Ramazani Shadary sera proclamé vainqueur de la présidentielle et un «opposant» sera nommé Premier ministre

Dr François Tshipamba Mpuila

L’occupation étrangère rwandaise en RDC se poursuivra après les élections et une répression sanglante s’abattra sur le Peuple pour pérenniser le pouvoir d’occupation. Aucun candidat (de l’Opposition et du FCC), n’a mentionné dans son programme électoral présenté, qu’il dénonce et condamne l’occupation étrangère rwandaise de la RDC et qu’il mobilisera le Peuple congolais et les décideurs internationaux pour:

  1. Obtenir la libération de la RDC de l’occupation étrangère rwandaise – condition sine qua non – pour reconquérir l’Indépendance, la Souveraineté nationale, la fierté nationale, l’inviolabilité de la vie humaine, la dignité humaine, la paix, la stabilité, la sécurité et l’étanchéité de nos frontières ainsi que la sécurité, la paix et la stabilité dans toute la Région des Grands Lacs;
  2. Ordonner le recensement administratif, sur le lieu de résidence avec l’arbre généalogique et les témoignages des voisins congolais à l’appui, et exiger le départ immédiat du territoire congolais de tous les étrangers qui phagocytent toutes les Institutions nationales;
  3. Briser les chaînes des Congolais; rendre au Peuple congolais sa dignité, sa fierté, sa liberté et son droit d’être bénéficiaire de toutes ses libertés individuelles et publiques et de tous ses droits fondamentaux, civiques, politiques, sociaux, économiques et culturels ainsi que des ressources naturelles de notre Pays;
  4. Obtenir par tous les moyens, la démilitarisation du territoire congolais, le désarmement de tous les groupes armés congolais et étrangers et organiser grâce à la médiation de l’ONU la concertation conjuguée entre la RDC et les pays limitrophes (rwandais, ougandais et burundais) le départ ordonné, dans leurs pays d’origine, de tous les groupes armés étrangers du territoire de la RDC.

A l’issue de l’élection présidentielle, Ramazani Shadary sera proclamé vainqueur. Et sous couvert de Shadary, c’est Hippolyte Kanambe, l’autorité morale du FCC (Front commun pour le Congo), qui continuera à diriger la RDC.

Le soulèvement populaire sera suivi d’une répression impitoyable pour mater la population.

Fait le 24 novembre 2018.

 

Par le Dr François Tshipamba Mpuila
GSM +32-493-325-104
E-mail: tshipamba.mpuila@yahoo.fr

Une réflexion au sujet de « Ramazani Shadary sera proclamé vainqueur de la présidentielle et un «opposant» sera nommé Premier ministre »

  1. Chers Compatriotes,
    Je crois encore résonner : Kabila (père), arrive, il devient président et nommera Tshisekedi (père), premier ministre. Cela m’a rappelé aussi le temps où « Tshombe » a attendu que le « Maréchal du Zaïre » le nomme à ses débuts premier ministre. Quand bien même Shadary serait devenu président (si élections il y a), tant que le Raïs sera vivant, c’est lui qui mènera la danse en tirant les ficelles dans les coulisses. Un régime politique qui aura un président appartenant à une tendance et un premier ministre de l’opposition ne peut être imaginable pour le Congo. Et si l’on me répond que « Samy » et « Tshibala » sont la preuve, alors, on se limiterait aux apparences. Les profils de Samy et de Tshibala sont des profils d’agents double. Leur engagement dans l’UDPS était déjà problématique. On a bien vu comment on voulait faire de Tshibala un patron d’un parti de l’opposition qui n’existait pas. Je suis surpris de voir encore certaines propositions sortir du Docteur de l’UDPS qui a fait son temps avec Tshisekedi père. Si les Congolais attendent qu’ils soient libérés d’une occupation étrangère qu’eux mêmes ont souhaitée et soutenue ils resteront à jamais des esclaves de leurs futurs libérateurs. La majorité des congolais avaient applaudi l’arrivée de Kabila père, j’ai déjà dit dans mes réactions antérieures que l’entrée de l’AFDL à Kinshasa et le discours de Bugera m’avaient mis en profonde tristesse. Et nous (collectif) avons cautionné cette erreur. Ici, certains parleront des occidentaux qui sont derrière etc… Mais si l’on avait rejeté cette libération en son temps, ou si on l’avait conditionnée, je suis sûr que la situation du pays serait différente. Mais pour des raisons que l’on peut imaginer, nous avons cautionné cette occupation, et nous lui apportons tout notre savoir faire, en bien pour le pouvoir et en mal contre le pays et nos compatriotes. Maintenant que les choses sont bien ancrées, on cherche des libérateurs ? Bon sang, libérons-nous. Nous avons une épine dans le pied, c’est le nombre élevé des traîtres qui seraient prêts à vendre le pays, quitte à ce qu’ils causent du tort à leurs ennemis supposés ou réels. Et ceci est un problème sérieux pour le pays. Enfin notre démon qui nous fait accepter même les idées illogiques: le tribalisme. Dès que quelqu’un de ma tribu ou de ma province commet une trahison, les autres membres de la tribu doivent le défendre, même s’ils ne bénéficient pas de la situation. Je saurais que nous sommes unis si nous réagissons tous contre ce qui se passe à Beni et dont on ne parle jamais, si nous réagissons tous ensemble pour réclamer l’apparition publique de « Ne Mwanda Nsemi »…. Que Dieu nous vienne en aide.

Les commentaires sont fermés