Me Guylain Mafuta: « Bemba est plus Congolais que certains gouvernants du pays »

Avocat au barreau de Bruxelles et à la CPI (Cour pénale internationale) l’avocat Mafuta Laman fait partie des cadres du MLC (Mouvement de libération du Congo) de Jean-Pierre Bemba Gombo. Depuis mardi 12 juin, le « chairman » est libre. Et ce après avoir enduré dix années derrière les barreaux de la prison de Scheveningen à La Haye. « Guylain » est apparu évasif à la question de savoir si le « chairmain » avait déjà rejoint sa famille à Rhode-Saint-Genèse.

Jean-Pierre Bemba Gombo est libre depuis mardi soir. Vous êtes juriste de formation et cadre du MLC, quel est votre sentiment en ce moment?

C’est un sentiment d’immense joie et de soulagement.

Dix années passées derrière les barreaux constituent une dure épreuve pour n’importe quel être humain. Dans quel état se trouve Bemba Gombo au plan physique et mental?

Vous avez sans doute eu l’occasion de voir Jean-Pierre Bemba lors de ses comparutions à la CPI. C’est quelqu’un qui reste digne. C’est aussi quelqu’un qui est mentalement solide. Inusable. J’imagine que ces attitudes découlent au fait qu’il savait que la vérité et la justice allaient tôt ou tard triompher. Il savait que le procès qui lui est fait était injuste. Son nom a été sali pendant des années. La justice a rétabli son honneur. Maintenant, il doit se reposer pour travailler sur son destin qui est de diriger le « Grand Congo ».

N’allez-vous pas un peu trop vite en besogne?

C’est le meilleur candidat de l’opposition à la prochaine élection présidentielle. Jean-Pierre Bemba a plusieurs qualités par rapport à d’autres prétendants. Il faut le dire et le souligner que c’est une personne expérimentée qui a déjà eu à diriger ce pays en tant que vice-président de la République. Il connait les rouages de l’Etat. Il fait partie de ceux qui ont milité pour la démocratisation de notre pays.

Avez-vous eu un quelconque contact avec Bemba depuis qu’il a quitté la prison de Scheveningen?

Il faut savoir qu’il a besoin de repos. Après dix années d’incarcération, il a besoin de recréer son espace psychologique et mental. Sans oublier qu’il a besoin de retrouver son épouse ainsi que ses cinq enfants qu’il n’a pas vu grandir. Le moment viendra où il va réunir les cadres de son parti pour préparer la bataille qui pointe à l’horizon.

Des sources proches du pouvoir kabiliste murmurent que Bemba serait titulaire d’un passeport belge. Qu’en dites-vous?

Ça devient ridicule! Au lieu de raconter des histoires ubuesques, les autorités congolaises devraient se taire. Elles n’ont qu’à administrer la preuve de ce qu’elles avancent. Jean-Pierre Bemba est Congolais d’origine. Il est plus Congolais que beaucoup d’hommes politiques du pays.

A qui faites-vous allusion?

Je vous dis simplement que Bemba est plus Congolais que certaines personnalités qui gouvernent notre pays. Il faut que les gouvernants actuels arrêtent de se ridiculiser. Jean-Pierre Bemba est un citoyen congolais. Il est qualifié, à ce titre, pour diriger notre pays.

Pensez-vous que Bemba a toujours envie de poursuivre la carrière politique?

(Rires). Ça serait extraordinaire qu’il en soit autrement. Notre parti tiendra son congrès les 12 et 13 juillet à Kinshasa. Jean-Pierre Bemba Gombo sera désigné, à cette occasion, comme le candidat du MLC à l’élection présidentielle du 23 décembre prochain.

En tant qu’avocat, quel est votre regard sur le fonctionnement de la CPI?

J’ai déjà eu à commenter le procès fait à l’ancien vice-président Bemba Gombo ainsi que l’affaire dite « Bemba II ». J’avais chaque fois dit que cette juridiction internationale devrait démontrer qu’elle est une cour de justice internationale et non une justice aux ordres. J’ai l’impression d’avoir été entendu. Nous n’avons jamais cessé de dire, depuis 2008, que l’accusé Bemba n’a jamais mis les pieds en Centrafrique. Il ne pouvait de ce fait commandé ses combattants déployés sur le terrain. Encore moins leur fournir les tenues militaires ou la logistique. Le président du MLC avait littéralement cédé le commandement de ses troupes aux autorités centrafricaines du régime Patassé. Aujourd’hui, la Cour nous a rejoints. Notre argumentaire n’a pas changé.

Le bureau du procureur ne semble pas bondir de joie après l’acquittement de Bemba…

Le procureur représente l’accusation. Le procureur avait dit d’abord que Jean-Pierre Bemba était directement impliqué dans les crimes commis en RCA. Il dira par la suite qu’il assume la responsabilité en tant que « chef hiérarchique ». Le bureau du procureur a beaucoup changé lorsqu’il a été acculé par les arguments de la défense. Aujourd’hui, on ne peut que se féliciter de constater que la Cour a totalement désavoué le bureau du procureur.

Que répondez-vous à ceux qui appellent à la démission de la procureure Fatou Bensouda?

A mon sens, elle devrait en tirer toutes les conséquences en présentant sa démission.

Quelle peine encourt Jean-Pierre Bemba dans l’affaire dite de « subornation de témoins »?

On ne va pas préjuger de ce dossier. Il importe de noter que cette seconde affaire était subsidiaire à la première. Elle était liée de manière accidentelle à l’affaire principale.

Pourrait-on conclure que lorsque le « principal » disparaît, l’accessoire subit le même sort?

Il s’agit des préventions qui sont différentes. Il reste que les deux affaires sont liées. Si l’affaire principale n’existait pas, on n’aurait guère parlé de la seconde. Et ce en dépit du fait que le bureau du procureur a tenté mardi 12 juin de soutenir que les deux affaires étaient distinctes. Il va sans dire que la seconde affaire sera examinée à la lumière de l’arrêt d’acquittement qui a été rendu le vendredi 8 juin.

La FIDH (Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme) considère l’acquittement de Bemba comme une « insulte » aux victimes…

L’insulte vient plutôt de la FIDH dans la mesure où elle ne respecte pas l’arrêt de la Cour pénale internationale qui est opposable à tous.

Que répondez-vous à ceux qui « subodorent » l’ombre d’une « main politico-diplomatique » derrière cette décision judiciaire?

On ne peut empêcher les gens d’exprimer leurs opinions. En réalité, la Cour pénale internationale a pris ses responsabilités. L’arrêt querellé a été motivé de manière adéquate. Lorsque les juristes sérieux examinent cette décision de justice, ils constatent que la Cour a dit le bon droit.

D’aucuns restent néanmoins stupéfaits par le « professionnalisme inattendu » dont a fait preuve la CPI…

L’affaire Bemba se trouve au niveau d’appel. J’ai pu obtenir l’acquittement des clients en appel alors qu’ils étaient gravement condamnés en première instance. La Cour pénale internationale a eu l’occasion d’examiner sérieusement les arguments tant de la défense que de l’accusation. Elle est arrivée à la conclusion que le premier juge n’avait pas dit le bon droit.

Selon vous, qu’est ce qui a changé fondamentalement au niveau de la CPI pour qu’elle examine enfin « sérieusement » les arguments des parties au procès?

Comme je l’ai dit précédemment, Jean-Pierre Bemba a été condamné en première instance. Il a interjeté appel. C’est la première fois que l’affaire Bemba est examinée en appel. Les juges de la chambre d’appel se sont penchés de manière professionnelle sur les accusations de crimes contre l’humanité articulées à l’encontre du président du MLC. Vous le savez autant que moi qu’ils ont décelé plusieurs erreurs. Je salue le professionnalisme de la Cour pénale internationale. Celle-ci vient de démontrer qu’elle est réellement une justice indépendante.

Arrêté en 2008, Bemba ne sera condamné qu’en 2016. Est-ce une bonne administration de la justice?

Sur ce point, il y a beaucoup de choses à dire. La CPI devrait accélérer la procédure pour ne pas laisser passer beaucoup temps comme c’est le cas dans l’affaire sous examen. Il est vrai qu’il s’agit d’une « grosse affaire » qui demande beaucoup d’investigations. On espère que la Cour fera preuve célérité dans d’autres dossiers.

Pouvez-vous confirmer qu’au moment où nous parlons, le sénateur Bemba se trouve bel et bien parmi les siens à Rhode Saint Genèse, en Belgique?

Je ne confirme rien. Je peux, en revanche, vous confirmer que Jean-Pierre Bemba « est dehors ». Il est complètement libre. Il lui revient maintenant d’organiser son emploi de temps

 

Propos recueillis par Baudouin Amba Wetshi

14 réflexions au sujet de « Me Guylain Mafuta: « Bemba est plus Congolais que certains gouvernants du pays » »

  1. Louons le Bon Dieu, l’Administrateur Supreme de la vraie Justice.

    A 55 ans, JP Bemba, digne fils de la RDC a encore tout l’avenir d’Homme d’Etat devant lui. Le cauchemar revient donc a l’imposteur Tanzanien illegitimement au sommet et a sa bande de traitres, tous de mediocres aux abois.

  2. Chers compatriotes,
    Nous saluons tous la relaxation de celui qui a été injustement arrêté. Mais soyons critiques et tenons compte de notre histoire. La famille aussi bien politique que charnelle a droit de se réjouir. C’est un événement pour eux, et c’est leur droit de se réjouir. Mais vouloir mettre tout le peuple congolais dans cette euphorie de la famille aussi bien politique que charnelle est une erreur que nous avions déjà commise en applaudissant le Mzee et sa bande d’aventuriers. Je vois que les avocats du Chairman montent au créneau pour nous faire avaler n’importe quoi à son sujet. Je pense que ceux qui ont pour vocation de réfléchir ne doivent pas se laisser emporter par ce sentimentalisme qui peut nous conduire à commettre la même erreur deux fois de suite. La nationalité de JP Bemba n’a jamais été mise en cause. Il n’y a pas de signal fort à ce sujet que l’enterrement de son père sur le territoire congolais. Mais delà à conclure à l’instar de Maître Kilolo ou d’imaginer que la prison lui a donné des qualités nécessaires pour ne plus accepter de l’inacceptable, est un pas que je n’oserai pas franchir. Le Congo a beaucoup d’autres enfants qui peuvent faire mieux. Ne perdons pas l’opportunité que nous présentent deux personnages importants : « le Cardinal Monsengwo et le Révérend Ekofo ». Que Dieu nous vienne en aide.

  3. Voilà quelqu’un qui sait de quoi il parle. Bensouda n’a fait que suivre Moreno-Ocampo dans sa haine et manque de professionalisme. Elle devrait mettre la main dans sa conscience et prendre le large de suite. Ceci dit, le vrai fautif Ocampo est déjà dans sa retraite dorée en Argentine. C’est à lui que JP et la CPI devraient demander des comptes. 100 millions d’euros claqués pour garder un citoyen dans un cage, dorée soit-elle, pendant 10 ans. J’espère que Bemba leur fera payer l’addition avec une bonne demande de réparation. Que ça soit exemplaire.

    1. Cher Paulo Teixeira
      Apparemment vous portez le même nom que la belle famille de JP Bemba. Si tel est le cas, vous ferez mieux de ne pas vous engager dans ce débat. JP n’a pas besoin que sa famille biologique s’étale sur le toile. Surtout quand vous vous affichez sans masque. Cela étant,Que ce soit Moreno ou Besounda, tous ont travaillé pour l’accusation ( c’est un corps) et personne n’a agit à titre personnel (ultra petit a). Que les avocats réclament la démission de la procureure c’est de bonne guerre, mais q’un membre de famille de la personne acquittée règle les comptes à l’ancien procureur en conseillant à son beau-frère de se tourner vers l’ancien procureur, cela relevé de l’ignorance du droit et de amateurisme politique. Tenez, JP Bemba est en droit de réclamer à la CPI des dommages-intérêts pour les préjudices subis: séparation avec sa famille (préjudice moral), ses comptes bancaires bloqués et ses biens immobiliers saisis (préjudice patrimonial), perte de son immunité parlementaire et ses ambitions politiques pour les élections de 2011, sa dignité bafouée. Il doit retrouver son statu quo ante… Voilà comment les choses peuvent être traitées dans l’avenir. Franchement, il est malsain de votre part, cher noko Paulo de vous afficher en tant que Teixeira. Ni Maria, moins encore Lilian ne seront pas fières de vous……Simple conseil.

      1. Cher Mwana-Lac,

        BRAVO !
        Merci de partager votre science et sagesse na noko Paulo. Boye nde il faut ezalaka. Oyo bayebi, ba teya ba oyo ba yebi te. BRAVO!!!!

      2. Il était temps de le faire cher Jo Bongosn car en mon sens JP n’a pas besoin de ces genres de conseils qui ne feront que ternir son image. Ses proches n’ont qu’à faire leur travail en essayant de le rassurer moralement et en lui manifestant toute l’affection familiale qui lui manquait. Les questions politiques et juridiques batikela bato ya domaine. Car l’émotion et la vengeance obscurcient la vérité…Na banzi noko Paulo Teixeira ayoki.

  4. Que Bemba soit libre est une bonne nouvelle pour moi qui défend la présomption d’innocence et une justice impartiale. (Je ne suis pas le seul).

    Que Bemba vienne donner un coup de main pour mettre les occupants dehors, je signe de deux mains. Nous devons nous unir et agir comme un peuple soudé face au danger.

    En revanche, Pour le Congo de demain, je suis désolé mais Bemba n’a pas le profile du job.

    1) Je fais zéro confiance à un mec qui a monté une rébellion guidée et financée par Museveni. Il combattait qui, pourquoi et dans quel intérêt?

    2) Son MLC voulait-il libérer le pays avec l’aide d’un Tutsi Ougandais, ami intime de Kagame ?

    3) Hier les hommes armés du MLC n’étaient régulièrement payés mais demain promis, juré, craché… il payera les FARDC, c’est ça ?

    4) Il a accepté la formule 1+4=0 qui confiait les 2 postes les plus importants aux rwandais mais demain, on est tous d’accord, il fera mieux.

    5) Il gagne les élections en 2006 mais cède sur injonction de ses mentors ougandais mais demain, il défendra au péril de sa vie la RDC et son peuple.

    Oui, demain, après 10ans de tôle, il n’acceptera plus l’inacceptable …

    seulement voilà, la RDC n’est pas un éternel terrain d’expérimentation. Le Congo a produit des gens plus intelligents, fiables, rigoureux… que Bemba.

    Il a dirigé le MLC depuis sa cellule pour quel résultat ? Quand on parle des médiocres, les membres du MLC font exception ou pas ?

    Dans l’état où se trouve le Congo, je crains que son expérience soit un grand handicap.

    Je rappelle à toutes fins utiles que ce n’est pas un concours de notoriété ou de compte bancaire pour que le choix se limite aux mêmes depuis 20 ans.

    Il y a 4 ans personne ne connaissait Macron. La RDC a aussi ses Macron capables de la hisser au sommet. Mettons du neuf à la tête.

    Arrêtons avec le fanatisme.

    1. Une simple question a Mwana ya Mokolo:

      A part tes jeremiades anti-Tutsi sur l’Internet, qu’as tu fait jusqu’a present pour « liberer » ton Pays de ces Tutsis qui resument pour toi tout le marasme en RDC, et pour qui tu eprouves une haine pathologique…?

      Petit conseil: Va vite consulter un psychiatre, de peur de succomber a une crise d’hypertension inbue de colere !

  5. Je crois personnellement que Jean-Pierre Bemba est destiné à diriger le Congo comme Tshisekedi avant lui …
    Mais comme Tshisekedi, certaines erreurs peuvent coûter cher et vous priver de votre destin.

    Si Dieu a permis à Jean-Pierre de faire de la prison, ce que dans sa sagesse infinie il savait que Jean-Pierre en avait besoin pour apprendre deux qualités essentielles à un bon dirigeant : l’humilité et la compassion.

    Jean-Pierre a-t-il compris le chemin sur lequel Dieu veut qu’il marche ?
    A-t-il retenu les leçons apprises par ces 10 années d’épreuves ?

    Je l’espère pour lui, au cas contraire il ne sera jamais président,

    les jours à venir nous éclaireront …

    1. CONSEIL D’UN SAGE TRES BIEN EN 2 MOTS: HUMILITE ET COMPASSION.

      AJOUTONS Y UN 3E: « PATIENCE »

  6. Chers compatriotes,
    Nous n’allons pas interdire aux amis, fidèles, courtisans, famille proche, famille éloignée de se réjouir de la libération du Chairman du MLC. C’est leur droit d’autant plus que l’arrestation était plus que douteuse. Toute personne de bon sens devrait se rendre compte dès le départ qu’il était inconcevable que l’on ait procédé comme on l’a fait pour arrêter sans ménagement JP Bemba et l’enfermer pendant dix ans pour des raisons qui ne tiennent pas du tout la route avec la logique judiciaire. Soit. Mais de là à commencer à nous casser des oreilles sur ses capacités en tant qu’homme d’Etat, me fait penser à l’arrivée de l’AFDL. La nationalité de JP Bemba n’est pas à mettre en doute. Mais il a été arrêté entre autres parce qu’il avait accepté l’inacceptable. Celui qui a accepté l’inacceptable qu’il n’a jamais expliqué de façon claire, en oubliant le sacrifice de ses hommes qui voulaient en découdre avec les Rwandais, est plus qu’une attitude absurde pour quelqu’un qui avait atteint ce niveau dans la vie politique du pays. Maintenant qu’il est libre, il peut chasser Kabila, pour aider les paresseux qui ne veulent pas s’aider eux-mêmes en chassant les Rwandais qui ont pris Congo pour leur marchepied. Mais il restera le redressement du pays. Le Chairman ne fera que calquer ses pions sur ce que Kabila a laissé, un pays sans Etat, mais dont les citoyens sont sous la coupe des terroristes armés. Alors, Bemba ça sera Kabila II en pire, parce qu’il est le fils du pays. Kabila nous devons le renvoyer d’où il est venu. Et JP Bemba on le renverra où. Son père est enterré à Libenge. Soyons un peu plus critique. Le pays a besoin d’une transition pour avoir des institutions républicaines, et après on organisera des élections pour choisir ceux qui seront capables de se plier à la volonté du peuple, le Souverain primaire. Bemba ne peut pas se soumettre à la volonté du peuple. Certains chefs coutumiers de l’Equateur en savent quelque chose. Alors, ne soyons pas distraits par les courtisans du Chairman qui doivent faire ce qu’ils font pour mériter les faveurs qu’ils attendent de cette libération. Que Dieu nous vienne en aide.

    1. SI SE REJOUIR DE LA LIBERATION DE JP BEMBA DE SON INCARCERATION INJUSTE DE 10 ANS SE LIMITE A SA FAMILLE ET SES « COURTISANS », ALORS ELILI DANS SON ARROGANCE, NON SEULEMENT ETALE SON IGNORANCE, MAIS REJOINT LA BANDE DES TONNEAUX VIDES HAINEUX S’ELUCUBRANT SUR CIC.

      CES FAINEANTS CRIANT A « L’OCCUPATION » EUX REVENT DE CHANGEMENT MIRACULEUX EN RDC.

  7. Mwana Lac ,
    Enfin un commentaire plein de bon sens ! Makenda Yves et Jean-Marcel Dibanza-wa-Dikuyi vous ferez mieux de lire les sages conseils d’Elili . Et dernier conseil les congolais devraient se montrer plus prudents et moins enthousiastes envers des individus aussi instables que Bemba … Qui a bu boira dit on !

Les commentaires sont fermés