Présidentielle en RDC: Moïse Katumbi dans les starting-blocks avec « Ensemble »

Contraint à l’exil depuis près de deux ans, l’opposant Moïse Katumbi a lancé ce lundi le mouvement « Ensemble pour le changement » depuis Johannesburg, en Afrique du Sud. Un rassemblement politique autour de sa candidature pour la présidentielle à venir en RDC.

C’est la version resserrée et corrigée du rassemblement de l’opposition congolaise qui avait eu lieu début juin 2016 à Genval, dans la banlieue bruxelloise. À l’époque, Moïse Katumbi, bien qu’à l’initiative, avait choisi de rester dans l’ombre pour ne pas éclipser le vieux et historique opposant Étienne Tshisekedi. Cette fois-ci, à Johannesburg, le dernier gouverneur de la riche province du Katanga s’est présenté en « capitaine de l’équipe » devant quelque 200 personnalités issues de différents partis politiques et de la société civile en RDC.

Pendant trois jours, du 9 au 12 février, tous ces soutiens de Moïse Katumbi se sont regroupés dans des ateliers pour réfléchir sur « le mouvement électoral » à mettre en place, le programme du candidat et le processus électoral en cours dans le pays. « Ne laissons aucune place à l’improvisation », leur avait alors recommandé leur champion lors de son discours d’ouverture du conclave. « Soyons disciplinés et dignes des attentes de notre peuple pour être au rendez-vous du 23 décembre [date prévue pour la présidentielle, NDLR] et apporter aux Congolais le changement qu’ils exigent », avait-t-il renchéri.

KATUMBI LANCE « ENSEMBLE »

Ce mercredi, « Ensemble pour le changement » a été lancé à Johannesburg. La structure se veut un « large mouvement pour relever, avec Moïse Katumbi, le défi du changement » en RDC. C’est désormais autour de « Ensemble » que graviteront des plateformes électorales pro-Katumbi et alliées en vue notamment des élections législatives et provinciales. Des contacts sont avancés avec l’Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe, ancien président de l’Assemblée nationale.

« C’est aussi une volonté d’instaurer un leadership clair » au sein des regroupements politiques qui soutiennent la candidature de Katumbi à la présidentielle, confie un proche du candidat déclaré à la présidentielle. Bien que très influent dans le Rassemblement de l’opposition mise en place à Genval, Katumbi n’avait en effet aucune fonction officielle dans l’organisation. Aujourd’hui, c’est bien lui le président du mouvement politique créé.


LES QUATRE PILIERS DU PROJET KATUMBI

À neuf mois de la tenue – encore hypothétique – des scrutins présidentiel, législatifs et provinciaux, Moïse Katumbi a également dévoilé les « quatre piliers » de son projet de société: consolidation de l’État, de la démocratie et de la paix; valorisation du capital humain; relance économique, diversification de l’économie et création d’emplois; et enfin, lutte contre le changement climatique.

« Je veux être le candidat du mérite, en particulier au sein de notre formidable jeunesse. Leur offrir un avenir radieux au Congo constitue notre plus grand défi », a promis le candidat qui est toujours menacé d’arrestation en cas de retour au pays. En juin 2016, il a été condamné à trois ans de prison dans une affaire rocambolesque de spoliation immobilière qualifiée de « mascarade » notamment par un rapport confidentiel des évêques catholiques rédigé une année plus tard.

« Les conditions qui permettent d’envisager des élections crédibles, justes et honnêtes sont très loin d’être remplies. De nombreux compatriotes croupissent encore en prison injustement privés de leur liberté. D’autres sont condamnés à l’exil. Les manifestations pacifiques sont réprimées dans le sang. Les médias privés proches de l’opposition sont menacés ou fermés », a d’ailleurs déploré Katumbi.

À quelques milliers de kilomètres de là, à Kinshasa, la coalition au pouvoir affûte aussi ses armes. Après la restructuration du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), formation politique du président Joseph Kabila, des tractations sont en cours pour constituer sept à douze regroupements électoraux.

 

Par Trésor Kibangula, in Jeune Afrique, 13.03.18
© Congoindépendant 2003-2018

77 réflexions au sujet de « Présidentielle en RDC: Moïse Katumbi dans les starting-blocks avec « Ensemble » »

  1. La « politique est le pouvoir, l’art et même la science de la gestion de la Cité »; elle suppose donc une ‘logique de décisions’, des ‘choix’ à faire globalement pour offrir au plus grand nombre des citoyens les ‘moyens, les conditions et les richesses pour une vie décente et paisible’ ! Un « Etat(-Nation ) » suppose une « population avec une histoire et le désir d’un avenir ensemble » établi sur « territoire donné » sous une « direction, une autorité commune », organisée en un « Etat » structuré selon les lieux et les époques !
    Ainsi les Congolais qui sont un peuple qui se veut uni représentent cette réalité d’Etat-Nation, ils s’organisent et aspirent au meilleur-être au sein de leur pays mais comme ça l’est pour homme qui doit faire face à l’insatisfaction consubstantielle à sa condition de ne pas avoir tout ce qu’il veut au moment où il le veut, les Congolais ne peuvent faire qu’avec les ressources matérielles et humaines qui sont les leurs et pas selon un paradis sans failles ni non plus avec des extra-terrestres omniscients et omnipotents… C’est dans ce sens que la « bonne politique est une conjonction heureuse du souhaitable et du possible », la « gestion du possible » loin des ‘utopies idéales’ qui ne sont pas (encore) à notre portée…
    C’est dans ce dernier cadre que personnellement j’ai la faiblesse de placer le « cas Katumbi » : j’ai peut-être tort, est-il que je refuse le procès excessif qui veut l’exclure sans discussion pour de bonnes ou mauvaises raisons, nous l’avons et il n’est pas n’importe qui, autant examiner son cas avec moins d’ostracisme décrété je ne sais d’où et par je ne sais qui…
    Parlons-en alors ou tentons d’en parler sereinement étant donné que c’est déjà un candidat à la présidentielle déclaré qui fait le devant de la scène avec le dernier conclave en Afrique du Sud autour de sa candidature en espérant que de son côté il défendra sa cause vaillamment, libre et de retour au pays…

    Comme de tout candidat à ce niveau, le choix du peuple se doit néanmoins de reposer sur des critères voulus exigeants et davantage après les échecs successifs de gouvernance qui sont les nôtres mais d’autres questions s’imposent aussi s’agissant de sa personne propre en raison de son identité et de son parcours !
    1° Katumbi possède-t-il les qualités intellectuelles et éthiques utiles à ce niveau de magistère ?
    2° Qu’en est-iI exactement de sa nationalité, il faudra bel et bien lever l’équivoque trop disputée aujourd’hui à ce sujet conformément à nos lois ?
    3° M Katumbi nous offre-t-il un projet de société sinon un programme de gouvernement clair et précis qui soit une alternative crédible et durable à la gouvernance défaillante que nous connaissons ?
    4° Quelle place lui accorder au sein de cette opposition diverse à ‘JK’ qui aspire au changement mais aussi quelle garantie d’autonomie souveraine nous offre-t-il dans la galaxie des dépendances régionales et internationales qui subjuguent notre pays?
    Voilà quelques interrogations et d’autres que chacun peut se poser autour du personnage de M Katumbi qui nécessitent débat à l’avant-veille des scrutins au moment où nos politiques viennent de s’y lancer franco avec des plateformes électorales qui vont sans doute s’accumuler, au-delà ou à côté bien sûr des questions sur l’opportunité et la validité de ceux-ci dans les conditions annoncées !
    Vous aurez compris, les réponses données ici et ailleurs ne me satisfont pas encore totalement car une fois de plus pour moi nous ne pouvons faire qu’avec ce que et ceux que nous avons, il me semble donc ainsi plus judicieux et plus efficace d’en tirer le meilleur plutôt qu’usant des procès expéditifs nous construisions trop de chimères sous des oripeaux trop idéalistes !
    J’attends ainsi que les politiques et les citoyens réfléchissent et agissent avec davantage de recul devant ces enjeux électoraux capitaux pour le pays !

    1. PS
      Voilà à propos de Katumbi un exemple de reproches lui faits qui ne me convainquent que moyennement : sa prétendue « nationalité zambienne » via sa mère étant entendu que personne même lui-même ne fait mystère de l’origine italienne de son père (Nissim Soriano, juif séfarade ayant immigré au Congo belge s’établissant au Katanga dans les années 30 en provenance de l’île de Rhodes, alors contrôlée par l’Italie fasciste) et qu’aujourd’hui la Loi Congolaise accepte comme critère de « Congolais d’origine », condition sine-qua-non pour prétendre à la Magistrature Suprême d’avoir au moins un parent « Congolais de souche »… (A noter que certains affirment que Mr Soriano père aurait acquis la nationalité Zaïro-Congolaise avant la naissance de Katumbi, ce qui réglerait encore mieux la contestation sur la nationalité de celui-ci ?)
      Passons et occupons-nous plutôt de la prétendue nationalité zambienne de sa mère !
      J’ai une belle-sœur d’ethnie bemba (comme Katumbi) qui est née et a grandi à Lubumbashi et possède donc un passeport Congolais en bonne et due forme… Il se fait que comme un bon nombre de ‘babemba’ sa famille se partage géographiquement entre le Congo et la Zambie ; sa propre sœur est mariée en Zambie et devenue ainsi sans force paperasseries ‘zambienne’…
      C’est dire que dans le cas de la mère de Katumbi comme celui de beaucoup de ‘babemba’ la nationalité Congolaise ou d’ailleurs zambienne est souvent concours de circonstances, des aléas de la vie ; dans tous les cas ils sont hélas obligés de faire parfois un choix par ‘amour ou intérêt’ étant donné que notre nationalité est ‘exclusive’…
      Où l’on voit que quelle que soit la vérité vraie, dénier la nationalité Congolaise à Katumbi sur base des origines ou d’une nationalité zambiennes de sa mère est un argument fort tenu, va encore pour son éventuelle « nationalité italienne »…
      J’avoue certes que reposer ce statut sur presque des tours de passe-passe alors qu’on a en vue un poste capital dans notre pays ne nous engage pas à y construire des ‘fondations solides’ sans oublier que les défenseurs de Katumbi qui doivent en savoir plus sur les réelles nationalités (ou doubles nationalités illégales mais effectives) des uns et des autres « menacent » déjà : le pouvoir de ‘JK’ ouvrirait là une ‘boîte de Pandore’ dont le contenu ne manquerait pas quelques ‘boomerangs fâcheux’ et nous de savoir faire la différence entre le réel et le faux ennemi…

      1. EST-CE SUR BASE DE CETTE THESE ET DISSERTATION FARFELUES INBUES DE XENOPHOBIE QUE TOI ET TES SEMBLABLES ABOYEURS ANTI-KATUMBI ALLEZ DELIVRER LA RDC DE L’EMPRISE KABILISTE…?

      2. @NONO,
        Je vais essayer de répondre à vos interrogations.

        1° Katumbi possède-t-il les qualités intellectuelles et éthiques utiles à ce niveau de magistère ?

        Ma réponse est NON. Je ne sais pas s’il a eu son diplôme d’état mais les anglais diront de lui, he has a very very low level of speech. Ses interviews montrent un homme aux propos basiques et pas toujours intelligibles. Quant à l’éthique, no comments.

        2° Qu’en est-iI exactement de sa nationalité, il faudra bel et bien lever l’équivoque trop disputée aujourd’hui à ce sujet conformément à nos lois ?

        Qui doit lever l’équivoque? Il a été poursuivi par la justice Zambienne comme un citoyen zambien. Il a, pendant son exile, réclamé et obtenu la nationalité zambienne de sa mère. Ses déclarations sur ce point sont publiques et il possède officiellement la nationalité italienne.

        3° M Katumbi nous offre-t-il un projet de société sinon un programme de gouvernement clair et précis qui soit une alternative crédible et durable à la gouvernance défaillante que nous connaissons ?

        Nono, soyons sérieux. Il a activement participé à la gouvernance actuelle qui est totalement défaillante. Par quelle magie peut-il être une alternative crédible pour remettre en cause ce qu’il a mis en place avec ses potes.

        Les congolais sous-estiment la gravité de la situation. Un exemple: les contrats de pétrole prévoient 15% seulement pour l’état Congolais, les mines ont été toutes vendues, le cobalt appartient complètement aux étrangers dont Le fameux DAN…

        La première bagarre consistera à remettre en cause tous ces contrats de pillage et poursuivre les congolais qui ont pris part à cette braderie. Un exemple: L’état a vendu définitivement une mine à Glencore pour 140 millions de dollars. Cette mine rapporte plus de 2 milliards par an. Même un fou ne peut pas faire cela. C’est le gouverneur du katanga qui a négocié le deal. Devinez son nom.

        Il faut déchirer ce contrat et aller au combat avec Glencore et les autres. Qu’il nous explique où il trouve les 100 milliards alors que Tout a été vendu ou donné en prenant soins de mettre dans le code minier congolais qu’en cas de changement, le titulaire du contrat garde ses avantages pendant 10 ans. Ce qui est tout simplement criminel !!! C’est l’esprit sumbela.

        Il dit vouloir la paix avec les voisins mais n’explique pas comment il va gérer le cas Kagame qui l’a reçu à plusieurs reprises.

        Imaginez une seconde que katumbi remettra en cause ce système avec ces contrats mafieux et qu’il virera par une purge massive, les infiltrés dans la police et l’armée est une plaisanterie du mauvais goût.

        4° Quelle place lui accorder au sein de cette opposition diverse à ‘JK’ qui aspire au changement mais aussi quelle garantie d’autonomie souveraine nous offre-t-il dans la galaxie des dépendances régionales et internationales qui subjuguent notre pays?

        Je vous réponds par une série de questions. En quoi notre Moïse national est-il un opposant, il s’oppose à quoi, à qui, depuis quand et surtout pourquoi dans la mesure où il a géré le pays avec la MP jusqu’en 2015.

        Les inconscients congolais de Sun City, ont traité le problème du surnommé Kabila avec légèreté. 20 ans après le résultat est dramatique. Le peuple Congolais vit l’esclavage dans son pays… et que fait son élite? Rien, elle ne comprend pas ce qui se passe. C’est énervant !

        Le drame est devant nous mais on ne semble pas comprendre ce qui se passe et qui sont les responsables du côté congolais.

        L’élite congolaise semble incapable d’analyser la situation et de tirer les leçons du passé, incapable d’approfondir le moindre sujet, incapable d’aller au bout d’une réflexion pour sortir son pays et son peuple de l’esclavage.

    2. @NONO,

      J’ai beaucoup de mal à vous suivre, j’ai lu votre texte 2 fois de suite pour tenter d’appréhender le message.

      Où en sommes-nous aujourd’hui ? Plus bas que terre. Pourquoi ? Parce que la bêtise et la médiocrité des élites congolaises consistant à placer des individus aux origines et parcours douteux à la tête de nos institutions nous placent dans la situation actuelle.

      On ne peut plus accepter n’importe qui à la tête du pays, ça suffit, on a donné et on voit le résultat.

      Quand vous dites « je refuse le procès excessif qui veut l’exclure sans discussion pour de bonnes ou mauvaises raisons, nous l’avons et il n’est pas n’importe qui, autant examiner son cas avec moins d’ostracisme décrété je ne sais d’où et par je ne sais qui… Parlons-en alors ou tentons d’en parler sereinement étant donné que c’est déjà un candidat à la présidentielle déclaré qui fait le devant de la scène avec le dernier conclave en Afrique du Sud autour de sa candidature en espérant que de son côté il défendra sa cause vaillamment, libre et de retour au pays… », je me demande si la catastrophe actuelle en RDC est aussi excessive.

      Aussi, Je trouve vos arguments en faveur de katumbi irrecevables. J’ai envie de vous demander si vous n’êtes pas au courant que Katumbi a géré le pays avec le surnommé Kabila jusqu’en 2015 en étant un membre important de la MP. Il est un des artisans majeurs du pillage et du bradage des mines dans le katanga.

      Lisez Panama papers sur cet homme. Il a fait de Dan Gertler le nouveau roi du Congo. Un exemple: il a (en étant gouverneur) acheté la mine de kinserver 90 mille dol pour la revendre 2 mois après 60 millions de dollars.

      Nous avons des éléments précis sur ses magouilles et sur l’origine de sa fortune. Il aura des comptes à rendre à la justice. Je ne comprends pas que vous ne compreniez pas le danger de mettre un kabiliste comme katumbi à la tête du pays.

      Que pouvons-nous attendre de lui, qu’il remette en cause le système dont il est un des créateurs? Nous avons d’autres éléments que nous ne pouvons pas mettre sur internet. Il est le plan B du système actuel.

      Le racisme et la xénophobie c’est de laisser massacrer des congolais en toute impunité, de laisser piller la RDC en laissant la population dans la misère…

      Le racisme et la xénophobie c’est de laisser la femme congolaise se faire violer dans l’indifférence générale…

      Le racisme et la xénophobie c’est d’affirmer que seuls les Kagame ´ s boys (Kanambe, katumbi, Kamerhe…) sont capables de diriger le Congo et qu’il n’y aurait aucun congolais de père et de mère pour faire le job.

      Ce n’est pas un problème de la nationalité de ba Bemba. Il s’agit de la nationalité d’un candidat à La magistrature suprême qui a déclaré lui même dans un journal Zambien avoir adopté la nationalité de sa mère.

      La copie du fameux journal est sur internet. 20 ans après l’arrivée des aventuriers d’afdl, il est temps de dire stop. Stop aux aventuriers et imposteurs. Katumbi en fait partie. Renseignez-vous et documentez vous.

      L’élite doit jouer son rôle et guider son peuple. Il ne s’agit pas de laisser un mafieux se présenter aux élections présidentielles en disant le peuple qui n’a pas accès à l’information va choisir.

      1. Conseil gratuit: Va plutot consulter un psychiatre. Ta haine t’engloutit.

        C’est aux Congolais eux-memes de choisir ou pas Katumbi a la magistrature supreme, et ce en depit de tes elucubrations qui ne valent pas plus que tes « postings » sur CIC..

      2. @ Aligator,

        Les racistes et les haineux sont ceux qui plongent tout un peuple dans la souffrance(violes, massacres, esclavage…) par leur gestion calamiteuse.

        Les fous sont ceux qui veulent voir à la tête du pays un mafieux, crétin et imposteur pour prolonger le malheur du peuple congolais, par esprit de lucre.

        Quand je faisais mon MBA aux USA j’ai eu un prof qui nous répétait à propos de la mondialisation et des systèmes complexes … « its just a problem of understanding !  » comprendre le jeu et les enjeux… telle est la clé.

        Pas sûr que vous ayez compris de quoi s’agit-il.

      3. @Mwana ya mokolo lopango

         »Haine »,  »Révisonniste »,  »Xénophobie »,  »Anti-Rwanda »,  »Tonnaux vides », etc… On connait la chanson.

        Ce sont toujours et toujours, les mêmes élements de langage que ces infiltrés rwandais utilisent dès qu’on pointe le Rwanda. Ce sont des digressions. Nous ne sommes pas dupes. Ils perdent leur temps.

        J’aimerai bien qu’un de ces imbéciles nous disent comment James Kabarebe a-t-il fait pour devenir ministre de la défense au Rwanda après avoir été chef des forces armes congolaises. Comment fait-on -en étant mumbala du Kwango comme l’était Kabarebe pour devenir ministre au Rwanda? Peut-être est-il un rwandais congophone?

        Vu qu’on nous impose des  »congolais rwandophones », pourquoi n’y aurait-il pas des rwandais congophones ? Ainsi on verrait des vaches de Idiofa se promener à Kigali. Au nom de l’intégration régionale…

        To timbeli bango. Ba yumas moko boye. Des bandaes! Des mbindres!

  2. Mbuta Nono nki diambu diodio ? Comment pouvez vous accepter encore un étranger à la tête de ce pays après ce qui s’y passe depuis deux décennies ? Est ce que ce pays manque d’ hommes capables de le hisser vers les sommets ? C’ est vraiment étonnant de la part d’ un intello de votre trempe … Avez vous déjà entendu ce monsieur s’ exprimer et c’ est ça qui va nous représenter à l’ étranger ?

  3. Bien dit mbuta « Muana ya mokolo ya lopango » ! Je comprend pourquoi ceux qui sont diplômé d’ universités ne se bousculent pas au portillon pour assumer cette fonction présidentielle ; ils préfèrent rester à l’ ombre des cancres et autres crétins pour profiter de leurs errements afin de mieux se servir . C’ est quoi cette manie de propulser des étrangers et des crétins à la tête de ce pays ?

  4. Peu importe que Mr Katumbi soit Congolais d’origine étrangère ou pas,, mais c’est son incompétence en tant que autodidacte et sa malhonnêteté du fait qu’il a une fortune mal acquise en pillant le pays comme les autres, qui posent problème. Mobutu et ses collaborateurs étaient tous les vrais fils du pays, mais cela ne les avaient pas dissuadés de saigner en blanc les caisses en laissant un pays totalement sinistré.

  5. A MUANA MOKOLO LOPANGO
    Comment peur on franchir une porte dans une maison qui est totalement en ruine, c’est comme la RDC qui est en ruine totale où on veut élire un Chef d’Etat dans un pays sans Etat. Le problème du Congo ne se situe pas au niveau des individus, mais c’est le système qui pose problème en nous fabricant des dictateurs sanguinaires. Donc, il faut en première lieu rebâtir la maison avant de fixer les portes, rebâtir d’abord l’Etat et le reste après.

    1. @Vanza,

      On est d’accord que la maison est en ruine il faut la reconstruire. Je voulais insister sur le fait que le prochain chef de chantier doit accepter et impulser les grosses modifications. D’où l’importance du poste, je ne parlais pas de la farce des élections.

  6. Plusieurs Kongolais et Kongolaises croient bêtement sue s’ils ou elles ont des diplômes, ils deviennent ipso facto intelligents, sages ayant la sagesse, l’intelligence, la connaissance, la science d’eh Haut or le monde Occidental précise clairement que ces grades universitaires leur confèrent juste une spécialisation déterminée, cela est véridique car au Kongo actuellement il y a plusieurs diplômés des vrais et des faux mais peu d’intellectuels chevronnés qui se surpassent face à l’adversité, après l’imposteur Tutsi Rwandais Kanambe alias Joseph Kabila, les mêmes intellectuels de la science sans conscience n’est que ruine de l’âme veulent remettre le couvert en nous (Peuple Kongo Souverain Primaire) imposant par leurs thèses farfelues un second imposteur Juif-Zambien Moses Soriano alias Moïse Katumbi… C’est une malchance d’avoir une telle élite aveuglée, complice, corrompue comme soi-disant guide des millions de Kongolais…

    Humblement nous estimons que si un homme ou une femme originaire du Kongo, produit d’un couple cent pour cent Kongolais (Père et Mère) à ce stade-ci en 2018, qui a tout vu, tout entendu, tout analysé à moins qu’il ou qu’elle soit d’une autre planète, après avoir eu connaissance des aventures politiques rocambolesques, manœuvres politiques dilatoires qui se jouent dans l’antre et le détail politique au Kongo RDC (République Démocrature du Congo-Kinshasa) depuis 2001 voire avant 1997, après avoir pesé le pour et le contre sur l’Occupation étrangère Tutsi Power et les effets collatéraux qui en découlent mais continue de se voiler la face, de soutenir l’insoutenable en plébiscitant, en encensant encore 17 ans après un escroc voleur infiltré faux Kongolais de carte d’électeur du calibre d’El Diablo Moses Soriano alias Moïse Katumbi Chapwe dissident frondeur du PPRD plus con que le premier, même bourré des diplômes, licences, MBA et doctorats, ce Kongolais ou cette Kongolaise est simplement opportuniste, son parlé politiquement correct ne vaut absolument rien…

    Expliquons-nous, c’est compréhensible, admissible qu’unn shegue, un phaseur, un ilettré, un inculte, un inapte intellectuel peut faire deux fois la même erreur n’ayant aucune matière grise pour cautionner deux fois l’imposture incarnée par un imposteur de surcroît incompétent conscient mais un universitaire ne peut se le permettre sinon à quoi sert toute la formation scolaire, universitaire reçue qui donne les armes offensives et défensives intellectuelles pour bannir les sentiments et émotions face à un obstacle ? Ne dit-on pas que *L’émotion est nègre, la raison est Hellène*…

    Au final à propos de l’intelligence, de la science, de la sagesse, de la connaissance d’en Haut qui sanctifient l’esprit, le corps et l’âme car en réalité dans l’homme c’est l’Esprit DIVIN qui agit du moins exclusivement pour les initiés qui en sont connectés, la Véritable Parole Authentique Divine affirme dans Proverbes du Roi Salomon Qotelet l’Ecclésiaste *Mon fils, sois attentif à l’éducation que tu reçois de ton père et ne néglige pas l’instruction de ta mère. Car elles seront comme une belle couronne sur ta tête et comme des colliers à ton cou*.. (Proverbes 1:8-9, clé de la sagesse)…

    Ensuite l’Ecclésiaste conclut *Mon fils, sois attentif à la sagesse d’en haut que je t’inculque. Prête l’oreille à mes paroles (intelligence) qui t’enseignent la raison. Pour que tu aies la clairvoyance (la réflexion, la discipline, les pensées réfléchies) et que tes lèvres gardent la connaissance (science, préceptes et commandements divins)* (Proverbes 5:1-2)…

    La luta continua la Victoria e Certa. Ingeta

    1. Plusieurs Kongolais et Kongolaises croient bêtement que s’ils ou elles ont des diplômes, ils deviennent ipso facto intelligents, sages ayant la sagesse, l’intelligence, la connaissance, la science d’en Haut or le monde Occidental Anglo-saxon Indo-européen précise clairement que ces grades universitaires leur confèrent juste une spécialisation déterminée dans un domaine précis, cela est véridique car au Kongo actuellement il y a plusieurs diplômés des vrais et des faux avec des points académiques sexuellement transmissibles mais peu d’intellectuels chevronnés qui se surpassent face à l’adversité pour enjamber les obstacles, bizarrement après l’imposteur Tutsi Rwandais Kanambe alias Joseph Kabila, les mêmes intellectuels de la science sans conscience n’est que ruine de l’âme veulent remettre le couvert en nous (Peuple Kongo Souverain Primaire) imposant par leurs thèses farfelues un second imposteur Juif-Zambien Moses Soriano alias Moïse Katumbi aussi con, tordu d’esprit que le premier… C’est une malchance d’avoir une telle élite aveuglée, complice, corrompue comme soi-disant guide des millions de Kongolais…

      Humblement nous estimons que si un homme ou une femme originaire du Kongo, produit d’un couple cent pour cent Kongolais (Père et Mère) à ce stade-ci en 2018, qui a tout vu, tout entendu, tout analysé à moins qu’il ou qu’elle soit d’une autre planète, après avoir eu connaissance des aventures politiques rocambolesques, manœuvres politiques dilatoires qui se jouent dans l’antre et sérail politique au Kongo RDC (République Démocrature du Congo-Kinshasa) depuis 2001 voire avant 1997, après avoir pesé le pour et le contre sur l’Occupation étrangère Tutsi Power et les effets collatéraux qui en découlent mais continue de se voiler la face, de soutenir l’insoutenable en plébiscitant, en encensant encore 17 ans après un zutre ovni inculte bourrique ignare illettré escroc voleur infiltré faux Kongolais de carte d’électeur du calibre d’El Diablo Moses Soriano alias Moïse Katumbi Chapwe dissident frondeur du PPRD plus nocif que Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila, même bourré des diplômes, licences, MBA et doctorats, ce Kongolais ou cette Kongolaise est simplement opportuniste, son parlé politiquement correct ne vaut absolument rien, du bia bla Bla pour entuber les néophytes, pour manipuler les plus naïfs d’entre les vrais Kongolais…

      Expliquons-nous, c’est compréhensible, admissible qu’unn shegue, un phaseur, un ilettré, un inculte, un inapte intellectuel de faire deux fois la même erreur n’ayant aucune matière grise pour analyser sans cautionner deux fois l’imposture incarnée par un usurpateur d’identité de surcroît incompétent conscient mais un universitaire accompli ne peut se le permettre sinon à quoi sert toute la formation scolaire, universitaire, post universitaire reçue qui donne les armes offensives et défensives intellectuelles pour bannir les sentiments et émotions face à un obstacle ? Ne dit-on pas que *L’émotion est nègre, la raison est Hellène*…

      Au final à propos de l’intelligence, de la science, de la sagesse, de la connaissance d’en Haut qui sanctifient l’esprit, le corps et l’âme car en réalité dans l’homme c’est l’Esprit DIVIN qui agit et donne l’intelligence d’en Haut du moins exclusivement pour les initiés qui sont connectés avec la voûte qui fournit cette énergie spirito-divine, la Véritable Parole Authentique Divine affirme dans Proverbes du Roi Salomon Qotelet l’Ecclésiaste *Mon fils, sois attentif à l’éducation que tu reçois de ton père et ne néglige pas l’instruction de ta mère. Car elles seront comme une belle couronne sur ta tête et comme des colliers à ton cou*.. (Proverbes 1:8-9, clé de la sagesse)…

      Ensuite l’Ecclésiaste conclut *Mon fils, sois attentif à la sagesse d’en haut que je t’inculque. Prête l’oreille à mes paroles (intelligence) qui t’enseignent la raison. Pour que tu aies la clairvoyance (la réflexion, la discipline, les pensées réfléchies) et que tes lèvres gardent la connaissance (science, préceptes et commandements divins)* (Proverbes 5:1-2)…

      La luta continua la Victoria e Certa. Ingeta

      1. Compatriote Combattant Résistant de l’ombre,

        Je ne sais si votre syncrétisme Kongo des Ancêtres/christianisme est ancien, moi je ne l’ai ‘remarqué’ que plus récemment…
        J’avoue le trouver bien curieux et parfois déroutant : comme un radicalisme à géométrie variable tant justifier ici son nationalisme sans faille n’est pas toujours compatible là avec la charité et le pardon chrétiens, comme si la défense de notre Afrique exigeait un certain athéisme sinon un autre corps de doctrine que celui du colonisateur/exploiteur…
        Et pour peu que l’on en force la démonstration comme ci-dessus l’on tombe vite dans la caricature et l’amalgame purs et simples, méfiez-vous donc : vos ennemis ne sont peut-être pas toujours là où vous voulez les trouver…

      2. Compatriote Nono,

        Là où il y a l’esprit du Véritable Dieu Tout-Puissant Créateur, il y a liberté de culte, de penser, d’expression, de croire ou de ne pas croire aux affaires du Véritable Dieu Tout-Puissant Nzambe Tata, le paganisme, l’athéisme, l’animisme, la religion ne sont que des concepts humains creux (,*La vraie religion pure, sans tâche est de visiter les veuves et orphelins et de fuir les souillures de ce bas monde* Jacques 1:27)…

        La catastrophe qui sévit au Kongo est aussi un problème de spiritualité, c’est le nœud du debat problèmatique de changement de mentalité qui resurgira pour s’iimbriquer sur la bonne disposition des choses tant débattu sur ce site CIC, nous avons une autre vision tranchée sans demi mesure si on y entre encore en profondeur dans les vérités spirituelles, votre curiosité vous deroutera…

        Le Kongo du 15e siècle même avant l’arrivée de l’homme blanc avait des millions d’habitants bien administrés qui s’organisaient à leur manière, ce n’est pas nouveau, on invente rien, il suffit de faire des recherches sur le net, on y trouve des tas des vérités insoupçonnées, des multitudes des vieilles cartes géographiques qui tournent en bourrique tous les gros mensonges que l’homme blanc Aryen Indo-européen a mis dans les cerveaux humains formatés des noirs Africains…

        Nous vous assurons que vous changerez de mentalité si vous vous attelez à fouiller pour en savoir plus. Quelques bribes des petites vérités qui peuvent vous désarçonner : vous y trouverez que plusieurs noms bibliques connus sont francisés malhonnetement par les exégètes savants blancs triés sur le volet mais se trouvaient en Afrique Ancestrale avant le fracas en mini-continents, forcément la Mésopotamie, le Mont Ararat, le Jardin d’Eden aussi, vous saurez que la Bible actuelle falsifiée est une histoire noire d’Afrique, elle a une vraie origine Africaine Ancestrale, elle n’était pas écrite en Grec et Hébreux qui ne sont pas les langues les plus anciennes outre mesure, comme le fait penser les traducteurs biblicistes du Catholicisme, vous apprendrez que les juifs actuels sont des imposteurs issus des descendants Khazars Turcs, Séfarades, Askhenazes ainsi que quelques Goyims (Juifs convertis), Hitler le savait raison pour laquelle il les exterminait comme des rats, l’ancien Pharaon blanc non initié aux rites d’Égypte Ancien le dira sous forme de boutade *Les Hébreux sont sortis de l’Afrique noirs mais sont devenus blancs en Palestine*…

        Bref, il y a tant de mensonges éhontés à tordre le cou pour que vous changiez de mentalité, c’est même la raison principale qui nous (Combattant Résistant de l’Ombre) a conduit à se poser des questions exustentieloes sur les fausses religions du livre ou révélées entre autre le Catholicisme et les églises de sommeil Binzambi Nzambi, vous serez abasourdis de découvrir des vérités cachées sur les mensonges éhontés du JC Blanc Aryen Indo-européen Efféminé César Borgia que toute l’Afrique accepte, intronise comme leur faux dieu à la place du Véritable Dieu Tout-Puissant Créateur Souverain Redoutable qui vit inexplicablement hors de toute réalité même au-delà de la non-existence…

        Bref, il y a tout un mouvement d’initiés de plusieurs races et pays, de tous horizons qui croient dans cette ère du Verseau que le Véritable Christ fut Noir de peau, pour d’autres religieux Catholiques, Protestants, Anglicans, Orthodoxes, cela importe peu mais toutes choses restant égales par ailleurs le salut éternel est individuel, on obtient jamais le vrai pardon par des chemins ténébreux satanistes occultes…

        Notre nationalisme étant Lumumbistes Mulelistes a un socle sur les fondamentaux et fondations solides de cette Vérité immuable cachée que nous avons eu la Grâce imméritée de découvrir, que nous essayons humblement de partager sans faire du prosélytisme… Peace

  7. @ Muana ya mokolo lopango, Nkomi Mbuta, Vanza Lutonda & tous,

    Je suis plutôt satisfait de mon ‘pavé dans la mare’ tant vos arguments m’ont rassuré : loin du débat sur sa nationalité, globalement à vos yeux la personne, le profil et l’expérience passée de Katumbi n’offrent pas la garantie d’une alternative crédible (intellectuelle, programmatique, éthique, patriotique, souveraine…), d’un changement indispensable à la gouvernance en cours. Mais encore ? Oui pour tout vous dire j’attendais vos réponses mais ‘une’ manque peut-être au rdv…
    En effet permettez une précision : Katumbi n’est pas exactement mon candidat ou plus précisément j’avoue ainsi sans autres œillères qu’il serait d’abord pour moi un choix par défaut sinon par résignation (coupable !) devant ceux que je vois devant nous… Je disais ainsi dans ma précédente intervention que la politique utile était aussi la ‘quête du possible’, plus exactement ‘la gestion du souhaitable pour le possible’ ; il nous faut donc aussi faire avec ce et ceux que nous avons, en tirer le meilleur plutôt que de trop nous limiter à des attentes seraient-elles idéales mais aujourd’hui au-delà de notre portée en attendant qu’elles le deviennent par nos efforts… Je ne renonce donc pas au mieux ou plus exactement au combat pour obtenir mieux càd essentiellement le choix le plus souverain, le plus judicieux pour notre pays… N’est-il pas par exemple plus fructueux d’imaginer un encadrement du personnage dans une gouvernance bien organisée ? Etc, etc…

    Alors questions ! Pourquoi et comment Katumbi se retrouve là devant nous comme un des candidats présidentiables en vue ? Etes-vous sûr qu’il y’aura demain un meilleur candidat que lui ? Choisir aujourd’hui Katumbi ne peut-il relever que de l’inconscience ou irresponsabilité et/ou de la soumission et/ou de l’ignorance et/ou, et/ou du ‘collaborationnisme’ et/ou de la résignation coupables et jamais du pragmatisme utile à ce stade ?
    Voilà quelque peu une face ou dans tous les cas l’origine de l’essentiel de mes prises de position et de mes interrogations, j’espère que si cela ne les justifie point, il les explicite un tant soit peu pour que si besoin le dialogue se poursuive entre nous…

    1. @Nono,

      Il y a 3 ans personne ne connaissait Macron et LREM comme parti politique n’existait pas. Le processus démocratique permettra l’émergence des candidats congolais valables. Ce n’est pas un concours de notoriété et on ne doit pas être impressionné par le cirque de katumbi en Afrique du Sud.

      Vous dites « …Katumbi n’est pas exactement mon candidat ou plus précisément j’avoue ainsi sans autres œillères qu’il serait d’abord pour moi un choix par défaut sinon par résignation (coupable !) »

      Primo, Katumbi le kabiliste ne peut pas être un choix, ni par défaut ni par résignation sauf accepter de pérenniser la descente aux enfers du Congo et des Congolais. Là encore, je ne vous suis pas.

      Secundo, vous prenez un mauvais scénario ( les élections qui n’auront jamais lieu), un mauvais candidat (katumbi le kabiliste) et vous vous basez sur des mauvais critères (la notoriété et l’argent ). Une élite ne doit pas raisonner comme ça.

      Vous rajoutez « il nous faut donc aussi faire avec ce et ceux que nous avons, en tirer le meilleur plutôt que de trop nous limiter à des attentes seraient-elles idéales … » rassurez moi que vous ne faites pas partie de ceux, comme L. Michel et Kagame, qui pensent que le Congo n’a pas produit des hommes et des femmes capables de le redresser pour qu’un vulgaire mafieux devienne un choix par défaut et le seul que nous ayons.

      Plus loin vous dites «… N’est-il pas par exemple plus fructueux d’imaginer un encadrement du personnage dans une gouvernance bien organisée ? Etc, etc… »

      Vous proposez quoi exactement, que le loup garde la bergerie mais surveillé par des chiens de garde. L’exemple de la formule 1 +4=0 et des tontons autour de Kanambe n’a pas servi de leçon ?

      Vous vous demandez « …Pourquoi et comment Katumbi se retrouve là devant nous comme un des candidats présidentiables en vue ? Etes-vous sûr qu’il y’aura demain un meilleur candidat que lui ? Choisir aujourd’hui Katumbi ne peut-il relever que de l’inconscience ou irresponsabilité et/ou … du pragmatisme utile à ce stade ? »

      Ndeko Nono, par vos écrits vous affichez un certain niveau d’éducation et d’instruction. Le problème du Congo est suffisamment grave pour ne pas l’aborder sous l’angle de la provocation. Comment voulez-vous dénoncer des accords de pillage qui appauvrissent le pays en ayant comme chef de l’état un des principaux organisateurs de la braderie ???

      On ne doit pas être impressionné par la comédie de la candidature de katumbi. Qu’il dépense son argent acquis frauduleusement pour déclarer sa candidature c’est son droit. Mais Qu’un congolais pense une seconde que le choix d’un mafieux à la tête du pays, en l’état actuel du drame, pourrait relever d’un choix pragmatique parce qu’on ne pas sûr d’avoir un meilleur candidat… les bras m’en tombent.

      En gros nous sommes tous des médiocres et Katumbi c’est le meilleur d’entre nous.

      Ce n’est pas un concours de compte bancaire ou de notoriété auprès des supporters de Mazembe. L’élite congolaise médiocre a failli à sa mission. Quand le peuple congolais vie l’esclavage au Congo, quand des réfugiés congolais en Ouganda sont réduits à manger de la merde… on n’a pas le droit de laisser perdurer cette situation.

      L’élite congolaise ne joue pas son rôle… mon vol embarque… me voy…

      1. Compatriote Muana ya mokolo lopango,

        Ma réponse est la même que celle que je viens de donner à notre ami Jo Bongos : vos arguments me paraissent globalement valables sauf peut-être à davantage les compléter, les élargir et surtout à vaticiner moins à la ‘fin de l’histoire’ : il y’ a souvent, il y’a toujours besoin d’un petit plus au plus malin des développements…
        Attendons la suite des événements peut-être nous en apprendront-ils davantage et autre meilleur entendement et stratégie plus efficace que ceux qui sont les nôtres aujourd’hui… Imposez aussi moins vos vues aux autres : pourquoi par exemple n’auraient-ils pas l’intelligence et le loisir de « choisir » un Katumbi pour le même intérêt général que celui de tout bon patriote ? Méfiez-vous donc !

      2. Ndeko Nono,

        Je vais tenter une dernière fois et je m’arrête là, non pas que l’échange ne me passionne plus mais j’ai 7 heures de décalage et je pense en avoir suffisamment dit.

        Le problème est le suivant: vous pensez que nous avons 2 camps, la kabilie d’un côté et l’opposition de l’autre. Pour vous, l’opposition doit gagner et pour qu’elle se donne les chances de gagner à coup sûr, katumbi est stratégiquement le meilleur choix voire le choix par défaut. C’est le sens de votre réflexion.

        On tente de vous expliquer, en vain, qu’il n’y a pas deux camps ou il y a en 2 mais pas ceux que vous croyez. En effet, il y’a face à face, la kabilie et le plan b de la kabilie, avec les opposants accompagnateurs (ceux que la kabilie ne fout pas en tôle).

        Qui sont les hommes qui entourent katumbi? Les Pierre Lumbi and co, qui est l’avocat de katumbi dans l’affaire qui l’oppose au procureur? Maître Ruberwa, conseiller du surnommé Kabila. Benda bilili ndeko Nono.

        L’intérêt général n’est pas la somme des intérêts particuliers !

        Votre argument, qui est d’ailleurs celui des katumbistes et des kabilistes consistant à seriner qu’il ne faut pas imposer ses points de vue aux autres et qu’il faut laisser le peuple décider… ne tient plus en l’état actuel des choses.

        Dans les pays dits grandes puissances, ce ne sont pas les peuples de l’amérique Profonde ou des campagnes françaises qui fabriquent les TGV, les missiles, les satellites… et dominent le monde. Ce sont les élites.

        Quel est le niveau de connaissance, d’éducation, d’instruction, d’information des populations congolaises pour qu’on les laissent choisir en espérant qu’elles fassent le bon choix et qu’on s’en sorte.

        A propos du choix patriotique du peuple, n’a t’il pas choisi en 2006 et 2011… pour quel résultat ??? Savez-vous que depuis la fin de son mandat le surnommé Kabila a déjà signé plus de 650 contrats ? Quel sera l’impact de ses contrats sur l’avenir du Congo. La population de Masina est-elle au courant des agissements de Katumbi ?

        En l’état actuel, ce n’est plus le problème du peuple affamé, ignorant, massacré, violé, déplacé… réduit à l’état d’esclavage, c’est plus que jamais le problème de l’élite congolaise qui doit guider son peuple et sauver le Congo.

    2. @ Nono

      Je reponds à vos questions:

      Pourquoi et comment Katumbi se retrouve là devant nous comme un des candidats présidentiables en vue ?

      Katumbi ne se retrouve pas là ex-nihilo. Vous ne vous etes jamais posé la question de savoir pourquoi il avait  »quitté » ses amis? Regardez les personnes qui l’entourent aujourd’hui et refléchissez un peu. Katumbi est un élement d’un puzzle bien construit par les mêmes qui sont à la base de la tragédie congolaise. Etonnant qu’un homme comme vous se pose une telle question.

      Etes-vous sûr qu’il y’aura demain un meilleur candidat que lui ?

      Dans le contexte actuel, NON. Pas parce qu’il est ou serait  »meilleur » que tout autre. C’est simplement parce qu’aucun autre ne présente son profil. Sauf peut-être Kamerhe. Faut-il vraiment que je vous explique pourquoi?

      Choisir aujourd’hui Katumbi ne peut-il relever que de l’inconscience ou irresponsabilité et/ou de la soumission et/ou de l’ignorance et/ou, et/ou du ‘collaborationnisme’ et/ou de la résignation coupables et jamais du pragmatisme utile à ce stade ?

      Oui. Oui. Oui. Absolument ! A l’aune de la genèse de la tragédie que vit le Congo aujourd’hui et du travail colossal qu’il faudra impulser pour sortir ce  »shitole country » de la merde dans laquelle des barbares ataviques l’ont plongé pour piller ses richesses et ses terres.

      1. Calmons-nous, Compatriote Jo Bongos, mes questions ne sont pas si débiles que ça… Croyez-moi, elles tentent de démontrer un point qui peut encore vous échapper ; vos réponses sont en effet pour le moment convenues, les mêmes bien sûr que les miennes mais pas élargies dans le sens qui me préoccupe…
        A tort ma préoccupation? Peut-être ; attendons alors la suite et pourquoi pas le tout terme de ces élections si elles ont bientôt lieu, y verrons-nous peut-être plus clair… « Pourquoi est-il là », disais-je ; cela peut signifier aussi sommes-nous capables pour le moment de le bouter dehors et comment, et pour qui et de quelle valeur à la place ? Etc, etc…

  8. A MUANA YA MOKOLO LOPANGO

    Un chef de chantier bâti un édifice en exécutant un plan bien établi, ce qui ne cadre pas avec la situation de la RDC qui n’est pas un Etat, surtout avec cette situation où toutes les institutions sont illégitimes et illégales depuis le 19 décembre 2016. En réfléchissant un peu plus, même la CENI est aujourd’hui illégale au regard de son bilan catastrophique depuis sa création en 2005.

  9. Les compatriotes non juristes ou professionnels du Droit comme plusieurs qui se sont exprimés ci-haut, ont leur droit de se tromper en tâtonnant sur un terrain et matière qui ne ne sont pas les leurs.

    Ce qui est inadmissible, c’est le fait que des supposés juristes et docteurs en Droit, en l’occurence Monsieur Tshisekedi, ait, par les accords (puisque le Congo est un pays infini d’accords) de trahison d’Addis-Abeba et Sun-City, accepté et laissé faire qu’un étranger occupât le poste de la magistrature suprême de notre pays. Vous ne pouvez vous imaginer l’incidence des déclarations et actes tant explicites que quiescentes de cet individu (Kanambe) en Droit international. Quelqu’un pourrait me dire sa prédiction sur les conséquences futures du fait que notre pays ne puisse exercer pendant longtemps ses actes de souveraineté sur une certaine étendue de notre territoire, contrôlé par le pays d’origine et de nationalité (le Rwanda) de celui que les Tshisekedi et Bemba ont de manière irresponsable accepté de placer à la tête de notre pays? Qui sommes nous congolais pour tolérer que ces deux messieurs, l’un décédé et l’autre en prison, après avoir avoué d’avoir accepté l’inacceptable, puissent se prévaloir d’avoir des partis politiques? Ne devraient-ils pas passer aux oubliettes?

    Ceci dit, devrions-nous tomber dans le même piège de remplacer un zambien de surcroît marié à une tutsie rwandaise à la place d’un ignare rwandais? Hein? Hein? Hein?

    1. Je ne saisis simplement pas toute la pertinence de vos critiques qui selon moi confinent à quelque prétention et plutôt à un amalgame des ordres d’appréciation, Compatriote Mamale ?
      Comment pouvez-vous penser que ce sont la méconnaissance des principes de droit de je ne sais qui et le laisser-faire délibéré d’un Tshisekedi ou d’un Bemba qui auraient permis toutes ces impostures dans notre Etat alors que ce sont largement l’intérêt, la volonté, la puissance et l’habileté des forces au-dessus de nous tenant à nous l’imposer qui ont à terme prévalu ? Sun City comme Addis Abeba (UA) et comme New York (ONU) n’ont jamais été des ‘donneurs d’ordres’ neutres et généreux et notre bataille à nous faibles et éventuelles victimes se situe bien en amont et nécessite bien des appuis et des ruses…
      Je veux bien que chacun dans son coin brandisse la fleur au fusil son patriotisme triomphant et condamne sans sacrifices personnels tel ou tel autre d’avoir ‘accepté l’inacceptable’ mais est-il réellement capable de se mettre à sa place pour penser que l’autre n’ait pu à son tour mesurer avec raison au moment des faits son bénéfice/risque personnel et celui de l’Etat ?
      Savez-vous encore par exemple que pour imposer ‘JK’ (contre Bemba) en 2006 la CI a dû débarquer exprès au Congo où déjà la Monuc opérait une force européenne supplémentaire très opérationnelle (EUFOR) ?
      De même que signifie-ce ‘tomber dans le même piège de remplacer un zambien de surcroît marié à une tutsi rwandaise à la place d’un ignare rwandais’ comme si tout cela était avéré ou se faisait à découvert sans la moindre couverture ? Une curieuse et incomplète appréciation théorique d’une réalité qui forcément se vit ou s’est vécue bien autrement ; ce n’est pas décidément donné donné à tout le monde d’être le commandant d’opérations d’envergure ou alors on dit tout même n’importe quoi de loin où l’on se trouve du champ de bataille… Franchement je ne comprends pas trop cette légèreté de jugement…

      1. Mon frère Nono,

        Lorsque par un élan de xénophobie, à Obama il a été mis en doute sa nationalité américaine d’origine, celui-ci produisit sans broncher son acte de naissance d’Hawaī. Ce dernier en tant que juriste était conscient du bien fondé du questionnement de sa nationalité par le peuple américain, au regard du poste de chef d’Etat (peut importe le pays). En effet, au regard du droit Intqernational, outre l’immunité dont jouit un chef d’Etat, ses actions unilatérales sont susceptibles d’engager le pays. Si la condition de nationalité pour un chef d’Etat est de stricte exigence interanationalement, notre pays n’a pas pourquoi faire exception. Si le compatriote Nono ne peut prétendre briguer le poste de président du Rwanda ou de la Zambie, à partir de ce moment, comprendra t-il l’impoftance et délicatesse de ce poste.

        Devant l’imposture voilée par la trahison des nôtres sous des simulacres d’élections (2006,2011), les chefs d’Etat étramgers disent toujours: « la décision appartient au peuple congolais ». De ce fait l’insurgence ou mouvement de libération sont des figures reconnues en Dfoit intenational, ainsi que son corollaire « ius in bello », c’est-à-dire, le droit de prendre les armes. EUFOR qui n’est qu’un sujet secondaire de Droit International né de la volonté des Etats comme sujets primaires, ne peut aller à l’encontre de la volonté et détermination du peuple congolais. Normalement, ceux qui se sentent dans le rôle de lidérer le peule et défendre ses droits, ne peuvent sombrer dans la « prodigalité » d’accepter du n’importe quoi.

        Entre bénéfice/risque personnel et de la République, les deux individus Bemba et Tshisekedi ont choisi clairement l’intérêt personnel. Si le premier s’était désolidarisé de tous les congolais présents à la rencontre pour le poste lui promis de premier ministre, le segond, ou mieux dit sa famille se trouve emboubée dans des scandales de corruption.

        De ce qui précède, je retourne la question à Nono. Ne disons-nous pas aujourd’hui basta qu’un zambien vienne se greffer à la tête de notre pays?

      2. Mon Frère Nono,

        Puis-je vous rassurer que je suis bel et bien sur terre et mon voeu le plus ardent est que mon apport sur CIC, conjugué au vótre et á celui de nos autres frères, puisse tant soit peu, aider au redressement de notre pays.

        C’est donc épris du sens de responsabilité que j’interviens ici, essayant d’apporter de mon humble savoir en vue d’une solution pour mon pays. Cette labeur exige sérieux et riguer. Si nous agissons par sentiment et sans appui de nos arguments sur des bases scientifiques, nous serions en train de tourner en rond, voire nous auto-flageler.

        Vous avez rejetté en bloc mes propos. Difficile donc il m’est de savoir sur quel point vous ne vous accordez pas avec moi.

  10. A MUANA YA MOKOLO LOPANGO
    Nous avons l’exemple parfais de la République Centrafricaine où les élections n’ont réglées aucun problème, donc une véritable illusion pour tout le monde.

  11. Chers Compatriotes,
    Katumbi un candidat par défaut ? quel défaut cher Nono. Katumbi ne peut en aucun cas être ni un candidat par défaut, ni un candidat, du simple fait qu’il est le produit de « Joseph Kabila » et il n’est pas formé pour le faire que l’on veut lui confier s’il y a élection. De toutes les façons, mon opinion est que le pays ne doit pas aller aux élections maintenant. Le Raïs doit partir, il n’a plus de mandats à remplir, il a commis des crimes contre l’humanité qui ne sont pas à chercher. Nous avons besoin d’une transition pilotée par un homme intègre pour mettre au point des institutions avec les experts qui n’auront pour mission que de lancer les institutions du pays et préparer les élections crédibles, transparentes et dans un climat apaisé. Les deux K: Kamerhe et Katumbi, devront bien suivre le troisième K: Kabila à qui ils sont liés à ce jour encore, malgré les apparents qu’ils affichent pour désorienter les faibles. Kamerhe a suivi un médiocre, Katumbi est le fruit de ce médiocre, dès lors, il ne peut prétendre à la magistrature suprême du pays. D’ailleurs, c’est vraiment injurieux, de dire, il est le candidat par défaut. Un produit des médiocres qui est parfait, cela découle de la logique de certains intervenants de Congoindepenant.com. Je suis sidéré. Que Dieu nous vienne en aide.

    1. Encore une fois, Compatriote Elili, vous fantasmez plus que vous ne vous montrez décidé à affronter la réalité : que vous le vouliez ou non, Katumbi risque bel et bien d’être demain un réel candidat à la présidentielle et même pas par défaut hélas, et cela malgré vos (inutiles ?) cris réprobateurs…
      Merci alors de vous mettre à la page d’une façon ou d’une autre plutôt que d’être ainsi en dehors des rails comme un inoffensif et généreux fou errant… C’est tout ce que je dis et ai tiré à tort ou à raison(?) comme enseignements de la réalité…

  12. Le plan Mokolo wa Pombo dans toute sa splendeur du nom de l’ancien dinosaure cacique du feu Mobutu est en marche, ce fameux plan arrive enfin à l’étape finale, l’Officier Supérieur des Renseignements qui a étudié avec l’argent du contribuable Kongolais, Président National de Apareco nous (Peuple Kongo Souverain Primaire) avait prévenu, averti, Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila a façonné leur beau-frère marié à une Tutsi Rwandaise El diablo Soriano Carlo Gambino alias Moïse Katumbi Chapwe Juif-Zambien infiltré faux Kongolais de carte d’électeur comme cheval de Troie dans l’opposition factice qui l’accompagne pour le réutiliser plus tard pour les 3è élections pièges à con truquées perdues d’avance (3e faux penalty) afin que ce dernier protège les Tutsi Nilotiques et assure leur sécurité avec en prime un poste de sénateur à vie pour l’imposteur usurpateur d’identité Kongolaise Tutsi Rwandais qui a tué, massacré, exterminé les vrais Kongolais durant 20 ans…

    *Ce qui m’effraie, ce n’est pas l’oppression des méchants; c’est l’indifférence des bons* pour paraphraser Martin Luther King. Un humain buen constitué doit être révolté par la barbarie humaine qui se déroule au KONGO RDC (Rép Démocrature du Congo) où l’homme Blanc Aryen Indo-européen fait une recolonisation par représentation en se cachant derrière les Tutsi Power Nilotiques…

    Malheur aux Kongolais qui avalent des couleuvres de ces 2 amis siamois (Joseph Kabila-Soriano Katumbi) qui se lient dans le crime passionnel qu’ils commettent en RDC, un non-État failli depuis l’assassinat de Mzee Kabila. Malheur à ceux et celles qui cautionnent autrui de surcroît imposteurs tueurs assassins…

    Le CLC a ecrit récemment à un représentant du machin ONU (Antonio Gutteres), pour un vrai Kongolais cela est très grave, ça équivaut à une aliénation mentale, aller accuser platement l’imposteur usurpateur d’identité Kongolaise Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila chez ses concepteurs, parrains et marraines qui le soutiennent depuis 2001 jusqu’à ce jour, c’est peine perdue, c’est un non-sens…

    Le Kongo est un marché ouvert qu’on se le dise, tout est permis, tout est utile, tout est possible, la multinationale Samsung a tout de même un service juridique pour vérifier l’illégalité des clauses léonines de ce ème contrat léonin conclu avec alias Kabila en partance par mépris de la vie humaine qui leur donne l’exclusivité de la production du Cobalt. Par traçabilité des minerais de sang, achetons intelligent nos Mac Book, smartphones et laptops… Elle Diablo Moses Soriano Carlo Gambino alias Moïse Katumbi Chapwe à fait pareil, il a mis à genoux le joyau de l’industrie minière Kongolaise (Gecamines), il mérite la Prison nn la Présidence du Kongo… Point barre

    L’essentiel pour le Peuple Kongo Souverain Primaire est d’arrêter l’imposteur usurpateur d’identité Kongolaise alias J. Kabila pour le traduire en justice mais l’accessoire pour la classe politique Kongolaise corrompue médiocre est les élections pièges à con truquées perdues d’avance… Chercher l’erreur

    Ainsi il n’y a pas pire aveugle celui qui ne veut pas voir. L’imposteur usurpateur d’identité Kongolaise Cheval de Troie du Rwanda au Kongo alias Joseph Kabila a dit qu’il mourra d’une balle sur la tête, toute personne qui pense aux élections devient ipso facto fanfaron, farfelu, hypocrite, con, naïf…

    La luta continua la Victoria e Certa. Ingeta

  13. Chers tous,

    Hélas, la plupart d’entre-vous qui me reprochez à raison un choix de ma part dévolu sur Katumbi et vous imaginez ainsi être autorisés à m’apprendre des principes ou des faits nouveaux auxquels je n’adhérerais pas encore, vous oubliez ainsi en réalité que ce soit sur la personnalité des candidats aux élections comme sur l’opportunité et la validité des scrutins eux-mêmes en ce moment, je partage globalement vos vues !
    Encore faut-il y ajouter s’agissant de mes analyses et mes propos ici que ma préoccupation s’est orientée ailleurs, vers ce que j’appellerai « un impératif ou plutôt un principe de réalité », proche de la psychologie (psychanalyse) !
    En effet selon moi, notre grand mal au Congo/Zaïre depuis des lustres c’est justement ce hiatus constant conscient ou inconscient entre l’idéal, les textes légaux, réglementaires ou autres conventionnels et le quotidien des Zairo/Congolais, c’est dire la mise en application de nos bons vœux théoriques et idéaux, de nos textes bel et bien codifiés démocratiquement… Comme en psychologie (en psychanalyse !) le « principe de réalité » est cette capacité à remettre au lendemain la satisfaction de ses désirs, en affrontant consciemment les désagréments, les nécessités effectives du présent et pourquoi pas les conséquences de ses propres actes, il existe ainsi une ‘réalité’ faite de déceptions, d’insatisfaction face à l’idéal…

    C’est dire que selon moi, ‘nos’ ou plutôt ‘vos’ différentes prises de position, vos analyses des faits, aussi justes qu’elles paraissent souvent, chers amis, sont « trop théoriques »…
    Voilà : demain est un autre jour, il y’aura donc un soleil et une nuit qui malgré nos bons vœux sera fait de ce que nous y aurons mis nous patriotes Congolais mais aussi ce que tous les autres dépendants et environnants y auront mis à leur tour !
    (En passant n’oublions pas non plus que notre classe politique toute globalement médiocre se compose d’une majorité au pouvoir et d’une opposition plurielle sinon divisée mais que selon moi c’est parmi ces derniers que nous devrions raisonnablement compter ceux dont les mains sont censées être les moins sales et les têtes plus disposées à inaugurer les changements attendus !)
    Alors le mieux à faire c’est aussi de prévoir nos lendemains en fonction de toutes les expériences passées : que sommes-nous alors autorisés de craindre ou d’espérer demain… ?
    C’est sur cet impératif ou ce principe de « réalité » que nous nous séparons beaucoup, au contraire de moi beaucoup de mes contradicteurs ne semblent pas en tenir assez compte : à tort ou à raison vous me le reprochez mais moi je me vois quand même obligé par « la réalité » (ou « ma réalité » ?) de mettre en bonne place Katumbi à qui je fais pourtant comme vous bien des reproches…
    Nous y reviendrons, vous en doutez bien surtout qu’une fois de plus selon moi, l’avenir risque d’être notre principal juge : dans quelle mesure Katumbi comptera-t-il effectivement demain sur l’échiquier politique national et à quelle place aurions-nous dû le placer dès aujourd’hui pour que quelque part il apprenne quand même à mieux servir le pays…

    1. PS
      Dans l’absolu, dans l’idéal,
      – je ne choisirais pas Katumbi,
      – j’aurais souhaité une candidature commune la plus large possible contre le ‘régime’,
      – j’aurais voulu la ‘tenue des élections’ pour plus tard ou plutôt dans des conditions plus transparentes et plus équitables que celles qui s’annoncent (une loi électorale révisée unilatéralement et iniquement, une Ceni inféodée au pouvoir non restructurée, une ‘machine à voter manipulable’, des hommes et femmes opposants dûment écartés sans justification et interdits de s’exprimer, de manifester partant de faire librement campagne, des médias et journalistes alignés sur l’opposition empêchés de travailler, carrément fermés ou emprisonnés…)
      Derrière cette option se profile bel et bien une exigence de ma part : celle d’une réelle alternative, pertinente et durable qui revendique et réussisse le changement de gouvernance tant indispensable à notre pays ! Mais en même temps toutes ces revendications se doivent de reposer sur un « impératif d’efficacité » ; voilà pourquoi je fais appel au « principe de réalité » qui selon moi peut favoriser l’efficacité de la ‘gouvernance politique’…

      1. @Ndeko Nono,

        J’ai parfaitement compris votre point de vue. Ne vous sentez pas personnellement attaqué. La diversité d’opinion est une richesse, elle doit faire avancer le débat.

        A mon tour je vais vous demander de ne pas vaticiner non plus. La réalité du hier n’est pas celle d’aujourd’hui et celle d’aujourd’hui peut ne pas être celle de demain. A nous d’influencer la réalité de demain.

        La diaspora a une force incroyable et constitue la première aide économique du pays. Avec un peu d’organisation, on aurait pu faire beaucoup mieux. Il manque aux congolais la détermination et l’esprit de combat à mort.

        Le principe de réalité ne doit pas nous conduire à la fatalité et à la résignation. Contrairement à ce que vous croyez, nous avons beaucoup d’éléments que nous ne pouvons pas mettre sur internet. La réalité nous la connaissons trop bien.

        Nous avons des informateurs à Kigali. Si je vous donne les noms (avec date précise) de nos pourritichiens qui vont se prosterner chez le satrape rwandais, vous n’allez pas me croire.

        Dans ce cas, parler des élections, d’opposition, de stratégie, de principe d’alternance, de changement de gouvernance,…c’est justement méconnaitre la réalité actuelle du Congo et sous évaluer le danger à venir. Paul le vrai boss veut s’assurer que le prochain locataire du palais de la nation sera son vassal.

        Sachez que Katumbi ou Kamerhe à la tête du pays c’est la liquidation à coup sûr de la RDC. Ceux qui ont aimé les années Kanambe adoreront les années katumbi.

        On bosse ndeko Nono, en mode sous-marin. On va peut être échoué mais on fera tout pour empêcher la liquidation du pays de nos ancêtres.

        Cordialement,

      2. Bien reçu, Compatriote Muana ya mokolo lopango !
        Je préfère vous faire confiance à vous savoir au travail au service de notre pays qui a bien besoin comme vous le suggérez que ses enfants s’organisent et combattent car le danger n’est pas moindre. Il nous faut réussir le combat, contrer le plus que nous pouvons Kagame et ses infiltrés sur le terrain malgré nos moyens pas toujours importants, là-dessus pas la moindre entorse au principe…
        Mon point de vue, le principe de réalité ne fait qu’insister sur le grand risque vu les rapports de forces actuels entre nous et nos ennemis de nous coltiner encore demain un ‘Katumbi’ ou d’autres de son genre càd bien loin d’être nos premiers choix…C’est dire que notre éventuel échec ne devrait nous pousser ni à la fatalité ni à la résignation et encore moins à la ‘fin du monde’ mais continuer à les empêcher la liquidation du pays en traitant avec eux d’une façon ou d’une autre avec ruse ! Je me dis que c’est possible !
        Voilà à quoi peuvent aussi servir nos ressources d’intelligence, d’organisation, de détermination et de courage, voilà où elles peuvent ‘influencer la réalité de demain’…
        Sinon d’accord avec vous : contrairement à beaucoup de Congolais et à la CI, les élections dans les conditions actuelles ne peuvent être une première priorité…

  14. Chers Compatriotes,
    Nono vient de me dire que Katumbi sera le candidat qu’on le veuille ou non. Eh bien qu’il le soit, mais je ne suivrai en aucun cas le produit des médiocres. Si j’étais de ce genre, je serais aussi au Congo maintenant. Mais je n’ai pas une tête à mettre au service des terroristes. Si vous soutenez Katumbi, vous devez aussi logiquement soutenir « Kabila » qui est la fabricant de ce millionnaire de la république d’après « Mzee ». Je garderai toujours mon esprit critique qui ne fonctionne pas avec la vague de la mode, mais qui suit une certaine logique et qui défend certaines valeurs. Je ne me ferai, ni complice, ni collaborateur des terroristes, des voleurs, des immoraux, des sans foi, ni loi, des irrespectueux de l’être humain, des menteurs…, bref des médiocres. Que Nono suive ces personnages, c’est normal, la lutte de positionnement peut en partie expliquer une telle attitude. Mais le tribalisme peut aussi fonctionner dans ce sens, sans oublier les liens de famille. Cher Nono, vous ne serez pas le premier, ni le dernier. Vous vous êtes au service de Katumbi, si les choses ne se passent pas comme vous l’imaginez, je ne peux pas imaginer ce que vous allez ressentir, car dans le monde des opportunistes, il n’y a pas de place pour certaines attitudes. Katumbi est le candidat ! seul l’avenir nous le dira. Le fanatisme a perdu l’UDPS. J’espère que vous ne serez pas fanatique à l’instar des militants de ce parti qui est considéré par beaucoup comme le début de l’opposition (n’entendez pas par ce mot la démocratie). Que Dieu nous vienne en aide.

    1. Compatriote Elili,

      Ne tombez peut-être pas aussi lâchement dans la diffamation et bêtement dans l’infamie avec des déductions expéditives ! Vous serez entré dans une moralisation à peu de frais bonne pour cette propagande stérile vieille comme la RDC qui n’a pas sauvé le moins du monde ce pays…
      Vous avez des yeux et une tête pour comprendre que malgré vos(nos) péroraisons depuis deux décennies, notre pays n’en reste pas moins soumis à une exploitation encore plus inacceptable parce qu’ouvertement le fait des voisins minuscules avec la complicité des nôtres. Selon vous et surtout avec vous, nous voilà enfin à espérer meilleur sort, tant mieux, c’est notre vœu et le sens de notre combat à nous tous…
      Katumbi longtemps allié à ‘JK’ s’en est éloigné pour vouloir devenir calife à la place du calife, tous les deux n’ont jamais été mes choix, vous le savez bien sinon alors prenez la peine de bien me lire…Tout simplement au contraire de vous ce vœu ne me rassure pas davantage : si vous, en concluez expéditivement et théoriquement que votre (notre) refus de tous les fossoyeurs du pays, ‘JK’, Katumbi et d’autres, suffit pour nous en préserver demain, ne leur offre plus aucune chance d’être demain parmi les dirigeants du pays, pas la peine de le chanter en calomniant les autres qui ne font pas cette lecture. Et surtout, vous l’aurez bel et bien compris, pour moi c’est là une déduction loin d’être objective et réaliste ! Loin des incantations idéalistes dont vous n’hésitez pas à faire la seule arme de la direction des affaires du pays j’ai pris le parti d’un« principe de réalité » : demain comme hier, nous ne sommes pas à l’abri des médiocres, des pervers, des occupants…

      En passant, contrairement à vos insinuations sachez que je n’ai aucun lien direct autre que celui d’être un Zaïro-Congolais avec Katumbi, ni idéologique (politiquement en Europe je suis plutôt du centre-gauche) ni ethno-géographique (ma famille au Congo vient de l’Ouest) ni politique (je suis pour le ‘changement’, farouchement contre le ‘régime de ‘JK » ) ; etc, etc…
      Au final, cher Elili, croyez-moi je ne suis pas encore assez débile et fanatique pour me dire « que je le veuille ou non Katumbi sera ‘candidat’ ou sera élu PR », c’est la Loi et les citoyens électeurs qui en décideront, et peut-être davantage de l’instrumentalisation que le pouvoir pourra en faire, donc ni moi ni vous; mais peut-être assez réaliste et perspicace pour prévoir « que Katumbi ou un autre de chez ‘JK’ peut poursuivre le système demain » ! Ne pas l’écarter donne déjà quelques ressources pour s’en préserver ; c’est aussi simple que cela, pas la peine de me renvoyer à ce que je ne suis pas ou solliciter une aide spéciale de Dieu pour si peu…

Les commentaires sont fermés