Où est passé le révérend François-David Ekofo?

Dans un communiqué pour le moins sibyllin daté du mercredi 7 février, la « Présidence nationale de l’Eglise du Christ au Congo » (ECC), autrement dit l’Eglise protestante, lance un « avis de recherche ». Depuis le dimanche 4 février, l’ECC est « sans nouvelle » de « son » Pasteur François-David Ekofo. Un petit calcul mental montre que l’ECC a attendu plus de 72 heures avant de tirer la sonnette d’alarme. Pourquoi? Étrange. Autre étrangeté, le signataire dudit communiqué n’est pas identifié nommément. La signature est apposée par délégation: « Pour l’Eglise du Christ au Congo, La Présidence ». Pourquoi tant d’ambiguïtés et de prudence?

Dans son communiqué, l’ECC « prie » les autorités compétentes de diligenter une enquête et de la tenir informée sur la « situation » de ce religieux devenu célèbre grâce une seule homélie prononcée, sans texte, le 16 janvier dernier à l’occasion de la commémoration du 17è anniversaire de la disparition de Mzee Laurent-Désiré Kabila.

Dès dimanche 4 février, le tout-Kinshasa faisait état de la « disparition » de ce protestant à la carrure de boxeur poids lourds. Sur les réseaux sociaux, on pouvait lire: « Pasteur Ekofo de l’ECC a pris le chemin de l’exil depuis samedi 3 février suite aux menaces dont il fait l’objet depuis deux semaines ».

La même source de préciser que le prêtre se trouverait déjà aux Etats-Unis d’Amérique. La « Présidence de l’ECC » avait-elle été mise au parfum? La tentation est forte de répondre par l’affirmative. Avait-elle fait « quelques choses » pour défendre le courageux religieux? On peut en douter.

Mardi 6 février, les chroniqueurs congolais en ligne confirmaient l’information de ce départ. Le communiqué de l’ECC annonce un peu tard ce que l’opinion congolaise savait déjà.

La prudence de Sioux qui se dégage du communiqué précité pousse à créditer les allégations selon lesquelles le Pasteur Ekofo s’est senti « seul » face à la meute des sbires kabilistes qui voulaient lui « faire payer » l’affront. Pire, il n’aurait pas bénéficié du « soutien » de sa hiérarchie.

« L’ETAT N’EXISTE PAS VRAIMENT »

Au lendemain de la répression de la « marche pacifique » organisée le 31 décembre 2017 par le Comité Laïc de Coordination (CLC), le cardinal Laurent Monsengwo a animé un point de presse au cours duquel il dénonça la « barbarie » du pouvoir en place avant d’appeler « les médiocres à dégager » afin que « règnent la paix, la justice au Congo ». Il a par ailleurs fustigé le « mensonge systémique » qui a été élevé au rang de mode de gouvernement des affaires publiques.

Olive Lembe, première Dame, pendant le sermon du révérend

Brouillés avec l’Eglise catholique après le réquisitoire de l’archevêque de Kinshasa, les oligarques kabilistes – les membres de la famille biologique de « Joseph » en tête – optèrent d’aller à la Cathédrale protestante pour « rendre grâce à Dieu » à l’occasion du 17è anniversaire de la mort non-élucidée à ce jour de Mzee LD Kabila. C’était le mardi 16 janvier.

L’officiant n’était autre que le Pasteur François-David Ekofo. Celui-ci a littéralement enfoncé le clou planté deux semaines auparavant par le Cardinal. Il a commencé par dénoncer l’absence de l’Etat en tant que pouvoir politique. « J’ai l’impression que l’Etat n’existe pas vraiment », a-t-il lancé en gardant un sourire permanent en coin.

ELIMINER LES CONTRE-POUVOIRS

Il a, par la suite, stigmatisé la pauvreté ambiante et les inégalités. « Nous devons léguer à nos enfants un pays où l’Etat est réel, où tout le monde est égal devant la loi, que vous soyez général, ministre, ou qui que ce soit ». Il a signifié un « avertissement amical » aux neufs voisins qui entourent le Congo-Kinshasa. « Le Congo nous appartient, il n’appartient pas aux Américains ni aux Français ni aux Belges ». Et d’ajouter: « Surtout ne prenez pas un centimètre de la RDC. Le Congo ne sera pas toujours faible comme il est aujourd’hui. Il va se réveiller un jour ».

Des propos qui ont provoqué des grincements dans le camp des « super faucons » de la mouvance kabiliste. Les régimes ougandais et rwandais se sont sans doute sentis visés. Et ce pour avoir aidé l’AFDL à s’emparer du pouvoir. « Joseph Kabila » est un pur produit de l’AFDL.

Selon des sources, certains « mandarins » de la mouvance kabiliste avaient proféré des « menaces précises » à l’endroit du Pasteur Ekofo. Dès le lendemain, celui-ci aurait confié à des proches qu’il faisait l’objet d’un harcèlement téléphonique. On peut deviner aisément l’origine des menaces. Ce sont des méthodes chères aux sicaires de l’ANR (Agence nationale de renseignements).

Après la répression de la seconde marche pacifique organisée le 21 janvier par le CLC, le cardinal Monsengwo est revenu à la charge en critiquant le fait que le Congo-Kinshasa soit devenu une sorte de « prison en plein air ». Avant d’inviter les Congolais à rester « inébranlables », le prélat a martelé ces quelques mots forts: « Nous voulons que règne la force de la loi et non la loi de la force ».

Si l’expatriation forcée du Pasteur « François-David » était confirmée, il ne fait plus l’ombre d’un doute que « Joseph Kabila » n’entend en aucun cas quitter le pouvoir « de manière civilisée ». En, attendant, le Président hors mandat tente d’imposer le « style Kagame » au Congo-Zaïre. Un style qui consiste à laminer les têtes qui dépassent et surtout à éliminer, au propre comme au figuré, les contre-pouvoirs. Le temps n’est plus aux longs discours. A contrario, une question s’impose: Après le Pasteur Ekofo, à qui le tour?

 

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2018

12 réflexions au sujet de « Où est passé le révérend François-David Ekofo? »

  1. Ce qui est rassurant c’est que sa famille biologique n’a rien dit. On peut donc supposer qu’il est en lieu sûr qu’il garde secret pour des raisons de sécurité.

    Bravo à lui pour son courage.

  2. On aurait bien aimé qu’il soit soutenu par sa hiérarchie immédiatement après sa prêche dévastatrice pour le pouvoir diabolique de celui qui se fait appeler Kabila. Leur silence a donné l’impression d’une lâchage, on s’était même dit que Marini la limace était encore à la tête de l’église protestante. Heureusement que non. Les autres confessions religieuses qui hésitaient encore savent maintenant en quoi s’en tenir.

    .

  3. Après le Pasteur Ekofo, ça sera le tour de Joseph Hyppolite Kanambe alias Monsieur Logorrhée inutile et écœurée. Monsieur Logorrhée inutile et écœurée quittera le Congo pour rejoindre son pays d’origine d’où il est venu avec des bottes en caoutchouc des jardiniers.

  4. Qui doute encore que le Kongo est occupé ? Quel naïf peut continuer à croire bêtement que le Kongo est un État Démocratique ? La RDC (République Démocrature du Congo-Kinshasa) est un poulailler des faux politiciens corrompus médiocres larbins toutes tendances confondues qui sont oiseaux de même plumage, de basse cour dirigé par la poule aux œufs d’or des Occidentaux Anglo-saxons Impérialistes l’imposteur Cheval de Troie du Rwanda au Kongo usurpateur d’identité Kongolaise Kanambe alias Joseph Kabila soi-disant fils de Mzee Laurent Désiré Kabila…

    Derrière chaque action, il y a un esprit bienveillant ou malveillant, quand on dit de telles vérités crues face à face aux hommes tueurs-nés singes médiocres inconscients congénitaux irrésolus pro Tutsi Power comme ce fut le cas ce jour-là avec notre Frère Pasteur Révérend François David Ekofo rempli des vertus du Bien et de la Vérité, il fallait s’y attendre à une telle réaction disproportionnée contre sa personne et les siens. Puisse l’ange protecteur téléporté par le Véritable Dieu Tout-Puissant Nzambe Tata Nzambi ya Mpungu Tulendo Nzakomba Akongo Maweja Mvidi Mukulu Mungu Baba qui campe toujours autour de ceux et celles qui Le craignent le préserve, le garde contre le danger… Ainsi soit-il… Ingeta

  5. A prime abord nous prions Le Tout Puissant pour qu’il protege ce brave Homme de Dieu et toute sa Famille. Car la barbarie de l’Imposteur-vomi de Kangakati – aux abois – et ses bandes de voyous-tueurs ne connait pas de limites.

    Tenez: Incapables de toucher a Son Emminence Cardinal Monswengo (bien que de voyous Bana-Mura a la solde de « Kabila » tentent de le faire, inclu recemment en tentant de grimper le mur de la residence du Cardinal a Kin), les lecheurs de bottes de ce criminel-sanguinaire au Sommet inclu les J-Marie Kassamba (oeuvrant etroitement avec son frere-traitre Bruno Tshibala) et rejettons ex-Mobutistes de l’acabit d’un KinKiey Mulumba, dansent en croyant que le Pape a mis a l’ecart le Cardinal Monswengo pour son archi-opposition connue a la Voyoucratie de « Kabila ».

    Donc pour ces lecheurs a la solde des criminels Tanzaniens Jo, Zoe et Jaynet, le Pape veut « Kabila » au Sommet, le meme Assassin qui drague les Chretiens des Eglises et les tue a bout-portant ! Voila la « logique » de ces Traitres.

  6. Non, Kanambe ne tente pas d’imposer le style Kagame, c’est plutôt ce dernier qui imprime sa marque au Congo à travers ce pantin qui se fait Appeler Kabila. Le Congolais doivent prendre leur courage entre les deux Mains pour metre fin à cette humiliation qui n’a fait que trip durer.

  7. Non, Kanambe ne tente pas d’imposer le style Kagame, c’est plutôt ce dernier qui imprime sa marque au Congo à travers ce pantin qui se fait Appeler Kabila. Le Congolais doivent prendre leur courage entre les deux Mains pour metre fin à cette humiliation qui n’a fait que trip durer. Nous Avon’s besoin d’autres Ekofo.

  8. Au dernier semestre de l’année dernière, l’opposition congolaise s’était essoufflée. Les divisions internes, le débauchage par le pouvoir de certains de ses cadres, la corruption…l’avaient affaiblie. Il en est de même de la diaspora. Elle était tétanisée par répression sanglante du 31 décembre.

    Les messages du Cardinal Monsengwo et du Pasteur François-David Ekofo ont galvanisé le peuple congolais. C’est pourquoi la marche du 21 janvier a connu un franc succès, malgré la répression féroce et les morts.

    Ekofo ne défendait pas sa famille biologique, ni sa hiérarchie et sa communauté chrétienne. Il dénonçait les antivaleurs qui sont à la base de la misère du peuple congolais. Sa disparition ( clandestinité? enlèvement? exil forcé?) devait provoquer un tollé général dans tout le pays. Voilà un prophète réduit au silence. Dans l’indifférence totale.
    Décidément, le Congo est un pays ingrat envers ses enfants méritants.

  9. LE CHEF SPIRITUEL MWANDA NSEMI DE BDK DANS LA CLANDESTINITE, Mgr MOSENGO PRESQUE DANS LA CLANDESTINITE, Mgr DAVID FRANCOIS EKOFO DANS LA CLANDESTINITE, DIOMI NDONGALA, FRANK DIONGO,CLAUDE MUYAMBU Y COMPRIS D’AUTRES BRAVES CONTRE LE REGIME D’OCCUPATION, SOUS LES VERROUS.
    IL NE RESTE QUE LE VAILLANT PATRIOTE, RESISTANT HONORE NGBANDA QUI VIT A L’EXTERIEUR ET MENE LE COMBAT CONTRE LE REGIME D’OCCUPATION.
    BIENTOT, LES CHETIFS KONGOLAIS QUE NOUS SOMMES, SERIONS CUEILLIS PAR TUTSI POWER COMME DES FRUITS MURS, AINSI L’ERE DE LA BALKANISATION SONNERA.
    SELON Dr. ANTI-OCCUPATION ET LA BONNE GOUVERNANCE, LA SOLUTION DE NOS PROBLEMES EST ENTRE NOS MAINS. LA VIE VA SE PORTER MIEUX, LES CHOSES IRONT BIEN, TOUT LE MONDE SERA CONTENT AU KONGO, AINSI, IL RECOMMANDE A TOUS LES KONGOLAIS ACHETER 150 % MEDICAMENTS DE NOS ANCETRES AVEC EFFETS IMMEDIATS POUR LA GUERISON DE CHAQUE KONGOLAIS: ANTIBIOPEUREUXQUININE, CORRUPTIONQUININE, ANTIFROUSSEQUININE, ENRICHISSEMENTILLICITEQUININE, PATRIOTISMEQUININE, NATIONALISMEQUININE, CONSCIENCEQUININE.
    SAPRISTI! MUTOTO RWANDO-TANZANIEN NE DOIT PAS ETRE PLUS MALIN QUE TOUS LES 80 MILLIONS DES KONGOLAIS. HYPPOLITE KANAMBE ALIAS JOSEPH KABILA N’EST QU’UN TIGRE EN PAPIER FACE AUX 80 MILLIONS DES KONGOLAIS EN COLERE.
    LA SOLUTION DE NOS PROBLEMES AU KONGO EST ENTRE NOS MAINS: LE GRAND SOULEVEMENT AVEC LA PARTICIPATION DE TOUTES LES CONFESSIONS RELIGIEUSES SANS EXCEPTIONS ET ATHEES.

  10. Que la vie de ce digne fils du pays et celle des membres soient épargnées. Aucun cheveu de leurs tête ne sera touché par quiconque. Le Pasteur Jean -David Ekofo savait pertinemment que son message va déranger les jouisseurs du régime et que ces derniers sont prêts à tout pour éliminer tout celui qui se présente en dénonciateur des crimes du régime. Mais, le Pasteur a fait le choix de sacrifier sans propre vie et par ricochet, celle des siens pour dénoncer, exemples à l’appuis, « la médiocrité » des dirigeants congolais. Ce que je peux lui demander c’est de ne pas se taire où qu’il soit, qu’il poursuit l’oeuvre qu’il a commencé en emboîtant le pas du Cardinal Monsegwo. « Aux grands hommes, partie la reconnaissance » La jeunesse congolaise vous restera à jamais reconnaissante pour votre message d’espoir et d’encouragement pendant cette période sombre de l’avenir de notre nation. Papa okeyi, kasi kobosana biso baye totikali awa te………Nzambe abomba yo.

  11. Mais pourquoi fuir? Des prêtres, religieuses et religieux catholiques et laïcs sont menacés chaque jour et ils ne quittent pas le pays. Donc une façon de donner raison au pasteur Évêque Mukuna qui a dit que si vous sentez une menace il faut fuir et vous sauver. Une stratégie des faibles et qu’on appelle, à tort, pasteurs.

Les commentaires sont fermés