Olenghankoy crache sur la mémoire des victimes de la barbarie de « Kabila »

Les politiciens congolais sont passés maître dans l’art de « retourner sa veste ». Ils ont deux discours. Un discours « progressiste » voire « droitdelhommiste » tant qu’ils broient du noir – sans jeu de mots – dans les rangs de l’opposition. Ce discours devient réactionnaire ou conservateur dès qu’ils arpentent les allées du pouvoir. C’est le cas de tous les opposants autoproclamés « radicaux » qui ont fini par rejoindre la mouvance kabiliste dans le cadre du « gouvernement » dit « d’union nationale ». Dans deux messages postés mardi 02 janvier sur son compte Twitter, Joseph Olenghankoy, 53 ans, président du « Conseil national du suivi de l’Accord » (CNSA), écrit, sans rire, que la plupart des victimes de la marche du 31 décembre ont péri sous les balles « des éléments infiltrés ». Une affirmation qui n’est guère suivie de démonstration.

Joseph Olenghankoy

Dans un premier « twitt », Joseph Olenghankoy « remercie » et « félicite » le peuple congolais d’avoir, selon lui, « rejeté » l’appel à manifester, le 31 décembre 2017, lancé par le Comité des laïcs chrétiens et soutenu par les forces politiques et sociales acquises au changement. D’après lui, ce rejet a permis d’éviter une « hécatombe » durant cette journée agitée.

Dans un second twitt, l’ex-opposant radical au pouvoir de Mzee et de « Joseph Kabila », feint d’exprimer une « pensée pieuse pour les personnes tuées ». Il ajoute aussitôt que « la plupart » ont péri suite aux « tirs des éléments infiltrés ». Des infiltrés non-autrement identifiés qui « avaient pour mission de faire beaucoup de victimes » et ensuite faire imputer « la responsabilité aux autorités ». « J’appelle à la vigilance de tous car les ennemis de la RDC veulent balkaniser ce pays », conclut-il.

Devenu oligarque grâce à sa désignation à la tête du CNSA, l’ex-opposant a adopté les « éléments de langage » en vigueur au sein de la Kabilie. Ici, une part belle est faite aux affabulations. Bref, le mensonge d’Etat.

Le 31 décembre 2017, les laïcs catholiques ont démontré leur capacité de mobilisation. A preuve, quasiment toutes les paroisses des 24 communes de la capitale étaient en mouvement. Face aux protestataires, le pouvoir dictatorial avait déployé des mercenaires étrangers – essentiellement des Hutu burundais du FNL, des Hutu rwandais des FDLR et autres anciens Interahamwe – ainsi que des éléments de la garde prétorienne de « Joseph Kabila ». Les fameux « GR ».

La terre entière a vu des « policiers congolais » lancer des gaz lacrymogènes dans l’enceinte des églises pendant la célébration de la messe. Un cas sans précédent. La terre entière a vu également des paisibles citoyens intoxiqués et délestés de leurs téléphones portables, bijoux et argent. Que dire des blessés? C’est le cas notamment de cette dame qui a reçu une balle à l’église Saint Dominique. La terre entière a vu enfin cette photo montrant les fameux « GR » autour de quelques corps sans vie. Les images parlent d’elles-mêmes. La preuve est faite que la « garde républicaine » avait reçu l’ordre d’emporter les cadavres de leurs victimes afin d’effacer les preuves d’une tuerie massive. Le 31 décembre 2016, les sbires de « Kabila » ont massacré des Congolais qui n’exigeaient que le respect des règles.

Les propos de Joseph Olenghankoy confirment l’inconstance des politiciens congolais en général et des opposants passés dans le camp du pouvoir en particulier. Des hommes et des femmes décriés par leur vénalité « pathologique ».

« INFILTRÉS »

Questions: Olenghankoy détiendrait-il des certificats d’autopsie pratiquée par des médecins légistes pour établi de manière formelle l’origine des balles ayant ôté la vie aux victimes? Serait-il en possession du rapport balistique? En vertu de quel fait matériel s’est-il permis d’attribuer ces actes criminels à des prétendus « infiltrés »? Pourquoi ne publie-t-il pas les identités de ceux-ci?

Directeur de la télévision privée « Le vrai journal », notre jeune confrère kinois Peter Tiani a lancé une émission dénommée « Devoir de mémoire ». Le principe de ce programme consiste à confronter les déclarations faites par tel individu avant et après son entrée dans les institutions dirigeantes. Le résultat est décapant. Récemment, « Peter » a été agressé par des « inconnus ».

Dans une interview accordée à l’auteur de ces lignes fin mai 2010 à Bruxelles, Olenghankoy, de retour d’un voyage aux Etats-Unis de Barack Obama, a procédé à « l’analyse de la situation politique et sociale » au Congo-Kinshasa. Sans omettre, « les perspectives d’avenir ».

Enterrement de Floribert Chebeya

Après avoir accusé les « autorités congolaises » d’avoir une « large part de responsabilité » dans l’assassinat du regretté directeur exécutif de la « Voix des Sans Voix » Floribert Chebeya Bahizire et de son chauffeur Fidèle Bazana, l’homme asséna: « Si Kabila rempilait pour un nouveau bail de cinq ans, on va assister à la disparition totale de l’Etat congolais ».

« DU MOBUTISME SANS MOBUTU »

En juin 2010, le président des Fonus estimait donc que « la gestion d’un Etat est une charge bien trop lourde » pour « Joseph ». « Il devrait en son âme et conscience reconnaître son échec et se mettre à l’écart et laisser les citoyens se choisir un nouveau chef de l’Etat ».

Dans une lettre datée du 30 octobre 2016 adressée au procureur général de la République, le même Olenghankoy dénonçait le « harcèlement » dont faisaient l’objet les leaders politiques de la « plateforme Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement ». C’était une vingtaine de jours après l’arrestation de Bruno Tshibala, alors secrétaire général adjoint de l’UDPS. A l’appui de sa démarche, l’opposant épingla le « plasticage » du siège de son parti dans la nuit du 19 au 20 septembre 2016.

Du 8 au 10 juin 2016, Joseph Olenghankoy a participé, à l’instar d’autres opposants, à la « Conférence de Genval » ayant donné naissance au « Rassemblement ». Dans l’Acte d’engagement signé par les représentants des différents partis et coalitions politiques, on peut lire notamment ces mots: « Prenons acte de la fin du deuxième et dernier mandat de Monsieur Joseph Kabila Kabange le 19 décembre 2016 à minuit et saluons son départ du pouvoir le 20 décembre 2016 à 0h00 ». Le document fut contresigné par tous.

Une année après, « Joseph Kabila » trône toujours à la tête de l’Etat. L’homme n’a pas changé. Il poursuit sa « carrière » de dictateur. L’opposant, lui, a changé. Pire, il est devenu un des adulateurs du tyran qu’il accablait des critiques. Est-ce une raison de fabuler en crachant sur la mémoire des victimes du régime honni? Qui oubliera qu’en juin 2010 le même Olenghakoy clamait que le « raïs » « faisait du mobutisme sans Mobutu »?

 

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2018

13 réflexions au sujet de « Olenghankoy crache sur la mémoire des victimes de la barbarie de « Kabila » »

  1. Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, la difficulté pour Olengankoy, c’est de réfléchir en kitetela et puis bafouiller en mauvais français. Si quelqu’un a vraiment saisi la substance de son message, alors !!!!!. Trêve de plaisanterie, laissons les médiocres s’enfoncer dans la boue, occupons nous de l’essentiel le moment est grave.

  2. Olenga Nkoy est le modèle accompli du politicien congolais connu pour son opportunisme.

    C’était une des grandes gueules de la CNS. Il combattait la dictature mobutienne dans l’opposition radicale. Il faisait partie de ces jeunes opposants qu’on appelait les jeunes turcs. A la CNS, il avait été décidé que plus personne ne prendrait le pouvoir au Zaïre par les armes. Dans la salle, les responsables des anciennes rebellions armées étaient présents;notamment feu Christophe Gbenye, Antoine Kizenga, Nathanaël Mbumba…
    LD Kabila prend la tête d’un conglomérat d’aventuriers et envahit le Zaïre. Toute l’opposition zaïroise garde un silence assourdissant et laisse Mobutu seul face aux hordes venues des montagnes de l’Est. Olenga Nkoy quittera Kinshasa pour rejoindre l’AFDL à l’étape de Lubumbashi. Quand le Tutsi Power installe LD Kabila sur le tabouret présidentiel à Kinshasa, Olenga Nkoy espérait obtenir un petit bout du pouvoir. Mais le M’zee n’avait que le mépris pour la classe politique congolaise qu’il considérait comme collaborateurs de la dictature. Il l’appelait la racaille. Olenga rentre dans l’opposition.

    Le politicien congolais travaille pour son tube digestif. Pas pour le peuple.

  3. Mon cher ami Amba Wetshi, il ne s’agit pas d’une dictature au sens classique du terme mais bien d’une occupation de notre pays au sommet de l’état qui a abouti au contrôle par un clan travaillant pour l’étranger avec le soutien zélé des suppôts nationaux de tout l’appareil sécuritaire, policier, répressif, des forces armées mais aussi de l’appareil judiciaire. Pensez au gouvernement de Vichy, nous sommes malheureusement en plein dedans. C’est à nous de nous retrousser les manches, l’ennemi nous a asséné des blessures mais nous l’avons aussi blessé, il est de notre devoir patriotique de l’achever.

  4. Voilà une bonne prevue qu’en RD-Congo, l’opposition l’est seulement de nom.
    Ce sont tous des chiens de Pavlov qui vous accueillent « tambouille battante » pour vous faire monter la salive aux joues avec carte qui évolue au gré du marché. Quand vint le moment de l’épreuve ils montrent leur vraie face d’opposants de pacotille.

  5. Ce mr Olengankoyi est le grand médiocre de la bande de la fameuse Mp. Tout pouvoir a son apogé ainsi que sa decadence et donc ds les jrs à venir ns allons mettre ce régime honni par le peuple ds les oubliettes.

  6. Olenghankoy, un incompetent semi-alphabete et corrompu qu’attend un lourd casier judiciaire plein de detournements depuis son aventure comme pretendu-ministre des transports au gouvernement 1+4, oeuvre aujourd’hui pour l’imposteur Tanzanien se cabrant illegitimement au sommet de notre Pays.

    Olenghankoy est un traitre comme son copain Tshibala et son frangin Emery Okundji, qui sur ordres de l’imposteur Tanzanien coupa toutes connections telephoniques et Internet au Pays afin de faciliter ces massacres de notre Peuple et carnage de la St Sylvestre. Ces traitres et leur petit chef en paieront cher

  7. Toutes ses institutions étatiques incarnées par l’Afdl-RCD Goma–CNDP-M23-Tutsi Power ne sont-elles pas caduques. Normalement l’ex président Tutsi Rwandais Kanambe alias Joseph Kabila, sa Majorité Présidentielle inféodée au Rwanda, l’Opposition Kongolaise factice accompagnatrice créée par l’Occupant Tutsi sont dissoutes. Suivre des paroles insultantes de Tumba Zazu Lisuma ya Zazu Joseph Oleghankoy éminent membre du Rassemblement de Genval conglomérat d’aventiriers aile OUA-Tshibala devient une mer à boire…

    Vivement les actions ciblées de la Résistance Kongolaise pour éliminer physiquement ce genre des faux têtes pour qu’ils ne fassent plus des émules. Dans l’avenir interdire moyennant des lois juridiques jusqu’à la dixième génération à leurs descendants d’oser de faire de la politique comme les politiciens d’Islande qui contractèrent une dette publique colossale sans l’aval de leur peuple…

    Changeons de cap, de stratégie… Focalisons-nous sur les stratégies intégristes, extrémistes à adopter pour bouter ensemble dehors notre ennemi commun qui est l’Occupant Tutsi-Power-Onu-Monusco-Multinationales représenté par l’imposteur usurpateur d’identité Kongolaise Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila car nous (VRAIS KONGOLAIS PURS SANG PURE SOUCHE) devons apprendre à vivre ensemble comme des frères et sœurs, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots pour paraphraser Martin Luther King… Vive le Kongo libre, un et indivisible. INGETA

  8. Il n’y a pas de gloire à faire l’imbécile. Certains ne l’ont toujours pas compris. In fine, comment en vouloir à une saleté comme ce pauvre type ?
    Son ventre a toujours pris la place de son cerveau, dès lors qu’il s’agissait de réfléchir. Le hic, c’est que les khmers rwandais pensent que tous les congolais sont comme lui et les autres qui sont à leur service.

    1. Oui, monsieur Bongos, vous dites vrai. Aujourd’hui, non seulement les « kmers rwandais » mais le monde entire pense que les Congolais ne valent pas advantage qu’un trou de cul***, des idiots réfléchissant par leurs ventres et marchant sur leurs têtes et ce, justement à cause de nuls à l’instar de ce Olengankoy.

  9. Chers Compatriotes,

    Olenga peut aller contre son frère Mende ? Regardez bien, Olenga a pris Mfumu Ntoto qui intervenait beaucoup en ligne chaque fois qu’il y avait quelque chose au Congo. A-t-il réagi ? L’homme de la troisième voie, qu’est-ce qu’il pense de ce qui s’est passé le dimanche 31.12.2017. La dame qui a été abattue, dont on voit l’image est un élément infiltré, et cela à la sortie de l’Eglise ? Tout le monde peut comprendre maintenant l’attitude des membres de l’UDPS qui n’ont pas voulu qu’Olenga aille à leur permanence sous prétexte de participer au deuil d’Etienne Tshisekedi. Olenga, Okundji, Mende, Atundu, Mfumut Ntoto, She Okitundu… ont une caractéristique commune : l’ethnie. Alors au nom de ce lien, ils ne peuvent pas être objectifs quand il y va de la remise en cause d’un de leurs. Voilà l’ethnicisme et le tribalisme qui nous affaiblit. Alors, avant de parler de Rwandais (sachez que je ne soutiens pas ces derniers), voyons un peu qui fait que ce petit pays, géographiquement et du point de vue population, parvient à jouer un rôle qui paralyse un pays autant de fois plus grand que le leur, et une population de loin supérieur à la leur. L’important pour l’instant est que tous les ennemis du pays se sont, à l’occasion de cette marche, révélés. Les Congolais qui ont choisi de libérer le pays devraient bien se connaître entre eux, car la trahison à ce niveau ici est lourde de conséquences. L’efficacité de l’action dépendra de l’unité dans l’action de vrais congolais engagés pour la cause de leur pays. Que Dieu nous vienne en aide.

  10. Il y a plus de dix ans, ce jeune Congolais propriétaire d’un lingablo au marché de Gambela avait peut être raison d’appeler Mr Olenghankoy « Olenghambwa ».

  11. Papitscho Olengha, le neveu de Olenghankoy et Emery okundji, toi qui est combattant n´est ce pas , où nous en sommes aujourd´hui avec tes dires il y à 5 années pass´´e, je cite : bandeko totelema pona kobengana banguna na mboka na biso; tosuki wapi lelo? imbécile faux combattant: et que dites – vous de e que ton oncle viens de commenter sur internet à propos de la marche du 31. 12. 2017? yebisa ba ndeko na yo , ils payérons très chers….. basakanaka na ba églises tehooo.
    lelo oyo kanambe akomi mutu na bino? cést vrai ca papitcho!!! mon père me disait ceci: le prémier imbécile au monde c´est l´homme noir. et moi je lui avait démandé pourquoi, mon père m´avait répondu comme suite: Dépuis la colonisation jusqu´aujourd´hui, l´homme noir n´ a jamais cesser de trahir… et pour mieux comprendre cela, je vous invites à lire ce livre: LE CONGO UNE HISTOIRE. franchement ne manquer pas cette occasion. lisez ce livre et vous comprendrez ba buzoba ya ba noirs.

  12. Il faut complètement se débarrasser de ces prédateurs , pour une nouvelle ressource politique et humaine nationale et pure. Seule solution , on en a marre et on y parviendra.

Les commentaires sont fermés