Peur sur la ville de Lubumbashi: « Gédéon », suspect n°1

L’absence d’un gouvernement de plein exercice au niveau national mais aussi provincial fait régner un sentiment de « vide du pouvoir ». Les criminels de tout bord profitent de cette ambiance de flottement pour imposer leur « loi ». A Lubumbashi, on assiste à une vague de banditisme sous forme de vol et de viols. Face à l’inertie des pouvoirs publics, la population recourt à la « justice populaire ». Le nouveau chef de l’Etat joue sa crédibilité. Dans le Haut Katanga, des doigts accusateurs sont pointés en direction de l’ex-chef milicien Kyungu Mutanga, alias « Gédéon ». Condamné à mort en mars 2009 pour « crimes contre l’humanité », Ce dernier s’est évadé le 7 septembre 2011 de la prison de « haute sécurité » de Kasapa avant de faire reddition en compagnie d’une centaine de miliciens. Et ce sous la protection de « Joseph Kabila ». Ces combattants auraient été déversés dans la police nationale sans encadrement ni solde…

« Peur sur la ville ». Il ne s’agit pas du titre d’un film policier. Mais bien d’une psychose collective qui règne actuellement tant dans les quartiers périphériques que dans les communes urbaines du chef-lieu de la province du Haut-Katanga.

Selon des sources concordantes, depuis plusieurs semaines, des « bandits » – des plaisantins? – dotés d’un cynique sens de l’humour avisent leurs prochaines victimes de leur « visite domiciliaire ». Une visite qui a lieu généralement la nuit. Au programme: vol et viols. « Tukunakuya na makari sana kwasababu Kenya, Kamalondo, Kapemba », peut-on lire dans un message écrit non signé dont l’authenticité reste sujet à caution. L’expéditeur d’ajouter plus loin: « Kutoka 5 ans à 100 ans kuwa mama niku violer bila huruma ku wa baba nikuhuwa na masasi ku kitshua ».

UN CERTAIN « FLOTTEMENT« 

D’après ces mêmes sources, un certain « flottement » règne au sommet de l’Etat du fait notamment de l’absence d’un gouvernement de plein exercice. La nature ayant en horreur le vide, des « associations de malfaiteurs » commencent à émerger dans certains coins du pays. C’est le cas entre autres de la ville de Lubumbashi. « Les victimes sont invitées par lettre anonyme à payer une somme d’argent, à défaut c’est l’attaque nocturne », confie une d’elles. « A l’image du sommet de l’Etat, il y a comme un vide du pouvoir dans les provinces. Tous les gouverneurs sortants sont en campagne pour se succéder à eux-mêmes », ajoute notre interlocutrice.

Des activistes de la société civile joints au téléphone abondent dans le même sens: « La ville de Lubumbashi n’est plus administrée. On cherche en vain les agents publics chargés du maintien de l’ordre et de la sécurité des personnes et des biens. Ce vide fait qu’une certaine population se croit désormais en droit de recourir à la justice populaire ».

Selon un activiste politique lushois, tous les yeux se tournent vers l’ex-chef milicien Kyungu Mutanga, alias « Gédéon ». L’homme d’expliquer: « Lors de sa reddition en octobre 2016, Gédéon était accompagné de 100 combattants.
Depuis lors, le chef milicien est logé dans une villa mise à sa disposition par Joseph Kabila, alors chef de l’Etat. Ses hommes, eux, doivent se débrouiller ».

A en croire cet activiste, les 100 miliciens auraient été mis à la disposition de la police où ils devaient servir comme « supplétifs ». Seulement voilà, après avoir équipé ces individus – à la mine patibulaire – en armes et munitions, les autorités administratives auraient « oublié » de les encadrer et surtout de leur accorder de mécaniser leur solde.

Lambert Mende Omalanga, ancien porte-parole du Gouvernement

Après la reddition du fameux « Gédéon » en 2016, la Mission onusienne a demandé en vain son arrestation et sa remise à la disposition de la justice. « Joseph Kabila a toujours fait la sourde oreille », fait remarquer un défenseur des droits humains. « S’il y a une justice au Congo-Kinshasa, elle n’est pas gérée par les Nations Unies », déclarait à l’époque l’ancien ministre de la Communication et des médias, Lambert Mende Omalanga avec sa morgue légendaire. Il reste que Gédéon n’est guère bénéficiaire de grâce présidentielle. Encore moins d’une mesure d’amnistie. 

QUI EST « GÉDÉON » KYUNGU MUTANGA?

Le 17 mai 1997, Laurent Désiré Kabila est porté à la tête de l’Etat qui s’appelait encore Zaïre. Une année après, le nouveau chef de l’Etat décrète la rupture de la « coopération militaire » avec ses ex-parrains ougandais et rwandais. Une nouvelle « rébellion congolaise » voit le jour au début du mois d’août 1998 à… Kigali. Son nom: RCD (Rassemblement congolais pour la démocratie).

Face à la menace qui planait sur la ville de Lubumbashi, le Mzee décide de mettre sur pied, en 1999, une milice dénommée « Forces d’autodéfense populaires » (FAP). Des armes et munitions sont distribuées aux « recrues » issues essentiellement des jeunes oisifs. Quatre hommes vont y jouer un rôle de premier plan. Il s’agit de: « Joseph Kabila », John Numbi Banza Tambo et un certain révérend Daniel Mulunda Ngoy. Le quatrième n’est autre que « Gédéon ».

En juillet 1999, les belligérants en l’occurrence le gouvernement de Kinshasa, le MLC et le RCD-Goma signent à Lusaka, en Zambie, un Accord de cessez-le-feu. En janvier 2001, le Mzee LD Kabila meurt dans des circonstances non élucidées à ce jour.

Que faire des miliciens qui forment les « FAP »? Livrés à eux-mêmes, ceux-ci finissent par « travailler » pour leur « propre compte ». Et ce en semant la terreur, de 2003 à 2006, sur le « triangle » Mitwaba-Pweto-Manono.

Sur insistance de la Mission onusienne au Congo, sieur Kyungu Mutanga est appréhendé au mois de mai 2006. Les observateurs étaient surpris de constater le traitement privilégié qui lui était réservé. Au lieu d’être embastillé à la prison de Kasapa, l’ex-chef milicien est placé en « résidence surveillée » dans le mess des officiers. Il est nourri et blanchi par la Présidence de la République via le gouverneur du Katanga d’alors, Kisula Ngoy.

ORDONNER L’ARRESTATION DE « GÉDÉON »

En mars 2009, Kyungu Mutanga est jugé et condamné à mort par le tribunal militaire de la garnison du Haut Katanga à Likasi. Le 7 septembre 2011, soit deux mois avant l’élection présidentielle, « Gédéon » décide « de se faire la belle ». Il s’évade en plein jour de la prison de « haute sécurité » de Kasapa grâce au concours d’un groupe d’individus cagoulés et armés présentés comme étant des « Maï Maï ».

Comme pour préparer l’opinion à la reddition imminente de l’ex-chef milicien, le général Jean-Claude Kifwa, commandant de la deuxième zone de défense fait une étrange sortie médiatique début décembre 2014. Il invita ce repris de justice à « déposer les armes » et « à se rendre ». Le 11 octobre 2016, ce dernier se rend aux autorités. L’homme est vêtu d’un tee shirt assorti de l’effigie de « Kabila » et du slogan « Kabila shikata ». Mot de la langue Kiluba qui pourrait se traduire par « Kabila à jamais ».

Selon un juriste lushois qui a requis l’anonymat, « on assiste à une frustration collective face à un Etat faible du fait d’un gouvernement en affaires courantes dont les membres n’ont plus le cœur à l’ouvrage ». Pour lui, la justice congolaise n’inspire plus confiance. Pire, « le climat d’insécurité qui règne tant à Lubumbashi qu’à Goma et ailleurs pourrait déteindre sur la crédibilité du président Felix Tshisekedi Tshilombo ». L’insécurité déplorée serait-elle montée de toutes pièces? 

Que faire? « Le président Tshisekedi doit ordonner au procureur général près la Cour de cassation de procéder à l’arrestation de Kyungu Mutanga. C’est le message fort qu’il doit adresser à ceux qui tirent les ficelles dans l’ombre… », conclut-il.

 

Baudouin Amba Wetshi

28 thoughts on “Peur sur la ville de Lubumbashi: « Gédéon », suspect n°1

  1. DES « CRIMINELS DE TOUS BORDS » PROFITANT DU VIDE AU SOMMET..
    PARDONNEZ-NOUS DE PENSER SURTOUT A LA BANDE DE GRANDS MALFAITEURS PPRD-MP-FCC ET LEUR PETITE-AUTORITE IMMORALE

  2. Chers Compatriotes,
    Le Congo n’a pas de gouvernement depuis combien de temps ? La Belgique a connu un vide de plus de temps, et actuellement, elle est dans la même situation. Mais l’on n’entend pas que les Criminels créent l’insécurité. Ne parlons pas de terroristes ou des règlements des comptes… Gédéon n’est pas un phénomène créé par l’absence du gouvernement. Allons mes compatriotes, ouvrons les yeux ailleurs et soyons sincères et honnêtes envers nous-mêmes alors tout ira pour le mieux. Que Dieu nous vienne en aide.

    1. @elili.
      On ne peut pas comparer la Belgique et le Congo-Belge. On ne compare pas le jour et la nuit. Le jour commence quand la nuit s’arrête. Et la nuit commence quand le jour s’arrête.
      Pendant que FATSHI se pavane à l’étranger,et se prélasse dans les Hotels de luxe,l’insécurité bat son plein au pays. A tel point que faute de gouvernement,à Lubumbashi spécialement,le peuple applique la justice populaire.Les tueries et les enlèvements continuent au Nord-Kivu. A Kinshasa même,un taximan a été abattu a bout portant.
      Le nouveau pouvoir a gardé un silence assourdissant,comme le précédent.
      Je crains que l’Etat de droit dont nous a rabâchés les oreilles pendant 38 ans et qui peine à se manifester depuis un peu plus de 2 mois,soit une chimère. J’espère me tromper.

    2. @Elili
      1° On ne peut comparer une démocratie confirmée et un État organisé comme la Belgique à un pays habitué à naviguer à vue comme le Congo.
      2° Prenez la peine de bien vous informer : il semble que l’absence d’un gouvernement national et des exécutifs provinciaux a créé un vide certain dans la conduite du pays, un vide dont bandits et autres politiciens apprentis sorciers profitent pour imposer leurs lois. Même la Cheffe de la Monusco s’en est inquiétée ouvertement.

  3. Dès que le nouveau Raïs rentre de la colo, il va neutraliser tous ces voyous. Ne craignez rien. Le Raïs nommé veille au grain…

  4. L’impunité garantie par la justice inexistante au Kongo au corrupteur imposteur alias Kabila et au corrompu Félix Antoine Tshisekedi aka Tshikombo-Pétain nommé; permet aux petits et grands malfrats impunis de semer la zizanie, la terreur, la désolation, la peur au sein de la population Kongolaise abandonnée à elle-même…
    C’est la démocratie des fosses communes ! Aucun pays dit démocratique peut tolérer avoir un repris de justice du genre Gédéon Kyungu Mutanga en liberté après s’être évadé plusieurs fois de la prison. C’est hallucinant !
    Le slogan « Bokomesana » prononcé par Tshilombo-Pétain himself au pays de l’Oncle Sam rentre diaboliquement dans les têtes des Kongolais envoûtés, ensorcelés qui dorment encore Mpongi ya ba bébés. Sans un miracle Divin comme le 04 Janvier 1959, les Nomades Occupants Tutsi Nilotiques Rwando-Burundo-Ougandais s’y sédentariseront au Kongo définitivement comme ils l’ont fait ailleurs… Sic
    Nous (Kongolais) avons à faire au sommet de l’État failli de la RDC (Rép Démocrature du Congo-Kinshasa) à des individus extrêmement dangereux, malades mentaux, enivrés par le pouvoir pour le pouvoir…
    À l’instar de Donald Trump aux USA (une vieille démocratie), le traître collabo Tshilombo-Pétain doit être soumis au « Test cognitif et QI (Quotient Intellectuel) de la courbe de Gauss » car ses agissements,attitudes et postures prouvent qu’il a des fréquents troubles cognitifs. C’est un grand danger permanent pour les 80 millions des Kongolais… « Un politicien pense à la prochaine élection. L’homme d’Etat, à la prochaine génération. » James Freeman Clarke
    Vive la Résistance Kongolaise ! Vive le soulèvement populaire éboulement final pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par les Tutsi Power. Ingeta

  5. Combattant Resistant de L’ombre Bonjour , je t’exhorte a joindre la communaute Rwandaise a commemorer le 25 eme annee du Genocide commis contre la communaute Tutsi , puisque ta haine ne te servira a rien , tu perds ton temps mon ami, je te rappelle que les genocidaires se cachent toujours dans les forets de RDC , pour le reste le chien aboie la caravanne passe , bientot Le congo air ways , va commcencer a atterir sur l ‘aeroport de kigali et vice versa , tes pensees remontent de la periode du 17eme siecle alors que nous sommes au 21eme siecle.

  6. @Mopare de la Communauté Tutsi Nilotique du Site CIC,
    Vous nous tutoyez en plus, jusque ce matin nous (Combattant Résistant de l’Ombre) n’avons pas toujours un même aïeul que vous, vous nous prenez pour vos esclaves pantins, catins, marionnettes Tshilombo-Pétain, Kabund-Degrelle, Kazadi-Dumoulin ou Kabuya-Papon. Quel culot ! Quelle condescendance ! Vous êtes tapis dans les locaux de l’ANR-Kigali ou dans la suite luxueuse du faux Raïs Wetu de Kabeya Kamuanga à Dubaï entrain de semer le trouble dans des sites Kongolais en vain…
    Pour votre gouverne « la haine » n’est pas inscrite dans l’ADN des vrais Kongolais issus des 450 tribus Bantoues-Pygmées du Kongo d’avant 1885… Notre pays n’est pas un « no mans land » ouvert aux Tutsi Nilotiques, aux Mbororo, aux Blancs Aryens Indo-européens impérialistes pour que les Nomades Occupants viennent paître leurs troupeaux vaches Watusi jusque dans le Bandundu en pleine ère du Verseau…
    Nous préférons aller en Papouasie pour voir les descendants du vrai Esaü noir le frère du vrai Jacob noir qu’aller nous morfondre dans un pays (Rwanda) maudit qui se développe sans gêne avec les minerais détournés de son voisin Kongo de Kimpa Vita, Kimbangu, Lumumba, Mulele grâce à la ruse « Ubuenge » de se victimiser alors que ce sont ces mêmes Tutsi Nilotiques qui ont tué les leurs afin d’accéder au pouvoir au Rwanda… PFFF… BON DEBARRAS…

    1. @Combatant resistant de l ombre
      . Le Rwanda n est pas maudit. Il est béni.Il ne se developpe pas gráce aux ressources du Congo comme tu le dis..il se developpe parce qu il a un leader qui travaille pour son peuple et qui a la volonté de travailler pour son pays. Le Congo avec son nouveau leader tatu Fatshi tout va rentrer en ordre. il a la volonté de travailler. ce n est qu une question de temps.

  7. Meme tes ecrits n’ont rien a avoir avec le sujet dont il est question , tu saute immediatement de coq a l’ane en t’acharnant sur la communaute innocente , qui doit sa survie au Dieu.Nous avons entame la phase du development , enterrer ton aversion ,Souvenez vous que , parmi cette communaute , je suis sur , il y a tes amis de classe ou de faculte, tes beaux frere, tes compatriotes de plein droit , tes anciens enseignats , ou Prof ,etc ,etc

    1. @Mopape,
      Communauté innocente vous dites ?
      Informez-vous, lisez ( Pierre Péan, Charles Onana, Patrick Mbeko, Judi rever, Hervé Cheuzeville « Rwanda 25 années de mensonge », lisez, lisez… visionnez un excellent documentaire de BBC Rwanda’s untold story… bref lors du génocide rwandais les extrémistes Tutsi du fpr ont massacré plus de hutu que l’inverse, celui qui l’affirme était un Tutsi Patrick karegeya.
      Le problème est que la fameuse CI cautionne et accepte ce mensonge. 800 mille morts ou 800 mille Tutsi ? Combien de hutu? Et le génocide congolais dans tout ça.
      Évitons de traiter des sujets importants avec légèreté !!!

      1. Encore ces idiots Muana ya Mokolo et son grand copain pretendu Combattant de l’Ombre. Peine perdue de les prendre au serieux !
        Rien que des aigris et laches se cachant en Europe et se dechainant comme leur maitre-a-penser, l’assassin Mobutiste Honore Ngbanda qu’attend d’ailleurs la justice au tournant pour ses multiples crimes.

    2. @Mopape
      Ce Monsieur se fait passer pour un Congolais mais en analysant ses écrits je me suis rendu compte que C est un hutu FDLR venu du Rwanda .
      1 Quand tu n es pas d accord avec lui il te traite de Tusi.
      2. Tout sujet sur lequel on discute, il le ramène au Rwanda et au Tusi
      3 Il nous renvoie toujours aux ouvrages écrits par les négationistes du genocide contre les Tusi comme ONANA etc..alors que beaucoup d’ auteurs présents au Rwanda lors du genocide ont écrit sur ce génocide du siècle dernier
      4. Monsieur change tellement de noms que parfois il commente seul un sujet sous plusieurs noms
      Jo BONGOS ,COMBATTANT RESISTANT A L OMBRE MWANA YA MOKOLO LOPANGO NONO etc…

      1. @Kanza
        Ne nous faites pas perdre notre temps avec votre querelle interne rwando-rwandaise, hutu vs tutsi jusqu’à vous entretuer en un horrible génocide en 1994.
        Nous avons tous compris que vous êtes un Tutsi infiltré dans notre pays et votre combat ici c’est de vous attaquer à votre congénère, Mopape qui serait selon vous un Hutu.
        En quoi cela concerne les Congolais qui ne vous demandent que de retourner dans votre pays de Mille Collines et de Mille Conflits ethniques ?
        Quant aux historiens et investigateurs que vous qualifiez de prétendus négationnistes, ils sont au contraire pour nous des observateurs responsables qui ont refusé d’écrire l’histoire arrangée que votre victoire obtenue grâce à la CI voudrait imposer au monde. Tôt ou tard la dure vérité de votre responsabilité dans le génocide de vos frères et surtout de Congolais sera pleinement dévoilée.
        Alors Oust de CIC qui est là pour défendre l’intérêt du Congo et pas celui du Rwanda de Kagame criminel, hegemoniste et expansionniste que nous combattons. L’avez-vous bien compris ?

  8. Le compatriote B.A.W ,a peint le tableau sécuritaire , tel qu’il est vécu dans la capitale cuprifère, Gédeon Kyungu. aureôlé général sans jamais vu la couleur du tableau d’une académie militaire , si ce n’est que porter les parties génitales de ses victimes comme pendatifs autour de son coup, même Seskul n’a pas primé facilement ses enfants généraux , nous les avons vus étudier à L’ EFO ,j’ai vu à Kalemie un soi disant général responsable de la force navale ,qui s’inquiètait sur sa nouvelle affectation ,selon son entendement son Job description , l’exiger à trop nager sur le lac Tanganyika.j’admire la montée du réveil de conscience de jeunes lushois toutes tribus confondues, qui se sacrifient en passant nuit à la belle étoile, ils ont déjà calciné quelques voleurs tombés dans leurs filets parmi lesquels les innocents, cette montée contre l’insécurité précaire va un jour aboutir au soulevement populaire avec des casses inéstimables, ces jeunes parlent du sabotage de la Kabilie, et pointent déjà ses biens.

  9. Chers Compatriotes,
    Je comprends nos compatriotes Kolomabele et Nono. On ne compare pas. Mais pourquoi ne peut-on pas comparer sur les mêmes paramètres ? Vers quoi tendons-nous ? C’est bien, mais expliquez-moi le cas de Docteur Salebongo. Comment la Belgique un pays que vous qualifiez de tout cela peut-elle avoir un tel cas ? Expliquez-moi les affaires publifin, expliquez-moi pourquoi Delpere …? Pourquoi le MR a été le seul parti francophone avec la NVA alors qu’il avait juré de ne pas faire coalition avec ce parti qui veut la fin de la Belgique comme Etat et Royaume ? Je reste à l’écoute et que Dieu nous vienne en aide.

    1. @Elili,
      Là vous louvoyez cher monsieur.
      Vous vouliez comparer la Belgique et RDC disant que tout fonctionne chez les Belges sans gouvernement. Nono et Kolomabele vous expliquent que cette comparaison n’est pas pertinente.
      La Belgique a une administration en plus d’avoir un gouvernement. Ils ont une vraie expérience et une culture profonde de l’administration. Ils ont administré le grand Congo sans internet, sans moyen de transport moderne et avec 10 mille fonctionnaires en établissant des cartes, une liste précises des ethnies…
      si vous n’avez plus de gouvernement en France, l’administration fiscale vous demandera toujours de payer, la préfecture vous établira les papiers…
      Bref, chez les autres, le président donne les grandes orientations de sa politique, le gouvernement propose des réformes qu’il valide, le parlement vote les lois pour matérialiser la politique du gouvernement et l’administration qui joue l’interface entre l’état et le peuple, applique les lois et les décrets.
      Chez nous, Depuis l’indépendance nous n’avons jamais mis en place une administration. Alors que les belges n’avaient aucun problème avec 6 provinces au Congo, nos médiocres politiciens en veulent 26 sans se demander si le problème était la taille des provinces ou l’absence d’administration et d’organisation.
      Un pays sans frontières sécurisées, sans carte nationale d’identité, sans administration (les mbororo se régalent) et maintenant sans gouvernement, tombe forcément plus bas que terre.
      Cherchez une vieille carte de la France avec des préfectures et sous-préfectures et admirez l’œuvre de Napoléon qui voulait que tous les français se retrouvent à moins de deux jours à cheval d’une administration.
      Contrairement à vos dires, redresser et reformer un pays, avant d’être une affaire de tout le monde, est avant tout une affaire de la minorité au pouvoir qui détient les leviers nécessaires.
      Je pourrais vous répondre sur l’affaire Salebongo mais c’est totalement hors sujet. On parle de l’existence ou pas d’une administration et non des cas déconnants (justice ou autre).

    2. @Elili
      Pas la veine de nous égarer dans des comparaisons dialectiques qui nous éloignent du problème posé.
      La question : l’insécurité en hausse à Lubumbashi, à Goma… est-elle aussi le fait de l’absence en règle des exécutifs national et provinciaux ?
      Des observateurs et pas des moindres disent oui. Si vous disposez des sources et explications contraires autres que des comparaisons peu appropriées, donnez-les-nous. C’est tout.

  10. Mwana kolo lopango et combattant dans l’ombre :Retenez ceci l’ere est au Developpement et cohabitation , les pays voisins sont condamnes a vivre ensemble pour toujours , ce n’est pas moi , je paraphrase les mots de son excellence , je dis bien son Excellence President Felix , je crois en lui , puisque ce Mr vraiment il n’est pas la pour s’enrichir no et no il a grandi dans l’opulence , il en a assez.
    il est tycoon(en anglais )

    1. @Mopape
      Je ne peux laisser passer de telles âneries. Vous voulez parler du  » Développement et cohabitation  » ? Développement de qui et cohabitation entre qui ? Oui, quiconque, même doté d’un petit cerveau comme j’imagine le votre, comprend que votre petit et pauvre pays, le rwanda se développe grâce aux fruits du pillage systématique du Congo. Celui que le gang rwandais a nommé président au Congo n’engage que sa propre traitrise. La majorité de congolais ne se reconnaissent pas en lui. La cohabitation qu’il prône avec les tueurs des congolais ne regarde que lui.
      Il aurait grandi dans  » l’opulence  » ? Kie kie kie.. on voit bien que vous ne le connaissez que du nom. A Abidjan, on dit :  » a connais pas a demander  ».
      Tenez-le pour dit: vous allez payer un jour ce que vous faites au peuple congolais.

  11. Mr ELILI
    La Belgique est un État… mieux ? Un État membre de l´UE où les règles de gestion communautaire sont strictes.
    Vous ne pouvez jamais comparer la RDC qui a cessée d´être un État depuis des années quand c´est l´ONU avec sa mission militaire qui assure la dissuasion et la Défense de la souveraineté du Congo. Un non-État selon Felix lui même quand il demande de l’aide aux USA pour en decoudre avec le système dictatorial de Kabila.. Kie kie
    GEDEON libre et logé dans un villa aux frais de l´Etat est un symbole de cette non-existence de l´Etat. Un criminel de guerre, auteur des crimes contre l´Humanité.. mais protegé par le gang de Kabila.
    La Belgique pays membre de l´OTAN et de l´UE possede une solide admnistration capable de gerer le royaume… sans un gouvernement. Tandis que la RDC, avec un « gouvernement » dirigé par l´UDPS (Tshibala) et un président de l´UDPS (Felix) va sombrer encore plus dans le non-État sans gouvernement issue de l´élection législative

  12. Chers Compatriotes,
    Nous voilà avec une affirmation: « la démocratie est un luxe pour les Congolais et ils ne sont pas encore prêts pour l’atteindre ». Alors soyons humbles et apprenons des autres, surtout que même en démocratie nous avons l’aspect humain qui nous rattrape. Vous connaissez toutes les affaires des sous et des conflits d’influence et d’intérêt en Belgique. L’insécurité, et je dois répondre à Nono, ne date pas de l’entrée d’Antoine Tshisekedi au pouvoir. Il a hérité de cette situation. Maintenant avec la majorité des provinces sous la coupe de l’autorité morale (amorale) du Raïs, nous risquons de connaître encore cette situation pour longtemps. Mais le comble est que ceux qui soutiennent le Raïs dans cette politique diabolique sont nos compatriotes. Nous devons nous soulever pour renverser la situation, si nous voulons que tout change sur certains points précis, car pour d’autres il faudra du temps. Je suis tout à fait d’accord avec tous ceux qui croient qu’en disant ma comparaison n’était pas pertinente, c’était pour vous amener à un avoeu que j’ai entendu. Alors redressons-nous. Notre destin doit nous revenir pour l’avenir de nos enfants. Les sacrifices supplémentaires sont inévitables. Que Dieu nous vienne en aide..

  13. @Elili,

    Le  » Raïs  » est le boss de votre président. Vous n’avez toujours pas compris ? Demandez donc à Kabund, qui apprend à monter à cheval dans la ferme d’Antoine Gonda devant le rwandais Ruberwa.
    Kabund ne doit pas être d’accord avec vous, en vous lisant. Vous voulez leur enlever le soupu ya ndakala de la bouche ? Ils ont goûté. Ils aiment. Ils en veulent encore. Ce sont des gens comme vous et ces pauvres parlementaires debout de Limete qui se nourrissent des illusions. Mawa !
    Que Dieu vous vienne en aide… Sinon te, bokolela na tshirwanda

    1. Ndeko Jo Bongos,
      ✓ Mine de rien, vous venez en deux mots de pointer exactement les enjeux pas toujours avouables mais réels que se disputent les membres de l’Udps dans cette fumeuse alliance FCC-CACH.
      ✓ – Au sommet, notre Tshilombo national y va tantôt en attaques tantôt en reculades contre le FCC mais toujours la main sur le cœur pour les intérêts du pays. Ne vous y trompez point néanmoins, il n’en tient pas moins à son cadeau venu du ciel, la présidence avec tous les dividendes qu’elle lui apporte.
      Le voilà alors écartelé entre coalition improbable et cohabitation pratique sans moyens véritables pour trancher.
      – Aux niveaux intermédiaires, les cadres à l’exemple de Kabund, Kazadi ou autres n’ont que faire des états d’âme de leur Chef et des accrocs venant du FCC. Ils ne peuvent lâcher la manne que leur apporte enfin l’accès à la mangeoire.
      Kabund est pour le moins l’illustration de ce pitoyable opportunisme : au tour de l’Udps d’avoir enfin sa part de gâteau
      – La base, elle, est frustrée de voir leur parti malmené par le FCC, elle dit même ne plus vouloir de ce marché de dupes. On les a ainsi vu protester vigoureusement dans la rue et même à leur permanence. Ils en veulent à leur administration qui a conclu une alliance sans demander leur avis et se montre aujourd’hui volontairement impuissante à contre-attaquer réellement les partenaires qu’ils se sont choisis. Ils auraient bien voulu s’attaquer davantage au FCC mais ils n’en ont guère les moyens.
      Pauvre base, on respecte volontiers ses revendications pour autant que celles-ci servent aussi les intérêts immédiats du sommet.
      ✓ Voilà le réel décor mais on fait tout pour nous en présenter un autre plus avouable. Il augure de toutes les difficultés qui attendent les combattants : une présidence qui leur revient mais privée des moyens pour gouverner pleinement ; comment peuvent-ils l’aider à s’émanciper fût-ce pour ne pas continuer à perdre la face devant le FCC et son autorité (im)morale ?

  14. Chers Compatriotes,
    Sur cette plateforme, nous avons l’occasion précieuse d’échanger dans le but d’aller vers un mieux. Mais un constat, la possibilité que nous avons tous de nous exprimer fait que les pédants en profitent, les frustrés aussi, ceux qui veulent seulement se faire entendre sans plus le font aussi…. Je suis étonné d’entendre la réaction de Jo Bongos qui verse dans une confusion que je saurais qualifier. Il affirme que les parlementaires debout et moi nous nous nourrissons d’illusions. Lesquelles ? Pourquoi me mêle-t-il aux parlementaires debout ? Qui sont ces parlementaires debout ? Jo Bongos a compris ? Qu’a-t-il compris qui est si élevé et que nous n’ayons pas compris ? Et que fait-il de sa compréhension de la situation ? Et où cette compréhension l’a-t-il mené ? Quelle cacophonie ! Cette attitude ne peut pas nous mener vers la libération commune de notre pays. Si Kabund apprend à monter à cheval c’est son problème, ça ne me concerne pas. Kabund aurait mieux fait d’apprendre d’abord à porter une tenue qu’il faut pour monter à cheval. Ceci est une histoire qui ne me concerne pas Jo. Je ne suis pas de l’UDPS, ni de ces parlementaires là. Si vous pensez que je n’ai pas compris la situation, cela est possible de votre point de vue. Mais sur la situation actuelle, l’importance n’est pas d’avoir une lecture monolithique, mais d’avoir plusieurs lectures qui doivent converger toutes vers la libération du Congo par les Congolais pour une gestion au profit des citoyens. Etes-vous contre ma formule magique ? Etes-vous sataniste ou de la loge ? C’est votre choix, et vous êtes libre, par conséquent je ne peux pas vous juger pour autant. Mais moi je suis croyant et ce que je fais, je le fais à ce titre. Soyons unis pour le Congo. Que Dieu nous vienne en aide.

  15. @Elili
    ✓ Kiekiekieeeeee
    Vous me faites rire !
    « Que Dieu nous vienne en aide ! »
    « Etes-vous contre ma formule magique ? Etes-vous sataniste ou de la loge ? »
    Qu’est ce donc cette réaction ? Lorsqu’on n’apprécie pas trop votre bondieuserie (mes excuses !) ou lorsque le Dieu des religions révélées est pas sa tasse de thé, on ne peut donc qu’etre q’un sataniste et/ou dans la loge ? « Sataniste, loges », qu’est-ce d’ailleurs dans votre bouche ?
    ✓ Les Congolais et les Africains en général ont une phobie et même un ostracisme irraisonné des confréries alors que tous les dimanches ils accourrent dans leurs églisettes qui ont toutes, des sectes incontrôlables.
    Savent-ils au moins que sur cette terre des hommes, les lumières qui l’ont faite avancer viennent de ce qu’on peut appeler « loges » ?
    Bon scusi, oubliez tous cette digression, c’est une blague que je ne répéterai plus et de laquelle et à laquelle je ne répondrai pas…

  16. Chers Compatriotes,
    Je suis heureux d’entendre notre compatriote rire. On dit aussi en Fançais que rira mieux qui rira le dernier. Comme je ne sais pas rire quand je vois ce qui se passe au Congo, je ne rirai pas maintenant. On ne peut pas comparer les Congolais aux Belges, on invoque le fait que ce sont les loges qui ont fait avancer le monde. Ma lecture de cette réalité du monde est différente. Les loges récupéraient les génies du monde pour pouvoir les utiliser à leur guise. A ce sujet l’étudiant des Jésuites me surprend. En fait, le Congo est en manque des gens dans des loges ? Mais où est le début du développement. Au Gabon, il existe des loges, au Congo d’en face aussi. Mais où est le début du développement. Les méchants ricanent aussi quand ils sévissent, tout comme la folie, elle commence souvent par des rires illogiques. Cher Nono, revisitez bien l’histoire de l’Europe, alors vous pourrez revoir votre copie. Revenons à ce qui est important pour nous. On veut nous faire croire que l’insécurité à Lubumbashi est conséquence de l’absence de la mise en place des gouverneurs. Diversion, le problème est là depuis bien avant l’avènement de Félix à la magistrature suprême du pays. Que nous faut-il maintenant ? Rester à ergoter en ligne lorsque les autres développent des stratégies et des tactiques hyper-intelligentes et nous mènent en bateau ? Non, nous devons agir. Certains intelligents congolais de ligne affirment que Félix a fait un pacte avec Satan, donc c’est lui qui doit prouver. Nous, il n’est pas notre candidat alors nous observons. Une attitude que je ne peux partager. La plupart d’entre nous affirment que le Congo n’est pas sur la bonne voie à cause de Kabila parce qu’il est étranger. Ce qui est étrange est que Kabila est soutenu par les Congolais. Les élections ont été trahies par Félix à cause de ses arrangements: pacte avec Kabila qui est le diable. Mais ce qui est étonnant est que ceux qui ont gagné les élections n’ont ni majorité parlementaire, ni majorité sénatoriale. Que faire ? Eh bien une révolution. La majorité qui a voté pour le président n’a qu’à initier une révolution. Et pour cela, les savants de Congindépendant.com devraient initier une action tactique et stratégique pour chasser Satan du Congo. Pour cela les Loges qui ont sauvé l’Occident peuvent être prises à contribution. N’est-ce pas l’étudiant des Jésuites ? Quant à moi, je pense que par la prière on pourrait bien le faire et surtout en partant d’une attitude de conversion profonde des coeurs. Les Congolais ne s’aiment pas et prennent toujours plaisir à faire souffrir leurs semblables et cela partout où ils sont. Le jour où les Congolais comprendront que faute de ne pas nous aimer, cessons au moins de monter des pièges pour faire du mal à nos compatriotes, alors la voie pour la paix, la reconstruction et le développement sera ouverte. Que Dieu nous vienne en aide. Si les Jésuites ont appris à certains de nos compatriotes les loges, à d’autres ils ont appris l’engagement par la foi. A chacun son choix. Nous sommes libres et respectueux des choix des autres. C’est la démocratie non ? Encore une fois, que Dieu nous vienne en aide.

Comments are closed.