Ne Muanda Nsemi trahi par ses propres frères Ne Kongo?

Bamba di Lelo
Bamba di Lelo

Faisant suite à mon précédent article, paru dans Congoindependant.com, en date du 15 mai 2018, relatif à l’exécution du pontife Ne Muanda Nsemi, député national et chef spirituel du mouvement politico-religieux Bundu dia Mayala, à ce jour, aucun élément nouveau, ni aucune thèse contraire n’est venue contredire de manière formelle notre hypothèse de départ. Zacharie Ne Muanda Nsemi demeure à nos yeux vraiment introuvables, et donc, on peut valablement conclure que notre démarche de pensée, voire notre affirmation de l’exécution de Ne Muanda Nsemi, reste valide.

Voici la liste complémentaire des notables Né Kongo qui ont participé à la messe noire de Mbanza Ngungu contre Ne Muanda Nsemi. Il s’agit de:

  1. Nsimba Nzungilu, Président de l’Assemblée provinciale
  2. Jacques Lungwana, député national
  3. Kiakwama kia Kiziki, député national
  4. Anselme Mbaku, ministre provincial
  5. Ngoma Binda, ministre provincial
  6. Chantal Malanda, directeur de cabinet du gouverneur
  7. Wivine Nlandu, conseillère du chef de l’Etat
  8. César Lubamba, député national
  9. Muanda Vuidi, rapporteur de l’assemblée provinciale
  10. Bavula Vunda, député national
  11. Mbutu, député provincial
  12. Mambu, député provincial
  13. Nzau Wola, député national
  14. Clément Nzau, député national
  15. Nzamasumu, député provincial
  16. Mfulu Masoka, Vice-présidente de l’assemblée provinciale

Dès la base, le Grand Maître, Ne Muanda Nsemi devenait une pièce à abattre, par le régime de Joseph Kabila, mais également par ses concurrents politiques à cause de son parler vrai, et de sa manière d’exposer sa vision à tendance révolutionnaire, qui, pis est, indisposait bon nombre de compatriotes, et même ses propres frères du terroir, porteurs de mallettes, évidemment pour la poursuite d’une certaine hégémonie!

Egalement, il me paraît utile de signaler que selon certaines indiscrétions, Ne Muanda Nsemi était intolérant vis-à-vis de la religion chrétienne, qu’il considérait comme une religion étrangère, étant donné que le Christ, son fondateur, était à ses yeux, un dieu des Colons et des Blancs!

Mais, quant à ses convictions politiques, Ne Muanda Nsemi était apparu comme un vrai nationaliste dans la lignée de Simon Kimbangu. Il n’en reste pas moins vrai que revêtu d’un courage exceptionnel, le grand Maître Ne Muanda Nsemi a été le premier élu à dénoncer la nationalité rwandaise d’Hyppolite Kanambe, au nom d’emprunt Joseph Kabila.

Bien plus, il intimera l’ordre à cet usurpateur criminel de plier bagages et de retourner sans ordre de mission supplémentaire, au Rwanda natal. Tel est d’ailleurs mon souhait, et celui de tous mes compatriotes congolais de souche, subissant au quotidien les affres d’un régime politique à bout de souffle!

De ce qui précède, en quoi donc l’honorable Ne Muanda Nsemi a-t-il été un obstacle pour ses frères et sœurs du Kongo Central, mandataires provinciaux et nationaux, revêtus pour la circonstance, de l’habit de notable Ne Kongo?

N’est-ce pas parce que vous vous êtes tous précipités au chef-lieu du District de Mbanza-Ngungu, affamés, à la recherche d’une perfusion financière auprès de Joseph Kabila, comme vous en avez tous l’habitude?

Qu’avez-vous fait, chers Notables, de nos valeurs ancestrales kongo, qui préservent notre dignité, du respect de notre culture pour la vie, et de l’unité de notre province?

Pourquoi dans votre action politique, et notre vivre ensemble, ne pas vous être inspirés de nos ancêtres dont Joseph Kasa-Vubu, Vital Muanda, Nzeza Nlandu, Emile Zola, Gaston Diomi, Kingotolo et de tant d’autres qui, à travers leur action politique, privilégiaient d’abord l’unité de la province, l’entente entre communautés, le respect de nos traditions et enfin le partage équitable de nos ressources entre tous.

Je m’insurge cependant de manière véhémente contre certains compatriotes de Bundu dia Mayala, baignés, certes par l’ignorance et la stupidité, qui assurent de manière évasive, l’existence de Ne Muanda Nsemi, leur chef spirituel, dans un monde mystique, emporté par les esprits, mais que ce dernier reviendrait parmi nous, par la « magie de l’incarnation ». Un tel raisonnement est pour ma part, une utopie, une absurdité, un non-sens manifeste, et donc sans objet.

Par ailleurs, les adeptes de Bundu dia Mayala n’arrivent pas à expliquer l’ascension de Wamba dia Wamba à la tête de leur « Mouvement », en remplacement de Ne Muanda Nsemi. Qui l’a nommé à ce poste? Et que prévoit le statut? Silence radio!

Il y a, en définitive, tout un arsenal d’imbroglio, créé délibérément par Joseph Kabila et son régime politique, de concert avec les notables de la province pour faire disparaître le mouvement originel, comme on vient de faire disparaître Ne Muanda Nsemi lui-même, son fondateur.

En donnant la mort si facilement et au quotidien à mes compatriotes, le régime actuellement au pouvoir, par défi, comme on peut le constater malheureusement, se moque de tout un peuple, et a sérieusement retardé l’évolution de notre pays, jusqu’à atteindre le niveau d’un délire inacceptable!

Enfin, j’ai bien de regrets à devoir le dire, mais je m’assume face à l’histoire, mais également face à mon destin d’homme libre, d’intellectuel, j’ai fait un choix de défendre par la pensée, et par ma plume, mes concitoyens les plus vulnérables, face à une dictature féroce qu’entretient un homme d’Etat sans conscience, Joseph Kabila, n’ayant pour seul allié que le silence des enfers, et des tombeaux! Cet homme à la barbe pimentée, a instrumentalisé les notables du Kongo Central, ma province d’origine, et ces derniers n’ont pas hésité dans un réquisitoire foudroyant à livrer Ne Muanda Nsemi à Joseph Kabila son ennemi juré. Et ce dernier, pour la circonstance, organisa en faveur de son client, une cabale depuis le centre pénitencier de Makala, pour un voyage sans retour!

Ce qui est triste dans tout cela est le fait que Joseph Kabila garde un silence hypocrite. Il offre même l’image de quelqu’un qui n’est pas dans la capitale alors qu’il est à la commande de tout le système, tirant toutes les ficelles qui font bouger le spectacle macabre de la scène politique congolaise.

Pour peu, je pense et je crois que la clef de la vraie démocratie en République Démocratique du Congo, pour sa libération, passe, à ce jour, par une prise en charge collective, si puissante qu’elle devra être comme une violence de grand feu, contre Joseph Kabila, ainsi que sa bande des collabos impénitents, et politiquement immatures.

 

Par Bamba di Lelo
Docteur en Sciences politiques de l’UCL
Analyste des Questions politiques du Congo
E.mail: jbadil@hotmail.be

40 réflexions au sujet de « Ne Muanda Nsemi trahi par ses propres frères Ne Kongo? »

  1. Un cinglant réquisitoire du Dr.Bamba di Lelo contre les traitres du Kongo- Central, tous mandataires du peuple pourtant ! Au lieu de défendre un des leurs, ils ont plutôt préféré vendre le Roi de Ne Kongo, Ne Muanda Nsemi à un semi lettré, Hippolyte Kanambe,un moribond politique, qui n’hésita pas de recourir à son élimination physique. Mais tous les notables qui ont trahi, auront à rendre compte de ce forfait, auprès de nos « Cours » et « Tribunaux », afin que justice équitable soit rendue. Évidemment, ils paieront tous, au plus fort de leur aventure.Bravo à Bamba di Lelo, qui, pour cette circonstance inattendue, bénéficie de mon appui total.

  2. Compatriote Bamba,

    Votre insistance interpelle, pis, inquiète !!!
    A lire vos deux derniers titres, « L’exécution de Ne Muanda Nsemi ? », « Ne Muanda Nsemi trahi par ses propres frères Ne Kongo ? », votre projet est non seulement de nous offrir « des indications hautement probables de l’assassinat de N’longi a Kongo » mais aussi « d’accuser ses frères Ne Kongo d’en être les complices, les facilitateurs macabres auprès de ‘JK’ pour ce sinistre forfait » et « à compulser les longues listes des noms de ces derniers, c’est quasiment tout ce que compte le Bas Congo comme personnages publics, comme notables officiels qui est visé »… Votre démonstration en est-elle alors suffisante car c’est bien plus gravissime que vous semblez le dire à vous voir y revenir sans convaincre au delà de tout doute raisonnable ?
    En ne prenant que le volet ‘complicité de ses frères du Bas Congo’, une question s’impose : avez-vous réellement des indices sérieux pour aller à telles graves accusations, d’autant plus graves qu’elles concernent presque tout le personnel public de la province ou convaincu de la ‘médiocrité délictuelle et pourquoi pas criminelle’ réelle de celui-ci ou supposée telle parce que travaillant à l’intérieur du système du ‘grand maître médiocre occupant’ vous n’avez fait qu’aligner les noms connus des élus et notables du Bas Congo ?
    Vous comprenez aisément mon désarroi et mes craintes : une si ample contamination dans la province qui va des élus, notables publics, hommes d’Eglise jusqu’à la population y compris les adeptes de BDK eux-mêmes est autrement plus préoccupante surtout s’agissant des Bakongos reconnus de tous parmi les moins vénaux du pays. Plus inquiétant, je me suis enquis de quelques coups de fil au pays et dans la diaspora à quelques-uns des noms que vous avez cités que je connais personnellement, aucun parmi eux, même si beaucoup ne partagent pas ses doctrines ni n’approuvent ses actes ne confirme avoir participé à quelque messe noire qui aurait planifié la vindicte fatale du pouvoir pour leur frère …
    Bref, soit vous avez des indications datées et plus documentées sur cette trahison génocidaire auquel cas vous devriez alors les présenter à l’opinion publique ou alors vous opérez par amalgame qui assimile leur silence ou leur appartenance au système public en place à une supposée trahison ou encore vous ne réglez que des comptes personnels…

    Qui d’autre de sérieux et de responsable ne trouverait en effet que vous nous devez des garanties sérieuses sur vos sources sous peine de vous laisser gravement discréditer ! Bien sûr connaissant la perversité criminelle et rusée de ‘JK’ et des sbires à sa solde, le forfait n’est pas impossible, « de concert avec quelques notables de la province, ils ont organisé la disparition physique de Ne Muanda Nsemi et la liquidation de son mouvement dans sa forme originelle », encore nous en faut-il des preuves irréfutables, vous le comprenez bien…
    Voilà à brûle-pourpoint ma sollicitation exigeante, Mpangi Bamba !

    1. PS
      Rappelons à tout hasard que ‘JK’ et son régime n’ont aucun besoin des complices pour sévir ; décidés à éliminer Ne Muanda Nsemi, ils en avaient tout le loisir de l’organiser sans nécessairement s’appuyer sur quelques services bienveillants des Bakongo, ses frères du village, d’autant qu’ils sont déjà assez diaboliques et puissants pour imposer leurs desiderata…

  3. Ce pays, le Congo Kinshasa , accuse un manque criant d’hommes politiques valables, indépendant d’esprit et capables d’assurer la protection de leur peuple, malheureusement en péril. Ne Muanda Nsemi est un cas d’école. Mais , dans l’histoire de l’humanité, il est prouvé que les traîtres finissent toujours très mal, et ce génération en génération. Les Notables Ne Kongo doivent se préparer à la confrontation violente, au cas où le Député national, Ne Muanda Nsemi est effectivement exécuter par les tenants du pouvoir illégitime au Congo- Zaïre !

    1. Cher Nono,
      J’ai lu, avec vif intérêt, votre réquisitoire relatif à l’article de notre compatriote le Dr. Bamba di Lelo. A force de lire, je constate malheureusement, que vous êtes un acteur engagé, s’époumonant pour défendre maladroitement certains membres de votre famille, dont les noms sont cités dans l’article pré-rappelé. Pour couper court à la rumeur, selon votre appréhension, et, pour dissiper tout malentendu,je vous prie cher Nono, de nous présenter Ne Muanda Nsemi vivant. Où, à défaut, nous indiquer l’endroit où il se cache pour qu’on lui rende une visite de courtoisie. Enfin, si effectivement Ne Muanda Nsemi est mort, nous aimerions savoir dans quelle circonstance.Au lieu de mener une guerre de suspicion contre le Dr.Bamba di Lelo, autant plutôt le féliciter pour sa plume alerte !

      J’ai dit !

      Kolomboka

  4. Cher M. Nono,
    Je viens de lire votre réaction à l’article du Professeur Bamba- di-Lelo, intitulé « Ne Muanda Nsemi trahi par ses propres frères Ne Kongo? ». Je le soutiens dans ses dénonciations pour des raisons suivantes :
    1.- Bamba-di-Lelo n’est pas comme Samy Badibanga ou Clément Kanku ou le Gouverneur Kanku, qui ont livré leurs frères baluba du Kasaï au bourreau Hyppolite Kanambe, alias Joseph Kabila, pour une bouchée de mie de pain.
    2.- Bamba-di-Lelo est NE KONGO certes, mais ne peut pas se taire lorsque ses frères Ne Kongo s’allient avec un usurpateur et occupant étranger, et qui ont livré leur propre frère, le députe national Zacharie Badiengila, aux mains de son assassin, alias Joseph Kabila, qui l’a exécuté de sang froid sur ordre de Paul Kagamé.
    3.- Cher M. Nono, je vous convie de lire les dispositions de l’article 107 et dites-moi pour quel crime avait-il été arrêté si la Constitution était respectée dans notre pays, par celui qui en est le garant ? En effet, l’article 107 dispose :
    « Article 107 Aucun parlementaire ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé en raison des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions.
    Aucun parlementaire ne peut, en cours de sessions, être poursuivi ou arrêté, sauf en cas de flagrant délit, qu’avec l’autorisation de l’Assemblée nationale ou du Sénat, selon le cas. En dehors de sessions, aucun parlementaire ne peut être arrêté qu’avec l’autorisation du Bureau de l’Assemblée nationale ou du Bureau du Sénat, sauf en cas de flagrant délit, de poursuites autorisées ou de condamnation définitive.
    La détention ou la poursuite d’un parlementaire est suspendue si la Chambre dont il est membre le requiert. La suspension ne peut excéder la durée de la session en cours. ».
    Mais cher Monsieur Nono, comme la justice n’existe pas dans un pays sous-occupation, l’usurpateur arrête des députes et sénateurs comme des communs de mortels.
    4.- Vous demandez au Professeur Bamba de livrer ses sources ; vous voulez rigoler ? Et même si il le faisait, qu’est-ce-que vous allez en faire, vous qui êtes même incapable d’afficher votre nom ??
    5.- Posez plutôt des questions aux notables Ne Kongo impliqués dans cette horrible assassinat, car il ressort des renseignements en notre possession, ce dernier est enterré dans une fosse commune.
    6.- Vous devriez plutôt poser la question au députe Jean-Claude Mvuemba, qui avait admis dans l’interview qu’il avait donnée a l’émission Éveil Patriotique de Maitre Djino Will que cette réunion avait eu bel et bien lieu et que lui n’y avait pas participé, ce que j’en doute, car comment comprendre que cette messe noire s’était tenue dans son fief électoral, sans que lui n’y soit associé, d’autant plus que, selon lui-même, qu’il n’a plus de résidence à Kinshasa, mais habite désormais à Kasangulu. Bien plus, comment le députe Jean-Claude Mvuemba savait que les sbires commandés par Kabila pour l’exfiltrer de la prison de Makala, s’exprimait en kiswahili ?
    7.- Vous devriez plutôt poser la question au Président de l’Assemblée Nationale, M. Aubin Minaku, celle de savoir qui l’avait autorisé de détourner les émoluments du députe Zacharie Badiengila et les partager entre sa première et sa deuxième épouse ? Les pauvres dames savent que leurs mari n’existe plus et sont réduites au silence.
    8. Vous devriez poser la question à Wamba dia Wamba ou à Yerodia comment ils sont arrivés à la tête du mouvement religieux Bundu dia Mayala ? Vous ne tirerez rien des adeptes de ce mouvement, car fanatisés qu’ils sont, ils vous diront que leur Chef est vivant et se serait réincarné en je ne sais quel hydre et qu’il apparaitra un jour…Mon père et ses amis lumumbistes de Kisangani, croyaient toujours que Lumumba était vivant quelque part ou les Belges l’ont caché quelque part… Mon père est mort le 17 mai 2017 à l’âge de 90 ans, il n’a jamais vu le retour de son Héros National, Patrice Emery Lumumba.
    9.- Alors M, Nono et d’autres rêveurs qui croyez encore a l’apparition dans les firmament de N’Longi Ne Mwanda Nsemi, je vous souhaite de vivre aussi longtemps qu’avait vécu mon père.

    Londres, le 7 juin 2018.
    MBELO LISALIKO WENDA.
    mbelorobert@yahoo.fr

  5. Pourquoi DR Bamba Di Lelo ne se porte pas condidat le 23 dec 2018??? Vraiment tu as beaucoup de militants surtout vos lecteur vas y Mr Bamba

    1. Cher Nono,

      A lire votre Post Scriptorium, je constate malheureusement que vous ne comprenez toujours rien de la subtilité du texte du Dr. Bamba di Lelo. En effet, loin à moi, la prétention de vous faire la leçon, par humilité, je me vois dans l’obligation de vous posez la question suivante : est-ce que la messe noire de Mbanza Ngungu, a -t-elle eu lieu ou pas ? Qui a convoqué cette messe noire, et dans quel but ? Le savez-vous que Joseph Kabila est un tueur aux mains propres, invisible souvent, lui même, au lieu de crime ? J’apprécie, à juste titre, l’intervention remarquable du Diplomate Robert Mbelo, qui tente de vous faire une leçon magistrale. Moi à votre place, ne disposant d’aucune preuve probante de signe de vie de Ne Muanda Nsemi, je me tairais, pour éviter le ridicule. Même si, dépourvu d’arguments, on ne s’improvise pas, en toute circonstance, « Avocat  » du diable. Bref, votre plaidoyer est incohérent, biaisé, et donc, sans intérêt particulier.

      J’ai dit !

      Kolomboka

  6. Mes félicitations compatriote Bamba pour le travail abattu et pour votre nouvel approche de combat contre l’occupation rwandaise tutsie. J’avais bel et bien la conviction que la liste des traîtres-démons ayant participé à la macabre réuinion de Mbanza Ngungu était longue. Vous venez de citer à travers cette nouvelle vague de traître qui endossent la résponsabilité objective de la mise à mort de Ne Mwanda Nsemi, au moins deux noms de ceux qui se voient maîtres-propriétaires de la ville de Mbanza Ngungu où s’est tenue la réunion susmentionnée, Kiakwama kia Kiziki et Jacques Lungwana. Si ce dernier bénéficie de toutes les faveurs de la Compagnie Sucrière de Kwilu Ngongo, le premier, plus dangereux, est depuis fort longtemps le super bras droit et tête pensante de Kengo.

    Figurez-vous l’hétérogénéité des ces impitoyables « judas », un mélange contre nature des mobutistes et des AFDL, le seul dénominateur commun demeurant leur frein à toute possibilité d’émergence d’une d’une jeunesse Kongo décidée à affronter les tueurs tutsis. En effet, autoproclamés notable Kongo, personne ne peut oser les contredire. Tous dont Kiakwama qui arrive quelques fois à intervenir sur ce site avec un discours trompeur « d’opposant », sont en réalité des ennemis du peuple kongo qu’ils sont chargés de rendre docile envers les tutsis.

    Veuillez continuer compatriote Bamba, ils n’ont pas à se cacher.

  7. Cher tous je sais que cette messe noire a bel et bien eu lieu et elle s’ est tenue à Mbanza Ngungu . Il y a même un article qui fût publié à cet effet dans un journal en ligne dont je tais le nom pour raison de sécurité . Kiaku kiaku kingana kiangana , je doit protéger mes frères … Je dois avoir la photo dans mes archives , dommage qu’ il nous est impossible de les publier sur ce site .

  8. 1° A aucun moment je n’affirme que N’longi a Kongo n’a pas été exécuté (ou le contraire d’ailleurs) : je n’ai pas de preuve pour ou contre et ceux qui comme Bamba soutiennent sa mort, à les lire, ne se basent que sur des suppositions fondées essentiellement sur son silence et son absence physique publique… Sont-ils plus crédibles, sont-ils plus fondés que moi à soutenir mordicus leur version à part le fait qu’ils veulent trouver des explications à ce silence et à cette absence ? Moi aussi j’en cherche des explications et ne suis pas loin de croire que le régime criminel l’ait liquidé, il a mille raisons de le faire, mais désolé jusque-là je n’ai pas trouvé de preuve irréfutable pour caler une affirmation sans discussion.
    Ai-je alors tort d’exiger ces preuves indiscutables ou des indices autrement plus probants à ceux qui sont assurés de sa mort certaine ?
    A chacun d’en juger, en attendant je crois avoir tout mon droit de continuer à m’interroger sur le sort réel qui a été réservé à Ne Muanda Nsemi… Jusqu’à ce que l’avenir nous apporte plus d’assurance dans un sens ou dans un autre ? Demain est en effet un autre jour…

    2° S’agissant du volet ‘complicité de ses frères Ne Kongo, mon inquiétante interrogation, si l’on sait lire, consiste le vaste spectre que recouvre les suspects : quasiment tous les noms des élus et notables Bakongo ont été cités… Au-delà et à travers cela indiquerait que les Ne Kongo sont tous pourris, même davantage que les néo-katangais et rwandophones tutsi de service sous le règne de ‘JK’…
    Je suis d’un certain âge et ai le passé d’une certaine vie sociale à Léo et dans la province où j’ai eu l’occasion de côtoyer de loin ou de près certains des noms qui sont cités, le contraire serait même une preuve de démission sociale de ma part. Alors quand j’entends que je défendrais ces derniers parce qu’ils seraient de ma famille, c’est à se demander si c’est de la bêtise ou les propos de quelques aigris en dehors de toute intelligence de la situation ? Certains insinuent même à travers mes doutes que je serais indifférent aux pratiques arbitraires et criminelles du régime, il ne faut pas savoir lire ou ne m’avoir jamais lu pour avancer de tels propos bien éloignés de mes arguments habituels ou ici…
    Encore une fois je répète que leur trahison n’est pas impossible mais souffrez qu’à lire le vaste spectre qui coiffe tous les suspects cités j’en sois à me désoler de l’état moral et psychologique de cette province sinon de douter quelque peu de cette version…

    3° Pour finir, je regrette encore que personne de ceux qui me reprochent ma position n’ait apporté des arguments irréfutables contre moi et pour leur version des faits. Me voici ainsi à attendre que quelqu’un qui défende et la mort certaine du leader de BDK et la participation de tous ses nombreux ‘frères du village’ à ce forfait, de venir nous édifier autrement qu’ils l’ont fait jusque-là… Si c’est pour continuer à ressasser leur intime conviction qui ne repose que sur des rumeurs, je leur demanderais de tourner la langue sept fois dans leu bouche avant de nous vaticiner leur sermon au risque pourquoi pas de voir leurs propos les discréditer demain pour toujours…
    Au passage je ne demande pas à Bamba l’origine de ses sources mais des détails qui les crédibilisent qu’il n’a fait jusque là càd comme n’importe qui sauf à avoir pris le courage de l’exprimer à la face du monde.Toute la population Congolaise attend la vérité sur cette affaire, malheur à celui qui l’instrumentalisera à sa guise !!!

    1. A Nono,

      Je viens de lire une fois de plus, le complément de vos explications sur la situation qui prévaut actuellement au Kongo- Central.Dommage que votre analyse de la situation, me semble davantage émotionnelle, qui, pis est, vous discrédite, et me pousse à croire, que tout le contenu de votre plaidoyer, est formellement subjectif. Vu sous cet angle, je ne peux avoir d’apaisement, face à un compatriote qui ne veux vraiment pas comprendre la démarche intellectuelle du Dr.Bamba di Lelo, qui pousse certains notables du terroir ayant participé à la messe noire de Mbanza Ngungu de nous fournir des explications cathedra, face à la trahison, qui aurait permis à Joseph Kabila, d’organiser une mise en scène qui aurait permis l’exfiltration de Ne Muanda Nsemi au centre pénitentiaire de Makala, pour une destination inconnue. Bref, je veux savoir : Ne Muanda Nsemi est-il encore en vie ? Peut- il encore haranguer la foule ? Que dit finalement Aubin Minaku à ce propos ? Nono, je vous conseille de quitter rapidement le monde de la naïveté obscurantiste !

      J’ai dit !

      Kolomboka

  9. M. Le professeur,

    Muanda Nsemi est en vie. Personne ne dénoncera la place où il se trouve; auquel cas, ce serait l’occasion de le faire réellement exécuté. Il s’est manifesté àprès son évasion de la prison par des déclarations et publication de ses Kongo Dieto.
    Ses femmes et proches ne sont pas en deuil et ne peuvent accréditer votre thèse. Son avocat s’est exprimé pour dire que Muanda Nsemi est en vie. Certaines personnes l’ont contesté… Quand JK tombera, MN apparaitra. Cette polémique ressemble à celle qui entoura l’enlèvement de Diomi en son temps.Nous avions l’information qu’il était en vie. Nous avons été violemment contredits. A sa sortie, il n’y a pas eu d’excuses de la part des nos contradicteurs. Cette foi pour MN, nous disons la même chose: wait and see! Il n’ y a pas de Bakongo qui l’ont fait exécuté. Il vous sera difficile d’apporter des preuves. Une dénonciation peut se transformer en infraction d’imputations dommageables.

  10. Cher M. Nono,

    Vous réagissez à nouveau et vous dites : « Moi aussi j’en cherche des explications et ne suis pas loin de croire que le régime criminel l’ait liquidé,… » et vous ajoutez « … désolé jusque-là je n’ai pas trouvé de preuve irréfutable pour caler une affirmation sans discussion… ». C’est par respect au Peuple Ne Kongo d’abord et au Peuple Congolais tout entier que je vous réponds, car pour une questions sérieuse comme celle de la mort de N’longi Ne Mwanda Nsemi, je trouve indécent , lâche et irrespectueux de votre part que vous vous cachiez derrière un pseudonyme qui ne vous honore pas, d’autant plus que vous-même prétendez « … Je suis d’un certain âge et ai le passé d’une certaine vie sociale à Léo et dans la province où j’ai eu l’occasion de côtoyer de loin ou de près certains des noms qui sont cités… », mais ayez le courage de dire qui vous êtes monsieur, déclinez votre identité propre, auquel cas taisez-vous !!!

    En effet, beaucoup s’interroge pourquoi, moi, un swahiliphone et lokélé de Kisangani perdrais mon temps sur un sujet qui ne me concernerait pas. Je leur réponds que, mes enfants ont des oncles Ne Kongo parce que leur maman est une « Muntandu Munderi ». Bien plus, je me bats pour que nous, Peuple Congolais, sachions enfin toute la vérité sur les circonstances de l’assassinat et de la mort du Grand Chef spirituel Ne Kongo.

    Lorsque vous dites que vous êtes en train de rechercher des preuves irréfutables, mais c’est parce que vous n’avez pas pris en considération ce que je vous avais écrit précédemment et que je répète ici pour la bonne compréhension de tous :

    1. On ne s’évade pas à Makala. Moi-même, j’y avais été interné 4 jours, à tort en janvier 1986, et j’ai eu à constater comment ce bâtiment avait été conçu …personne, je dis bien personne n’a jamais réussi l’exploit de s’y évader. Alors, selon vous M. Nono, comment a-t-il pu fuir ?
    2. Ne Mwanda Nsemi, s’était même étonné de constater que ses « sauveurs » a moto, parlaient swahili…avez-vous cherché à savoir qui étaient-ils ? Avez-vous contacté le député Jean-Claude Mvuemba pour en savoir plus à ce sujet ?
    3. Avez-vous cherché à savoir, si N’longi avait donné procuration à Aubin Minaku, Président de l’Assemblée Nationale de diviser et partager ses émoluments et indemnités de député national entre ses deux épouses ?
    4. Avez-vous cherché à savoir pourquoi et comment Wamba dia Wamba ou Yerodia ont été cité comme ses remplaçants à la tête de BUNDU DIA MAYALA ?
    5. Avez-vous cherché à en savoir plus sur les participants à la messe noire de Mbanzangungu ?

    Vous terminez en disant : « malheur à celui qui l’instrumentalisera à sa guise !!! Mais Monsieur, le professeur Bamba n’instrumentalise personne, il expose les faits selon les renseignements digne de foi qu’il a reçu des services secrets. Le professeur Bamba n’est pas non plus un magicien pour s’imaginer des noms des « notables » Ne Kongo comme vous les appelez, et dont vous en avez côtoyé dans votre vie ; alors, c’est simple ; vous n’avez qu’a leur poser des questions sur leur participation ou non au complot visant à l’élimination physique de Ne Mwanda Nsemi ?

    Cher Monsieur NONO,
    Au cas où vous auriez oublié, nous sommes en lutte contre les occupants rwandais qui viennent appliquer le plan nazi de 1942, celui l’extermination des peuples bantous de la région des grands-lacs, comme ils le firent naguère contre le peuple juif. Je sens, de par votre écriture que vous possédez encore quelques lucidités et que vous connaissez l’histoire ; et bien, nous avons alors le devoir de combattre tous ceux qui collaborent avec le pouvoir d’occupation qu’ils soient des « notables » Ne Kongo ou ceux du Kasaï qui ont livré les leurs à l’ennemis tutsi-rwandais qui a exterminer plus de 13.000.000 des nôtres. Cessez donc de tourner autour du pot : dites des choses très simplement au lieu de vous perdre dans une littérature vague et oiseuse.
    Avant de terminer, je lance un appel à tous le Peuple Congolais de se détourner de ceux qui prétendent que N’longi est vivant et qu’il surgirait le jour ou alias « Joseph Kabila » partirait… mais quelle naïveté ? Je vous ai donné quelques indices, à vous de les exploiter. Si vous êtes avocat, gardez donc vos arguments au frais pour l’instant car vous en aurez besoin le jour du procès pour défendre vos amis, les « notables » Ne Kongo, qui n’avaient jamais dénoncé les massacres des membres de Bundu dia Kongo en 2015 perpétré par le Colonel Raus.

    NE MWANDA NSEMI EST MORT, NOUS DEVONS LE VENGER. INGETA !!!!

    Londres, le 8 juin 2018.

    MBELO LISALIKO WENDA.
    mbelorobert@yahoo.fr

  11. Sur ce sujet et les questions qui persistent, je n´ai pas d´infos nouvelles qui puissent enrichir l´échange. Je lis les uns et les autres sans prendre parti. Et là je suis estomaqué par le viol des principes de l´herméneutique (interprétation des textes), notamment, les massacres que le premier post de NONO a subis ici. On FAIT DIRE à son texte ce qu´il ne dit pas.

    NONO a clairement exprimé ses préoccupations, voire inquiétudes. Au lieu d´y répondre de manière sérieuse, on préfère passer à des attaques personnelles et à donner libre cours à des accusations gratuites, des suspicions… J´ai relu le texte de Nono (pour être moi-même objectif et sûr que je ne me trompe pas). C´est écrit en français facile. D´où vient-il qu´on lui attribue les affirmations (imaginées): il nie la mort de MN, il défend les membres de sa famille… Quand même ! Y a-t-il quelqu´un pour relever de manière PRÉCISE du 1er post de Nono des phrases qui soutiennent ces accusations (déformations) ? Cela nous aiderait tous.

    Bref, plus que défendre NONO ici, c´est un certain esprit scientifique que je voudrais défendre (souci d´objectivité, de cohérence, de logique… C´est difficile, je sais. Efforçons-nous de nous y orienter). Contredire, c´est bien (j´aime ça dans la vie). Mais il faut contreDIRE ce qui est DIT (et non ce que l´on imagine) et ce à bon escient.

  12. A Madame Thérèse Nlandu,

    Votre réaction relative à l’article du Professeur Bamba di Lelo, concernant la disparition de Ne Muanda Nsemi, me paraît, une fois de plus épidermique, émotionnelle, et à la fois subjective, peut-être, parce que vous vous sentez concernée, dans la conscience, pour être cosignataire en 2015,d’une déclaration mettant en cause, les ambitions et les motivations politiques du Gourou Ne Muanda Nsemi. Ses prestations publiques ne vous plaisaient pas non plus, pour la bonne cause : la réputation de votre région natale. Mais, en dehors de tout sentiment, je tiens à vous faire observer que le cas d’Eugène Diomi , n’est pas du tout identique à celui de Ne Muanda Nsemi. On ne peut comparer que ce qui est comparable, et non le contraire. Pourriez- vous, Madame Thérèse, me dire en toute équité, si les Notables Né Kongo ne s’étaient pas réunis au chef-lieu du District de Mbanza-Ngungu? Quel était le but de la rencontre ? Sur quel point précis, le rapporteur de cette messe noire s’était – il davantage focalisé ? Votre affirmation sur le retour probable de Ne Muanda Nsemi, parmi nous, au monde des vivants, me paraît absurde et irrationnelle, après une année d’absence, sans nouvelle précise, de ce tribun de la parole hors pair ! Peut-être qu’il pourra nous revenir autrement, grâce à sa puissance magique, et/où,j en complicité avec Joseph Kabila, lui même, déjouant, extrêmement, la sensibilité humaine.

    J’ai dit !

    Kolomboka

    1. A Procongo,

      J’ai le regret de vous dire que votre réaction me donne du fil à retordre quant à la compréhension réelle de votre plan d’attaque, contre celles et ceux, que vous supposez être en déphasage, et/où encore mieux, en contradiction avec Nono, votre ami de circonstance.Vous divaguez tellement dans l’inconnu, à tel enseigne qu’il m’est difficile de saisir la portée réelle de votre argumentation.Ainsi, je vous rassure que personne n’est contre Nono,bien que je ne partage pas sa vision des choses.Soyez donc, plus explicite, avec moins de phraséologie alambiquée,voir savant et autres, ainsi, l’on répondra à votre préoccupation aisément ! Toutefois, pour taire la polémique, on veut connaître le sort réservé à Ne Muanda Nsemi, après la messe noire de Mbanza Ngungu. Le savoir est plus intéressant que de nous faire perdre du temps dans des considérations sémantiques et philosophiques, qui n’ont rien avoir avec l’objet querellé : à savoir la disparition de Né Muanda Nsemi pour un voyage incertain.

      1. Zolana,
        vous perdez votre temps par votre propre faute. Et c´est vous qui divaguez à haut débit. Mon petit post est écrit en francais facile. Il vous demande d´argumenter à partir de ce que Nono a écrit et non à partir de vos imaginations qui vous poussent à proférer des accusations sans fondement. J´ai écrit: « Y a-t-il quelqu´un pour relever de manière PRÉCISE du 1er post de Nono des phrases qui soutiennent ces accusations (déformations) ? Cela nous aiderait tous ». C´est ca que vous appelez phraséologie alambiquée? Mais dans ce cas, vous êtes à plaindre. Vous citez des noms et quelqu´un vous demande de montrer quand même que vous disposez des infos fiables, car citer des noms comme ca peut avoir des conséquences. Eloko ya mabe nini eza wana? C´est un échange normal (mais qui doit être quand même objectif). Si vous n´avez pas de réponses, il n´y a aucune raison de déplacer le langage et de l´accuser de tous les maux. Vous n´avez pas besoin de ca.

    2. A la Jeunesse du Kongo Central,

      Cette jeunesse doit dès maintenant se prendre en charge, et pourquoi pas faire émergé dans leur « têtes » l’idée de renouvellement de la classe politique Ne Kongo, devenue, depuis l’avènement de d’Hippolyte Kanambe, des simples suivistes, et, en panne d’imagination, pour l’épanouissement et le développement de la province du Kongo Central, devenue la vache à lait de Joseph Kabila, qui bénéficie de la complicité, et du soutien sans commune mesure, des enfants propres Ne Kongo, dont « Ledya » , à travers le fameux port de Matadi, abandonnant, sans regrets quelconques, des familles entières, dans une situation de crise profonde, et sans pareille ! Ingenta Mfumu Bamba, vas-y !!!

    3. @Kolomboka
      C’est fou que vous ayez à votre niveau, que je suppose au-dessus de la moyenne (à tort ?), le reproche facile (et combien rationnellement injustifié) de « subjectif, épidermique, émotionnel » à tout votre interlocuteur qui a un autre avis que le vôtre !
      Ou je ne connais plus le sens des termes, ou alors c’est vous qui les convoquez à tort et à travers pour vous donner raison : pouvez-vous en effet me détailler le moindre fait ou l’argument « épidermique, émotionnel, subjectif » dans mes propos et ceux de Me Nlandu ? Qu’y a-t-il alors de votre côté de sérieux à nous vendre comme Bamba et comme vous, l’assassinat d’un homme et de plus un leader public sur des seules suppositions, ne sont-ce pas là des péroraisons fortuites, plus exactement pavloviennes qui enfilent des clichés creux, fondés sur des termes fictifs d’un syllogisme voulu sérieux (= quoi de plus tentant que d’expliquer le silence et l’absence physique d’un homme par sa mort mais quoi de moins consistant, de plus sujet à contestation) ?

      Je répète, citez moi un seul fait, un seul argument émotionnel dans mes propos lorsque j’affirme que Bamba et ceux comme vous qui communient à sa version, brodez en fait « le silence et l’absence physique de Ne Muanda Nsemi » à votre manière qui ne mange pas de pain mais qui hélas ne démontre rien non plus car vous n’avancez aucune preuve tangible de sa prétendue exécution que vous continuez ’pourtant à nous vendre sans le moindre scrupule…
      Qu’y a-t-il de subjectif dans les propos de Mme Nlandu lorsqu’elle affirme que comme jadis dans le cas de Diomi dont la longue absence prêtait à toutes les supputations même à sa mort, le même schéma se reproduit avec N’longi a Kongo et se rapportant à ses sources propres, elle n’a pas peur d’affirmer qu’il est en vie, caché quelque part et qu’il réapparaîtra dès que ce sera possible ?
      Est-il mois rationnel de se fonder sur ses sources que de se baser que sur vos seules supputations prétendument généreuses et patriotiques et sur des faits sujets à controverse comme vous faites qui osent nous vendre la mort d’une personne ? (« NE MWANDA NSEMI EST MORT, NOUS DEVONS LE VENGER. INGETA !!!! », dixit R Mbelo. Rien que ça !) En passant quel lourd et insensé pari surtout si demain la vérité devait vous contredire ! (« Il vous sera difficile d’apporter des preuves. Une dénonciation peut se transformer en infraction d’imputations dommageables », dixit Me Nlandu)

      Arrêtez, cher ami, vos prétentions objectives et académiques paraissent de plus en plus usurpées : qui d’entre vous, moi, MT Nlandu se montre le plus « épidermique » ? Je laisse à chacun le soin d’en juger sereinement mais je parie d’ores et déjà que plus d’un parmi ceux qui nous lisent, avec davantage de recul et surtout armé d’un regard réellement objectif aura du mal à suivre vos péroraisons, des foireux effets de tribune, selon moi !!!
      Demain est un autre jour, qui sait si qui vivra verra alors plus clair et aura raison de départager cette discussion !

      1. A Nono,

        Je viens de lire avec une attention soutenue,vos justifications, en réponse à ma réplique précédente. Je constate malheureusement que vous tentez, une fois de plus, d’éviter le débat de fond, en voulant m’entraîner dans des considérations philosophiques sans issue. Vos gesticulations insensées ne m’impressionnent guère.Bien au contraire, celles-ci discréditent toute votre ligne de défense, cherchant à défendre, coûte que coûte votre coterie, dont la plupart d’acteurs politiques sont cités sur la liste de l’article pré-rappelé. En effet, pour clore ce débat de manière intelligible, il serait indiqué , vous qui connaissez la cache de Ne Muanda Nsemi, de lui dire, s’ il échet, de se manifester au « grand public »,afin que la polémique autour de sa personne s’arrête. De cette manière, on éviterait la spéculation et la suspicion légitime, au sein de notre communauté, actuellement agitée, par la cupidité éhontée de sa classe politique largement corrompue. Je vous préviens , par ailleurs, que le Prof..Bamba di Lelo, bénéficie du soutien total de la grande majorité du peuple Mukongo. On le défendra à n’importe quel procès ouvert à sa charge pour dénonciation et autres. Mais, ce qui nous intéresse présentement,c’est de voir le Grand Maître Ne Muanda Nsemi en vie ! Tout le reste n’est que du charabia. destiné à justifier l’injustifiable !

        J’ai dit !

        Kolomboka

        1. Voilà qui est très « épidermique, émotionnel, subjectif » ! Kiekiekieeee
          Quelqu’un qui se surnomme ‘Kolomboka » se proclame derrière son clavier avoir eu mandat du ‘peuple mukongo’ de le présenter et de trier de son autorité le bon grain de l’ivraie !?! Si ce n’est pas fou, dites-moi ce que c’est, au moins bien insensé !!!
          Surtout d’en prétendre que parce que l’on explique à tout hasard le silence et l’absence de Ne Muanda Nsemi par son exécution par ‘JK’ avec la complicité de ses frères prouverait que l’on aime ou protège davantage ses frères Ne Kongo que ceux qui doutent de sa mort parce que sans preuve ou ceux qui affirment connaître sa cache où il est en vie…
          Il faut vite clore ces spéculations pour empêcher certains de continuer à péter dangereusement plus haut que leur cul, (pardon pour le mot cru (philosophique !) surtout sur un forum public et face à un frère mais je n’en ai pas trouvé d’autre)…

  13. Cher Procongo,

    En réaction à votre analyse contre l’objection du sieur Zolana Koka Makamba Sambiaku, vous semblez cher compatriote, Procongo, vous perdre dans des conciliabules et cogitations inutiles,bref, une démarche intellectuelle, qui n’a que pour fondement le plaisir de nuire, sans détenir la moindre preuve d’accusation , formulée contre Bamba di Lelo, auteur de l’article en concerne. Cher Procongo, je suis personnellement gêné, de vous appeler avec un pseudonyme, au, lieu que je fasse référence, à votre identité propre. Craignant, m’entretenir avec un fantôme déguisé, au service d’usurpateur Rwandais, au nom de Joseph Kabila, je préfère m’arrêter ici, tout en vous souhaitant,excellente soirée, et que je promets de revenir vers vous, dès que mes services parviendront à vous !identifier, formellement, en tant que personne humaine valide, et non un fantôme déguisé, en sauveur libérateur !

    1. A Nono,

      Je constate manifestement que vous venez de perdre la logique et le bon sens, car dans un « Forum » public, on reste méticuleux et donc, on soigne son discours, son vocabulaire, et enfin, son langage, par respect à autrui. Mais, lorsque votre correspondant commence à utiliser des termes inappropriés tel que : pété, cu, et encore fou, c’est dire que le ciboulot intellectuel de l’adversaire ne fonctionne plus. Or, « Kolomboka » n’est pas du genre de celui qui laisse libre court à des personnes qui embrassent facilement « le lingala facile », l’injure, la haine, et la médisance. J’arrête donc le débat, et je ne réponds plus à vos propos insensés, étant donné que vous n’êtes toujours pas en mesure de nous présenter le Grand Maître Ne Muanda Nsemi vivant, sauf des spéculations , rien que des spéculations, qui, pis est, ne sont pas du domaine de la science . En entendant, je vous exhorte à mieux défendre votre coterie. Même si, celle-ci, commet des indélicatesses. Mais soyez rassuré, Compatriote Nono,que l’œil vigilant d’un patriote volontariste vous observe. Et le jugement dernier approche à pas de géant. Du moins, vous êtes prévenu !

      J’ai dit !

      Kolomboka

      1. @Kolomboka
        C’est exactement ça votre spécialité : « de ne jamais voir la poutre dans vos yeux et de se précipiter de détecter une paille introuvable dans l’œil de l’autre, de s’arroger d’autorité usurpée le droit d’être censeur, de se croire ‘docteur en tout’ lorsque la pratique révèle en fait que vous n’êtes qu’un spécialiste livresque… »
        J’assume mes propos, je les ais choisis et ils vous sont bel et bien adressés personnellement à moins que ce soit à l’endroit de quelqu’un d’autre qui vous ressemble…
        Si vous êtes capable d’une riposte autrement argumentée que de vous réfugier dans une victimisation forcée, montrez-nous la, en place de cette fuite en avant prétendue puritaine alors que vos propos sont reconnus insultants pas seulement à mon endroit.
        Vous n’êtes donc victime, Kolomboka, que de vos turpitudes, de vos prétentions d’un savoir-être et d’un savoir-faire que vous manipulez pour avoir raison à n’importe quel prix et à l’occasion vous constituer une troupe de fanatiques peu regardants pourvu qu’ils encensent des docteurs sans pratique, aigris plutôt qu’en quête de vérité.
        Hélas cela ne vous lavera pas plus blanc que vous ne l’êtes : ou vous avez des preuves irréfutables que Ne Muanda Nsemi a été exécuté par ‘JK’ avec la complicité de ses frères alors offrez-nous les ou vous ne les avez pas alors taisez-vous, arrêtez vos boniments et laissez à nous qui assumons de ne pas en avoir de douter de son sort…
        Et c’est si sorcier à comprendre et alors rien ne vous fera entendre raison ?
        J’arrête ce débat des dupes !!!

    2. Cher Paul Masaka,
      j´ai lu avec intérêt votre post et voudrais vous faire remarquer avant tout que les services d´intelligence kabilistes ou étrangers ne sont pas si bêtes pour ne pas être capables de se créer une identité propre du genre Jean Masaka avec un compte tweeter. C´est pourquoi je ne voudrais pas m´attarder sur les dernières lignes de votre post qui ne sont pas en votre honneur. Quant à la première partie de votre post, je tombe des nues. Prière de bien lire ce qui est écrit et de ne pas faire des projections. Bref, prière de citer un extrait de mon post qui cherche à nuire ou qui fait une accusation à Bamba (que je ne cite même pas!) ?
      Quand Nono écrit « … une question s’impose : avez-vous réellement des indices sérieux pour aller à telles graves accusations… Vous comprenez aisément mon désarroi et mes craintes », je crois qu´il attendait plus d´éléments d´information que des accusations, voire de la diffamation. Si quelqu´un vient me dire que Paul Masaka a participé à l´assassinat ignoble de Luc Nkulula (Paix à l´âme de notre vaillant combattant), je trouverais normal – malgré l´émotion et la tristesse – que quelqu´un demande « êtes-vous vraiment sûr que Paul Masaka y a pris part? Avez-vous des preuves? ». Tout Congolais m´intéresse. Donc, Muanda Nsemi m´intéresse en tant que Congolais (Pareil pour Bemba dont le dossier connaît presqu´un dénouement positif). Et je regrette qu´un échange, qui nous aurait tous enrichis, connaisse une telle déviation comme je l´ai déja déplorée ci-haut. Sur des faux ou petits sujets, cela ne m´aurait pas dérangé; mais là il s´agit quand même d´un sujet important et sensible. Je crois avoir été plus explicite.

  14. Ba mbuta zame Nono ye » Kolomboka » luyambula yina nkindu , nsoni kibeni lututa monisa beno bambuta zi bantu muna nkangua kongo lu fueti songa mbanu kua beto bakele kansi kisalu luta sala kuku yumana bonso bana ba fioti . Ka luta mona nsoni ye wonga kuee ? Dodokolo bambuta lu yambula bimpanganza mana !

  15. A Nkomi Mbuta,

    Merci infiniment pour vos explications éclairantes.Du moins vous êtes à la page de l’actualité.Mais une question me revient à l’esprit, et je tiens à la poser à Nono , pour savoir, si de quelle manière, digère-t-il la nomination de Wamba dia Wamba à la direction de Bundu dia Mayala, pendant que le « Chef spirituel de ce « mouvement politico-religieux », serait me semble-t-il encore en vie ? En tant que Député fugitif, comment ce dernier mène-t-il, une vie normale, pendant que sa prime de session parlementaire, est partagée, entre ses deux épouses, sans que personne ne s’en inquiète, outre mesure ? Quelle réponse peut-on avoir face à cette ambiguïté effrayante ? Est- ce que Nono, peut-il me confirmer en toute équité, sans aucune réserve d’usage, si la messe noire de Mbanza Ngungu s’est -elle tenue dans cette ville, à la date indiquée, oui, ou non ? Dans l’affirmative, quelle en était la teneur ? A défaut de me répondre correctement, je serai alors contraint, ? d’épouser la thèse de celles et ceux, qui croient, à l’élimination physique de Ne Muanda Nsemi, notre patrimoine national ! Qui va finalement paraître ridicule dans ce grand questionnement ?

  16. A Monsieur Nono et aux autres reveurs Ne Kongo,

    Il est 23 : 43 p.m. heures de Londres. Je viens de recevoir un appel de Kinshasa émanant d’une personne très bien introduite dans les milieux kabilistes et de ceux des services de sécurité, me confirmant la mort du Chef spirituel Ne Kongo. Cette personne n’a pas voulu me donner tant des détails pour que l’on ne puisse pas remonter jusqu’à elle, car elle risquerait de disparaitre elle aussi. Ne Mwanda Nsemi git actuellement dans une fosse commune. Le General Kanyama, Kalev Motond, Aubin Minaku, Shadari, Boshab, She Okitundu, Azarias Ruberwa et Alexis Thambwe Mwamba tous savent comment et dans quelles conditions le Chef Spirituel Ne Kongo avait été battu a mort et exécuté par alias « Joseph Kabila » lui-même puis jeté dans une fosse commune.

    Alors pour ceux qui doutent encore, je voudrais ici leur rappeler la vraie nature et de la mission assignée à « Joseph Kabila » par ses commanditaires

    En effet, Joseph Kabila aura réussi plusieurs des missions lui confiées par ses commanditaires, à savoir :
    1. Faire du Congo et des Congolais des proies faciles, sans défense ni sécurité, face au Rwanda et à l’Ouganda, et de pérenniser l’occupation de l’Est de la RDC et enfin d’assujettir tout le Congo au profit de ses parrains rwandais, ougandais et autres.

    2. «Joseph Kabila» est l’un des plus grands criminels de l’histoire de l’humanité imposé au Peuple Congolais par le truchement d’une escroquerie et mascarade électorales avérées. Sa vraie place est, non à l’air libre et encore moins au Sommet de l’État Congolais, mais en prison, après avoir été traduit devant le Tribunal Pénal international pour imposture, esclavagisme, dictature, crime de génocide, viols et violences sexuelles, corruption, trafic illicite d’armes, commerce dangereux d’uranium, blanchiment d’argent sale, violations massives et systématiques des libertés des droits fondamentaux de l’homme, tortures, pillage accéléré et inconsidéré des richesses naturelles de la RD Congo, peines réservées aux esclaves (mutilations, peines de fouet), traitements cruels, inhumains et dégradants, massacres à large échelle, création et entretien des conflits armés, alliances avec les génocidaires, crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

    3. Exterminer des milliers des soldats ex-FAZ : à Kitona, à Kamina, à Pweto…. ;

    4. Bloquer la réhabilitation de notre seule Armée officielle, nationale et républicaine : des soldats-ex-FAZ disséminés dans le Monde, alors que les politiciens qui leur donnaient des ordres et des instructions, sous le régime de Mobutu où nous avons tous vécu et auquel chacun de nous a participé, se trouvent dans les institutions de l’Etat à Kinshasa : c’est la seule Armée capable de protéger les populations, les biens, les institutions démocratiques, les gestionnaires de l’État ; de défendre les frontières nationales et l’intégrité de notre territoire, de participer au développement du pays…. ;

    5. Faire échouer le programme DDR (désarmement des milices congolaises à la solde des seigneurs de guerre, leur démilitarisation, leur internement dans des casernes pour qu’on procède à leur identification sur base des qualifications individuelles, de l’équilibre régional… ; réinsertion sociale des démobilisés et des retraités volontaires…) ;

    6. Bloquer le départ ordonné de toutes les troupes et milices étrangères du territoire national : il a même scellé des alliances avec des interahamwe génocidaires rwandais hutus ;

    7. Bloquer la réforme des services de sécurité, de sûreté et des renseignements du Pays : les services opérations jusqu’à ce jour sont hérités de la dictature et sont sous le contrôle des étrangers : DEMIAP, PIR, ANR… ;

    8. Tromper les Congolais avec le bricolage appelé le “brassage” et le “mixage” des milices (mots qui ne se trouvent nulle part dans les résolutions du Dialogue Intercongolais) : ces milices “brassées” et “mixées” sont les milices périphériques des seigneurs de guerre. Leurs troupes d’élite sont gardées au frais et au vert sur notre Territoire National.

    9. Faire des milices “brassées” et “mixées” non expérimentées pompeusement appelées “FARDC” des escadrons de la mort, des milices de répression des manifestations populaires pacifiques, des opposants politiques et d’opinion, de toute manifestation de conscience nationale. Ces milices sont même placées à dessein dans conditions déplorables qu’elles se découragent et se livrent, pour survivre, au rançonnement de la population, au pillage des biens, aux viols et violences sexuelles… Elles sont même placées dans conditions hygiéniques insalubres pour qu’elles soient décimées par des maladies épidémiques et endémiques (choléra, sida) ; aux viols et violences sexuelles pour transmettre aux victimes des maladies comme le sida… ;

    10. Perpétuer des conflits armés au Pays et dans la Région pour déstabiliser notre Pays : l’instabilité politique et l’insécurité étant l’une des conditions propices au pillage des richesses nationales, à l’extermination des populations, au blocage du développement de notre Pays…. ;

    11. Entretenir toute une Armée composée d’étrangers (Garde Présidentielle) : Ougandais, Tanzaniens, Rwandais, Burundais : ce sont des escadrons de la mort qui protègent l’imposteur, protègent son pouvoir et son régime. Ils sont prêts à massacrer des Congolais comme des mouches à chaque manifestation, contestation. Les soi-disant policiers sont en réalité ces militaires, des escadrons de la mort étrangers habillés comme des policiers pour tromper l’opinion ;

    12. Sa mission la plus sinistre, c’est la mise en oeuvre de la solution finale : réduire à l’impuissance le peuple bantou du Congo et du Rwanda comme firent les Nazis Allemands contre le Peuple juif en 1940-1944.

    13. Kabila ne dira jamais la verité sur la vraie nature de la mission lui assignée par Kagamé et Museveni, et il a toujours donné raison à ses maitres qui continuent d’envoyer des mercenaires et des milices rwandais et ougandais pour exterminer notre Peuple et créer ainsi un espace vital pour la peuplade tutsie.

    Ceci étant, je rappelle à M. NONO et à d’autres rêveurs et applaudisseurs Ne Kongo, qu’au lieu de se laisser abreuver par des prophéties hérétiques de ceux qui veulent vous maintenir dans une léthargie morbide et qui vous empêchent de réfléchir, car tout comme mon père, qui rêvait de revoir le retour de son héros national, Patrice Emery Lumumba, hélas, il est mort a 90 ans sans que son rêve revienne réalité. Et je crains que beaucoup des adeptes de N’longi ne le verra jamais, qu’ils vivent 100 ou 1000 ans, ils ne reverront plus Ne Mwanda Nsemi vivant. Alors il faudra que vous vous ressaisissiez et agissez :

    1. Demandez a alias « Joseph Kabila » de vous remettre le corps de Ne Mwanda Nsemi ou qu’il vous montre l’endroit ou la fosse commune où il avait été enterré pour que vous le déterriez et organisiez sont deuil, conformément au rituel Ne Kongo dévolus à son rang.
    2. Saisissez le Procureur Général de la République pour qu’une enquête soit diligentée à ce sujet.
    3. Saisissez la MONUSCO représentante de la mission des Nations pour le maintien de la paix.
    4. Saisissez le gouvernement, bien que je sache qu’aucune réponse ne vous sera donnée.
    5. Saisissez l’ensemble des parlementaires, députés et sénateurs.
    6. Saisissez les missions diplomatiques et consulaires accréditées en République Démocratique du Congo.
    Il est tout de même étonnant qu’un tribun comme le député national, Zacharie Badiengila puisse se taire et laisser d’autres personnes parler en son lieu et place et qui le défendent très mal. Lui-même est son meilleur avocat.

    Londres, le 10 juin 2018.

    MBELO LISALIKO WENDA.

    1. A Nono,

      Je m’étais résolu de clore ce débat, et ce, pour des raisons de convenance personnelle.Mais,à lire votre dernière réaction, j’estime pour ma part, en droit de vous répondre, sous forme d’addendum, face à vos propos décousus, malsains, et inappropriés, que vous ne cessez de déverser, avec fougue, sans réserve aucune, mais avec énergie du désespoir, à ma modeste personne. En effet, je pense, et j’espère, , que vous êtes cliniquement atteint de la « schizophrénie », et, de ce fait, je présume que vous n’admettrez jamais votre hypocrisie, et votre cupidité, car vous êtes, tout autant cynique que votre Maître « Joseph Kabila », y compris l’ensemble des notables du Kongo Central, ayant participé à la « messe noire de Mbanza Ngungu., pour un but connu de tous : la trahison de Ne Muanda Nsemi, suivi de sa disparition pour une destination inconnue. Des vies humaines ont été détruites parce qu’ils ont cru, bêtement cru, aux promesses fallacieuses et souvent non tenues, par les soi-disant leaders politiques du Kongo-Central. Enfin, Nono, quelle a été votre réaction, lorsque les adeptes de Bundu dia Kongo étaient décimés chez eux au Bas-Congo, par la milice du pouvoir occupant ? Que la paix, l’espoir, la décence , la dignité et la courtoisie retournent dans votre subconscient

      Bon dimanche !

      J’ai dit !

      Kolomboka.

      1. Mpangi Nono,

        Qu’est ce qui se passe aujourd’hui dans votre tête ? Pourquoi cet acharnement injustifié, contre Kolomboka ? Avez-vous un contentieux particulier avec ce dernier ? Détenez-vous des indices sérieux sur l’existence de Ne Muanda Nsemi ? Dans un monde virtuel, peut-être ? Vous semblez, par moment , vous écartez du débat de fond pour entraîner vos lecteurs dans une vague de discussions sans intérêt. Le compatriote Kolomboka que je trouve non violent, sympathique, courtois, mais sévère dans son discours politique, ne fait que défendre en passant, les idées peu importe le contenu, de son idole préféré, le concitoyen Bamba di Lelo. Heureusement que vous n’êtes pas en mesure de décliner votre identité devant la masse,sinon, vous alliez apparaître fort ridicule .Parce que, vous défendez une cause perdue d’avance

        Asumba na Nganda

    2. @ROBERT MBELO
      Vous confondez hélas plusieurs points : douter de l’exécution de Ne Muanda Nsemi avec la complicité de ses frères parce qu »on n’en a pas la PREUVE IRRÉFUTABLE ne fait de personne un rêveur, un fanatique de je ne sais quelle prophétie et encore moins un adepte de ‘JK’…
      Pas la peine alors de vous présenter alors comme le seul bon patriote face ) vos contradicteurs et pas la peine de nous inonder des faits qui prouvent l’arbitraire et le criminel , nous les connaissons tous autant que vous, lutter contre eux doit se faire dans la vérité des faits et non dans leur fabrication…
      Si demain la preuve est faite que N’longi a Kongo a été exécuté par ‘JK’ avec l’aide de ses frères Bakongo, personne ne viendra plus débattre du forfait mais aussi longtemps que vous n’e nous offrez que des rumeurs, des ont-dit, des supputations, souffrez que nous gardions nos doutes; c’est tout !!!
      En attendant, vous l’actif et vigilant patriote, vous êtes le mieux placé pour appliquer les recommandations que vous nous proposez pour résoudre le dilemme…

  17. @Kolomboka
    J’en avais fini avec vous mais je ne pouvais vous laisser débiter telle bassesse, même à court d’argument, même en plein délire de mauvaise foi, que j’avais comme maître ‘JK’… Vous êtes tombé sur la tête ou l’avez-vous perdue dans quelque addiction ?
    Un tout dernier mot car vous êtes comme bouché, inaccessible à toute logique, perdu par une soif bête de faire parler de vous alors que le réel mérite ne vous le permet pas :

    1° Affirmer sans preuves irréfutables l’exécution de Ne Muanda Nsemi par ‘JK’ avec la complicité de ses frères Ne Kongo est une immonde imposture, un crime sinon un délit grave; Les boniments qui accompagnent cette propagande tels que je les lis encore ici sont autant extravagants qu’incompréhensibles…
    2° Voir « l’occupation » partout même là où il n’y a que bêtise humaine, c’est condamner sa lutte à l’échec, acculer le peuple à l’inaction : la vie continue même sous l’occupation et de l’intérieur du système en place il y’a autant des citoyens patriotiques que dehors… Il nous faut condamner sans réserve le gouvernement illégal ou illégitime à la solde des occupants mais aux différents niveaux nous ne pouvons désespérer complètement des nôtres…
    3° Personne que je sache n’a reçu ici mandat des Ne Kongo pour parler en leur nom, qu’on ait alors la décence de ne parler que pour sa gouverne et non au nom de tous…
    4° Mutatis mutandis ‘péter plus haut que son cul’ est une expression qui veut dire ce qu’elle veut dire de façon imagée mais sans grivoiserie ; ce que si vous me montrez votre derrière nu ne vous étonnez point que je vous dise qu’il est crasseux ; pas donc de fuite en avant dans une victimisation à peu de frais !

    Adios !!!

    1. Je viens de suivre via internet une série de discussion entre Nono et Kolomboka, à l’effet d’une disparition inquiétante, du Prophète Ne Muanda Nsemi, leader incontesté du Bas-Congo.Je ne suis pas étonné de constater, que ce débat fut fort animé,bien que Kolomboka aie eu, l’ascendance sur Nono, et donc, la capacité de démolir de manière formelle, son adversaire du jour et j’en passe. A ce stade du débat , et face à une dictature féroce qui tue aveuglement des congolais,en soif de liberté, autant plutôt, lutter pour chasser l’ennemi commun, au lieu de vous pérenniser dans un débat stérile ,et inutile. Nonobstant, le compatriote Nono doit nous dire à quel endroit se cache le Grand Maître Ne Muanda Nsemi, pour taire la spéculation et réduire les émotions des uns et des autres.

      1. Camarade Bamba di Lelo,

        Vous avez tout dit, avec une expression d’ailleurs,limpide, claire comme de l’eau. Cependant, le notables, et mandataires du Kongo Central doivent retenir, en cas d’ignorance, où d’oubli, c’est qu’on ne dirige pas une « Nation » pour le destin d’un homme.Vous vous rendez ridicule, en faisant allégeance à un criminel de la trempe d’Hippolyte Kanambe. Je vous recommande camarade Bamba, de pousser votre investigation au delà de nos espérances pour connaitre la vérité, rien que la vérité, sur cette disparition inquiétante de N’longi a Kongo, Mbuta Ne Muanda Nsemi . Car, il est insupportable qu’à ce jour, nous n’ayons toujours pas de ses nouvelles.Sauf, bien entendu, les rêveurs, du genre de « Nono » et ses complices, qui nous font dorloter de n’importe quoi ? Or, la sortie de Jean Pierre Bemba de la CPI, devrait plutôt servir de prétexte à Zacharie Ne Muanda Nsemi, pour haranguer son peuple et en même temps cracher sur la personnalité de celui qui se nomme par pur hasard « Joseph Kabila !

        1. Joseph Kabila doit rendre compte sur la probable exécution de Ne Muanda Nsemi, car comment peut-il flanquer en prison, tout un Député National, pendant que ce dernier était couvert par son immunité parlementaire ? Est-ce qu’il y a-il de la logique dans la tête de Kanambe ? Quelle dividende tirez-vous sur des cas de meurtre qu’on enregistre chaque jour par ici et par là ? Le savez-vous que le Kongo- Kinshasa, est devenu, un très grand cimetière à ciel ouvert, sous votre administration ? Kabila arrête de blaguer, car nous acceptons de mourir tous, que de vous laisser encore jouir, et même pour une seule nuit, les bienfaits, du service rendu par notre jeunesse qui n’aspire qu’au bonheur, sans lequel la vie sur la terre de nos ancêtres n’a plus de sens !

          Masikini
          Lt.Colonel

          1. Lieutenant Colonel Masikini,

            Je suis très d’accord mon Colonel, avec vos questionnements qui me paraissent dans l’ensemble très très très intéressants . Car, comment tout un peuple, peut se laisser gouverner pendant 17 ans et quelques jours, voir plus, par un illustre inconnu : un analphabète étranger, un véritable ignare, sans ami d’enfance connu, ni voisin de classe, ni terrain des sports de référence à sa portée connu…et les exemples sont sans limite. Et vous Notables Ne Kongo, ayant participé à la messe noire de Mbanza Ngungu contre votre propre frère Zacharie, croyez-vous en le trahissant auprès d’Hippolyte Kanambe, alias « Joseph Kabila », que ce dernier allait avoir pitié de vous, s’intéresser à vous pour vous amadouer ? Et ils se disent intellectuels ceux qui l’approchent ! Finalement, où va notre monde ? C’est bien triste ! Kiadi kibeni !!!

  18. Chers tous,,

    Joseph Kabila vient d’ordonner à Célestin Tambwe Mwamba, Miniistre de la Justice avec responsabilité précaire, à ouvrir une enquête judiciaire contre Jean Pierre Bemba pour acquisition de trois nationalités différentes. A l’avance,on cherche à le noyer, et, ipso facto, à le condamner pour le rendre non éligible en République Démocratique du Congo. L’exécutant à cet ordre, n’ est autre, que le sieur Célestin Tambwe Mwamba , un congolais de souche, qui, pis est, accepte aveuglement d’exécuter un ordre liberticide. Cependant, le même individu, ne se pose même pas la question de savoir, si quelle serait à proprement parler , la nationalité de Joseph Kabila, et depuis quand, et de quelle manière, ce dernier a pu obtenir la nationalité congolaise ? N’est ce pas que ce petit tyran qui dirige notre pays par défi, n’est qu’un véritable Rwandais de souche, déterminé de mourir, par balle dans la tête, et d’être enterré, sans honneur, dans notre pays ? Il n’est pas étonnant, de constater que le plus souvent, Joseph Kabila et les siens évoquent la loi, lorsque celle-ci les arrangent, et, s’accrochent à l’arbitraire lorsque la loi ici les condamne. Mais, qu’ils sachent qu’il n’y a pas qu’eux dans ce pays de presque 80 millions d’habitants. Cette fois, Joseph Kabila cherchera la voie de sortie, surtout que l’Aéroport de N’djili sera bientôt fermé par nos « Forces », pour l’empêcher de fuir, dans un pays tiers, sans préalablement rendre compte de tous les crimes commis, depuis l’arrivée de l’AFDL, à ce jour, et, également, l’usurpation d’une fausse identité congolaise. De même, Joseph Kabila devra s’expliquer, sur les circonstances spatio- temporelles, lui attribuant, les lieux , et des dates de naissance différentes avec sa sœur Jeannette, prétendument, frère et sœur jumeaux, nés tous deux, me semble t-il, d’une mère biologique d’emprunt ? Comme Samuel Doe, Joseph,Kabila regrettera, amèrement, sa témérité dans un pays d’autrui, même dans sa tombe ! Je reste persuadé que les congolais ne sont plus des naïfs observateurs, des bons loquasses sans agir, comme jadis, il y’ a quelques décades !

    J’ai dit !

    Kolomboka

Les commentaires sont fermés