Paris: « Fatshi » passe sous silence la crise au sein de la coalition CACH-FCC

Lundi 11 novembre, le président Felix Tshisekedi a été reçu à l’Elysée avec d’autres homologues africains. Il a été accueilli par le président Emmanuel Macron (Photo). Les deux hommes devraient avoir un têt-à-tête ce mardi. Pendant ce temps, les conversations à Kinshasa et dans le « Grand Katanga », tournent autour des actes de vandalisme opérés, par des « inconnus », sur l’effigie de « Joseph Kabila » et celle du président Felix Tshisekedi Tshilombo. Au PPRD, l’UDPS est au banc des accusés. Lundi, le chef de l’Etat congolais s’est adressé à plusieurs milliers de Congolais de la diaspora. Une assistance apparemment acquise, dans sa grande majorité, à l’orateur du jour. « Fatshi » a évoqué plusieurs questions touchant à la politique intérieure. Sauf, une. Il s’agit de la crise qui couve au sein de la coalition CACH-FCC en général et l’UDPS et le PPRD en particulier.

« Nzambe aponi yo osalela ye, na nzoto pe na motema ne yo mobimba, Nzambe aponi yo ». Traduction: « Dieu t’a choisi pour le servir avec ton corps et ton cœur, Dieu t’a choisi… ». C’est par ce chant religieux que « Felix » a été ovationné par une foule très enthousiaste. Pour la petite histoire, le 25 avril 1990, des militants de l’UDPS avaient entonné cette même « mélopée » devant la résidence d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba à Limeté. Le président de l’UDPS venait de retrouver la liberté après plusieurs mois passés en « résidence surveillée ».

Le président Fatshi durant son discours à Aubervilliers

Combien étaient-ils? Quatre mille? Cinq mille? Une certitude: les Congolais sont venus très nombreux de France et des pays environnants (Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Royaume-Uni etc.) pour écouter le président Felix Tshisekedi dans cette grande salle située à Aubervilliers, dans la banlieue de Paris.

Cette « forte mobilisation » n’a pu empêcher le président « Fatshi » d’exulter: « Par cette mobilisation, vous envoyez un message clair à ceux qui pensent que le pouvoir que j’incarne n’émane pas du peuple ». Sourire aux lèvres, il ajoute: « Je peux dire avec assurance maintenant que je suis le Président de tous les Congolais ».

Le chef de l’Etat congolais et quelques homologues du continent se trouvent à Paris sur invitation du président français Emmanuel Macron. Selon « Fatshi », le locataire de l’Elysée lui a fait l’honneur de prendre la parole « au nom de l’Afrique » dans le cadre du « Forum pour la paix » qui débute ce mardi 12 novembre dans la capitale française.

Tout au long de son harangue, l’ex-opposant  semblait comme « tourmenté » par ses « anciens amis » de la coalition « LAMUKA » en général et le duo Martin Fayulu-Adolphe Muzito en particulier. Aussi, a-t-il envoyé, à plusieurs reprises, des messages à peine subliminaux en direction de ces ex-camarades. « Je dois vous dire en vous regardant dans les yeux pour tordre le cou aux spéculations qui sont répandues au sujet de la coalition CACH-FCC ».

« HAUTE TRAHISON » A GENÈVE

Après la publication des résultats provisoires de l’élection présidentielle le 10 janvier dernier, Felix Tshisekedi, proclamé « Président élu », avait rendu un hommage un peu trop appuyé à « Joseph Kabila », présenté comme un « partenaire ». Cet étalage de considération fut interprété, plus à raison qu’à tort, comme une « déviation » par rapport aux valeurs défendues par l’UDPS et son leader mythique Etienne Tshisekedi. « A aucun moment, nous avons trahi notre pays ni notre engagement, ni nos idéaux, tonne-t-il. Vous devez être fiers parce que nous n’avons pas triché ».

Pour Fatshi, le CACH avait estimé bon de faire alliance avec le FCC non seulement par respect de la légalité mais surtout par réalisme politique. Et ce pour ne pas laisser la mouvance kabiliste gouverner, seule, le pays. « Nous n’avions pas eu le choix. Notre regroupement politique ne pouvait pas réunir la majorité à l’Assemblée nationale », résume-t-il. Il justifie cette option par le fait que l’UDPS et l’UNC ne pouvaient pas « aller vers des amis » avec lesquels elles avaient « fait un bout de chemin » jusqu’à être « victimes d’une haute trahison à Genève ».

Le 2 novembre dernier, le chef de l’Etat congolais et son prédécesseur se sont entretenus à N’sele, près de Kinshasa. Les deux « alliés » ont pris l’habitude de se rencontrer pour « éteindre le feu » allumé ici et là par leurs partisans respectifs. Cette fois, le « pyromane » s’appelle Emmanuel Ramazani Shadary? Celui-ci  avait  qualifié l’UDPS de « parti-milice » tout en dénonçant la gestion du pays. C’était le 22 octobre lors du mini-congrès du PPRD à Lubumbashi

LA CRISE COUVE ENTRE LE CACH ET LE FCC

Le 10 novembre, un autre incident est intervenu. Il s’agit de la destruction de l’effigie de « Kabila » à Kolwezi. Le portrait géant du président Felix Tshisekedi a subi le même sort. Sur les réseaux sociaux, on a vu des individus déchirer le portrait de l’ex-président juste en face de l’hôtel Memling, en plein centre des affaires de la capitale. Un lieu où des barbouzes de l’ANR (Agence nationale de renseignements) ont l’habitude de faire le guet.

Jean Marc Kabund-a-Kabund, secrétaire General de l’UDPS en congé, 1er vice-résident de l’Assemblée nationale

Sur son compte Twitter @kabund_jmkkrock, Jean-Marc Kabund, secrétaire général de l’UDPS et 1er vice-président de l’Assemblée nationale écrit: « Brûler l’effigie du chef de l’Etat dont la personne est inviolable sous la barbe du Progouv (Ndlr: gouverneur de province), des responsables de l’ANR et de la police est inacceptable. Par conséquent, nous avons (CACH) arrêté toutes discussions avec le FCC, jusqu’à ce que les responsabilités soient établies ». Vous avez bien entendu: le dialogue est suspendu entre les deux camps.

Malin comme un singe, le gouverneur du Lualaba, le très kabiliste Richard Muyej, s’est empressé de « sermonner », sans grande conviction, ceux qui ont, selon lui,  vandalisé les portraits des deux hommes d’Etat. « C’est une honte pour un parti qui se dit démocratique de déchirer les effigies des chefs d’Etat ». Il adresse le même blâme à ceux qui ont s’en sont pris au portrait de Fatshi « par représailles ». Et pourtant à Kolwezi, on pouvait encore apercevoir des posters géants à la gloire du « raïs ».

Que fera « Felix » qui assure que la politique menée par le Premier ministre Ilunga Ilunkamba procède de sa vision? Va-t-il « désavouer » Kabund ou suivre la voie tracée par son bras droit?

Porte-parole des « Combattants » de l’UDPS, Fils Mukoko a accusé « Kabila » d’avoir lui-même monté cette « opération » arguant que « l’UDPS est un parti qui prône la non-violence ».

Depuis son investiture le 24 janvier, le président Tshisekedi Tshilombo a effectué plusieurs voyages à l’étranger. Cette situation est critiquée notamment du fait de son côté budgétivore. « Ces voyages ont déjà rapporté combien au pays? », s’interrogent certains journalistes kinois. « Femmes aimez vos maris comme Fatshi aime l’avion », renchérit un internaute sur les réseaux sociaux.

LES REFORMES TARDENT

Le président en route pour un voyage à l’étranger

A en croire « Felix », toutes ces critiques le laissent indifférent. Il lui arrive même de ricaner de la polémique suscitée par ses voyages. « Ces voyages ne sont pas du tout des vacances. Je fais un travail avec mes collaborateurs pour attirer les investisseurs, souligne-t-il. Nous avons déjà ramené un milliard et demi de dollar pour le pays ».

Sur un ton empreint de défi, il lance: « Nous allons continuer. Nous n’allons pas écouter ces mauvaises langues qui avaient promis de tout faire pour que les investisseurs ne viennent pas au Congo ».

Pour être bien compris, il conclut son speech en lingala: « Voilà ba-ndoki oyo bazali koloka Congo. Biso tokanisaki que baza bandeko. Nzoka nde baza ba nguna ». Traduction littérale: « Voilà les ensorceleurs qui sont occupés à jeter un mauvais sort sur le Congo. Nous les avons considérés comme les nôtres alors qu’ils étaient nos ennemis ».

Après avoir traité ses ex-camarades – devenus ses meilleurs détracteurs – d’ennemis, Fatshi s’est contredit en clamant: « Je suis le Président de tous les Congolais. Les bons et les mauvais ».

Lundi 11 novembre, nombreux sont les Congolais et autres observateurs qui sont restés sur leur faim à la sortie de la grande salle à Aubervilliers. Ces derniers espéraient entendre le président Fatshi donner sa position sur le climat délétère qui règne au sein de la coalition CACH-FCC.

A tort ou à raison, certains observateurs continuent à croire mordicus que Fatshi ne détient qu’une apparence du pouvoir. Ils tiennent pour preuves les ordonnances présidentielles qui sont inappliquées sur décision d’un ministre. Pire, Les réformes tardent à s’enclencher tant au niveau de l’appareil judiciaire, de l’armée, de la police que des services de renseignements. Sans omettre, les entreprises du portefeuille de l’Etat.

 

Baudouin Amba Wetshi

31 thoughts on “Paris: « Fatshi » passe sous silence la crise au sein de la coalition CACH-FCC

  1. Tshilombo : « le coût de mes voyages n’a même atteint 50millions$, mais j’ai déjà ramené 1 milliard 500 millions USD au pays . Je ne voyage pas pour le plaisir de voyager »
    Cet homme est une plaie pour Congo , un vrai âne !

    1. @ Epave,
      Bien dit. Ajoutons que le mec ment comme il respire comme tout ex-parle-menteur debout venu de Limete inclu les Kabuya et Kabund.
      Peut-il comptabiliser et pouver ces (pretendus) investissemenst de $1,5 milliards, leur vraie origine et application ainsi que leur auteur, depuis 24 Janvier, 2019 qu’il est au sommet et depuis qu’il gaspille $4-5 million par mois en voyages inutiles.
      Ce tandis que le « Peuple d’abord » – sans emplois – meurt de faim?
      Pas etonnant qu’il evoque ce tableau d’investissements imaginaires, sans en deduire la creation et le nombre d’emplois qui lui seraient difficiles a dissimuler.
      N-a-il pas reussi avec son margoulin dir-cab V. Kamerhe a ettouffer le dossier de detournement et vol des $15 Millions du Tresor ?

    2. Priere de lire les revelations accablantes ci-dessous. La Kletptocratie (elargie a la bande CACHE-FCC) a de beaux jours devant elle en RDC:
      https://afrique.lalibre.be/43278/rdc-la-famille-du-president-se-lance-dans-le-petrole/
      Alors, Tshilombo & Famille = Kamerheon & Famille = Kabila & Famille = Detourneurs. Que Vive la « Coalition des Profiteurs » CACHE – FCC !

  2. L’ivresse malveillante du pouvoir protocolaire lui cédé par l »imposteur Rwandais Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila tourmente le fils du feu Sphinx de Limete qui ne dirige rien, ne maîtrise rien, ne contrôle rien tout en oubliant le dicton du feu Maréchal « Entre un frère et un ami, le choix est clair », l’envoûté de Genève friand de l’école buissonnière oublie 2 principes sacro-saints du Business qui exigent la PAIX (stabilité politique) et la FISCALITÉ AVANTAGEUSE (incitants fiscaux, simplification de l’administration fiscale) pour attirer les investisseurs étrangers qui ne peuvent investir à long terme dans un capharnaüm, une jungle [RDC occupée] lui garantissant des emplois stables… Le discours de campagne électorale prononcé hier à Paris-Aubervilliers par le faussaire des diplômes d’ICC-Bruxelles devant ses sympathisants fanatiques aveugles « Talibans » prouve à suffisance que l’actuel ambassadeur plénipotentiaire de Kagame et Museveni est un membre en puissance du PPRD-FCC, non seulement il fait fi des embrouilles entre leur piteuse coalition FCC et CASH-UDPS FAMILIALE, il tait hypocritement l’entrée [agression extérieure contre l’intégrité territoriale] sur le territoire RDCien de 9 armées étrangères (Cfr Interview de Paul Kagame sur TV5 du 10 Novembre 2019) par Kamina (Tanganyika) pour affronter le Général Yakutumba et ses invincibles, mystérieux, invisibles Maï Mai Makesa ANPK (Armée Nationale du Peuple Kongo) à Minembwe (Berceau de la Résistance Kongolaise)… Comme il (Magellan Airways FATSHI Bidon) aime les avions plus que le KONGO-RDC-Zaïre, les Résistants Combattants lui proposent d’aller aussi à [au-en] Kaboul, Bagdad, Téhéran, Tchétchénie, Kazakhstan, Népal, Liban, Albanie, Bolivie (Evo Morales), Soudan (Omar El Béchir) où il est attendu par les investisseurs de tous genres qui rapportent soi-disant des milliards à la RDC occupée par la junte Tutsi Nilotique… Sacré Bizimungu II « le Pétain RDCongolais » traître collabo éternel voyageur (en villégiature), toujours en mission commandée de « Trahison » pour le compte des Rwando-Burundo-Ougandais contre le KONGO-RDC-Zaïre!… Ainsi soit-il… Ingeta

  3. Il a donc senti du mwan’etu à Aubervilliers. Naturellement, en correction du fiasco d’assistence de l’antérieure rencontre du genre à Bruxelles, cette fois-ci, l’argent du peuple congolais a été distribué avec efficience pour la cause de la trahison nationale. Les Kabamba et consorts auront abattu un grand travail à cet effet.
    Cet évènement se produit juste après que le traître Tshilombo soit allé se prosterner chez nos ennemis massacreurs ougandais. Nous nous trouvons aussi au moment où la Résistence peine à reconnaître sa grave erreur stratégique d’avoir expressément porté son appui à un autre traître nommé Fayulu.
    Devant ce sinistre panorama, le peuple du Congo Central doit se réaffirmer dans sa revendication d’une large autonomie de son territoire. Il est inadmissible que les 15 millions volés et dont on se sert aujourd’hui pour financer à fond perdu des réunions inutiles des mwan’etu à Aubervilliers, provienent des revenus pétroliers de la terre Kongo. Devant l’incurie, l’insouscience qui va jusqu’à la « vente » simple de notre pays aux tueurs tutsis, plus besoin est de reconnaître au peuple mukongo le droit de s’auto-gérer. Nous ne sommes ni le poumon de l’économie du Zaïre aujourd’hui Congo, ni l’Est. Veuillez nous laisser tranquilles nous organiser avec notre manioc. Convaincus sommes-nous de donner un exemple d’organisation et de gestion au reste du pays. C’est en définitive une question d’intérêt de tout le Congo.

    1. A Mfumu Nkomi Mbuta,
      Kiamboti kiaku kibuti. Dodokolo ye umfua nkenda mu « lapsus ». KONGO (ntoto wa velela ye kanda dia ba mfumu kibeni)!

  4. Je ne sais pas où cet attelage FCC-CACH ira. mais la seule chose qui apparaît est qu’il existe entre eux un fossé de méfiance. Cela contribuera-t-il à améliorer la gouvernance encore chaotique que connait notre pays. Seul l’avenir nous le dira.

  5. Nous ignorona ce que les Congolais veulent exactement. Mr Honoré, au Congo, on arrete plus personne pour ses opinions politiques, qu’est-ce qui vous retient encore loin de ton pays? Vous ne pouvez pas rentrer pour q’avec vos critiques, vous contribuerait à la réussite de votre pays. Comment pouvez-vous redorer votre image dans ce genre d’opposition? Ici vous avez combattu le père et maintenant c’est le fils, il vous reste à combattre le neveu ou la nièce. Non vous ne combattez pas les individus mais toute une éthnie. Voilà ce qui n’est pas bon: avoir la haine. Le responsable ce journal en ligne, je l’ai toujours suivi avec ses critiques acerbes, lui ne voit que du négatif partout. Dans le passé et maintenant dans le présent. « Journaliste »!!!!!!!!!!!!!!!!

    1. @ Yoshua,
      Demande plutot a ton idole et son boy Kamehre de retourner au Tresor – entre autres butin – $15 Million en vols, sans parler de $50 Million que ton idole admet gaspiller en randonnees budgetivores. Ce butin des vols a la Presidence servirait a resoudre la misere du « Peuple d’Abord » que ton idole endort en discours & promesses creux. Voila qui aurait plus d’impact sur la vie de ce Peuple que le retour de Honore Ngbanda.

    2. Yoshua:
      Vu que tu peines a comprendre les vrais enjeux du moment en RDC, puisque tu es ebloui par ton acces aux miettes a la Presidence, fruit de multiples detournements, nous « avons lu pour toi » ce qui suit:
      https://afrique.lalibre.be/37698/la-diplomatie-pour-les-nuls-les-congolais-savent-compter-nehemie/
      Voila qui definit mieux qui serait vraiment aux commandes apres les pretendues elections. FaTshi et son UDPS+CACH = Dindon de Farce.

  6. Amba écrit : « Lundi 11 novembre, nombreux sont les Congolais et autres observateurs qui sont restés sur leur faim à la sortie de la grande salle à Aubervilliers. Ces derniers espéraient entendre le président Fatshi donner sa position sur le climat délétère qui règne au sein de la coalition CACH-FCC ».
    Par quel mécanisme, saviez-vous que ceux qui sont venus l’accueillir espéraient que Fatshi parlent du conflit entre CACH-FCC? Ce mardi 12/11/19, Jean-Marc a tout dit concernant ce conflit. Pourquoi vous n’en avez pas fait allusion?? Encore une fois, Juste de la nourriture destinée à vos fauves. Vos papiers apparaissent de plus en plus inutiles. Du Makelele ya wenze tout simplement.
    FATSHI BETON. Nzete yambila bazo kata, misisa ezo kota. OUI NZAMBE APONI FATSHI, c’est son temps. RDV en 2023.
    Naza Muluba te. Naza Congolais 100%. Avec FATSHI, il y a lieu maintenant d’espérer.
    Aux sous-traitants BOKOTO, BOKOTO BOFINGA. NAZA KUNA TE. NAZA 100% FATSHI. OYO ABOYI AMELA POISON.

    1. @ Lokumu
      Cesse tes conneries et distractions. Jean-M Kabund et son « petit-ya-confiance » Augustin Kabuya sont prets a cracher n’importe quoi pour calmer la base de l’UDPS qui les regardent (et FaTshi) se la couler douce sous la botte du Bourreau de Kingakati. En fait, le weekend venu, Kabund va chez son pote Antoine Ghonda monter a cheval.
      Ils semblent vite oublier les victimes-militants UDPS que le voyou-sanguinaire de Kingati brula vifs en 2016 devant le siege de l’UDPS

    2. @Lokumu
      Vous écrivez :  » Naza Muluba te. Naza Congolais 100%  ».
      Cela voudrait-il dire qu’un  » Muluba  » n’est pas un  » Congolais 100%  » ?
      Pourquoi croyez-vous devoir vous justifier à ce point ? Est-ce une honte que d’être un  » Muluba  » ?
      100% FATSHI, où sont nos 15 millions de dollars ? Et à part Marechal et les maffieux russes qui pilotaient l’Antonov de la flotte présidentielle, qui d’autres étaient dans cet avion ? On voudrait juste savoir…
      BOKOTO, BOKOTO, BOTALA SIMA BOZONGA BATU !
      Biso toza bana Shotokan, meka okweya !

  7. A ceux qui se moquent (et a juste raison) de son apparence de pouvoir et critiquent ses voyages budgetivores a l’etranger, tout en evitant le marasme socio-economique en Provinces, corruptions (inclu a la Presidence meme) et impunite, ainsi que le climat malsain au sein de sa coalition contre-nature « CACHE »-FCC avec le voyou de Kingakati (« vrai le tireur des ficelles » du pouvoir), FaTshi et sa bande des Talibans repondent qu’il s’agit des « jaloux, haineux, et sorciers ».
    Donc demander des comptes a un (pretendu-) president rempli des (vides) promesses releverait de la sorcelerie dans la bible de FaTshi.
    Mais la Verite est tetue. Tot ou tard, le Peuple l’attendra au tournant.

    1. Boniface Yangambi
      votre schématisation est trop simpliste et vous vous exprimez exactement comme ceux que vous critiquez : Vous pensez être congolais et avoir en face de vous une « bande des (sic!) Talibans ». Autant vous pouvez les étiqueter, autant eux aussi peuvent vous étiqueter. Alors, pourquoi se plaindre ? Auriez-vous le monopole de l´étiquetage ? Voyages budgétivores ? Sur base de quoi ? Maîtrisez-vous les dessous de la politique ou des objectifs de Félix ? Le marasme politique ? Oui, mais ce n´est même pas en un an qu´il le résoudra. Promesses vides ? Oui, il y a des promesses non encore tenues, mais il y a aussi celles qui sont déjà tenues. Posez la question à Diomi et Diongo libérés, à Katumbi et à Fayulu libres de circuler et de tenir des meetings, aux enfants qui étudient gratuitement, etc. Prière d´être rigoureux quand vous interprétez. Pas de falsification : Ce n´est pas le ‘demandeur des comptes’ qui est traité de sorcier par Félix (Même les pro-Fatshi demandent aussi des comptes), mais plutôt le Congolais qui combat le Congo, qui promet de déstabiliser le Congo pour empêcher la venue des investisseurs. C´est CURIEUX qu´on récrimine contre le « marasme socio-économique » et le reproche même à Félix, sans s´en prendre à ceux qui dans un discours clair promettent de le renforcer. Hum ! Makambo ya Congo eza ndenge !

      1. @ procongo
        Merci pour votre intervention, en effect l’injure facile et des affirmations gratuites sans sous basements sont de mise dans les interventions de certains.
        Bismark

  8. # Après la Belgique, notre Président Voyageur ne pouvait s’empêcher une visite dans l’autre pays d’Europe qui compte beaucoup pour le Congo, la France. On sait que bien avant sa visite en Belgique, il y’avait discussion, commencer par la France ou la Belgique ? Une écoute de l’histoire et une certaine continuité diplomatique ont prévalu : d’abord la Belgique et après avoir différé son arrivée question agenda, une occasion a été tout trouvée pour venir en France. Une invitation d’honneur par Macron à son Forum pour la Paix pendant lequel les deux présidents auront des têtes-à-têtes importants.
    # La France et la Belgique sont les deux pays d’Europe les plus proches du Congo, disais-je, historiquement, culturellement, diplomatiquement et commercialement et ce sont deux pays où l’on compte encore une nombreuse diaspora. « Félix » l’a rencontrée spécialement et officiellement à Aubervilliers à côté de Paris dans une salle comble avec une assistance toute acquise à sa cause, un peu plus qu’il n’en faut pour un PR mais plutôt pour un Chef de file partisan. C’est pour moi la première remarque négative même si elle reflète une réalité incontournable : comme partout un PR a aussi une origine et une base, juste à ne pas trop s’en servir pour qu’il n’en devienne pas un gourou, une ‘autorité morale’ comme on l’accepte bêtement chez-nous…
    # Les autres remarques tiennent au contenu même de son discours, de sa signification et de ses conséquences !
    # 1° Sur la veine du premier constat d’un public très partisan, j’ai été heurté par des allusions dénégatoires du Président de ses adversaires politiques alors qu’en même temps il voulait se targuer d’être le Chef de tous les Congolais. Plus d’une fois il a attaqué quasi gratuitement ses adversaires politiques comme leur reprochant de lui en vouloir passionnellement voire tribalement. « Bandoki », c’est beaucoup trop pour des adversaires ou rivaux politiques ! Dans tous les cas, qu’importe la relativité ou la justesse de ses raisons, un tel discours risque de finir par diviser plutôt que rassembler, le contraire de l’unité indispensable qu’il nous promeut. Dommage ! Il est temps qu’il en prenne conscience surtout que son auditoire plus UDPS que Congo renforce désavantageusement cette réalité…
    # 2° J’en profite pour m’interroger à côté : quid spécifiquement des contestataires de Tshisekedi qui n’ont pas manqué de manifester leur désapprobation dans la rue et ailleurs ? D’emblée, le moins qu’on puisse dire est qu’on approuve ou pas leurs méthodes et leur diagnostic, c’est d’abord leur droit de contester la ligne suivie par Tshisekedi et les conditions de son avènement au pouvoir, fût-il aujourd’hui le président de fait de notre pays. Ainsi si l’on a aujourd’hui moins de raisons – sauf miracle d’un soulèvement populaire inédit contre – de renier catégoriquement un PR reconnu dedans et dehors, les pro-Tshisekedi n’ont pas plus le droit que d’autres d’imposer à tous les Congolais leur ligne de conduite. Les anti-Tshisekedi ont donc le droit de s’exprimer dans la limite du respect de l’ordre comme le PR en place a le devoir de leur prouver sa légitimité par une gestion bénéfique à tout le pays.
    # 3° « Justice doit être faite, mais pas n’importe comment (…). Je pense que nous instaurerons un jour un tribunal pour les crimes commis au Congo. Et ce tribunal sera institué au Congo.  » a dit Tshisekedi. Personnellement je crois que la justice et l’impunité au Congo nécessitent d’abord de trôner en principe imparable et de représenter une volonté politique intransigeante plutôt que de les conditionner à des précautions structurelles. Ces dernières, importantes soient-elles ne seront encouragées que les premiers sinon gare au Tribunal au Congo pour les crimes commis au Congo qui vite participera du chapeler de bonnes intentions…
    # 4° « Nos voyages ont déjà ramené plus d’un milliard de dollars au Congo », dixit Tshisekedi. Je ne chercherai même pas à le vérifier tant c’est là une défense pro-domo manifeste, les comptes sont vite faits. Il est une évidence que ses voyages sont plus nombreux qu’il n’en faut et beaucoup trop coûteux. Plus généralement on a la regrettable impression que Tshisekedi minimise sa gestion dispendieuse en hôtels, avions, suites et cabinet pléthoriques qu’il gratifie des voitures coûteuses (là où un Kagame supprime les véhicules de fonction pour une gestion plus rigoureuse du budget de son pays). Un respect des prévisions budgétaires aujourd’hui explosées reste incontournable…
    # 5° Un point autrement plus problématique : c’est cette indifférence stratégique des accrocs à sa coalition avec ‘JK’ et son FCC. Tant mieux pour lui même si ça lui permet de passer un cap mais sa base et la majorité des Congolais qui la désavouent ne parlent pas en l’air. En sortira-t-il à terme un libre exercice de sa fonction pour un Président en plus qui entend apporter un changement de gouvernance ? Pas de crise, nous dit notre Président, on veut le croire mais désolé, la réalité devant nous est autre, les désaccords de la base et de la population ont la chance de bousculer utilement un de ces jours le haut qui ne veut l’accepter stratégiquement. Pas avec une guerre politicienne socialement meurtrière qui déstabiliserait le pays, espérons-le.
    6° Personnellement je ne trouve pas nécessaire de m’étaler sur les mérites de son adresse et de sa visite car au final si l’assurance dont Tshisekedi a fait particulièrement montre sied à un Président, nous ne pouvons d’abord que lui souhaiter qu’elle la transmette dans ses réalisations effectives. Ses nombreuses et ambitieuses promesses ainsi que les débuts de leurs réalisations qu’il vante de bonne guerre sont les bienvenues mais le vrai succès de son mandat ne sera accompli que dans le temps. Quel est le pourcentage de celles qui à mi-mandat et mieux à fin-mandat sera effectivement comptabilisé ? Si notre PR nécessite d’avoir à ses côtés quelques thuriféraires inconditionnels il aura besoin de plus d’esprits critiques qui lui font remarquer certains manques car personne n’ignore la difficulté de la tâche qui nécessite bien des précautions. il ne serait donc pas suspect d’affirmer d’ores et déjà au vu de ce qu’on le voit faire jusqu’ici que Tshisekedi se devrait d’abattre plus de travail pour ses dossiers, faire preuve davantage d’intelligence et d’audace pour réaliser ses bons vœux de changement : au-delà des dispositifs qui lui permettraient de s’émanciper de son encombrant partenaire, il n’a pas d’autre choix que de se montrer plus diligent pour de nombreuses réformes dont le pays a besoin. Et osons espérer que la France qu’il visite aujourd’hui et toute la CI lui apporteront l’aide nécessaire à la gestion de ce cher, vaste et compliqué pays dans le respect de sa souveraineté loin de l’isolement irréaliste qui a été le nôtre depuis quelques années. Voilà !

    1. NONO écrit :
      – « un peu plus qu’il n’en faut pour un PR mais plutôt pour un Chef de file partisan. C’est pour moi la première remarque négative » : C´est le premier faux pas dans votre interprétation. C´est des Congolais qui sont venus nombreux voir et écouter leur Président. Acceptez cela et passez à autre chose.
      – « comme partout un PR a aussi une origine et une base, juste à ne pas trop s’en servir »: Si on admet entre les lignes sa popularité, il fallait faire simple à Genève au lieu d´inventer des prétextes pour contourner la réalité. Revenons à l´événement de Paris non sans prendre en compte le CONTEXTE pour une bonne interprétation. Face aux attaques verbales et physiques des fanatiques inconscients, des intolérants dans la rue, qu´attendez-vous comme réaction dans la salle ? « Public partisan », ce qualificatif disparaît dès qu´il s´agit de Fayulu et autres. Et Nono n´y échappe pas (voir ci-dessous son traitement avec ménagements.
      – « Plus d’une fois il [Félix] a attaqué quasi gratuitement ses adversaires politiques… comme leur reprochant de lui en vouloir passionnellement voire tribalement. « Bandoki »… »
      Si vous pouvez citer ces adversaires politiques qu´il a ainsi attaqués, vous gagnerez en pertinence. Ndoki, pour Félix, c´est le Congolais qui souhaite le malheur du Congo et s´active pour cela. Il ne s´agit pas d´un simple adversaire politique, comme vous le falsifiez par manque de rigueur dans l´interprétation. Sinon, Félix aurait dit « ndoki » quand Fayulu l´insultait et traité de pantin, marionnette, placebo, etc. Comment réussit-on à se plaindre de la misère du peuple, voire à la reprocher à Félix tout en se montrant complaisant envers des Congolais qui jurent mordicus de la renforcer par la déstabilisation et la guerre aux investisseurs ? C´est entre autres pour cela que les autres parlent de haine.
      – Les « contestataires de Tshisekedi » : Ici disparaît du vocabulaire de Nono le qualificatif « partisans ». Il y a plus. NONO les présente comme de bons citoyens critiques qui ne font que manifester leur désapprobation et leur DROIT de le faire doit être reconnu par « Félix et ses partisans ». 1. Nono omet de dire que ces constestataires comme en Belgique ont violenté et blessé ceux qui « contestent leur position » et qui se rendaient paisiblement dans la salle pour écouter Félix à Paris. 2. Nono fait croire que le droit de contestation du 1er groupe est méconnu et menacé. Si déjà au Congo, on peut manifester contre Félix, a fortiori loin en Europe ? Les Pro-Félix ne tentent pas d´empêcher les pro-Fayulu, Ngbanda…de se rassembler. Il importe qu´on leur rende la réciproque. Les gens peuvent s´affronter dans des discussions rationelles. Quand un intellectuel comme Nono omet la violence physique du groupe de Boketshu, alors il faut se faire des soucis.
      – « Il est une évidence que ses voyages sont plus nombreux qu’il n’en faut et beaucoup trop coûteux » : Qu´est-ce que vous en savez surtout que vous avez renoncé à « fouiner » et à avoir des preuves ou arguments solides qui permettent de dire finalement à bon escient « il est une évidence que… »
      – « Un point autrement plus problématique : c’est cette indifférence stratégique des accrocs à sa coalition avec ‘JK’ et son FCC » : Problématique puisque non évoqué dans son discours ? Alors qu´il en a parlé avant et après, bien entendu, pas en des termes que vous aimez. Pour le reste, Kabund et autres s´en chargent. (Le font-ils bien? Pas toujours). Comme vous, j´espère aussi qu´il n´y aura pas de guerre meurtrière qui déstabiliserait le Congo.
      – « … le vrai succès de son mandat ne sera accompli que dans le temps » : Succès ou échec. Le temps nous dira. Pour cela, les bonnes critiques sont importantes.

  9. Il est révoltant, sidérant, honteux de constater que des roitelets africains – qui privent leurs populations de toute opportunité de développement, dépensent des millions d’euros pour s’offrir les services des cabinets de lobbying d’influence qui leurs ouvrent les portes des palais présidentiels occidentaux. Tout cela pour la gloire d’une photo officielle car au fond, ces visites aux anciens colons ne rapportent absolument rien pour le peuple. RIEN !
    C’est le signe évident que certains dirigeants africains, généralement des médiocres, ne sont pas encore au bout de leur catharsis de synthèse de l’esclavagisme et de la colonisation. Pour dire les choses simplement, ce sont encore et toujours des  » rois-nègres », d’éternels enfants qui s’émerveillent de partager un dîner avec un président  » blanc  ».
    Nkomi Mbuta dirait certainement :  » Kiadi ki beni kua ba ndombe ! ».

  10. « SOUS SILENCE » ?
    Quand Macron annonce une « aide militaire » sous forme de renseignement.. Felix n´a-t-il pas inclue sa propre « protection » dans cette aide?
    Croire que Felix ne prend pas au serieux la menace visible de Kabila et son gang.. lol.. Felix souhaite certainement « vivre », il n´est pas un kamikaze.. et Macron aurait dit explicitement á Felix de se « separer » de Kabila. Ce voyage en France n´est du goût de Kabila et son gang.

    1. @GHOST
      Vous avez bien noté qu’en parlant de  » sécurité  », Macron a évoqué des  » groupes terroristes  ». Je présume qu’il pensait aux rwandais de ngomino.
      Sinon, c’est juste du blabla diplomatique ou des  » carabistouilles  ». Selon son propre vocabulaire si particulier, si Voltairien.

    2. @ Ghost,
      Vos speculations seraient plausibles pour sa propre protection, rien de plus. A voir comment il se sauve (a l’etranger) chaque fois que les choses chauffent a Kin Felix est plutot un peureux en « Beton d’argile ».
      Tenez: apres sa promesse (sans suite) aux Americains en Avril de deboulonner la Voyoucratie Kabiliste, il s’est vite contredit ensuite (apres menaces) en ne voulant plus « fouiner » dans les dossiers criminels de Kabila et de ses gangsters de la bande PPRD-FCC.
      Nous doutons du serieux de Felix a secouer le Status-Quo Kabiliste !

    3. @Ghost
      On dirait qu’il n’ y a que vous dans tous les commentateurs réguliers sur ce site qui assume cette possibilité tout à fait plausible. Effectivement je crois aussi que le no5 tient à sa vie comme tout être humain et mettra en place ce qu’il lui faut pour sa survie et la survie de son mandat.
      Bismark

  11. Et ca a quand la revision du prix du passport et l entre en function d baba kyungu a la sncc? Fatshi a encore du chemin a faire.

    1. MARS 2020
      Le contrat liant la RDC avec l´entreprise Semtex qui fabrique les passeports congolais va prendre fin..
      Voyons si Felix et son ministre des AE vont continuer á accorder á la famille Kabila l´argent detourné des passeports et baisser le prix par la même occasion

  12. Cher Procongo,
    # Dois-je vraiment répondre à votre prose qui ressemble au jet d’un robot formaté ?
    Eh bien, merci de vous être efforcé d’apporter des critiques à mon commentaire sauf qu’à la lecture je regrette que soit elles brassent de l’air ne racontant pas ma réalité soit qu’elles n’ont pas vu et entendu la même réalité que moi de cette salle et de ce discours !
    # – « Public partisan », c’est bien ce que moi et beaucoup d’autres ont vu. Notez que comme je l’ai dit cela ne me dérange pas tant sauf qu’à pousser le bouchon cela interpelle surtout qu’il s’agit d’un PR et que celui-ci ne s’est pas empêché de revendiquer d’entrée de jeu que l’affluence démontrait à suffisance qu’il était le Président de tous les Congolais quelles que soient leurs sensibilités. (A propos êtes-vous au courant du circuit de l’argent qui a servi à en attirer certains ? Moi oui (sic) !)
    – Le jour où vous me lirez adresser des djalelos gratuits à Fayulu, faites-moi signe. Je déclare haut et fort n’être encarté à aucune chapelle, à aucun leader politiques. J’en suis libre de tous, mon exercice et mon devoir citoyens c’est de les juger tous à l’acte dans leur service du pays, sauf ceux que je condamne de haute trahison manifeste.
    – Je reconnaitrai toujours à chaque Congolais sa liberté d’expression et de manifestation, s’il s’en rend coupable de trouble à l’ordre public ou de quelconque délit, c’est à la justice de faire son travail. Et à fortiori s’agissant des acteurs politiques : quand on entend Tshisekedi traiter ses adversaires de « ndoki », on sait bien à qui il fait allusion et c’est plus que nauséabond et dangereux. Pour moi, « pantin, marionnette » relèvent d’un descriptif fort mais normal, audible et de bonne guerre en politique.
    Voilà quoi vous répondre à ce stade !

  13. Cher Nono,
    vous êtes bien énervé par ma réponse à votre prose, tel un jet d´un robot hyperformatisé (Vous voyez, nous pouvons tous jouer à l´étiquetage. Et c´est honteux et contradictoire pour vous qui reprochez à Félix d´étiqueter ses adversaires, alors que vous excellez vous-même dans cette pratique. L´incohérence est votre marque).
    – « Eh bien, merci de vous être efforcé d’apporter des critiques à mon commentaire » : NON, petit arrogant, c´est trop facile de réfuter vos allégations, tant elles sont trop subjectives et fragiles.
    – « « Public partisan », c’est bien ce que moi et beaucoup d’autres ont vu. » : Si vous êtes un intellectuel sérieux, vous comprendrez que cela n´est pas un argument. Pourquoi vous référez-vous aux propos des autres plutôt qu´au TEXTE (les paroles de Félix) en tant que lieu où on doit examiner toute interprétation. Vous pouvez chercher d´autres personnes jusqu´à constituer un groupe de 100 personnes; mais vous ne serez pas moins des FALSIFICATEURS, voire des érgoteurs malhonnêtes. Démontrez sur base du têxte même !!!
    – « A propos êtes-vous au courant du circuit de l’argent qui a servi à en attirer certains ? » : Wow, ça vire maintenant aux bilobela du marché. Monsieur, j´attends des arguments, des preuves. Respectez-vous. Vous multipliez des phrases sans dire quelque chose de pertinent, sans faire la moindre démonstration.
    – Félix a droit de relever ce qu´une telle affluence signifiait à moins que vous soyez sourds aux injures et critiques qui lui sont adressées. Revendiquer l´affluence n´est pas un problème quand les autres le font, mais ngambo quand c´est Félix. Faux débat ! « Public partisan », vous n´en parlez pas quand il s´agit des autres. Encore un faux débat !
    – « Le jour où vous me lirez adresser des djalelos gratuits … » : HORS-SUJET. Vous avez l´art d´évoquer des points inutiles au débat. Épargnez-nous cette insipide auto-glorification et ouvrez vos yeux pour voir ce que votre fanatisme vous empêche de voir : Les actes d´agression des anti-Fatshi contre les pro-Fatshi à Paris. Vous vous arrangez de manière éhontée à parler de ces inciviques comme de simples opposants à Félix et des pro-Félix comme des « partisans ».
    – « Haute trahison » : Demande à Fayulu. Il sait comment on la conçoit, l´exécute et la justifie (« Le vote de Genève était un vote stratégique »). Et ce n´est pas son ex-allié Ngbanda – encore sous le coup de l´émotion – qui me contredira.
    – « Je reconnaitrai toujours à chaque Congolais sa liberté d’expression et de manifestation, s’il s’en rend coupable … c’est à la justice de faire son travail. » : PAROLES D´UN INTELLECTUEL MALHONNÊTE. Qui ne sait pas que la Justice doit faire son travail ?D´un intellectuel on attend la condamnation de l´agression, voire l´expression de l´indignation. Puisque vous devenez aveugles et muets face à certains faits criants, les autres se chargent de le faire et se proposent même de chanter davantage dans la salle. Vous n´avez aucune leçon à leur faire, étant vous-mêmes foncièrement PARTISAN.
    – « … quand on entend Tshisekedi traiter ses adversaires de « ndoki », on sait bien à qui il fait allusion… » : C´est bien à la fin que vous évoquez un des points majeurs sur lesquels il aurait fallu argumenter. Comme vous aimez les ‘hors-sujets’ ! À Paris, Félix a été précis et explicite quand il a parlé de « NDOKI » (Je vous y ai déjà aidé dans mon post précédent). C´est nauséabond, MALHONNÊTE et dangereux de faire croire qu´il qualifie ainsi tous ses adversaires. NONO, PROCHAINEMENT INTERPRÉTEZ à partir du TEXTE et non de VOS DÉSIRS ET DE CEUX DE VOS PARTENAIRES DANS LES RACONTARS. Les bilobela sont elengi, mais pas dignes d´un prétendu intellectuel.

Comments are closed.