RDC – Mokonda Bonza: « Beaucoup d’opposants, peu de vision politique »

Au moment où l’Église catholique congolaise semble avoir pris le relais de la contestation anti-Kabila, le sénateur Florentin Mokonda Bonza, ancien directeur de cabinet de Mobutu, pose son diagnostic de la classe politique de la RDC. Sans fard ni artifice.

À Kinshasa, tout le monde connaît son franc-parler. Lors de son récent passage à Paris pour des « contacts d’ordre privé », le sénateur congolais Florentin Mokonda Bonza n’a pas non plus retenu ses coups lorsqu’il est revenu pour Jeune Afrique sur la crise politique qui perdure en RDC: opposants ou membres de la coalition au pouvoir, l’ancien directeur du cabinet du président Mobutu Sese Seko n’a épargné personne.

Des pourparlers successifs n’ont pas permis au pays de se tirer de l’impasse politique due, principalement, à la non organisation des élections dans les délais constitutionnels en 2016. Inversement, beaucoup d’acteurs politiques, dans les deux camps, y ont laissé leur crédibilité.

En conséquence, d’un côté, l’opposition peine de plus en plus à mobiliser la rue, de l’autre, la coalition au pouvoir ne parvient pas à convaincre les citoyens de sa bonne foi. C’est finalement l’Église catholique, à travers un Comité laïc de coordination lancé en novembre et adoubé par le cardinal Laurent Monsengwo, archevêque de Kinshasa, qui se met débout pour exiger l’application du compromis politique signé le 31 décembre 2016.

Jeune Afrique: L’opposition congolaise est-elle encore aujourd’hui à la hauteur des enjeux?

Mokonda Bonza: En RDC, nous créons des partis, mais nous n’avons pas des programmes. C’est le grand problème de la classe politique congolaise. Beaucoup d’opposants, peu de vision politique. Trop souvent, des formations politiques naissent avec le seul espoir de participer au partage de pouvoir à l’issue des pourparlers et autres négociations. C’est en effet de cette manière qu’on devient membre du gouvernement ou du conseil d’administration d’une entreprise publique en RDC.
Nous avons des problèmes sérieux au sein de l’opposition. Nous sommes tous des opposants certes, mais rares sont ceux qui détiennent un projet de société, un programme. Beaucoup d’entre nous se contentent de clamer « Kabila doit partir! ». Comme ce fut déjà le cas à l’époque de Mobutu. Oui, il faut que Kabila parte, mais qu’est-ce que vous faites après? Trop peu poussent la réflexion ou la stratégie jusqu’à ce niveau
.

Quelle marge de manœuvre reste-t-elle à l’opposition congolaise?

Nous qui nous réclamons de l’opposition, nous avons le devoir de nous unir. Nous mettre ensemble pour faire pression sur le pouvoir, pour que la Constitution soit respectée et que des élections soient réellement organisées. Il n’est pas forcément nécessaire de créer un méga regroupement. L’essentiel, c’est de parler d’un même langage et poursuivre les mêmes objectifs.
Il y a quelques efforts dans ce sens, mais nous devons les poursuivre. Moi-même, en septembre déjà, je lançais un appel pour l’unité de l’opposition. Je reste convaincu que la lutte pour une vraie alternance démocratique en RDC requiert la mise en commun des énergies de toutes les forces politiques et sociales, sans exclusive
.

Des électeurs lors de la présidentielle de 2011 à Kinshasa. © JEROME DELAY/AP/SIPA

Pour des élections législatives à venir, il faudra désormais atteindre ou dépasser 1% du nombre total de suffrages valablement exprimés pour qu’une liste de partis ou de regroupements politiques puisse espérer obtenir une part de la répartition des sièges. Pourquoi ce « seuil de représentativité » continue-t-il à diviser la classe politique?

Cette innovation divise parce qu’elle vient changer les règles du jeu au moment d’aller aux élections. Et ce n’est pas la première fois. En 2011, le président Joseph Kabila avait déjà utilisé sa majorité au Parlement pour modifier la Constitution, faisant passer le scrutin présidentiel de deux à un tour.
Faut-il aussi rappeler que c’est bien un avant-projet de loi que le gouvernement avait déposé à l’Assemblée nationale alors qu’il devait présenter un projet de loi débattu et adopté en conseil des ministres.
De fait, avec l’introduction de ce seuil de représentativité, l’objectif poursuivi par le camp de Kabila est celui de parvenir à créer un parti unique. Et c’est dans ce même esprit que la majorité au pouvoir tente d’imposer des machines à voter pour les prochaines élections. Dans un pays où beaucoup, dans des villages, ne savent pas utiliser des smartphones

Joseph Kabila à la tribune des Nations unies le 23 septembre 2017 © Craig Ruttle/AP/SIPA

Dans le camp du président Kabila, on rétorque que c’est un procès d’intention…

C’est ce qu’il a toujours dit. On finit toujours par se rendre compte que ce n’est pas un procès d’intention mais que l’intention est bien réelle. Tenez, bien avant décembre 2016, nous soupçonnions déjà le pouvoir de ne pas vouloir organiser les élections. Il rétorquait: « Procès d’intention ». Plus d’une année plus tard, les scrutins ne sont toujours pas organisés.

Autrement dit, vous ne croyez pas non plus à la volonté du pouvoir de conduire le pays aux élections d’ici décembre 2018, comme prévu dans le calendrier électoral…

Je ne crois pas à la tenue des élections en décembre 2018. La raison est simple: Joseph Kabila n’inspire pas confiance. Or c’est lui le vrai maître du jeu. J’aurais bien voulu croire à l’organisation des élections cette année, mais compte tenu de ce que nous avons vécu dans le passé, je n’y crois pas. La stratégie de Kabila consiste à faire traîner les choses en longueur et d’empêcher ainsi la tenue des scrutins.
Aujourd’hui, le régime, avec un budget de quelque 4 ou 5 milliards de dollars, prétend pouvoir financer seul les élections dont le coût est estimé à 432 millions de dollars par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).
Va-t-il réellement concentrer 10% de ce budget à l’organisation des scrutins prévus en décembre? Je n’y crois pas. Il est certain qu’arrivera un moment où le gouvernement dira qu’il n’a pas pu mobiliser les moyens financiers nécessaires. D’ailleurs le ministre du Budget l’avait déjà laissé entendre il y a quelques mois
.

Si la présidentielle se tient en décembre, serez-vous candidat comme lors de la présidentielle de 2006?

C’est envisageable. Pour l’instant, rien n’est encore décidé. Une élection se prépare. Il faut d’abord réunir les moyens et mobiliser les compatriotes autour d’un programme. Cette vue d’ensemble est nécessaire avant de se décider de se jeter à l’eau, ou pas.

L’hypothèse de s’aligner derrière un autre candidat serait-elle aussi envisageable?

« Il ne faut pas dire, fontaine, je ne boirai pas de ton eau ». Au niveau de mon parti, la Convention des démocrates chrétiens (CDC) et de la plateforme Nouvelle initiative pour le Congo (NIC) que je dirige, nous ne pouvons soutenir un candidat que s’il a une vision politique, un programme.
Nous, à la NIC, nous avons un programme mis sur la place publique depuis avril 2016. Et nous avons une vision pour reconstruire le Congo
.

 

Par Trésor Kibangula, in Jeune Afrique, 05.01.18
© Congoindépendant 2003-2018

10 réflexions au sujet de « RDC – Mokonda Bonza: « Beaucoup d’opposants, peu de vision politique » »

  1. On ne peut qu’apprécier la justesse de l’analyse faite par Mr Mokonda, mais hélas, la difficulté réside aujourd’hui dans l’atomisation de l’opposition et son manque de stratégie et de vision. Celui qui se fait appeler Kabila l’a bien compris car, il sait que les politiciens congolais sont indigents pour la plupart, alors il distribue les billets verts. Les Lohaka, Tshibala, Makila, la liste est longue. Tous ces anciens pourfendeurs et opposant ont succombé par cupidité aux manœuvres diaboliques de l’ovni venu de Tanzanie. Il serait temps maintenant que les opposants, les vrais fassent un effort pour vulgariser leur programme et les options sur plan économique, il ne suffit pas de critiquer, il faut proposer une alternative crédible. Les problèmes économiques sont devenues très compliqués, raison pour laquelle une réflexion approfondie doit être faite au niveau de l’opposition pour donner des orientations claires. Le Congo est aujourd’hui dans une situation financière, économique et sociale désastreuse. Ceux qui croient que notre pays peut s’en sortir uniquement parce qu’il a d’énormes potentielles naturelles se trompent lourdement. Je me permets ici de donner quelques pistes susceptibles de remettre ce grand pays sur les rails: tout en prônant le changement de mentalité de congolais, il faut penser le développement comme un sacrifice, pas comme un confort. Nos compatrites doivent s’adapter à la problématique de l’économie mondiale moderne, c’est à dire miser sur la matière grise par la formation dans les secteurs de pointe comme l’informatique et la nouvelle technologie de l’information. Satisfaire les besoins de base de la population; la santé, l’énergie électrique, l’éducation civique, les infrastructures de communication. Il faut cesser de déverser sur le marché du travail des contingents d’éléments mal formés qui deviennent un fardeau pour l’Etat plutôt qu’un moteur pour son développement. Il faut cibler les secteurs qui permettent la création de richesses, notamment la transformation de nos matières premières pour créer de la valeur ajoutée. Avec une population de 80 millions, le Congo est un grand marché potentiel à condition d’en être conscient. Le secteur du tourisme est un atout formidable pour le Congo, notre pays a besoin de devises fortes par acquérir les biens d’équipements, nos parcs nationaux sont pourvus en faunes et Flores exceptionnelles, il faut les valoriser, c’est une source importante des devises. Je termine en paraphrasant Kennedy: ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. Le désintéressement, l’abnégation, le patriotisme, l’amour du pays, voilà ce qui manque aujourd’hui dans ce pays béni de Dieu. Le meilleur programme économique ou le projet de société bien élaboré ne suffira pas à faire décoller notre pays sans le don de soi. Bonne année á tous.

  2. Encore un qui veut concourir à la présidentielle . Quel pays ? Tout le monde veut devenir président alors que ce pays est sous occupation .Les élections ne sont pas la priorité pour ce pays , d’ abord il faut chasser tous les envahisseurs ensuite on discutera de la suite et comment réorganiser ce pays pour en faire une confédération des états ou soit son démembrement pur et simple . Un état unitaire et centralisé a montré ses limites … Ainsi de gens comme les Kin Kiey , Kimbuta ,Mende ,Minaku , Boshab , Tshibala , Atundu , Makila , Katumbi , Kamhere , Kalev , Kyungu , Tshilombo , Paluku etc … Pourront faire le pitre chez eux en y prônant l’ anarchie comme mode de gouvernance et s’ autoproclamer « présidents à vie « ou « empereurs » !

    1. Qui a dit ceci ???
       »Aujourd’hui,la puissance,le développement et la sécurité appartiennent aux pays-continents qui disposent des grandes espaces,des populations immenses et des grandes ressources du sol et du sous-sol.

      A contrario la puissance,la sécurité et le développement ne peuvent pas etre le lot des petits pays;fragile par leur petite masse aussi bien géographique que populationnelle,ils sont donc impuissants face aux grosses masses géographiques.

      La puissance économique et la puissance politique vont de pair avec l’étendue et le nombre donc;l’avenir appartient aux vastes ensembles géographiques dotés d’immenses espaces aux ressources naturelles considérables et des centaines de millions d’hommes »

      C’est depuis déjà 20 ans que nos ennemis via le Ruanda et l’Ouganda cherchent à nous mettre KO mais nous résistons et résistons encore grace à notre population qui a sens aigu de l’unité nationale et aussi à cet ensemble géographique dotés d’immenses espaces aux ressources naturelles considérables qui peuvent nous permettre d’acheter les armes sans recourir à la donation alors que les autres le Ruanda et l’Ouganda…
      Imaginez le Kivu seul face à ce complot sanguinaire ! il serait déjà parti…
      Non et Non au démembrement ,encore Non et Non au démembrement de notre pays mais ;il y a des préalables d’ordre organisationnel ( Armée-Sécurité-Infrastructures routières ,communication et autres) avant que fédéralisme soit essayé.
      L’avenir appartient aux vastes ensembles géographiques dotés d’immenses espaces aux ressources naturelles considérables et des centaines de millions d’hommes (Cfr Edem Kodjo)
      Vive la RdCongo;une et Indivisible.

  3. Tous les opposants en appellent à l’unité des forces acquises au changement radical. A titre indicatif, je peux citer Mokonda, Ngbanda, Kamerhe,TshilomboTshisekedi, Katumbi.. Mais chacun voudrait que cette unité se fasse autour de lui. En fait ils n’en veulent pas. Conséquence, l’opposition congolaise est atomisée faible. Elle a pourtant en face s’elle une dictature féroce, disposant des gros moyens de l’Etat .Kabila a deux armes redoutables pour tenir les Congolais en laisse : les billets verts et les postes ministériels pour corrompre l’élite politique et la kalachnikov pour réprimer le petit peuple. Il bénéficie des soutiens extérieurs. Kabila qui n’est pas un professionnel de la politique, comment arrive -t-il à narguer tout un peuple et sa classe politique?
    Ces derniers mois, l’opposition ne jurait que par les actions de rue pour déloger le bouvier de Kingakati. Elle a échoué. L’espoir reposait sur l’Eglise Catholique. Celle-ci n’a pas réussi à mobilisé un grand monde. Certaines villes reconnues comme frondeuses( Lubumbashi, Goma, Mbuji-Mayi, Kananga) n’ont pas vraiment bougé. Il sera difficile de voir les proches des victimes des manifestations précédentes descendre dans la rue à l’avenir.
    Il faut changer de stratégie.

  4. Mzaliwa Mkungilwa désolé mais votre discours qui consiste à nous caresser dans le sens du poil n’ intérésse pas le peuple kongo . Culturellement les différences sont énormes et insurmontables , les 57 ans passé ensemble le prouve . Désolé mais la barbarie et l’ anarchie ne font pas partie de notre culture et le vivre ensemble est préjudiciable pour le développement du Kongo central . Nous voulons progresser mais ceux que nous côtoyons tous les jours nous tirent vers le bas .Le Congo post Kanambe sera condédéral ou c’ est sera son démembrement pur et simple . Nous les kongo n’ accepterons plus d’ un état unitaire et vous avez pourquoi . La Norvège et la Suisse , le Lichtenstein ne font pas partie de l’ UE mais sont plus prospères que tous les états de cet ensemble . Preuve que le progrès n’ appartiennent pas aux vastes ensembles que vous encensez . Le Congo un et indivisible gardez ça pour vous !

    1. Vous devez savoir qu’au Kivu ou à l’Est personne n’a peur de l’Autonomie;d’ailleurs nous disons que notre malheur vient du fait de partager ce pays avec les gens comme vous qui pensent que nous sommes encore à l’époque du Diego-Cao qui disait que  »Sans Chemin de fer le Congo ne vaut rien ».
      Aujourd’hui,comme pays à part entière ;toutes les provinces de notre pays sont viables et fiables quant à la potentialité économique de chaque province …
      Mais nous sommes liés par une histoire commune qui commence le 17 novembre 1879 par l’AIC (Association International du Congo )=+ ou-139 ans de vie commune:le ravage de revenus de caoutchouc avec ses mains coupées sur toutes l’Étendue du pays;provinces ayant l’arbre à caoutchouc dont le Kivu…
      La barbarie et l’anarchie se trouve aussi chez le Kongo cfr Brazzaville:
      Il y a quelque part pas loin de chez nous ;on disait  »Boma Zairois tika Nyoka »+l’expulsion brutale des RdCongolais qui se faisaient fracasser le crâne par des briques…
      Culturellement nous sommes les mêmes…Nous vous demandons de passer en revue sur le net ;le folklores du peuple Leka (Rega),Bembe,Vira,Fuliru,Nande,Buyu,Hunde du Kivu;la conclusion=culturellement nous sommes pareilles…
      Pour la même tarification;comparant la douane de Matadi à celle de Kasumbalesa:
      En 2012 :Kasumbalesa (Katanga) pour 1 300 000 de tonne importés=535 000 000,00$usa(Recette)
      En 2012:Matadi(Kongo-Central) pour 4 800 000 de tonne importés=302 000 000,00$Usa;faisant bien le calcul;vous trouverez qu’à Matadi l’État RdCongolais avait perdu à cause de la fraude douanière un montant de 1 milliards 500 millions de $ Usa(1 500 000 000,00$Usa).
      Désolé de vous dire aussi qu’aujourd’hui nous stagnons à cause également de la situation conflictuelle de 1960 entre notre Premier Président que vous connaissez bien et le Premier Ministre M.Patrice Emery Lumumba;incompréhension qui a des répercussions graves sur 6 décennies déjà.

      Nous avons espoir de bien vivre dans la RdCongo structurée , organisée et dans laquelle la loi primera sur le fanatisme;ainsi on a vu des autoroutes reliant Goma jusqu’à Boma et Bukavu jusqu’à May-Ndombe,Autoroute reliant NgangalaNabodio jusqu’à Kahemba
      ainsi que l’Autoroute reliant Mobayi-Bongo jusqu’à Kolwezi et autres belles réalisations dont l’assistance sociale à tous RdCongolais d’Origine…
      Vive la RdCongo ,une et indivisible.

  5. Mais arrêtez de vociférer svp ! Nous n’ avons rien en commun culturellement et je vous rappelle que si nous sommes ensemble c’ est suite à un mariage forcé décidé un petit matin de 1885 à la conférence de Berlin . Citez moi un seul ancêtre de ceux qui se disent congolais aujourd’hui a avoir participé à cette messe ? Nos ancêtres du Royaume de Ce pays est une fabrication occidentale et ses frontières n’ ont aucune légitimité : Si venir diviser des peuples suivant ses intérêts vous semble normal ce n’ est pas le cas pour nous qui avons une histoire riche et un passé glorieux . L’ anarchie et la barbarie chez les kongo ??? Etonnant venant d’ une personne qui prétend défendre l’ unité de ce pays tout en ignorant ce qu’ est peuple kongo . Remontons dans l’ histoire de ce pays citez moi une seule guerre , rébellion ou tuerie entre les kongo ou initié par eux ? Vous nous avez apporté le viol au Kongo central ; nos mamas et nkaka ne peuvent plus cultiver leurs champs en toute quiétude aux environs de la base de Kitona . Des hordes barbares venus de vos contrées pour suivre des formations militaires se permettent de les violer et voler le fruit de leurs labeurs . Dites moi si les quelques kongo qui sont chez vous se comportent de cette façon ? Et pourquoi avoir élu mbuta Khonde Vila Kikanda un kongo comme député chez vous ? C’ est une reconnaissance morale pour le travail que ce digne fils kongo avait accompli en tant que gouverneur .Merci de citer l’ exemple de nos frères kongo de Mfoa (Brazzaville) , vous êtes habitué à voir un kongo passif et muet n’ est ce pas ? Alors vous ne connaissez pas les kongo car vous croyez que cette passivité c’ est de la faiblesse … C’ est ce que le dictateur Sassou Nguesso a toujours cru aussi et les kongo d’ en face se défendent et appliquent l’ adage oeil pour oeil dent pour dent . Si le fait de se défendre équivaut à l’ anarchie ou la barbarie chez les kongo c’ est la preuve que vous n’ avez pas d’ arguments à avancer . Nous ferons de même en RDC si on nous accule dans nos derniers retranchements .  » Le Congo un et indivisible » n’ est pas valable pour nous et gardez le pour vous et surtout libérez vous de la mainmise rwandaise sur vos terres au lieu de venir squatter la terre kongo . A bon entendant !

    1. Faites un effort pour comprendre que nous avons une seule Afrique dans laquelle l’éleveur et le cultivateur ont toujours vécu ensemble en s’échangeant les produits de leurs efforts; càd que nous n’avons pas le problème avec le peuple Ruandais mais avec les hommes politiques actuels de nos 2 pays ;sache qu’ils ne sont pas éternels…
      Pas le temps de développer mon argumentaire; je veux au travail, je vous reviens après…
      Salutation frère M.Nkomi Mbuta.
      Vive la RdCongo; une et Indivisible.

  6. Comment voulez-vous réaliser les points de votre programme politique sous une occupation étrangère Tutsi Power ? Le ridicule ne tue plus en RDC (République Démocrature du Congo-Kinshasa)… La classe politique Kongolaise corrompue médiocre est la malchance du Kongo, c’est du jamais vu dans le monde entier d’observer durant vingt ans une telle nonchalance dans le chef d’une élite politique qui a reçu une bonne formation scolaire, universitaire mais produit une telle médiocrité qui frôle la démence. Ils ont la chance d’avoir un peuple analphabète, sous d’autres cieux, certains faux politiciens inconscients comme celui-ci n’oserait même pas accepté une interview pour pondre de telles inepties…

    Tous ces énergumènes qui se prétendent politiciens nous (Peuple Kongo Souverain Primaire) prennent pour des petits enfants plus cons, trop bêtes, sans jugeote comme leurs chiens non dressés. Des vieux messieurs ventrus, malhonnêtes, irrésolus soi-disant instruits, bardés des diplômes, de MBA, de doctorat, de licence utilisent la langue de bois à longueur des journées pour parler vrai en tournant autour du pot avec des mots qui les accusent eux-mêmes.

    QUELLE VISION POLITIQUE voulez-vous avoir petit monsieur le sénateur illégal illégitime sous éternel glissement alors qu’un autre peuple bien identifié Tutsi Power infiltre, assujettit votre Peuple Kongo en plein 21 ème siècle ?…

    Ce sont ces mêmes individus, leurs parents, enfants, femmes trop catholiques qui croient au purgatoire et leurs familles qui sont des adeptes de la religiosité imbecilisante des églises de sommeil Binzambi Nzambi friands de l’Evangile du J.C Blanc Aryen Indo-Européen au bled et dans la Diaspora qui disent que c’est la Volonté de Dieu que nos femmes soient violées, que l’Est du Kongo soit entre les mains de la soldatesque Rwandaise, c’est toujours la volonté de Dieu, que le frère de Azarias Ruberwa Tutsi Rwandais soit nommé chef coutumier à Minembwe, un territoire Bantou Kongolais, c’est la volonté de Dieu…

    Que les poubelles, les tas d’immondices s’amoncellent sur toutes les artères urbaines de la capitale Kinshasa, c’est la volonté de Dieu… C’est toujours la volonté divine que l’imposture dure 20 ans non stop sans que vous ayez la hargne, le gnac, le courage de la dénoncer pour s’asseoir autour de la mangeoire dressée par elle paisiblement en soulageant votre conscience souilée devant les hommes et devant Dieu…

    L’église Catholique est la Grande Babylone, qui ne sait pas que le Pape de Vatican et tous les saints ne sont pas au paradis mais au séjour des morts en attendant le jugement dernier conscient, la première et la seconde résurrection avant l’enfer des enfers…

    Basta passez la main chers aventuriers faux politiciens corrompus, malhonnêtes… La médiocrité, l’incompétence, l’incohérence, la confusion vous rendent tellement incultes, ignares que nous n’avez plus honte… Nous (Peuple Kongo Souverain) ne donnons plus aucun crédit à un tel discours creux qui sonne faux… Le Sénat est en perpétuel glissement, il est illégal, illégitime mais le déshonorable sénateur se pointe pour nous rabâcher les oreilles avec la Vision Politique…

    Il n y a qu’une seule vision dans un pays occupé, c’est se désolidariser de telles institutions inefficaces, infiltrées de fond en comble qui caractérisent un Etat failli, un non-Etat, une jungle. Bon nous comprenons qu’on ne parle pas la bouche pleine, et que si jamais vous démissionniez, il y aura un individu sorti du néant pour toucher le pactole à votre place, taisez-vous, restez autour de la mangeoire en attendant qu’on vous attrape tous pneus au cou pour le lynchage, la vindicte populaire si vous ne fuyez pas à temps et à l’heure… Le Peuple Kongo Souverain Primaire n’est pas aussi con que vous le pensez, il est mûr, mâture, lucide, déterminé, il le prouve tous les jours, le Rassupu conduit par Félix Antoine Tshilombo faux politicien corrompu médiocre en sait quelque chose avec ses appels de marche pacifique bâclés, ignorés…

    Ce Dimanche 21-01-2018. C’est la REVOLUTION KONGOLAISE EN MARCHE… Tout catholique est Kongolais, tous les vrais Kongolais pure souche pur sang ne sont pas des catholiques, taisons momentanément nos différences de confession religieuse, arrondissons nos angles le temps de bouter dehors l’Occupant Tutsi-Power-ONU-Monusco, du shegue en passant par le kuluna jusqu’au nanti tous dehors pour gagner. Ingeta

Les commentaires sont fermés