Qui veut « aider » Felix Tshisekedi à se faire détester par les Congolais?

« Quelqu’un » a-t-il mis en route une « stratégie » consistant à « encourager » insidieusement  le président Felix Tshisekedi à multiplier des maladresses politiques afin de s’auto-discréditer aux yeux de la grande majorité des Congolais?

Après son investiture chahutée à la tête de l’Etat le 24 janvier 2019, le nouveau chef de l’Etat congolais a fait, au début de son « règne », un bout de chemin plutôt sans faute marqué par la libération de certains prisonniers politiques et d’opinion ainsi que le retour des exilés. Sans oublier l’apaisement des relations entre le Congo-Kinshasa et le monde occidental.

L’auteur de ces lignes n’a pas manqué, à l’époque, de relever que « Fatshi » semblait conduire le pays dans la bonne direction. Un avis partagé jadis par de nombreux analystes.

Au fil du temps, une certaine désillusion a commencé à poindre. Les marchés de gré à gré passés par le cabinet présidentiel en méconnaissance de la législation en vigueur, les multiples voyages à l’étranger, la proximité précipitée entre Felix Tshisekedi et son homologue rwandais Paul Kagame, la visite de 48 heures effectuée à Kigali par Madame Denise Tshisekedi Nyakeru. Sans oublier, les informations fragmentaires selon lesquelles des éléments des forces spéciales de la RDF (armée rwandaise) opéreraient dans les provinces du Kivu. But: traquer les opposants de Kagame. Ce sont autant d’éléments qui suscitent des interrogations au sein de l’opinion.

La communication ne se limite pas seulement à parler. Tout est communication: un costume, un regard, un comportement, un contexte, un silence. « Felix et ses proches font des choses que Joseph Kabila et Marie-Olive Lembe n’auraient jamais osé faire », entend-on dire.

D’aucuns commencent à croire que le pouvoir non seulement rend fou mais surtout sourd et aveugle. En posant les actes précités, « Felix » pouvait-il ne pas s’attendre à une réaction de ses compatriotes? La goutte qui fit déborder le vase n’a pas tardé.

Depuis jeudi 19 décembre, les Zaïro-Congolais sont vent debout. Ils clament haut et fort le dégoût profond qu’ils éprouvent face à l’initiative gouvernementale d’organiser la commémoration du premier anniversaire de la passation de pouvoir dite « pacifique » entre « Joseph Kabila » et son successeur.

Dieu seul sait combien des filles et de fils de ce pays ont perdu la vie ou devenus estropiés. Et ce simplement pour avoir demandé à un « Kabila » décidé à s’accrocher au pouvoir de respecter le prescrit constitutionnel. Rossy Mukendi Tshimanga et Thérèse Kapangala sont les victimes les plus emblématiques du régime tyrannique. On ne pourrait oublier tant d’autres martyrs tombés une dizaine d’années auparavant. On peut citer: Floribert Chebeya, Fidèle Bazana, Armand Tungulu etc.

Revenons à la commémoration. Maître de cérémonie, le ministre près le président de la République, André Kabanda Kana – qui fut, dans une autre vie, porte-parole du colonel dissident John Tshibangu -, a confirmé l’impression d’un billet de banque « collector » assorti des portraits de « Joseph » et de « Felix » pour « marquer » ce pseudo-événement. Coût de la manifestation: six millions de dollars.

Ce chiffre a suscité des critiques acerbes autant que l’indignation au sein de l’opinion congolaise. Il en est de même du billet « collector ». Il n’est plus rare désormais de lire ou d’entendre sur les réseaux sociaux des réflexions du genre: « Felix Tshisekedi nous a déçu ».

Les activistes de la « Lucha » (Lutte pour le Changement) ont prévu de manifester lundi 23 décembre devant la primature. Pour ce mouvement citoyen, le 24 janvier prochain marquera la célébration non pas de l’alternance mais bien d’une « escroquerie électorale ».

Onze mois après l’avènement de Felix au sommet de l’Etat dans les conditions que l’on sait, l’homme et ses proches ne cessent de multiplier les « gaffes ». L’Udps, le parti le mieux implanté aux quatre coins de la République, paraît « malade » de la coalition Cach-Fcc. Le courant passe mal entre la base et les chefs de cette formation politique.

A travers des conversations, il apparaît que « Felix » suscite désormais plus d’interrogations que d’approbations.

Restons lucides. Et si « quelqu’un » avait mis en route une stratégie dont la finalité est de faire détester Tshisekedi Tshilombo du fait de ses propres errements? De la superstition? Assurément pas! Qui alors?

Il peut s’agir de la mouvance kabiliste. Il peut s’agir également de certains pays voisins bien connus qui estiment qu’un Congo-Kinshasa « debout » pourrait devenir à terme une menace pour leur sécurité. En dépit des sourires hypocrites, les dirigeants de ces pays verraient d’un mauvais œil, la présence d’un Congolais authentique à la tête de l’ex-Zaïre.

Il faut espérer que « Monsieur Tshilombo » aura reçu 5/5 le message lui adressé par l’opinion congolaise. Une opinion qui n’entend plus, dans sa grande majorité, applaudir tout et n’importe quoi.

Il faut espérer également que le successeur de « Kabila » aura à cœur de se livrer à une rigoureuse introspection afin de se départir de l’ingénuité qui, à tort ou à raison, le caractérise.

A défaut, il apprendra à ses dépens que la communauté internationale est une jungle où chaque composante se comporte tel un félin pour défendre ses intérêts. Ici, il n’y a guère de place pour l’amitié. Tout est question de rapport de force. Les plus faibles restent sur les carreaux…

 

Baudouin Amba Wetshi

8 thoughts on “Qui veut « aider » Felix Tshisekedi à se faire détester par les Congolais?

  1. BAW,
    Vous avez tout dit : « restons lucide ».
    Si on analyse les gesticulations de la Primature sur les 6mlns et sur le gvnorat du Kongo Central, les déclarations du FCC signées par Mwilanya, ainsi que les tweets des membres du PPRD et, surtout, les comportements des différents ministres PPRD, à commencer par le portefeuille, les affaires foncières, les finances, la justice, la décentralisation, etc., il est clair qu’une stratégie est mise en place pour pourrir la vie à Fatshi.

  2. AVEZ-VOUS DIT MALADRESSES EN CASCADES DE FATSHI…?
    PRIERE DE LIRE SA RECENTE INTERVIEW DANS JEUNE AFRIQUE DANS LAQUELLE FATSHI PREND LES CONGOLAIS SOIT POUR DE NAIFS ET/ OU DES IDIOTS A ENDORMIR AVEC VIDES SLOGANS.
    PAR EXEMPLE, REPONDANT A UNE QUESTION SUR LE SORT DES $15 MILLIONS DISPARUS (A LA PRESIDENCE), ET DONT L’AUTEUR LE PLUS PROBABLE N’EST AUTRE QUE SON DIR-CAB V. KAMERHE, FATSHI PRETEND ( ET CE MOIS APRES CE VOL) QUE LA JUSTICE POURSUIVRAT SON CHEMIN. ENTENDEZ QUE LE PRETENDU-PGR FLORY NUMBI S’EN OCCUPE. QUELLE BLAGUE LORSQU’ON SAIT QUE NUMBI LUI NE SE PRECIPITE ET NE S’ACHARNE QUE SUR LES FAIBLES, LES PAUVRES ET LES OPPOSANTS.
    LE PLUS PLAUSIBLE EST QUE FATSHI SAURAIT LA DESTINATION CE BUTIN DE $15 MILLIONS ET QUE NUMBI SERAIT DANS LE COUP AVEC KAMERHEON. AVEC COMME QUID-PRO-QUO…? A VOUS DE DEVINER.

  3. Félix Antoine Tshilombo ne commet pas des maladresses. Il fait exactement ce que son patron rwandais lui demande de faire. Vous n’avez toujours pas compris ? Eza likambo ya deal…eza coop…Ye na famille na ye bazo liya très bien…

  4. Au Congo, le président de la République , qu’il s’appelle Kasa-Vubu, Mobutu, LD Kabila, Joseph Kabila, ou Félix Tshilombo) est toujours blanc comme une noix de coco,pardon! comme la neige. Il n’assume que les bonnes décisions. Les mauvaises, elles, lui sont inspirées par des mauvais et méchants conseillers. Il n’ y est pour rien. Comme si le PR de la RDC était un enfant de 3 ans qu’on mène par ses parents.
    Depuis 11 mois qu’il est au pouvoir, Fatshi a un bilan qui devait provoquer de l’aversion à son égard, si le peuple congolais n’avait pas une culture politique nulle et une élite vénale.
    Des crimes économiques(détournements de 15, 6, et 200 M$) et de sang (77 exécutions sommaires en septembre selon l’ONU, 200 victimes au Nord_Kivu en 5 semaines, 30 en Ituri). Pour moins que ça, d’autres peuples (vénézuélien, algérien,soudanais et français) sont descendus dans la rue.
    Félix est responsable de ce qu’il fait. Il ne récule pas quand il prend une décision impopulaire. Il embrasse Kagame sur la bouche, justifie les détournements des deniers publics, garde silence devant les crimes de l’Est, ses déclarations à l’étrangers ou au pays en faveur de Kabila, ne sont que des salamalecs…Il ne se pose jamais des questions sur la réaction des congolais.Les cris de ses talibans radicalisés l’empêchent de comprendre le silence de la majorité.Et si les faiseurs des rois au Congo avait coopté FATSHI pour maintenir le grand Congo à genou,avec notre complicité?

  5. Ceux qui se livrent à de l’amalgame pour émettre des critiques somme toute justifiées au sujet de cette histoire de commémoration de l’an 1 de l’accession de Felix au pouvoir sont des alliés objectifs de l’homme venu d’ailleurs. Il faut vraiment avoir la mémoire courte pour trouver des vertus singulières à l’homme de Kingakati aujourd’hui. Parfois on a l’impression que les congolais ne savent pas ce qu’ils veulent. Que Felix commette des erreurs, c’est dans la nature de tout pouvoir dont attend qu’il trouve des solutions immédiates aux préoccupations de la population, mais se livrer à cette analyse irrationnelle qui veut qui Felix devienne pire que Kabila, cela me dépasse. BAW égrène une série de griefs dans le chef du pouvoir et du soi-disant système mis en place par l’actuel chef de l’Etat. Mais en fait, qui vous a dit que le mécanisme de passation de marchés de gré à gré serait forcément une mauvaise chose ? . Je vous signale que n’importe quel pays peut opter pour ce système soit, pour aller très vite dans la réalisation d’un ouvrage, ou pour favoriser l’entremrenariat local. Mandela l’a fait en Afrique du Sud pour favoriser l’insertion des noirs dans le circuit économique, arrêtons de tout politiser. Pour ce qui est de nos relations avec nos voisins, je trouve irrésponsable qu’on continue à vouloir toujours alimenter la tension au lieux d’apaiser le climat pour permettre à notre pays de s’occuper de son redressement. J’aurais bien aimé savoir ce que pense BAW de la déclaration folle de Muzitu suggérant qu’on déclare la guerre au Rwanda ou, au mieux selon lui l’annexer carrément pour que notre pays retrouve la paix. Ce genre de déclarations prouvent que les congolais préfèrent vivre dans la confusion et la violence pour alimenter leurs chroniques et faire du buzz à peu de frais. En lisant cet article, je me suis interrogé sur la véritable motivation de l’auteur. Dans ce récit. Je ne vois aucun crime commis par l’actuel Président. Essayons de mettre dans la balance de façon objective les réalisations entreprises à l’espace d’un an en tenant compte évidemment des erreurs inhérant à tout apprentissage de l’exercice du pouvoir: liberté d’expression, libération des prisonniers politiques, fermeture de cachots et prisons clandestins, avec difficulté certes, la gratuité de l’enseignement de base etc…. A la lumière de tout ça, je me dis que nous congolais nous sommes de sacrés masochistes et c’est vraiment dommage. Passer son temps à brocarder un fils du pays qui se démène pour changer les choses me dépasse. Vos histoires de 15 millions, 6 millions ou des voyages inutiles ne vous grandissent pas. Si vous êtes vraiment nostalgique du régime Kabila, alors ce pays n’est sorti de l’auberge. Tous ceux qui viennent brailler dans cette rubrique pour se défouler doivent se souvenir d’où nous venons au lieu de débiter des inepties. Felix n’est pas le problème comme l’a été l’homme venu d’ailleurs, il a des défauts comme tout le monde, mais delà à faire une comparaison complaisante avec le régime passé, je trouve cette attitude cynique pour ne pas dire plus. Le Congo est un grand pays qui doit retrouver sa place dans le concert des nations. Arrêtons de nous auto-frageler. Continuer à faire une fixation sur un petit pays comme le Rwanda n’est pas digne d’un grand pays. Ceux qui se délectent de ce genre d’approche ne sont que des démagogues sans imagination. Ressaisissez vous.

    1. @ l’oeil du ridicule,
      Tu ne cesses pas de deconner.
      Tu grandirais beaucoup en sortant du dessous de la table a manger de Kamerheon d’ou tu ramasses de miettes de ses $15 million de butin.

  6. FATSHI ARRETE D EMBRASSER LE TUEUR SANGUINAIRE TUTSHI CAR UN DIABLE RESTE UN DIABLE SOUVIENS TOI COMBIEN DES MORTS CONGOLAIS IL A DANS SA CONSCIENCE……VOUS PENSEZ PACIFICATION ENTENTE LUI NE PENSE QU UNE CHOSE COMMENT LE CONGO.
    MEME VOTRE PERE ET SURTOUT BCP DES MEMBRE DE L UDPS SONT DES VICTIMES DIRECTS DE CES RWANDAIS NE SOYONS PAS AMNESIQUES QUAND MEME.

  7. L’auteur de ces lignes n’a pas manqué, à l’époque, de relever que « Fatshi » semblait conduire le pays dans la bonne direction. Un avis partagé jadis par de nombreux analystes. » Dites-vous Cher BAW.
    Mieux vaut tard que jamais dit-on et une faute avouée est à moitié pardonnée. Cette dernière assertion populaire trouve son équivalent en Droit pénal par l’institution de la figure des circonstances atténuantes applicables à la peine.
    Les congolais, tous sans exception, sommes des habitués à un excès de conformisme, de tolérence et permissivité qui conforment du reste l’épée de Damoclès qui mine toute marche en avant de notre pays, à différence des pays occidentaux et européens en particulier qui ont appris à ne jamais transiger sur les éléments essentiels d’affirmation de leurs valeurs et progrès. Ainsi donc, pendant que certains de nous avions clairement relevé que Tshilombo était à une distance de plusieurs années-lumières inadéquat au poste de présidence de la République, plusieurs qualifiés en cet article d’analystes par BAW, sombraient dans les « botikela ye nanu », « 100 jours », il a son droit d’être Président, etc. Pourtant, nul n’ignore que chez les pays avancés, le même système rend prohibitif aux ignares la moindre tentative de rêver de la Présidence.
    Même dans les monarchies européennes et ce, depuis plusieurs siècles, l’héritier au trône s’est toujours vu conditionnés par une dure formation intellectuelle. Souvenons-nous de l’impasse qui avait élu domicile en Belgique à la mort du Roi Baudoin qui ne laissa pas de descendance, et sans nous étendre sur toutes les monarchies européennes, l’exemple du Roi d’Espagne n’est qu’éloquent. D’une manière transversale, tous les ultra-formés politiques de ce pays coincident en que ledit Roi est « culte ». En effet, rares sont les domaines du savoir dans lesquels il ne soit doté de connaissanes minimales. Par ailleurs qui mettrait en cause les capacités intellectuelles de Monsieur Macron en France, malgré sa relative jeunesse? Le Roi Mohammed VI du Maroc,…? Pourquoi seulement c’est chez nous le règne du « chance eloko pamba »?
    Croyez-moi, le chemin d’acceptations d’inacceptables par Tshilombo est encore plus long. Retenons donc bon notre souffle. Le plus dûr est à venir. À bon entendeur.

Comments are closed.