RDC: Actions maintenant!

Tongele N. Tongele
Tongele N. Tongele

Une bonne gouvernance est jugée par ses résultats concrets qui améliorent les conditions, les circonstances et l’environnement socio-économique de la vie de chaque jour.

Jeunes filles et jeune garçons, habitants des villages, villes et cités de la RDC, vous êtes vous-mêmes témoins et victimes de l’inaction et de la mégestion des dirigeants de votre pays qui vous ont transformés en misérables de la terre. Si vous tombez encore dans les distractions et le piège de « donner du temps », « attendre un peu », « être patient », etc., vous vous retrouverez cinq ans à dater d’aujourd’hui avec le même bilan des miséreux de la terre. Et le cercle vicieux de votre misère sera sans fin.

La vérité que vous devez reconnaître est la suivante: avant les élections et après les élections demeurent la même chose. « Donner du temps », « être patient », etc., ne fera que prolonger vos misères. Non. Il ne faut pas donner du temps, il ne faut pas être patient: action maintenant. Vos nouveaux leaders ont crié tout haut pendant les campagnes électorales qu’ils avaient des plans d’actions concrètes, des stratégies pour relancer le développement du pays. Que faut-il encore attendre? Vos nouveaux leaders doivent immédiatement passer à l’action, et vous devez exiger cela.

Après les élections ne sera pas différent d’avant les élections sans vos pressions, sans vos engagements pour pousser les nouveaux dirigeants aux actions de transformation socio-économique. Les faits sont là, devant vous tous: après les élections, rien n’a encore changé, et rien ne changera si vous n’exigez pas ce changement. La RDC demeure dans son état de délabrement sur tout point de vue: les violences par les policiers, soldats et miliciens continuent à travers le pays; l’insécurité à l’Est du pays est terrible; les infrastructures (routières, ferroviaires, maritimes et aériennes) de transport demeurent désastreuses; vos policiers et soldats, vos fonctionnaires de l’Etat demeurent impayés et affamés avec toutes les conséquences que cela implique; l’éducation demeure chaotique et dégénérée; les infrastructures de santé et les infrastructures sanitaires demeurent médiocres; la pauvreté et la misère sont toujours rampantes, etc. La liste est longue et vous savez bien ces faits car vous les vivez dans vos villages, villes et cités. Ce n’est pas en restant passifs et en étant patients, ce n’est pas par donner du temps aux nouveaux leaders que les transformations vont se faire. Non. C’est chaque jour, chaque semaine, chaque mois que vous devez exiger que les nouveaux dirigeants puissent passer à l’action, et que vous puissiez déjà commencer à voir des résultats positifs d’actions sur le terrain.

C’est maintenant que vous devez exiger de voir les programmes d’actions concrètes pour la réhabilitation des chemins de fer qui, dans le temps, avaient relié des villages, villes et cités à travers la RDC, mais sont tombés en état de délabrement à cause de l’inaction et manque de maintenance, à cause de mauvaise gouvernance, corruption et barbarisme sanguinaire érigés en mode de gouvernance par les régimes qui se sont succédé en RDC. C’est maintenant que vous devez exiger de voir commencer l’application des plans d’actions concrètes pour restaurer la sécurité à travers le pays, pour reformer l’armée, la police et les services de sécurité afin de redonner dignité à vos soldats, policiers et agents de sécurité qui vivent misérablement et se retournent contre vous pour vous terroriser et vous exploiter afin de nourrir leurs familles. C’est maintenant que vous devez exiger de voir des actions concrètes débutées pour reformer l’enseignement afin que les élèves et étudiants puissent vraiment acquérir et développer des connaissances, capacités et habiletés les permettant, à la fin de leurs études, de créer des compagnies, entreprises et unités de production pour résoudre les problèmes de saletés dans les villes et cités, résoudre les problèmes de santé en transformant sur place les plantes médicinales en médicaments et produits pharmaceutiques, résoudre les problèmes d’hygiène, résoudre les problèmes de famine, résoudre les problèmes de déboisement et désertification, résoudre les problèmes de pollutions dans vos villes et cités, etc.

Sociétés civiles, jeunesses, étudiantes et étudiants, églises, populations des villages, villes et cites, mettre pression sur vos nouveaux leaders pour faire des actions ne veut pas dire que vous êtes contre eux. Non. C’est un service que vous leur rendez. C’est un encouragement que vous leur donnez. Si vous ne criez pas tout haut, si vous ne faites pas entendre vos voix, si vous ne marchez pas pour exiger de voir débutées immédiatement les actions de reformes et de développement, vous aller ainsi involontairement donner feu vert aux nouveaux dirigeants de ne pas s’inquiéter de commettre d’erreur ou d’amasser les richesses du pays pour leurs intérêts personnels. Dans vos villages, villes et cités, vous devez organiser des marches pacifiques pour faire entendre vos voix sur ce que vous voulez voir les nouveaux leaders faire immédiatement. Ainsi, vous serez des partenaires incontournables dans la gouvernance de votre pays. Au cas contraire, vous vous réveillerez cinq ans après pour de nouveaux pleurnicher que les dirigeants n’ont rien fait alors que vous leur avez fait confiance qu’ils allaient cette fois-ci développer le pays comme ils ont promis dans leurs discours des campagnes électorales. Non. Jeunes filles et jeunes garçons, étudiantes et étudiants, professeurs, défenseurs des droits humains, pasteurs et serviteurs du Seigneur, sociétés civiles, ne vous trompez pas. L’heure actuelle est cruciale. C’est le moment de marcher, parler, exprimer et exiger ce que vous voulez voir accompli par vos nouveaux dirigeants.

C’est donc entre vos mains de demeurer dans l’attente, la complaisance et la misère, ou faire entendre vos voix chaque jour, chaque semaine et chaque mois à travers marches pacifiques, conférences-débats dans vos écoles, sur vos campus, dans vos villages, villes et cités afin d’encourager et de contraindre vos nouveaux leaders à travailler dans la transparence pour le développement du pays, et non pas piller pour leurs ventres comme le régime médiocre qui devrait être au pouvoir pendant des décennies pour brandir comme bilan: réhabilitation du boulevard de trente Juin à Kinshasa.

 

Par Tongele N. Tongele, Ph.D.Docteur en génie mécanique et professeur d’université aux USAtongele@cua.edu

9 thoughts on “RDC: Actions maintenant!

  1. Non, « une bonne gouvernance » n’est pas « jugée par ses résultats concrets qui améliorent les conditions, les circonstances et l’environnement socio-économique de la vie de chaque jour ». Au sujet de l’amélioration des conditions de vie des citoyens, les régimes coloniaux avaient fait mieux que tous les régimes africains successifs depuis les indépendances. On ne peut pas pour autant soutenir que le colonialisme fait partie de la bonne gouvernance. Au Rwanda, par exemple, le régime de Paul Kagame améliore les conditions de vie des citoyens mieux qu’ailleurs en Afrique. On ne peut pas pour autant affirmer que ce régime est une illustration de la bonne gouvernance. « La gouvernance désigne l’ensemble des mesures, des règles, des organes de décision, d’information et de surveillance qui permettent d’assurer le bon fonctionnement et le contrôle d’un Etat, d’une institution ou d’une organisation qu’elle soit publique ou privée, régionale, nationale ou internationale ». Au Rwanda, le bon fonctionnement de l’Etat repose sur les moterelles épaules d’un individu. Ce n’est pas ça la bonne gouvernance. Le régime Kagame renvoie au phénomène de l’homme fort tandis que la bonne gouvernance renvoie aux institutions fortes ou à « la capacité des sociétés humaines à se doter des systèmes de représentation, d’institutions, de procédures, de moyens de mesure, de processus, de corps sociaux capables de gérer les interdépendances de manière pacifique ».

  2. Cher Tongole,
    Si vous étiez à la place de du président Tshilombo, dans la configuration actuelle, quels seraient vos premiers actes de gouvernement aux fins d’atteindre les résultats énumérés ci-dessus en faveur du peuple congolais ?

  3. Actions maintenant ! L’amnésie collective frappe les Kongolais en ce début d’année 2019 malgré 18 ans d’imposture, d’occupation étrangère Tutsi Power et surtout malgré la nomination d’un faux opposant perdant des élections pièges à con truquées d’avance par un imposteur usurpateur d’identité Kongolaise…
    L’auteur écrit « Une bonne gouvernance est jugée par ses résultats concrets qui améliorent les conditions, les circonstances et l’environnement socio-économique de la vie de chaque jour », les colons Belges plus ingénieux et innovants ont fait mieux en laissant un pays prospère, organisé, propre, bien géré aux précurseurs de l’indépendance en 1960 alors que le Peuple Souverain Primaire en 1959 n’était pas heureux, ni libre ni épanoui au Kongo en ces temps-la…
    C’est ainsi que le Sage Roi Salomon Qotelet dit dans Proverbes 17 : 1 « Mieux vaut un morceau de pain sec, avec la paix, qu’une maison pleine de viandes, avec des querelles », il se pourrait que Tshilombo-Pétain parvienne effectivement à améliorer les conditions de vie des Kongolais en fédérant toutes les forces contributives, tous les enfants du Kongo, filles et fils avides de changement, mais cette paix de cimetière n’est pas l’objectif poursuivi par les nationalistes patriotes Kongolais… Nenni ! Quid des 13 millions de morts ?
    Hébétés, abasourdis, consternés les Vrais Kongolais sans une vraie carte d’identité assistent passivement à la Tutsisation du Kongo, l’impunité garantie aux tueurs sanguinaires Tutsi Nilotiques Rwando-Burundo-Ougadais par le traître collabo corrompu, fourbe Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi de l’Udps familiale est le « point culminant » de la cohabitation soi-disant « pacifique » entre les Bantous Pygmées autochtones Kongolais les Nomades Occupants Tutsi Nilotiques Banyamulenge venus tout droit du Tigré pour se sédentariser de force au Kongo de Kimpa Vita, Kimbangu, Lumumba, Mulele…
    Les soi-disant intellectuels Kongolais fautent gravement en se voilant la face sur la réalité banale quotidienne de l’occupation étrangère qui prend de l’ampleur année après année en pratiquant la politique de l’autruche, en faisant des analyses biaisées pour plaire aux ennemis extérieurs et intérieurs du Kongo…
    Habacuc 2 : 18 « A quoi sert une image taillée, pour qu’un ouvrier la taille ? A quoi sert une image en fonte et qui enseigne le mensonge, Pour que l’ouvrier qui l’a faite place en elle sa confiance, Tandis qu’il fabrique des idoles muettes ». Tshilombo-Pétain est l’ouvrier insensé des Tutsi Nilotiques qui pourrait tailler une fausse image d’un Kongo rénové dans le mensonge pour que les naïfs, laxistes Kongolais placent en elle une confiance totale à court, à moyen et à long terme…
    Trois questions à 1 milliard de $ : Que deviendront dans 30, 40 ou 50 ans les descendants des actuels vrais Kongolais ? Seront-ils comme les habitants autochtones de Djibouti, Érythrée, Éthiopie, Kenya, Somalie, Soudan, Ouganda, Burundi, Rwanda par la cohabitation pacifique avec les Tutsi Nilotiques Nomades Occupants Envahisseurs ? La génération sacrifiée durant 18 ans sans éducation ni perspective d’épanouissement personnel sera-t-elle l’esclave des enfants Tutsi Nilotiques Rwando-Burundo-Ougadais mieux formée à l’étranger avec l’argent du contribuable Kongolais ?… Sic
    Vive la Résistance Kongolaise ! Vive l’Article 64 ! Vive le soulèvement populaire éboulement final à l’improviste pour stopper net la Tutsisation du Kongo occupé par les Tutsi Power. La luta continua la Victoria e certa. Ingeta

  4. Chers Compatriotes,
    Actions, c’est maintenant ! Mais quelles actions ? Pour quel résultat prévu par notre professeur en mécanique « Humaine »?, des USA? Le professeur semble confondre la mécanique et les sciences humaines. Une panne mécanique se résout immédiatement une fois que la pièce cassée est remplacée par une nouvelle, en modifiant un peu son environnement, s’il le faut. Une révision moteur se fera ainsi avec un vidange d’huile et le remplacement de certaines pièces usées. Il serait erroné de penser que l’on peut résoudre le problème politique à l’instar du problème mécanique. L’incitation des jeunes à l’impatience et à une action immédiate non définie et non contrôlée est une démarche irresponsable et inconsciente. Cette théorie du professeur, a-t-elle déjà été quelque part à l’échelle d’un pays avec résultat ? Il s’agit de quel pays et de quel résultat ? Je ne crois pas que les Congolais mettront en pratique cette impatience et cette théorie mécanique que le professeur nous expose ici. Que Dieu nous vienne en aide.

  5. Prof Tongele,
    Moi je ne cesserai de louer votre « sens didactique » , simple mais suffisant selon moi à ausculter l’état du pays et à lui proposer un traitement bien pratique.
    Dommage que tous n’en comprennent pas toujours l’intérêt pédagogique pour nos populations et surtout que le Net ne permette pas toujours un accès plus large auprès d’une population qui ne dispose pas assez d’ordinateurs et pour qui les portables servent d’abord à répandre des scoops pas toujours utiles.
    Bravo, une fois de plus j’ai aimé votre exposé simple mais suffisant pour la compréhension des enjeux du moment : être vigilants envers les nouveaux leaders qui doivent passer sans tarder à l’action !

  6. Il ne reste plus qu’a envoyer votre C.V. a la Presidence pour postuler pour un poste….(et pourquoi pas ministeriel..?)
    N’est-ce pas, donc cher « Docteur-Professeur-Ingenieur »…?

  7. Chers Compatriotes,
    Juste une petite réaction quand je lis les interventions critiques de mes compatriotes. Je vois que MBTT affirme :  » Au Rwanda, par exemple, le régime de Paul Kagame améliore les conditions de vie des citoyens mieux qu’ailleurs en Afrique ». J’avais une question. Avait-il visité le Rwanda avant Kagame, du temps du président Juvénile Habyarimana ? et après du temps de Kagame ? D’où lui vient cette affirmation, de la presse occidentale qui fait croire aux Rwandais qu’ils sont la Suisse en Afrique Centrale ? Je reste par ailleurs d’accord avec vous sur la définition de la bonne gouvernance. Cependant, je reste persuadé que la bonne disposition des choses ne peut marcher qu’avec la bonne volonté des citoyens décidés à faire marcher les institutions au profit des Citoyens. Autrement, le magistrat dira droit de façon bien orienté quand il se trouvera devant un cas où son oncle est mis en cause. Que Dieu nous vienne en aide.

  8. C’est bien de vous exprimer régulièrement comme vous le faites mais attention quand même de vous en prévaloir la maîtrise de tous les sujets, d’avoir réponse à tout.
    Ne confondez par exemple pas tout à propos du Rwanda. Nous savons tous que c’est notre voisin le plus prédateur, il vit de la rapine mafieuse bien planifiée qu’il soutire chez nous n’empêche que même si l’Occident nous le montre volontiers plus flamboyant qu’il est, en deux décennies de règne Kagame et son régime ont fait beaucoup pour leur pays, dans tous les cas bien plus que n’a pu faire le pouvoir Afdl, et pour cause…
    Je ne vais pas raconter ma vie, est-il que j’ai été au Rwanda en 1992, en 2003 et en 2012 : mes yeux de visiteur y ont vu des changements significatifs en mieux dans le cadre et les hommes surtout à Kigali…
    Ailleurs, je répétererais volontiers un constat que j’avais déjà fait. Pour moi, nous Congolais avons commis et commettons une erreur de croire que nos dénonciations à partir de nos médias suffisent à faire du Rwanda de Kagame aux yeux du monde le pestiféré et le criminel qu’il est. Que nenni, pour les mêmes raisons que notre génocide est oublié et parce que Kagame a le diabolique talent de mieux vendre son génocide d’où aucun Congolais n’est coupable, le monde entier ne fait que louer sa réussite. Il a en plus un atout béton, son complice, son cheval de Troie est le loup dans notre propre bergerie.
    Comment faire pour reconstruire autant sinon mieux notre pays que ne fait le Rwanda chez lui, comment mieux vendre au monde ce crime qu’il nous inflige depuis 20 ans ? Voilà un défi à mettre au programme de la nouvelle présidence !

    1. PS
      J’ai oublié quasiment exprès, tant c’est évident et d’ailleurs aussi contenu entre mes lignes, de souligner le rôle hypocrite ou géostratégique de la CI qui laisse faire le Rwanda, même commettre des crimes au Congo surfant sur sa mauvaise conscience née de son indifférence lors du génocide de 1994 et sur une poursuite plus sûre de ses intérêts via Kagame.
      Mutatis mutandi le diabolique en profite pour ramasser davantage des dividendes au profit de son pays.
      Conclusion il récolte une reconnaissance continentale et mondiale sur tous les secteurs, géopolitique, économico-commercial… pour ce petit pays pauvre que seuls le vol de son voisin riche et la diligence des puissants pouvaient abonder son budget.
      Comme quoi, la première richesse d’un pays c’est sans doute d’abord celle de ses enfants, leurs têtes, leurs bras… Congo vs Rwanda en est l’illustration parfaite. Aux Hommes Congolais de se réveiller !

Comments are closed.