Présidence de la CENI: pour les catholiques et les protestants, le processus de désignation du candidat va se poursuivre

Le Révérend pasteur Éric Nsenga, porte-parole de l’Eglise du Christ au Congo (ECC) a fait savoir que le présidium de la plateforme des confessions religieuses espère encore à la poursuite du processus de désignation du président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Ce qui explique la rencontre ce mercredi entre le président de l’Assemblée nationale et les délégations de la CENCO ainsi que de l’ECC.

L’objectif d’après M. Nsenga, est d’éviter aux candidats tout ce qui pourrait être perçu comme soupçon.

« Il y a eu suspension des travaux comme le Président, Mgr Marcel Utembi l’a dit, il était juste question de régler quelques préalables qui se sont avérées dans l’examen des candidatures. Le Président avait estimé important de suspendre pour contacter les personnes attitrées au nombre desquelles il y a le Président de l’Assemblée nationale. On n’a pas encore clôturé les travaux, éventuellement les travaux vont continuer, le temps de trouver l’issue à ces griefs pour lesquels il faut trouver un réglage au préalable. Il y a différentes instances que nous avons estimées importantes pour raison de stabilité nationale et de crédibilité du processus. Nous nous sommes dans la logique de penser que la commission électorale nationale indépendante n’est pas l’affaire des confessions religieuses, c’est la République qui nous a confié cette lourde responsabilité et c’est au nom du peuple qu’il faut faire ce travail », a expliqué à ACTUALITE.CD le porte-parole de l’ECC.

Une rencontre avec le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi n’est pas exclue.

« Vous savez que depuis le début, nous n’appelons qu’au consensus, le Chef de l’État est le garant de la nation, il est le père de la nation, et donc c’est tout à fait normal que les uns et les autres l’approchent pour trouver une issue apaisée. C’est vraiment ça la démarche du présidium de la plateforme des confessions religieuses », a-t-il dit tout en insistant sur un processus crédible.

À la question de savoir si le présidium de la plateforme va réussir sa démarche alors que six autres confessions religieuses ont désigné un candidat président de la CENI, Éric Nsenga s’est montré optimiste et espère qu’ils reviendront à la raison.

« Nous sommes unis, nous sommes des frères, serviteurs, nous ne pensons pas que ça soit vu comme une division, nous ne sommes pas sortis en train de nous battre, c’est tout à fait normal dans toute organisation. On peut avoir des points de vue divergents, ça ne fait pas de nous des ennemis, nous sommes des collègues, des pasteurs, des évêques, des hommes à respecter. Je ne pense pas que ça soit leur démarche, nous pensons que de part et d’autre nous cherchons à aller de l’avant pour trouver une solution beaucoup plus apaisée ».

Une délégation composée de la conférence épiscopale nationale du Congo et de l’église du Christ au Congo a été reçue ce mercredi par le président de l’Assemblée nationale Christophe Mboso. Ce, après la désignation par six confessions religieuses du candidat de la plateforme à la présidence de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Elles ( 6) se sont retrouvées au siège de la Commission d’intégrité et médiation électorale (CIME) sans l’Eglise Catholique et l’Eglise du Christ au Congo (ECC).

 

Clément Muamba/ACTUALITE.CD

6 Commentaires on “Présidence de la CENI: pour les catholiques et les protestants, le processus de désignation du candidat va se poursuivre

  1. Les catholiques et leurs acolytes protestants nous ont offert un spectacle digne des politiciens blanchis sous harnais. Ces messieurs à la soutane se sont conduit avec tellement de désinvolture qu’on se demande s’ils ne seraient pas des vrais politiciens déguisés. Dans leur laïus lu par l’inénarrable Chole, ils ont planté le décor; il faut une alternance en 2023, c’est à dire que l’actuel président devra faire ses valises. Par quel mécanisme ? Il faut peut être siroter un peu de vigne sacré avec eux ou lire dans la marre de café pour savoir. Ils ( les catholiques et les protestants) ont aussi décrété que le futur Président de la CNI ne doit pas avoir un Nom en consonance Luba. Le comble pour des gens qui n’ont que tolérance et amour du prochain dans la bouche. Ils poussent le cynisme jusqu’à vouloir rencontrer celui dont ils souhaitent le départ en 2023, Lucifer n’aurait pas fait mieux. Lors de son passage chez Top Congo de Lusakweno, Fayulu était clair, il faut surveiller les confessions religieuses, car, en aucun cas, il n’est pas question de leur permettre de désigner leurs représentants à la CNI. De cette menace, ils n’ont pipè mot, ils se sont contentés – dans une langue de bois bien bétonné – dont ils ont seuls le secret – ils ont affirmé qu’ils étaient sous la menace et pression de toute part. Quel maestria !!.Les catholiques et les protestants prennent leurs collègues des autres religions comme des quantités négligeables. Ils s’accrochent à la rhétorique bien rodée pour les enrouler dans la farine avec un mot ; consensus, un mot magique qui peut leur permettre d’imposer un de leurs fidèles. Ces politiciens déguisés qui n’ont pas digéré la decision de Tshidekefi de décréter la gratuité de l’enseignement d’où ils tirent l’essentiel de leurs revenus. En conclusion, que ces messieurs à la soutane aient le courage de se porter candidats à toutes iles élections pour mettre en place leur politique qui verra l’oracle passé et surtout qui fera le bonheur et la fortune de tous.

    1. Cher Elombe,
      Je me trompe sans doute mais pour moi vous avez tendance à dénaturer la vérité à votre sauce. Vous affirmez sans convaincre que les prélats catholiques se comportent avec desinvolture en politiciens déguisés qui feraient campagne contre le pouvoir en place. Je ne les défendrais pas car ils ne sont pas exempts de reproches mais les dépeindre qu’en ces termes n’est-il pas excessif ; le feriez-vous s’ils applaudissaient sans retenue le pouvoir en place qui répond, nous le savons, à vos vœux ? A la plateforme Confessions religieuses ils ont fait le choix d’un candidat autre que Kadima ; je ne vais pas fouiller dans leurs motivations mais je les suppose au moins responsables et pas simplement parce que Kadima est muluba, sans doute parce qu’ils le trouvent trop proche de Tshisekedi. D’autres Congolais trouvent aussi que c’est une raison valable. Rappelez-vous qu’il y’a peu le FMI a récuse certains administrateurs nommés à la Banque Centrale par Tshisekedi pour la même raison.

  2. BAKULUTU BALOBA « BATIAKA LOBOKO NA POCHE YA ZOBA SE MBALA MOKO. SOKI EKOMI MIBALE MISATO MINE AZALI LISUSU ZOBA TE AKOMI KIZENGI ». OYO PEUPLE YA NDENGE ALINGI LISUSU 4È ÉLECTIONS PIÈGES À CON NA 2023 MPO ALIMWA LIBELA ?… À cause des faux pasteurs des églises de sommeil Binzambi Nzambi, nous avions perdu toute notre Collection de Musique Zairoise, World Music, Variétés Françaises, Reggae, Rap, RnB, Soûl, Folk, Country, Disco… Bref une bagatelle de plus de 1000 Cd’s… Depuis que nous sommes devenus « Initié Consacré », nous avons compris la supercherie de la « Religiosité imbécilisante » et avions saisi la portée de la « Haute Connaissance Interdite du Grand Ordre des Choses Divines du Véritable Dieu Tout-Puissant et Redoutable », nous écoutons librement la musique sur YouTube et Spotify… Dernièrement nous (Combattant Résistant de l’Ombre) écoutions la célèbre chanson épique ou éponyme « BEYANGA » de Mbilia Bel et Tabu Ley, une parole sage nous a interpellé « Moto soki akoli na ezaleli banda na bomwana naye. Akoki kosilisa na mokolo moko te tika asala. Na ko swana swanisa ye pamba, ezali motindo na ye »… Les FANAKWITI des Politichiens et les KONGOLAIS de « PEUR ET MEURENT » qui ne s’indignent jamais sont des incorrigibles envoûtés, ensorcelée, manipulés, nous (Résistants Combattants) faisions partie de celles et ceux qui ont fait campagne contre les « ÉLECTIONS SOUS-OCCUPATION RWANDAISE TRUQUÉES D’AVANCE » en 2006, 2011, 2018, cette fois-ci TOLEMBI « TOBELELI BANDOKI YA KONGO MONGONGO EKUFI » pour paraphraser nos Sages Aïeux Bantous Kongolais, il est écrit « L’homme prudent voit le mal et se cache ; Les simples avancent et sont punis », nous regarderons humblement comment FAYULU-LAMUKA, MUZITO WA GIZENGA, OLIVE LEMBE YA RWANDA ou MOSES SORIANO WA ZAMBIE sera nommé (e) président protocolaire par les Occupants Banyarwanda en 2023 comme l’était TSHILOMBO-PÉTAIN en 2018 car « LE FANATISME AVEUGLE EST UNE FORME D’ESCLAVAGISME MENTAL SPIRITUEL INTELLECTUEL PHYSIQUE ET MORAL »… « Quittez les Institutions d’Occupation Rwandaise » dixit Honoré NGBANDA… Ainsi soit-il… INGETA

    1. @Combattant Résistant de l’Ombre,
      INGETA!
      Au sujet du fanatisme, le philosophe Elie Wiesel à fait cette déclaration remarquable: “Le fanatisme est aveugle, il rend sourd et aveugle. Le fanatique ne se pose pas de questions, il ne connaît pas le doute : il sait, il pense qu’il sait”. Si cela ne traduit pas exactement ce que l’on vit actuellement dans notre pays, alors c’est nous qui avons perdu toute raison.

  3. @KUM. Exactement ! C’est ce que nous (Kongolais) vivons actuellement en RDC occupée par les Banyarwanda qui n’est démocratique que de nom, un pays « Non-État » en lambeaux dirigé simultanément par 2 escrocs tyrans dixit Christian Malard (Journaliste i24 News). Pire il y a des pseudo intellectuels qui font partie de ces fameux « Fanatiques aveugles » même au sein de la Diaspora, c’est hallucinant, totalement diabolique. À se demander si les diplômes que possèdent et brandissent nos élites ont été achetés comme ceux de Tshilombo-Pétain qu’ils défendent « becs et ongles » très mal. À propos toujours du Fanatisme aveugle, nous ajouterons humblement ce que Frantz Fanon a dit « Le grand succès des ennemis de l’Afrique, c’est d’avoir corrompu les Africains eux-mêmes »… Bonne continuation… Ainsi soit-il… INGETA

Comments are closed.