Motion de censure: Le « Premier » Ilunga fait de la résistance!

Tous les regards seront braqués ce mardi 26 janvier sur le Palais du peuple le siège du Parlement congolais. En cause, le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba est attendu, à 13 heures, à la Plénière de l’Assemblée nationale. Et ce dans le cadre d’une motion de censure signée par 301 députés contre le gouvernement dont il est le primus inter pares. On apprenait, dimanche 24, que le chef du gouvernement a quitté Kinshasa. Il se trouve à Lubumbashi, chef-lieu du Haut-Katanga, où il devait s’entretenir avec l’ex-président « Joseph Kabila », « l’autorité morale » du Front commun pour le Congo (Fcc). Et si le « Premier » Ilunga ne se présentait pas à la séance plénière de la Chambre basse de ce mardi?

Fidèle entre les fidèles de l’ex-président « Joseph Kabila », le Premier ministre congolais Sylvestre Ilunga Ilunkamba, 73 ans, se trouve depuis dimanche 24 janvier à Lubumbashi. Il s’y est rendu illico presto afin de « consulter » « l’autorité morale » du Fcc (Front commun pour le Congo) sur la conduite à adopter face à la motion de censure contre lui et son gouvernement. Des observateurs sont affligés de voir ce politicien expérimenté doublé d’un professeur d’Economie appliquée se laisser « trimballer » par un « blanc bec ».

Dans une « déclaration », non signée, datée du 24 janvier, Ilunga Ilunkamba (?) justifie son déplacement par le fait que c’est « Joseph Kabila » qui avait proposé son nom au poste de Premier ministre « ce qui a permis ma nomination par son excellence Monsieur le Président de la République ».

Depuis le mois de novembre 2019, il y a une crise persistante entre l’institution Président de la République et le « clan kabiliste » représenté par le Premier ministre Ilunga et les présidents de deux chambres du Parlement. A savoir Alexis Thambwe (Sénat) et Jeanine Mabunda Lioko (Assemblée nationale). Début décembre, cette dernière a été déchue avec l’ensemble des membres de son Bureau suite à une pétition. Un Bureau d’âge a été désigné pour expédier les affaires courantes. A savoir, organiser notamment l’élection du Bureau définitif.

Le Bureau d’âge. De gauche à droite: Aminata Namasia (Questeure), Christophe Mboso N’kodia Pwanga (Président) et Gaël Bussa (Rapporteur)

Par lettre n°1872/RDC/AN/CP/D/JLO 062/2021 datée du 23 janvier 2021, le président du Bureau d’âge, Christophe Mboso N’kodia Pwanga, a transmis à Sylvestre Ilunga la motion de censure signée par 301 députés contre le gouvernement qu’il dirige depuis début le mois de septembre 2019. « (…), je vous prie de vous présenter à la séance plénière du mardi 26 janvier 2021, à 13 heures », précise le président du Bureau d’âge.

Lundi 25, le tout-Kinshasa politico-médiatique se posait deux questions. Primo: le Bureau d’âge est-il compétent pour diligenter le « contrôle parlementaire »? Secundo: Et si le Premier ministre Ilunga ne se présentait pas à la séance plénière de ce mardi 26 janvier, à 13 heures?

A la première interrogation, nombreux sont des chroniqueurs qui répondent par l’affirmative en apportant une nuance. Ils citent à l’appui l’arrêt de la Cour constitutionnelle du 15 janvier 2021 – en interprétation de l’article 101 de la Constitution – habilitant le Bureau d’âge à gérer les affaires courantes en organisant l’élection du Bureau définitif mais aussi, « vu l’urgence », à exercer le contrôle parlementaire. Pour ces chroniqueurs, le Bureau d’âge est parfaitement compétent pour jouer son rôle de « courroie de transmission » de la motion de censure dont l’initiative revient à la Plénière.

Intervenant lundi 25 à l’émission « Bosolo na politik » avec d’autres collègues, le député national Cherubin Okende Senga, proche de Moïse Katumbi, semble partager l’avis des chroniqueurs. Se reportant sur l’alinéa 26 de l’article 23 du Règlement d’ordre intérieur de l’Assemblée nationale, « Cherubin », qui est juriste de formation, soutient que le contrôle parlementaire relève de la compétence de la « Plénière » et non du Bureau définitif ou d’âge. Pour lui, la mise en cause de la compétence du Bureau d’âge est un débat qui n’a pas lieu d’être. Autrement dit, le « Premier »  a affaire avec cet organe suprême de l’Assemblée nationale.

LE PREMIER MINISTRE ILUNGA FAIT DE LA RESISTANCE

Le Fcc est loin de partager ces avis. Dans une déclaration faite sur la radio Top Congo, la députée nationale Geneviève Inagosi considère que le Bureau d’âge est « illégal ». « Il faut un Bureau définitif pour examiner cette motion de censure », a-t-elle martelé sans citer à l’appui une base juridique. Pour elle, le Premier ministre Ilunga ne répondra pas à l’invitation lui transmise par Christophe Mboso. « En ce qui me concerne, la seule personne mandatée pour parler en mon nom, c’est mon porte-parole(…)« , écrivait le Premier ministre Ilunga dans sa déclaration précitée. Que valent, dès lors, les propos de la dame Inagosi? N’empêche, cette dernière a sans doute dit tout haut ce qui se murmure tout bas au sein du « Comité de crise » mis en place par « Kabila ».

Palais du Peuple

Qu’en est-il de la seconde interrogation à savoir l’hypothèse de l’absence du Premier ministre à la Plénière de ce mardi 26? Selon des chroniqueurs et quelques juristes, la réponse est contenue dans l’article 199 du Règlement d’ordre intérieur de l’Assemblée nationale. Pour l’essentiel, on retiendra qu’en cas de refus ou de présentation tardive de l’interpellé, la Plénière va rédiger un rapport assorti des « recommandations ». Il reviendra au Bureau d’âge de transmettre ledit rapport au Président de la République. Un vote pourrait intervenir en clôture des débats.

En ce qui concerne le cas Ilunga Ilunkamba, certains parlementaires disent vouloir appliquer la « jurisprudence Kabund ». Il s’agit, en fait, du « précédent Kabund ». Premier vice-président de l’Assemblée nationale, l’Udps Jean-Marc Kabund-A-Kabund fut déchu en mai 2020 suite à une pétition. « L’absence de Kabund ne nous avait pas empêché d’examiner la pétition dont question et de procéder au vote », soutiennent certains députés.

En se rendant à Lubumbashi, 48 heures avant la date de sa convocation à la Plénière de la Chambre basse du Parlement, le Premier ministre Ilunga a, sans conteste, fait un pied de nez tant au président Felix Tshisekedi Tshilombo qu’à la représentation nationale. L’homme parait décidé à faire de la résistance.

L’attitude du chef du gouvernement vient rappeler la crise institutionnelle qui « paralyse » l’Etat depuis le mois de novembre 2019. Une crise qui tire son origine dans le non-respect des institutions. Cette crise explique la bruyante décision du président Felix Tshisekedi Tshilombo de dénoncer la coalition Fcc-Cach et de lancer une sorte de « rassemblement des patriotes » dénommée « Union sacrée de la Nation ». L’envol de ce projet accuse une certaine lenteur. Une chose paraît sûre: le « clan kabiliste » n’a peut-être pas encore dit son dernier mot…

 

Baudouin Amba Wetshi

10 thoughts on “Motion de censure: Le « Premier » Ilunga fait de la résistance!

  1. Une balle au ventre entraîne l’hémorragie, et puis la mort lente. Même la réanimation des médecins de Kashamata à la salle d’urgence n’apportent pas la survie du patient FCC. Même l’intercession mystique du Pasteur Ngoy Mulanda n’apporte miracle.
    Nous attendons le dernier soupir.

  2. Constituer d’abord le bureau définitif de l’assemblée nationale. Si ce bureau définitif est du ressort des pétitionnaires, le gouvernement tombera de lui-même comme un fruit mûr. Là, on va de confusion en confusion. La tâche principale d’un bureau d’âge est de se battre pour constituer un bureau définitif or on a l’impression qu’on en ait éloigné.
    Au vu du comportement et des attitudes de notre classe politique, quel que soit le bureau législatif ou le gouvernement qui en est issu, point d’espoir. Quelle que soit l’institution, nous sommes en mode navigation à vue.

  3. Si Ilunga Ilunkamba ne se présentait pas à la séance plénière de ce mardi?
    Eh bien, l’eau continuera à couler sous le pont Maréchal, alias « Kabila » continuera à être « protégé » [Peter Kazadi] et à l’Est nos compatriotes continueront à être massacrés.

  4. Il y a également dans notre pays une caste dénommée « juriste » qui n’aide pas ce pays. Pour un même texte de loi, si vous prenez 7 juristes , vous auriez 7 interprétations différentes souvent en fonction de la casquette mise par ces juristes. Je ne sais pas si la langue administrative utilisée le français y est pour quelque chose. Toutefois, je proposerais dans ce cas que la constitution et les différentes lois soient écrites dans nos langues nationales pour une commune compréhension. Les différents cours de justice n’aidant pas non plus. Il est plus que temps de sortir ces différentes cours de justice de l’influence du politique sinon point de salut.

  5. Cher Amba Wetshi,
    Il n’est même pas question que le FCC balbitie son soit-disant dernier mot que je qualifie d’avance « d’inéptie pure ».
    Le plus important pour nous peuple est seulement que ce régime kléptocrate tombe en un coup de guele provenant de l’homme fort du moment « FATSHI BÉTON ».
    kabund a été déchu sans une probable présence de lui à l’AN, Ilunkamba n’es pas né primo-mister qu’il dégage et laisse la place à un autre nouveau prémier ministre qui veut bien gérer la primature intuitu personæ !

  6. DEUX JOURS POUR L´EXIT DE MABUNDA
    Souvenez-vous comment les parlementaires étaient si actif quand il fallait commencer la procedure qui vise á reduire les capacités du barbu Kabila.. En 48 heures Mabunda et son bureau avaient quittés la présidence du Parlement.
    30 JOURS POUR ELIRE LE NOUVEAU BUREAU?
    En ce jour du 26 janvier, il ne reste que moins d´une semaine selon le temps accordé par la cour constitutionnelle pour que cette session extraordinaire puisse élire le bureau définitif.
    Au contraire, les parlementaires ont été incapables de « materialiser » la nouvelle majorité sinon pour quelle raison il n´ya pas un bureau définitif 26 jours après?
    DEMISSION DU PREMIER MINISTRE?
    Pour quelle raison la session extraordinaire ne se concentre pas sur la raison principale de ses activités mais trouve quand des formules magiques juridiques pour obtenir la demission du premier ministre?
    Faut-il une demission du premier ministre avant de trouver la nouvelle majorité au Parlement?
    RESISTER?
    Le vieux Ilukamba peut « résister » et laisser Felix trouver sa « majorité » sans son aide kie kie kie. Cette motion contre lui n´est qu´une diversion surtout quand on l´utilise pour faire signer un « formulaire » où chaque parlementaire doit affirmer son appartenance á l´opposition (FCC ? kie kie kie) ou á la majorité (Union Sacrée) bien que le reglèment indique que ce choix se fait au début de la législature.
    Le vieux sait d´avance que tant que les parlementaires ne trouvent pas un deal pour élire un nouveau bureau définitif qui est l´expression de la majorité, rien ne peut le menacer.. jusqu´á la session ordinaire du mois de mars 2021..Rien, nada.. Felix ne peut rien contre lui et pire Felix a du mal á organiser son Union Sucrée.. une diversion de plus même avec l´aide des juges.. qui rafistolent les interpretations des lois tout le temps
    Navigation á vue sans radar á longue distance pour baliser la voie!
    DISSOLUTION DU PARLEMENT?
    Mister BAW cite « Bosolo na politique ».. mais quand Israel Mutombo pose cette question de la dissolution.. en expliquant que Felix a maintenant la « crise entre le parlement et le premier ministre » qu´il recherchait depuis longtemps.. silence totale des députés.. Ils étaient si effrayés par cette option.. ce que personne ne souhaite des élections anticipées au Congo en ce moment où les électeurs sont sous « couvre feu », et la situation sociale est pire qu´avant.
    Requalifier la majorité n´est pas si facile.. une fois de plus le barbu Kabila démontre qu´il n´est pas si moins intelligent.. même loin dans son ranch de Lubumbashi, il possede une capacité de nuisance politique et Felix doit compter avec lui.. Wait and see

  7. Ce qui est surprenant, c’est que ce film nous est offert gratuitement. Ils pourraient nous réclamer des droits d’auteur. Et ils auraient raison. Car c’est vraiment divertissant. En ce temps de Covid-19.
    Non mais franchement, oyo mboka ya pelengenu ya ndenge nini ? pourquoi ne font-ils pas les choses sérieusement et correctement ? Pourquoi ces professeurs d’université, ces avocats qu’on n’a jamais vu plaider, ces juristes auto-proclamés de tous bords qu’on voit défiler sur les plateaux de télévision, n’arrivent-ils pas à se mettre d’accord sur les mêmes textes qu’ils sont les seuls à comprendre ?
    En attendant, la croisière rwandaise continue, avec son lot de morts congolais.
    Mawa !

  8. A sa place j’aurai démissionné de moi-même, question de dignité.
    Et cela avant même que ne soit initié cette pétition contre lui. A partir du moment où la coalition qui a amené à sa désignation en tant que premier ministre n’existe plus, il est logique que non seulement lui mais que tout son gouvernement tombe.
    Ce qui est curieux ce que les autres membres du gouvernement issu du même accord de gouvernement entre le FCC et CACH devraient eux aussi tous démissionnés !
    On s’acharne sur le premier ministre, et les autres membres du gouvernement ils attendent quoi pour démissionner ?
    Et la justification de la prétendue motion me semble aussi farfelue : « incompétence » !
    Si le premier ministre est incompétent, que dire du président de la république avec qui, ils ont gérés le pays ensemble ?
    Bref, pour moi ce mandat de 5 ans est déjà perdue, le temps qu’on nomme un nouveau premier ministre, que l’on forme un gouvernement et que celui-ci se mette concrètement au travail nous serons déjà en 2022 !

  9. # Ilunga Ilunkamba !? Jamais un PM n’a été autant fantomatique, comme s’il navait jamais figuré au tableau officiel. L’avez-vous entendu fût-ce une fois parler de son action, de sa vision et de ses objectifs en tant que chef de gouvernement ? Le voilà aujourd’hui ‘faire de la résistance’ comme vous dites en courrant prendre des ordres chez son maître comme un insignifiant élève qui ne dispose d’aucune capacité à réfléchir et agir par lui-même. Il se dérobe piteusement aux préoccupations de l’Assemblée et du peuple dont il doit tirer sa légitimité et va faire valoir le rôle d’une autorité morale qui nexiste que pour lui et les affidés de son camp ; une relation privée. Il refuse de démissionner alors qu’il a perdu la confiance de son PR et du Parlement : que peut-il encore valoir sil ne prend même pas ainsi conscience de sa dignité d’homme, de notable institutionnel et d’universitaire traînée dans la boue en se laissant dechoir aussi pitoyablement par une motion de censure des députés ?
    # Une catastrophe, un aveu inqualifiable dimpuissance et un déni curieux de dignité à son niveau, il se laisse ‘trimballer par un blanc-bec’, par un maître aussi veule ?
    Ilunkamba nexiste pas, il n’a jamais existé et existera encore moins demain comme PM de ce pays surtout s’il fuit la confrontation avec les députés qui l’assignent legalement à démissionner. Est-il si borné pour croire quil en tirera quelque titre de gloire quand déjà l’arthmetrique parlementaire ne pourra lui épargner l’exclusion la queue entre les pattes.
    En vérité notre cher Professeur ne fait pas de la résistance mais est obligé de battre en retraite comme un chien battu. Ne braquons donc pas inutilement nos rergards vers le Palais de la Nation pour ne rien y voir ou alors y deviner l’ombre piteuse d’un lâche fantôme. Qu’il ne se presente pas à la plénière de l’Assemblée  ce mardi est donc en vérité un non-événement. Les spéculations sur la compétence du bureau d’âge sont devenues hélas des gesticulations dilatoires minables.

  10. Il est vraiment incomprehensible et decevant de constater qu’il existe certains compatriotes qui sont incapables de PENSER et de RAISONNER politiquement. alalysons quelques faits et quelques questions qui demontrent que certains d’entre nous refusent de VOIR. Kabila-Felix: Qui vous rassure qu’ils ne sont plus des camarades? Qui vous dit que la trouvaille  » union sacree » n’a pas ete discutee entre les deux? Kanambe ne se retire-il pas au katanga juste pour laisser son ami le temps de faire avaler la pillule union sacree aux naifs congolais? Mende et Mbikay sont-ils devenus des fous pour parler de l’union sacree comme d’une coalition elargie du fcc-cach? Pourquoi les textes ne sont plus respectes dans cette republique bananier, colonie de Paul Kagame ou meme la cours constitutionenlle n’inspire plus confiance? Pourquoi les talibans n’ont plus le courage de parler de kagame comme ils le faisaient avant? Que pensent-ils des relations entre Kagame et leur gourou? comment l’expliquent-il? Quelle honte pour ce grand pays? Ce qui interesse certains c’est simplement le depart de ilunkamba et non l’apres Ilunkamba, comme si son remplacant va immediatement apporter la solution miracle aux problemes du congo. Les pays forts sont les fruits des institutions et textes forts tandis qu’au congo ils ont besoins d’hommes forts. Fatshi beeeeeu.. Ils avancent a reculons et leur president ose parler de SA VISION, mot que l’on ne retrouve pas dans la nouvelle constitution! ou allons nous? Les morts de l’Est n’interesse personne a commencer par Felix. Croyez vous que ce pays va-il un jour NAITRE? Pourquoi Felix ne peut pas chasser l’ambassadeur rwandais? Que les udpsiens nous disent quelque chose, parceque ce bandit avait insulte nos morts. Mbata est devenu ridicule, tout professeur des universites qu’il est, il se met a insulter ses adversairesde la meme maniere que n’importe quel autre taliban mediocre. Somo trop! C’est tout simplement revoltant.

Comments are closed.