RDC 2020: devenir ce qu’on souhaite voir en RDC

Tongele N. Tongele
Tongele N. Tongele

Comment peut-on ne pas être frustré, fâché, et révolté par la pauvreté et la misère que les populations en RDC vivent en cette année 2020? Qui doit faire quoi pour que les choses changent et s’améliorent en RDC? Les problèmes en RDC sont extrêmement complexes: désintégration presque totale des infrastructures de base, pauvreté, insécurité, ignorance, manque de savoir-faire pour fabriquer sur place les choses dont on a besoin, superficialité et corruption rampante, mégestion des affaires publiques, incompétence intentionnelle chronique, etc., et la liste continue. Ces nombreux problèmes ne peuvent pas s’effacer d’eux-mêmes pour la simple raison que ce sont des gens qui créent, continuent à créer et à maintenir ces problèmes. Il faut donc que des gens s’investissent à arrêter la création et le maintien de ces problèmes pour enfin les éliminer.

Qui sont ces gens qui doivent faire disparaître ces multiples problèmes qui rongent la RDC? Réponse: chaque personne, qu’elle soit en RDC ou en dehors de la RDC, chaque personne qui est touchée de près ou de loin par les problèmes en RDC est capable d’y travailler pour remédier à la situation. Oui, Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier ministre, Mesdames et Messieurs les ministres, gouverneurs, sénateurs, députes, chacun de vous est capable de commencer maintenant même à œuvrer pour changer la situation catastrophique de la RDC, avec le pouvoir qu’il détient. Oui, habitants des villages, villes et cités, intellectuels, professeurs, éducateurs, juristes, défenseurs des droits humains, artistes, hommes et femmes d’affaires, étudiantes et étudiants, jeunes filles et jeunes garçons, habitants des villages, villes et cités en RDC, chacun de vous est capable de commencer immédiatement à œuvrer pour changer la situation dans laquelle la RDC se trouve, car vous êtes vous-mêmes victimes, voire (inconsciemment?) catalyseurs de cette médiocrité forcée sur vous. Oui, toi qui lis ce texte, si tu es en dehors de la RDC, et si ta vie est de loin ou de près touchée par la situation de misère qui se vit en RDC, tu es capable d’y travailler pour remédier à la situation. Comment faire?

Pour ceux qui sont animateurs des institutions nationales, chacun et chacune de vous a une tâche bien définie par l’institution ou l’entreprise publique qu’il/elle anime et gère. Si tu es ministre ou président délégué général (PDG) d’une agence ou entreprise publique, que tu sois né Congolais ou devenu Congolais, embrasses ton pays, la RDC, qui  t’a béni, et fais ton travail correctement. Par exemple: publies la liste des services rendus par ton institution ou ministère. Fais que le processus des services soit clair: la liste des documents requis, combien ça coûte, combien de temps ça va prendre pour rendre ce service, etc. Avec cette transparence, chaque personne qui vient au bureau n’a pas à négocier ou à faire des arrangements dans les coulisses pour être forcée à payer des pourboires et pots de vin. En clarifiant le processus pour transparence, ton ministère ou ton institution va éliminer la corruption, l’un des cancers qui rongent tragiquement la RDC.

Si tu es général de l’armée ou de la police, que tu sois né Congolais ou devenu Congolais, embrasses ton pays, la RDC, qui t’a béni, et fais ton travail de défendre le pays et ses populations correctement. Arrêtes de coopérer et cesses la complicité avec les ennemis pour tuer des gens à Beni et à l’Est du pays. Dis non aux ennemis qui te font croire que si tu les aides à occuper la RDC, tu seras leur héro, ou tu seras grand ; c’est faux, détrompes-toi. La vérité est que tu vas finir à la Cour Pénale Internationale comme l’infâme Bosco Ntaganda.

Si tu es député, sénateur national ou député provincial : sais-tu quel est ton rôle, ta tâche, ton travail pour les populations que tu représentes? Est-ce que tu joues ce rôle et fais ce travail correctement? Et quels en sont les résultats que tu connais qui auraient changé la vie des gens que tu représentes? Ne sois pas abstrait pour calmer ta conscience, identifies tes actions concrètes qui ont transformé la vie des gens des villages, villes et cités que tu représentes. Ce n’est pas trop tard, tu peux commencer à le faire à partir de maintenant même.

Si tu es juge dans la structure judiciaire du pays: tu dois en toute conscience demander pardon à Dieu, changer ton cœur et cesser avec la corruption. On ne te demande pas de confesser publiquement tes actions ignominieuses bien connues de toi et Dieu qui voit les choses faites dans les  coulisses. C’est pour ton propre salut que tu ne peux pas continuer sur la même trajectoire que tu connais bien; tu dois changer ton cœur, et faire correctement ton travail, et tu seras jugé avec justice, car ce temps du jugement n’est pas loin, et ça viendra quand tu t’y attends le moins. Sois donc préparé avec l’arme de vérité et justice pour ne pas être surpris.

Si tu es Premier ministre, ministre national ou provincial, est-ce que tu fais ton travail correctement? Tu es le gouvernement, tu es l’exécutif du pays. Qu’est-ce que ton ministère a déjà exécuté qui a transformé les populations des villages, villes et cités du pays à devenir transformatrices du milieu dans lequel elles vivent? Tu peux et tu dois commencer immédiatement à faire ce travail, ton travail, alors tu auras la vie sauve quand l’année du jugement arrive; est-ce que c’est l’année 2020? Qui vivra verra!

Monsieur le Président de la République, vous êtes le commandant suprême, la tête du pays. Tous les yeux des habitants de la RDC et du monde sont sur vous. Les gens se posent des questions sérieuses qui attendent vos réponses: pourquoi et jusqu’à quand les populations à Beni et à l’Est du pays continueront à être massacrées sans défense et avec impunité? Que se passe-t-il et pourquoi ces détournements des millions de dollars devenus routiniers pendant que vous vous coupez en mille morceaux pour parcourir le monde cherchant à emprunter ces millions de dollars qu’on vole de la caisse nationale si aisément et avec impunité? A quand les réformes institutionnelles radicales pour lancer le décollage du pays? On voit les mêmes gens qui ont ruiné le pays continuer à être à la tête des institutions nationales et les choses ne marchent toujours pas. Que se passe-t-il? Monsieur le Président, le temps passe, et les gens commencent à s’inquiéter et se demander si vous allez délivrer sur vos promesses ou si vous serez vraiment à mesure de le faire.

Si tu es Congolaise/Congolais ou descendant de ce pays vivant dans la diaspora, poses-toi et réponds à la question suivante: « Quel problème en RDC m’affecte ou affecte un aspect de ma vie le plus, là où je me trouve? » Attaques-toi à ce problème, car les problèmes de la RDC ne constituent pas une entité lointaine ou abstraite « là-bas », ça t’affecte.

Chers tous, nos pensées et nos sentiments en ce moment font de la RDC, et du monde dans lequel nous visons ce qu’ils sont, et en créent notre perception. Peu importe ce que nous aimons penser, nous sommes toujours égaux à ce que nous jugeons. Dans l’esprit de cette reconnaissance, changer la situation en RDC devient le moment de regarder aux fins fonds de nous-mêmes, de devenir le bien que nous voulons voir en RDC. En incarnant ainsi le changement que nous recherchons et souhaitons pour la RDC, nous lui donnons de la substance, nous devenons une partie de sa fondation – une fondation qui peut durer là où les mots, les programmes et la législation ne peuvent pas.

 

Par Tongele N. Tongele, Ph.D.
Docteur en génie mécanique et professeur d’université aux USA
tongele@cua.edu

2 thoughts on “RDC 2020: devenir ce qu’on souhaite voir en RDC

  1. @ Prof. Tongele,
    Ca fait un bon bout de temps que je lis vos écrits et je vous remercie pour vos idées inspirationnelles. Mais je m’excuse de vous dire ici ce que je pense : vous perdez votre temps avec les Congolais. Les Congolais sont des passifs, des déplorables, des jouisseurs peureux., ce sont en fait des esclaves ou du moins des gens avec mentalité d’esclave. Ils sont abusés mais ils se taisent ou se limitent à se lamenter, incapables de créativité, incapables de se prendre en charge. Le président Kabila et son clan des Tutsi ont humilié et massacré des Congolais au vu et su de tout le monde, tout en pillant les richesses du pays, pendant 18 ans, et voilà que les Congolais continuent à applaudir Kabila, et à se soumettre aux Tutsi infiltrés dans le gouvernement et dans l’armée et à la tête des institutions nationales. Quel peuple ! Kagame qui a tué près de 10 millions des Congolais fut invité et applaudi dans la Capitale Kinshasa, sans qu’il y ait une moindre démonstration. Quel peuple ! Avec tout ce que vous écrivez, Monsieur le Professeur, pensez-vous que ça importe pour les Congolais ? Pas du tout. Ils boivent et dansent à Kinshasa pendant que des centaines et des milliers de leurs compatriotes sont massacrés à Beni, Bunia, dans tout l’Est. Minembwe est presque déjà annexé au Rwanda. Muzito a dit quelque chose de vrai. Même si lui-même fut collabo, mais la vérité demeure la vérité. Si les Congolais ne remettent pas la guerre au Rwanda, d’où elle vient, le Rwanda va maintenir la guerre en RD Congo. Cardinal Ambongo a dit la vérité qui devrait soulever les Congolais, inciter des marches à travers le pays pour exiger le départ des soldats Rwandais de l’Armée Congolaise et forcer le Président étiquette Tshilombo à reformer l’armée. Mais les Kinois, fainéants, demeurent silencieux et passifs et continuent à boire et danser comme des ivrognes. Monsieur le professeur, vous perdez votre temps avec les Congolais. Vous pouvez vous concentrer sur vos recherches et faire avancer votre carrière. C’est simplement mon opinion.

    1. Cher Sia Koli,
      Votre opinion est importante et je l’ai sérieusement prise en considération. Suis-je en train de perdre mon temps ? D’abord, il faut noter que le temps passe toujours, et donc sous un certain aspect, le temps se perd, quel que soit ce que l’on fait. Merci pour votre conseil : je me concentre en effet sur mes recherches et il y a du progrès dans ma carrière ; et je continuerai à mettre votre conseil en pratique.
      Quant à la substance de votre opinion, c’est une description qui parait refleter la réalité du vécu des populations en RDC. Tout le monde reconnait qu’il y a occupation des territoires de l’Est de la RDC, qu’il y a des non-Congolais qui sont dans les rangs des armées et de la police nationales de la RDC jusqu’aux rangs même des généraux. Cependant, le peuple Congolais n’est pas du tout passif, car il s’est battu sans armes, avec leur sang et leurs vies, faisant des sacrifices suprêmes de leurs filles et fils, pour bouter dehors par les élections le régime prédateur de Kabange dont vous faites mention. Le peuple Congolais a arraché ces élections aux prix de leurs sang et vies afin de faire déguerpir les occupants étrangers qui sont dans les territoires occupés et dans les hauts rangs des armées et de la police. Et le peuple Congolais a gagné la bataille aux urnes. Mais le «deal » était fait pour truquer les résultats des élections ; c’est ce deal qui a remis la victoire entre les mains des perdants qui sont rentrés en force comme plus que jamais. C’est ce deal qui est à l’origine des corruptions parlementaires et gouvernorales que même les candidats à ces postes ont décrié et dénoncé tout haut. Comme le deal avait tout fauché à la présidentielle, même la tentative présidentielle d’arrêter l’installation des corrupteurs/corrompus députés, sénateurs et gouverneurs fut repoussée par les corrupteurs/corrompus avec la rhétorique : « qu’en est-il de la présidentielle ? ». Et le premier effort présidentiel de déboulonner la corruption s’était éteint en face de la vérité. Car lorsque tes mains son sales et tu as la poutre dans ton œil, l’autre que tu veux dénigrer va vite te faire remarquer que tes mains ont la même saleté et tes yeux ont la même poutre. Donc, cher Sia Koli, le peuple Congolais n’est pas passif, le peuple Congolais n’est pas déplorable. Le peuple Congolais reste fort et indomptable quoi que victime. Si vous dites que les leaders et dirigeants politiques Congolais sont des déplorables, alors ça ferait parfaitement de sens. Car, ce sont eux, ou du moins certains parmi eux, qui ont fait le deal. Ce sont eux qui ont truqué les élections et ont fait que les élections soient truquées. Ce sont eux qui se sont installés au pouvoir par corruption avec les mains et pieds liés. Ce sont eux qui sont au pouvoir et qui sont supposés contrôler les armées, la police, les services de renseignement et de sécurité de la RDC. Ce sont eux qui sont au pouvoir et sont supposés déboulonner le système dictatorial et prédateur qu’ils ont trouvé. Ce sont eux qui ont invité Kagame à Kinshasa pour qu’il soit applaudi, sachant que Kagame a le sang des millions des Congolais sur ses mains. Ce sont eux qui détournent des millions de dollars sous couverture de rétrocommission et/ou commission. Ce sont eux qui sont incapables de faire les réformes radicales nécessaires pour relancer le pays. Au lieu de « quel peuple ! », je dirais « Quel leaders, quels dirigeants politiques ! » Vous me demandez si je suis sûr que mes écrits importent… ! Je ne suis pas sûr si la plupart des leaders et dirigeants politiques Congolais lisent ce que j’écris. Oui, quelques-uns ont déjà lu certains de mes écrits, et m’ont contacté. Mais ce n’est pas cela qui importe pour moi. Ce qui importe c’est que la jeunesse Congolaise lit mes écrits et je reçois des centaines des messages dans ma boite électronique presque journalièrement avec leur feedback. Certains ont établi une relation continuelle de mentorship avec moi dans leur effort de créer d’unités de production pour leur autosuffisance financière. C’est cela qui m’importe ; car cette jeunesse Congolaise est désatisfaite de la gestion du pays, de la direction du pays, du manque de vision claire pour le pays, de manque de progrès réel et visible à travers leurs villages, villes et cités. Cette jeunesse Congolaise est fatiguée des promesses pendant que la situation sécuritaire à l’Est se détériore du jour en jour. C’est la réaction de ces jeunes qui m’écrivent qui m’encourage ; c’est leur courage et détermination qui me donne aussi courage et détermination. Je ne perds donc pas mon temps, et je dois même doubler mon temps et d’effort pour écrire et inspirer cette jeunesse qui croit qu’elle est abandonnée par ses leaders et dirigeant politiques. Si j’avais les moyens financiers, je diffuserais ces écrits partout dans les villages, villes et cités de la RDC. Mais pour question de temps, je dois trouver du temps, car le temps est toujours là, et je n’épargnerai même pas une minute de mon temps pour écrire afin d’éveiller la conscience de la jeunesse Congolaise qui est fondement de la conscience nationale.

Comments are closed.