Procès de 100 jours: ouverture des audiences en appel fixée le 24 juillet prochain

Le début des audiences en appel du procès dit de 100 jours qui oppose le ministère public au directeur de cabinet du chef de l’Etat et consorts, est fixé au 24 juillet devant la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe, a-t-on appris mardi de l’avocat de la défense, Me Jean Marie Kabengela.

Il a fait savoir que l’appel avait été interjeté le 24 juin dernier, soit 4 jours après la condamnation de son client Vital Kamerhe.

Pour le collectif des avocats de la défense, ce jugement rendu en première instance revêt beaucoup d’irrégularités. « Tout est à refaire. Il y a eu beaucoup de violations de règles de procédure et du fond durant le procès 100 jours. Le dossier doit être revu in globo », a dit Me Jean Marie Kabengela qui estime que le premier juge n’avait pas bien dit le droit.

Le directeur de cabinet du chef de l’Etat, Vital Kamerhe a été condamné à 20 ans des travaux forcés pour détournement des fonds alloués à la construction des maisons préfabriquées dans le cadre du programme des 100 jours initié par le chef de l’Etat.

ACP/

2 thoughts on “Procès de 100 jours: ouverture des audiences en appel fixée le 24 juillet prochain

  1. Ezala pièce contre pièce.
    Toboyi toyoka oh juge akufi. Awa Toboyi likambo ya poison !!!
    Ce sera l’arrogance de l’intelligence moyenne de Me Jean-Marie Kabengela contre le génie à l’état pure de Me Dieudonné Kaluba Dibwa, le plus génial des avocats de l’Afrique centrale.

    1. Kiekiekieeee, ndeko Jo Bongos, obosani Me Coco Kayubi qui ne manque pas de répondant. J’espère qu’il sera reconduit. Sinon, à mon avis le Ministère public et la partie civile ont de quoi condamner une fois de plus le délinquant Kamerhe surtout qu’ils ont de quoi ajouter à leur argumentaire et de mieux démontrer la traçabilité du magot volé avec les info glanees sur le train de vie et les dépenses précises du couple Kamerhe sans oublier le blanchiment avéré de leur complice libanais (pourquoi pas d’ailleurs réussir une commission rogatoire au Liban où ont fui ses enfants).
      Avec tout çà, évitons les ingérences politiques d’où qu’elles viennent, elles seront toujours mauvaises conseillères dans un dossier judiciaire.

Comments are closed.