Mbuji-Mayi: Tshibala ou l’homme qui croyait en ses propres mensonges…

En séjour, depuis mercredi 7 novembre, au chef-lieu du Kasaï Oriental, le fief historique de l’UDPS, le Premier ministre Bruno Tshibala Nzenzhe n’a pas dit la vérité à la population venue l’accueillir.

A quelques deux semaines du lancement de la campagne électorale notamment pour l’élection présidentielle, le « Premier » Bruno Tshibala Nzenzhe est au chef-lieu du Kasaï Oriental. On imagine que la population venue l’accueillir s’est mobilisée « spontanément » comme le PPRD-FCC en a le secret.

Les Kasaïens venus accueillir l’ex-bras droit d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba n’ont pas manqué de développer l’urticaire en entendant l’ancien secrétaire général adjoint de l’UDPS et rapporteur du « Rassemblement » inviter la population du « Grand Kasaï à soutenir les actions » de « Joseph Kabila » « en vue du développement intégral de cette partie du pays ». C’était lors d’un speech prononcé à la sauvette à partir d’une tribune érigée au parking de l’aéroport.

Tshibala dont la mission consistait manifestement à « déblayer » le terrain avant la venue du « dauphin », a présenté celui-ci en demandant un « soutien total », en sa faveur, aux habitants du Kasaï Oriental « en vue d’un développement efficient tant attendu ». On croit rêver!

Nommé « chef » du gouvernement en mai 2017, Tshibala, dont le train de vie a changé, ne rate que rarement l’occasion d’exprimer sa gratitude à son « bienfaiteur ». A Mbuji-Mayi, l’homme a respecté cette « tradition » en rendant un « hommage mérité » à « Kabila » non seulement pour l’avoir promu Premier ministre mais aussi « pour la priorité qu’il accorde aux problèmes cruciaux liés à l’émergence de cette partie » du pays.

Selon lui, le gouvernement actuel est une « cohabitation » entre « majorité présidentielle » et l’opposition. Et ce conformément à l’une des recommandations de l’Accord de la Saint Sylvestre. Aussi, a-t-il invité la population à s’aligner dans la logique de ce qu’il considère comme étant « l’aboutissement d’un combat politique de longue haleine devant conduire au développement du Grand Kasaï ».

Emmanuel Shadary, le « dauphin »

MISÈRE AMBIANTE

Les faits étant têtus, Bruno Tshibala a fini par admettre la misère ambiante. Il a constaté les « problèmes qui rongent le Grand Kasai ». Ici, la population n’a pas accès à l’eau courante. Encore moins à l’électricité. L’emploi, mêmement. Inutile de parler de soins de santé et d’une éducation de qualité ou encore des infrastructures de base.

Comment Bruno Tshibala peut-il inviter la population du « Grand Kasaï à soutenir les actions » de « Kabila » « en vue du développement intégral de cette partie du pays » alors que l’homme n’a rien fait en dix-sept années? Comment ce dernier pourra-t-il mener ce « développement intégral » du Kasaï Oriental alors que son dernier mandat a expiré depuis le 19 décembre 2016? Tshibala n’aurait-il pas dû énumérer les réalisations accomplies par le Président sortant avant de présenter le « dauphin » en « continuateur » de cette « oeuvre »?

Comment Tshibala peut-il franchement demander à la population de cette partie du pays de donner un « chèque en blanc » en accordant un « soutien total » à Emmanuel Ramazani Shadary alors que depuis sa désignation, il y a trois mois, ce dernier peine à esquisser les valeurs autant que les priorités devant lui servir de balises? Tshibala n’a-t-il pas confondu ses intérêts particuliers avec celui du plus grand nombre?

Tshibala n’a pas dit la vérité aux Kasaïens lorsqu’il a prétendu que « Kabila » accorde la priorité « aux problèmes cruciaux liés à l’émergence » du Grand Kasaï. On comprend qu’il n’ait pas été capable d’administrer des preuves.

L’ex-opposant passé dans le camp kabiliste n’a pas non plus dit la vérité aux Kasaiëns en qualifiant l’exécutif actuel de « gouvernement de cohabitation » entre la « majorité présidentielle » et l’opposition. En France, le concept « cohabitation » suppose la contradiction politique entre les majorités présidentielle et parlementaire. Est-ce le cas à Kinshasa où la mouvance kabiliste a fini par phagocyter les ex-opposants au sein du Front commun pour le Congo?

Etienne Tshisekedi wa Mulumba n’a pas manqué de se retourner dans sa « dernière demeure » en entendant son ancien bras droit présenter le ralliement à l’adversaire d’hier par quelques opposants opportunistes comme étant « l’aboutissement d’un combat politique de longue haleine devant conduire au développement du Grand Kasaï ». Quelle escroquerie!

Bruno Tshibala n’a pas dit la vérité à Mbuji-Mayi. Il y a lieu de craindre qu’il récidive à Lusambo au Sankuru, à Kananga au Kasaï Central, à Mwene-Ditu, à Ngandajika et à Katanda au Kasaï Oriental où il serait attendu…

Au moment de boucler ce « papier », on apprenait que le candidat du FCC Ramazani Shadary – qui est arrivé jeudi à Mbuji-Mayi – n’aurait pas pu tenir son meeting au nouveau stade Kashala Bonzola. Motif: une pluie orageuse. Les mauvaises langues y ont vu un signe de la Providence…

 

Baudouin Amba Wetshi

3 réflexions au sujet de « Mbuji-Mayi: Tshibala ou l’homme qui croyait en ses propres mensonges… »

  1. ETwM doit se retouner dans sa tombe en ecoutant ce TRAITRE de Bruno Tshibala exhorter les Kasaiens de soutenir l’Imposture Tanzanienne au sommet de notre Pays, et leur bourreau Shadary Ramazani sous sanctions de l’UE.

    Tout ceci afin que Tshibala se remplisse le ventre. Quelle honte alors pour les Kasaiens d’avoir comme « frere » ce valet de du Voyou de Kingakati et son planton Nehemie Mwilanya qui dicte tout a Tshibala inclu mensonges a dire!

  2. > LA PLUIE..

    Symbole de fertilité semble-t-il ? Mais au Congo, quand on visite une ville et que la pluie s´invite en tombant sur vous, c´est un mauvais signe.

    Le candidat du FCC Shadary s´est retrouvé sous la pluie au Kasai comme si les forces élementaires deplacées partout depuis les massacres dont sont les auteurs les proches de Kabila n´apprecient pas cette visite.

    Une campagne électorale ? Pas surprenant de retrouver Tshibala en première ligne au Kasai, comme si le seul fait d´être « muluba » ferait de lui celui qui devait « introduire » Shadary dans cette province où les crimes du PPRD sont toujours d´actualité.
    Tshibala cacique de l´UDPS n a jamais été élu au Kasai.. il est avant tout « kinois » kie kie. En tout cas, la pluie a été si efficace que le meeting de Shadary dans un stade est un fiasco !

Les commentaires sont fermés