Parlement: Le FCC/PPRD prépare-t-il un « coup » contre Fatshi?

« Majoritaire » dans les deux chambres du Parlement, la mouvance kabiliste Fcc/Pprd s’apprête à réunir les députés et les sénateurs en Congrès. Il n’y a rien à fouetter un chat. La démarche paraît conforme à l’article 119-2 de la Constitution.

Là où le bât blesse est que les « congressistes » auront à l’ordre du jour la « légitimation » de « l’état d’urgence de fait » (dixit Thambwe Mwamba) proclamé le 24 mars par le chef de l’Etat. Vous avez bien entendu, selon le président du sénat l’état d’urgence décrété par le président Felix Tshisekedi est entaché d’inconstitutionnalité.

Lors de ce Congrès, les parlementaires auront, selon lui, à « autoriser » à posteriori cette proclamation présidentielle. Cette session spéciale du Parlement sera également l’occasion de « légiférer » sur le concept « état d’urgence ».

Alexis Tambwe Mwamba

Sans accuser expressément leur « allié » et néanmoins premier magistrat du pays d’avoir « violé intentionnellement » la Loi fondamentale, le président du sénat et sa collègue de l’Assemblée nationales se disent décidés à revenir « à l’ordre institutionnel ».

Les spectateurs et les internautes ont pourtant frais en mémoire la toute dernière réunion « interinstitutionnelle » présidée par « Felix » suivie de l’annonce de son « oracle« . « Masqués« , le Président de la République, les deux Présidents des chambres et le Premier ministre étaient là! Ils étaient en « concertation » conformément à l’article 85 de la Constitution.

Thambwe n’en démord pas: le 24 mars, le chef de l’Etat a proclamé un « état d’urgence de fait ». Ce qui justifie, selon lui, la tenue du Congrès envisagé.

Interrogé sur la date de démarrage de cette réunion, le président de la chambre haute du Parlement est resté flou. Ambigu. Il dit attendre que le gouvernement achève la désinfection du Palais du peuple. Vous avez dit état d’urgence?

La sortie médiatique de Thambwe Mwamba intervient au moment où se déroule l’instruction très médiatisée des cas de malversations présumées reprochées à Vital Kamerhe. Outre le directeur du cabinet présidentiel, plusieurs mandataires publics nommés sous la présidence de « Joseph Kabila » sont sous les verrous à la prison centrale de Makala.

Des observateurs avaient noté une certaine nervosité au sein du « clan kabiliste« . Ils s’attendaient à ce que le FCC/PPRD sorte du bois pour manifester le mal qu’il pense de l’embastillement du directeur général de Foner (Fond national d’entretien routier). Le Foner qui passe pour une de ces pompes à fric pour l’ex-président « Kabila« . Le DG de l’OVD (Office de voirie et drainage) se trouve également à Makala.

Dimanche 12 avril, un homme a créé l’événement. Son nom: Boniface Kabisa. Profession: professeur de criminologie. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, « Bony« , comme l’appellent ses amis et proches, accuse les « parlementaires » FCC/PPRD d’ourdir une conspiration dont la finalité serait la destitution du président Felix Tshisekedi.

Boniface Kabisa

A en croire le criminologue Kabisa, la grande majorité des « honorables » auraient des « dossiers judiciaires » pendants.

Kabisa est tout sauf un plaisantin. L’homme a fait partie de l’équipe des enquêteurs qui entouraient le l’ancien conseiller spécial chargé de la lutte contre la Corruption, le blanchiment et le terrorisme, Luzolo Bambi Lessa.

Quinze mois après la passation de pouvoir dite « pacifique » entre « Joseph Kabila » et Felix Tshisekedi Tshilombo, le fossé ne cesse de s’élargir entre ces coalisés assez particuliers. Des coalisés qui ont conclu un « mariage de raison » plus pour assouvir la soif du pouvoir pour le pouvoir que de faire triompher des valeurs partagées.

Près de trois semaines après la proclamation de « l’état d’urgence sanitaire » par le chef de l’Etat, le président du sénat assure que lui et sa collègue de l’Assemblée nationale ont été « surpris » par cette annonce « pas conforme » à l’article 119 de la Constitution qui indique dans son alinéa 2 que les deux chambres doivent se réunir pour « autoriser » la proclamation de l’Etat d’urgence.

Dans son élément vidéo, le criminologue Kabisa assure posséder non pas des informations mais des « renseignements » – autrement dit des informations analysées et recoupées – qui attestent que les parlementaires étiquetés FCC/PPRD préparent un « coup » contre Fatshi. L’opposant Franck Diongo estime que Thambwe « défie l’autorité du chef de l’Etat ».

A l’analyse, c’est le Congo-Kinshasa et les Congolais qui sont les grands perdants de ce petit jeu médiocre.

Qu’en dit le président Fatshi de cette énième bravade de la part de ses « alliés »? Des alliés qui ne ratent guère l’occasion de l’humilier en lui rappelant, par procuration, qu’il leur doit tout. Et que sans eux, il ne serait pas à la tête du pays. Va-t-il courber l’échine ou croiser le fer?

 

Baudouin Amba Wetshi

11 thoughts on “Parlement: Le FCC/PPRD prépare-t-il un « coup » contre Fatshi?

  1. Thambwe Mwamba, un jouisseur ex- Mobutiste qu’attend un loud dossier criminel lors de ses aventures sanglantes au RCD Goma, et dont l’arrogance n’a d’egale que son vagabondage politique, n’offre aucune reference aux Congolais en matiere d’interpretation et respect de la Constitution, et surtout pas en bonne gouvernance.
    Le Congres bidon qu’il reclamme n’est qu’un Cheval de Troie de chantage pour obliger FATshi de ne pas encourager la Justice d’aller fouiner dans de dossiers des detournements de la bande PPRD- FCC.

    1. Muzungu@
      Tambwe Mwamba qui possede un cabinet d´avocat á Bruxelles a été devant la justice Belge plusieures fois.. sans effet..’
      Vous parlez si bien des detournements quand Felix a sur le bras le « Kamerhe gate » ? Ne trouvez-vous pas que Felix est impliqué dans ces detournements de son projet de « 100 jours »? kie kie

  2. Ce Congrès-là est nul et sans objet. En effet, à en croire la philosophie de la Constitution en vigueur, mal ficelée, la convocation d’un tel Congrès ex post relève d’un juridisme de mauvais aloi d’autant qu’elle vise clairement à saborder l’institution « Présidence de la République ». Pire encore, son timing et l’ordre du jour sont de plus confus et inconstitutionnels. Certes, l’on se souviendra effectivement que, le chef de l’État avait pris, à la fois, la précaution constitutionnelle, d’une part, de réunir les présidents des deux Chambres, en vadrouille parlementaire, et, de l’autre part, de convoquer le Conseil des ministres, et ce, bien avant de décréter, à juste titre, l’état d’urgence sanitaire ! En clair, de facto et de jure, l’état d’urgence court effectivement depuis le 24 mars. Et, la population précarisée s’y accommode très dignement. Si, a contrario, Congrès il y a, il ne devra porter que sur un seul point à l’ordre du jour, à savoir : la prolongation ou non de cet état d’urgence sanitaire. Comment, dès lors, justifier l’actuelle sortie médiatique outrageante du président du Sénat ? Une telle rebuffade est pernicieuse d’autant qu’elle frise le crime de lèse majesté. Bref, ça sent le roussi. Ce Congrès est donc inconstitutionnel, nul et sans objet. Il ne doit pas se tenir. La médiocrité, quand tu nous tiens !

  3. J’ai toujours été effrayé par la pratique du droit chez nous et les interprétations qui sont faites. Je ne suis pas juriste, mais en parcourant notre constitution, j’ai compris qu’il faut lire les articles les uns après les autres et de façon cohérente. Comme disent les juristes: sans préjudice des autres artistes……en écoutant Tambwe Alexis Mwamba, je me suis posé la question de savoir pourquoi il n’a pas évoqué l’article 85 dans son intervention à Top Congo. On aimerait savoir aussi ce que Tshisekedi leur avait dit lors de leur rencontre ? Tambwe Mwamba est un vieux politicien sans cœur blanchis sous les harnais, cynique, qui pratique la transhumance comme on va à l’église. Donc en sa qualité du successeur constitutionnel du Felix, il brouille les cartes pour masquer sa volonté de sortir du bois pour montrer à Tshisekedi qui fait souvent preuve de naïveté qu’il existe et qu’il faut compter avec lui. Je me garderais de tomber dans les élucubrations de soi-disant deal entre Tshisekedi et Kabila sans en avoir le début de preuve. Pour le reste, la politique est un monde où il n y a pas d’état d’âme, Mwamba est dans son rôle, c’est à Tshisekedi de faire attention s’il veut survivre surtout pour l’intérêt du pays, car, sa personne importe peu.

  4. Le devoir d’ingratitude qu’accomplit Félix Tshisekedi rend insomniaque le Front Congolais des Corrompus (FCC) et leur autorité plus qu’immorale. Ce qu’on oublie dans le camp de ces corrompus, c’est que le peuple soutient ce devoir d’ingratitude et regrette qu’il s’accomplisse lentement. Les corrompus peuvent destituer le président de la République. Mais ce denier restera en poste puisque telle est la volonté du peuple et des puissances qui ont toujours pesé dans la politique congolaise. Par ailleurs, Tshisekedi peut bien prendre les corrompus à leur propre piège, en enregistrant à l’avance un discours de dissolution des deux chambres qui serait diffusé aussitôt que celles-ci donneraient des signes qu’elles avancent vers sa destitution. Covid-19 ou pas, le peuple doit être prêt à descendre dans la rue pour dire NON à la bande maffieuse de Joseph Kabila, cet objet politique non identifié catapulté au sommet de notre Etat pour le plus grand malheur de notre peuple.

    1. Mbuta Mayoyo
      Un peu de bon sens.. la personne qui souffre de la peur c´est Felix,, quand vous parlez si bien de la corruption du FCC, les congolais sont entrain de suivre le sejour de Kamerhe á Makala.
      Le « peuple » qui souffre des effets du programme des 100 jours.. vont trouver étrange vos propos,, Vous trouvez que c´est la volonté du peuple et des puissances étrangères.. qui est á l´orgine du « Kamerhe gate » ?
      Rien que pour les detournements des millions des 100 jours.. Felix peut se retrouver devant la justice si le FCC souhaite faire son EXIT.
      Toutes ces années en Occident devraient nous aider á comprendre que Felix n´est pas le descendant du Roi Léopold 2.. il n´ya pas si longtemps que Trump était devant la justice… Pourquoi le FCC ne peut pas amener Felix devant la justice dans ce « Kamerhe gate »?

  5. Si vous demandez un avis à 100 juristes sur un sujet donné, vous aurez probablement 100 avis différents. Seuls les génies font des études de droit.
    Les juristes de la présidence, sortis de l’IEC de Bruxelles et ceux du sénat, sortis des universités obscures de Bujumbura devraient se mettre autour d’une bouteille de Champagne pour trouver le moyen de contraindre Kamerhe de restituer à la caisse de l’Etat la part du magot que la Princesse Amida n’a pas encore dilapidé en bijoux. Cet argent servirait à renflouer les fonds pour lutter contre le Covid-19. Très sérieusement, ces gens savent-ils que nous faisons face à une pandémie qui a mis le monde entier en arrêt ?
    Messeigneurs, soyez sérieux. Il n’est pas interdit aux médiocres d’être sérieux. Tonton coronavirus ne respecte rien. Même pas les portes dorées de vos résidences. Il entre partout. Il peut vous toucher tous. Alors pensez à vous, avant tout, comme à votre habitude et pensez à ce peuple qui vous permet de vous prendre pour des hommes d’Etat alors qu’en réalité, vous n’êtes que des minables. Et si vous tenez absolument à nous proposer une distraction parce que le confinement peut rendre dingue, alors resservez-nous les fesses de Ma Mimi. Au moins avec ça, on peut se rincer l’oeil. Contrairement à vos algarades teintées d’un juridisme constitutionnel insipide, incongru, inutile et inapproprié.
    Ba tata, ba mama, soyez sérieux S.V.P !

  6. # Le minimum que je maîtrise du droit constitutionnel, ce que je connais de notre Constitution et ce que j’ai suivi des récents événements me conduisent à dire qu’il y’a une surenchère d’interprétations, de proclamations et une precipitation suspecte autour de ce fameux Congrès que les Presidents du Sénat et de l’AN veulent pour tout de suite.
    # Le moins qu’on puisse en dire est qu’il y’a aucune urgence et impératif à statuer au Congrès sur l’l’état d’urgence (sanitaire) proclamé par le Chef d’État sauf peut-etre lorsqu’il sera question de le prolonger. Quant au reproche qu’on ferait à ce dernier d’une violation caractérisée de la loi, il semblerait qu’elle est quelque peu opportuniste. Non seulement le PR à discuté avec les deux présidents du parlement avant sa proclamation de l’état d’urgence mais il est de coutume dans ce cas et je crois explicité dans la Constitution que l’aval parlementaire soit rétrospectif. Enfin Tambwe et Mabunda semblent oublier le mobile de cet état d’urgence qui est la pandémie dont une de mesures pour lutter contre est l’interdiction de rassemblements de plus de 20 personnes. Veulent-ils gaspiller de l’argent pendant qu’ en a plus que besoin en convoquant un coûteux Congrès numérique ?
    # En conclusion même si je doute beaucoup que ces derniers manigancent de destituer le président lors de ce Congrès, ça serait très peu credible pour eux. Mais c’est vrai ils ne manquent ni de ruse ni de plan pour accumuler des preuves qui temoigeraient au besoin que le President qui est pourtant leur allié officiel, n’est pas exempt de reproches dans son exercice à la tête du pays.
    Sinon il est clair que ce Congrès n’a aucun impératif de se tenir illico presto, il est même conseillé de trouver des accommodements temporaires pour éviter des dépenses de trop ; les aspirants conspirateurs du FCC feraient mieux d’aller voir ailleurs.

    1. Nono@ Relisez attentivement l´article 144.. c´est lié, dès que le président de la République declare l´état d´urgence, les deux chambres du Parlement doivent se reunir de « plein pouvoir ».. qui dit deux chambres,.. kie kie cela signifie « congrès »..
      Entre nous, même sans connaissance juridique.. comment Felix peut financer l´état d´urgence sans une « loi » du parlement qui est l´autorité budgetaire ? … kie kie
      Nono la « loi » d´un présidence même en cas d´état d´urgence ne peut interdire les activités du Parlement… Felix ne peut pas « interdire plus de 20 parlementaires » de travailler au siège du Parlement.. kie kie
      To wumeli pe na mikili, nous n´apprenons rien ? En France ou aux USA, les Parlements continuent de sièger..
      Le jour où le FCC souhaiterait faire l´EXIT de Felix, ils vont tout simplement porter plainte.. contre lui pour son faux diplôme des études superieures y compris les detournements de « 100 jours »..

  7. Pour une fois, ce politichien au nom de Tambwe Mwamba Alexis n’a pas tort! Je note aussi qu’il y a contradiction entre l’article 85 et l’article 119. Pour eviter la contradiction, l’article 85 aurait du faire mention aussi de l’article 119 et non seulement 144 et 145. Ou alors, pour eviter cette contradiction et eventuellement une inconstitutionnalite de la proclamation de l’Etat d’urgence, l’article 119 aurait plutot fait allusion a l’alinea 2 a l’autorisation pour la « prorogation » et non pour la « proclamation » de l’Etat d’urgence! Donc, il fallait suivre deux procedures: la premiere, pour la proclammation de l’Etat d’urgence; et la deuxieme, pour les ordonnances deliberees en conseil de ministres pour des mesures appropriees afin de s’assurer qu’elles sont conformes a la loi.
    Rien ne justifie la decision de la Cour constitutionnelle!

  8. www.lepotentiel.cd
    On trouve une étude très intelligente sur le site du journal Le Potentiel
    Un juriste congolais nous aide á elargir nos connaissances sur la constitution.

Comments are closed.