Me Kilolo évoque l’affaire Bemba et la liberté de manifestation…

Candidat aux prochaines élections législatives pour la circonscription de Malemba-Nkulu (Haut Lomami) – plutôt proche de la mouvance kabiliste -, l’avocat Aimé Kilolo-Musamba est le premier invité de la toute nouvelle émission « Questions directes à… » de notre journal en ligne. Actualité oblige, il évoque les derniers développements du procès qui oppose l’ancien vice-président de la République Jean-Pierre Bemba Gombo au procureur près la Cour pénale internationale. Le juriste a donné son point de vue « très juridique » sur l’épineux débat sur la liberté de manifestation consacrée par l’article 26 de la Constitution…

> Interview de Maître Kilolo

8 réflexions au sujet de « Me Kilolo évoque l’affaire Bemba et la liberté de manifestation… »

  1. Le régime barbare de Kinshasa vient de trouver un brillant défenseur, en la personne de Me Kilolo. Et dire qu’il défend ou a défendu JP Bemba. Décidément…

    1. Me Kilolo a sûrement été tamponné par les services de l Anr. Je ne serai pas étonné de le voir à la mangeoire kabiliste. Son discours a singulièrement évolué et les arguments pour justifier les comportements criminels du régime troublent l esprit de toutes les personnes qui s intéressent à la politique congolaise.

  2. Chers Compatriotes,
    Bemba est-il un enfant de choeur ? Il serait mieux d’entendre son environnement. Je crois qu’il a laissé, en tant que personne, beaucoup de frustrations dans l’Equateur. On ne peut pas se passer des chefs coutumiers. Or, quand il était vice-président, le chairman a commis des actes contre les chefs coutumiers de l’Equateur ou un des leurs qui ont été de nature à engendrer des frustrations. Or, selon nos traditions, on ne touche pas à ces gens sans en payer le prix. Notons que même le Maréchal, qui a fait que Bemba, par son père, devienne ce qu’il est devenu, n’a jamais manqué de respect envers les chefs coutumiers. Il savait les calmer, et les caresser dans le sens des poils. Lorsque Maître Kilolo retourne sa veste, l’argent peut y être pour quelque chose. Mais je reste aussi dans la conviction que ce qu’il aurait vécu avec son client, prisonnier à La Haye, peut aussi constituer une raison suffisante de ce revirement. L’histoire nous en dira davantage. Qui vivra verra. Que Dieu nous vienne en aide.

  3. Compatriote Baudouin Amba,

    Puis-je respectueusement vous reprocher la présentation de ce monsieur comme avocat de Jean Pierre Bemba, alors qu’à l’issue de l’interview, vous saviez très bien que sa parfaite définition était beaucoup plus celle d’un ‘prio’ pouvoir d’occupation de notre pays.

    Il est bien clair que ce monsieur est venu faire passer un message principal lui confié par ses commanditaires tutsis, et sur ce, je ne peux cacher mon amertume que Congoindépendant ne puisse se transformer en une tribune d’autodestruction de notre pays. En effet, visiblement excité par ‘la motivation’ reçue depuis Kinshasa d’où il arrive fraîchement et perdant le nord, le monsieur dit textuellement ceci: ‘il faut aller vite aux élections et ceux qui se sentiront laisés (par la victoire de Kanambe) n’auront qu’à saisir la Cour Constitutionnelle dont l’indépendance et impartialité sont garanties’

    Sans trop m’étendre sur ce monsieur qui est tout sauf juriste, je recommande à Jean Pierre Bemba comme compatriote, malgrès sa trahison d’Addis Abeba concrétisée ensuite à Sun City et consacrant la direcfion de notre pays à un étranger, de se désolidariser complètement de cet avocat de pacotille. Un ‘vulgus’ quidam qui va jusqu’à s’enfoncer dans des sordides arguties du genre que les organisateurs des marches de Kinshasa devaient produire au préalable le nombre de manifestants, obtenu on ne sait par quelles estimations économétriques.

    Comment est-ce possible qu’un homme sans valeurs morales, sans considération des personnes qui vont jusqu’à perdre leur vie pour leur revendication des libertés et droits fondamentaux puisse être compté parmi les nobles personnes de la profession du Droit? Hein?

  4. Me Aimé Kilolo est désarçonné. J’avais beaucoup de respect pour cet avocat mais je suis tenté de croire que tous les intellectuels de la RDC ne sont brillants dans leurs interventions qu’en cherchant leur part de gâteau.

    Me Aimé kilolo certainement a déjà eu sa part.

    Je lui souhaite bon appétit.

  5. C’est mil fois troublant qu’un criminel en sursis ou liberté provisoire par un haut tribunal international et un ‘impurius’ de toute valeur morale, prétende se convertir en donneur de leçons, en une personne qui doive parler pour des millions des congolais.

    En quoi le Congo est-il démocratique et Etat de droit en présence de grosses lacunes et antinomies juridiques que cet avocat dont la validité du diplôme mérite enquête reconnaît lui-même et tente de juguler par invocation du Droit comparé comme critère d’hétérointégration? Quelles ont été les règles de procédure de désigmation des magistrats de la soi-disant Cour Constitutionnelle qui garantissent leur indépendance et impartialité? De quelle nuit sort ce monsieur? Pourquoi Madame Bemsouda permet-elle que pareille vermine puisse encore courrir la rue? Hein? Hein?

  6. Ici, il ne s’agit ni de diabolisation systématique, moins de suspicions non fondées. Il s’agit de la lecture que l’opinion se fait d’un homme qui a rencontré les anges et les démons durant son séjour kinois. Ce qui est vrai, il y a une main obscure qui a visité Maître Aimé Kilolo. Je me permet de lui rappeler simplement qu’il n’y a rien au milieu entre le bien et le mal; entre ce qui est juste et ce qui est injuste. Toute tête bien pensante doit prendre parti pour l’un et combattre l’autre. Aujourd’hui, Aimé Kilolo affirme que l’indépendance et l’impartialité de la cours constitutionnelle congolaise sont garanties. Est-ce par nonchalance ou par ignorance? Les congolais ne sont pas naïfs, ils connaissent comment tous ceux qui sont allés à la mangeoire procèdent avant de se jeter dans le marigot.

Les commentaires sont fermés