Médecin-colonel (er) Luc Mayolo: « Le général Gilbert Kabanda est une vieille connaissance! »

Près d’une semaine après la publication de la liste des membres du gouvernement dirigé par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, la présence du général Gilbert Kabanda Kurhenga à la tête du ministère de la Défense et des anciens combattants est devenue l’objet d’une virulente controverse, sur les réseaux sociaux, tant au pays qu’au sein de la diaspora congolaise. A tort ou à raison, le nouveau titulaire de ce ministère régalien est présenté comme un citoyen rwandais, proche du président Paul Kagame. Nous avons fait appel à un « expert » afin d’y voir un peu plus clair. Dans une brève interview accordée, samedi 17 avril, à notre journal, le médecin-colonel en retraite Luc Mayolo Mokede Akaso réfute les « inepties » qui se racontent autour de son ancien « frère d’armes ». Natif de Basoko (province de la Tshopo), ancien officier des Forces armées zaïroises (FAZ) avant de rejoindre son « ami » Laurent-Désiré Kabila et l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo) à l’étape de Goma, « Luc » assure que le général Kabanda est une « vieille connaissance ». Les deux hommes se seraient connus au milieu des années 70 dans les rangs des FAZ. Selon lui, le nouveau ministre n’a jamais appartenu à une quelconque rébellion. INTERVIEW.

Après deux mois d’attente, la composition du gouvernement du Premier ministre Sama Lukonde est connue depuis lundi 14 avril. Que pensez-vous du « casting »?

Globalement, c’est une équipe très équilibrée. Toutes les sensibilités sont représentées. J’espère que ce sera un véritable gouvernement des « Warriors ». Nous le jugerons sur ses actes.

On imagine que les natifs de Basoko ont appris avec un brin de fierté la nomination de Madame Eve Bazaïba en qualité de vice-Premier ministre chargée de l’important secteur de l’Environnement…

Tout à fait! C’est une cousine. Je lui souhaite plein succès dans l’exercice de ses hautes fonctions.

La présence du général Gilbert Kabanda Kurhenga dans l’équipe « Sama Lukonde I » et singulièrement au ministère de la Défense et des anciens combattants est devenue l’objet d’une virulente controverse. Vous êtes un ancien médecin militaire. Avez-vous connu le nouveau ministre de la Défense?

Je connais « Gilbert » très bien.

A quand remonte votre premier contact?

J’ai rencontré le docteur Gilbert Kabanda Kurhenga en Italie. Il était accompagné de son épouse ainsi que d’une petite-fille. Il s’agissait de la petite-sœur de sa femme. C’était au mois de juillet 1975. Je terminais à l’époque mes études de médecine à Belgrade, dans l’ancienne Yougoslavie. Kabanda avait déjà terminé ses études en médecine. Il était venu en Italie pour accomplir une spécialisation en médecine aéronautique. A l’époque, il portait le grade de capitaine.

Capitaine des Forces armées zaïroises…

Absolument! Je me rappelle qu’il a été recruté en 1971 lorsque des étudiants de l’université de Kinshasa furent enrôlés comme miliciens. Sauf erreur de ma part, il doit avoir totalisé cinquante années de présence dans l’armée zaïro-congolaise.

Vous avez donc connu Gilbert Kabanda sous les régimes successifs…

Je l’ai connu d’abord sous le régime de Mobutu Sese Seko. Ensuite, sous Laurent-Désiré Kabila.

Quelle fonction assumait-il durant la IIème République?

Il était médecin-chef du service médical de la Force aérienne zaïroise. C’est une unité d’appui à l’armée. Les généraux Lotin Kikunda Ombala et Baruti Milengo, respectivement chef d’état-major et chef d’état-major adjoint de la Force aérienne, étaient ses chefs hiérarchiques. Je peux vous assurer que Gilbert Kabanda Kurhenga n’a évolué que dans le secteur de l’aéronautique militaire.

Que répondez-vous à ceux qui allèguent que le nouveau ministre de la Défense a fait partie de l’ex-Armée patriotique rwandaise (Apr) avant de rejoindre l’AFDL?

Je défie quiconque qui répand ce genre d’inepties à m’affronter dans un débat public à Kinshasa où j’arriverai très bientôt. Comme vous le savez, j’avais rejoint l’AFDL à l’étape de Goma. Je n’ai jamais vu Kabanda. Je suis certain qu’il n’a pris part à aucune rébellion. Aucune. Lorsque Kinshasa est tombée le 17 mai 1997, je l’ai retrouvé dans la capitale. Il a aussitôt repris le service à la direction médicale de la Force aérienne. Kabanda est un « loyaliste ». Durant la Présidence de Joseph Kabila, il sera promu chef de corps du service de santé de l’armée.

Avez-vous travaillé sous son autorité?

Non! J’ai travaillé sous la direction de Florent Mapumba et de Vangu. J’étais chaque fois le numéro 2. Le 27 avril 1997, j’ai été nommé médecin-chef de la police nationale à Goma, au Nord-Kivu. A mon arrivée à Kinshasa le 18 mai, j’ai été cherché Kabanda. Je vous confirme que c’est un « Mushi à 100% ». Je défie quiconque de démontrer le contraire.

Au début de cet entretien, vous avez dit qu’en Italie le couple Kabanda était accompagné d’une petite-fille. Pouvez-vous confirmer ce qui se dit ici et là que le nouveau ministre de la Défense aurait élevé l’actuelle « first lady » Denise Nyakeru?

Gilbert Kabanda avait épousé la grande-sœur de Madame Tshisekedi Tshilombo. Peu avant son décès, Madame Kabanda est venue à Bruxelles afin de recevoir des soins médicaux. Elle a tout fait pour rencontrer mon épouse et moi à notre domicile à Merchtem, en Brabant flamand.

Comment expliquez-vous la polémique que suscite la personne de Gilbert Kabanda?

Je m’interroge franchement si c’est ça qu’on appelle faire la politique. Je m’inscris en faux contre cette méthode où la vérité n’a pas de place. J’ai entendu dire que Gilbert Kabanda était médecin à la Gécamines. Rien n’est plus faux! Depuis qu’il a terminé ses études de médecine, Kabanda n’a servi que dans l’armée nationale. Je crois pouvoir vous dire que le nouveau ministre de la Défense est l’homme qu’il faut pour reformer et redresser notre armée. Il connait parfaitement les « maux » dont souffrent nos forces armées. Au risque de me répéter, Kabanda sait d’où nous venons, où nous sommes et où nous devons aller. Il connait tout le monde.

Il lui faudra beaucoup de moyens…

Effectivement! C’est un homme de bonne volonté. Il est très fier. On le dit, à tort, hautain. En fait, c’est un homme qui a des convictions fortes. Ouvert au débat, il aime la contradiction. Il faut le convaincre. A défaut, il reste intransigeant…

 

Propos recueillis par Baudouin Amba Wetshi

40 Commentaires on “Médecin-colonel (er) Luc Mayolo: « Le général Gilbert Kabanda est une vieille connaissance! »

  1. Bonjour lutu Baudouin,
    Merci pour cette information. J’etais déjà presque convaincu par l’émission de Fabien Kusuanika, ici vous apportez la certitude qu’il n’est pas Rwandais. Je voudrais ajouter que j’ai déjà eu l’occasion de parler avec votre invité, il connaît beaucoup de choses sur notre pays. Je lui avais même proposé d’écrire un livre.

    1. @Jerry Nlandu, Bonjour. Pouvez-vous me dire quel passage de l’interview vous a le plus convaincu? Merci.

  2. Bonjour !
    J’espère que la polémique autour de la nomination du nouveau ministre de la Défense nationale est la conséquence d’un déficit dans la gestion de la res publica. Nos autorités politiques n’ont aucune vision claire de la gestion du pays ; ce qui donne libre cours à nos voisins d’imposer leur dictat au sein des institutions du pays.

  3. Y’ a-t-il des liens spécifiques, historiques, culturels qui unissent – de manière particulière, les  » mushi  » au Rwanda ?
    Moi, je ne sais pas et j’aimerai savoir car je note qu’à chaque fois que quelqu’un est soupçonné à tort d’être rwandais, en réalité et curieusement, il se trouve qu’il est  » mushi  » et jamais… mumbala, nande, ngombe ou mutandu. Je trouve ce fait très curieux.
    Autre chose, j’en connais qui nous juraient, la main sur le coeur, que le général d’opérette FARDC, Bosco Tanganda était congolais jusqu’au jour où….
    Na tuni kaka oh…Na fingi moto te…naza pe fdlr te !!!!

    1. Drs Kabanda et Muyolo sont bel et bien des medecins congolais que j ai eu à les rencontrés au camps Kokolo pendant mes stages.botika nde bilobela. Dr FellyKongolo (felko)

    2. @Jo Bongos, bonjour ndeko. Et que dire du très médiatique « Général congolais NKUNDA », en réserve de la république semble-t-il, quelque part à Kigali?
      Ét plus tard, la très honorable députée « congolaise » dada Jaynet, soeur du Rais, partageait sans scrupule son expérience d’avoir servi la « patrie tanzanienne » sous le drapeau!!!.
      Je m’arrête ici, sinon ba symphatisans bakoloba oh la haine, la haine.
      Et pourtant, la vérité est que nous sommes infiltrés au sommet dans des proportions inacceptables.

    3. Bonjour Jo Bongos ! Je vous informe en tant que mushi qu’il n’y a aucun lien entre les Bashi et les rwandais. La seule information qu’il faut savoir c’est que la terre de Bashi constitue les limites de la RDC avec le Rwanda séparée évidemment par la rivière Ruzizi et le lac Kivu. Signalons aussi que la ville de Bukavu est bâtie sur la terre de Bashi. C’est comme certains habitants du Bas Congo peuvent être associés aux angolais a cause de la proximité avec l’Angola. Voilà ce que je peux mettre a votre disposition pour vous rassurer. Il est plus facile de savoir identifier un rwandais de part sa stature mais aussi par sa prononciation du français qu’il parle très mâle.

      1. @Roger Murhuza
        Si vous permettez cette fois !? Je crains que votre légitime chauvinisme vous pousse à trancher trop catégoriquement surtout que vous dites vous même « C’est comme certains habitants du Bas Congo peuvent être associés aux angolais a cause de la proximité avec l’Angola. ». Ca signifie quoi « être associé » ? Je viens de l’Ouest mais je connais un peu les « shi’ (vie privée !), Si c’est une ethnie bien différente des tutsi et des hutu, ce sont leurs voisins et les familles peuvent avoir contracté quelques liens avec ceux du Burundi ou du Rwanda, bien sûr sans autre préjudice en ce qui nous concerne ici mais n’empêche que sans entrer dans l’histoire, chaque cas peut vite devenir spécifique, on ne peut trancher que lorsqu’on connait précisément la famille. Et de probables liens transfrontaliers échappent parfois même aux vieux du village qui savent bien qu’un tel est d’ici et un tel autre de là. Mais je connais des cas – j’aurais pu citer des noms mais ne le ferais pas par savoir-vivre, l’un d’eux est connu : son identité complète n’a été déminée qu’après 1990 avec l’épisode de l’APR entrant en guerre au Rwanda..
        Je me suis permis de raconter enfin ma petite histoire non pour vous contredire, cher ami , mais pour ne pas laisser trainer certaines confusions inutiles même de la bouche de certains notables.

      2. @Roger,
        Merci cher compatriote pour cet éclairage.
        Nous avons besoin des gens comme vous qui ne se laissent pas acheter facilement pour une mie de pain.

      3. @Roger-MURHUZA a écrit, je cite : « Il est plus facile de savoir identifier un rwandais de part sa stature mais aussi par sa prononciation du français qu’il parle très mâle ». Pour dissiper d’éventuelles stéréotypes, il convient de nuancer votre propos. Une question d’humour par rapport à ta phrase ci-dessus : Peut-être qu’un rwandais parle MÂLE le français, mais ne parle pas MAL le français? 🙂

    4. Les bashi ont géographiquement des liens étroits avec le Rwanda,tout comme Mwanda l’est a Cabinda… normal que les bayombe ont épouses a Cabinda et vice-versa…

  4. Je ne sais pas, moi je dirige mes interrogations ailleurs ! Que Dr Kabanda soit bien mushi et non rwandais et qu’il n’ait pas été cité par le Rapport Mapping et n’ait pas été mêlé aux crimes qui y sont dénoncés me va pour le moment. Mais ma question c’est de savoir s’il a été choisi avec rigueur – rappelons qu’il est le mbanda de Tshisekedi – et s’il a toutes les capacités pour être notre bon sinon meilleur ministre de la Défense ? Aujourd’hui le chantier d’un Ministre de la Défense chez nous est très chargé, nous le savons tous, avec les violences endémiques de l’Est, la présence d’une multitude de groupes armés dont de nombreux commandités par nos voisins dont le Rwanda, le retraité et vieux Général présente-t-il le profil idoine pour passer à travers tous les réseaux locaux (dont des officiers supérieurs et généraux) et extérieurs pour atteindre efficacement ces rebelles ? Voilà la seule question qui vaille et dont on attend la réponse du Dr Kabanda !

    1. PS à Roger Muthuza !
      Une anecdote personnelle plutôt confidentielle !
      J’étais à Kinshasa et j’avais un besoin personnel de voir Mashako alors Ministre de l’Enseignement. J’étais à la Fac avec Mashako, ancien Médecin de l’Afdl et même de LDK – il aurait assisté celui-ci à ses derniers instants. Lors d’un moment d’inattention (?) alors que j’entrais dans son bureau je l’ai entendu parler kinyarwanda plutôt que swahili à un collaborateur.
      J’apprendrai plus tard que tout commis de l’Etat Congolais qu’il était, il était – il est décédé – un mwanyarwada hutu de Rusthuru. Un détail révélateur des confusions inutiles lorsque la vérité n’est pas toujours de cours pour des raisons ‘politiques’.

    2. bonjour, moi je l’ ai connu comme médecine colonel à la force aérienne en 1994 et il habitait Limete. Il nous a organisé une superbe conférence sur l’ hypertension artérielle et un de mes amis médecin , capitaine à l’ époque ( amiral aujourd’hui) était très lié au colonel Kabanda ) la seule certitude que j’ ai c’est que c »est un homme très intègre comme j’ en connais peu en RDC , mais je l’ aurais vu comme ministre de la santé

  5. Le nom n’identifie pas la nationalité ou ma tribu moi je suis congolais du Kasaï, j’ai trouvé mon nom à Businga chez le Bangala,, et à Burundi chez un joueur de l’équipe de Inter de Burundi et de l’équipe nationale. Kabanda est au Kasaï, au Kivu bien sûr aussi au Rwanda

  6. Mais on pourrait dire la même chose de Barthélemy Bisengimana Rwena, qui fut le tout-puissant directeur de cabinet de Mobutu Sese Seko durant une bonne partie de la deuxième république. C’est lui qui pistonnait des hirondelles rwandaises auprès des membres du gouvernement et de l’administration zaïroise, afin de bien les infiltrer en vue d’un travail de sape futur. Nous connaissons la suite.
    Dire que ce monsieur est « mushi » ne suffit pas, il va falloir nous décliner toute sa généalogie, du moins jusqu’à la 3e ou 4e génération !
    Et même s’il était « mushi », n’empêche qu’il puisse être propulsé là pour servir à la cause des ennemis de la république, vue que beaucoup de Congolais se font vendre aux plus offrants au détriment de l’intérêt supérieur de la nation. Alors qu’on arrête de raconter n’importe quoi !

    1. eKUM
      C’est bien toi qui racontes n’importe quoi. Si tu arrêtes, ce sera une bonne chose.

    2. @KUM
      Les ennemis de la Republiques sont les congolais eux mêmes. Les Congolais n aiment pas les Congolais.
      . Mawa.

    3. en suivant ta logique, tu peux en dire autant de tous les ministres, tous les députés, tous les officiers militaires , tous les policiers, les bourgmestres tous les PDG ou ADG des entreprises publiques alors, quelque soit leurs origines, puisque  » « beaucoup de Congolais se font vendre aux plus offrants au détriment de l’intérêt supérieur de la nation » » donc demande de décliner toute la généalogie du moins jusqu’à la 3e ou 4e génération de tous les postes cités pour être logique avec toi même ou arrête de raconter n’ importe quoi

  7. En effet, le Dr G. Kabanda est congolais. Famille par alliance avec Mme Denise Ny. Principaux défis à relever : sécuriser diligemment la RDC, en particulier l’Est dont il est par ailleurs originaire, et refonder les FARDC.

  8. Cette xénophobie stupide fait que beaucoup de congolais préfèrent se lancer dans l’identification aux faciès sans aucune retenue. Que ceux qui voient des étrangers partout au Congo commencent par exhiber leur propre généalogie avant de demander celle des autres. Cette rubrique est devenue une espèce de poubelle pour des esprits étroits. Dommage.

    1. @Elombe,
      Vous qui êtes un esprit large, que venez-vous faire dans  » une espèce de poubelle pour des esprits étroits  » ?
      A mon avis, vous êtes loin d’être un…esprit, déjà ça.

      1. @Jo Bongos,
        Elombe ne l’est que dans sa tête. Un vrai « elombe » défend sa terre jusqu’au sacrifice suprême, s’il le faut.
        Les amérindiens sont les vrais « elombe ». Allez dire à un Apache d’aliéner sa terre et observez sa réaction!
        « Elombe » n’a qu’aller quémander un poste à Paul Kagame par l’entremise de Tshilombo « Matamasquin ».

    2. Cher Elombe_
      Moi je ferais autrement…
      Xénophobie stupide peut-être, mais le plus souvent certes acte de nationalisme aussi maladroit soit-il. Si nous n’étions pas aussi cernés par des voisins envahisseurs vautours, personne ne s’attarderait à soupçonner exagérément certains de nos Compatriotes d’étrangers ou de complices d’étrangers Le nationalisme est ce patriotisme qui nous impose de défendre notre souveraineté contre l’étranger envahisseur. Alors plutôt que de m’empresser à crier à une xénophobie stupide, personnellement j’aurais tendance non à justifier mais à expliquer, à comprendre certaines excès chez nos Compatriotes. Si je suis convaincu de leurs erreurs, je les leurs ferais comprendre, je les conseillerai de regarder de plus près leurs propos et leurs actes plutôt que de m’eriger en donneur de leçons, lui-même infaillible, plutôt que de regarder de haut forum de haut rien qu’une poubelle pour des esprits étroits.

    3. Cher Elombe,
      Peut-être pas la peine d’aller si loin, dans tous les cas, moi je ferais autrement.
      Xénophobie stupide peut-être mais plus sûrement acte de nationalisme aussi maladroit soit-il. Si nous n’étions pas aussi cernés par des voisins vautours envahisseurs, personne ne s’attarderait à soupçonner exagérément certains de nos Compatriotes d’étrangers ou de complices d’étrangers Le nationalisme est ce patriotisme imposé aux meilleurs pour défendre sa souveraineté contre l’étranger envahisseur. Alors plutôt que de me précipiter à crier aux autres leur xénophobie stupide, personnellement j’aurais tendance non à justifier mais à expliquer, à comprendre certaines excès chez nos Compatriotes. Si je suis convaincu de leurs erreurs, je les leurs ferais comprendre, je les conseillerai de regarder au plus près leurs propos et leurs actes plutôt que de m’eriger en donneur de leçons, soi-même infaillible, plutôt que de regarder de haut ce forum vite assimilé en une poubelle pour des esprits étroits. Voilà mon pauvre avis !

  9. Dans le contexte politique actuel, un congolais marié à une rwandaise devient un promoteur en puissance des intérêts rwandais en RDC. Et ce, peu importe la tribu du congolais en question. C’est ce qu’on vit avec Fatshi, et c’est ce qu’on risque de vivre avec son « mbanda ».
    Il sied d’ailleurs de remarquer que les positions stratégiques et donc vitales pour notre pays, sont aux mains des personnes possédant des affinités soit « historiques » soit « par alliance » avec le Rwanda. Et ce, depuis 2001. Fatshi en assure la continuité.

  10. Jo Bongos vient de poser une question tres tres pertinente. Je ne suis pas un Mushi moi meme, mais je vais essayer d’apporter ma petite pierre. Seuls les bashi peuvent mieux nous eclairer sur des liens historiques qui existent et qui unissent les bashi aux tutsi . Quand nous travaillions au Burundi, il y avait des mesententes entre les bashi du territoire de walungu et ceux du territoire de kabare sur l’assassinat de l’eveque Munzihirwa en plein centre de bukavu, par des soldats de paul Kagame. Pour couper court, nous etions informes que tres longtemps de cela, les bashi de walungu avaient accepte de faire des alliances avec le royaume tutsi qui regnait au rwanda. Ils avaient meme accepte de marier leurs enfants aux tutsi et inversement, ce que les bashi du territoire de kabare rejeterent en bloc. Voila pourquoi de nos jours on ne peut pas nier des liens tres forts entre les tutsi et certains bashi qui ont des parents sur les collines du rwanda et dans les vallees de la rdc. La femme de Felix est de walungu, le nouveau ministre de la defense qui est son beau frere, vient peut etre du meme coin. Peut on nier ces liens avec le rwanda? C’est a douter. Il vous souviendra que les propos de kamerhe (originaire de walungu) sur le rwanda ont toujours ete mitiges. Le sage abbe Vincent Mulago d’heuseuse memoire, lui meme un shi, s’est battu pour l’unite des bashi avant sa mort en denoncant l’epine qui le divisaient, notamment les relations des quelques uns d’entre eux avec les tutsi . Les bashi peuvent apporter plus sur mes pauvres souvenirs des annees 90 que je conserve intacts. Les liens existent bel et bien entre les tutsi et quelques membres de la tribu bashi. C’est indeniable.

    1. Ndeko Raz,
      Le peu que je connais de l’histoire du coin, révèle que les bashi et leurs bami ont représenté une barrière politique et militaire aux velléités et même aux campagnes militaires venant du grand royaume du Rwanda. Les petits royaumes bashi se sont ainsi distingués à garder leur souveraineté face au royaume de Rwanda même à son apogée. Il y a semble-t-il une abondante littérature orale sur cette résistance mais j’avoue ne pas connaître précisément les différences diplomatiques entre les bami de Walungu et de Kabare face au royaume du Rwanda. Vous citez l’abbé Mulago qui doit avoir écrit là dessus, il serait intéressant de le consulter mais si le problème est soulevé aujourd’hui à partir du cas de Kabanda, la question est-elle vraiment prioritaire en dehors d’un savoir historique. C’est aux bashi, aux Congolais et leurs pouvoirs d’y répondre. Voilà ma pauvre tentative d’éclairage là dessus : à côté de la lecture de Mulago, un mushi comme notre ami Muthuza et d’autres bashi seraient ici des intermédiaires intéressants pour une bonne lecture de l’histoire sur ce qu’ils savent..

      1. Bien dit cher Nono. Pour compléter vos dires, je vous demande de lire le livre  » Trois siècles chez les Bashi  » de Mr l’abbé Kagaragu. Le reste les Bashi sont un peuple résistant et les rwandais savent très bien cela. Quand l’Afdl est arrivée a Bukavu les militaires rwandais avaient la consigne d’éliminer tous les leaders Bashi et c’est comme ça que notre archevêque Christophe Munzihirwa avait été assassiné par les rwandais. La petite question que je me pose pour répondre a Mr RAS ici  » si les bashi avaient un lien culturel avec les rwandais, ces derniers pouvaient ils venir au Sud Kivu avec l’objectif d’éliminer tous les leaders Bashi comme si c’est seulement les bashi qui vivent au Sud Kivu. Voilà comment les rwandais sont de grands ennemis de Bashi. En tout cas il faut lire ce livre vous aurez plus d’informations.

  11. « Le chat échaudé a peur de l’eau froide », dit un vieil adage.
    Que le général Gilbert Kabanda promu ministre nous pardonne si nous l’avons pris pour quelqu’un de l’autre rive de la Ruzizi. Personne au Congo ne peut contester l’attachement indéfectible de nos compatriotes de la partie orientale du pays à la Nation congolaise. Particulièrement les bashi. Le Bushi est l’ennemi héréditaire du Rwanda. Les bashi sont parmi ceux qui ont payé le lourd tribut des guerres à répétition au Congo. Ils ont beaucoup donné à la nation. Depuis Pierre Mulele jusqu’à l’Afdl de LD Kabila en passant par Jean Schram. Des martyrs il y en a eu, dont les plus connus sont Mgr Christophe Muzihirwa et Floribert Chebeya Bazahire.
    La nomination du Général Gilbert Kabanda choque un peu.
    On aurait bien voulu à sa place un officier BEM( Breveté d’Etat-Major) ou TEM(Technicien d’Etat-Major). Il en existe dans les ex FAZ. Un médecin militaire comme un magistrat ou aumônier ne sont pas des militaires de métier.
    Après 45 ans des loyaux services à la nation sous le drapeau, le Général Gilbert Kabanda a pris de l’âge. il a un bel âge pour se reposer.
    Depuis les Kabila, le ministère de la défense revient toujours aux Katangais et aux ressortissants de l’Est. Ceux du centre, le Général Dieudonné Kayembe et Maître Mutombo Bakafwa y ont fait court passage sous LDK et Josephe Kabila. Le bilan est nul. Pourquoi ne pas prendre un peu quelqu’un du Nord ou de l’Ouest du pays pour ce poste stratégique?
    Le régime de Fatshi est connu pour son népotisme, son tribalisme et son régionalisme. Pour le choix de ses collaborateurs, Fatshi puise généralement dans son entourage familial, amical ou professionnel. C’est énervant. Sauf pour les talibans radicalisés. Au Congo,le népotisme fait partie de la culture. Ca choque personne. Je ne dis pas que être membre de la famille présidentielle doit être une chance ou un handicap. mais quand même.
    Les premières déclarations du nouveau promu ne rassurent pas. Il veut s’appuyer sur la Monusco. Cette Monusco dont les populations ne veulent plus à cause de on inefficacité.
    TOZOTALELA.

    1. Kolomabele@
      MINISTRE DE DEFENSE?
      C´est une fonction politique.. avant tout et pas du tout une fonction « militaire ».. Même en Israel où les militaires se retrouvent souvent dans la politique á la fin de leurs carrières, certains « civils » ont assumés cette fonction.
      La fonction de ministre de défense n´exige pas une qualification « militaire » mais une capacité d´analyse politique car ce ministre devrait imaginer la forme, le budget, les acquisitions des équipements, la construction et la maintenance des infrastructures sans parler de la MCO (maintien des capacités opérationnelles) des militaires.
      Au Congo, en ce moment nous avons la chance d´avoir un ex général qui a fait 45 ans au sein des FAZ/FARDC. En plus de sa formation academique de médecin militaire, il possede une capacité d´analyse basée sur une experience pratique car étant orginaire du Kivu, il est un temoin vivant qui peut trouver les solutions tactiques efficaces.
      POLITIQUE DE DEFENCE
      Notre grande préoccupation devrait-être la « visibilité » de la politique de défense que Felix souhaite appliquer au Congo.
      Felix est conscient que faire la guerre au Kivu est une obligation de la part du gouvernement congolais. Aucune negociation ne peut apporter la paix au Kivu.
      La grande question est l´aspect politique de la défense quand Felix qui s´affiche « pro-USA » ne semble pas obtenir le back up du Pentagone.. Ce que Felix n´a toujours pas accepté de radier les généraux sous sanctions internationales.. et pire Felix semble continuer (comme Mobutu et les Kabila) avec cette approche inconstante de « multiple cooperations militaires » avec des pays qui n´ont ni doctrines communes, ni pire une capacité fiable en matière de transfert des technologies ou des connaissances militaires.
      En ce moment precis, on apprend que les militaires du Kenya vont venir s´ajouter aux 20 000 FARDC y compris la Brigade de la SADC de la Monusco.. quel chaos !
      TEM ET BEM
      Kolomabale@ Même GHOST qui pourtant était plus « jeune » que les TEM/BEM dont vous parlez ici ne possede plus les capacités physiques et mentales pour servir dans l´armée au Congo.
      Ces BEM/TEM qui dans la grande majorité ne parlent pas « anglais » et sont depassés par les nouvelles technologies militaires… ne peuvent ni assumer la fonction politique de ministre de défense ni pire commander l´armée nationale dans une guerre asymetrique.
      Avec tout le respect pour leurs états de service, cette guerre depasse leur niveau des connaissances..
      LA FIN DE LA MISSION MILITAIRE DE L´ONU?
      C´est l´une des missions de l´actuel ministre de la défense. La MONUC si impopulaire au Congo ne peut que commencer á planifier son retrait. Mais comment remplir le GAP que la MONUSCO va laisser rien que sur le plan logistique?

  12. AU CONGO UNE SORTE BIZAROIDE DES JOURNALISTES EXPERTS POLITICIENS ANALYSTES ET AUTRES SONT NES APRES MOBUTU RIEN D ETONNANT DE LIRE ET ENTENDRE N IMPORTE QUOI SUR N IMPORTE QUI. SI DES RWANDASI VOUS COCHENENT A QUI LA FAUTE?AU CONGOLAIS LUI MEME AVEC MEME LE POINT DE L EXPERT MILITAIRE ILS N ARRETERONT PAS DE TROUVER DES RWANDAIS PARTOUT REMARQUEZ QUE LE NOM KABANDA SE TROUVE AUSSI DANS LA BANDUNDU.MAINTENANT ILS VONT ASSOCIES MME FELIX A LEURS INEPTIES. IL N EST PAS QUESTION DE BEAUX LE GENERAL A LA COMPETENCE ET QUALITE OU EST LE PROBLEME?LE PEN A LAISSE SON PARTI A MARINE NE DITES PAS QU ELLE N A PAS QUALITE .CERTAINS MINISTRES NE CONNAISSENT NI DE LOIN OU DE PRES KAGAME ET QUE NOUS LES CONNAISSONS PERSONNELLEMENT DEMAIN ON NOUS RACONTERA QUE C EST KIGALI QUI GERE OOHH SOYEZ SERIEUX DANS VOS ANALYSES AVANT DE PUBLIER CERTAINS DE VOS TORCHONS.C EST QUELLE FORME DE JOURNALISME VOYONS DEPUIS L AFDL?MABE NA BINO BO BETA MASOLO YA BATU ATA OYEBI YE ATA DOMAINE OZO MATRISER TE OPESA AVIS TO O DEBATTRE AU LIEU D APPRENDRE.

    1. @ Je ne sais pas si je vous ai bien compris, Citoyen Zorino, mais voilà quand même mon avis personnel sur le Rwanda face au Congo : les Congolais sont bien sûr les premiers responsables de leurs errements mais cela ne veut point dire que le Rwanda n’a pas commis et commet une grande nuisance sur notre pays.
      Mon grand âge s’il ne m’a pas apporté la fortune m’a au moins donné le temps de rouler un peu ma bosse. Il y’a 30 ans le Rwanda n’était pas pour le Congo l’ennemi qu’il est devenu. Du temps de Mobutu il était même un vassal ami. Il m’est arrivé de m’y rendre. Je veux dire que les relations actuelles s’expliquent par la guerre, leur occupation et le pillage que les malins Rwandais nous ont fait subir et cela non pas seulement parce que nous étions faibles mais parce que eux ont bénéficié de l’excuse du génocide de la part de la CI pour jouir de leur part une indifférence même leur bénédiction sur les crimes qu’ils ont commis et commettent chez nous.
      @ Entre-temps l’histoire de la colonisation d’un Rwanda-Urundi et d’un Congo belges nous a rapprochés et les migrations polyfactuelles des Rwandais au Congo ont fait le reste aboutissant à la présence des Banyarwanda sur notre sol pas toujours en harmonie comme les Banyamulenge revendicateurs de force d’une terre qui se sont glissés dans la guerre du Rwanda au Congo. S’en sont suivies aussi des infiltrations planifiées notamment par brassages, mixages et autres stratagèmes des belligérants étrangers. Mais il y’a plus pacifique et tenant à la vie des hommes comme elle va. Si on vous dit aujourd’hui que le fait que Tshisekedi ait décrété publiquement les Banyamulenge Congolais à part entière peut s’ expliquer par son histoire personnelle, ses liens familiaux, vous ne le croirez pas tout de suite. Et pourtant la vérité est que Gisaro le fils du fondateur de la tribu de Banyamulenge nommé aujourd’hui ministre est marié à un membre de la famille de Tshisekedi.
      @ Bref les relations Rwanda/Congo sont bien plus complexes passant de celles entre États à celles entre les hommes.
      Le point focal est que le Rwanda de Kagame a planifié officiellement et malignement de se venger et de se refaire du génocide qu’il a subi en occupant et en pillant impunément le Congo. Du coup si on ne peut en conséquence discipliner nos relations interpersonnelles nous devons avoir un devoir d’intelligence et de mémoire pour faire que chacun n’ignore pas le contexte historique qui est le nôtre au risque de léser nos intérêts étatiques souverains comme le fait Tshisekedi, de plus notre Chef d’État !

  13. Je voudrais encore informé a notre compatriote Raz que le ministre de la défense Gilbert Kabanda est de Kabare et dire que le mwami de Kabare est le grand frère du mwami de Ngweshe(Walungu) tous de Bashi. Et donc il n’y a aucun conflit entre les deux rois qui collaborent très bien. Moi qui vous parle suis un mushi de Ngweshe (Walungu) mais ma femme est de Kabare. Voilà ! évitons ici d’opposer inutilement les deux rois qui sont des frères .

    1. @RogerMURHUZA a écrit plus haut, « les rwandais sont de grands ennemis de Bashi ». Pourtant il y a, parait-il, beaucoup de Bashi qui s’installent/vivent au Rwanda par manque de logements à Bukavu!

  14. PS
    @ Mes excuses, en me relisant je réalise que je vous dois une précision sur le statut que j’accorde à ceux qui se disent Banyamulenge. En fait ce n’était pas vraiment mon sujet. Au préalable je n’ai rien contre les personnes mais contrairement à notre Président qui les a décrétés à la cannonade Congolais comme les autres, j’attends qu’eux-mêmes le prouvent. En effet selon moi les Banyamulenge sont des Banyarwanda comme les autres càd des gens venus du Rwanda, si à tort ou à raison ils revendiquent être venus plus tôt que les autres même avant la colonisation, la seule issue démocratique est qu’ils se comportent comme tous les Congolais. Bien sûr ici je ne pointe pas le peuple mais les leaders fort tendancieux qui le mènent.
    @ Mulenge est une colonie Congolaise qui n’a pas produit par génération spontanée des locuteurs de kinyarwanda qui est une langue du Rwanda exportée chez nous par des migrants et aucun Congolais n’a tué ses frères comme ils l’ont fait derrière le Rwanda qui nous a fait la guerre, pour revendiquer un morceau de terre. Voilà pourquoi selon moi contrairement au décret rapide de notre PR le statut des Banyamulenge nécessite un débat ouvert et une clarification légale sinon on risque des violences interminables entre communautés et milices notamment étrangères interposées pour se disputer les terres au détriment du premier venu. Le Rwanda de Kagame ne nous veut pas encore du bien et que les Banyamulenge continuent à lui vouer loyauté totale plutôt qu’au Congo, restera un mauvais signe pour la cohabitation pacifique au Sud Kivu. Voilà !

    1. Cher Nono,
      Suite à certains de vos commentaires, Je voudrais vous inviter à enrichir davantage vos connaissances sur les informations que vous avez déjà. Les intellectuels sont, pour moi, l’élite qui doit guider et éveiller les autres. Vous faites part d’«une anecdote personnelle plutôt confidentielle » : Vous avez entendu Docteur Mashako s’adresser à un collaborateur en kinyarwanda, plutôt qu’en Swahili et plus tard vous apprendrez que c’était un Hutu munyarwanda de Rutshuru. Le Kinyarwanda est parlé par au moins 1.500.000 personnes au Nord-Kivu comme la langue maternelle. Le Swahili n’appartient à aucune tribu. C’est une langue bien sûr nationale et surtout fédératrice dans les milieux extra-coutumiers comme Goma et d’autres centres plus ou moins urbains. Lorsque j’étais jeune, on appelait Ba Swahili les musulmans. Mashako s’exprimant en kinyarwanda, ce qu’il s’adressait à un Hutu ou Tutsi, mais pas à un Hunde, Nyanga, Nande, havu ou Mushi, etc. Ce qui serait indécent. Les messes sont célébrées en Kinyarwanda tout comme les prêches chez les protestants. Aux marchés, les transactions se passent en Kinyarwanda la ou il y a de fortes concentrations de rwandophones.
      Je remarque aussi que vous avez une certaine confusion sur les banyamulenge. Vous affirmez ceci : « Si on vous dit aujourd’hui que le fait que Tshisekedi ait décrété publiquement les Banyamulenge Congolais à part entière peut s’expliquer par son histoire personnelle, ses liens familiaux, vous ne le croirez pas tout de suite. Et pourtant la vérité est que Gisaro le fils du fondateur de la tribu de Banyamulenge nommé aujourd’hui ministre est marié à un membre de la famille de Tshisekedi ».
      Lorsque les Banyamulenge combattaient du cote de l’armée nationale contre les Mulelistes en 1964, le PR n’avait qu’une année ou moins. Que Gisaro Alexis ait épousé une luba ou une autre fille de son choix, cela ne peut pas occulter l’image très positive que son père, Commissaire du Peuple, décédé tragiquement dans un accident de circulation à Bujumbura en 1980, a laissée après avoir servi longtemps comme autorité académique et rendu indifféremment services à tous ses compatriotes du Grand Kivu en particulier ceux qui restaient chez lui en attendant l’inscription ou la bourse.
      Vous déclarez aussi : « En effet selon moi les Banyamulenge sont des Banyarwanda comme les autres càd des gens venus du Rwanda, si à tort ou à raison ils revendiquent être venus plus tôt que les autres même avant la colonisation, la seule issue démocratique est qu’ils se comportent comme tous les Congolais » Pourriez-vous indiquer en quelle année les Banyamulenge sont installés là où ils habitent actuellement ? Il y a même de jeunes qui n’étaient pas encore nés en 1960 mais qui prétendent les avoir vus venir du Rwanda. Pourriez-vous jeter un coup d’œil sur l’article de M. Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo intitule Les populations dites à ‘nationalité douteuse’ au Kivu du 31 mars 2020 paru ce même site. En voici quelques extraits : « Au Kivu vivent des Hutu et Tutsi, établis avant, pendant et après la colonisation. Avant la création de ce qui deviendra d’abord l’Etat Indépendant du Congo à l’issue de la conférence de Berlin en 1885, puis Congo Belge en 1908 pour finir par accéder à la souveraineté internationale en tant que République du Congo en 1960, des sujets du Mwami rwandais, essentiellement des Hutus, avaient fui leur royaume et s’étaient installés dans ce qui deviendra le Nord-Kivu où ils avaient établi des liens matrimoniaux avec les populations autochtones. Cette émigration a donné naissance à une tribu, celle des Banya Bwisha (les gens de Bwisha), également présents au Sud-ouest de l’Ouganda. « Dans le Bwisha congolais, ceux-ci sont constitués en chefferie autonome depuis 1920, sous l’autorité du Mwami Ndeze de 1920 à sa mort en 1980. Ailleurs au Kivu, ces populations cohabitent avec les Hunde, les Havu, les Shi, les Fulero, etc. depuis des dates diverses ».
      « Peu avant 1900, des Hutu et des Tutsi vont s’installer dans l’actuel espace Sud-Kivu dont « quelques familles de pasteurs Tutsi, fuyant le Ruanda traversèrent la Ruzizi, pénétrèrent au Congo Belge et se fixèrent en premier lieu à Lemera dans la chefferie des Fulero au Sud-Kivu. Les descendants de ces émigrés gagnèrent la chefferie des Vira et y fondèrent les villages de Galye, Munanira, Kishombwe et Kalonge-Kataka, au-dessus des derniers villages Vira. L’immigration ne donna pas lieu à des réactions hostiles de la part des Vira parce qu’elle se localisa en dehors des terres occupées par ceux-ci ».
      « Pendant la colonisation, l’émigration des populations du Ruanda-Urundi vers le Kivu revêtit deux formes : l’émigration spontanée et celle des transplantés qui eut lieu surtout à partir des années 30 jusqu’au milieu des années 50. On était transplanté de façon individuelle, à la suite d’un recrutement pour les plantations européennes du Kivu (et les mines du Katanga), ou par familles entières, à la fois pour pallier les famines récurrentes au Ruanda-Urundi et pour décongestionner un territoire relativement surpeuplé »
      Je ne voudrais pas moi-même créer la confusion, mais à chaque fois que j’entends quelqu’un soutenir qu’il faut la territoriale des non originaires, je me dis qu’il faut laisser les originaires gérer leurs problèmes au lieu de les reporter ou de les confier aux autres.
      Attention, pourquoi seulement ces derniers temps il y a tendance à confondre certains Bashi aux Rwandais ? Une des raisons, lorsqu’on s’approche de la grande MANGEOIRE NAIONALE, tous les coups sont permis, surtout les plus subtiles.

      1. Mon cher Mr Fofo,
        Merci pour vos informations et globalement à part un ou deux détails j’en ai toujours pris acte. C’est pour vous dire que selon moi nulle part je ne vous lis contester l’essentiel des faits que j’ai rapportés, quant à mes opinions et mes jugements, souffrez svp que je trouve dans vos propos des raisons de garder ce que j’ai dit. Permettez quand même une question : pour vous tout va bien et la cohabitation entre communautés est ‘agréable’ au Nord Kivu, en Ituri et surtout au Sud Kivu comme ce l’était il y’a 30 ans, si ce n’est plus ça c’est depuis quand, pourquoi, à qui la faute, y’a-t-il des coupables et enfin que nous faut-il faire pour améliorer la situation ? Encore merci pour votre intervention.

Comments are closed.