« Raïs », le roi fainéant

Conformément à l’article 200 de la Constitution promulguée le 18 février 2006 par le… Raïs, les gouverneurs des provinces que compte la République très très démocratique du Congo doivent se retrouver « en conférence », au moins deux fois par an, avec le Raïs. La ville de Goma abrite depuis lundi 18 décembre la… sixième rencontre du genre.

Selon mon ami qui sait tout sur tout et presque tout sur rien sur les potins de Kinshasa-Lez-Immondices, il se raconte dans le Tout-Kin-Politique – n’en déplaise à l’homme au béret rouge du PPRD – que le successeur de Mzee est usé. Fatigué. Il n’aurait, semble-t-il, que 46 ans d’âge. Les Kinois, dit-il, racontent une blague: « Savez-vous pourquoi il n’y a plus de ‘yombo’ sur le marché? Le Raïs fait des stocks pour noircir ses cheveux après-la-présidence ».

A en croire l’ami, les mêmes milieux de « Kinshasa Makambo » estiment qu’il est urgent pour le Raïs d’aller à la retraite pour laisser la place à un successeur plus patriote, compétent, énergique, visionnaire, moins « taiseux », et qui a la capacité d’incarner la fonction présidentielle en se mettant à la tête de ses troupes.

D’après mon ami qui sait décidément tout, à l’expiration de son dernier mandat le 19 décembre 2016, le Raïs, alias président hors mandat, devait présider au total 20 conférences des gouverneurs. Onze années après l’entrée en vigueur de la Loi fondamentale en vigueur, la ville de Goma abrite depuis lundi 18 décembre… la sixième édition de cette rencontre. Mon ami de me souffler ces mots dans le creux de l’oreille: « Le Congo de Patrice Lumumba est dirigé depuis 17 ans par un roi fainéant qui est attiré plus par la frivolité que le service à rendre à la collectivité ».

Après avoir retrouvé son calme, mon ami m’interrogea: « Sais-tu de quoi on parle dans ce genre de conférence? ». Face à mon hésitation, il répond: « Le Raïs qui ne rétrocède jamais les 40% des ressources destinées aux pouvoirs locaux voudrait mobiliser les Gouv’ à la maximisation des recettes. Les gouverneurs, eux, profitent de cette rencontre protocolaire pour étaler leurs problèmes existentiels: pas de moyens financiers, pas d’eau courante et d’électricité, insécurité des personnes et des biens, pas d’infrastructures pour les nouvelles provinces sorties du néant etc. »

Mon ami qui sait franchement tout sur tout vient à nouveau me souffler une confidence dans le creux de l’oreille: « Le Raïs n’a pour le moment qu’un souci: conserver le pouvoir. La réunion qui se tient  à Goma constitue l’occasion d’arrêter des stratégies pour truquer les prochaines élections ». L’ami de poursuivre: « La semaine passée le premier sinistre, pardon, le premier ministre Bruno Tshibala, alias le ‘doyen des opposants’, avait reçu des chefs coutumiers ». D’après l’ami, les « Nkumu » ne seraient pas repartis les mains vides…

Anti-Raïs primaire, l’ami de déverser son venin: « Voilà un individu qui incarne parfaitement le proverbe selon lequel quel que soit le nombre d’années qu’un tronc d’arbre fait dans l’eau, il ne deviendra jamais un caïman ».

L’ami jette un regard suspicieux sur moi avant de continuer son monologue: « Votre Raïs n’est qu’un roi fainéant qui a transformé le Grand Congo en champ de ruines. Dix-sept années après son ascension à la tête de la République très très démocratique du Congo, cet individu au passé mystérieux n’a pas été capable de se mettre à la hauteur de la fonction d’exception qu’est celle du Président de la République. Il est resté un sous-chef de faction dont la mission n’a consisté qu’à diviser les Kongomani pour maintenir le pays à genoux… »

Friand des choses de l’esprit, mon ami conclut son propos par une citation d’Emile de Girardin: « La dictature qui ne se légitime pas par ses œuvres ne tarde pas à se faire condamner par ses actes ».

 

Robert Yuka ea Djema
© Congoindépendant 2003-2017

4 réflexions au sujet de « « Raïs », le roi fainéant »

  1. POUR LES MIETTES QU’IL RECOLTE PENDANT QUELQUES MOIS COMME JADIS SON EX-COPAIN UDPS « SAMY BADI », BRUNO TSHIBALA EST PRET A SE PROSTITUER AUX PIEDS DE CE FAINEANT.

    VOILA QUI EXPLIQUE QU’UN VULGAIRE EX-CHAUFFEUR VENU DE DAR-ES-SALAAM MAINS VIDES EN 1997 PUISSE REVER D’UNE PRESIDENCE-A-VIE APRES S’ETRE ILLICITEMENT ENRICHI SUR LE DOS DE BRADAGES , VOLS, EN SE MOQUANT DE LA MISERE DES CONGOLAIS ABRUTIS.

  2. Tous ceux qui ont suivi l’homme au béret rouge sur radio Top Congo n’ont pas été déçus. Avec aplomb, maniant avec dextérité la langue de bois, Mova Sakani, parce que c’est de lui qu’il s’agit n’est pas allé de mains mortes. Faisant preuve du cynisme, Il a eu le culot de dépeindre complaisamment le système diabolique mis en place par celui qui se fait appeler Kabila. Selon ce courtisan Kabiliste, Kabila est l’homme qui a établi la démocratie au Congo dit Démocratique. Prof. de son état, même si en passant, je tiens à signaler qu’avec le niveau de l’enseignement au Congo aujourd’hui, il n’y a pas de quoi être fier, bref, le système éducatif congolais ressemble à l’armée Mexicaine. L’ami de notre frère qui sait tout sur tout a eu le nez creux, il a bien observé cet Ovni, ce taiseux qui trône depuis dix sept ans á la tête de notre pays. Le fameux Raïs qui fait mains basse sur le yombo á Kin la poubelle ne peut rien contre les cernes qui prouvent son état de fatigue. Il ne dort plus malgré les apparences. Lors des consseils de ministres, il s’ennuie furieusement, le ragard vitreux, il farfouille nerveusement les notes de ses conseillers. Sa fatigue n’est que l’arbre qui cache la forêt, celui qui se fait appeler Kabila est à l’agonie, le Congo qu’il considérait comme son butin est devenu son véritable fardeau. Á quelque chose malheur est bon dit-on, bientôt nous crierons en chœur bon débarras.

  3. Au fond, ce sujet rwandais aurait-il laissé pousser la barbe pour dissimuler son plus qu’évident phénotype tutsi du Rwanda? serait-ce sur recommandations de son chef hiérarchique Kagame? A quand justement le retour à la raison de ce dernier monsieur, pour qu’il comprenne qu’au lieu de laisser pourrir la situation au risque d’ un lendemain incertain, qu’il est plutôt sage et judicieux de mettre fin au plus tôt à son aventure par laquelle il hypothèque son pays?

    Monsieur Kagame, à différence de son proconsul Kanambe placé par lui au Congo, semble avoir un minimum de bagage intellectuel. C’est ce minimum bagage intellectuel qu’il devrait capitaliser pour comprendre que la victoire matérielle des congolais en riposte à son aventure est une réalité. Kagame sait pertinément que les congolais ne s’avouent pas vaincus. C’est donc stupide de sa part de croire à une soumission perpétuelle des congolais. Son apparent réseau clientéliste des congolais n’est pas un indice fiable de s’assurer une victoire définitive sur le Congo.

    J’ose espérer que malgré son adoption de l’anglais qu’il a du coup imposé à ses compatriotes, Monsieur Kagame dédie un brin de son temps pour jauger froidement le profond sentiment des congolais. Dans son analyse de la situation, Monsieur Kagame devrait de se garder d’enthousiasme par le fait qu’il trouve parmi les présidents africains, des inconditionnels admirateurs dont le Président de Guinée Conakry C’est une donnée trompeuse. A bon entendeur!

  4. LES USA VIENNENT CE JEUDI MEME DE SANCTIONNER SEVEREMENT LE MAFIOSI ISRAELIEN, COFFRE-FORT AMBULANT DE LA FAMILLE KABILA SPECIALISTE DANS LES OPERATIONS DE CORRUPTIONS ET PAIEMENTS DE LOBBIES AU NOM DU VOYOU ILLEGITIMEMENT AU SOMMET.

    BREF, LE CRIMINEL AU SOMMET NE SAIT QUE FAIRE EN VOYANT SON MAJORDOME AUX ABOIS ET L’ETEAU DES SANCTIONS BIENTOT SE RESSERER AUTOUR DE LUI ET SES FRANGINS.

Les commentaires sont fermés