RDC paradis des criminels en col blanc? Que faire?

Dans le dernier classement des états faillis, publié le 10 avril, sur 178 états, notre pays figure à la 5ème avant dernière place. Même la République Centre Africaine fait mieux. L’état n’assure plus la sécurité ni des biens ni des personnes (sauf s’il s’agit des criminels en col blanc). Il n’arrive même pas à assurer la sécurité des quelques centres de traitement d’Ebola et ainsi le nombre de victimes décédées dépasse désormais le millier. Le nombre des atteintes aux droits de l’homme documentés dépasse les 600 cas par mois (le chiffre réel est probablement beaucoup plus élevé) dont des dizaines de viols et de meurtres. Plus de la moitié est imputée aux services de l’état (FARDC ANR et forces spéciales) et ne comporte pas les violences commises par les groupes armés alliés et armés par ces mêmes services de l’état qui dépendent des hautes autorités exécutives et politiques.

L’UNICEF a déclaré récemment que sur les 13 millions de personnes nécessitant l’aide humanitaire, 7,5 millions sont des enfants dont 4 millions souffrent de malnutrition aiguë et plus de 1,4 million de malnutrition aiguë et sévère ce qui signifie qu’ils sont en « risque mortel imminent » (en anglais: they are in imminent risk of death). Pour nos ministres qui ne seraient pas informés de cette situation ou qui ne semblent pas comprendre, il faut préciser que: près de 1,5 millions d’enfants vont mourir de faim et que depuis plus de dix ans, les premiers ministres, ministres et leurs acolytes sont directement responsables de cette situation. A ce classement de la honte s’ajoute ceux – tout aussi honteux – de pays le plus corrompu et celui de pays le plus pauvre alors que ses ressources comptent parmi les plus importantes du monde.

« L’Etat failli » étant une notion plutôt abstraite ou du moins impersonnelle, on devrait plutôt parler d’une classe dirigeante qui a failli, et continue à faillir. C’est elle qui dirige les services de l’état, qui organise l’impunité et encourage ainsi la violence, qui est corrompue, détourne et vole les actifs de l’état et quand ils le peuvent les bradent à vil prix moyennant des commissions plantureuses. Elle empêche l’émergence d’un état de droit pour continuer ses sales besognes en toute impunité. Notre classe dirigeante est pilotée par des criminels en col blanc, responsables ultimes de l’enfer dans lequel ils maintiennent toute une population alors qu’ils vivent dans un luxe scandaleux, envoient leurs enfants dans les écoles consulaires ou à l’étranger où ils se font soigner au moindre bobo. Aux premiers ministres, ministres et responsables d’institutions publiques s’ajoutent désormais les organisateurs et participants des gigantesques fraudes qui ont marqué les élections c’est-à-dire une grande partie de nos politiciens, toutes tendances confondues, sans oublier les champions fraudeurs toutes catégories: les dirigeants de la CENI.

La corruption des cols blancs et le dysfonctionnement des institutions qu’ils dirigent est comme l’ambassadeur des USA vient de le déclarer récemment, le principal obstacle à l’investissement. Cette situation et les risques qu’elle engendre expliquent aussi pourquoi les rares investisseurs et notamment les sociétés minières sont plus exigeantes et gourmandes que dans d’autres pays. Les mêmes criminels, voulant s’attirer la sympathie et le support de l’occident, tentent d’accréditer l’idée que DAECH aurait infiltré des groupes armés dans l’Est du pays mais personne n’est dupe de la manœuvre. Les résultats des élections ont renforcé la position de ces criminels en cols blancs et multiplié leur nombre dans tous les recoins du pays. Ils instrumentalisent les tensions ethniques et font des « arrangements » avec des groupes armés. Ils doivent récupérer les sommes investies pour être « élus ». On peut donc s’attendre à une extension de l’insécurité, ce qui est déjà le cas à Lubumbashi, Kolwezi et dans l’Est du pays.

Le nouveau président, ligoté dans une camisole de force par sa participation à la fraude a montré sa (très) faible marge de manœuvre. Il est marginalisé dans toutes les institutions du pays et ne peut même pas se servir des bureaux ni des avions de la Présidence. Il a lancé quelques travaux publics dont le coût serait d’environ 400 millions de dollars US, mais un grand nombre de fonctionnaires ne sont pas payés depuis des mois voire des années. L’opacité qui entoure l’attribution des marchés pour ces travaux et leur contrôle ainsi que les sources de financement semblent bien être dans la continuité des pratiques habituelles de nos criminels en cols blancs. Le système mafieux est donc toujours bien en place et le cap du changement n’est décidément pas encore en vue.

Les élections n’ont rien résolu, au contraire. L’Eglise catholique, seule institution d’envergure du pays qui s’est démarquée nettement des criminels en cols blancs et qui s’est mobilisée pour des élections crédibles et une société plus juste a fait à peu près tout ce qui est possible de faire de manière pacifique. Pour le moment, elle semble marquer une pause et se contente d’observer. Elle rejoint ainsi l’immobilisme de la communauté internationale. La société civile fait des constats, écrit des articles, publie des communiqués, des pages d’opinion et des lettres ouvertes. Quelques organisations comme la Lucha, plus courageuses organisent des « sit in » et autres protestations publiques.

Mais tout cela n’empêche pas nos criminels de dormir.

Alors que faire?

A l’instar des cartels, mafias et autres organisations criminelles, nos criminels ont organisé un système. C’est ce système qu’il faut déstabiliser. Le système est basé sur des stratégies et sur des piliers. Il faut donc entraver les stratégies et affaiblir les piliers.

  • Les stratégies de nos malfrats consistent essentiellement à neutraliser les contrôles et assurer l’opacité afin de pouvoir détourner, voler et abuser de leur position en toute quiétude. C’est ainsi que le parlement, trusté et/ou corrompue par la mafia, n’exerce plus aucun contrôle, il en est de même de la cour des comptes et de l’inspection des finances, toutes deux muselées. Le ministère du Plan, quant à lui, a cessé de contrôler l’exécution du budget d’investissements du pays permettant ainsi toutes les dérives: surfacturations, détournements, malfaçons ou encore travaux non réalisés.
    Pour entraver ces stratégies la société civile pourrait créer un réseau favorisant la dénonciation des malversations; créer une base de données documentée appuyée par des juristes et faire pression sur le nouveau président pour qu’il permette à l’inspection des finances qui dépend directement de la présidence de faire son travail avec l’appui de firmes d’audit réputées. La création d’un site de type « Congo (wiki) leaks » pourrait s’avérer utile en assurant la protection des donneurs d’alerte.
  • Pour affaiblir les piliers il faut frapper nos criminels au seul endroit où ils ont une sensibilité: leur portefeuille et leur vie luxueuse et sans soucis. Il faut faire du lobbying en vue d’étendre les sanctions internationales et les poursuivre devant toutes les juridictions possibles, nationales et internationales. Il existe des preuves, des documents, des témoins. Les responsables et les bénéficiaires des fraudes du FPI sont connus. Les marchés de gré à gré de la Primature et des ministères, le scandale de Bukanga Lonzo et moult autres magouilles qui sont documentées. Les juristes peuvent constituer des dossiers recevables par les tribunaux.

Une récente publication de l’ONG « The Sentry » intitulé « Prosecute the Profiteers » (Poursuivez les profiteurs) recommande de traîner les criminels en cols blanc devant les tribunaux. « The Sentry » a contribué à documenter plusieurs scandales financiers en RDC ce qui a engendré des sanctions contre une série d’individus aux USA. Il est regrettable que nos organisations de la société civile (Licoco, ACAJ etc.) ne soient pas plus agressives envers les criminels en col blanc et ne créent pas une plateforme dont l’objectif principal serait de les poursuivre devant les tribunaux, nationaux et étrangers. Ils pourraient immédiatement bénéficier de l’appui de institutions internationales comme « The Sentry », Congo Research Groupe, etc.

Il faut rappeler qu’en organisant la disparition des bases d’un état de droit et surtout leur impunité totale, nos malfrats ont permis celle des criminels en uniforme et leurs supplétifs armés. Sans s’être salis les mains, ils assument une lourde responsabilité dans les crimes commis par ces derniers: exécutions, viols et autres atteintes aux droits humains. Ce ne sont pas les quelques investissements privés, notamment dans des universités portant leur nom, réalisés avec l’argent volé ou des « tribunes » publiés après avoir quitté la mangeoire qui changent la donne.

Mirabeau disait: « Il existe quelqu’un de pire que le bourreau, c’est son valet ».

A défaut de pouvoir atteindre le bourreau commençons par ses valets.

Il ne faut plus poser la question: Que faire? Le temps est à l’action!

 

Par Jean-Marie Lelo Diakese

11 thoughts on “RDC paradis des criminels en col blanc? Que faire?

  1. Une honte avec grand H. Dans cette république bannière du Gondwana où tout le monde est « honorable »,  » excellence « ,  » boss » mais tous des combinards invétérés. Kiadi kibeni!

  2. LA REPONSE ET SOLUTION SE TROUVENT DANS LA DISSOLUTION DU PARTENARIAT CONTRE-NATURE « FCC-CACH » DERRIERE LEQUEL SE « CACH-ENT » DES BANDITS, VOLEURS ET TUEURS PPRD-MP-FCC ET LEUR PETITE AUTORITE IMMORALE & SANGUINAIRE DE KINGAKATI.
    AH….PAUVRE FATSHI. QUE FAIRE APRES TOUTES VOS PROMESSES? ET QU’EN PENSE VOTRE TRES AFFAIRISTE DIR-CAB « KAMERHE-ON »?

  3. Cher Jean-Marie Lelo Diakese,
    Le valet n’existe que par rapport au bourreau. Pour que le valet cesse d’exister, il faut que disparaisse le bourreau. Pour preuve, aussitôt que disparaissait le bourreau Mobutu Sese Seko, ses valets disparurent également. Ceux qui ont survécu n’ont pu le faire qu’en devenant les valets des nouveaux monarques du pays, les deux Kabila. Question : que faire pour que les bourreaux deviennent une espèce en voie d’extinction sous le ciel congolais ? Réponse : Il faut concevoir et mettre en place un système politique qui permettrait enfin aux représentants du peuple de contrôler effectivement le pouvoir du président de la république. Il faut concevoir et mettre en place un système politique qui permettrait enfin aux contre-pouvoirs, qui existent sur papier, d’être fonctionnels. Remarquez qu’on ne peut atteindre les valets aussi longtemps que le bourreau existe. Pour preuve et à titre d’exemple, on ne pouvait atteindre l’assassin de Floribert Chebeya, un certain John Numbi, tant que celui-ci jouissait d’une bonne part de l’impunité dont jouit le bourreau Joseph Kabila.

  4. Cher Jean-Marie Lelo Diakese,
    Votre analyse est excellente, et votre conclusion interpelle tout cœur épris de justice pour la tragédie imposée par une minorité sur des millions des populations en RDC. Il ne faut plus poser la question : Que faire ? Le temps est à l’action. Le combat de libération du peuple Congolais par le peuple Congolais doit se mener sur beaucoup de fronts, et merci beaucoup pour avoir mis en exergue le front d’exposer les pilleurs et voleurs en costumes et cravates, et les poursuivre en justice. C’est surtout le front de justice par le peuple Congolais pour le peuple Congolais que nous soulignons davantage. Il s’agit pour le peuple Congolais, jeunes filles et jeunes garçons, habitants des villages, villes et cités, de prendre la justice entre leurs mains. La vérité est qu’en RDC, la justice formelle en termes des cours et tribunaux est plutôt au service des voleurs/pilleurs en costumes et cravates. Le peuple Congolais doit rendre justice par lui-même pour lui-même. C’est vous, peuple Congolais, jeunes filles et jeunes garçons, habitants des villages, villes et cites qui devez prendre la justice entre vos mains, retrouver ces meurtriers en uniformes, ces voleurs et pilleurs en costumes et cravates, et les mettre hors d’état de nuire une fois pour toute. En RDC, ces ministres, généraux et commandants mercenaires de l’armée et de la police, ces PDG qui sucent votre sang et pillent vos ressources naturelles sont connus et nommément cités par des organisations internationales. Certains sont déjà mêmes sanctionnés par les USA. Vous savez là où ils vivent ; vous savez là où ils travaillent ; vous les voyez circuler parmi vous ; vous devez prendre la justice entre vos mains et les mettre hors d’état de nuire une fois pour toute. Ils sont tous revenus en force au parlement, au sénat, aux gouvernorats. Un dirigeant qui se croit invincible et abuse des gens de votre commune, de votre village, de votre ville, cité ou province, vous devez prendre justice entre vos mains, et, à tout moment, surprendre et abuseur pour le mettre hors d’état de nuire une fois pour toute. En prenant justice entre vos mains, vous allez faire régner la justice et faire respecter la justice par ceux et celles au pouvoir qui se croient au-dessus de la loi. Ils sont entourés des gardes de corps, ils abusent les populations, ils détournent de l’argent et des biens communs et pillent le pays, car ils se croient au-dessus de la loi. C’est vous, peuple Congolais, jeunes filles et jeunes garçons, habitants des villages, villes et cités, c’est vous qui devez rendre justice par vous-mêmes pour vous-mêmes en mettant hors d’état de nuire quiconque vous abuse et viole vos droits. Si maintenant même vous commencez immédiatement à mettre hors d’état de nuire, un par un, tous ces arrogants usurpateurs du pouvoir et médiocres politiciens, commandants et généraux mercenaires détourneurs et pilleurs du pays, tous vont se contrôler et arrêter leur comportement égoïste, malhonnête et diabolique par peur d’être mis hors d’état de nuire une fois pour toute par la justice du peuple Congolais. Peuple Congolais, jeunes filles et jeunes garçons, habitants des villages, villes et cités, cessez de vous plaindre de l’injustice, de la corruption, des abus. Il ne faut plus poser la question : Que faire ? Le temps est à l’action. C’est donc entre vos mains de faire la différence.

    1. Cher Tongele N.Tongele,
      Je comprends votre empressement de voir notre pauvre peuple se redresser un jour. Mais quand la justice ne fonctionne pas dans un Etat, on la reforme. Quand les représentants du peuple qui doivent la reformer n’ont aucune volonté politique de le faire, la révolution est inéluctable. J’espère que c’est ce que vous laissez entendre quand vous appelez le « peuple congolais, jeunes filles et jeunes garçons, habitants des villages, villes et cités » à « prendre la justice entre [leurs] mains ». Autrement, ce serait la justice populaire qui est tout sauf la justice. Mais quand une révolution a lieu, il faut que les élites, pour ne pas parler des seuls révolutionnaires, aient une idée claire de ce que l’on doit entreprendre comme reforme. Sinon, on court le risque de voir les révolutionnaires devenir les nouveaux bourreaux du peuple, a l’instar de la bande d’un certain Laurent-Désiré Kabila, ou de voir la révolution confisquée par des tierces personnes comme c’est aujourd’hui le cas en Egypte, pour ne citer que ce pays-là. La démocratie de façade a suffisamment étalé ses nuisances. La question « que faire ? » s’impose donc si on veut aller de l’avant. Que faire pour construire une démocratie effective ? Les élites et dirigeants congolaises actuels se posent-ils seulement cette question ? Si oui, ont-ils des réponses à mettre sur le marché national des idées ? Je ne pense pas. Et c’est là notre plus grand malheur.

      1. Cher Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo,
        Merci pour votre analyse. Le peuple Congolais, les jeunes filles et jeunes garçons, les habitants des villages, villes et cités en RDC ont démontré devant le monde entier le degré extraordinaire de leur maturité. Ils sont capables de susciter et gérer pour le mieux une justice populaire, prendre la justice entre leurs mains, et organiser la RDC pour le mieux:
        1. Ce sont les jeunes de LUCHA, Filimbi, et autres jeunes de la société civile qui ont montré une volonté politique et un engagement patriotique extraordinaires qui ont fait échec au plan machiavélique de la balkanisation de la RDC. Parmi eux se lèveront des leaders de calibre extraordinaire pour relever les défis de pauvreté et misère en RDC.
        2. Le Comité Laïc de Coordination de l’église catholique est composé des jeunes filles et jeunes garçons, hommes et femmes de maturité extraordinaire. Ils ont organisé et géré au prix de sang et vie les marches pacifiques à travers la RDC, marches qui ont contribué aux pressions exercées sur Kabila pour le forcer à accepter que les élections puissent avoir lieu en RDC. Parmi eux se lèveront des leaders de calibre extraordinaire pour relever les défis de pauvreté et misère en RDC.
        3. Des organisations des droits humains en RDC qui ont toujours dénoncé les abus du régime passé, et qui continuent à dénoncer les corruptions et mascarades des élections en RDC, sont composées des jeunes filles et jeunes garçons, hommes et femmes capable de relever le défi de gérer la justice par les Congolais pour les Congolais, et orienter la RDC vers un meilleur lendemain.
        4. Il y a tant d’autres organisations de la société civile, composées des jeunes qui envisagent un futur différent en RDC, et qui dénoncent les injustices et les corruptions rampantes en RDC, mais leurs voix sont étouffées par la justice formelle au service des usurpateurs du pouvoir, voleurs et pilleurs en costumes et cravates. Parmi eux se lèveront des leaders de calibre extraordinaire pour gérer une révolution populaire et relever les défis de pauvreté et misère en RDC.
        Cher Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo, les jeunes filles et jeunes garçons en RDC sont capables, plus capables que les élites qui font la politique du ventre aujourd’hui en RDC. En fait, ces jeunes sont aussi des élites qu’il ne faut pas minimiser. Mais ils doivent devenir des révolutionnaires, car ils ont déjà une idée claire de ce que l’on doit entreprendre comme reforme en RDC. Il faut absolument encourager les jeunes filles et jeunes garçons de la RDC à prendre la justice entre leurs mains, à faire respecter la justice administrée par le peuple, à remettre les usurpateurs voleurs et pilleurs du pays dans l’ordre par la force des choses et par peur d’être mis hors d’état de nuire par la justice du peuple. Autrement, ce sont des discours, des délibérations concernant quoi faire et comment faire, ce qui vont endormir et le peuple, et les intellectuels, et les élites, pendant que les usurpateurs du pouvoir continuent à sucer le sang du peuple et à enfoncer ce dernier dans la misère absolue. Intellectuels, Universitaires, Professeurs, Ecrivains, Moralistes, Journalistes, Théologiens, Artistes, Entrepreneurs Congolais, où que vous soyez, c’est un devoir moral qui vous incombe, par vos actions et paroles, à devenir source d’encouragement, d’appui et de mobilisation des jeunes filles et jeunes garçons, habitants des villages, villes et cités en RDC, à prendre la justice entre leurs mains. Il ne faut plus poser la question : Que faire ? Le temps est à l’action.

  5. EXCELLENTE ANALYSE DE NOTRE COMPATRIOTE MAYOYO BITUMBA TIPO-TIPO EN CITANT DES EXEMPLES QUE NOUS TOUS CONNAISSIONS:
    MOBUTU SESE SEKO = BOURREAU, LE BOSS
    VALETS = LES MOBUTISTES EN DEBANDADE, LESQUELS ONT TROUVE UN AUTRE NEO-BOURREAU EN LA PERSONNE DE HIPPOLYTE KANAMBE ALIAS JOSEPH KABILA, DE SURCROIT UN METEQUE VENU DES PAYS DES MILLES COLLINES, LEQUEL SE MAINTIENT ENCORE PAR LA FORCE AU SOMMET DE L’ETAT, IL EST TOUJOURS LA , C’EST LUI LE VRAI PR FULL, LE BOURREAU DU GRAND KONGO, TANDISQUE FELIX N’EST QU’UN PR A MOITIE, QUI A SAUVE LE BOURREAU POUR AVOIR ACCEPTE EN LAST MINUTE LE DEAL AVEC LE DIABLE COMMANDANT HIPPO. OK.
    QUANT A NOS VALETS, IL Y A TOUT UN MELI-MELO DES PERSONNES, CE SONT LES IDEOLOGUES, DOCTRINAIRES, PENSEURS, PHILOSOPHES, IDOLATRES, PROPAGANDISTES, REVOLUTIONNAIRES, RENEGATS, CHARLATANTS, FANATIQUES AVEUGLES, PARASITES , LESQUELS SONT LA POUR FORTIFIER LE POUVOIR DU BOURREAU.,
    CITONS A TITRE D’EXEMPLE: LES DEUX REGIMES KABILISTES DE PERE ET DE SON SOI-DISANT FILS, LE RAIS.
    OUI, DEPUIS LES REGIMES CITES: MOBUTU. LES REGIMES KABILISTES Y COMPRIS LE SLOGAN  » ETAT DE DROIT  » DE NOTRE PR FELIX NOMME PAR L’IMPOSTEUR.
    FELIX EST DEJA AUX AFFAIRES, EN THEORIE, IL DISAIT  » TOKOZONGISA YE NA RWANDA, CELUI QUI M’AMENERA LIGOTE OU MENOTTE CET ENERGUMENE AURA UNE TRES BONNE RECOMPENSE, PAPA ALOBAKI PEUPLE D’ABORD, ETAT DE DROIT, DEBOULONNAGE ET D’AUTRES FAMEUX SLOGANS SONT ENCORE DANS LES TIROIRS, LESQUELS SERONT DIFFUSES AUX KONGOLAIS D’UN JOUR A L’AUTRE, OK.
    CET ETAT DROIT QUE TOUT KONGOLAIS ATTENDS TOUJOURS DE PIED FERME POUR DEBOULONNER LES IMPURS ET NOS OCCUPANTS, DETROMPONS-NOUS, NE VIENDRA PAS BIENTOT VOIRE MEME INVISIBLE A L’HORIZON.
    A L’INSTAR DE L’ABAKO = ASSOCIATION DES BAKONGOS, GROUPEMENT POLITIQUE QUI AVAIT SOULEVE LE PEUPLE KONGOLAIS ( JEUNES FILLES, JEUNES GARCONS, VILLAGEOIS MEME DE FIN FOND DE NOS VILLAGES ) CONTRE LA PUISSANCE COLONIALE BELGE, SELON LES SLOGANS: BAFUA BAFUA, BAFUTUMUKA BAFUTUMUKA, BASIKAMA, BASIKAMA, BASUAMINA BASUAMINA, BATINA BATINA, BASUAMINA BASUAMINA, BAKANGAMA BAKANGAMA, BASALA BASALA, JE NE CROIS PAS QU’ ACTUELLEMENT AVEC CE MEME PEUPLE OISIF, PEUREUX, TRIBALISTE, REGIONALISTE, LA REVOLUTION OU LE SOULEVEMENT POPULAIRE SERAIT INEVITABLE. D’AILLEURS, L’ABAKO N’EXISTE PLUS, LES VAILLANTS LEADERS DE L’ABAKO QUE NOUS CONNAISSIONS TOUS, LESQUELS ONT VERSE LEUR SANG POUR LA BONNE CAUSE DE CE PAYS KONGO SONT DEJA MORTS, ILS NE REVIENDRONT PLUS, AINSI, IL Y AURA REVOLUTION OU SOULEVEMENT POPULAIRE DANS NOTRE PAYS SEULEMENT AVEC LE COUP DE POUCE D’AUTRES PAYS, OK.
    SEUL UN MARTIN FAYULU, LE VRAI PRESIDENT ELU NE POURRA PAS CHASSER LE BOURREAU ET VALETS, LEQUELS INCARNENT LE MAL KONGOLAIS. POUR QUE CE SOULEVEMENT POPULAIRE SOIT UN SUCCES TOTAL, IL FAUT QU’UN TOUS LES KONGOLAIS SANS EXCEPTIONS DE TRIBU, REGION, CROYANCE RELIGIEUSE DOIT S’ARRANGER DERRIERE MARTIN FAYULU, LE VRAI GAGNANT, VRAI PRESIDENT ELU, SINON CETTE REVOLUTION NE SERAIT QU’UN VAIN MOT, INSIGNIFIANT.
    A L’EPOQUE, LA TACTIQUE CONSISTAIT A FRAPPER AU SOMMET cad LE BOURREAU, LE BOSS.
    ALORS MES AMIS, POUR QU’UN CHATEAU DE CARTES S’ECROULE, IL SUFFIT D’EN RETIRER UNE SEULE.
    SUIVANT CET ADAGE ET L’EXEMPLE ACTUEL DU KONGO, ICI ON SE TROUVE EN FACE D’UN BOURREAU ET DES VALETS QUI ONT RENDU LEUR BOURREAU TRES PUISSANT.
    SI PAR ex ON ENLEVAIT SOIGNEUSEMENT LA CARTE D’EN HAUT, EST-CE QUE LE CHATEAU DE CARTES S’ECROULERA?
    D’APRES MOI, POUR LE CAS DE NOTRE KONGO, POUR QUE LE CHATEAU DE CARTES S’ECROULENT, COMMENCONS EN ENLEVER LES CARTES D’EN BAS LESQUELLES SONT LE FONDEMENT DE NOTRE CHATEAU POUR S’ECROULER. POUR MOI, CES CARTES D’EN BAS = VALETS.
    OR CES VALETS AU SERVICE DE LA MAUVAISE INTELLIGENCE SONT CES JEUNES FILLES, JEUNES GARCONS, PARENTS, VILLAGEOIS, CITADINS QUI HABITENT ENSEMBLE AVEC NOUS DANS NOS CITES, QUARTIERS, VILLAGES…
    TANDISQUE POUR CE PEUPLE LONGTEMPS CHOSIFIE, HUMILIE, BAFFOUE, MEURTRI EST DEVENU AUJOURD’HUI COMME DES SCOUTS, LOUVETEAUX QUI PARTENT EN JAMBORE POUR ASSISTER AU MEETING DE ROBERT STEPHENSON BADEN POWELL, DANS LE BUT DE CHANTER, JOUER AU TAM-TAM, DANSER, MANGER LE LIYOTO, BOIRE ET A LA FIN DU MEETING ON PLIE BAGAGE, TOUT JOYEUX ON RENTRE CHEZ-SOI A LA MAISON SANS RESOUDRE LE VIF DU PROBLEME QUI EST LE DROIT DES PEUPLES A DISPOSER D’EUX-MEMES, PRINCIPE ISSU DU DROIT INTERNATIONAL SELON LEQUEL CHAQUE PEUPLE DISPOSE D’UN CHOIX LIBRE ET SOUVERAIN DE DETERMINER LA FORME DE SON REGIME POLITIQUE INDEPENDAMMENT DE TOUTE INFLUENCE ETRANGERE. POUR QUE CE PRINCIPE REUSSISSE, NOUS DEVRIONS LAISSER NOS QUERELLES ET DIVISIONS TRIBALES A COTE.
    APPLIQUEZ CE PRINCIPE DE DROIT INTERNATIONAL NE VOUDRAIT PAS DIRE INCITER SON PEUPLE A LA PHOBIE, NON LOIN DE-LA MISTER INVENTEUR ET FROUSSARD. DANS CETTE LUTTE CONTRE NOTRE ENNEMI COMMUN L’OCCUPANT, TOUTES LES FORCES VIVES DU PAYS SONT NECESSAIRES: MUKONGO, MONGALA, MOLUBA, MUSWAHELI, SOYONS TOUS UNIS ET DISONS TOUS TRIBALISME, REGIONALISME A BAS, A BAS, A BAS LA JALOUSIE, A BAS LA HAINE, A BAS LES DIVISIONS, A BAS, A BAS, A BAS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!.
    L’ENNEMI NE DORT PAS, IL CHERCHE PAR TOUS LES MOYENS A NOUS DIVISER ET NOUS AFFAIBLIR. OUVRONS LES YEUX ET SOYONS TRES UNIS POUR FAIRE ECHOUER LES MAUVAIS CALCULS DE L’ENNEMI D’OU QU’IL VIENNE.
    JE M’ARRETE LA.
    PLEASE, NO COMMENTS ARE NEEDED HERE! PLEASE, BE GENTLEMAN, NO COMMENTS. I AM KONGO, I LOVE KONGO.
    AND YOU, TELL ME, WHO ARE YOU? WHO LOVE YOU BABY?

  6. Il ne faut plus poser la question que faire ? le temps est à l’action. très bien ! mais quelle action ? tous les acteurs de la justice énumerés par notre compatriote Jean Marie Diakese , sont de vrais Kuluna en cravates , trempés jusqu’à la moelle épinière dans les différentes gabégies et paradies de justice , quant à la jeunesse actuelle , je constate une nette amélioration dans leur compréhension de la chose publique et leurs droits , reste une petite dose d’éducation mentale , là nos différents érudits qui interviennent sur ce forum peuvent nous aider avec quelques pré- requis dans ce domaine , ce qui est vrai l’éboulement révolutionnaire est entrain de poindre, Omar El Beshir , est parti pour une simple revendication de prix du pain, et tous ses dignitaires du regime ligotés comme du bétail en prison , la mentalité de nous peuples africains en général est à plaindre , vous trouvez un président dingue dans une chaise roulante , qui refuse le repos et jouissance de son argent ! la R.D.C aura son tour …

  7. Dictocratie-Démocrature et État failli ! Ce qui est exaspérant et désespérant est qu’au KONGO en 2019 malgré la présence visible des Nomades Occupants Tutsi Power venus d’ailleurs qui contrôlent tout, alors tout [Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila, un imposteur Tutsi Nilotiques usurpateur d’identité Kongolaise décide 3 fois d’affilée après les élections de la CENI pro Rwanda de l’avenir de 80 millions des Kongolais], détenant l’imperium (effectivité du pouvoir), même l’élite politico-intellectuelle-religieuse feint d’ignorer que le pays est occupé…
    « Dans le dernier classement des états faillis, publié le 10 avril, sur 178 états, notre pays figure à la 5ème avant dernière place »… Sic
    Certaines mauvaises langues fanatisées à outrance diront aux Kongolais dubitatifs que les péréquations et réajustements inutiles de Tshilombo-Pétain valent la peine, qu’il faille à tout prix lui donner du temps pour réformer l’État failli qui est la RDC (Rép à démocratiser) actuelle, ces néo Tshilombistes devenus Kabilistes-Kanambistes oublient que l’État de Droit ne peut éclore que si et seulement si la souveraineté, l’indépendance, l’intégrité territoriale sont garanties par le Magistrat Suprême d’un pays élu au suffrage universel librement par le Peuple Souverain Primaire…
    Cet article de notre Frère « Jean-Marie Lelo Diakese » donne encore à 100% à tout Kongolais épris de paix, nationaliste, patriote qui affirme que la classe politique Kongolaise est la malchance du Kongo dans cette période tumultueuse qui perdure car c’est ici que les Romains (Talibans de l’Udps familiale versus Maman Marthe) s’empoignèrent, l’État failli permet à Félix Antoine Tshisekedi Tshiiombo aka Tshilombo-Pétain d’affirmer que les victimes collatérales tombées à cause des aventures du feu Sphinx depuis 1982 sont mises dans la rubrique pertes, profits, tracas (pire et meilleur) ou chiens écrasés (faits divers), ainsi comment peut-on déboulonner un système d’occupation qui a des racines enfouies à Kingakati où alias Kabila donne des ordres aux Gouverneurs nommés de travailler avec le président protocolaire électoralement nommé qui veut déboulonner ledit système… C’est de la démagogie populiste….
    Les démons territoriaux, principautaires, administratifs mélangés à des esprits déchus religieux et guerriers embrigadent tout le pays Kongo, y distillent le venin des 7 pêchés que raffole Satan le Chérubin jadis oint : la luxure, la ,paresse, la gourmandise, l’envie, l’orgueil, l’avarice, la colére…
    SOUTENIR TSHILOMBO-PÉTAIN C’EST SOUTENIR INDUBITABLEMENT ALIAS KABILA DES NOMADES OCCUPANTS TUTSI POWER. Le soulèvement populaire viendra à l’improviste du Peuple non des politiciens [«Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas» Hébreux 11: 1]… Ainsi soit-il…

  8. Selon Kabund et Kabuya,il n’y aura point de pousuite envers qui que ce soit.Pas de chasse aux sorcières envers les partenaires donc votre discours n’a plus de sens.Regardons seulement vers l’avenir.Tous les crimes passés sont absous selon les accords.

  9. COMPATRIOTE ASSAMBALA!
    HEIN! C’EST QUOI CA: TOUS LES CRIMES PASSES SONT ABSOUS SELON LES ACCORDS!
    QUI A DIT CA? J’ESPERE QUE C’EST PAS LE DIABLE, LE MONSTRE ET CRIMINEL DER FUEHRER ADOLF HITLER QUI A DIT DES TELLES BETISES AUX KONGOLAIS, N’EST-CE PAS? DES TELLES PAROLES, C’EST UNE DECLARATION DE GUERRE ENVERS LE PEUPLE KONGOLAIS. CECI DIT EGALEMENT LES DEUX DUO VETU DE LA PEAU D’ADOLF HITLER SE DONNE LE CULOT DE NOUS INSULTER POUR DES TELLES NIAISERIES.
    CELA VOUDRAIT DIRE QUE NOS SOEURS, FRERES, PARENTS, PROCHES ET AMIS TOMBES SOUS LES BALLES DE L’OCCUPANT SONT MORTS POUR RIEN, N’EST-CE PAS? SI IL EN EST AINSI, DONC D’APRES LES BETISIERS JOCKEY KABUND ET SON COPAIN KABUYA, LES MORTS DU GENOCIDE RWANDAIS SONT MORTS AUSSI POUR RIEN. EST-CE QUE LES TETES DE CES DEUX BETISIERS FONCTIONNENT BIEN?
    DONC LE GRAND KONGO EST LE PARADIS DES CRIMINELS ET DES BETISIERS, BONGO TOSALA KO BONI, ON DOIT TOUT AVELER ET ACCEPTER.
    KIADI KIBENI POUR D’AUTRES IRRESPONSABLE DIRIGEANTS KONGORAIS.

Comments are closed.