« Néhémie » « démonétise » la signature de « Bruno »

Les jours de Tatu Bruno Tshibala à la primature seraient-ils comptés? Depuis quelques semaines, les ordres de mission signés par le « Premier » sont « recalés » aux postes frontières par des agents de la DGM (Migrations). Les « excellences » en partance pour l’étranger ne peuvent prendre l’avion qu’après un « go ahead » (feu vert) donné par le « dircab » du Président hors mandat. Tout se passe via un coup de fil. Maneno ya kushangaa!

Selon mon ami qui sait tout sur tout et presque tout sur rien sur les cancans de Kinshasa-Lez-Immondices, le kengiste Franck Mwe di Malila Apenela, ministre du Tourisme sans touristes, a adressé au Premier sinistre, pardon, Premier ministre Bruno Tshibala Nzenzhe, alias le « doyen des opposants », une missive qui interpelle.

D’après l’ami, « Franck » demande à « Tatu Bruno » de fixer les membres du gouvernement sur le « feu vert » imposé par le « Dircab » Néhémie Mwilanya à tout membre du gouvernement en partance pour l’étranger. Et ce en dépit de l’ordre de mission revêtu de la « griffe » de l’ex-secrétaire général adjoint de l’UDPS.

Mon ami qui sait décidément tout sur tout me souffle ces mots dans le creux de l’oreille: « Je suis pétris d’admiration vis-à-vis de ce kengiste qui a eu le courage de poser ce problème ». « La démarche de Monsieur Franck n’est-elle pas révélatrice d’un malaise qui couverait au sein de ce gouvernement aux allures de grand bazar? », lui ai-je demandé.

L’ami glisse sa main dans une poche. Il brandit un exemplaire de la Constitution. Sur un ton doctoral, il tonne: « L’article 91 de la loi fondamentale énonce dans ses alinéas 2 et 4 respectivement que ‘le gouvernement conduit la politique de la nation’ et ‘le gouvernement dispose de l’administration publique, des forces armées, de la police nationale et des services de sécurité ».

Sur un ton ironique, l’ami me dit: « La procédure suivie par le tout-puissant ‘Dircab’ Néhémie ne repose sur aucune base juridique. C’est de l’arbitraire pour la simple raison que le Dircab ou le chef de la maison civile du Président hors mandat n’ont aucune responsabilité politique. A preuve, ils n’ont aucune existence constitutionnelle ».

Mon ami qui aime fréquenter les professionnels de la politique, toute tendance confondue, considère le « professeur » Néhémie Mwilanya Wilondja qui est juriste de formation comme un anarchiste. L’ami de me confier une conversation qu’il a eue avec un mouvancier de la Kabilie. « J’ai demandé à cet ami de la mouvance ce qu’il pensait de cet acte de Néhémie. Ce dernier a réagi avec désinvolture en lingala en disant: ‘Kala mingi, Tshibala na bino na ba-ministres na ye ya opposition bazo kende ». Traduction: les jours de Tshibala et ses ministres issus de l’opposition sont comptés.

Mon ami se rapproche de moi pour me souffler son analyse dans le creux de l’oreille: « En débauchant Tatu Bruno et les autres opposants en avril 2017, le Président hors mandat de la République très très démocratique du Congo voulait affaiblir l’opposition incarnée par l’UDPS du duo Tshilombo-Kabund en général et le Rassemblement en particulier. L’objet est atteint dans la mesure où les opposants sont décrédibilisés aux yeux du Congolais lambda ». Il poursuit: « L’opposition est affaiblie. Sauf que le Président hors mandat fait face à un adverse plus coriace appelé l’église catholique ». Pour mon ami, Bruno et ses amis ne sont plus, à ce stade, ‘utiles’ pour l’ex-raïs, alias ex-commandant suprême des FARDC, de la garde prétorienne et de la police nationale.

Cynique, l’ami de glisser: « Tatu Bruno et ses camarades sont en passe d’apprendre à leur dépens les mœurs de l’univers impitoyable qu’est la ‘Kabilie’. Le Président hors mandat utilise les acteurs politiques de l’opposition au gré de ses intérêts à lui. Après, il les jette dans la poubelle comme du papier Kleenex ».

Au moment de nous quitter mon ami de citer François René de Chateaubriand: « Quand on a point d’argent, on est dans la dépendance de toutes choses et de tout le monde ».

 

Par Robert Yuka ea Djema
© Congoindépendant 2003-2018

7 réflexions au sujet de « « Néhémie » « démonétise » la signature de « Bruno » »

  1. Ce sont des signes évidents de fin d’un système dont la mort cérébrale est déjà certifiée. N’allant pas plus loin, le tout puissant Maréchal Mobutu, conscient déjà de son fin de règne, avait trouvé refuge soit dans son bateau, soit à Kawele, puisque chassé même de son village Gbadolite. Il a carément laissé pourrir la situation, spécialement à Kinshasa.
    C »est presque ce qui se passe maintenant avec le régime Kagame qui patronne le Congo avec la difficulté ajoutée que lui-même Kagame ne peut pas intervenir directement pour donner des ordres, ce qui serait trop voyant sur la scène internationale. D’où l’apparition de pareil monsieur, appelez-le Dircab ou que sais-je.
    Ledit monsieur, depuis fort longtemps est déjà assimilé à Pluton qui, sans orbite déterminé entre autre critère de masse, a dû être débarqué de la liste des planètes solaires. En véritale « sans domicile fixe » (SDF), Monsieur s’est retrouvé à Kasumbalesa, dams toutes les réunions stratégiques des assaillants tutsis,..
    Il y a aussi un certain nommé Mugalu par qui les assaillants veulent jouer la désespérée stratégie de soumettre le Congo par un régime téocratique.

  2. Le mauvais génie de la Kabilie, le maître à penser de l’ovni de Kingakati, le hyper ministre du ciel et de la terre, celui qui détient le droit de vie et de mort sur tout ce qui respire l’air sur le sol RD Congolais n’a des compte à rendre qu’à son chef. Tshibala Nzhenzhe n’est qu’un maillon de la chaine, un faire valoir, un objet du deçor, voilà la triste réalité de la monstruosité gouvernementale congolaise. Mende qui brasse du vent en bavant, Kabange Numbi qui met les hommes de Dieu à poils pour leur apprendre les bonnes manières, Bitakwira le guignol de service qui fait souvent appel à sa mère pour l’aider éructer ses inepties, c’est ça le tableau reluisant qui symbolise le pouvoir finissant de celui qui se fait appeler Kabila. Alors, mon frère qui sait tout sur tout ce qui se passe à Kin la poubelle vous avez encore de la matière. Bonne bourre bon frangin, que Mgr Monsengwo te bénisse pour nous aider à nous débarrasser des médiocres. Et paf.

  3. IL N Y A QUE DE NAIFS PATHOLOGIQUES QUI AURAIENT CRU QUE LE TRAITRE EX-LOCATAIRE DES CELLULES DE KALEV MUTOND A MAKALA, NOUS CITONS DONC BRUNO TSHIBALA ALIAS « BRUTSHI » ETAIT UN 1ER MINISTRE DIGNE DE CE NOM. SON RECRUTEUR ET TIREUR DE FICELLES ETANT NEHEMIE MWILANYA.

    « FRANK LE JOUISSEUR », GENDRE DU MARGOULIN MOBUTISTE KENGO, LUI NE FAT QUE RELEVER CETTE EVIDENCE EN « DESHABILLANT » BRUTSHI.

    BRUTSHI, QUI SERVAIT DEPUIS LE DEBUT COMME DE CHAVAL-DE-TROIE DU « VRAI KAPITA » DE LA VOYOUCRATIE-KLEPTOCRATIQUE KANAMBISTE, DONC LE « FAUX PROF DE DROIT » NEHEMIE MWILANYA, DECOUVRE ENFIN QU’UN IMPOSTEUR (TRAITRE & FAUX OPPOSANT) AU SERVICE D’UN AUTRE IMPOSTEUR (ILLEGITIMEMENT AU SOMMET) VAUT MOINS QU’UN « PETIT BOY ».

  4. Si on pouvait ressusciter Jacques Villeret et on tournerait une nouvelle comédie avec comme titre : le dîner de médiocres.

  5. Bruno Tshibass se targue d’être un héritier politique d’Etienne Tshisekedi. Après plus de 30 ans de proximité avec feu le Sphinx, de Limete, le disciple Tshibass devait avoir la même vision que son maître.
    Quand l’Aigle de Kawele nommait Tatu Etienne à la primature et qu’il prenait trop de liberté avec le trésor public, Tshikas s’y opposait farouchement. L’Aigle volait naturellement trop haut à tel point qu’il était inaccessible au crapaud Tshikass. Le léopard, comme un sait le faire un bon carnassier, mettait dehors le natif de Kabeya Kamwanga.
    Le vrai pouvoir, l’imperium se trouve au Palais de la Nation et non sur l’Avenue des 3 Z. Tshibala et tous ses copains de la vraie fausse opposition qui se trouve au gouvernement sont dilués dans la kabilie. Ils sont même devenus plus kabilistes que Kabila lui-même.

  6. « Brutshi » et ses sinistres ex-opposants apprennent tout doucement à leurs dépens qu’ils ne valent rien pour la kabilie. L’éveil sera aussi brutal qu’un coup de poignard quand ils seront rémerciés à la mode kabiliste avec tambour et trompette – soki tembe qu’ils demandent à Badibanga. Qu’ils n’osent surtout pas rêver d’une quelconque amnésie des congolais car ils seront jugés et condamnés comme le mérite tout traitre et serviront d’exemple aux futurs aspirants à l’exercice de trahison nationale.

  7. @Ndeko Jo Bongos… Kie kie kie c’est marrant, la mangeoire dressée par le Tutsi Power au Kongo est un scénario tragi-comique, nous dirons même plus que Jacques Villeret ressuscite pour donner la réplique à Thierry Lhermitte et sa bande dans un très succulent *Dîner des cons médiocres*….

Les commentaires sont fermés