies prises par l’opposition.
    Depuis que ce rassemblement existe, c’est la désunion totale de l’opposition. La preuve est que le même mot d’ordre est donné par le président du rassemblement et par les présidents des partis membres de cette plateforme et cela crée de situation perplexe.
    Il est temps de revoir les stratégies pour de meilleures alliances qui mèneront à des résultats probants. Sinon, c’est du temps perdu d’une part et, gagné de l’autre.

  3. Tant quevous compterezsur les opposants Congolais , vousvous induirez en erreur et le congo sera toujours foutu dans la merde. Les gens doivent comprendre qu ´ils sont tous les oiseaux de même plumage et jouent un jeu de mauvais goûtcontre le peuple. C`est ainsi que nous parlerons plutôt de l´article 64 et de la présidence de la république pouvoir au peuple. Tout le monde connait ,mais personne en parle,on commente vite un message infructueux des opposants, mais on feind de ne rien avoir entendu quand il s´agit du message de la PRPP. Molo molo, nous allons y arrivé, communauté internationale, opposition et Kabila et alliés jouent tous le m~eme jeu. Chacun d´eux gonfle ses comptes etles congolais croupissent dans la misère, et meurent comme des cobailles, même les presses sont hypothéquées. Mais le plus important ce que la vraie lutte est là, et les jours sont à compter pour que prenne fin cette vaste blague.merci

  4. Il faut certes que ceux qui veulent le changement et donc opposés à « la présidence à vie de ‘JK’ ou de son ‘système' » continuent à user des « manifestations et toute autre preuve de contestation » contre la ‘dictature’ ; encore que tout cela soit bien organisé et réponde à un objectif, à une stratégie bien réfléchies…
    « Organisé »!? Il y’a moyen de faire mieux notamment pour les dirigeants prendre le courage d’être présents en tête des cortèges pour ainsi mobiliser plus dans la population (encore une fois F Tshilombo s’est trouvé une raison pour ne pas être là et ce sont toujours les mêmes, Fayulu, Kabund, Ewanga… qui moflent aux violences de la soldatesque du régime…) et aussi monter des vrais fronts divers dans une ville comme Kinshasa…
    Un objectif et une stratégie réalistes, efficients ? Tout le monde sait qu’il sera difficile sauf contestation massive dans la rue (quelques centaines des milliers en une fois dans Léo ou quelques milliers des jours de suite…) d’obtenir une ‘transition sans ‘JK’ càd son départ avant la date prévue pour les élections ou encore d’avancer le calendrier des élections… Alors une stratégie réaliste doit en tenir compte :
    – Manifester pour signifier sa désapprobation d’un pouvoir arbitraire qui continue à réprimer, embastiller, priver de leurs droits et libertés les opposants et tous les Congolais qui contestent leurs choix
    – Mais en même temps avoir à l’esprit qu’à l’allure où l’on va, ce sont encore demain des scrutins qui seront traficotés d’une façon ou d’une autre pour qu’au mieux un ‘successeur du choix du régime’ soit de nouveau promu…
    – Alors l’opposition doit d’ores et déjà mettre en oeuvre tout dispositif possible pour que ces élections soient les plus transparentes et les plus équitables possibles, qu’elle n’y aille perdante à l’avance faute d’avoir pris soin de ‘démocratiser’ les conditions … Ce travail doit commencer maintenant et concerner toutes les étapes du scrutin (de l’enrôlement, du fichier électoral au dépouillement…) et pourquoi pas avec l’aide de la Société civile comme la Cenco qui dispose des structures de préparation et de surveillance des élections..

    Au-delà de toutes ces précautions une première arme reste incontournable : l’unité de l’opposition politique et sociale dans leur principe à bouter dehors ‘JK’, dans leurs actions pour en plus mieux sensibiliser, conscientiser et mobiliser les populations vers la contestation et enfin leur union la plus large et la plus réfléchie qu’ils peuvent dans les candidatures notamment une candidature concertée (négociée à l’avance sans tabous sur les concessions (de) et les rétributions à chacun selon ses forces et faiblesses sur l’échiquier national) à la présidentielle…
    La possibilité de victoire, le changement sont à ce prix…

  5. L’appel de l’UDPS d’envahir les rues de Kinshasa fut une blague, un amateurisme qui ne dit pas son nom . On ne combat jamais une dictature avec des villes-mortes .

    1. Comble du ridicule, le Rassop (donc surtout l’UDPS) appelle encore les Congolais a descendre dans les rues ou a rester a la maison (« Ville Morte ») le 19 Decembre afin de continuer la pression (sur Qui?) pour l’avenement d’une « Transition sans Kabila ». Devinez alors comment ce que ce Voyou entend riposter.

      L’adage Anglo-Saxon dit ceci: La marque d’un IDIOT est de « continuer a faire la meme chose, y echouer, mais repeter en esperant un meilleur resultat. »

      Mais les Congolais ne sont pas dupes: Felix et ses amis ne veulent pas de ces Elections si tot, car n’ayant ni strategie, ni moyens pour les gagner. A travers ces pressions de rue (dont se derobe curieusement et chaque fois Felix), ils visent un autre « Dialogue » qui ne dit pas son mom, pour decrocher la Primature !

  6. Pourquoi l’opposition en RDC n’arrive toujours pas à mobiliser le peuple plus précisément dans la ville de Kinshasa où la population est estimée à 10 millions d’habitants, soit disant. Cette situation doit faire réfléchir nos jeunes regroupés au sein de la société civile, car les politiciens actuels à cause de leur malhonnêteté et de leur médiocrité sont totalement inaudibles auprès du peuple. Même la constitution qu’ils évoquent toujours à travers l’article 64, qu’est ce qu’elle rapporte au peuple? Surtout quand ce dernier voit défiler devant eux des politiciens qui passent leur temps à se remplir les poches grâce au vol, à la corruption et n’ont jamais votés au parlement une seule loi à caractère social, donc une classe politique de piètre qualité composés en grande partie par des bandits. La solution passe par l’avènement d’une autre classe politique, donc une classe politique de qualité qui changerait complètement de stratégie de lutte avec un discours mobilisateur plus proche des aspirations du peuple comme actuellement au Togo. A l’avenir il faut bâtir une vraie démocratie avec des institutions représentées par des dirigeants honnêtement choisis par le peuple. Pour y parvenir, d’abord cesser définitivement avec ce système maffieux qui met en premier lieu (l’argent) comme condition d’éligibilité pour les élections, car ce système empêche surtout l’émergence des hommes de qualité comme candidats parce que dépourvus des moyens financiers. D’où le parrainage des candidats est plus que necessaire.

Les commentaires sont fermés