Que sont-ils devenus? Le cas Jeannot Mwenze Kongolo

Numéro deux dans les deux premières équipes gouvernementales formées par le président Laurent-Désiré Kabila en mai et juin 1997, Jeannot Mwenze Kongolo sera, après les Affaires intérieures, le « tout-puissant » ministre de la Justice de 1998 à 2002. Depuis 2002, il n’assume aucune fonction officielle. L’homme fait partie du « petit cercle » de gens (Gaëtan Kakudji, Eddy Kapend, She Léonard Okitundu, Pierre-Victor Mpoyo, Abdoulaye Ndombasi…) qui détiennent – ou détenaient – deux grands secrets d’Etat. A savoir: les circonstances exactes du décès de LD Kabila et le processus de désignation d’un certain « Joseph Kabila » à la tête de l’Etat. Dans plusieurs interviews, « Jeannot » qui n’est pas en odeur de sainteté à la « ferme de Kingakati » ne rate jamais l’occasion de « flinguer » le successeur de Mzee qu’il accuse d’avoir « trahi » les idéaux du défunt Président. Dans un entretien avec les animateurs de l’émission « Po na Ekolo », en septembre 2017, Mwenze de lancer: « Joseph Kabila a mis en place une dictature pire que celle de Mobutu. Les Congolais n’ont pas besoin d’une alternance mais bien d’une alternative ». Propos d’un aigris? Depuis 2002, Jeannot Mwenze Kongolo poursuit « sa traversée de la savane ». La photo qui illustre cet article – dont l’auteur n’est pas connu – suggère que l’ex-tout-puissant ministre de la Justice broie du noir. Sans jeu de mots. Preuve, s’il en était besoin, qu’il n’y a pas de situation définitive. Tout passe!

Agé de 59 ans, Jeannot Mwenze Kongolo est un Luba du Katanga. Après avoir décroché une licence en pédagogie appliquée (option: anglais), il prend un vol. Destination: les Etats-Unis d’Amérique où il obtient un diplôme en criminologie. Il est embauché en qualité d’huissier à l’office d’un procureur.

Après la publication de la « Lettre des 13 parlementaires » adressée au président Mobutu fin 1980 suivie, deux années après, de la naissance clandestine de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), il était de bon ton de militer dans ce parti qui défiait le « Grand Léopard ».

Arrivée de LD Kabila à Kinshasa après la chute de Mobutu

Aux Etats-Unis, Mwenze est membre d’une association (All North America Conference on Zaïre) qui regroupe les Zaïrois vivant en Amérique du Nord. C’est à ce titre qu’il revendique son appartenance à l’UDPS avec un certain Mawampanga Mwanananga. Celui-ci est actuellement ambassadeur du Congo-Kinshasa à Harare, au Zimbabwe.

Fin octobre 1996, l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre) voit le jour quelque part au Rwanda. C’est une « rébellion zaïroise » qui a à sa tête un « revenant » politique nommé Laurent-Désiré Kabila. En janvier 1997, « Jeannot » et son compère décident de rejoindre l’AFDL à l’étape de Goma. Le premier est désigné commissaire à la Justice. Le second prend l’Agriculture.

Après la prise du pouvoir par l’AFDL à Kinshasa, le 17 mai 1997, Mwenze est propulsé numéro deux dans les deux premières équipes gouvernementales formées par Mzee Kabila. Il a en charge le très régalien ministère des Affaires intérieures, selon la dénomination de l’époque.

VERROUILLAGE DES ESPACES DE LIBERTÉ

En date du 28 mai 1997, le ministre Mwenze publie une circulaire interprétant le décret-loi n°001 du 17 mai 1997 qui suspend les activités des partis politiques sur l’ensemble du territoire national. Un verrouillage des espaces de liberté dans un pays qui s’initiait tant bien que mal à la démocratie. « Le gouvernement n’hésitera pas à prendre des mesures sévères à l’encontre des récalcitrants : individus ou partis politiques », peut-on lire.

En juin 1998, Mwenze devient le tout-puissant ministre de la Justice et des affaires parlementaires. L’homme y vit l’ivresse du pouvoir. Le 6 novembre de cette année, il fait révoquer 315 magistrats. Sans avoir été entendus dans une procédure contradictoire, ces derniers sont accusés collectivement de: moralité douteuse, corruption, désertion, incompétence. Une décision arbitraire aux conséquences dramatiques sur le plan humain (décès. dislocation des foyers).

Fin juillet 1998, LD Kabila décide de rompre la « coopération militaire » avec l’Ouganda et le Rwanda. Début août, une nouvelle « rébellion congolaise » est née… à Kigali: Rassemblement des Congolais pour la démocratie. Une nouvelle guerre commence. Celle-ci est unanimement qualifiée de « guerre d’agression ». Et ce contrairement à la guerre de l’AFDL appelée « guerre de libération ».

Le 16 janvier 2001, le Mzee Kabila meurt dans des circonstances non- élucidées à ce jour. L’arme du crime n’a jamais été retrouvée. Le mobile et le commanditaire restent énigmatiques. Le présumé assassin, lui, est abattu en emportant sa part de vérité. Un vrai roman policier.

Durant ses trente mois passés à la tête du pays, LD Kabila mène une diplomatie conflictuelle. Certains membres de son entourage sont dans le « viseur » de certains acteurs de la communauté internationale. C’est le cas notamment de Jeannot Mwenze qui est épinglé en 2002 dans le Rapport mapping sur le pillage des ressources du Congo-Kinshasa. Il est débarqué du gouvernement.

« PARTI DES KABILISTES MZEE »

Jeannot Mwenze lors de l’émission « Po na Ekolo »

En 2004, l’ex-ministre met sur pied une formation politique dénommée « Parti des kabilistes Mzee ». La précision vaut son pesant d’or.

En décembre 2010, Mwenze se rapproche de Vital Kamerhe – un autre déçu de « Joseph Kabila » – qui vient de lancer l’UNC (Union pour la nation congolaise). « Non, je ne suis pas membre de l’UNC », dit-il dans une interview accordée à Congo Indépendant.

Interrogé sur ses accusations selon lesquelles « Joseph » a trahi la mémoire de Mzee, il enfonce le clou en parlant de « déviationnisme » et de volonté de ce dernier de « détricoter l’œuvre de son père ». A-t-il joué un rôle de premier plan dans le processus d’accession de « Kabila » à la tête de l’Etat? Réponse: Oui! « J’ai joué mon rôle de nationaliste en toute honnêteté et en espérant que c’était la meilleure façon de continuer l’œuvre de Mzee et surtout d’honorer son nom et sa mémoire. Mais hélas! »

En juin 2012, la mutinerie du M23 éclate au Nord-Kivu. Mwenze organise un point de presse au cours duquel il accuse le gouvernement du Premier ministre Matata de « trahison » du fait, selon lui, de la « mauvaise gestion » de cette crise. Suivez son regard…

Pour lui, il s’agit d’une nouvelle « agression rwandaise ». Il cite, au passage, la plainte de la RD Congo déposée auprès de la Cour internationale de justice contre le Rwanda. D’après lui, ladite plainte a été retirée par le ministre de la Justice Honorius Kisimba Ngoy. Sur ordre de qui? Mystère!

A l’occasion de la commémoration du 11ème anniversaire de l’assassinat  de Laurent-Désiré Kabila, Mwenze Kongolo sort de son mutisme pour demander, sur les ondes de Radio Okapi, la réouverture du procès sur le décès de Mzee.

« TOUT EST VANITÉ »

En janvier 2014, l’ex-tout-puissant ministre de la Justice « découvre » ce que les « citoyens ordinaires » vivent au quotidien. A savoir: les « visites domiciliaires sans mandat ». Au cours d’un point de presse, il dénonce la perquisition de sa ferme lushoise par des militaires. Mwenze qui connait les « acteurs et le système » redoute que l’on glisse quelques armes dans sa propriété avant de l’accuser de « détention illégale d’armes de guerre ».

Dès ce moment, il ne fait plus mystère de son aversion à l’encontre du système incarné par le successeur de Mzee. En janvier 2015, il dénonce les « tentatives » de ce dernier de faire réviser la Constitution afin de briguer un troisième mandat. « L’alternance est nécessaire pour permettre au pays de respirer et de repartir avec un nouveau souffle », résume-t-il en soulignant que « la population congolaise est fatiguée et a besoin d’un nouveau Président ».

Le 8 octobre 2017, Jeannot Mwenze est interviewé dans le cadre de l’émission « Po na Ekolo ». Il glisse: « Je déplore la manière dont Joseph Kabila gère le pays ». Pour lui, le Congo-Kinshasa n’a pas besoin d’alternance mais plutôt d’une alternative.

Hier tout-puissant ministre de la Justice, Jeannot Mwenze Kongolo n’est plus aujourd’hui qu’un « simple citoyen ». Il n’est plus « harcelé » par des appels téléphoniques des courtisans. Les visiteurs sont rarissimes. C’est la « traversée de la savane ».

Faudrait-il en rire? Absolument pas! Cet exemple devrait servir d’enseignement aux « puissants du moment ». Grisés par le pouvoir, ces derniers finissent très souvent par perdre de vue qu’ils ne sont que des humains. Et que « tout est vanité »

B.A.W.

18 thoughts on “Que sont-ils devenus? Le cas Jeannot Mwenze Kongolo

  1. Amba, Comment peux-tu omettre d’écrire que cet homme est malade. Cela se remarque à l’œil nu. Pour quelqu’un qui a vécu aux USA, assumé les responsabilités ministérielles. La descente aux enfers ne peut atteindre se seuil là…

    1. @ Sha Lunguila,
      Ta reaction est plus que puerile, et ta logique plus que boiteuse..
      Puisque Mwenze aurait vecu aux USA, et pu assumer de fonctions ministerielles dans la cohorte d’aventuriers AFDL, il ne pourrait pas du tout se retrouver dans cet etat de descente aux enfers, a moins – selon toi – qu’il soit malade. Es-tu serieux?
      Es-t-il l’unique ex-ministre « traversant la savanne » que tu connaisses en RDC? Esperons que ses potes ex-AFDL et pervertis-sexuels, inclu les She Okitundu, Mawapanga et BeneMpoko, l’y rejoindront bientot !

    2. Le fait d’avoir vécu aux Etats-Unis ne signifie rien si dans sa vie on a pas pris les précautions de se prémunir de certains aléas de la vie d’autant plus qu’aux Etats-Unis le système la protection sociale est individuelle et le travail y est précaire pour certaine catégorie d’immigrés. Avoir été ministre et finir dans cette situation, il n’st pas le seul en RDC, il y en accouple comme lui des professeurs d’université, généraux etc.

    3. @Sha Lunguila,
      Merci pour votre commentaire. En effet, Mwenze est malade voire très malade comme toute personne pourrait l’être à n’importe quel moment. On lui pointe les doigts qu’il aurait fait ceci ou cela. Qui de tout ce monde était d’accord avec Mobutu à l’époque? Eux au moins sont arrivés à le renverser malgré le chemin utilisé en passant par des pays voisins.Qu’à cela ne tienne, Mwenze Kongolo est un Monsieur bien! Je ne suis pas de sa tribut, mais je parle des faits!
      On ne peut pas plaire à tout le monde! Je m’insurge contre tous ces commentaires allant à dénigrer l’Homme, je sais que beaucoup n’ont pas eu la chance de le cottoyer comme individu et non comme un politicien. Je souhaite longue vie à Amba Wetshi, mais qu’il sache que le sécret de la vie ou de la mort est seulement entre les mains de Dieu. Se plaire à faire tout un plat en affichant une image en plus volée par des gens en qui on pourrait placer la confiance, est plus sadique que ce que tous ses amis viennent décrier ici.
      Bien à vous and God bless

      1. Note de la rédaction:

        @bahiziremichel

        Contrairement à vos insinuations, l’article sur l’ex-ministre Jeannot Mwenze Kongolo ne cache aucune arrière-pensée de persiflage. Il ne vise pas non plus à « tirer sur une ambulance ». Bien au contraire. Ce « papier » est une « alerte » destinée aux détenteurs du pouvoir d’Etat. Aveuglés par leur « toute puissance », ces derniers ont souvent tendance à perdre de vue qu’ils ont en charge le bien commun. L’intérêt général. Et que leurs décisions doivent avoir pour socle la justice, la vérité et l’humanisme. Homme public, ancien ministre de la Justice, Jeannot Mwenze a, jadis, abusé de son pouvoir. On peut citer notamment la révocation arbitraire de 315 magistrats originaires principalement du « Grand Kasaï » et du « Grand Equateur ». Certaines familles congolaises en souffrent jusqu’à ce jour. Ce rappel historique ne vise nullement à faire huer l’ancien ministre mais à exhorter les « puissants du moment » à rester justes et humbles. Car tout passe. Et ce y compris la « gloire » de ce monde.
        B.A.W.

  2. CHER BAW,
    MERCI POUR CE RAPPEL HISTORIQUE ET PHOTO DE MWENZE QUI DIT TOUT SUR LEPHEMERITE DES DELICES DU POUVOIR EN RDC…
    AH, QUE LES NEO-KLEPTOCRATES INCLU SURTOUT LE MARGOULIN VITAL KAMERHE (ET SON COMPERE « B.MICHEL ») EUX AUSSI IVRES DE MIETTES ISSUES ENTRE AUTRES DES « $15 MILLIONS DISPARUS » A LA PRESIDENCE PRENNENT BONNE NOTE DE CE TRISTE RECIT!

  3. Tout se paie ici bas, les exemples sont légion, le calvaire de Mwenze serait anecdotique si le malheur de notre pays aujourd’hui ne tirait pas son origine de la folie de certains compatriotes qui ont propulsé cet inconnu venu d’ailleurs à la tête de notre pays. J’ai en mémoire le mépris avec lequel le trio Mwenze, Che Okitundu et Sakombi répondait aux journalistes qui émettaient des doutes sur les origines de « Kabila » Joseph et sa capacité à gérer le pays dans une situation aussi compliquée. Avec désinvolture et aplomb, il ( Mwenze ) nous a expliqué sans rire que le pays était dans une situation qui nécessitait qu’il soit dirigé par un militaire et que Joseph  » Kabila  » fils de Nzee était la personne la plus apte à lui succéder. Un journaliste perspicace a même surmonté la peur pour émettre des doutes sur les origines de ce garçon qu’on a découvert avec l’arrivée de l’AFDL, mais la réponse de Mwenze était sans équivoque, c’est lui ( Joseph Kabila ) ou rien d’autre, la suite on la connaît. Il n’est donc pas question que je verse une larme pour plaindre ce fossoyeur qui est en grande partie responsable du malheur de notre pays. Alors, tout se paie ici bas, dans la vie, rien n’est acquis, les autres doivent maintenant méditer sur le temps qui passe et qui finit par faire son œuvre.

  4. « J’ai vu tout ce qui se fait sous le soleil (le grand astre); et voici, tout est vanité et poursuite du vent. » dixit Roi Salomon « Mon Mon » aka Ecclésiaste ou Qohelet (Proverbes)…

  5. Chers Compatriotes,
    Nos actes nous rattrapent toujours. J’ai en tête l’arrogance qui a caractérisé l’équipe que Mzee Laurent-Désiré Kabila chapeautait. Ils ont entraîné les Zaïrois dans une erreur que redevenus Congolais, les citoyens de ce pays auront beaucoup besoin de recourir à des solutions inédites qui demandent courage et imagination en plus des compétences techniques, stratégiques et tactiques. Actuellement, nous ne pouvons pas nous acharner sur un malade. Monsieur Mwenze Kongolo a besoin de soins médicaux appropriés. Je crois que le président honoraire se souviendra de lui pour le lui accorder. Que Dieu nous vienne en aide.

  6. Les politiciens congolais ont perdu toute dignité par le fait d’avoir renié leur identité.
    En tant que ministre de la justice de Laurent Désiré Kabila, M. Mwenze Kongolo aurait-il pu ignorer qui était alias « Joseph Kabila » ?
    A mon avis, Mwenze Kongolo est l’un de ceux qui ont fait souffrir le peuple congolais en souhaitant que le pouvoir d’alias Kabila se pérennise.

  7. Mwenze est surement malade.
    Ce n’est pas un effet de la disette; Mwenze a fabriqué une grande partie des securocrates katangais qui sont aujourd’hui dans les FARDC, la Police, l’ANR, etc. Ce sont ses « petits ».
    Ils ne manquent pas de sous pour vivre décemment. Sa santé décline depuis un bon moment.

    1. Devant l’inversion de valeurs, la mauvaiseté et autisme de ce que d’aucuns s’entêtent d’appeler à ce jour classe politique et dont Monsieur Mwenze fait partie, les congolais, « fumus boni iuris », disposent de tous les éléments du Droit leur conférant la légitimation et faculté justement de « tirer » sur l’ambulance d’une personne qui a longtemps parasité la société congolaise. De plus, par le principe de « periculum in mora », les congolais ne peuvent que saisir l’occasion leur offerte par le compatriote BAW par le présent texte, pour décrier un des complices de leur extermination.
      Figurez-vous que par l’image de cette photo, Monsieur Mwenze devrait se trouver à l’hôpital sous soins intensifs. Mais par leur mégestion de l’appareil de l’Etat, l’infortuné ne peut lui-même échapper à la règle macabre imposée aux congolais, celle de mourir à la maison d’abord et ensuite de quoi, le cadavre transporté à la morgue de l’hôpital. N’est-ce pas qu’un Etienne Tshisekedi pour sa part n’a pu contourner ladite règle macabre imposée aux congolais et que lui, de son vivant a eu à entretenir par son ambiguité politique, son corps déjà cadavre depuis Kinshasa et transféré à une morgue de Bruxelles? Allez-y chercher à savoir combien de millions de dollars cette plaisanterie a t-elle coûté au misérable contribuable congolais!

  8. Une compatriote qui fut de ma promotion à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) m’a confié un jour qu’elle avait étudié à l’ISP Bukavu à la même époque que Mwenze Kongolo. Sachant que ce dernier était l’un des hommes forts du pouvoir AFDL, elle aurait pris l’avion pour Kinshasa dans l’espoir d’être propulsée, elle aussi, au-devant de la scène politique nationale. Mais elle aurait été déçue par Mwenze qui tenait d’abord à boire dans la cruche de ses jambes nues avant de faciliter sa nomination. Dégoutée, la compatriote serait alors rentrée en Belgique. Ce serait donc ça le nationaliste Mwenze Kongolo.

  9. Je ne voulais pas croire que cette photo est de Mwenze Kongolo. Comme personne, ni Jeannot lui-même, ni quelqu’un de son entourage familial ou amical, n’est venu contester, je pense que c’est bel et bien Mwenze Kongolo.
    Je suis révolté. Décidément, Joseph Kabila est inhumain et ingrat. C’est Mwenze Kongolo qui l’avait fait roi. Comment il peut laisser Jeannot mourir comme ça, à petit feu? Et Moïse Katumbi, qui aurait le coeur sur la main, qu’on nous dit. Il n’est pas informé de la situation critique de Jeannot? Ou sont passés les kabilistes m’zeeiste She Okitundu, Mbemba Théophile et bien d’autres.Et la classe politique katangaise et congolaise, pourquoi elle peut manquer de l’empathie pour un des siens? C’est idiot de part de nos hommes politiquesde croire que ça n’arrive qu’aux autres.
    Hier c’étaient Victor Mpoyo, Gaetan Kakudji, Yerodia Ndombasi, Samba Kaputo, Dominique Sakombi, Augustin Katumba,Koya Gialo…aujourd’hui c’est Mwenze Kongolo.
    Demain à qui le tour? Chez le médecin,chez le coiffeur,devant la caissière,chacun à son tour.

  10. OH MY GOD!!!!! WHO’S THERE? LIKE A JANGO OR A HOMELESS MAN!
    YOU KNOW MAN, WE ARE NOW IN NOVEMBER, THANKSGIVING AND BLACK FRIDAY ARE COMING SOON. YOU’RE WELCOME.
    EH MAN, I SEE, REALLY, YOU NEED A GOOD FOOD IN YOUR COMMUNITY. PLEASE, IT’S TIME TO COME BACK HOME, ISN’T?
    YOUR ARE NOT ALONE MAN, POUR D’AUTRES RENEGATS DE LA DIASPOURIE: BANA BELGICA , BANA MU PARIS QUI ONT VOTE SECRETEMENT POUR L’ASCENSION DE HIPPOLYTE KANAMBE ALIAS JOSEPH KABILA , TOUS CEUX OISIFS ONT BESOIN EGALEMENT DE CPAS = CENTRE PUBLIC D’ACTION SOCIALE cad SERVICES SOCIAUX BELGE POUR VENIR EN AIDE A CHAQUE CITOYEN SANS RESSOURCES DE CHAQUE COMMUNE OU VILLE..
    A CEUX QUI NE SAVENT PAS, CE SERVICE CPAS A POUR MISSION PRIMORDIALE D’OFFRIR DE LA BOUFFE GRATUITE AU RESTAURANT DU COEUR ET UN PEU DE L’ARGENT DE POCHE = POCKET MONEY QUOI! AVEC LE POCKET MONEY, IL EST INTERDIT DE S’ACHETER DE LA BIERE : PIED DE BOEUF, LEFFE, BECKS, HEINEKEN, MONGONZO, VODKA, TANGAWHISKEY, TSHIBUKUWHISKEY etc.
    IL EST INTERDIT EGALEMENT AVEC CE PETIT POCKET MONEY DE VOYAGER EN AFRIQUE, DE CONSTRUIRE UN FLAT EN AFRIQUE QUOI! VRAIMENT, C’EST INTERDIT, C’EST COMME DU VOL QUOI.
    JE ME DEMANDE AU FOND DE MON COEUR, POURQUOI KINGAKATI N’OFFRE PAS DE CPAS A TOUS LES RENEGATS QUI ON FAVORISE L’HOMME DE KINGAKATI A LA MAGISTRATURE SUPREME? QUAND ON VOIT TOUTES IMAGES DE MAUVAIS GOUT CA FAIT MAL AU COEUR. VRAIMENT HIPPOLYTE KANAMBE EST VRAIMENT MECHANT ET PAS DU TOUT RECONNAISSANT. HIPPOLYTE KANAMBE NKADIA MPEMBA KIBENI, KAMUNTU KO. IL CONSTRUIT DES EGLISES 10 FOIS PLUS GRAND QUE LE STADE DE FOOT ET LAISSE SES COMPAGNONS DE LUTTE A LA GALERE! C’EST PAS DU TOUT BON! C’ESTVRAIMENT MECHANT!
    KAMAMBU KO, QUAND MEME TENNEZ BON JUSQU’A CE QUE LE MONSTRE DE KINGAKATI VA PRENDRE LA POUDRE D’ESCAMPETTE.
    NIEDER! NIEDER MIT VERRAETER! VERRAETER RAUS!

  11. Si le monsieur a ete nomme dans le rapport mappig sur le pillage de la RDC, je me demande qu’a t’il fait de ce qu’il s’est procure?
    Certes, Il y a manque d’un systeme de securite social au pays qui doit permettre aux gens de garder ne serait ce que leur dignite humaine.

Comments are closed.