Programme du gouvernement Ilunga 1er: Un petit air de « déjà entendu »

Nommé Premier ministre le 20 mai dernier par le président Felix Tshisekedi Tshilombo – sur proposition de l’ex-président « Joseph Kabila » -, Sylvestre Ilunga Ilunkamba a attendu le mardi 3 septembre pour pouvoir présenter le programme du gouvernement qu’il va diriger. Ce n’est pas de sa faute. Les membres du nouvel exécutif n’ont été nommés que le 29 août soit 214 jours après l’investiture de l’actuel chef de l’Etat. Signe d’une « cohabitation » qui s’annonce « impitoyable » entre les « partenaires » autoproclamés de l’improbable coalition CACH- FCC. Mardi, des députés dissimulaient à peine un certain agacement  d’avoir reçu, quarante-huit heures auparavant, un texte comportant des passages différents de celui présenté par le nouveau chef du gouvernement. Au total, le « Premier » n’a fait aucune annonce originale.  

Dans une « déclaration solennelle » publiée le 29 juillet dernier, Jean-Marc Kabund-A-Kabund (coordonnateur du CACH) et Néhémie Mwilanya Wilondja (coordonnateur du FCC) annonçaient la constitution d’une « coalition politique » pour « gouverner ensemble ». Le texte fait état de l’adoption d’un « programme commun » de gouvernement.

Le Congo-Kinshasa vit depuis plusieurs décennies une « crise d’Etat ». Les citoyens n’ont pas confiance en la capacité de leurs gouvernants de leur garantir la paix et la sécurité. Encore moins un minimum de bien-être. En cause, des promesses non-tenues. Les mêmes citoyens n’ont pas non plus confiance à la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Il en est de même de l’appareil judiciaire et de la Cour constitutionnelle. Les citoyens sont enfin scandalisés par les inégalités qui s’illustrent par le grand train de vie que mène une minorité de compatriotes évoluant dans les institutions politico-administratives du pays.

Palais du Peuple

On imagine que les Congolais vivant dans les 26 provinces du pays avaient, mardi 3 septembre, les oreilles tendues vers l’hémicycle de l’Assemblée nationale afin d’entendre un « message d’espoir » contenu dans le speech du successeur de Bruno Tshibala. Hélas, le « rendez-vous » n’a pas eu lieu.

Que peut-on retenir en guise de « priorités » dans le programme présenté par le « Premier » Ilunga Ilunkamba? Hormis l’instauration d’un budget-programme au niveau des ministères, la mise en œuvre progressive de la gratuité de l’enseignement de base dans les écoles publiques, la création d’une juridiction spéciale chargée de la répression de la corruption et le rapatriement prochain des restes du maréchal Mobutu Sese Seko et l’ex-Premier ministre Moïse Tshombe, Sylvestre Ilunga n’a annoncé aucune réforme majeure. Ce dernier n’a fait qu’égrener un chapelet de bonnes intentions. Du bla-bla-bla…

Secteur politique, défense et sécurité? « Eradiquer totalement les germes d’insécurité à travers le territoire national, notamment en s’attaquant militairement à tous les groupes armés (…)« , « lutter contre l’insécurité et le banditisme sous toutes leurs formes », peut-on lire notamment. Ou encore: « combattre l’intolérance, le divisionnisme et le tribalisme (…)« . Que vient faire le vocable « divisionnisme » au Congo-Kinshasa? Renforcement de l’autorité de l’Etat? « Revisiter le plan de réforme de la police, réformer les services de renseignements, dépolitiser l’administration du territoire ». Promotion de l’Etat de droit? « Faire de la justice l’épine dorsale de notre gouvernance » et « garantir une justice équitable à tous les citoyens ». Redynamisation de la diplomatie? « Promouvoir une diplomatie de développement ». Un slogan éculé. Diversification de l’économie? « Faire de l’agriculture le fer de lance de notre autosuffisance alimentaire et notre bouclier contre l’importation des produits de première nécessité ».

Devant les 352 députés présents, Sylvestre Ilunga a pris l’engagement d’assainir les finances publiques non pas en réduisant le train de vie de l’Etat mais en dépensant dans les « limites autorisées ».

RÉACTIONS

Christelle Vuanga

Quelques parlementaires ont fini par quitter la séance plénière après avoir découvert une « supercherie ». A savoir que le texte qui leur a été distribué, quarante-huit heures auparavant, n’était pas le même que celui présenté par le nouveau « Premier ». Une situation qui les empêche d’interroger le chef du gouvernement en toute connaissance de cause. Ils ont demandé un délai de 48 heures conformément au règlement intérieur.

Plusieurs députés n’ont pas manqué de critiquer ce programme de gouvernement. C’est le cas notamment de Christelle Vuanga. Selon elle, la majorité a fait modifier certaines pages du programme pendant que le Premier ministre lisait son discours. « Ils savaient que nous avons déjà des critiques vis-à-vis du document que nous avons reçu précédemment ». D’après cette jeune députée, la demande d’un délai réglementaire de 48 heures pour analyser le texte présenté a été rejetée. « Ils ont rejeté notre demande de prendre du recul pour mieux analyser le nouveau document. Ils mettent leur majorité au service du mal », a-t-elle confié.

Pour le MS-G7 Bienvenue Apalata, le programme présenté contient « plusieurs bonnes intentions qui en réalité ne constituent pas un programme de gouvernement ». Le député de déplorer l’absence d’une estimation chiffrée. Et de glisser: « Comment pourrais-je, en ma qualité de parlementaire, contrôler ou critiquer ce programme? Je n’ai pas de repères ».

Eliezer Ntambwe

L’ancien journaliste Eliezer Ntambwe n’est pas allé par quatre chemins en affirmant que « le Premier ministre nous a roulés ». Et ce en donnant lecture d’un texte différent de celui qui a été distribué aux parlementaires. Selon lui, les députés entendent faire usage de motions « pour recadrer les choses ».

« DU DÉJÀ ENTENDUS »

La grande majorité des annonces faites par Sylvestre Ilunga dégage « un petit air de déjà entendu ». C’est le cas notamment des réformes en matière sécuritaire et de la force publique.

Dans l’Accord-cadre signé le 24 février 2013 à Addis Abeba, en Ethiopie, par onze Etats africains dont le Congo-Kinshasa, ce dernier avait pris l’engagement de mener des réformes dans l’armée, la police et les « services ». L’Etat congolais s’étaient engagé également à consolider l’autorité de l’Etat à l’Est, de promouvoir les services sociaux de base et la réconciliation nationale, la tolérance et la démocratisation. Aucun changement n’est intervenu dans ces secteurs sous la Présidence du « Grand prêtre » « Joseph Kabila ».

Des observateurs restent sceptiques en ce qui concerne la capacité de l’armée congolaise à éradiquer les groupes armés tant nationaux qu’étrangers qui pullulent au Nord-Est.

Depuis le régime de Transition « 1+4 » à ce jour, les FARDC ont été « infiltrées » par des éléments étrangers à la « loyauté vacillante », faussement appelés « Banyamulenge ». Ces individus sortis de nulle part ont profité des « mixages » et autres « brassages ».

Corneille Nangaa Yobeluo, président de la CENI  (AFP)

De l’avis général, l’armée congolaise devrait être « épurée » de cette espèce de « cinquième colonne », avant toute chose. L’appareil judiciaire et la Cour constitutionnelle devraient subir également de profonds changements. La coalition CACH-FCC est la seule à croire qu’il est opportun de poursuivre le cycle électoral avec la très chahutée Commission électorale nationale indépendante dans sa configuration.

Optimiste, le président Felix Tshisekedi a récemment exclu toute idée d’échec du gouvernement Ilunga Ilunkamba. Au motif qu’ « il va y avoir des objectifs à court et moyen terme qui seront fixés à chaque ministre, une sorte d’évaluation de leur rendement ».

L’histoire ne dit pas si le nouveau gouvernement serait en possession de moyens conséquents pour réaliser ces « objectifs à court et moyen terme », selon le triptyque « mission, moyens, résultats ».

 

Baudouin Amba Wetshi

35 thoughts on “Programme du gouvernement Ilunga 1er: Un petit air de « déjà entendu »

  1. Un chapelet de bonnes intentions.
    Monsieur le Premier Ministre Ilunga Ilunkamba continue la mauvaise tradition de nos dirigeants qui consiste a egrener un chapelet de bonnes intentions en lieu et place du programme de gouvernement. Ce qu’il a presente est tout ce que l’on veut sauf un programme de gouvernement. On ne peut pas s’imaginer de nos jours un premier ministre presentant un programme de gouvernement sans indicateurs chiffres! Un veritable programme de gouvernement fait d’abord un etat de lieux (voici ou nous en sommes), articule les resultas escomptes (voici ou nous voulons arriver) et enfin presente les moyens disponibles et les moyens a rendre disponibles pour materialiser les resultats escomptes (voici comment nous allons y arriver). Dans la bonne gouvernance lorsqu’on parle des moyens et des resultats, on parle de donnees chiffrees qui peuvent permettre au peuple de d’apprecier si on a evolue dans la bonne direction, si on a recule ou si on a fait du sur place.
    Monsieur le premier ministre a presente un texte qui les mettent lui et son gouvernement a l’abri de toute evaluation, parce qu’il n’y pas de criteres d’evaluation! Il n’y a pas de ‘reperes’ comme le dit si bien l’Honorable Christelle Vuanga.
    Monsieur le premier ministre se trompe d’epoque. Le peuple congolais n’est plus dupe. Il sait tres bien faire la difference entre un chapelet de bonnes intentions et un veritable programme de gouvernement. En fait de programme de gouvernement, ce qu’il a presente n’en est pas un!
    Remarquez que monsieur le premier ministre n’a meme pas fait la jonction entre son ‘programme de gouvernement’ et la vision du chef de l’Etat. Cet oubli n’augure rien de bon!
    Binsonji E Madilu

    1. Oui, cher Binsonji E Madilu. C’est malheureusement cela la réalité de notre pauvre pays. Presque six décennies après l’indépendance, un Premier Ministre peut se présenter devant les « élus » du peuple pour dégréner un chapelet de bonnes intentions au lieu de leur présenter un programme gouvernemental sur base duquel ils devront évaluer les performances du gouvernement et le sanctionner le cas échéant. Comme je l’ai toujours dit, la voie suivie depuis le 24 avril 1990 et qui s’est matérialisée avec les élections générales de 2006 mène à tout sauf à un Etat de droit. Si déjà les « élus » du peuple n’ont aucun repère qui leur permettrait d’apprécier l’action gouvernementale, que reste-t-il du check and balance ?

  2. Au Point #4 de son Programme, Ilunga nous promet une lutte (nous supposons) sans merci contre la Corruption (et autres anti-valeurs) devenues mode gestion du haut-en-bas de toutes les institutions – et ce inclu la Presidence – avant et apres FaTshi.
    Question au « pauvre » Ilunga: A-t-il revu sa copie avec le jongleur corrompu et corrupteur Vital Kamerhe dont la course vertigineuse vers l’enrichissement fait la moquerie du Programme de Ilunga…?
    Comble du ridicule, ajoutant le sel dans la plaie, le meme Kamerhe controle – tenez bien – la vice-Primature et le mega Ministere du Budget dans le Gouvernement Ilunga via son pion Jean-B. Mayo.
    L' »optimisme » de FaTshi s’expliquerait alors: Apres FaTshi = Avant F.
    Vive detournements, jouissance et inpunite au sommet continuant la Kleptocratie Kabiliste sous son nouveau masque « CACHE-FCC » !

  3. Chers Compatriotes,
    Il serait naïf de croire que le premier ministre aura des moyens de sa (?) politique lorsque le président de la république n’en a pas du tout. Nous voulons un changement au Congo ? Il nous faudra une révolution plus importante. Ceci est un devoir sacré de tout citoyen Congolais sans exception, en commençant par ceux qui ont déjà compris cela. Voyons ce que va nous donner ce gouvernement issu de la coalition des « Opportunistes ». Que Dieu nous vienne en aide.

  4. Amba Wetshi, encore et encore! Le même, il a changé depuis!
    Continue à étaler tes analyses là.Elles occupent bien tous ces gens qui n’ont rien à faire en occident sinon insulter ceux qui ne pensent pas comme eux. Ils ont beaucoup de temps au regard du chômage qui les tient aux coups…. arrêtez donc de vous masturber en publique, revenez travailler au pays ce, pour le bien de vos familles respectives.
    Salut!
    Je vous aime bien les kumpatria!

    1. B. Michel (ou plutot V. Kamerhe),
      Va lire le tout recent Rapport l’equipe d’evaluation du FMI qui vient de terminer sa mission speciale en RDC sur demande de FaTshi qui en implora Mme C. Lagarde lors de son passage aux USA en Avril.
      Constat du FMI: La RDC (aux abois et en ruine financierement) devra tout d’abord conduire une lutte credible contre la corruption (donc a commencer par la Presidence) avant d’esperer beneficier d’une aide quelconque du FMI. (Et pour ce faire, tu pourrais commencer par remettre $15 million de recents vols dans les caisses de l’Etat).
      Est-ce ce constat du FMI te rend fier et tes patrons dans la bande Cache-FCC? Pour nous de la diaspora, inclu notre cher compatriote BAW qu tu attaques, il s’agit ici d’un constat de la HONTE !

    2. @B. Michel
      Je constate surtout que vous ne vous empêchez pas de lire Congo Indépendant et les analyses de son rédacteur en chef qui, selon vous, « occupent bien tous ces gens qui n’ont rien à faire en Occident sinon insulter ceux qui ne pensent pas comme eux ». Un homme qui a beaucoup à faire au Congo peut-il être plus inconséquent ? Réfléchissez avant de bondir sur votre clavier et de vous livrer à des réactions épidermiques dont l’unique importance est de donner une idée de la petitesse de l’esprit de leur auteur.

      1. @ MBTT
        Merci de clouer ce nullard-parasite CACHE-FCC qui croit avoir (enfin) access a la mangeoire apres sa traversee du desert a L’UDPS ou UNC.

  5. Trop enclins aux pratiques mafieuses, dupeurs au superlatif, nos « pourritichiens » trouvent toujours le moyen de tromper le peuple congolais. Celui-ci, godiche, se fait sempiternellement rouler dans la farine, et ne sait à quel saint se vouer: misère généraliser, 80% de sa jeunesse universitaire est frappée par un chômage on ne peut plus endémique.
    Un gouvernement qui se montre incapable de répondre aux besoins fondamentaux de la population, aucune approche axée sur la santé de la population.
    Alors, que quelqu’un nous explique un peu sur quoi se base l’optimisme de Felix Tshilombo, lorsqu’il se plait à exclure toute idée d’échec de ce gouvernement déjà moribund à sa naissance!

  6. 7 MOIS ET SANS BUDGET CHIFFRÉ ?
    La grande deception est que pendant la campagne électorale, tous les candidats á la présidence avait en commun des propositions concrètes pour booster le budget minable de la RDC, si minable que tous les pays africains affichent un budget respectable.
    Même Shadary avait fait la promesse d´atteindre plus de 50 milliards de dollars .. Tandis que tous les candidats de LAMUKA dont Felix avaient eu des contradictions dans les chiffres… Le plus important, Muzito avait aidé á « structurer » les débats au sein de LAMUKA et Felix devait en principe beneficier de ces échanges et proposer un budget de plus de 100 milliards de dollars.
    7 MOIS ?
    On est surpris de voir le premier ministre se pointer devant le Parlement sans « chiffres » ! De quoi ont-ils discutés pendant 7 mois? Rien que le nombre et et les noms des ministres?
    ETAT DE DROIT
    Cette chanson de l´État de droit perd de sa saveur quand ce débat du budget qui était au centre de la campagne électorale est invisible au Parlement.
    Le Senat qui semble-t-il est mieux organisé peut nous surprendre á exigeant des chiffres ?
    Nous voulons des chiffres.. rien que des chiffres et non une liste des actions impossibles á réaliser sans financement.
    Nous voulons savoir combien du % du budget est destiné á l´admnistration de la présidence, combien du % du budget va financer la gratuité de l´enseignement, combien du % est reservé á la Défense et la sécurité, combien du % est reservé aux salaires des parlementaires.
    Nous voulons des chiffres en l´an 2019.. Nous sommes très loin de 1960 quand les pères de l´indépendance ne possedaient pas un savoir assez crédible.
    Nous voulons des chiffres comme réference afin de verifier le bilan !

    1. @ghost.
      Et pourtant, Ilunga,le PM de FATSHI et de JKK, est détenteur d’un doctorat en Economie,de l’UNAZA,Campus de Kinshasa.
      Qui dit économie,dit aussi chiffres.

  7. « Comment pourrais-je, en ma qualité de parlementaire, contrôler ou critiquer ce programme? Je n’ai pas de repères ».
    Oui, c´est vrai, il n´y a pas de repères et c´est un problème. Mais leur SALAIRE des députés bourgeois qu´ils n´ont pas voulu critiquer était un repère d´une situation critique. Les rouleurs roulés. Tozo zimele bango nyonso ndenge moko.

  8. BAW écrit: « Devant les 352 députés présents, Sylvestre Ilunga a pris l’engagement d’assainir les finances publiques non pas en réduisant le train de vie de l’Etat mais en dépensant dans les « limites autorisées ». »
    Si Sylvestre garde silence sur la réduction du train de vie de l´État, alors les députés – que le texte ci-haut de BAW traite avec ménagement – ne peuvent pas le souligner haut et fort (en commençant par fustiger l´importance de leur salaire)? Problème na biso eza munene !

  9. Si on veut être sérieux, que peut-on réellement attendre d’un gouvernement de coalition ou de cohabitation – cela dépend des humeurs des uns et des autres – de 66 membres dont le chef de chaque groupe coalisé est qualifié de  » grand-prêtre  » par ses garde-chiourmes ?
    Les discours, les intentions, les formalités… ne servent qu’à vendre l’illusion d’un Etat gouverné.
    Il n’y a rien à espérer de ce Wenge-kingakati. Rien !

  10. Ce n’est pas la volonté qui manque à ce grand commis de l’Etat, Monsieur Ilunga Ilunkumba. Toutefois, il n’aura pas les moyens de sa politique, coincé qu’il est entre le Président Fatshi et le grand prêtre omniprésent de Kingakati. Ne parlons pas d’ un programme de gouvernement mais plutôt une litanie de bonnes intentions. Ce n’est pas de bon augure avec un gouvernement monstre, éléphantesque et budgetivore.

  11. Juste un chapelet d’effets d’annonces dont les résultats sont connu à l’avance: enrichissements rapides et illicites. Eh oui! c’est ça « le peuple d’abord pour eux » !!!!!.
    NOUS PLEURONS AVEC BENI NOUS PLEURONS AVEC BENI NOUS PLEURONS AVEC BENI

  12. QUAND L’ IDIOTIE DE CERTAINES PERSONNES N ‘A D’EGALE QUE LEUR IMBECILITE . AU CONGO DU GD PRETRE OU 85% DE LA POPULATION EST AU CHOMAGE COMMENT NOUS CHOMEURS DE LA DIASPORA FAISONS NOUS NOUS NOURRIRE NOS PARENTS?
    QUAND DEJA NOS VIREMENTS VERS LA RESPUBLICA BANANIERE DEPASSE LE BUDJET ANNUEL DE CE DERNIER?
    NOTEZ QUE 95 % DE LA DIASPORA TRAVAILLENT PAUVRE IDIOT.

  13. CHER FELIX DEFENESTREZ KAMEREON SINON VOTRE ECHEC VIENDRA DE CE COTE.
    J ‘AI DEJA DIT CELA A UN AMI MEMBRE INFLUENT DE L ‘UDPS MON SOUHAIT EST QUE VOUS REUSSISIEZ.
    MAIS KAMEREON A COTE JE DOUTE FORT.

  14. A.Weshi écrit : un petit air de  » DÉJÀ ENTENDU « …
    Il reproche au 1er ministre de lister les actions que le gouvernement compte mener parce que d’autres avant lui l’avaient aussi fait. Est-ce c’est sérieux ?
    Il s’appelle Sylvestre Ilukamba et c’est son 1er gouvernement avec une différence de taille: FATSHI président.
    Les actions énumérées ne correspondent t-elles pas aux préoccupations des Congolais? Devrait-il se refuser de les énumérer parce que les autres avant lui l’avaient déjà fait?
    Fallait-il qu’il se refuse d’annoncer la gratuité de l’EP qui est reconnue constitutionnellement parce que les autres l’avaient aussi annoncé ?
    Quelle est au faite la ligne éditoriale de C.I?
    Journal de l’opposition à la Congolaise sûrement.
    Dans le cas d’espèce, il aurait fallu insister sur la volonté politique et les moyens à disposer pour que cette fois-ci ce discour ne reste pas un voeux pieux.
    MOISE MBIYE avait raison de dire que ne compter pas sur les Congolais pour réussir.
    Biso tokoloba mpe tokolemba te. Histoire ekokomama na FATSHI, la pierre rejetée par des politiciens véreux et deviendra la principale d’une histoire nouvelle de la RDC.

  15. Autre chose: A.Weshi ne trouve pas ridicule de relayer et soutenir les préoccupations des députés novices qui ne savent pas encore qu’il y a toujours une différence entre un document synthèse signé et réceptionné au bureau du parlement et le document contenant les détails explicatifs du document synthèse ?

  16. Tous ses traîtres collabos Députés nationaux et provinciaux, Sénateurs, Gouverneurs et Ministres nommés par les Nomades Occupants venus d’ailleurs sont listés, répertoriés par les Combattants Résistants coupables de collaborationnisme, d’intelligence avec l’ennemi du Kongo, qui le moment venu seront fusillés au Stade des Martyrs par le peloton d’exécution des Maï Maï Makesa ANPK (Armée Nationale du Peuple Kongolais)… Trop c’est trop… Ce programme du Gouverne et ment d’Occupation est comme d’habitude un chapelet de bonnes intentions depuis 2006… Dans la foulée, la fausse jumelle de l’imposteur Rwandais alias Kabila, Jeannette Kanambe alias Jeannette Kabila simultanément, en concomitance avec Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo le président protocolaire nommé par ledit imposteur tapi à Kingakati ont demandé dans rigoler « un recensement administratif et scientifique » pour doter les habitants du KONGO d’une « carte d’identité biométrique », ça prouve clairement que les Tutsi Nilotiques Rwando-Burundo-Ougandais, les Banyamulenge et les Banyarwanda sont entrés en masse, l’heure est venue à la traîtresse Udps familiale de leur donner officiellement la nationalité Kongolaise sans tirer un coup de fusil… C’est de la haute trahison passible de peine capitale (peine de mort) par la guillotine ou par l’échafaud…. Peuple Kongolais l’heure est grave, réveillez-vous, le pays Kongo RDC est occupé, risque son inanition… Ainsi soit-il… Ingeta

    1. Dans la foulée, la fausse jumelle de l’imposteur Rwandais alias Kabila, Jeannette Kanambe alias Jeannette Kabila simultanément, en concomitance avec Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo le président protocolaire nommé par ledit imposteur tapi à Kingakati ont demandé SANS rigoler « un recensement administratif et scientifique » pour doter les habitants du KONGO d’une « carte d’identité biométrique »…

      1. Tshilombo n’est qu’un pantin, une girouette télécommandée depuis Kingakati et Kigali. C’est juste une figurine en carton dont la bouche et les membres sont sont agités par Paul Kagame et Hippolyte Kanambe. En voilà une prevue, le fait qu’il emboîte le pas à Janet Kanambe. Mais les Talibans applaudissent!

      2. Chers compatriotes,
        Notons en passant que la precipitation de FaTshi d’emboiter le pas a la Tanzanienne Jaynet Kanambe pour doter les « Congomani » des nouvelles cartes biometriques n’a rien de patriotique ni de prioritaire.
        Suivez mon regard: FatTshi et son tres affairiste dir-cab V. Kamerhe, comme toujours, sentent plutot le « Pognon » a se faire tres vite dans cette anarque tres allechante….. car ces cartes devront s’acheter comme de passeports. Imaginez 80 Million a au moins $2 chacune…
        Demandez a Zoe, le tres voyou frangin Kanambe, qui controle aujourd’hui les « Imprimes de Valeur » inclu Permis de Conduire…

  17. @ « Combattant Resistant de l’ombre » et « KUM » ça me rassure de savoir que vous êtes KONGOLAIS. Laissez-nous, CONGOLAIS, gérer notre CONGO. Vous les KONGOLAIS dominés par le Rwanda, allez réclamer votre independence à Kigali.

  18. @Minu songe alias Azarias Ruberwa frère de Jeannette Kanambe, alias Jeannette Kabila et beau-frère ou belle-sœur de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo,
    Pfff. Bullshit. Boring… Votre Ubuenge (ruse machiavélique, malignité, duplicité, mensonge, anti-vérité, poison Karoro….) ne fonctionne que sur des naïfs, laxistes,inconscients Kongolais fanatiques aveugles…. Oyoki. Maramu.. De la part d’un vrai Kongolais « Musakata » jusqu’à la 19 ème génération… Pigé

  19. # « Jaynet Kabila Kyungu Hildegonde Ursula Mtwale » annonçant sans scrupules sa nationalité tanzanienne et réclamant un recensement incessant est dans un double plan !
    – « Normaliser » leur présence à la tête du pays comme immigrés non Congolais ayant accaparé illégalement la nationalité Congolaise jusqu’à diriger notre pays et nous l’infliger comme « fait accompli » auquel nous devons nous incliner.
    – En même temps c’est annexer purement et simplement les quelques millions d’étrangers de cette floppée de Rwandais, Ougandais et Burundais surtout Tutsi qu’ils ont planifié d’introduire au Congo, leur opération terminée.
    Son culot de l’avoir fait au sein même de notre Assemblée Nationale à laquelle elle a accédé frauduleusement est plus qu’une provocation, c’est hélas le cri de victoire d’une envahisseuse qui se trouve aujourd’hui en pays conquis.
    Ailleurs le cas emblématique de Minembwe prouve à suffisance que cette balkanisation déguisée et sa relégation quasi officielle en protectorat rwandais d’un coin de notre République sont menées de main de maitre par l’hégémoniste Kagame qui aujourd’hui trouve dans le « bon voisinage » traître et ignorant que lui offre notre nouveau PR Tshisekedi. Hier ‘JK’ le faisait clandestinement, demain personne ne s’offusquera plus de la naturalisation de fait de Tutsi dans notre pays, de leur présence et de leur statut des Tutsi Congolais ; le kinyarwanda sera devenue « une langue Congolaise » 134 ans après la « fondation » du Congo par Léopold II que ses agents n’avaient jamais reconnu comme telle…
    # Est-ce la fin de tout avec en plus un Ministre de la Décentralisation à dessein tutsi qui a imposé Minembwe comme nouvelle entité administrative spécifique et a fait couronner son frère comme chef coutumier du coin au mépris des règles élémentaires de la tradition ? Osons espérer qu’aussi longtemps que les autochtones lésés dénonceront cette invasion et l’accaparement frauduleux de leurs terres il reste un espoir que cette vassalisation sera encore combattue. Oui espérons qu’il restera encore des Congolais à tous les niveaux qui leur viendront en aide fût-ce pour mettre de l’ordre dans le vol sauvage de leurs terres ancestrales ; est-ce encore vraiment possible ???

    1. @Ndeko Nono,
      Est-ce encore vraiment possible ?
      Oui, c’est encore possible. Ces minables ne sont pas plus nombreux que nous. Ces tueurs ataviques ne sont pas plus forts que nous.
      Tout dépend de nous, de ce que nous voulons faire de notre pays, de notre capacité à adopter l’idée du sacrifice nécessaire pour sauver notre pays, de notre capacité à ne pas nous laisser diviser par la manipulation dans laquelle ils baignent depuis leur naissance, de la force de notre force indignation collective et de notre action. Cela prendra le temps que cela prendra. Ils finiront par payer un jour. Ils paieront pour ce qu’ils font à ce pays.
      Restez optimiste ! Quand vous êtes à bout, réécoutez simplement le discours du Révérend Ekofo-Fort. Continuons à arroser la colère et l’esprit de vengeance qui bout en nous.

Comments are closed.