Ngbanda: « Nos voisins ont intérêt que le Congo reste en état de liquéfaction »

L’Apareco (Alliance des patriotes pour la refondation du Congo) a soufflé, lundi 4 juin 2018, ses 13 bougies. Cet anniversaire a donné prétexte à une interview, par téléphone, avec son fondateur Honoré Ngbanda Ko Atumba. Au centre de l’entretien, la situation générale au Congo-Kinshasa. Sans omettre, les récentes déclarations du président angolais sur le processus électoral chez son grand voisin. Le bilan des treize années d’existence de l’Apareco a été évoqué. Fondée en 2005, cette organisation se définit comme un « mouvement de résistance contre l’occupation ». Ancien conseiller spécial en matière de Sécurité du maréchal Mobutu Sese Seko, Ngbanda est un homme qu’on ne présente plus. Officier de renseignements, il a effectué toute sa carrière dans les « services » où il a gravi tous les échelons. Il a occupé, par ailleurs, les fonctions de ministre de la Défense nationale dans le gouvernement de Bernardin Mungul Diaka (1991) et celui d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba (1992).

En tant que père et acteur politique, quelle a été votre réaction en apprenant le décès du Père de l’activiste des droits humains Rossy Mukendi Tshimanga deux semaines après l’inhumation de son fils, abattu par la police lors de la marche pacifique du 25 février dernier?

C’est une situation pénible. En tant que leader du mouvement de la résistance, je trouve cela révoltant! Voilà pourquoi, je ne cesse, dans mes prises de position, de dénoncer le fait de « sacrifier » le peuple pour rien. Le but de la politique est d’amener le peuple vers le bonheur. J’estime qu’il est criminel de pousser le peuple à des sacrifices inutiles, à des objectifs occultes et inavouables. Pour quelle raison mobilise-t-on les gens dans la rue? Quel est l’objectif atteint après la disparition de toutes ces victimes? Où sont les dirigeants qui les avaient amenés sur le terrain? Outre Rossy et son père, il y a eu plusieurs autres victimes. Derrière la mobilisation des jeunes gens dans la rue, il y a des tractations politiques pour le partage des postes. Avez-vous entendu un seul homme politique se soucier du sort de ces victimes? C’est ça que j’appelle sacrifier le peuple pour rien.

Voulez-vous dire que les « marches pacifiques » sont inutiles?

On doit organiser une marche pour attendre un objectif. Lorsque la population a manifesté en Tunisie, en Egypte ou au Burkina Faso, elle a atteint un objectif. L’objectif ici tient au fait que le peuple s’est libéré d’une situation d’oppression. Cela est loin d’être le cas chez nous. Parlons de « marches pacifiques » des laïcs catholiques que vous évoquez. On demande aux paroissiens de sortir sans objectif ni but politique à atteindre. En face, le pouvoir d’occupation ne cesse de se renforcer. Pour les Rwandais qui sont au pouvoir, ces manifestations constituent une occasion pour repérer les meneurs afin de les éliminer. C’est le cas notamment de « Rossy ». Nous avons besoin de nos jeunes gens pour un soulèvement populaire pour sortir le pays de la servitude. C’est ainsi que nous ne cessons de lancer un appel à tous ceux qui veulent réellement libérer le Congo à nous organiser ensemble pour élaborer un plan d’action.

Monsieur Honoré Ngbanda ne voudrait-il pas une chose et son contraire? Que répondez-vous à certains observateurs qui disent ne pas comprendre la logique de votre combat particulièrement lorsque vous invectivez des opposants tels que Félix Tshisekedi ou Moïse Katumbi?

Ceux qui font ce genre de réflexion ne comprennent rien à la vie politique congolaise. S’il y a deux hommes qui aident régulièrement Kabila à perpétuer la situation dans laquelle nous sommes c’est bien Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi. N’est-ce pas Félix Tshisekedi et ses coéquipiers qui ont signé des accords secrets avec Kabila? C’est toujours les mêmes qui ont signé des « accords secrets » en Europe et partout ailleurs. Quand nous disons « mettons-nous ensemble », nous parlons des Congolais qui veulent réellement libérer leur pays. Aujourd’hui, vous conviendrez avec moi que plusieurs acteurs politiques sont en réalité des « collabos ». Des opposants continuent, comme à l’époque de Mobutu, à s’opposer le jour. Dès la tombée de la nuit, ils vont négocier des postes. Hier, on manifestait contre Mobutu. Aujourd’hui, on manifeste contre Kabila. C’est un petit jeu que je connais bien. Avez-vous déjà vu dans ce monde, deux prétendants au même poste de Président de la République devenir des alliés politiques? Les messieurs que vous avez cités prennent les Congolais pour des demeurés

Ne trouvez-vous pas qu’on colle un peu trop facilement l’épithète « collabo » sur n’importe qui sans qu’on ait apporté le moindre début de preuve?

Lorsque vous vous dites opposant politique à un « régime d’occupation », cela voudrait dire que vous reconnaissez le système en place comme un pouvoir légitime.

Nombreux sont des Congolais qui partagent votre analyse selon laquelle le pays est « sous occupation ». Sur le terrain, il n’existe aucun mouvement de résistance comme ce fut le cas en France. Jusqu’ici le combat se limite au niveau des média. Selon vous, que faire concrètement pour « libérer » le pays?

Vous faites une fausse analyse. Beaucoup de Congolais pensent qu’il faut constituer une « armée de Rambos ». Nous avons des paramètres qui nous sont propres. Lorsque la France était occupée, plusieurs puissances sont venues à sa rescousse. En ce qui concerne le Congo-Kinshasa, la situation est plus complexe: il y a des puissances étrangères qui sont complices de l’occupation de notre pays. Nous nous battons pour que le peuple congolais prenne conscience qu’il doit se libérer. Je peux vous assurer que si une armée de mercenaires venait pour libérer le Congo, vous verrez que les « vautours » qui convoitent le pays vont revenir à la charge pour une nouvelle occupation. Le travail que je fais est une oeuvre de longue haleine. Nous visons le long terme.

N’avez-vous pas le sentiment que l’homme congolais parle beaucoup mais agit peu?

C’est vous qui parlez beaucoup et agissez peu. Moi, je parle et j’agi. Vingt-quatre heures sur vingt-quatre, il y a des gens qui opèrent sur le terrain. Il y a d’abord le travail au niveau de la mentalité. L’homme congolais souffre du « nombrilisme ». Chacun pense à sa famille, ses enfants, sa tribu, sa province. Tant que la mentalité d’un peuple n’aura pas changé, il va demeurer esclave. Je vais vous faire une révélation. A l’Est du pays, nous n’avons pas une armée qui protège le pays. Ce sont des « jeunes gens » qui font un travail de résistance. Sans ces derniers, le pays serait  « parti » depuis très longtemps.

Vous avez suivi les déclarations du président angolais Joao Lourenço sur le processus électoral au Congo-Kinshasa. Quelle est la réaction de l’officier de renseignements que vous êtes et qui connait bien les relations entre notre pays et l’Angola sous Mobutu Sese Seko, Laurent-Désiré Kabila et « Joseph Kabila »?

Le Congo-Kinshasa d’aujourd’hui est toujours cette « terra nillius ». Soixante années après la proclamation des indépendances, les dirigeants africains demeurent encore les marionnettes des Etats-Unis. Dans les années 70, le Zaïre de Mobutu était le gendarme de l’Occident. Dans les années 86-95, le président ougandais Yoweri Museveni a joué ce rôle au Rwanda. C’est Paul Kagame qui joue aujourd’hui le gendarme pour le compte des Etats-Unis au Congo-Kinshasa. Aujourd’hui, l’Angola de Joao Lourenço joue le rôle de gendarme des Etats-Unis dans notre pays et dans la SADC. Voilà pourquoi nous devons nous battre afin que les peuples africains prennent conscience qu’eux seuls peuvent mettre fin à ce cycle infernal. Je tiens, par ailleurs, à signaler que nous devons faire très attention avec le président français actuel. Celui-ci est différent de ses prédécesseurs qui étaient des « représentants » du monde français des affaires. Emmanuel Macron, lui, est le produit direct du monde des banques et du CAC 40 [CAC 40: cotation assistée en continu, Ndlr]. Il n’y a que ça qui compte chez lui. La déclaration de Lourenço sur le Congo-Kinshasa est un non-événement. C’est tout simplement absurde de dire qu’on accorde le bénéfice de doute au président Kabila. Joao Lourenço connait bien la réalité de ce qui se passe. Son pays a contribué à l’installation du régime de Kabila. Le président angolais ne travaille nullement pour l’intérêt du peuple congolais. Il faut reconnaître une chose. A savoir que tous ces pays voisins ont intérêt à voir le Congo-Kinshasa demeurer dans l’état de liquéfaction actuelle. C’est une erreur que font des Congolais de penser que la solution aux problèmes de leur pays viendra de l’Angola ou d’un autre pays ». Nous faisons le jeu de ceux qui veulent nous asservir.

Une douzaine d’universitaires dont le docteur Denis Mukwege et les professeurs André Mbata Mangu et Alphonse Maïndo, battent actuellement « campagne » pour la mise en place d’une « Transition citoyenne sans Kabila ». Qu’en pensez-vous?

Je respecte beaucoup la combativité de mon frère le docteur Mukwege et de tous les autres frères que vous avez cités. Je crois en la sincérité de chacun d’eux. Quand j’entends des compatriotes évoquer l’idée d’une « Transition citoyenne sans Kabila », je me suis souvent posé des questions: par quel mécanisme pourraient-ils mettre Kabila à l’écart? Est-ce que le « système d’occupation » qui a installé ce dernier laissera faire? Une transition sans Kabila ne suppose-t-il pas la libération préalable du pays du système qui a placé cet homme au sommet de l’Etat?

Des hommes en uniformes ont attaqué à l’arme lourde, le vendredi 1er juin, à 1 h00 du matin, le siège d’un parti politique pro-Katumbi à Lubumbashi. « Joseph Kabila » et son ministre de l’Intérieur se trouvaient dans la ville au moment des faits. Devrait-on parler de « terrorisme d’Etat »?

La situation que  vous décrivez occulte une seule vraie réalité. A savoir que le Congo-Kinshasa est sous occupation. Aujourd’hui, la vie d’un Congolais n’a plus de valeur. On tue impunément. Cette situation est cautionnée par la communauté internationale. Si le président Mobutu et ses proches avaient commis l’un millième de ce qui se passe maintenant dans notre pays, ils auraient subi le sort réservé au colonel Kadhafi

L’Apareco vient de souffler ses 13 bougies. Pourriez-vous esquissez un bilan au regard des objectifs lui assignés en 2005?

Lors de la création de l’Apareco en 2005, je comptais beaucoup sur les militaires des ex-Forces armées zaïroises pour surprendre l’ennemi. On espérait sortir le pays de l’occupation en quelques mois ou années. Hélas, je me suis rendu compte que mes compatriotes militaires étaient facilement corruptibles. L’ennemi a été plus efficace. Nous avons perdu beaucoup d’hommes sur le terrain. Ils ont été trahis par des officiers qui devaient les amener au combat. Voilà pourquoi, nous avons jugé bon de mettre l’accent sur la conscientisation de notre peuple. Dans ce combat, nous affrontons des Africains et des Européens qui sont au service du « système ». Nous avons commencé ce travail contre nos propres frères. Ce n’est pas facile. Je peux vous assurer que nous avons réussi à réveiller la conscience des Congolais aussi bien dans la diaspora qu’à l’intérieur du pays. Quand nous avons commencé ce combat via l’Internet, d’aucuns s’étaient moqué de nous. Nos détracteurs d’hier ont fini par comprendre que l’Internet permet de contourner pas mal d’obstacles au niveau médiatique.

Auriez-vous des regrets?

Je regrette d’avoir placé ma confiance en mes compatriotes militaires. Il y a beaucoup d’actions entreprises qui n’ont pas abouti. Je prends cela positivement. Ne dit-on pas que l’expérience est la somme des échecs?

Vous avez été ministre de la Défense au début des années 90 sous la IIème République. A l’époque, on parlait des « forces spéciales » ou des « forces d’intervention spéciales ». Où sont passés tous ces commandos formés dans les meilleures académies militaires? Que sont-ils devenus vingt ans après?

Nous avions effectivement les meilleurs éléments formés notamment en Israël et aux Etats-Unis. J’ai été chargé de négocier la formation de nombreux d’entre eux. Quand le Tchad se disputait la bande d’Aouzou avec la Libye du colonel Moammar Kadhafi, nos troupes étaient intervenues du côté tchadien. Beaucoup de nos meilleurs éléments ont été décimés au cours des premières années qui ont suivi l’occupation. Pour être précis, c’est entre 1997 et 2000. Laurent Désiré Kabila, Kanambe et autre James Kabarebe avaient empoisonné la nourriture destinée aux militaires et officiers congolais à Mbanza Ngungu, Kitona et ailleurs. Certains de nos militaires ont préféré mettre leur savoir au service des Rwandais.

C’est la deuxième fois que vous accordez une interview à notre journal via le téléphone. Auriez-vous des craintes pour votre intégrité physique?

Je mène un combat difficile. Vous comprendrez le sens de ce combat peut-être plus tard quand je ne serai plus là. Ce combat ne consiste pas à défendre mes intérêts particuliers. C’est pour les générations à venir. Nous nous battons contre un monstre à plusieurs têtes. Toutes ces puissances dont je dénonce l’implication dans l’occupation de notre pays seront heureuses de me localiser. Je suis un homme à abattre. Les vice-présidents et les secrétaires généraux de l’Apareco font face aux mêmes menaces. Chaque jour, je reçois des messages de menace de toutes parts. Je n’ai pas peur. Je suis tout simplement prudent. Vous vous souviendrez de ce qui est arrivé au commandant afghan Massoud. Il avait commis une seule erreur. Dans les milieux sécuritaires, on dit: « la première erreur est la dernière ».

 

Propos recueillis par Baudouin Amba Wetshi

48 réflexions au sujet de « Ngbanda: « Nos voisins ont intérêt que le Congo reste en état de liquéfaction » »

  1. Chers Compatriotes,
    Personnellement je suis fatigué de toutes ces analyses qui ne voient dans notre malheur que l’action de l’étranger. Même le Rwanda est devenu un étranger tellement fort que certains de nos compatriotes tremblent ! Mais à quand l’analyse concernant nos faiblesses et limites qui ont fait que cet état de fait s’installe ? La deuxième république a géré le pays en ne voyant que l’éternité du pouvoir du grand léopard en fermant les yeux sur une éventualité naturelle de sa disparition un jour. Rien n’a été fait pour prévoir la gestion de la chose publique. Et l’analyste actuelle était là avec des postes de responsabilité. L’AFDL est arrivé, et personne ne s’est posé la question sur l’avenir de ce mouvement aventurier dans le pays, ainsi que l’avenir du pays qui était soumis au dictat d’un homme de paille. Encore une descente dans la gestion à vue, jusqu’à l’assassinat de celui qui quelques jours avant dénonçaient la présence des Rwandais que lui auraient amenés jusqu’à Kinshasa, par ignorance (Oui il ne savait pas). Après avoir dénoncé ces Rwandais qui sont encore au Congo jusqu’aujourd’hui, le Mzee avait oublié un rwandais qui se tenait devant sa porte. Eh oui, il ne le savait pas ! Conséquence logique, il est assassiné. Son fils est coopté pour lui succéder (dixit Gaetan Kakudji, qu’il repose en paix). Eh bien, le nouveau « Raïs » du Congo est transporté par les Congolais de souche, de tous les niveaux de compétence. Ainsi, de Hewa Bora (site non visible sur la carte congolaise), celui qui est arrivé chaussé des bottes de Jardinier est devenu un as dans la gestion du Congo, pour maintenir les Congolais dans un état de terreur encore inédit dans ce pays. Et pendant tout ce temps, au lieu de se focaliser sur les stratégies, les tactiques à utiliser pour renverser ce pouvoir avide de sang congolais, on est là à ergoter, monter toutes sortes des théories de nos malheurs mais, théories qui ne pointent que le doigt vers l’extérieur, alors qu’une révolution est possible dans ce pays. Celui qui parle a excité les gens au sujet de Mateba, mais il ne nous a jamais dit comment ce territoire de Bakongo vendu par Tshisekedi a été récupéré. Il s’est improvisé auxiliaire de Monsengwo pour inviter les chrétiens à réagir contre le pouvoir. Mais à quand l’analyse de nos responsabilités afin que nous résolvions notre problème en partant de nous mêmes. Car, si le régime du Raïs de Kinshasa tient, c’est parce qu’il est porté par les nôtres qui, au nom du tribalisme, régionalisme, clanisme… conjugué à la haine, la jalousie, et autres qualités que l’on sait facilement relever chez les Congolais. Alors, regardons-nous d’abord avant de faire des diversions qui ne nous avancent pas. Que Dieu nous vienne en aide.

    1. @Elili

      Je ne souscris pas vraiment à vos propos. Le monde avec sa fameuse communauté internationale a des traités et des règles. Il est normal que nous pointions du doigt ceux qui piétinent ces règles chez nous dans l’indifférence générale, peu importe que cela se fasse avec l’aide d’une minorité des corrompus congolais.

      Aussi, nous ne cessons de nous attaquer aux nôtres pour leur participation active ou passive à l’entreprise de destruction du pays avec son cortège de maux indescriptibles (les musiciens, les politiciens … en savent quelque chose).

      Il faut attaquer plusieurs fronts en même temps. Si vous vous attaquez uniquement aux Félix fils à papa, Moïse nationale… vous vous concentrez sur un seul aspect du problème et allez passer votre temps à vous battre avec les talibans, katumbistes … pendant que les autres tuent et pillent.

  2. Honoré Ngbanda est un visionnaire, l’unique qu’a connu le Congo après Patrice Lumumba. Tout Congolais digne de ce nom devrait lui apporter son soutien. Il ne lutte pas pour son « ventre » mais pour l’avenir de tout un peuple et de son territoire.
    Ngbanda aurait pu se faire acheter la conscience par les envahisseurs rwandais qui règnent en maîtres sur le Congo-Kinshasa; comme l’ont fait ses cogénères que sont Mokolo-Wa-Pombo et autre Atundu. Il aurait pu se recroqueviller quelque part dans une ville de l’Occident et se la couler douce, car il en avait les moyens; mais ce monsieur a choisi de se sacrifier pour le Congo et les Congolais. Que l’Eternel le garde et soutienne son combat noble!

  3. Il est constant, il a reconnu ses erreurs et il se bat réellement pour son pays.

    Il faut lui reconnaître ce mérite et dire bravo MONSIEUR !

    Sur l’action militaire, tous ceux qui ont assayé, ont échoué… j’en sais quelque chose. L’inaction de nos hommes en uniforme ont facilité la tâche des occupants rwandais.

  4. Chers KUM et Myuana ya mokolo lopango,
    Je salue vos points de vue que je respecte. C’est la démocratie. Mais l’histoire est têtue. N’oublions pas les massacres des Chrétiens de 1992. Une reconnaissance verbale, non accompagnée ni du dédommagement, ni de la ferme résolution prouvée de ne pas tomber dans les mêmes erreurs est un verbiage qui ne peut que convaincre ceux qui à l’instar du Corbeau qui avait bien payé de son fromage les flatteries du renard. Le terminator qui devient visionnaire ? Mais où est-ce qu’il était pour donner sa vision au Maréchal afin de nous éviter notre compatriote Ali AFDL qui venait avec deux armées des voleurs, violeurs, tueurs qualifiés par lui-même d’aventuriers ? Ne nous leurrons pas. Vous affirmez qu’il aurait pu se vendre comme Mokolo et Atundu ? Vous pouvez me confirmer qu’il s’entendait avec Mokolo et Atundu dans le camp du Maréchal qu’ils ont tous servi ? S’il ne s’est pas vendu auprès du Kadogo, vous ne pouvez pas me confirmer que c’est à cause de son amour pour les Congolais et du Congo. L’amour du Congo, peut-être en tant que Vache à lait pour conserver leurs richesses, mais « amour des Congolais » qu’il n’avait pas hésité à massacrer en 1992 ? KUM a droit à fermer les yeux sur ces horreurs des hiboux et autres commandos ou pelotons d’exécution qui n’ont pas hésité à éliminer les Zaïrois qui avaient vraiment une autre vision pour ce pays. Le terminator nous a tous parlé de l’île de Mateba. Où en est-il avec ses investigations à ce sujet ? Cher Muana ya mokolo lopango, vous connaissez combien des familles Zaïroises ont souffert des actions des opérations diligentées par celui qui vient de reconnaître ses erreurs ? Soyez convaincus par les interventions de l’intelligence des services du Maréchal, c’est votre droit. Mais permettez moi aussi de garder mes doutes, dans l’espoir qu’un jour, le terminator, répondra de ses actes devant une cour congolaise afin que certaines vérités soient déballées. Cela pourra éviter à nos enfants de tomber dans nos erreurs. Vous m’aurez compris, la reconnaissance de ses erreurs en cette matière n’est pas suffisante. Terminator devra répondre aux questions des juges pour que la vérité soit établie sur certaines situations de la deuxième république qui sont accablantes. Les crimes contre l’humanité ne sont pas prescrits, les nazis en savent quelque chose. Que Dieu nous vienne en aide.

    1. @Elili,

      Soyons sérieux 2 secondes. Si nous voulons débattre et élever le niveau du débat commençons par préciser où mettons-nous le curseur: sur les faits ou les opinions. En effet, si les faits sont sacrés, les opinions sont libres.

      Je ne veux pas débattre avec vous sur vos opinions concernant Gbanda car elles semblent êtres un jugement préconçu. La maison brûle et vous reprochez au voisin qui apporte le seau d’eau qu’il aurait facilité l’entrée du pyromane en ne prenant pas soin du portail quand il y habitait.

      J’ai envie de vous dire que cela ne change rien au fait que la maison brûle et que son aide pour éteindre l’incendie est la bienvenue. Ça s’appelle priorisation des actions. Le débat sur terminator alors que la maison RDC est à feu et à sang n’a aucun sens sauf à manquer le sens de priorité.

      Parlons un peu de Gbanda sans passion en examinant froidement les choses.
      Quels postes a-t-il occupé ?

      *** Conseiller spécial de Mobutu ? Connaissez-vous les noms des ceux qui ont conseillé Bush à faire la guerre en Irak, de ceux qui ont conseillé Sarko pour la Libye ? Depuis quand un conseiller donne des ordres à son chef et est responsable des décisions du chef ? Que dites-vous de Pierre Lumbi ? Les zaïrois ont ils étaient plus massacrés avec Gbanda auprès de Mobutu que des congolais avec Lumbi auprès du surnommé Kabila ?

      *** membre du service de renseignement ? Son chef était Mokolo wa pombo qui est à Kinshasa. Sauf à nous démontrer que c’est lui qui donnait des ordres à Mokolo.

      *** Ministre de La Défense ? Il avait un premier ministre et un président.

      Vous donnez l’impression qu’au zaïre de Seskul, Gbanda était le tout puissant au sommet de la pyramide qui ne rendait compte à personne. C’est complètement FAUX.

      Mais à supposer que vous ayez raison, le terminator est responsable des massacres et des souffrances atroces des zaïrois (pire qu’ aujourd’hui), pourquoi le gouvernement congolais ne lance pas un procès et mandat d’arrêt international contre lui?

      À supposer que le gouvernement congolais ait de bonnes raisons de ne pas le poursuivre, pourquoi vous (Elili and co) qui avez des éléments factuels, des témoins, des preuves… ne le poursuivez pas devant la justice Belge ou Française par exemple. Vous pouvez lui faire délivrer une assignation au siège de son mouvement politique.

      Nous voulons tous voir la RDC devenir un état de droit. Nous devons donc apprendre à considérer tous les congolais présumés innocents jusqu’à ce qu’un tribunal en décide autrement. Libre à vous de considérer Gbanda comme présumé coupable d’une infraction éventuelle.

    2. Vingt six ans ont écoulé depuis la publication du rapport de la Commission des assassinats de la CNS, qui établit des responsabilités relatives auxdits massacre des chrétiens et autres actions de répression. Prenez la peine d’aller le lire.
      Quant à l’île des MATEBA, n’eut été la dénonciation de l’APARECO, cet accord aurait été signé. Heureusement que cette interpellation a permis de le faire capoter!
      Par ailleurs, si vous avez des éléments probants pouvant conduire à l’inculpation de M. NGBANDA, les crimes contre l’humanité ne sont pas prescrits, n’hésitez pas: déposez une plainte contre lui.
      Ne perdez pas le temps des congolais par des ritournelles empreintes de confusion, notamment celles d’assimiler un analyste à un décideur, un service de renseignement à celui d’action ou de répression…

    3. Compatriote Elili,
      Moi je fais de meme, je respecte votre point de vue. Mais en tant que chrétien je fais cette observation: la bonté de l’Eternel s’est toujours manifestée envers les pécheurs répentants, fussent-ils les pires criminels que l’humanité ait connus.
      Si vous détenez les preuves comme quoi c’est Ngbanda qui ordonna les massacres des chrétiens cathos, c’est dans votre droit de les exposer devant l’opinion publique congolaise. Dans le cas contraire, je serais porté à croire que vous avez un problème personnel avec M. Ngbanda, mais cet espace n’est guère propice pour le règlement de différends entre individus. J’ai dit!

    4. Si crimes contre l’humanité il y a, pourquoi la justice internationale ne s’en charge pas? Veux-tu accuser les occidentaux de complaisance vis-à-vis de Nbganda, 20 ans après la chute de Mobutu? Réfléchissons un peu…

  5. Ngbanda, « Kalev Mutond de Mobutu » veut se faire une peau neuve a travers ses sorties mediatiques sur Internet.

    Quel credit accorder alors a cet ex-assassin qui ne differe pas du tout d’un Kalev Mutond et Hypo Kanambe-Mtwale, et qu’attend la Justice sous un veritable Etat de Droit pour crimes connus?

  6. @ Elili.
    De grâce cessez de nous distraire avec vos propos qui démontrent que vous faites le jeu des occupants.
    Si H Ngbanda s’était vendu aux occupants rwandais comme l’ont fait Mokolo, Atundu, Kengo, etc. Vous le couvririez de tous les éloges en oubliant cette chanson des massacres des chrétiens et de massacres de Lubumbashi, seul argument que vous avez pour le vouer aux gémonies.
    Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas H Ngbanda est le seul proche de Mobutu qui a refusé de pactiser avec l’occupation, le seul qui a dénoncé l’occupation dès ses débuts, le seul que craint sérieusement Hyppolite Kanambe qui se fait appeler Joseph Kabila, le seul qui donne des tournis et des insomnies au Tutsi power, le seul qui aura laissé des écrits avec amples détails sur l’occupation pour les générations futures ( seul l’histoire le jugera), le seul qui fait preuve de constance dans son combat, le seul qui fait trembler non seulement le pouvoir en place, mais aussi le semblant d’opposition ainsi que les lobbies internationaux.
    Vive la résistance jusqu’au renversement de Kabila et tout son système.

  7. Trois Questions pour TERMINATOR:

    Il y a des Congolais qui ne sont pas amnésique, ceux qui gardent encore les souvenirs du règne de Mobutu et surtout de la période à laquelle Ngbanda était appelé au Secours pour occuper les premiers plans:

    1ere question:
    Quelle était l’interprétation de Ngbanda par rapport aux revendications des Congolais sur la gestion et la démocratie au Zaïre de Mobutu à cette époque?

    2) Hormis les vœux de changement exprimés à l’époque, à quel moment Ngbanda a su que Mobutu était atteint de prostate et qu’il n’avait plus à vivre longtemps avec cette maladie?

    3) Le fait que la majorité de Kabila ne soit pas capable de trouver un successeur a Kabila bien que physiquement encore en forme, cela n’est pas la répétition de ce que Ngbanda et les siens avaient fait en n’étant pas capable aussi à cet époque pour trouver voir même dans leur camp un successeur pour remplacer Mobutu qui était mourant et nous éviter que les loups puissent entrer à la maison?

  8. Ce que je déplore chez plusieurs de nos compatriotes congolais, c’est le manque de pragmatisme, le peu de capacité de recul et de se faire remonter dans l’histoire afin de mieux appréhender le présent.

    De prime abord, je voudrais que quelqu’un me réponde aux suivantes interrogations et de grâce, que s’abstienne celui qui ne connait ou n’a pas connu Mobutu.
    – Par rapport à la différence d’âge entre Mobutu et Ngbanda, en quelle position situez-vous ce dernier ? Petit frère ou fils ? La réponse est naturellement, fils.
    – En relation avec cette première question, connaissant le caractère fort de Mobutu, Ngbanda qui n’était qu’un minable enfant en sa face, avait-il la capacité d’influer décisivement sur sa politique ?
    – Pourquoi Mobutu, durant ses 32 ans de pouvoir ne s’est pas fait loger bêtement une balle dans la tête comme ce fut le cas pour l’ivrogne-multi-polygame Laurent-Désiré Kabila ? N’est-ce pas qu’aucun des ses fils ne pouvait s’approcher de lui sans subir un exhaustif contrôle de sécurité ? Croyez-vous que Nganda avait carte blanche auprès du grand Timonier-Maréchal ?
    – Qui pensez-vous de Ngbanda et Tshisekedi pouvait rencontrer Mobutu sans audience préalable ?
    – Pour Mobutu, Ngbanda était-il aussi important que le colonel Kimfuema (mukongo) par exemple? Qui des deux personnages pouvait voir la nudité même du maréchal et qui des deux ce dernier était-il disposé à sacrifier ?

    Auprès de Mobutu, Ngbanda était certes juste appelé à apporter de sa technicité du domaine de renseignement. Ce monsieur ne pouvait rien représenter aux yeux du Maréchal par rapport à Tshisekedi qui, sachons-le, fut le véritable concepteur du système dictatorial que nous avons vécu et dont les tutsi se sont inspirés et continuent de le faire à travers des personnes produit du thsisekedi-mobutisme. Le système du MPR, répétons-le, n’a pas été une génuine invention de Mobutu et Thisekedi. Ce fut une copie ajustée et mal appliquée de la dictature du Général Franco d’Espagne, grand ami au Duche Mussolini d’Italie et de lui-même, le grand maître Hitler d’Allemagne. Quand Mobutu et Tshisekedi mettaient en place leur système diabolique de dictature, Ngbanda avait encore la sucette dans la bouche.

    Ce monsieur, devant l’obnubilation et incrédulité légendaires des congolais est allé plus loin dans la révolution pédagogique pour faire passer son message en sortant parfois des vérités crues. Souvenez-vous qu’il y a quelques mois, et encore du vivant de thisekedi, en réponse à des invectives de Tshilombo, Ngbanda demandait à ce dernier de dire clairement qui de lui et de son défunt père était plus mobutiste. Cette petite question en apparence disait beaucoup !

    Il n’est jamais tard pour mieux faire dit-on. Si hier, nous combattions une dictature, aujourd’hui c’est une occupation effective de notre pays et plus grave, à laquelle nous sommes en train de lutter. Il s’agit pour nous de ne pas gaspiller nos énergies, de focaliser notre attention sur l’objectif de nous débarrasser des nilotiques expansionnistes et de travailler en synergie. Dans ce combat, les traitres avérés doivent être mis en quarantaine. Dans cet élan, Monsieur Ngbanda devrait désormais décliner toutes les questions faisant référence à un imberbe corrompu Tshilombo, car, y répondre équivaudrait à commettre le grand sacrilège pour notre pays de le considérer politiquement.

  9. Tout celui qui ne réalise pas l’introspection et la rétrospection des souvenirs de ses propres actes est condamné à les reproduire.

  10. Chers Compatriotes,
    Mwana mukolo lopango me demande d’être sérieux ? Je ne sais pas ce qu’il entend par être sérieux. Il me parle de la maison qui brûle ? Mais cette maison a brûlé depuis longtemps pendant la deuxième république. Et pendant ce temps là nous étions parmi ceux qui dénonçaient ce qui n’allait pas. Où était Muana Mukolo Lopango avec son sérieux. Ngbanda est un opportuniste de mauvais goût. Ce n’est pas lui qui peut sauver le Congo. Il faut aussi éviter qu’avec lui nous nous retrouvions en face de ceux qui lui en veulent pour ce qu’ils ont fait pendant la deuxième république et faits pour lesquels il n’a jamais eu à s’expliquer devant la justice. La Communauté Internationale a des règles ? Mais quelle naïveté ? Vous voulez être sérieux en faisant preuve d’une naïveté que ne peut entretenir qu’une personne qui ne voit pas ce qui se passe sur le plan international. Si ces règles existaient comment se fait-il que Jean Pierre vient d’être acquitté maintenant, plusieurs années après que ceux qui ont fait usage de ses troupes sur leur propre territoire aient été laissées libres chez eux. Retenez que je ne vois pas en Jean Pierre Bemba une possibilité de salut du pays. Mais je parle des faits. N’envoyez pas votre sens critique en vacances sous prétexte que la maison brûle. Ngbanda est un criminel, il devrait d’abord répondre de ses actes. Nous avons commis la même erreur avec l’arrivée d’Ali Mzee et sa bande d’aventuriers, je mets Muana Mukolo Lopango de me dire s’il n’avait pas applaudi le 17.05.1997. Vous pouvez ne pas me croire, je n’avais jamais cru ni en Kabila père, ni en ses aventuriers (terme de Mzee). Ne croyez pas que je suis insensible en ce qui se passe au pays. Mais proposez Ngbanda comme solution c’est ne pas tirer de leçon de ce qui s’est passé sous la deuxième république. C’est la même erreur que nous pouvons commettre en pensant que Jean Pierre Bemba est une planche du salut pour le Congo. Alors qu’il avait dit une phrase qui est énigmatique pour moi et qu’il n’a jamais explicitée: « J’ai accepté l’inacceptable ». Parlons de ce que l’autre compatriote affirme. C’est grâce à Ngbanda que l’affaire Mateba n’a pas été conclue. Quelle ignorance crasse! Qui avait le titre de propriété de Mateba pour le vendre ? Qui serait l’acheteur ? A quel prix ? Comment Ngbanda a-t-il mis fin à cela ? Comment Ngbanda ne renverse pas directement Kabila fils et en appelle au peuple ? Il a besoin d’une reconnaissance populaire qu’il n’a pas et il veut s’arroger des actions dont il n’a pas les moyens. Quand il a fallu renverser Kasa Vubu, Mobutu et Mulamba qui avaient l’armée congolaise en mains, n’ont pas demandé l’autorisation des Congolais. Ils ont agi parce qu’en âme et conscience, ils avaient la conviction que c’était pour le pays. Je ne partage pas cette vision, mais ils l’ont fait et le pays a connu un coup d’Etat sans effusion de sang. Maintenant, ne nous leurrons pas. Les seules personnalités pour sauver ce pays et au profit du bien être supérieur de la nation: ce sont : Monsengwo et Ekofo qui l’ont prouvé en se mettant eux-mêmes dans une situation inconfortable et en danger. Ne commettons pas l’erreur de remettre en scène un léopard qui en a dévoré plus sous prétexte d’une comparaison tronquée d’une maison qui brûle. Si Ngbanda était pratiquement prudent, on n’en serait pas là et Mobutu n’aurait pas fini comme il a fini. Ils ont géré le pays sans une vision projective, et nous en sommes là. Comment pourra-t-il fait (Ngbanda), ce qu’il n’a pas fait avant. Ne lui donnons pas l’occasion de venir régler des comptes à ceux qui ont applaudi lorsque le Maréchal avait fui le pays. Ne commettons pas cette erreur. Elle serait de trop. Que Dieu nous vienne en aide.

    1. Cher Elili

      Vous avez bien dit et tout dit sur cet opportuniste de Ngbanda et sa Chorale de naifs et applaudisseurs s’elucubrant sur CIC sans avoir fait leurs devoirs en Histoire du Congo..

      1. @Jean-Robert M., quelle mauvaise foi, mon Dieu? Prends la peine de lire les diverses réactions ci-haut.
        Les amis ont tout expliqué, tout dit. Tes accusations sont manifestement subjectives, teintées d’une haine injustifiée. Car Ngbanda n’était pas le copain de classe de Mobutu avec qui il pouvait causer de tout et de rien.
        En plus il n’était qu’un Conseiller, parmi tant d’autres, et juste pour un laps de temps.
        Un décideur, il ne l’était pas auprès de Mobutu. En tout cas, pas de plus importants.
        Donc de grâce, ne tripatouillez-pas l’histoire de la RDC. Nos enfants devront recevoir de nous l’histoire vraie basée sur les faits crus, et non sur des jugements subjectifs.

      2. Selon Jean-Robert Muzuri : « Ngbanda est opportuniste … ». AH BON, décidément tu as ta propre définition d’un opportuniste. Les opportunistes sont plutôt TOUS LES ANCIENS MOBUTISTES reconvertis J-KABILISTES. Reconnaissez au moins qu’H.Ngbanda s’est toujours opposé au soi-disant J-Kabilisme. Il est parmi les rares à s’être excusé pour LES erreurs du temps de Mobutu. Donc, arrêtez des INTOX, évitez des FAKES NEWS.

    2. @Elili,

      Pour bien débattre avec quelqu’un, il faut parler de la même chose. Autrement, on tombe dans un vulgaire dialogue des sourds.

      Je vous ai demandé de me dire s’il s’agit des faits ou des opinions mais je constate, en vous lisant qu’il s’agit plutôt des émotions.

      Je repose une autre question : où nous situons nous ? Hier, aujourd’hui ou demain. Il y a à boire et à manger dans votre réaction. Vous mélangez tout car vous êtes dans l’émotionnel.

      Je vais vous aider à mettre un peu d’ordre dans les idées et le débat.
      1) Sur les crimes de Ngbanda: vous êtes bien incapable d’apporter les éléments factuels pour permettre la poursuite du terminator. Vous ne semblez pas à même d’instruire à charge et à décharge. Le reste ne m’intéresse pas.

      2) Sur ce qui s’est passé hier: Personne ne nie la destruction du pays par la dictature de Mobutu et les mobutistes. Ngbanda a écrit et reconnu ses erreurs. Aucun crime commis au Congo ne doit rester impuni. Que Ngbanda et les autres soient poursuivis demain, je n’y vois aucun inconvénient, bien au contraire.

      3) Sur ce qui se passe aujourd’hui: Ngbanda apporte sa contribution, comme nombre de congolais au combat pour sortir du bourbier actuel. C’est le sens de ma réaction. Je constate aussi que vous avez du mal à faire la différence entre la dictature de Mobutu et l’occupation Rwando-ougandaise. Au zaïre de Mobutu il n’y avait pas 8 millions de morts, 4 millions de femmes violées et 4,6 millions de déplacés. Unissons-nous pour mettre fin à cette situation.

      4) Sur le Congo de demain: tous ceux qui ont participé de près ou de loin aux rebellions, aux massacres, au détournement des biens publics … bref à mettre le Congo dans la situation actuelle doivent être poursuivis. Nous n’allons pas résoudre le problème avec ceux qui l’ont créé. Les Ngbanda, Bemba, Katumbi, Muzito… et tous les autres médiocres doivent dégager et être poursuivis.

      Pour répondre à votre question est-ce que j’ai applaudi les libérateurs en 1997? Je n’y étais pas. J’ai quitté le pays dans les années 80, j’avais 17 ans.

      Apprenons à débattre ndeko Elili.

    3. @elili.
      Dans la bible, les prophètes de l’Ancien Testament se contentaient de dénoncer les égarements des rois et du peuple d’Israël. Ils les rappelaient à l’ordre quand ils quittaient la loi de Yahweh pour se livrer au culte des idoles et quand les puissants opprimaient le petit peuple. A cause des miracles de Jésus, le peuple croyaient que Jésus étaient un messie venu pour restaurer le royaume d’Israël disparu depuis 1000 ans et chasser les occupants romains. Jésus avait fait savoir à ses compatriotes que sa mission n’était pas socio-politico-économique,mais spirituelle. « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu », disait-il aux pharisiens et aux partisans d’Hérode qui lui posaient la question de savoir s’il faut payer ou non l’impôt à César. Evangile se Marc 12,17.
      Selon le droit canon qui régit l’Eglise Catholique romaine, il est interdit aux membres du clergé d’exercer le pouvoir politique. Vous et tous ces congolais qui pensent que le Cardinal Monsengwo prendra le pouvoir au Congo, devez désenchanter. Il ne le fera jamais. A p 79 ans dont 55 comme ecclésiastique, je ne le vois pas abandonner son état clérical pour embrasser une carrière politique au crépuscule de sa vie. Ata nzombo le soir yango! Comme les prophètes bibliques et Jésus, le Cardinal se contente de dénoncer la médiocrité de nos dirigeants. S’il le fait, c’est parce que l’opposition est aussi médiocre.
      Le Pasteur Ekofo a apparu et a disparu à la vitesse d’une étoile filante. Comme Monsengwo,il s’est limité à la dénonciation de l’incompétence des dirigeants congolais et s’est sauvé sur la pointe des pieds. Et sa voix s’est tue.
      En Afrique du Sud, Desmond Tutu, l’Evêque anglican, Prix Nobel de la Paix, n’avait jamais pris le pouvoir. Pourquoi Ngbanda dérange-t-il? Il n’est candidat à rien. Bemba libéré ,sera peut-être candidat. Si la majorité des congolais vote pour lui, vous ferez comment?

  11. Selon Mr H.Ngbanda :
    1) « Nos voisins ont intérêt que le Congo reste en état de liquéfaction ». TOUT À FAIT. Il en est de même pour les salariés de l’Onu, Monusco, ONG internationales, … en expatriation grassement payés, avec un train de vie royal.

  12. Sous votre règne cher Monsieur Ngbanda ,le Congo était déjà en liquéfaction. Les mercenaires de Savimbi et le s DSP nous tiraient dessus. Vous envoyiez vos agents nous attendre au rond point Ngaba nous arrêter quand nous descendions des bus en provenance du Campus. A ce jour , le Congo est enterré. Le Congo n’existe plus. Croyant au miracle du ciel, je continuerai à croire en sa résurrection.

  13. Mon cher Elili je suis à 1000 % d’ accord avec vous . On en encore pour longtemps avec la naivété légendaire des congolais . Pour moi ni Ngbanda ni Bemba ne représentent l’ alternatif dans ce pays . Ngbanda doit bien se mettre en tête qu’ il répondra de toutes ses crimes commis pendant la deuxième république . Personne n’ ignore que de nombreux restes des pauvres d’ innocents gisent au fin fond du fleuve Congo et ce sont les ouevres de celui que certains considèrent comme le nouveau messie. Non Ngbanda il y a aura pas une prime à l impunité vous pouvez rouler dans la farine certains d’ entre nous qui sont encore dans un profond sommeil mais pas tout le monde . Vous êtes l’un des architectes de tous les maux que nous vivons aujourd’hui . N’ est ce pas Ngbanda avec les membres du cercle fermé ngbandi qui jouèrent un rôle nocif pour le limogeage de maître Nimi Mayidika Ngimbi directeur du cabinet présidentiel à l’ époque et dont ils n’ appréciaient guère les sages conseils qu’ il prodiguait à Mobutu . Il fût même giflé comme un gamin et traîté comme un bon à rien . Ngbanda avait même écrit un livre dans lequel il vantait l’ existence d’ un ethnie tutsi au Congo , aujourd’hui il nie l’ existence ses anciens « compatriotes » ….

    1. @Nkomi Mbuta,

      Si l’on a massacré autant de congolais dans l’indifférence générale, c’est parce que nous n’agissons jamais comme un peuple uni et soudé face au danger qui menace la nation.

      On arrive majoritaire à Sun City mais on perd tout face à un petit groupe de rwandais. Nous sommes toujours incapables de fixer un objectif commun, de taire momentanément nos divergences et de nous unir pour atteindre cet objectif.

      L’objectif aujourd’hui est de libérer le pays, de mettre fin aux massacres des congolais et au pillage du pays. Il faut donc se réunir avec tous ceux qui veulent atteindre cet objectif. Pour atteindre cet objectif, je préfère Ngbanda aux collabos du PPRD.

      Demain nous aurons comme objectif de reconstruire le pays et poursuivre les fautifs mais on n’en est pas encore là. Cette incapacité que nous avons, à faire bloc quand il y a péril… me sidère !!!

      Nous sommes incapables de nous lever comme un peuple uni face à un ennemi. C’est une faiblesse qui permet à un petit groupe de tueurs ataviques venu du pays de mille collines de maîtriser le pays.

      Qui a dit que Ngbanda était une alternative crédible pour le Congo de demain. Qui a dit cela ???

      Quand on parle du terminator depuis plus de 20 ans et qu’on est incapable de produire des éléments probants pour engager des poursuites… les occupants ont déjà tué plus de 8 millions de congolais et votre fameux terminator en a tué combien pour que cela soit plus important que le drame actuel.

      Nous devons un moment donné avec un minimum de bon sens prioriser nos actions et fixer un objectif commun. Quand je lis certains commentaires, j’ai le sentiment que nous n’arrivons même pas à situer les choses dans l’espace temps (hier, aujourd’hui et demain).

      1. @Muana ya mokolo lopango ,
        Bien dit!
        Dommage que des gens qui se disent intellos se mettent à freiner l’élan de notre peuple déterminé à se libérer du joug des ses envahisseurs en versant constamment dans l’émotionnel.
        Que Ngbanda ait commis des crimes, personne ne s’y oppose! Mais pourquoi ces soi-disant intellos et experts voudraient-ils que les Congolais se tournent sempiternellement vers les crimes du mobutisme tout en oubliant les crimes à grande échelle (100 fois plus graves) en cours actuellement dans notre pays?
        Alors là il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans la tête de ces soi-disant intellectuels.

  14. KIE KIE KIE! BIKA MONO SEYA! MUZITO YANDI KELE ENCORE VIVANT? MUZITO HIER IN BELGIEN, MUZITO ICI EN BELGIQUE, MUZITO TUTAJ W BELGII, MUZITO TUTAJ W SIBERI, CO MUZITU TUTAJ W SIBERI? ZATUJESZ ALBO CO? QUI VEUT DIRE, MUZITU ICI EN SIBERIE? MUZITU EN SIBERIE? VOUS BLAGUEZ OU BIEN QUOI!
    MON VIEUX!!!!! AVEC CE FROID SIBERIEN, NOTRE VIEUX MUZITCHOV, JE DIS BIEN NOTRE STARY TOVARICH MUZITU SANS MANTEAU ET CHAPEAU EN FOURURE, EN PLUS MAKOLO YA NGULU ( SANS CHAUSSURE ), VRAIMENT UN COURAGEUX TOVARICH BOLCHEVICH, QUOI, QUE L’URSS ( UNION DES REPUBLIQUES SOCIALISTES SOVIETIQUES ) N’ONT PAS VU ET CONNU JUSQU’ICI. MUZITCHOV LE PHENOMENE EN SON GENRE DOIT ETRE NOMMINE COMME HEROS KONGORAIS ET PLACE VIVANT AU PANTHEON RUSSE PAR LE TSAR KONGORAIS MTOTO WA KATANGA HIPPOLLYTE KANAMBE ALIAS YUZEV KABILATCHOV, QUOI.
    QUANT A MOI, JE DEMANDERAI AU PROCHAIN GOUVERNEMENT DU PEUPLE PAR LE PEUPLE, EN JUGEANT TOUS LES DESTRUCTEURS DU KONGO ( MUZITCHOV, MPONIOV, BADITCHOV, KAMERETCHOV, MENDIOV, MANTEZOLOTCHOV, BOSHABOTCHOV, ANDREI LYONGOV, MOKOLOV WA POMBOV, KIMBUTCHOV, LUBISZ ( CE PETIT MALIN A FRANCISER LE NOM DES SES ANCETRES POLONAIS EN LOBITCH EN PLACE DE LUBISZ QUI VEUT DIRE AIMER, VOUS PETIT MALIN LA DE LOBITCH , ON SE CONNAIT BIEN QUOI ) Y COMPRIS TOUS LES FAUX TOVARISH PPRD/MP DE LEURS MAUVAISES INTELLIGENCES, EN CONNIVENCE AVEC LES ENNEMIS DU KONGO, LEUR POSER SEULEMENT 3 QUESTIONS AU CHOIX, PAS PLUS QUE CA, A SAVOIR :
    1. ETES-VOUS REPONSABLES DE VOS CRIMES?
    YES, SIR!
    2. EMINENTS BAGNARDS, VOUS AVEZ A CHOISIR:
    A. RELEGATION DANS VOTRE PROVINCE NATALE ( PAR EX. POUR MUZITCHOV, SON POPOKABAKA, HEIN POPOKABAKA! MAIS POPO EN ALLEMAND SIGNIFIE FESSE, MASO..) POUR TRAVAILLER DANS LES BILANGA SOUS SURVEILLANCE DE NOS MAMANS. LA FIN DE SEMAINE CHAQUE BAGNARD RECEVRA SON DEPUTAT EN NATURE: SAC DE RIZ, NGUBA, FUFU, QUELQUES BOTTES DE FEUILLES DE MANIOC, BIDON OU KISANGALA D’HUILE DE PALME DIT MAFUTA YA MBILA, LES INSECTES VITAMINEUX LA QU’ON APPELLE LES KIMPIATU, MBINZO, CHENILLES, UN PETIT SAC DE MUNGUA ( SEL ).
    B. LA SIBERIE, POUR DEGAGER LA NEIGE AVEC DES MOPAWU, PARDON AVEC DES PELLES ( PAWU ).
    MES VIEUX DESTRUCTEURS DU KONGO, AVEC CE FROID A MOINS – 50 DEGRE LA BRI BRI BRI KOSAKANA TE OYO MALILI YA NDOKI PENZA , MON VIEUX.
    POUR LE TRAVAIL COMMUNISTE RENDU, CHAQUE EMINENT BAGNARD RECEVRA CHAQUE SOIR UN CASIER DE VODKA GORBATCHOV, NAZDROVIE TOVARISH MUZITU, MPONIOV RECTEUR DE LUNIVERSITE PATRICE EMERY LUMUMBA DE CONSTERMAN VILLE ) , BOSHABOV, ANDREI ATUNDOV LYONGOV, MENDIOV, ANDREI LYONGOV, MOKOLOV WA POMBOV, LUBISZ, ANDREI KIMBUTCHOV, MANTELOZOLOV…
    NAZDOROVIE! GESUNDHEIT GENOSSE VERRAETER!
    QUANT A MOI, JE PROPOSE LE COMPATRIOTE JLES DUO COMAPTRIOTES JO BONGOS ET MFUMU NKOMI MBUTA COMME JUGES POUR JUGER CES BAGNARDS.
    KOSAKANA ESILI EH! BOKO PUMBUKA PROHETISAIT LE RESISTANT ET VISIONNAIRE HONORE NGBANDA NZAMBO, N’EST-CE PAS? QUI A RAISON OU LE RESISTANT HONORE NGBANDA NZAMBO! PALADO PAPA HONORE NGBANDA ! BINO BA KABAKABATA YA MIBALI BOYE BOKEMBA , LELO NGAI NAKOMI PAPA? BOZALI BA BOLOLE!

  15. @Kolomabele,

    Juste en face de Kinshasa, à l’autre rive du Pool Malebo, du fleuve Kongo les descendants du Roi Makoko ont eu le prélat catholique Fulbert Youlou comme 1er Président du Congo-Brazza, ensuite vint Émile Biayenda qui firent tous les deux avec de destin tragique la politique malgré leurs engagements à vocation religieuse du Catholicisme reniant indubitablement leurs sources Africaines Ancestrales…

    Sans être partisans de Monseigneur Cardinal Mosengwo Pasinya Laurent mais étant vrais Kongolais purs sang nous sommes librement supporters des citoyens Mosengwo et Ekofo François David car le Kongo a besoin de leur expertise, savoir faire, ingéniosité…

    Après tout ce chaos institué par les Occupants Envahisseurs Tutsi Power, pourquoi les descendants du Roi Ngaiiema, du Roi Lingwala, du Roi Mombele ne peuvent-ils pas avoir un prélat catholique comme Président pour mettre de l’ordre sous une transition sans faux politichiens corrompus mais avec des technocrates et puis s’éclipser brillamment… Ne sont-ils pas vrais Kongolais de sang avant d’être catholique, protestant, évangélique, Binzambi Nzambi, occultiste, sataniste ou autres ?…

    Le Cardinal Mosengwo en son temps en 1991 n’avait-il pas présidé la CNS (Conférence Nationale Souveraine) faisant de la politique, avait-il la permission du Vatican ? Le souverain oontife ne l’empêchera pas d’exercer ce genre de rôle surtout que leur Bible actuelle falsifiée est désuète, leurs mensonges doivent être adaptés à cette période de l’ère du Verseau où tout se sait… Leur marketing sacerdotal fera-t-il une croix definitive sur la RDC à majorité Catholique ?…

    Le JC Blanc Aryen Indo-européen efféminé aux yeux bleus avec des longs cheveux (1 Corinthiens 11:14) dont vous faites allusion n’a jamais existé même notre Cardinal super exégète le sait, c’est une création des Blancs Aryens Indo-européens Occidentaux Anglo-saxons pour formater l’esprit naïf de l’Africain noir de peau qui patauge dans la religiosité imbecilisante, le fanatisme aveugle en priant à tue-tête sans résultat aucun depuis des lustres…

    Vu sous cet angle du mensonge religieux aussi le Cardinal Mosengwo à tout intérêt à s’engager politiquement pour sortir le Kongo RDC de ce bourbier, de ce gouffre géant à crabes, c’est aussi la mission apostolique de leur église catholique de « sauver les âmes » (Jacques 1 :27 +La vraie religion authentique est pure aux yeux du Véritable Dieu le Père consiste à aider les orphelins et les veuves dans leurs afflictions, détresses et à ne pas se laisser corrompre par ce monde)…

    Le faux christ de la Bible actuelle quand il faisait allusion à César en parallèle avec leur dieu, Mamon rien avoir avec le Véritable Dieu Tout-Puissant Créateur Nzambe Tata qui vit inexplicablement hors de toute réalité même au-delà de la non-existence, hors de Sa propre création, c’était juste pour corroborer l’idée du Concile de Nicée sur la laïcité (Séparation de l’église et l’État) pour la démocratie Welcome…

    Alors que la RDC Kongo vit le pire actuellement 2 mille ans, sous prétexte de rendre à César son dû, le cardinal doit se dégonfler alors que les mêmes qui ont changé le temps, l’heure et les écritures vont encore bientôt les modifier par le truchement de la papauté comme d’habitude, suivant cette logique cynique, le Cardinal Mosengwo n’a qu’à cesser de twitter, d’asséner des remontrances par ses sermons ciblés pour remonter les bretelles des médiocres faux politiciens Kongolais corrompus car il faille rendre à César ce qui est à César, s’il y participe librement adulte et vacciné qu’il est, humblement nous (Combattant Résistant de l’Ombre croyant en Christ Noir selon Daniel 2:7) savons que le royaume de Satan n’est pas divisé, le cardinal Mosengwo connaisseur des fondamentaux religieux catholiques occultes agit naturellement en vrai Kinois citoyen Kongolais par réaction épidermique consaguine comme ses prédécesseurs Brazzavillois tout juste après les indépendances factices accordées aux Africains noirs par l’homme blanc dans les années 60 par hypocrisie, ruse machiavelique jusqu’aujourd’hui…

    Fulbert Youlou, Émile Biayenda, François David Ekofo, Laurent Mosengwo Pasinya Santo subito…

    La luta continua la Victoria e Certa pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par le Tutsi Power. Ingeta

  16. Chers Compatriotes,
    je voudrai dire un petit mot à Muana ya mokolo lopango. Il écrit : « Je vous ai demandé de me dire s’il s’agit des faits ou des opinions mais je constate, en vous lisant qu’il s’agit plutôt des émotions ». Le massacre des chrétiens au mois de Février 1992 est une invention de l’émotion d’Elili ? Je ne suis pas dans une démarche judiciaire pour affirmer à charge et à décharge. Je parle d’une possible personnalité pour le redressement du Congo. Et je dis seulement qu’une personne qui a aussi versé le sang des Congolais dans un pays dirigé de façon dictatoriale ne peut devenir un jour une personnalité pour conduire le pays vers une démocratie au profit de tous les Citoyens. Cher Muana ya mokolo lopango est-ce que vous vous imaginez que ce que nous écrivons maintenant nous vaudrait la mort sous le régime de la deuxième république à laquelle Ngbanda à collaborer ? Je n’ai rien contre la personne. Je me dresse ici contre l’illusion que certains d’entre nous bercent que le Terminator travaillerait dans l’intérêt du pays. Les gens de l’Equateur peuvent le dire, mais même à l’Equateur, je n’ai pas besoin de vous faire la leçon, vous avez vu l’Etat de la province, alors qu’elle est dernièrement gérée par les originaires de là. Je ne suis pas dans le vulgaire dialogue des sourds, non, je suis en face de quelqu’un qui n’a pas la bonne volonté de reconnaître ce que je dis. Muana Mukolo lopango est libre de croire ce qu’il veut, mais qu’il ne nous accuse pas d’être ni dans les émotions, ni dans l’affaire personnelle contre le Terminator. Ngbanda a écrit, il a demandé pardon, et il a reconnu ses erreurs. Oui, mais il a dédommagé qui après avoir reconnu ces erreurs là. Si vous voulez en savoir plus, vous n’avez qu’à vous adressez à ceux qui ont bien géré le pays pendant la deuxième république. Adressez-vous à Mokolo wa Pombo, il vous dira qui est terminator. Kolomabele écrit : Le Pasteur Ekofo a apparu et a disparu à la vitesse d’une étoile filante. Comme Monsengwo,il s’est limité à la dénonciation de l’incompétence des dirigeants congolais et s’est sauvé sur la pointe des pieds. Et sa voix s’est tue.
    En Afrique du Sud, Desmond Tutu, l’Evêque anglican, Prix Nobel de la Paix, n’avait jamais pris le pouvoir. Pourquoi Ngbanda dérange-t-il? Il n’est candidat à rien. Bemba libéré ,sera peut-être candidat. Si la majorité des congolais vote pour lui, vous ferez comment? » Si derrière la dénomination de Kolomabele ne se cache pas quelqu’un de mauvaise foi, je ferai cette observation ci: « Le révérend OKOFO a été exfiltré pour lui éviter une issue semblable à celle de « Chebeya, Ntungulu, Rossie »…. Et si vous ignorez cela, alors, vous êtes uniquement de mauvaise foi. Deuxième observation, vous comparez « le Révérend Okofo » à « Desmond Tutu » ? Mais la comparaison est tellement boiteuse que je vois ici, soit l’ignorance, soit la détermination de ne pas écouter et changer d’avis. L’Afrique du Sud n’est pas le Congo. La situation en Afrique du Sud au moment au Mandela était encore en prison l’Evêque Desmond Tutu, qui a travaillé avec Ngoy Mulunda, était une personnalité ecclésiastique que l’on ne pouvait pas toucher ainsi, sans énerver l’Angleterre. C’est ainsi qu’il n’a pas été mis en prison alors qu’il n’ignorait pas ce que faisait Mandela. Votre comparaison rapide me prouve que vous ne savez pas exactement ce qui se passait en Afrique du Sud. Ce n’est pas maintenant que vous irez lire. Ekofo a eu le courage exceptionnel la vérité en face de ceux qui détruisaient le pays et ses habitants. Ce qui est difficile pour vous de faire en ligne et en dehors de ceux que vous soutenez qui ont prouvé leur incapacité à gérer le pays au profit de tous les citoyens. Nkolomabele écrit : « Selon le droit canon qui régit l’Eglise Catholique romaine, il est interdit aux membres du clergé d’exercer le pouvoir politique. Vous et tous ces congolais qui pensent que le Cardinal Monsengwo prendra le pouvoir au Congo, devez désenchanter. Il ne le fera jamais. A p 79 ans dont 55 comme ecclésiastique, je ne le vois pas abandonner son état clérical pour embrasser une carrière politique au crépuscule de sa vie. » Je ne veux pas le suivre sur ses citations de l’Ancien et du Nouveau Testament. Il invoque le droit canon ? Eh bien, le premier président du Congo Brazzaville était l’abbé Fulbert Yulu. Ensuite, l’Evêque Monsengwo a aidé la Conférence Nationale Souveraine, et enfin non loin d’ici, c’est grâce à l’Eglise Catholique Romaine qu’il y a eu les accords de Saint Sylvestre. Et alors, il ne pourra pas l’accepter. S’il ne l’accepte pas, il donnera un conseil et c’est ce conseil là qu’il faudra suivre. Il serait mieux que le pays soit maintenant géré par ceux qui peuvent avoir une autre vision pour le sortir de ce chaos. Ngbanda n’en est pas un, Bemba non plus, les aventuriers qui sont arrivés avec l’AFDL et ceux fabriqués par le Raïs, tout comme le fils à papa, ne sont pas pas les personnes qui auraient cette capacité de conduire le pays vers la démocratie. Que Dieu nous vienne en aide.

    1. @ Elili,

      Je vais essayer de vous répondre point par point:

      « Le massacre des chrétiens au mois de Février 1992 est une invention de l’émotion d’Elili ? »

      Réponse: Oui, c’est votre pure invention liée aux émotions car vous n’êtes pas factuel. Avez-vous le bilan exact, la liste des victimes et la preuve irréfutable que c’est le tout puissant Ngbanda qui a ordonné ce massacre?

      « Je ne suis pas dans une démarche judiciaire pour affirmer à charge et à décharge.»

      Réponse: peser le pour et le contre n’est pas n’est pas qu’une démarche judiciaire. C’est une simple démarche intellectuelle.

      « Je parle d’une possible personnalité pour le redressement du Congo. Et je dis seulement qu’une personne qui a aussi versé le sang des Congolais dans un pays dirigé de façon dictatoriale ne peut devenir un jour une personnalité pour conduire le pays vers une démocratie au profit de tous les Citoyens. »

      Réponse: vous confirmez que c’est un vulgaire dialogue des sourds. On ne parle pas de la même chose et on n’est pas dans le même espace temps. La maison brûle! Moi je vous parle du renfort pour éteindre l’incendie en cours et vous me parlez du prochain architecte pour reconstruire. Je veux bien en discuter mais finissons d’éteindre l’incendie, c’est plus urgent.

      « Ngbanda a écrit, il a demandé pardon, et il a reconnu ses erreurs. Oui, mais il a dédommagé qui après avoir reconnu ces erreurs là.  »

      Réponse: il faudra que vous saisissiez la justice avec les éléments en votre possession (liste des victimes, preuve de sa culpabilité…) afin que le juge prononce sa condamnation et fixe les dommages et intérêts aux victimes. C’est une démarche juridique.

      « Si vous voulez en savoir plus, vous n’avez qu’à vous adressez à ceux qui ont bien géré le pays pendant la deuxième république. Adressez-vous à Mokolo wa Pombo, il vous dira qui est terminator. »

      Réponse: je veux bien mais aidez moi. Qui a bien géré le zaïre ? Donnez les noms. Vous me recommandez Mokolo qui se comporte comme un chien dans la kabilie ? Que va-t-il me dire, qu’il était le chef de Ngbanda mais ce dernier lui donnait des ordres et a décidé seul dans son coin le massacre de Lubumbashi ?

      Relisez l’excellent post de Mamale sur ce que pouvait représenter Ngbanda devant Seskul. Vous donnez l’impression que le régime de Mobutu c’était 2 personnes: Mobutu et Ngbanda. Que le tout puissant Ngbanda décidait de tout et tout seul y compris les massacres des zaïrois.

      Comme vous dites, que Dieu nous vienne en aide. On a vraiment besoin de son aide…, on ne se comprend pas.

  17. Kum ,
    Qui vous a dit qu’ on oubliait les crimes atroces commis par l’ AFDL et ses complices locaux ? Des crimes encore plus atroces que ceux qui ont été commis pendant la deuxième république ? Si vousavez l’ hbitude de lire mes interventions vous en conviendrez bien que je suis parmi ceux qui haissent ce pouvoir d’ occupation avec tous les traîtres locaux . Et le fait de rappeler que Ngbanda a un passé de criminel et je reconnais le travail qu’ il abat , ceci ne doit pas le dédouaner pour qu’ il soit traduit un jour en justice et répondre de ses actes . Autrement demain ce sera le tour des Kalev Mutond , Kanyama , John Numbi Banza , Rauls Chalwe etc … Qui vont aussi bénéficier de notre clémence et seront pardonné . Et après rebelote avec d’ autres futurs criminels qui vont se dire : Tiens je pourrais en tuer autant que possible , demain je serais pardonné et ainsi de suite …

    1. Compatriote Mbuta
      Nous avons tous, à un moment donné, considéré Honoré Ngbanda comme l’exécutant de la plupart de crimes et autres sales besognes vers la fin de la IIe république. Mais en avons-nous réuni toutes les preuves ? Pourquoi alors la conférence nationale a-t-elle épargné ce criminel présumé ? Voilà autant de questions qu’on est en droit de se poser. Ne soyons pas émotifs outre mesure.

  18. @elili & combattant résistant ya molili.

    Je vous rappelle que les prophètes d’Israël et Jésus dénonçaient les maux de leurs sociétés sans s’engager en politique. Leur mission consistait à défendre la cause de Dieu et le petit peuple. L’Eglise catholique romaine, un peu plus que de deux fois millénaire suit ces traces-là.

    Dans l’Eglise catholique, un prêtre, un évêque, un cardinal, un religieux ou une religieuse, qui entame une carrière politique perd par le fait même son état d’ecclésiastique. A moins qu’il y renonce. C’est le cas de l’Abbé congolais Fulbert Youlou, de l’Abbé centrafricain Barthéllémy Boganda, du père spiritain gabonais Paul Mba Abessolo, du père salésien haïtien Bertrand Aristid, du leader kanak indépendantiste Jean-Marie Tjibaou, et du père du Verbe Divin paraguayen devenu évêque, Mgr Fernando Lugo, puis président de son pays(2008-2012).

    Je persiste et signe, le Cardinal Monsengwo ne va pas renoncer à sa vocation sacerdotale pour devenir président du Congo. Vous et tous les autres congolais qui croient qu’il va le faire, vous devez désenchanter. Akotika na yee te!!! Et à 80 ans? Cela fait presque 3 décennies, nous attendons que Monsengwo prenne le pouvoir, il ne le fait pas. Le Congo n’a pas engendré seulement 2 fils: Monsengwo et Ekofo. Nous sommes 80 millions des congolais. parmi les 80 millions, il n’ y a vraiment personne pour le job? Nous ne sommes pas tous pourris.

    Si Ngbanda a commis des crimes, c’est pas à ses partisans de l’en absoudre, ni à ses pires ennemis de le condamner à mort. c’ est le travail de la justice. Les proches de ses victimes devaient créer un collectif et déposer une plainte contre Ngbanda. Il n’est plus au pouvoir, qui le protégeait. Il est devenu un congolais lambda.

  19. La classe politique congolaise est réputée pour sa transhumance. Elle est comme une girouette qui change de position au gré du vent. Le politicien congolais change de position au gré de ses intérêts. Il est un homme du moment, sans conviction. Il y en a seulement 3,de mon point de vue, qui font l’exception qui confirme la règle.
    1. Emery-Patrice Lumumba. L’homme n’avait qu’une préoccupation: la libération du Congo, du joug colonial. L’homme était resté constant, intransigeant dans sa lutte pour l’indépendance totale et immédiate du Congo. Incompris par l’élite politique, il sera assassiné avec ses compagnons d’infortune. Il n’a pas eu le temps de diriger le pays.
    2.Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Sa préoccupation: restaurer au Congo un Etat de droit. Il s’est battu durant sa longue carrière politique pour cela. Incompris de son peuple, il est mort sans voir la démocratie s’installer au Congo.3. Honoré Ngbanda.Pour lui,le Congo est sous occupation par les puissances étrangère.Il n’a pas changé d’un iota sur cette vision. Après des bons et loyaux services à Kabila, Moïse Katumbi quitte le bouvier de Kingakati.Il donne un coup de pied à la fourmilière qu’est notre opposition politique. Certains opposants rejoignent Kabila dans la mangeoire,les autres et des kabilistes suivent le Président de l’Ensemble.Ensuite il attaque la citadelle de la diaspora. Moyennant les enveloppes grasses, la diaspora est divisée. Un royaume divisé va à sa perte. Combat mpe esili.Quand Kagamé arrive en Europe,il n’ y a plus que quelques irréductibles de l’Apareco qui l’accueillent; au cri de « Kagamé assassin »! Ngbanda est l’unique politicien congolais qui dénonce le drame qui se déroule au Congo. Il n’ a pas cédé au chant sirène de Katumbi et Kabila..

  20. @Kolomabele

    Simultanément nous avions eu la même pensée avec Ndeko Elili… Le Cardinal a la capacité de renoncer s’il le veut, il le peut…

    Votre premier argumentaire était que Mosengwo est vieux (80 ans ou plus), ne prendra jamais le pouvoir, maintenant vous nous parlez qu’il doit renoncer à sa mission de sacerdoce catholique croyant que nous ne le savions pas laïcité oblige. Or notre argumentation fait fi de ses convictions religieuses, nous nous focalisons sur sa citoyenneté Kongolaise qui est la clé primaire qui peut le pousser à s’engager…

    Tout est possible… Êtes-vous propriétaire du coeur du Cardinal Mosengwo pour prendre la décision à sa place ? Nulle part nous avions dit que les deux (Ekofo et Mosengwo) sont les seuls intellectuels capables de mener à bien la période de Transition pour occuper le poste du Président Suprême du Kongo…

    Ne sont-ils pas intellectuels et religieux catholiques/protestants à la fois qui garantissent une certaine éthique morale pour le Peuple Kongo Souverain Primaire friand de la religiosité imbecilisante par rapport aux simples intellectuels « païens » ? Le Peuple a plus confiance en eux (ces prélats) qu’aux escrocs voleurs politiciens corrompus, quoique personnellement nous (Combattant Résistant de l’Ombre) ne croyions pas en cette religion Catholique du JC Blanc Aryen Indo-européen qu’ils professent…

    Après la Transition le Cardinal ne peut-il pas reprendre ses activités ecclésiastiques ? Ne peut-il pas avoir une dérogation d’une année ou deux de la part de l’Etat Vatican ? Les religieux catholiques le demeurent à vie même s’ils renoncent à leur apostolat momentanément, définitivement, ils resteront toujours ainsi jusqu’à la mort, retraités, pensionnés du Vatican… Sic

    1. @combattant résistant ya molili.
      Il est vrai que le Cardinal Monsengwo aura bientôt 80 ans. Mais il ne les porte pas. L’homme n’est pas croulant, ni voûté. Il se conserve bien. Il travaille normalement et tient son agenda pourtant plus chargé comme un quadragénaire.
      Je dis tout simplement que à la CNS, il avait presque 30 de moins que aujourd’hui. Il soulevait les foules. Le peuple zaïrois aurait voulu qu’il remplace Mobutu. Il nous a prouvé que la carrière politique ne l’intéressait pas. A-t-il changé aujourd’hui? Je ne le pense pas.
      Je vois aussi le fonctionnement de l’Eglise catholique romaine. Je vous ai donné quelques exemples d’hommes d’Eglise qui embrassé la carrière politique. Personne parmi eux n’a repris son ministère. Dans l’Eglise, on peut pas écrire une lettre de mise en disponibilité à sa hiérarchie, et revenir après un mandat politique. Ca n’existe pas.

      Nous peuple congolais, nous devons apprendre à cesser d’être de grands enfants, à la recherche d’hommes providentiels capables de résoudre nos problèmes pour nous et sans nous. Les dirigeants qui tuent et laissent tuer, qui pillent et laisse, des dirigeants corrompus et corrupteurs, bref des dirigeants médiocres, nous devons nous en occuper nous mêmes. De gré ou de force, par tous les moyens, nous devons les dégager. Cela suppose de notre part une culture politique très poussée. Celle-ci fait défaut chez nous. Le sentiment religieux très élevé chez nous, la musique et la danse ont fait de nous un peuple pacifiste, débonnaire, irresponsable.

      1. @Kolomabele,

        Tolandi yo na bokebi nyoso…Il y a un hic… Tout prélat catholique même après sa mort demeurera toujours un faux saint. Il y en a même qui sont béatifiés, sanctifiés par les humains…

        Des grands enfants ! L’homme Blanc sait que nous (Africains noirs de peau) ne le sommes plus dans cette ère du Verseau où tout se sait, la preuve même le Vatican doit revoir sa pale copie biblique pour l’adapter aux temps modernes… C’est ici que nous déplorons l’esprit figé des intellectuels Kongolais qui veulent se libérer
        totalement sans utiliser la faiblesse de nos ennemis impérialistes Occidentaux Anglo-saxons qui courbent l’échine face à d’autres peuples… La religiosité imbecilisante et le fanatisme aveugle y sont pour beaucoup nous vous le concédons…

        Quand l’homme occidental a une faille dans son système, ils (les Kongolais et leur élite politico-intellectuelle-artistico-religieuse) ne l’utilisent pas. Eh ben à cette allure plusieurs seront des pensionnaires des maisons de repos ou retraite loin de la terre Kongo…

        Nous fûmes partisans du soulèvement populaire, de la lutte armée mais chemin faisant, vu la gravité de l’état de délabrement de notre pays quelque soit le leader qui conduira ce pays dans les prochains jours il devient urgent de jouer carte sur table sur un partenariat franc gagnant-gagnant avec nos ennemis extérieurs, un Kongo pacifié, propice à devenir un terrain des investisseurs nous sera plus bénéfique que de continuer à vociférer sur les réseaux sociaux sans résultats probants…

        Le chemin de la liberté est celui-là, récupérer notre lopin de terre, donner de la soupe à notre peuple, pacifier le pays, avoir un budget conséquent pour les années à venir. Qui sait ? On pourrait un jour renverser la vapeur, l’Angola l’a compris, les Angolais l’ont fait après plusieurs années de guerre interminable…

        Exit les Tutsi Nilotiques Rwando-Burundo-Ougandais nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots pour paraphraser Martin Luther-King… Peace

  21. Chers compatriotes,
    Je suis un peut sidéré de voir la mauvaise foi de « Muana ya mokolo lopango ». Quand on parle des victimes de février 1992 et qu’il affirme qu’il s’agit de mon imagination, je vois l’action d’un agent de renseignement qui ne cherche qu’à ébranler ma volonté et mes convictions. Je me demande si cet agent n’est pas télécommandé par le Terminator, vu son niveau de manipulation. Ngbanda a demandé pardon et a reconnu des erreurs, et je vous renvoie la question: « Si Ngbanda a reconnu ses erreurs, de quelles erreurs s’agit-il lui qui n’a rien fait ? « . Si tout est invention d’Elili, pourquoi a-t-il demandé pardon ? Une stratégie d’un opportuniste ? Ensuite, vous me dites pour le dédommagement, il faut passer en justice ? Vous pensez que la justice précède un règlement à l’amiable ? Ensuite, vous parlez de quelle justice ? Celle de la CPI ou la justice congolaise ? Je ne rentrerai pas dans cette manière de voir qui dénote d’une mauvaise foi manifeste. Car, je sais que celui qui écrit sous ce pseudonyme, n’ignore pas qu’au Congo, la justice appartient au plus offrant et qu’à la CPI, la justice appartient au plus influent. Vous pouvez soutenir la main du Maréchal pour les basses besognes, je ne ferai pas cette injure là aux Zaïrois qui ont beaucoup souffert durant la deuxième république à cause, entre autres, du Terminator. Si les Zaïrois ont ouvert les bras à Ali le Mzee et sa bande d’aventuriers, c’est parce que l’on en avait assez du Maréchal et aussi sa bande des bourreaux contre le peuple Zaïrois. Vous le savez bien. J’espère que le peuple n’aura pas une mémoire courte pour commettre encore une enième erreur envers le Terminator et le Chairman du MLC. Que Dieu nous vienne en aide.

    1. pardonnantes.

      @Elili,

      Calmez-vous et redescendez sur terre. Je n’ai jamais rencontré Ngbanda de ma vie. Si vous voulez savoir de quelles erreurs s’agit-il, il faut acheter et lire ses livres. Il faut vaincre la paresse intellectuelle.

      Vous parlez des massacres de Lubumbashi sans être capable de donner le bilan exact et la liste des victimes. Pis, Vous n’avez rien qui prouve que c’est Ngbanda le commanditaire.

      Vous parlez de l’indemnisation des victimes par arrangement amiable (MDR). Pour votre information, il s’agit du pénal. C’est le procureur qui poursuit et les victimes sont parties civiles. Vous pouvez le poursuivre où vous voulez, en RDC, en France, en Belgique…

      Au pénal le procureur qui représente le pouvoir public peut poursuivre, même sans plainte, dès qu’il a connaissance des faits. Les poursuites pénales ne s’etteignent après arrangement avec les parties civiles.

      Vous engagez un débat avec des éléments et des notions qui manifestement vous échappent. Votre dernier post c’est vraiment du grand n’importe quoi. Restons en là.

  22. 1° Le Cardinal Monsengwo a aujourd’hui 78 ans…
    2° La plupart des prélats catholiques romains qui sont entrés en politique dans le monde l’ont fait de leur propre chef sans aval spécifique de Vatican, ce non-respect de la règle les a alors exclus de leur ministère ecclésiastique. C’est dire que de principe le ministère confessionnel dans l’Eglise Catholique Romaine est incompatible avec une fonction politique…
    3° Pour officier comme Président du Bureau de la CNS puis comme Président du HCR agissant en parlement de transition, Monsengwo doit avoir bénéficié d’une permission spéciale de sa hiérarchie, sans doute en raison de la période particulière que vivait le pays d’un retour présumé à la démocratie, pour un intermède voulu court et grâce à la volonté populaire illustrée par la CNS qui approuvait sinon réclamait sa présence…
    4° Monsengwo peut tout à fait bénéficier aujourd’hui du même aval au moment où la situation d’instabilité et de fortes attentes du pays ressemble à maints égards aux années 1990 ; pourvu que le peuple en fasse la demande et que Vatican l’entende, pourvu que lui-même qui n’est plus très jeune accepte la tâche, pourvu que ce soit pour une courte période sinon la présence enfin à ses côtés d’un Évêque Coadjuteur qui peut le remplacer à l’Archevêché de Kinshasa le laisserait proprement libre de remplir une telle fonction : Président de la République d’une transition appelée à préparer un retour encadré à la démocratie ; encore faut-il que le dictateur qui est là ‘dégage’ et cela c’est encore très loin d’être acquis…

  23. Bonjour cher tous,

    Des petits voyous de Molenbeek en Belgique sont parvenus à frapper la France au cœur de son dispositif à Paris, et 80 millions de Congolais sont incapables de se débarrasser de leur petit dictateur

    A vous lire on comprend vite pourquoi …

  24. Kum ,
    Je ne vois pas ce qu’il y a  » d’émotif » dans mon intervention … C’ est plutôt vous qui êtes émotif ; dédouaner un criminel pour en faire demain un héros c’ est non !

    1. Vous dites bien « un criminel »!
      Ingénieur de votre état (car je vous connais très bien), vous êtes incapable d’en fournir la moindre preuve.
      Vous le dites parce quelqu’un d’autre vous l’a dit.
      Kiadi kibeni (pour vous paraphraser vous-meme).

  25. Chers Compatriotes,
    Muana ya mokolo lopango dit me conseille de lire le livre de Ngbanda parce qu’il y fait des confessions de ses erreurs ? Muana ya mokolo lopango dit nous conseille de vaincre la paresse intellectuelle ? Je dis merci. Et je voudrai seulement lui dire que j’ai vu ce livre et j’en ai eu un dégoût. Il reconnaît les erreurs quand il ne peut plus rien faire, et quand il ne sait plus rien faire, sans nous garantir qu’il ne pourra plus jamais commettre d’erreurs une fois qu’il reviendrait à la même position qu’avant. Muana ya mokolo lopango dit lit beaucoup et je crois qu’il utilise moins sa faculté critique. Le mois de février 1992 est une invention émotive d’Elili ? Rien que cette affirmation en dit long sur la personnalité de Muana ya mokolo lopango dit et sa volonté de défendre l’indéfendable. Cette affirmation est aussi une insulte à la mémoire de ceux qui ont perdu leur vie ce jour là et ceux qui ont été maltraités par les hommes de Ngbanda et du Maréchal. Il me conseille de porter plainte contre Ngbanda avec des faits et des preuves que ce dernier a été le commanditaire de ce qui s’est passé. C’est votre droit de dire ce que vous dites. C’est le mien aussi de dire ma position sur base de ce que je sais. Muana mukolo lopango me parle des matières pénales. Je cite  » Pour votre information, il s’agit du pénal. C’est le procureur qui poursuit et les victimes sont parties civiles. Vous pouvez le poursuivre où vous voulez, en RDC, en France, en Belgique… ». La théorie a été bien assimilée. Bravo. Mais je crois que l’assimilation de la théorie ou de l’enseignement suivi vous a déconnecté de la réalité et vous êtes en train de planer. Vous m’aurez bien convaincu avec une illustration classique ou bien connue de l’application de votre théorie au Zaïre, Congo Démocratique sans me citer la France ou la Belgique. Restons en là comme vous l’avez écrit. Ngbanda est pour vous ce que vous savez, et il est pour moi ce qu’il est. Mais tant que je pourrai écrire quelque chose pour que nous n’assistions plus à une erreur collective susceptible d’entraîner le pays dans une dynamique qui hypothèque l’avenir de nos enfants et petits enfants, je ne me tairais pas. Que Dieu nous vienne en aide.

    1. @ Elili

      Je n’a rien compris mais ça doit venir de moi. Je n’ai pas le niveau de débattre avec vous. Ça vole trop haut pour moi.

      Encore une autre théorie: Au pénal on inverse pas la charge de la preuve. Ce n’est pas à l’accusé de prouver d’emblée son innocence. Il faut apporter la preuve de la culpabilité.

      Si nous voulons créer un état de droit en rdc, nous devons faire que tous les congolais puissent bénéficier de la présomption d’innocence.

      Un juge Français vient d’acquitter un criminel pour vice de procédure. Les émotions et les opinions ne changent rien.

      Nietzche disait: ce n’est pas le doute qui rend fou, c’est la certitude!!! Vous êtes remplis de certitudes sur le massacre de Lubumbashi.

      Avez-vous les éléments concrets pour poursuivre terminator ?

      Si oui sortez les sinon tika makelele ya pamba pamba.

  26. Chers compatriotes,
    Notre Muana ya mokolo lopango dit, avance une chose et son contraire. Quelles sont les erreurs que le Terminator qu’il défend en vertu de la présomption d’innocence confesse et dont il se répand ? Je parle plus des massacres des chrétiens en février 1992. Vous demandez que nous prouvions sa culpabilité parce que lui ne peut pas s’accuser. Vous avez raison, mais dire que sa culpabilité n’est pas établie faute de preuve est un argument qui tient à la logique du fonctionnement de la justice. Mais ici, nous parlons de ses compétences à gérer le pays en tant que président possible de ce pays là. Il n’est pas président d’un parti ou d’une plateforme pour rien. Et c’est là que son passé de patron de hibous et responsable des forces qui ont assassinés des chrétiens (sans armes, avec chapelet), le rattrape. Une chose, être condamné au bout d’une procédure judiciaire, une autre être sanctionné par un choix des citoyens qui accordent un mandat à un autre citoyen pour occuper les fonctions importantes qui est de s’occuper du pays: des citoyens que l’on droit protéger et défendre contre les ennemis externes, et en leur assurant un bien-être à l’intérieur du pays. Terminator a géré avec le Maréchal ce pays, et il est aussi responsable de ce qui s’est passé. Dites-moi que les Zaïrois étaient à l’aise dans leur propre pays. Si non, alors, regardons d’autres possibilités de redresser le pays au lieu de nous distraire avec le Terminator. Il est bien là où il est, pourquoi il ne prépare pas la relève avec une nouvelle génération des personnalités politiques de sa tribu, car, il fonctionne sur cette base là. Les Congolais qui doivent redresser le pays pour que l’on atteigne une forme de gestion profitable, non à un clic, à une tribu, à une province, mais à tout le pays, devraient être trouvés parmi ceux qui affrontent certaines réalités du pouvoir actuel, et qui ne vivent pas sur la modalité ni de la deuxième république, ni de la république du Raïs. Cher ami, vous citez Nietzche en Français ? J’aurais souhaité que cela soit fait en allemand, ainsi je pourrais aussi avoir une traduction de l’allemand qui me prouverait la pertinence de votre citation. Souvent, ce que l’on qualifie de « Makele ya Mpamba » en dit long sur l’auteur du qualificatif. On ne peut pas tout comprendre dans la vie. Je suis le premier à reconnaître mon ignorance. Mais contre les faits, il n’y a pas d’arguments qui tiennent. J’ai aussi appris que les principes de droit sont invoqués pour défendre même les plus crapuleux des criminels et les dédouanant de toute responsabilité des faits malgré les conséquences subies par les victimes. Que Dieu nous vienne en aide.

    1. @Elili,

      Qui a parlé de Ngbanda comme un présidentiable ? Vous ne lisez même pas même pas ce que les autres ont écrit.

      Vous battez sur rien, vous êtes hors sujet. Vous avez une logique que je ne suis pas. Relisez au moins ce que j’ai écrit au lieu de balancer des inepties.

      Que Dieu vous vienne en aide!!!!

Les commentaires sont fermés