Présidentielle du 30/12/18: The winner is Félix Tshisekedi Tshilombo. Mais…

Annoncée initialement à 23h00, ce n’est qu’à 1h00 du matin, soit jeudi 10 janvier, que la Ceni a démarré sa conférence de presse. C’est à 3h00 du matin que la Centrale électorale a fini par annoncer le vainqueur de l’élection présidentielle. Son nom: Felix Tshisekedi Tshilombo! L’histoire ne dit pas si le candidat de la coalition « Cash » est sorti premier, devant respectivement Martin Fayulu et Ramazani Shadary, par la « volonté malicieuse » de « Joseph Kabila » ou grâce à la vérité des urnes. Ce jeudi, tous les yeux seront braqués vers les évêques de la Cenco qui avaient sommé la Ceni de publier les résultats de la présidentielle arguant qu’ils « connaissaient le nom du vainqueur ». 

« Je rends hommage à Joseph Kabila que je considère comme un partenaire politique et non comme ennemi ». C’est la toute première déclaration de Félix Tshisekedi Tshilombo près de deux heures après l’annonce de sa proclamation en qualité de « vainqueur » de l’élection présidentielle.

Quarante-huit heures auparavant, les conversations sur les réseaux sociaux tournaient autour des « tractations » vraies ou supposées entre le « clan Kabila » et la coalition Cach (Cap pour le changement) du duo Tshisekedi-Kamerhe. Le site de l’Apareco a été le premier à dévoiler le pot aux roses.

« DEAL SECRET »

Dans une publication parue, lundi 7 janvier, sur le site de l’Apareco (Alliance des patriotes pour la refondation du Congo), cette organisation – qui se réclame de la résistance aux « occupants » – n’a pas usé de périphrases en révélant qu’une « rencontre secrète » « a eu lieu » le samedi 5 janvier 2019 entre le candidat du Cach à la présidentielle et « Joseph Kabila ».

Fayulu, Tshisekedi et Shadary

Dans le style qui lui est propre, le site de préciser que les deux hommes auraient conclu un « deal secret ». En clair, pour barrer la route à Fayulu, « Kabila » a été « contraint » de « sacrifier » son « dauphin » Emmanuel Ramazani Shadary en proposant la « victoire » de Tshisekedi Tshilombo. A en croire le site Apareco, le clan « Kabila » aurait obtenu, « en contrepartie » « la primature ainsi que tous les postes régaliens ».

L’idylle entre « Cach » et clan « Kabila » a commencé à circuler comme une mauvaise blague voire une intox. Habitués aux rumeurs et autres « fake news », nombreux sont les Congolais qui avaient balayé cette « histoire » du revers de main. Hélas, ce qui passait pour de l’intox est devenu un « fait politique » au regard des récentes déclarations tant du secrétaire général de l’UDPS que de « Felix » lui-même.

MAIN TENDUE 

« Je suis prêt à tendre la main à ceux qui ont gouverné ce pays. Qu’on le veuille ou non, ils ont une certaine expérience, ils ont une connaissance de ce pays. Il y a des choses à faire peut-être ensemble ». L’homme qui parle s’appelle Félix Tshisekedi Tshilombo, président de l’UDPS et leader de la coalition politique « Cach » (Cap pour le changement). C’était dans une interview accordée, mercredi 9 janvier, à la radio kinoise Top Congo.

Comme pour répondre aux dirigeants de l’UDPS, le FCC Lambert Mende Omalanga, ministre de la Communication et des médias a fait, le même mercredi, une sortie médiatique remarquée en déclarant: « Le FCC est prêt à s’unir avec la coalition Cach pour gérer le pays ensemble, si la main leur était tendue ».

Lambert Mende Omalanga, porte-parole du Gouvernement

Les dirigeants de l’UDPS ont, ces derniers jours, surpris l’opinion par des propos d’une modération appuyée à l’égard du clan « Kabila ». Et vice versa. On ne peut qu’espérer que les « résultats provisoires » publiés ce matin par la Ceni procèdent effectivement de la « vérité des urnes » et non d’un « deal politique » dont le but est de permettre à « Kabila » et ses oligarques – arrogants et incompétents – de sortir par la porte pour mieux revenir par la fenêtre. Les Congolais, dans leur grande majorité, piaffent d’impatience pour tourner définitivement la page de dix-huit années cauchemardesques d’un « système » anti-national et dénué d’humanité…

Ouvrons la parenthèse ici pour signaler un élément vidéo daté apparemment de mars 2017 en circulation sur les réseaux sociaux. On y voit un « Félix » intransigeant qui exige le « départ » de « Kabila » qu’il qualifie d’ « imposteur » et de « tricheur ». « C’est un tricheur. C’est quelqu’un qui s’est imposé contre la volonté de la population ». Fermons la parenthèse.

« Si la proclamation de Félix Tshisekedi Tshilombo comme vainqueur de la présidentielle est conforme à la vérité des urnes, tout démocrate devrait s’incliner. Si ce n’était pas le cas, cela va poser un vrai problème. On se trouverait face à un cas présumé de compromission ». Il n’était pas rare d’entendre ce genre de réflexion tard dans la soirée de mercredi 9 janvier.

COUP DE FORCE ÉLECTORAL?

L’annonce imminente des résultats provisoires de la présidentielle avait suscité déjà quelques réactions. « Il serait inadmissible de voler la victoire du peuple », lance le Comité laïc de coordination (CLC). On le sait, le CLC a été l’initiateur des « manifestations pacifiques » organisées le 31 décembre 2017, le 21 janvier et le 25 février 2018. La répression fut sanglante.

Martin Fayulu Madidi

« Les résultats électoraux ne se négocient pas », a déclaré, pour sa part, l’autre candidat à la présidielle et porte-étendard de « Lamuka », Martin Fayulu Madidi. Même son de cloche, dans les milieux des missions d’observation électorale de la Cenco, de l’ECC et de la Symocel. Pour ces trois organisations, la Ceni a le devoir « de ne publier que les résultats issus des urnes ». Ajoutant que « la publication des procès-verbaux de compilation est capitale ».

Dès mardi 8 janvier, des forces dites de sécurité ont été déployées tant aux alentours du siège de la Ceni qu’aux endroits névralgiques de la capitale. La ville semblait en état de siège. Un étalage de force qui semble donner raison aux Kinois qui parlent d’un « coup de force électoral ». 

SE REMPLIR LES POCHES ET LE VENTRE

Si « Kabila » et sa clique parvenaient à réaliser ce qui ressemble à un hold-up électoral, on peut gager que la « nouvelle majorité » s’empressera de faire sauter le « verrou » constitutionnel que représente l’article 220 de la charte fondamentale. Cette disposition prohibe la révision d’une série de matières. C’est le cas notamment du nombre et de la durée des mandats du Président de la République.

Le scrutin de l’élection présidentielle au Congo-Kinshasa devait être convoqué en… septembre 2016. Conformément au deuxième alinéa de l’article 70 de la Constitution, le Président sortant – dont le dernier mandat expirait le 19 décembre de cette même année 2016 – devait rester en fonction « jusqu’à l’installation effective du nouveau Président élu ».

Deux années après, le président sortant « Joseph Kabila » est toujours à la tête de l’Etat. L’homme continue à multiplier des stratagèmes pour pérenniser son pouvoir. Il a renforcé son emprise sur l’armée, la police et les services de renseignements civils et militaires.

Félix Tshisekedi Tshilombo est déclaré « vainqueur » de l’élection présidentielle. La partie est-elle gagnée? On peut en douter en dépit du fait que le « nominé » a « rendu hommage » à ses principaux rivaux.

Dès ce jeudi, tous les yeux seront rivés vers les évêques de la Cenco. Il  appartient ces derniers à faire estomper l’ambiance délétère en communiquant leur « part de vérité des urnes ».

En attendant, il est dommage de constater que l’aspiration de la population congolaise au changement risque d’être, une fois de plus, d’être contrariée par un personnel politique vénal, toujours prêt à toutes les compromissions pour se remplir les poches et le ventre

 

Baudouin Amba Wetshi

23 thoughts on “Présidentielle du 30/12/18: The winner is Félix Tshisekedi Tshilombo. Mais…

  1. Un faux diplômé passe la main à un autre faux diplômé, espérons que les Congolais en sont venus à bout de l’imposture rwandaise. Mais tout indique que le deuxième faussaire a lui décidé de brader toute une nation en échange avec un poste de président vidé de toute sa substance. Wait and see.

    1. Dans chaque élections il y a un perdant et un gagnant. En RDcongo, les élections sont toujours émaillées des contestations. Notamment en 2005 et 2011 ou l’opposition avait gagné et le PPRD avait confisqué le pouvoir. Aujourd’hui, c’est encore la preuve que c’est l ‘opposition qui a gagné et seulement elle est déclarée gagnante. Cependant une autre partie de l’opposition proteste est cri au holdup up électoral. C’est possible.
      Mais c’est qui est sûr l’opposition a remporté ces élections et c’est le plus important. Maintenant, une l’analyse institutionnelle s’impose pour éclairer les esprits. La gestion de ce pays ne pourra pas se faire sans le FCC dans la mesure, il semblerait que cette dernière a raflé la députation. Avec la majorité législative, que ça soit Félix ou Martin, il faudrait composer avec le FCC qui aura le parlement. N’en déplaise à ceux qui voient en cela le résultat d’un d’ile politique. Le parti qui gagne le législative c’est lui qui gouverne. C’est cela la cohabitation vécu en France avec Mitterrand et Chirac, Chirac et Jospin. C’est donc logique, après avoir constater, la victoire de l’opposition au présidentiel que les négociations s’engagent en vue d’une éventuelle formation du gouvernement. C’est la gouvernance institutionnelle dans un Etat qui l’exige. Il n’est donc pas logique de présenter ces négociations comme étant illégale et non avenue. Le Candidat de Lamuka aurait fait la même si c’est lui qui aurait gagné. il aurait été amené, à partager le pouvoir avec la parlement. c’est qu’il faut expliquer au peuple.
      Pour notre jeune démocratie, il est important, de faire comprendre à la classe politique comme à la population en générale, que c’est comme que cela se passe dans tout Etat démocratique, bien que la notre en encore au tout début. Tout le reste n’est que spéculation et dangereux pour notre pays qui a peut-être la chance de vivre un changement une entrée réelle vers la démocratie.

  2. AVEC TOUT RESPECT DU A NOTRE SITE FAVORI CIC, CE REPORTAGE N’ARRANGE RIEN ET ENFLAMME.

    A PRIME ABORD, LES CONGOLAIS MERITENT VIVES FELICITATIONS POUR EXERCICE DE LEURS DROITS DEMOCRATIQUES. LES PERADANTS D’ ELECTIONS ONT DROIT AUX RECOURS SOUS LOIS.

    ON NE PEUT PAS VOULOIR UNE CHOSE ET SON CONTRAIRE: ACCEPTER D’ALLER AUX ELECTIONS SOUS PILOTAGE DE LA CENI, MAIS EN REFUSER LES RESLTATS PUISQU’ON (DONC FAYULU) A PERDU.

    SECUNDO, NOUS CITER COMME SOURCE D’INFORMATIONS (« CREDIBELS »?) LE SITE DE LA BANDE DAVENTURIERS-POLITIQUES APARECO DU « TERMINATOR » MOBUTISTE H. NGBANDA (QU’ATTEND D’AILLEURS LA JUSTICE AU TOURNANT POUR SES MULTIPLES CRIMES DONT ASSSSINATS SOUS MPR-PART-ETAT) NOUS FAIT RIRE A COUPE GORGE CHER BAW.

    TERTIO, NOUS ATTENDONS DE LIRE ICI LES JOS BONGOS, MAMALE, KUM ET AUTRES TONNEAUX-VIDES NGBANDISTES SE DECHAINER EN COMMENTAIRES ET INSULTES TRIBALISTES ANTI FELIX HABITUELS

    EN FIN DE COMPTES, QUE CES AIGRIS TRIBALISTES DEMONTRENT LE CONTRAIRE DES CHIFFRES.

    BREF, A FELIX TSHISEKEDI-TSHILOMBO, NOUS DISONS VIVES FELICITATIONS. LE PEUPLE MEURTRI ET APPAUVRI PAR 18 ANS DE LA KLEPTOCRATIE KABILISTE ATTEND REALISATIONS DE VOS PROMESSES.

  3. Chers Compatriotes,
    Nous devons tous reconnaître une chose. C’est inédit. C’est pour la première fois que le pays passe par une organisation des élections dont l’organisateur, l’Etat Congolais, proclame gagnant un opposant et non le dauphin du président parlant. Nous devons reconnaître que cette reconnaissance du vainqueur d’un autre camp est une occasion de réconciliation du pays. Il faudra maintenant penser à l’avenir du pays que l’on nous laisse avec beaucoup de problèmes dont, l’enterrement d’un ancien président à l’étranger (Le Maréchal Mobutu), et l’enterrement d’Etienne Tshisekedi, sans oublier la sécurité à l’Est. Le peuple devra aussi contribuer au redressement du pays, car, il faudra du courage pour reconstruire. Le pays est dans un état de délabrement inédit. Il nous reste d’abord à reconnaître la grandeur de celui que l’on a traité, à tort ou à raison, terroriste, mais qui accepte ce résultat et de transmettre le pouvoir. Nous avons ici, l’occasion de nous réconcilier avec nous-mêmes. Car, si le terroriste que nous avons tous ainsi qualifié accepte ce résultat, il déjoue toutes les prédictions des penseurs déconnectés de la réalité du pays. Ainsi, nous devons nous réconcilier. Le Congo n’a plus besoin des querelles entre Fayulu et Tshisekedi. Nous devons nous réconcilier pour reconstruire le pays. Chapeau bas au président sortant, il a fait ce que même le Maréchal n’a pas réussi à faire. Tshisekedi a l’occasion de se montrer comme Mandela en Afrique du Sud. Que Dieu bénisse le Président Sortant, le Président Elu, et vienne en aide au peuple congolais pour la dynamique de la reconstruction.

    1. « Kabila » a LAISSER le pouvoir tu as dit??? QUAND est-ce que vous les MÉDIOCRES de l’Udps kabeya Kamwanga allez comprendre que L’udps est et RESTERA l’ennemie No1 de l’Afdl-Fcc??? LD Kabila avait renvoyer votre leader dans son village,en 2002 coup bas a Sun City,2006 boycott des elections,2011 elections truquée,aujourd’hui pensez-vous VRAIMENT que Kabila est prêt a vous laisser diriger?

  4. Cach a fait preuve d’une escroquerie politique affligeante.En démocratie,on noue une alliance électorale avant la campagne;et non à la fin de celle-ci et à la veille de la publication des résultats.

    Comme Mobutu, Kabila n’a jamais été considéré par l’UDPS comme un partenaire politique;mais comme un adversaire le plus répugnant. L’UDPS a bâti sa réputation sur son opposition radicale au système dictatorial.Certains médias étrangers appelaient Etienne Tshisekedi Monsieur NON.Pendant la campagne électorale,Cach s’est présenté au peuple congolais comme une coalition de l’opposition,acquise au changement radical.C’est pourquoi notre population lui a fait confiance.Une fois nos voix en poche,avant la proclamation des résultats,Cach se tourne vers nos bourreaux pour nous trahir.Il a roulé le peuple dans la farine. C’est malhonnête,ça.

    Si Félix Tshilombo nous disait pendant la campagne qu’il rendrait hommage à Kabila qu’il considère comme un partenaire politique,on allait pas voter pour lui.Vraiment le peuple s’est fait avoir! Comment un opposant radical peut-il solliciter l’expérience de ceux qui ont mal géré le pays? Félix vit sur quelle planète? Toute la planète-terre sait que la plus grande crise humanitaire depuis la dernière guerre mondiale se déroule au Congo.
    L’élection de Tshilombo est une insulte à la démocratie et une honte pour le Congo. L’élite politique congolaise renvoie au monde une image désastreuse.Un président de la République avec un cursus scolaire douteux et un parcours professionnel à la limite nulle.Accointance avec la dictature. Il y a de quoi avoir honte d’être congolais.

  5. Les resultats sont en fait trafficotes comme l’avait predit l’APARECO. Quelle honte.
    Mais il n’est encore tard.
    La CENCO, l’ECC doivent publier leurs rapports. Elles DOIVENT par patriotism, par democratie, pour la verite et la justice.
    A nous people congolais de tirer les conclusions et de s’assumer.
    Faire des plaints, aller au conseil constitutional qui n’attend que cela pour tout rejeter a la fin, ne sera qu’une perte de temps qui permettra aux l’enemis du Congo( la Kabilie et maintenant UDPS qui a toujours trahi) de s’implanter.
    La communaute international ne fera que prendre note, comme le fait Gutteres deja, et c’est cuit pour nous Congolais.
    Donc n’attendons pas une seule seconde: la revolution populaire c’est l’unique solution.
    Ces gens sont habitues a voir les Congolais comme des moutons. Une revolution maintenant aura in effet de surprise a laquelle ils ne s’attendent pas.
    On n’a plus besoin des journees mortes, des marches, des meditations qui n’aboutissent qu’aux massacres du people. Mourons maintenant une fois pour toute. Qu’on publie les rapports. Point final.

  6. Si on additionne les résultats des 2 candidats dits de l’opposition, on en arrive à près de 75% des congolais qui ont fait confiance au discours de cette opposition. Va-t-on encore reprendre ceux que la population a sanctionné pour refaire la même chose avec un gagnant venu de cette même opposition. Je suis fort dubitatif.Je ne vais pas me mettre dans la critique mais j’attends voir comment Fatshi va jongler pour me dire que finalement ce président agit pour tous les congolais et n’est pas l’otage d’un groupe qui l’aurait mis sur le piédestal pour mieux le contrôler. Beaucoup de promesses ont été faites maintenant le plus dur commence. Celui de concrétiser ses promesses en réalisations.Je crains que Fayulu soit manifestement seul dans la contestation des résultats.Je jugerai Félix dans l’état de droit,les forces armées, les renseignements,la police,la diplomatie,les finances, le redistribution des richesses, la corruption, l’éducation,l’emploi, l’eau, l’électricité,les infrastructures.Dans un premier temps, c’est ça qui sera mon tableau de bord puis viendra évidemment le reste. Réussira-t-il à désoccuper notre pays comme le pensent certains ou accompagnera-t-il celle-ci ? Seul le temps nous le dira. Néanmoins,je dis bonne chance à nous autres population congolaise qui subit depuis des années les caprices des gouvernants.Sommes nous entrés dans une autre phase de gestion des caprices des gouvernants ou désormais celle de gestion des caprices des gouvernés ?

  7. Tout semble indiquer que la vérité des urnes se trouve dans l’hommage du “vainqueur” déclaré au despote qu’il vilipendait hier. Si Felix Tshisekedi était le véritable vainqueur, il aurait rendu hommage au peuple qui l’aurait ainsi élu. Réalisme politique oblige, il a rendu hommage à celui qui l’a fait roi. Tout change en apparence sous le ciel congolais sauf l’hégémonie tutsi rwandaise incarnée par Joseph Kabila. Felix Tshisekedi va se retrouver dans la position de Melchior Ndadaye. A la moindre velléité d’indépendance vis-à-vis de l’hégémonie ci-dessus, ce sera la chute assurée. A moins que les puissants de ce bas-monde ne l’aident à renverser la vapeur afin d’avoir la peau de Kabila pour tous les crimes qu’il aura commis. Car, à en croire Ngbanda Nzambo Ko Atumba, depuis la guerre d’hégémonie au sein de l’AFDL entre des élites tutsi et luba-katangaise, l’appareil sécuritaire du pays reste sous domination des Tutsi rwandais déversés au Congo à travers les opérations de mixage et brassage. Pauvre Congo ! Avec Felix Tshisekedi comme président de la république, un nouveau mythe va voir le jour au Congo, celui d’Etienne Tshisekedi, le « père » de la démocratie. C’est seulement au Congo qu’on peut être « père » de quelque chose qui n’a jamais existé.

  8. Triste jour au Kongo un D4 faussaire Tshilombo proclamé vainqueur des simulacres (parodies) d’élections par les Occupants Tutsi Power en signant un pacte satanique avec le petit diable alias Kabila l’Occupant balkanisateur du Kongo pour accéder à ce poste provisoire (Bizimungu du Kongo) comme jadis Mobutu pactisa avec le Diable Satan le Chérubin jadis oint pour que le Zaïre soit un, indivisible. Le combat des Tshilombistes est fini…

    Mindele bamonaka bayindo neti ba zoba mikolo nyoso ! On ne libère jamais un pays occupé par les élections organisées par les Occupants perdants. Tshilombo a été nommé par son partenaire politique alias Kabila qui a toujours l’imperium et la plénitude pouvoir du moins jusqu’en Mars. Pauvre RDC !

    Les Tshilombistes disent aujourd’hui s’en foutre de l’avis des décideurs Occidentaux ! Le monde à l’envers. Eux (fanatiques aveugles de l’Udps aile familiale Limete Pétunias) qui juraient du temps de Tshisekedi sur la tête des décideurs, jurent toute honte bue sur la bible tronquée CENI pro Rwanda de alias Kabila des Occupants. Time will tell si le D4 Bizimungu du Kongo est nommé…

    On ne se moque pas du Véritable Dieu Tout-Puissant, ce qu’un homme aura semé, il le moissonera au centuple ! Donc si nous (Peuple Kongo Souverain Primaire) comprenons très bien Kabund, Shabani, les 3K donneront bientôt des ordres à Mende, Atundu, Ruberwa, Mova, Kimbuta, alias Kabila et Cie. Les Tshilombistes s’ils ne sont pas bêtes et cons sont des sorciers conscients. Le D4 Président provisoire Bizimungu a été nommé par son partenaire politique en trahissant les combat de l’Udps patrimoine national pour provoquer la cohabitation « pacifique » entre le Blé (Vrais Kongolais) et l’Ivraie (Kongorais nomades occupants envahisseurs Tutsi Power) au Kongo de Kimpa Vita, Kimbangu, Lumumba, Mulele… Ainsi soit-il…

    Vive la Résistance ! Vive le soulèvement populaire éboulement final à l’improviste pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par le Tutsi Power. La luta continua la Victoria e certa. Ingeta

  9. Chers Compatriotes,
    Le pouvoir en place a habilement joué pour gagner même en perdant superficiellement les élections. Nous ne pouvons être dupes. Le salut du pays devrait venir d’un renversement possible de la situation par ce qui n’a pas été prévu. Nous devons reconnaître que le président proclamé élu a pour directeur de Campagne un certain « Kamerhe » qui fut aussi directeur de Campagne d’un certain « Joseph Kabila » en 2006. Lidjo a brossé un tableau de bord qui devrait bien nous inspirer dans l’appréciation de ce qui va se passer. Nous devons ici, toute proportion gardée, que le vainqueur proclamé par la CENI se retrouverait dans la position de « Kabila Père » qui venait transporté par deux armées étrangères,contre le Maréchal. Ici, le coup de maître du pouvoir qui s’en va, c’est d’avoir réussi à se retirer sans rendre compte de son bilan et en opposant les congolais entre eux: l’opposition se retrouve divisée. Ce pouvoir ne pourra pas rendre compte de quoi que ce soit. Car, il est inimaginable de penser que Kamerhe qui a maintenant de la voix à côté du vainqueur des élections ait une voix contre son candidat de 2006. On ne cessera jamais d’apprendre. Que Dieu nous vienne en aide.

    1. Cher Elili;

      « Le coup de maître du pouvoir qui s’en va », ce n’est pas, comme vous l’écrivez, « d’avoir réussi à se retirer sans rendre compte de son bilan et en opposant les Congolais entre eux ». C’est plutôt de rester tout en donnant l’impression de se retirer. La formation du premier gouvernement Tshisekedi nous le prouvera. Car, ce n’est pas pour rien que ce dernier considère désormais Joseph Kabila comme un partenaire politique.

  10. Merci à Ndeko Mayoyo pour le seul commentaire lucide ci-dessus.

    D’après la CENI les deux candidats dits de l’opposition totalisent plus de 70% des votes. La logique aurait voulu qu’ils se mettent ensemble dès la fin des votes afin de coincer la kabilie.

    Quel est l’intérêt de Félix de faire alliance avec les perdants ? Allant jusqu’à proposer un hommage national au surnommé Kabila alors les pays pleure ses millions de morts, des femmes violées et de déplacés.

    Quelle insulte à la mémoire des victimes!!!
    Félix ne peux pas prétendre avoir gagné et aller ramper aux pieds des perdants en leur accordant tous les leviers du pouvoir (sénat, banque centrale, primature, défense, économie…).

    Donc pour le fun club Fatshi alias taliban, le pays n’est plus occupé parce que ce va-nu-pied est déclaré président sans pouvoir ?

    A-t-il inscrit dans son deal avec kanambe le départ de plus de 24 mille militaires rwando ougandais qui sont au Congo qui menacent la paix et la sécurité au Congo ?

    Comment va-t-il purger l’armée, la police et les services de sûreté nationale avec son nouveau partenaire le tout puissant JOKA ?

    Comment va-t-il remettre en cause les contrats de pillage signés par son nouveau copain rwandais surnommé kabila

    Comment va-t-il poursuivre les victimes du génocide congolais tout en travaillant avec le FCC?

    Le faux diplôme
    https://www.facebook.com/100003075381438/posts/1187890671323434/

    Pour devenir président de son parti il faut justifier d’un diplôme d’études supérieures. Il a déjà introduit un faux au sein de son parti.

    Pour le dossier de la ceni le démenti est pathétique. L’udps Se contente de dire qu’il n’a jamais introduit ce document à la ceni. Là n’est pas la question, il y’a un formulaire à remplir qui contient une rubrique parcours scolaire.

    Que l’udps Nous montre le formulaire que son Fatshi a rempli et nous démontre qu’il a indiqué dans cette rubrique qu’il n’a pas de diplôme.

    L’information sur ce faux diplôme existe sur le formulaire déposé à la ceni et devrait suffire à l’invalidait. Ce le gouvernement congolais qui avait officiellement posé la question au gouvernement Belge.

    Sa compromission est grave dans la mesure où sa présidence de pacotille remet le compteur à zéro pour la kabilie et risque de nous coûter cher.

    Vendre le pays et hypothèquer l’avenir de tout un peuple parce qu’un idiot qui n’a même pas son bac (diplôme d’état) veut devenir président … est inqualifiable !!!

    1. Erratum

      Lisez :… devrait suffire à l’invalider. C’est le gouvernement congolais…

      Le smart phone pour écrire c’est toujours un challenge !

  11. Kie, kie, kie… Quel pays, ce Congo…On aura tout vu !

    Il faut reconnaitre une chose: le burundais Kamerhe est un GENIE. Un génie du mal mais un génie quand même. Encore une fois, il vient de dynamiter le Congo, pour le bonheur de ses cousins rwandais.

    Badibanga – Tshibala – Tshilombo. Quel est le point commun? Vous voyez ?

    Ce pauvre type, ce faussaire va enfin avoir les honneurs et l’argent. Ainsi que toute sa clique d’incompétents. Mais il n’est qu’une marionnette, un puppet qui permet aux tueurs rwandais et leurs chiens de garde congorais de continuer de tuer les congolais et de piller le Congo. Pauvre Tshilombo, et dire qu’il y a des congolais qui pensent que ce mec est un homme politique, un  »opposant », malgré les évidences des compromissions avec l’imposture.

    Congolais, voilà enfin votre nouveau Roi, un roi NU aux mains de ceux qui organisent un génocide dans sa propre région d’origine et tuent son peuple et son pays. A qui il a rendu hommage. Incroyable ! Non, ce n’est qu’un mauvais rêve…

    1. Non, mais ce putain de pays-là ne se relèvera jamais quoi! Avec ce nul qui pense que même sans défense, sans finance et sans l’intérieur, l’important c’est d’être appelé « Monsieur le président ». Quel malheur !

  12. Question : « Comment procède-t-on pour faire passer – en une semaine – un presummé vainqueur des élections présidentielles en malheureux perdant ? » Techniquement, j’entends. La CENCO dispose, à l’en croire, des algorithmes capables de donner « la vérité des urnes ». Elle a l’obligation, cette fois-ci, de dire la vérité en l’éteyant. Faute de le faire rapidement, elle portera la responsabilité d’un mauvais départ pour le nouveau pouvoir. Au pire, une lourde responsabilité quant au désordre qui se profile en Rdc.

  13. Chers Compatriotes,
    Voici ce que notre MBTT écrit :
    Cher Elili;
    « Le coup de maître du pouvoir qui s’en va », ce n’est pas, comme vous l’écrivez, « d’avoir réussi à se retirer sans rendre compte de son bilan et en opposant les Congolais entre eux ». C’est plutôt de rester tout en donnant l’impression de se retirer. La formation du premier gouvernement Tshisekedi nous le prouvera. Car, ce n’est pas pour rien que ce dernier considère désormais Joseph Kabila comme un partenaire politique.
    Voilà ce que je lui réponds
    Cher MBTT, d’abord mes voeux les meilleurs pour l’année qui commence pour nous sur ce coup de poker dont nous ne pouvons qu’imaginer les raisons et aussi l’avenir pour le pays. Mes voeux les meilleurs pour toute votre famille et surtout bonne santé à toute la famille sans oublier vos protégés au Congo.
    Cher Ami de la pensée, nous disons tous les deux la même chose. Personnellement je visais les conséquences de cette situation qui est presque une trahison pour le pays. J’attends que l’avenir me prouve le contraire et je n’en serai qu’heureux pour le pays. Quand on reste, surtout en coulisse, on ne rend pas compte. Donc qu’on reste, sans que l’on ne se rende compte officiellement et publiquement, le résultat est le même, les médiocres quitteront le pouvoir sans rendre des comptes au peuple. Mais qui pouvait échapper à ce pieuvre de pouvoir qui avait lancé ses agents chez tous les candidats de l’opposition. Ouvrons les yeux. Seulement le malheureux, c’est celui qui est pris en otage et dont les courtisans qui ne veulent pas réfléchir font des démonstrations de leur habileté à tourner les hanches aux rythmes des tamtam et d’autres rythmiques congolais. Chers compatriotes, nous devons, nous qui avons encore la tâche aussi lourde qu’ingrate de penser, de nous mettre à réfléchir sans complaisance. Nous avons ici un défi beaucoup plus grave. Car, l’énergie qui devrait être utilisée vers le pouvoir qui nous a avilis et ridiculisés est utilisée contre nous-mêmes. Nous nous retrouvons dans une situation où il nous faut du courage pour pouvoir engager des actions inédites et ingénieuses. Nous devons rester unis et inviter nos compatriotes au calme et aux réactions le calme. Que Dieu nous vienne en aide.

  14. Chers Compatriotes,

    Démocratie, démocratie,démocratie, un concept créé par les hommes, la pratique créée par les hommes ayant, à l’image des hommes des effets pervers. En Belgique, nous avons assisté à un effet pervers que nous ne pouvons passer sous silence. Le premier ministre belge « Charles Michel » s’est lié avec un parti contre lequel il avait affirmé ne pas être à même de coaliser. A Molenbeek, toujours en Belgique, Philippe Moureau élu massivement avec plusieurs voix de préférence, a été éjecté du siège du Bourgmestre par la coalition des perdants… Quand nous parlons de « démocratie », de quoi parlons nous ? Aux USA, nous avons le cas célèbre d’Algor contre Georges Bush Junior… La situation du Congo est plus que délicate, on ne peut la résoudre de façon agressive. Si nous devons juger nos dirigeants, commençons par évaluer leurs bilans, et la question de nationalité devra suivre. Cette question essentielles certes doit se discuter au parlement. Pourquoi le Congo a-t-il gardé la disposition légale d’une nationalité exclusive ? Actuellement, nous avons besoin de l’unité, ceci est notre force. Le tribalisme nous a beaucoup affaiblis. Le pouvoir qui s’en va a beaucoup des comptes à rendre. Mais ce n’est pas maintenant que l’on peut se lancer à vouloir tout résoudre alors que le président « élu », n’a même pas encore prêté serment, il n’y a pas encore eu de passation de pouvoir. Tout est à refaire dans ce pays. Nous avons déjà perdu beaucoup de temps avec un pays qui est maintenant dans un état lamentable sauf pour quelques parcelles individuelles. Alors tous les congolais qui ont investi dans plusieurs compétences devraient d’abord taire leur sentiment narcissique d’appartenance à tel ou tel camp gagnant ou perdant des élections pour ne voir que le transfert inédit du pouvoir, et montrer la capacité de régler des différends de famille dans le calme en mettant la main à la charrue pour commencer à enlever les herbes qui ont poussé dans notre champ national. Ne perdons pas de temps avec des sujets qui ne nous avancent pas. La Cour Suprême de Justice a le devoir de régler le différend entre deux candidats, mais nous peuple soyons unis, nous avons cherché le changement et l’alternance, l’occasion est là. Réfléchissons sur ce qui doit être fait à partir de ce qui est là. Ne cherchons pas à ergoter sur ce qui devrait être là, car, nous sommes dans l’irréel et nous n’avons aucune assurance de ce qui devrait être là, mais qui n’existe que dans notre imagination. Que Dieu nous vienne en aide.

  15. Qui aurait cru qu’un jour Tshilombo Antoine, fils d’Etienne Tshisekedi rendra hommage au grand homme d’Etat venu d’ailleurs qui s’est distingué à détruire l’âme de notre peuple devenu la risée de tout le monde et que nos voisins qui avaient le plus grand respect à l’égard du Zaïre nous traitent plus bas que terre Mawa trop ( mingi ) Que dire de son
    directeur de campagne sur les antennes de Rfi de ne pas diaboliser les FCC et non traduire qui vous savez en justice
    parce que il n’est pas le premier à s’être rempli les poches.Voilà la preuve pour ceux qui doutaient encore qu’il n’était pas en service commandé dans l’opposition. Tshilombo ne fera pas le poids devant Kanambe; il le tient par les couilles.Trop compromis avec de l’argent. Voilà.

  16. Chers Compatriotes,
    Je partage le point de vue de Ruphin quand il écrit : « Qui aurait cru qu’un jour Tshilombo Antoine, fils d’Etienne Tshisekedi rendra hommage au grand homme d’Etat venu d’ailleurs qui s’est distingué à détruire l’âme de notre peuple . » Mais une question que je pose à Ruphin est de savoir quelle est l’âme de notre peuple dont il parle ?
    Qui a été l’artisan de l’âme de ce peuple ?
    Quand Ruphin écrit : « Voilà la preuve pour ceux qui doutaient encore qu’il n’était pas en service commandé dans l’opposition. Tshilombo ne fera pas le poids devant Kanambe; il le tient par les couilles.Trop compromis avec de l’argent. Voilà ». Je pense que ses conclusions engagent l’avenir dont il ne sait rien. J’allais lui poser la question de savoir quelle est sa stratégie à lui pour libérer le président « élu » selon la CENI de cet enfermement par Kanambe ? Car, ici, il s’agit d’un des nôtres que Kanambe a pris en otage pour ne pas rendre compte de son bilan et des crimes commis sous son régime. Je pense que les Congolais ont un autre défi maintenant: s’unir pour pouvoir libérer effectivement et leur président « élu », selon la CENI, et le pays. Que Dieu nous vienne en aide.

Comments are closed.